Le Tupperware : Ce Piège qui rend Obèse

tupperware-boite-plastique-plat-repas

Le rôle fondamental des tupperware

Voici un titre d’article qui laisse songeur ! Et j’imagine bien les férus de mon blog ressortir de mes archives un article datant de mai 2012, dans lequel je conseillais de s’équiper de tupperware qui seront, et je me cite, « à la base de votre réussite » pour manger vos préparations maisons bonnes pour la santé

En réalité, mon avis n’a toujours pas changé. Les tupperwares sont bien évidemment des alliés incontournables pour toutes les personnes qui veulent éviter les menus bidons de l’arabe du coin, les kebabs qui vous retourneront l’estomac, ou pire, un fast-food aux milles et uns produits chimiques.

Préparer ses repas, cuisiner en avance des repas sains et équilibrés sont des évolutions extrêmement positives dans la vie d’un homme et d’une femme, à n’en point douter !

Pourtant, ces magnifiques et ô combien pratiques tupperwares peuvent être terriblement vicieux, et alourdir considérablement l’addition calorique d’un repas.

Comment est-ce possible ?

Mon tupperware est mon assiette !

Aucun auteur ou article ne s’y est vraiment intéressé, mais… Est-ce que je mange trop avec mon (énorme) tupperware ?

Dès lors que l’on passe en mode « tupperware » on perd toute notion de quantité ou de portion que l’on retrouve habituellement avec les assiettes. Manger dans un tupperware, c’est donc s’affranchir des repères classiques (« je termine mon assiette ») pour se lancer en aveugle dans la consommation de nouvelles quantités (« je termine mon tupperware »).

Hé oui, si votre raison fais bien la différence entre une assiette en céramique et un tupperware en plastique, votre cerveau lui ne la fait pas !

Dans un article publié sur mon blog durant la même période, j’ai prouvé avec des références scientifiques à l’appui, que nous brûlons tous d’envie de terminer notre assiette, ou plus généralement, le contenant de notre nourriture (cela peut tout aussi bien être un sandwich, un grand verre se soda, etc.) !

Si le contenant ne nous paraît pas suffisamment « rempli » par de la nourriture pour nous rassasier, notre cerveau pensera que ce plat n’est pas suffisant (on aura encore faim donc), quand bien même il y en aurait eu trop !

C’est la raison pour laquelle les tupperwares, qui perturbent nos repères des quantités, peuvent nous engager dans une course frénétiques aux calories sans même que l’on s’en rende compte !

Le cœur de l’article est donc là.

Il vaut quoi mon tupperware en « quantité-assiette ? » ½ assiette ? 1,3 assiettes ? 2 assiettes ?

« L’équivalent assiette » de vos tupperwares

Je vous propose maintenant de découvrir en images à quoi correspond réellement un tupperware rempli de victuailles dans une assiette standard.

Pour la démonstration, j’ai utilisé un mélange de légumes cuits à la vapeur et d’une salade de crudités (la moitié du total), des tranches de poissons cru (1/4 du total) et du riz complet (le ¼ restant).

L’image ci-dessous montre les tupperwares vide, puis rempli à ras-bord sans être tassés, puis le contenu des tupperwares dans une assiette, et finalement la dernière image c’est l’assiette standard.

tupperware-boite-plastique-assiette-repas

Les résultats de la petite expérience

Certains me diront :

« On voit rien sur tes images ! »

Et c’est plutôt vrai ! Je pensais que les images seraient beaucoup plus parlante que cela, c’est pourquoi j’ai rajouté les deux icônes « bon » et « mauvais ». L’icône positive (en vert) indique que la quantité d’aliments dans le tupperware ne dépasse pas celle de l’assiette standard, et c’est le contraire pour l’icône rouge.

Au-delà des images vous allez devoir me faire confiance pour mieux comprendre l’impact des tupperwares sur notre consommation.

Le résultat le plus surprenant est au niveau des deux tupperwares les plus petits (avec l’icône verte) qui se rapproche le plus d’une assiette standard. Pourtant, je vous garanti qu’à la simple vue de cette boîte vide, j’avais l’impression que je n’aurais rien à manger. Etrange n’est-ce pas ?

Sur les 3 tupperwares qui n’ont pas passer le cap de l’équivalent-assiette, les deux boîtes translucides se rapprochent, malgré un léger excédent, d’une assiette standard. Ceci dit, j’utilise quotidiennement le tupperware n°2 (avec l’icône rouge), et à chaque fois, j’ai l’impression que j’en aurais jamais assez pour être rassasié !

Il n’y a que le tupperware rouge qui, tellement il est gros, calme les ardeurs lors du remplissage d’aliments.

Conclusions et recommandations

Alors faut-il avoir peur des boîtes en plastique vachement pratique ? Surement pas ! Cet article démontre l’extrême complexité du corps humain, avec notre relation intime et unique que l’on tisse avec la nourriture, les contenants, l’appétit, etc.

Cet article doit simplement vous mettre en garde que vous pourriez très bien augmenter, sans le savoir, votre balance calorique de quelques pour cent tous les jours, pendant des mois. Au final, cela pourrait avoir un impact négatif sur votre ligne, et encore…

Je pense que cet excès n’aurait que très peu d’effet sur une personne en bonne santé, avec une bonne activité physique, et surtout avec un tupperware équilibré et de qualité !

Vous avez probablement remarqué que mes barquettes ne sont pas composées aux ¾ de pâtes et le restant de viande rouge. Non, au moins la moitié en légumes, un féculent bien choisi et un apport en protéines, qu’elles soient animales ou végétales.

Pour terminer, il serait pratique et amusant que vous fassiez comme moi pour votre boîte favorite. Remplissez-là comme d’habitude et videz-là dans une assiette. Vous saurez immédiatement si il y en a trop, pas assez ou juste ce qu’il faut.

Partagez votre expérience « barquettes du midi », il vous fait peur votre tupperware à vous ?

 

35 Commentaires

  1. Marie

    Du coup quelle est la taille maximum que l’on peut prendre pour ne pas se faire piéger?

    merci

  2. Simon

    Heureusement je jongle entre la large assiette bleu transparente et la préparation personnelle du cru et/ou du cuit avant de commencer a manger. je prend le temps de préparer mes 3,4 ou 5 légumes (pour le midi) que je dispose sur l’assiette ou que je met a chauffer dans la casserole… J’essaie maintenant de mettre 60g de riz ou autre en guise de repère. Pour cela, rien de tel qu’une petite balance solaire sous la lumière leds ou luminosité du soleil… rien ne vaut un espace propre et bien ranger pour avoir envie de faire… Cela peut déjà nous renseigner sur le désir de bien se préparer son manger… Ensuite, un œuf ou deux dans la casserole plate avec un peux d’eau de bouteille 5L ou plus… Bref il faut disposer minutieusement se que l’on fait et au fil du temps on finit par se trouver la bonne quantité ainsi que se que nous avons besoin sur le moment…

Les commentaires sont fermes.