Copyright 2012 - 2018 Dur à Avaler

Dur à Avaler est un blog d'information sur la santé, la nutrition, l'univers du médicament et les conflits d'intérêts. Le blog est entièrement sans publicité pour faciliter la lecture des articles. Les articles sont le résultat d'une recherche scientifique minutieuse pour apporter des conseils et lancer des débats constructifs. Les article sont rédigés par Jérémy Anso, docteur en biologie et des auteurs invités pour des sujets particuliers. Le blog n'a pas vocation à remplacer le lien entre un patient et son professionnel de santé, mais bien de le renforcer par la confiance, la lecture critique des évidences scientifiques et le rendre plus transparent.

L’irrigation colonique est une méthode vieille comme le monde pour prendre soin de son intérieur, d’une zone centrale de notre organisme : le côlon. Par des procédés simples d’injection d’eau (ou de café) les lavements sont réputés capables de soigner de nombreux problèmes de santé, jusqu’à refaire pousser les cheveux, améliorer la qualité de la peau ou rendre tout simplement heureux. On réalise ici un décryptage de cette méthode d’irrigation un peu particulière.

Les lavements du côlon, ou irrigation du côlon (ou encore hydrothérapie du côlon), connaissent aujourd’hui un regain d’intérêt avec le développement des médecines alternatives, des sites et des articles sur Internet, et des nombreux témoignages positifs

Certains étudiants en naturopathie ou naturopathe recommandent bien souvent ce genre de lavement pour évacuer les résidus toxiques qui fermentent dans notre intestin, mais pas uniquement. Ces lavements permettraient aussi de se séparer de la fameuse plaque mucoïde, qui générerait inflammation et intoxication généralisée de l’organisme, et des colles ou autres mucosités dans nos organes.

La plaque mucoïde existe-t-elle vraiment ou est-ce un mythe ? Découvrez une enquête exclusive sur la plaque mucoïde avec les réponses de la science, de spécialistes en gastro-entérologie, ainsi qu’une analyse détaillée des principaux sites, articles et témoignages qui parlent de cette plaque mucoïde.

On retrouve des dizaines et des dizaines de sites ou articles qui mentionnent l’intérêt de faire des lavements du côlon. Comme par exemple :

Il est incompréhensible qu’une pratique aussi simple d’hygiène corporelle et passée dans l’oubli, alors que c’est un moyen des plus efficaces de retrouver ou de conserver une bonne santé.” Source : Bon-coin Santé.

Toujours selon ce site, l’hydratation du côlon n’aurait que des bénéfices :

L’irrigation du côlon est déjà la garantie d’une bonne santé du système immunitaire, mais c’est aussi un moyen de supprimer la cause de nombreuses maladies aiguës ou chroniques, et donc d’une guérison. L’hydrothérapie du colon permet également d’accentuer les résultats de toute thérapie.”

Précisant qu’une “personne en bonne santé et d’âge moyen peut avoir en permanence entre 5 à 10 kilos de déchets secs dans son intestin”.

Il apparaît donc évident qu’il faille retirer tout cela pour améliorer sa santé.

D’autres sites détaillent les bienfaits de l’hydrothérapie du côlon, et notamment celui de Pascal Parent, un naturopathe agrée qui vit au Québec, et qui prédit un “esprit plus clair”, ou une “décongestion des organes limitrophes”, “un accroissement de la vitalité”, une “meilleure absorption des nutriments” et même une “rééducation intestinale”.

La liste est non exhaustive, mais la méthode semble miraculeuse, avec des contre-indications clairement mentionnées dans certains cas.

Dans le détail… l’irrigation du côlon est utilisée par la médecine conventionnelle pour réaliser des observations de l’intérieur du côlon. Il faut vider ainsi le gros intestin pour que le gastro-entérologue puisse réaliser une coloscopie et repérer facilement d’éventuelles anomalies.

Quels bienfaits des lavements du côlon ?

D’après les pratiquants et les promoteurs de la méthode, les bienfaits sont nombreux, mais scientifiquement, il n’existe pas la moindre étude robuste qui permet de vérifier les allégations de santé aussi générale et vague qu’un esprit plus clair, une décongestion des organes limitrophes ou d’un accroissement de la vitalité.

Mais rappelons-nous que l’absence de preuve n’est pas la preuve d’une absence d’effet.

Cependant, il y a même des erreurs flagrantes. L’hydrothérapie du côlon permettrait selon la naturopathe Pascale Parent d’améliorer l’absorption des nutriments, mais cela semble plus qu’improbable.

L’absorption des nutriments se réalise quasi exclusivement dans l’intestin grêle. Le côlon sert surtout à récupérer l’eau des fèces et de les pousser vers la sortie. Il participe aussi à la synthèse de quelques vitamines du groupe B et K.

Ce point m’a été confirmé par un gastro-entérologue, précisant que la fonction “d’absorption du côlon est très accessoire”.

On voit mal selon les propriétés de nos intestins comment le nettoyage du côlon pourrait améliorer l’absorption des nutriments qui se déroule dans l’intestin grêle.

Autrement, plusieurs synthèses de la littérature réalisées sur ce sujet n’ont trouvé (malheureusement) aucune étude clinique qui permettrait de dire que le nettoyage du côlon améliore l’état de santé générale, ou soigne d’affections particulières comme l’ostéoporose, la dépression, l’irritabilité ou bien encore permettrait d’améliorer la qualité de la peau, ou stopper les migraines1 2 3 4.

Les seules études rigoureuses qui montrent un bénéfice de l’irrigation du côlon concernent une partie très précise de la population, atteinte de trouble très handicapant de la sphère côlon-rectum.

L’hydrothérapie du côlon efficace contre la dépression ? Une étude publiée en 2012 a montré que l’hydrothérapie a été efficace pour réduire les scores de dépression et d’anxiété chez 15 participants en bonne santé5. Mais… l’étude précise que ces 15 personnes ont passé une semaine dans un centre Spa et détente, avec des cures de jus de fruits et légumes (donc une restriction calorique) et des cours de yoga. Après on se demande comment réduire l’anxiété…

Constipation et incontinence fécale

(c) Coloplast. Capture d’écran du site de Coloplast qui propose une système pour faire des irrigations du côlon.

Les seules études à notre disposition montrent une efficacité de l’irrigation du côlon pour les personnes souffrant d‘incontinence fécale et de constipations chroniques.

Ce serait en réalité l’intérêt principal de la méthode, qui permet aux malades de pouvoir évacuer où et quand ils veulent leurs déjections. Il en suit une globale amélioration de la qualité de vie de ces personnes et un soulagement pour une affection bien particulière6 7.

Ces études ont été conduites chez des personnes souffrant de lésion plus ou moins grave de la moelle épinière, qui entraînent des problèmes au niveau de l’intestin qu’on décrit alors de “neurogène“. Rien ne nous dit que les résultats sont extrapolables dans la population générale.

Les études positives des hydrothérapies du côlon ont toutes été publiées sous l’impulsion de médecins-chercheurs liée à la société qui commercialise le procédé, dit système d’irrigation transanale, par Coloplast. Les auteurs publient régulièrement des études ou des commentaires pour faire valoir l’intérêt de la pratique, dans un cadre bien précis.8

D’ailleurs la plupart des médecins chercheurs à l’origine de ces publications se retrouvent dans les comités scientifique et technique des sociétés qui commercialisent les produits.

Une pratique sans risque ?

L’immense majorité des allégations de santé qui entourent les lavements du côlon ne reposent donc sur aucune base scientifique. L’effet positif de cette thérapie le plus souvent cité est la sensation d’être plus léger ou bien la perte de poids, une conséquence assez logique de l’effet de la purge, surtout si cela est répété régulièrement.

Quant aux nombreux autres bénéfices, il est difficile de trancher, mais d’autres paramètres rentrent en considération. Notamment le fait d’avoir une séance personnalisée avec un naturopathe, augmentant ainsi les chances de ressentir un effet placebo qui soigne, mais aussi l’amélioration générale de l’hygiène de vie, souvent concomitante avec cette pratique d’hygiéniste.

Le saviez-vous ? On retrouve un effet placebo, qui entraîne une rémission de différentes maladies, notamment grâce à des consultations plus longues et plus chères que chez les médecins classiques. Rien que le fait d’avoir une blouse blanche peut participer à la guérison d’un patient. Découvrez ces faits étonnants dans un article dédié à l’homéopathie.

Mais la pratique est-elle sans risque ?

À défaut de trouver des études cliniques pour vérifier les allégations santé, on retrouve de nombreux cas cliniques d’effets secondaires parfois grave, pouvant aller jusqu’à la mort.

On retrouve parmi les effets secondaires possibles9 :

  • des pertes en électrolytes
  • de l’hyponatrémie – une baisse de sodium – avec notamment le cas d’une femme réalisant des lavements10 ;
  • des intoxications à cause de l’eau utilisée ;
  • des infections (notamment des amibiases) ;
  • des perforations.

Une liste d’effets secondaires qui pourraient paraître effrayants, mais qui doit être relativisée avec le nombre de personnes qui réalisent des lavements ou des hydrothérapies du côlon aujourd’hui.

Les pratiques ont changé, avec une certaine professionnalisation et une meilleure hygiène pour réaliser les lavements. Concernant le risque grave de perforation de l’intestin, une synthèse scientifique réalisée par la société Colaplast – qui revend un procédé d’hydrothérapie – précise que le risque est très rare, de l’ordre de 6 perforations pour 1 million de lavements11.

Il n’en demeure pas moins que les auteurs de cette synthèse précise qu’uniquement des personnes entraînées par des spécialistes devraient pouvoir réaliser les lavements, et surtout pas les personnes ayant subi des opérations aux organes pelviens.

Dans la réalité, une bonne partie des pratiquants réalisent des lavements chez eux, et précisent souvent qu’il n’y a aucun risque particulier.

Et sur la flore intestinale ? Les irrigations du côlon perturbent la flore intestinale présentes dans le côlon. Mais les études disponibles à ce jour semblent montrer que les perturbations reviennent dans l’ordre après deux semaines chez des personnes en bonne santé (12, 13).

Les leçons à retenir

L’hydrothérapie du côlon est une pratique très ancienne qui regagne aujourd’hui de l’intérêt. Mais pourquoi ? Principalement, car les messages incitatifs et les allégations de santé touchent particulièrement les personnes déçues par la médecine conventionnelle pour régler leurs problèmes.

On peut ajouter à cela l’importance de plus en plus claire de notre intestin et de notre système digestif sur notre immunité, nos émotions, et diverses affections qui pourraient nous toucher.

L’engouement pour les lavements apparaît donc tout à fait compréhensible, mais la science ne démontre aucun intérêt scientifique (et encore moins avec du café) pour améliorer sa vitalité, son absorption des nutriments, pour décongestionner des organes malades ou trop encrassés, pour améliorer la qualité de la peau, etc.

Un peu d’humour. *” – Comment prendrez-vous votre café ? – Oralement.”

En réalité, seules les personnes souffrant de grave problème d’incontinence fécale et de constipation sévère chronique pourraient y trouver un bénéfice. Un bénéfice qui se traduit principalement par la possibilité de choisir où et quand ils iront à la selle.

Des résultats positifs démontrés par l’une des sociétés qui proposent des hydrothérapies du côlon. Il serait souhaitable d’avoir des essais cliniques randomisés indépendants, avec plus de participants suivis plus longtemps.

Dans la pratique médicale, les lavements ne sont pas utilisés à des fins thérapeutiques. Un gastro-entérologue me confiait “qu’ils ne doivent en aucun cas être utilisés de façon régulière pour un quelconque but de « détoxication »”.

Alors bien sûr, force est de constater que nous manquons de recherche scientifique pour avoir des réponses objectives à nous mettre sous la dent sur cette question. On doit aussi constater que les personnes qui se font des lavements y trouvent leur compte, pour autant, avons-nous la possibilité de lire tous les témoignages, même les négatifs ? Probablement pas.

Il convient de prendre donc toutes les mesures d’hygiène et de sécurité avant de faire un lavement. Se renseigner auprès d’un professionnel de santé semblerait impératif pour vérifier l’adéquation de la pratique avec votre état de santé.

Finalement, si les lavements du côlon semblent être inscrits dans une pratique ancestrale, la fréquence n’avait pas grand chose à voir (un a deux par an) avec celle qu’on observe aujourd’hui (un ou plus par mois). On se rend bien compte que des lavements trop répétés peuvent perturber chroniquement l’établissement de la flore intestinale et augmenter les risques mentionnés plus haut.

Et les purges intestinales ? Elles bénéficient comme pour les lavements du côlon d’un regain extrême d’intérêt, avec une liste d’allégations santé tout aussi impressionnantes les unes que les autres et des témoignages hors norme (guérisons d’insomnies, de troubles digestifs, repousse de cheveux, regain d’énergie, etc.). Découvrez une enquête sur les purges, et notamment celle à l’huile de ricin, avec ses bénéfices et ses risques.


Références

1. Kelvinson, R. C. (1995). Colonic hydrotherapy: a review of the available literature. Complementary Therapies in Medicine, 3(2), 88-92.

2. Acosta, R. D., & Cash, B. D. (2009). Clinical effects of colonic cleansing for general health promotion: a systematic review. The American journal of gastroenterology, 104(11), 2830.

3. Ernst, E. (2010). Colonic irrigation: therapeutic claims by professional organisations, a review. International journal of clinical practice, 64(4), 429-431.

4. Ernst, E. (1997). Colonic irrigation and the theory of autointoxication: a triumph of ignorance over science.

5. Wintering, N. A., Wilson, J. C., & Newberg, A. B. (2012). A pilot study to evaluate the physiological effects of a spa retreat that uses caloric restriction and colonic hydrotherapy. Integrative Medicine, 11(6), 26.

6. Wilson, M. (2017). A review of transanal irrigation in adults. British Journal of Nursing, 26(15), 846-856.

7. Christensen, P., Bazzocchi, G., Coggrave, M., Abel, R., Hultling, C., Krogh, K., … & Laurberg, S. (2006). A randomized, controlled trial of transanal irrigation versus conservative bowel management in spinal cord–injured patients. Gastroenterology, 131(3), 738-747.

8. Bazzocchi, G., & Giuberti, R. (2017). Irrigation, lavage, colonic hydrotherapy: from beauty center to clinic?.

9. voir Ernst, E. (2010).

10. Norlela, S., Izham, C., & Khalid, B. A. K. (2004). Colonic irrigation-induced hyponatremia. Malaysian Journal of Pathology, 26(2), 117-118.

11. Christensen, P., Krogh, K., Perrouin-Verbe, B., Leder, D., Bazzocchi, G., Jakobsen, B. P., & Emmanuel, A. V. (2016). Global audit on bowel perforations related to transanal irrigation. Techniques in coloproctology, 20(2), 109-115.

Total
85
Shares

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

9 commentaires
  1. Bonjour,

    Très bon article qui nous démontre qu’aucune étude sérieuse n’a été faite bien que cette pratique ait été appliquée avec parcimonie dans le passé.
    Pourquoi alors se jeter à corps perdu dans cette nouvelle libération de nos excréments sur un corps dont l’origine du mal remonte à mon avis bien plus en amont, soignons avant tout nos maux à l’origine de la longue chaîne dont on évacue le problème bien rapidement.
    Vouloir mettre la poussière sous le tapis n’évite pas de faire le grand ménage de bas en haut.

    1. Bonjour,
      Naturopathe et pratiquant l’irrigation du côlon, je trouve cet article assez bien fait. et pour une fois pas trop “à charge”.
      L’effet placebo est indéniable, faut-il le décrier ? certes non.
      L’effet réel, est lui, pour ce que je le vois parfois immédiat et surprenant, que ce soit sur le teint, l’énergie, les douleurs ou sur l’émotionnel.
      Mon ressenti est que peu importe la méthode (reflexo, massage, reiki, hypnose….) quand le corps et/ou l’esprit sont prêts, il se passe quelque chose.
      La fréquence est propre à chacun, une fois que l’on a reçu une hydro, on sent quand le corps en a besoin. Donc pas de règles, juste écouter ses propres messages.
      Maintenant, se présentent également des personnes très constipées envoyées par un gastro enterologue, quand leur état n’est pas lésionnel.
      L’irrigation devient un “outil”, couplé à un accompagnement globale de la personne. Là aussi, le mieux être, le confort et un ventre moins capricieux sont d’excellents résultats.
      Il y a en effet des personnes pour qui l’irrigation accentue l’inconfort, (2 à présent), sans aller jusqu’au déclenchement de catastrophe, (ouf , merci !).
      L’une d’entres elles a fait des examens complémentaires et , une MICI à été diagnostiquer par le gastro, et en effet, c’est une contre indication à l’irrigation. (Mais si la personne ne le sait pas, le naturo non plus, on ne pose pas de diagnostique !)
      L’autre en pleine crise de candida + parasitose et , l’irrigation l’a beaucoup fatiguée. Alors qu’après un traitement conventionnel et un ajustement de l’alimentation au niveau des sucres et levures, l’irrigation aurait eu toute sa place. Là aussi, le naturo ne peut pas deviner !
      Certains ne veulent tout simplement plus voir de médecin conventionnel et c’est un vrai souci pour le naturo. L’allopathie verte n’est pas la solution !
      La naturopathie a sa place dans le paysage de prévention, mais, de plus en plus, les gens nous demandent de pallier aux attentes déçues à la médecine. Ce n’est pas notre rôle et nous ne sommes pas formés à ça.
      Pour ce qui est de l’irrigation du côlon, choisir un praticien formé est à minima gage de sérieux.
      Un syndicat est en train de se monter et c’est très bien ! (le SHIC)

  2. @ Fontanel : l’effet palcebo est bien réel. L’amélioration sur le teint ou sur l’énergie, l’émotionnel ou la douleur sont au final des appréciations subjectives que vous en faites.

    Je ne remet pas en cause le bien être qui peut être ressenti à la fin d’une séance, mais nous avons impérativement d’étude rigoureuse pour démontrer d’une part que ce n’est pas uniquement un effet placebo, et d’autre part si les améliorations que vous notez sont réelles, significatives, et cliniquement signifiantes.

    Je pense que l’irrigation du côlon a sa place dans la médecine pour les cas notamment détaillé dans l’article, mais aussi dans la pratique clinique des gastro-entérologues.

    Finalement, on est d’accord qu’il y a quelque part une défiance et une recherche de la part des personnes déçues de la médecine d’alternative qui peut faire du bien. Il faut toutefois garder un poil d’esprit critique pour prendre des décisions éclairées.

  3. Ce point m’a été confirmé par un gastro-entérologue, précisant que la fonction “d’absorption du côlon est très accessoire”.

    Quelle analyse (***) que vous colportez la. Accessoire ? Vraiment? c est pour cela que ces bouchers n’hésitent pas à mutiler ici, une rate , là une thyroïde, etc?

    *commentaire modéré : propos non respectueux*

    1. L’absorption des nutriments se réalisent quasi-exclusivement dans l’intestin grêle et non de le côlon. Si vous avez des informations scientifiques pour soutenir vos propose, n’hésitez pas, mais attention à votre langage, ce commentaire sert d’avertissement.

      1. Désolé mais votre phrase “la fonction d’absorption est très accessoire” parlait elle de l’eau réabsorbée ou des nutriments ? Je parlais de la fonction de réabsorption de l’eau. Lisez le livre de Norman Walker “La santé de l’intestin: Le côlon” et vous comprendrez par la pratique que les gens qui ont des soucis au niveau du colon ont des emmerdes pour tout le reste de leur vie. Le colon a des fonctions importantes et vitales et la réabsorption de l’eau est une fonctionnalité vitale. Mais je ne sais pas si c’était de cela dont il a parlé.

      2. Bonjour Magma, cette phrase s’inscrit dans un paragraphe est une réflexion entière qui parle bien de la fonction d’absorption des nutriments. C’est écrit.

        Ces deux paragraphes ne laissent planer aucun doute :

        “Cependant, il y a même des erreurs flagrantes. L’hydrothérapie du côlon permettrait selon la naturopathe Pascale Parent d’améliorer l’absorption des nutriments, mais cela semble plus qu’improbable.

        L’absorption des nutriments se réalise quasi exclusivement dans l’intestin grêle. Le côlon sert surtout à récupérer l’eau des fèces et de les pousser vers la sortie. Il participe aussi à la synthèse de quelques vitamines du groupe B et K.”

        On voit clairement que l’eau est mentionné. Peut-être que vous avez lu un peu vite… :)

  4. Souffrant de constipation chronique depuis 40 ans , j’ai durant des années, suivi des régimes et pris des traitements par voie orale et rectale qui m’ont permis d’avoir des selles plus régulières. Cependant , dès l’arrêt de ceux-ci, l’intestin se bloquait à nouveau.il y’a 3 ans devant un blocage de plus de 15 jours , une amie me conseilla d’aller me faire faire une irrigation colonique.Après une série de trois irrigations, je me suis mis à avoir des selles plus régulières et aujourd’hui, mis à part des suppositoires à là glycerine et des sachets de movicol pris de façon journalière, et un lavement avec une poche en cas d’absence de selles pendant plus de 3 jours, je ne fais plus aucun régimes et aucun traitement lourd. Je fais une série de trois irrigations tous les 6mois en entretien . Depuis 3ans , je revis et je pense que l’irrigation a transformé ma vie quotidienne en ce qui concerne ma constipation chronique.

    1. Bonjour Adeline,

      Merci de ce commentaire qui confirme les explications données dans cet article ! L’utilité des lavements du côlon pour les constipations chroniques semblent scientifiquement établi, mais surtout améliorent la qualité de vie. Donc, c’est tout bon pour vous et je suis ravie d’apprendre que vous avez pu régler ce souci ! : )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.