La respiration par le nez est sur le papier plus avantageuse que par la bouche. Plus naturelle, plus efficace et donc recommandée… mais sur quelles bases scientifiques ?

Source : Freepik.com

Respirer : le nez, la bouche ou les deux ?

Voilà un sujet qui nous concerne tous et qui ne peut pas laisser indifférent. La respiration. Cette action parfaitement inconsciente qui nous permet de rester en vie et d’apporter l’oxygène nécessaire au fonctionnement de nos cellules et organes.

Sauf que nous ne respirons pas tous de la même manière. La bouche ouverte en permanence (rare), ou fermée en utilisant uniquement le nez. D’autres personnes alternent bien volontiers, en suivant les conseils glanés ci et là, et inspirent par le nez pour expirer par la bouche.

Nous avons déjà tous entendu qu’il fallait faire de cette manière. Que notre organisme était pour ainsi dire conçu pour inspirer par le nez et expirer par la bouche. On retrouve de nombreuses allégations santé derrière ce conseil : un meilleur sommeil, plus d’énergie, moins d’allergies, moins de ronflement, etc.

On retrouve une tripotée d’articles sur ce sujet, avec des bienfaits sur la mémoire, sur la fatigue chronique ou encore sur le stress, parfois soutenu par des travaux scientifiques.

Mon histoire, avant la science

Quoi qu’il en soit et avant de rentrer dans le vif du sujet, j’aimerais parler de ma propre expérience sur ce sujet, car oui, j’étais un adepte bien malgré moi de la respiration par la bouche.

Pourquoi ? Car mon nez était souvent pris et, il faut bien le dire aussi, surtout par habitude. Elles sont terribles et il est bien difficile d’en changer. Mais la partie la plus intéressante concerne exclusivement le sommeil.

Une fois au lit, il m’était impossible de respirer par le nez. Pas assez d’air, inconfortable… C’était la garantie pour moi de passer des nuits horribles. La conséquence de tout cela : des réveils intempestifs dans la nuit pour boire, et une bouche aussi desséchée que le Sahara au réveil…

Le déclic arrive forcément un jour, et j’ai insisté, quitte à passer de très mauvaises nuits de manière répétée. J’étais désormais convaincu que je devais utiliser mon nez plutôt que ma bouche, surtout la nuit pour dormir.

C’est maintenant chose faite, et j’aurais bien du mal à imaginer revenir à la respiration buccale.

Quel bénéfice j’en tire ? Moins de réveils nocturnes à cause d’une bouche totalement déshydratée et une sensation totalement subjective que mes nuits sont bien meilleures. Je n’ai pas vraiment de moyen d’objectiver ce ressenti. Mais il est bien là.

J’ai l’impression aussi d’en retirer un bénéfice uniquement pour le challenge réussi. Jamais je n’aurais pensé pouvoir le faire. L’accomplissement est quelque chose de puissant, quand bien même je n’en tirerais aucun bénéfice.

Il y a quand même un bémol : comme je dors sur le côté, et avec une narine bouchée, ce n’est pas vraiment la joie de respirer par le nez. Tout dépend du côté de la narine bouchée et de quel côté je me trouve. Bref, cela peut occasionner des changements de côtés intempestifs qui au final peuvent ruiner une nuit de sommeil.

Adieu le soi-disant bénéfice de la respiration nasale…

Mais voilà, je dors désormais sur le dos. Encore un gros changement de vie en cours de consolidation. Passez de la respiration par la bouche et d’un sommeil sur le côté depuis des dizaines d’années à la respiration par le nez et sur le dos… ce n’est pas une mince affaire.

Mais j’ai l’impression que le jeu en vaut la chandelle, aussi sur le plan musculo-squelettique pour éviter les torticolis et autres joyeusetés du réveil.

Mais ça, c’est mon expérience personnelle. Elle pourra être partagée par plusieurs d’entres vous, ou pas du tout, et ne représente pas une preuve de quoi que ce soit. Surtout concernant le sommeil dont la qualité dépend d’énormément de paramètres… C’est la même chose pour d’autres témoignages sur d’autres sujets, comme le cancer.

J’ai donc une sorte de biais personnel en faveur de la respiration par le nez du fait de mon expérience positive, mais on va maintenant découvrir ensemble les travaux scientifiques sur ce sujet pour vérifier l’intérêt pour la santé de respirer par le nez, mais aussi pour la pratique sportive.

Le nez une barrière contre les virus et les allergènes ?

La respiration par le nez est sur le papier plus avantageuse que par la bouche. Plus naturelle, plus efficace et donc recommandée... mais sur quelles bases scientifiques ?

Respirer : le nez, la bouche ou les deux ?

Voilà un sujet qui nous concerne tous et qui ne peut pas laisser indifférent. La respiration. Cette action parfaitement inconsciente qui nous permet de rester en vie et d'apporter l'oxygène nécessaire au fonctionnement de nos cellules et organes.

Sauf que nous ne respirons pas . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !