Le régime paléo serait trop riches en protéines, dangereux pour les reins et absurde selon la dernière chronique de Sciences et Avenir…

© Tim Oun | Unsplash

Coucou CJAMY !

Je dois avouer que je suis un « fan » des chroniques vidéo de Camille Gaubert qu’on retrouve chez Sciences et Avenir (à la télévision aussi, mais je n’en ai pas!)

Par « fan », j’entends que j’apprécie le ton, la forme et les informations présentées.

On a l’impression de découvrir à chaque fois des choses intéressantes… jusqu’à ce qu’un sujet qu’on connaît bien soit abordé.

C’est un peu le syndrome « Elise Lucet », on apprécie les enquêtes jusqu’à ce qu’elle se penche sur notre domaine d’expertise.

Je ferme cette parenthèse avec ce syndrome. On pourrait longtemps, très longtemps en débattre.

Car ici on parle du régime paléolithique.

Une diète présentée comme « une fausse bonne idée » d’après la chronique sous couvert de « science » (1).

Pour les non avertis, le régime paléolithique propose de mimer le régime de nos ancêtres en évitant tous les produits industriels transformés et ultratransformés ainsi que tous les produits laitiers et produits céréaliers.

Oui c’est une diète très restrictive avec laquelle vous devrez oublier de nombreux rayons de votre supermarché préféré.

L’objectif est bien là : vous rapprocher des produits bruts, des fruits, des légumes, des noix, mais aussi des produits animaux.

Les défenseurs du régime avancent la qualité des aliments.

Rapidement, les critiques sont les suivantes :

  1. Comment peut-on suivre le régime de nos ancêtres alors qu’il n’y avait aucune assiette type et que nous n’avons pas vraiment moyen de le savoir avec précision
  2. L’idée de manger selon notre génome et notre ADN « préhistorique » contredit notre capacité adaptive, prenant exemple sur la digestion du lactose, le sucre du lait
  3. Le régime paléolithique contient bien souvent trop de protéines (« jusqu’à 35 % de la ration quotidienne au lieu des 12 % recommandés ») ce qui « fatigue les reins »
  4. Finalement, ce régime nous prive de trop de « sucres » nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme

La longévité des Hommes du Paléolithique est estimée à 70 ans

Si l’homme préhistorique avait bien une faible espérance de vie, on fait souvent l’amalgame avec la longévité, qui elle, était assez exceptionnelle. Je vous présente des travaux uniques qui plaident pour la présence de vieillard pouvant atteindre et dépasser les 70 ans, même à l’âge de pierre !

A lire ici

Paléo : une vraie fausse bonne idée ?

Capture d’écran de la chronique de Camille Gaubert sur le régime paléo.

La diète paléolithique est rapidement devenue très populaire.

Et quand un régime devient populaire, la science s’y intéresse plus facilement. C’est un peu notre chance dans ce cas.

Car on déborde d’études, d’analyses, de commentaires et de débats sur le régime paléolithique et ses effets sur la santé.

On va donc réaborder les points soulevés dans la chronique de Sciences et Avenir, avec un poil d’histoire et une léchouille de recherche scientifique.

L’assiette imaginaire de Cro-Magnon

Est-ce possible de manger comme nos ancêtres d’il y a 30 000 ans ? Non bien sûr que non.

Les défenseurs de cette alimentation ne prétendent pas cela. C’est impossible. La qualité de la nourriture a changé, profondément, et nous ne mangeons absolument pas les mêmes fruits, racines ou légumes de l’époque !

La sélection de l’homme nous a permis d’obtenir des légumes plus comestibles (moins d’antinutriments), plus facile à manger (graines moins grosses) et à cultiver.

L’idée n’est donc pas de manger comme nos ancêtres, mais de se limiter à l’offre qu’ils avaient à l’époque.

Donc exit les produits ultratransformés, les sodas, produits laitiers et céréaliers.

C’est juste un détail.

Le régime paléo serait trop riches en protéines, dangereux pour les reins et absurde selon la dernière chronique de Sciences et Avenir...

Coucou CJAMY !
Je dois avouer que je suis un « fan » des chroniques vidéo de Camille Gaubert qu’on retrouve chez Sciences et Avenir (à la télévision aussi, mais je n’en ai pas!)

Par « fan », j’entends que j’apprécie le ton, la forme et les informations présentées.

On a l’impression de découvrir à chaque fois des choses intéressantes… jusqu’à ce qu’un sujet qu’on conna . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

La newsletter de Dur à Avaler

Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les 10.000 abonnés ! Vous recevrez les dernières enquêtes inédites, les meilleurs conseils et les offres promotionnelles ! OFFERT après votre inscription : Le guide complet sur le sucre, ses effets, l'addiction et comment s'en défaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. La partie commentaire d'un article réservé aux membres peut être accessible à tous, mais les commentaires des internautes non inscrits n'ont pas vocation à être publié. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.