Copyright 2012 - 2018 Dur à Avaler

Dur à Avaler est un blog d'information sur la santé, la nutrition, l'univers du médicament et les conflits d'intérêts. Le blog est entièrement sans publicité pour faciliter la lecture des articles. Les articles sont le résultat d'une recherche scientifique minutieuse pour apporter des conseils et lancer des débats constructifs. Les article sont rédigés par Jérémy Anso, docteur en biologie et des auteurs invités pour des sujets particuliers. Le blog n'a pas vocation à remplacer le lien entre un patient et son professionnel de santé, mais bien de le renforcer par la confiance, la lecture critique des évidences scientifiques et le rendre plus transparent.

croquettes-cereales-barf-veterinaires-chiens

Mise à jour du 23/05/13: l’enquête est enfin disponible ! “Ce Poison Nommé Croquette” 120 page d’enquête sur les écoles nationales vétérinaires françaises et les plus grandes marques de croquettes industrielles pour chien !

Le meilleur ami de l’Homme

Il suffit d’être égoïste sur Dur à Avaler ! Il suffit de parler de santé humaine, de végétarisme, de conflits d’intérêts et de nutrition humaine. Pour la première fois nous allons nous attarder sur le bien nommé « toutou » familiale, qui possède le prestigieux titre de « meilleur ami de l’Homme » avec un grand H, je vous prie.

L’histoire de la lignée des chiens est sous la polémique en fonction des hypothèses pro-loups, pro-hybrides ou pro-coyotes (et que sais-je encore) mais cela n’a que peu d’importance dans cet article (les curieux pourront se repaître de cet article). Les premiers restes de chiens domestiqués remontent au Paléolithique supérieur, il y a 30 000 ans environs. A cette époque, le genre Homo sapiens (ou l’Homme moderne) évolue déjà sur Terre, le feu est utilisé et les outils sophistiqués foisonnent dans les grottes préhistoriques.

Le chien est le premier animal sauvage domestiqué par l’Homme, il appartient à la famille des Canidae et à l’Ordre des Carnivores (cela semble logique lorsque l’on regarde les arbres évolutifs).

Aujourd’hui, les médor ou autres toutous à sa maman sont largement présents dans les foyers français, à hauteur de 22 % en 2010 (les chats ont une meilleure côte, et sont présents dans 26 % des foyers). Environ 1 foyer sur 5 doit donc s’occuper quotidiennement d’un animal poilu, et subvenir à tous ces besoins. Manger, boire, courir, dormir, se reproduire (ou pas), se balader, ou faire les besoins sont autant de tâches qui incombent à n’importe quel maître soucieux de la santé de son chien.

En parlant de santé et de nourriture, c’est quoi la “popote” favorite de notre meilleur « pote » ?

Des croquettes ?

Royal Canin, Pro Plan, Virbac, Science Plan ou encore Tonivet sont toutes des sociétés industrielles (ou des marques) qui transforment, fabriquent et commercialisent des croquettes sèches pour chiens (mais également pour les chats, chevaux et autres).  Le marché des croquettes représente 75 % des ventes (2009), tandis que le reste provient de recette maison ou d’autres sociétés. Trois sociétés, Mars Petcare, Nestlé Purina et Affinity Petcare, représentent 70 % du marché.

mars-croquettes-royal-canin-natura

Sur le site officiel de Royal Canin, la nutrition du chien et du chat est une priorité pour qu’ils acquièrent et conservent une santé de fer. Selon eux, les croquettes contiennent une « formule nutritionnelle constante et respectueuse des besoins précis et spécifiques des chiens et des chats ». Autrement dit, les croquettes s’approchent de l’alimentation idéale. Heu, idé-quoi ?

La composition d’une croquette moyenne, pour un chien adulte

La transparence de Royal Canin est sans limite puisqu’il affiche la composition des croquettes mis en vente. Voici la composition d’une croquette classique que la plupart des propriétaires donnent à manger à leur toutou favori :

Protéines de volaille déshydratées, farine de maïs, maïs, farine de blé, graisses animales, protéines de porc déshydratées, blé, hydrolysat de protéines animales, pulpe de betterave, huile de poisson, huile de soja, levures, sels minéraux, hydrolysat de levure (source de manno-oligo-saccharides).

Mais ce n’est pas tout, les croquettes sont également blindées de vitamine A, D3, de fer, d’iode, de cuivre, de zinc, de sélénium et de manganèse.

Vous avez sans doute remarqué, le gras aidant un peu, que les croquettes contiennent du maïs, du blé et de la betterave sous différentes formes (en farine, en pulpe, ou entier). Des céréales donc. Pour un chien, un carnivore. Dans ce paquet de croquette, les céréales occupent une place de choix, puisqu’elles sont présentes à hauteur de 40 %, alors que les protéines et le gras ne représentent que 25 et 14 %, respectivement.

Ces chiffres ne représentent en fait pas la proportion des 3 macronutriments (protéines, lipides et glucides), car il faut faire une règle de 3 pour obtenir les bons chiffres… que voici :

croquette-chien-chat-royal-canin

Selon laNutrition.fr, les glucides ne devraient pas dépasser 45 % de l’alimentation d’un chien adulte. Les glucides ne seraient « pas indispensables » et leurs absences n’entraîneraient « pas de risques de carences ». Au niveau des protéines et des lipides, et toujours selon cet article, les quantités seraient correctes.

Nous avons donc une majorité de glucides, sous la forme d’amidon de céréales (dont les fameuses molécules du blé, comme le gluten, les agglutinines, etc.), et de la graisse et des protéines animales déshydratées. Déshydratées ? Ca veut dire quoi ? Malheureusement, Royal Canin ne fournit pas de réponses, étrange, pourquoi ?

Pour comprendre ce qui se cache derrière ces termes, il faut connaître et comprendre la chaîne de fabrication d’une croquette sèche.

De l’abattoir à la gamelle

Ce qui va suivre est véridique, et ce n’est même pas un secret pour l’industrie de la croquette qui se garde bien d’en faire la promotion. Non, la SIFOC ou le Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux s’en charge parfaitement bien.

On apprend sur leur site officiel que les sociétés qui commercialisent les croquettes sont approvisionnées à partir des sous-produits animaux, qu’il faut comprendre comme les restes des animaux morts une fois que les morceaux destinés à la consommation humaine aient été prélevés.

On parle donc des viscères, des têtes, des pattes, des cous, des carcasses de volailles, des os de porcs ou encore des pieds des vaches. Tout cela est acheminé dans des usines de transformation où tout est mixé, broyés, cuits, déshydratés et pressés selon la SIFOC et la FACCO. En fait, les croquettes subissent une cuisson – extrusion qui revient sur tous les blogs et qui consiste en une cuisson haute température (150 à 200°C, parfois 400°C) avec une pression hyperbare (35 fois celle de l’atmosphère).

Les vitamines et les enzymes sont entièrement détruites par le procédé de cuisson, et implique une forte supplémentation en vitamines retrouvées dans nos célèbres paquets de croquettes. Le produit fini est finalement recouvert d’une couche de gras pour augmenter l’appétence des croquettes, autrement dit, il faut que le toutou aime et dévore les croquettes !

Il est intéressant de noter que cette méthode de cuisson – extrusion ne pourrait se faire sans une forte concentration d’amidon, qui est justement au-delà des recommandations en vigueur et même au-delà des besoins naturels, à priori très détachés de la consommation d’amidons.

Les protéines déshydratées c’est une chose, mais un hydrolysat de protéines animales c’est quoi ? Typiquement, on hydrolyse (l’action de l’eau) des protéines afin de les priver d’allergènes, c’est le cas de la protéine du lait par exemple. Dans notre cas, ces hydrolysats servent généralement à prévenir les cas de diarrhée et de troubles de la digestion ou de l’absorption des nutriments.

Des végétaux étranges, aux provenances mystérieuses

De la pulpe de betterave dans les croquettes, pour quoi faire ? La pulpe de betterave correspond aux 1.2 % de celluloses présentes dans les paquets de croquettes de Royal Canin. D’après un site fortement anti-croquette, la pulpe de betterave est un sous-produit de l’industrie sucrière, de la betterave sucrière.

Wikipédia nous confirme l’utilisation de cette pulpe (de cellulose donc) pour l’alimentation des ruminants mais ne parle pas de l’alimentation des animaux de compagnies. L’article énonce même que les « ruminants sont les seuls capables de digérer la cellulose grâce aux bactéries de la panse).

Pour nos amis les bêtes, la réponse nous vient d’un chirurgien vétérinaire et président du groupe de chirurgie vétérinaire français, M. Duprez, qui nous confirme l’absence de cellulase, l’enzyme chargée de digérer (au moins en partie) la cellulose.

En remarque, bien que l’homme possède cette enzyme, nous ne sommes pas pour autant des ruminants.

En ce qui concerne le blé, le maïs et le soja, on peut faire les mêmes remarques et critiques émises pour les protéines animales. Toujours selon le site qui accusent les croquettes, les produits d’origines végétales sont soient des sous-produits (comme la pulpe de betterave dont la présence est avérée dans les croquettes par le fabriquant), soient des produits déclassés car impropre à la consommation humaine.

Les céréales de mauvaise qualité à cause d’un mauvais stockage ou d’une mauvaise récolte (grain de faible qualité) sont destinées en partie à l’alimentation des animaux de compagnies. L’unes des conséquences de cette qualité médiocre pourrait être la présence de mycotoxines, attestées par la célèbre association 60 millions de consommateurs. Ces mycotoxines peuvent entraîner des troubles de la reproduction.

On peut également noter la présence possible de métaux lourds, d’insecticides, de pesticides, de dioxines et de végétaux transgéniques dans les croquettes pour chiens.

Quelles conséquences pour Médor ?

Etrangement, l’espérance de vie de nos animaux de compagnies ne cesse d’augmenter, une année en 10 ans, une année par-ci ou une année par-là. Même Royal Canin s’en félicite. Pourtant, une première analyse des croquettes pour chien ne présage rien de bon pour se carnivore qui descend fièrement des loups : des céréales de mauvaises qualités, des sous-produits animaux, beaucoup d’amidon et même de la cellulose indigeste.

Comme pour l’Homme, Médor bénéficie des progrès de la médecine vétérinaire. Je pense que l’on peut attribuer ces années de vie en plus grâce aux techniques médicales et à l’industrie pharmaceutique (médicaments et vaccins).

Cela semble d’autant plus vrai que de nombreux vétérinaires corrèlent une alimentation à base de croquette avec des risques augmentés de diabète, d’obésité, de torsion de l’estomac, de désordre intestinaux (diarrhée et flatulence), de pancréatites ou d’insuffisance pancréatique (c’est un véto qui le dit). En fait, Gérard Lippert qui a publié un livre sur le sujet dénonce une espérance de vie divisée par deux pour certaines races de chiens. Il va même plus loin en affirmant que tout chien, races et sexes confondues, a une espérance de vie réduite de 3 ans avec une alimentation industrielle de type croquette.

L’alimentation industrielle serait également responsable du tarte sur les dents, de la mauvaise haleine, d’un poil terne, de dysfonction urinaire, de dysfonction oculaire, de perte d’énergie e de bien d’autres maux (d’autres exemples ici).

Bref, je ne vous ai pas vendu les croquettes et pour cause, il existe des alternatives autrement plus naturelles, évolutives… Paléo ?


A suivre…

Je déteste scinder les articles, je ne sais pas vraiment pourquoi mais je préfère offrir la totalité de mon travail pour à la fois contenter le lecteur, favoriser la viralité de l’article et les débats qui en découlent. Cependant, au fil de l’écriture, j’ai dépassé les 4.000 mots, et là j’avais vraiment pas le choix que de le découper en deux parties qui s’enchaîne plutôt bien.

Dans le prochain et dernier article nous allons voir:

1. Mon chien mange “Paléo”. Une introduction à la diète naturelle et “paléo” pour nos amis les bêtes, avec les principales offres du marché et les bienfaits pour la santé de Médor.

2. Les dangers du Paléo pour chien. Quels sont les dangers pour la santé de Médor de suivre une telle alimentation ? Qui émet ces critiques sur cette diète naturelle ? Ces critiques sont-elles justifiées et prouvée ?

3. Et les preuves scientifiques Jérémy ? Le paragraphe majeur de cette 2ème partie. J’y énonce les principales recherches scientifiques dans le domaine de la croquette, et je vous présente la guerre entre les 3 principaux “clans”. L’Homme souffre beaucoup de la malbouffe, mais dites vous bien que pour les Médors et autres Minous, c’est 10 fois pire.

Partie 2

Pour ne plus rater d'article

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

63 commentaires
    1. Ouais, chiens et chats dans le même panier. D’ailleurs les chats sont réellement des carnivores stricts alors que les chiens un peu moins.

      1. Bonjour, je viens de découvrir votre site, très chouette, il me semble sur l’alimentation entre autres des félins, puisque c’est le sujet qui m’intéresse. Personnellement, je mange bio et j’ai une minette âgée de 10 ans à qui je donne entre autres choses, des croquettes Defu (bio) à la volaille. Je ne suis pas d’accord avec vous quand vous dites que les félins sont des carnivores exclusifs. Je vous invite à venir voir ma Câline me réclamer de la salade et autres crudités, des algues dont elle raffole et des fruits frais et secs. Bien sûr, rassurez-vous, elle mange aussi de la viande bio, du poisson et des oeufs !!! elle n’est pas en sur-poids ;^) et passe ses nuits à chasser !
        voilà, je tenais à vous apporter mon témoignage, bonne continuation à vous !
        Bien cordialement
        C Brard

  1. Très intéressant votre article sur les croquettes industrielles, je m’en doutais depuis longtemps… j’attends avec impatience la 2ème partie !
    De nombreux cancers touchent de plus en plus nos amis à 4 pattes, c’est étrange, non ? Car eux, ils ne fument pas et ne boivent pas, alors je me dis que ça vient de leur alimentation comme pour l’homme…mais que faire ?
    Pour mes chiens je mélange de la nourriture (viande & légumes) que je cuisine à des croquettes que j’achète BIO (marques Almo Nature ou Forza, mais même là, j’ai un doute…) quand aux chats qui vadrouillent dehors, c’est impossible, ils ne veulent pas manger ce que je leur donne car ils mangent des pâtés & croquettes industrielles chez les voisins.
    Les marques industrielles mettent des produits appétissants qui leur plaisent et c’est un vrai piège !!!

    1. Forza 10 n’est bio que sur le papier…certification italienne sans aucune valeur contractuelle (tu envoies un cheque et tu t’engages a respecter le cahier des charges mdr…oui je le jure !).Espagne et Italie sont parmi les pires en respect de ce qu’ils marquent sur les etiquettes.

  2. Bravo pour cet article!
    J’avais autrefois de la famille dans l’agriculture: ils etaient au courant de ce qui se passait dans les abattoirs/usines d’equarrissage, et ont degoute toute la famille des plats cuisines/aliments pour animaux (y compris les ‘farines’ pour bestiaux).
    Je n’ai jamais nourri mes animaux aux croquettes ni aux pates pour chiens/chats, mais leur ai toujours servi des ‘plats maison’. Comme ils venaient tous de refuges, le ‘sevrage’ a parfois ete difficile: j’ai eu un chat qui pendant 2 ans n’acceptait de manger que des maquereaux crus… ou les souris et oiseaux qu’il parvenait a attrapper.
    Il n’y a pas que les animaux qui sont touches: il y a quelques annees, j’ai vecu en coloc avec des polonais tellement pauvres (ils bossaient en interim, dans le batiment) qu’ils achetaient de la pate pour chien, parce qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour se payer de la viande. Ils se preparaient un espece de goulache, qu’ils mangeaient avec de la puree de pommes de terre en flocons, ou des pates tres bon marche. C’etait leur seul repas de la journee…

  3. Vivement la suite! En tous cas ma chienne est loin d’être une simple carnivore, elle mange tout ce qui lui paraît être comestible (même les bouchons de bouteille…)

  4. C’est la portion de glucides qui me paraît une fois de plus anormale compte tenu du patrimoine génétique des chiens, comme tu le souligne, proche de celui des loups, qui devaient avoir bien du mal à consommer des glucides il y a 10000 ans.

    En tout cas, ce qui est alarmant, c’est le nombre de chiens obèses :) , et pour cela, n’hésitez-pas à faire courir médor en même temps que vous !

    Romain

  5. Sous certaines conditions oui. Je suis d’accord avec le lien que tu as fourni, et c’est ce que j’ai trouvé au cours de mes recherches: le chien sécrète de l’amylase uniquement à partir du pancréas.

    Après, le débat omnivores ou carnivores reste ouvert. Les chiens digèrent très mal les grosses quantités d’amidons, et encore moins quand celles-ci ne sont pas cuites. Mais il est indéniable qu’ils se soient très bien adapté, au moins en partie, à l’arrivée massive des sucres dans leur régime alimentaire.

    Et pour te rejoindre, est-ce optimal pour lui ? Moi non plus je ne sais pas, comme l’excès de sucre est dangereux pour l’homme, il l’est également pour le chien. Et j’aurais plus tendance à placer le chien sous l’ordre des carnivores peu stricts à tendance omnivores ou un mélange des deux termes. En tout cas, le bagage génétique du chien, même s’il évolue, ne montre pas pour moi une prédisposition pour manger des féculents mais plutôt une barrière de sécurité pour digérer et traiter un minimum d’amidon qui proviendrais des Hommes, encore eux!

  6. La faculté de digérer les féculents comme un outil de prévention chez les chiens ? Intéressant.
    Pour l’homme ça me semble différent, on a un historique plus complexe (sans doute des racines frugivores, puis acquisition/adaptation -partielle- à la cuisson, chasse des grands mammifères – on a même causé leur extinction -).

  7. Bon c’est un point de vue sur l’histoire de l’évolution, mais tu résumes plutôt bien ma pensée: un outil de prévention. On pourrait faire l’analogie avec la lactase qui est synthétisé par 30 à 35% de la population mondiale. Une prévention ? Pour éviter trop d’indigestion par rapport à un aliment introduit fortement dans la consommation courante ?

    Dans le débat chien et amidon. Ok, ils peuvent tolérer une certaine limite d’amidon, comprise à environ 45% selon certaines sources, pourtant les croquettes contiennent largement plus, à hauteur de 50 voir 55% d’amidons.

    Et je ne prend pas en compte les sucreries, les desserts et les récompenses qui peuvent dramatiquement alourdir le bilan calorique du chien et du chat.

    1. Je te suis, mais dans le cas des croquettes, n’avons-nous pas un produit méchamment industrialisé plutôt qu’un aliment ?
      Bon ça change pas mon point de vue, 10 à 20 % de glucides chez le chien doit être bénin à moins qu’il ne mange de glucides à peu près sains – j’ai en tête le chien de mon oncle dans les années 80 qui carburait au riz sans avoir développé quoique ce soit et mort dans la force de l’âge, bon un phénomène aussi -. Au-delà je ne me mouillerais pas.

      1. Ouais Sylvain, complètement d’accord avec toi pour les glucides. Mes chiens étaient également nourris à base de riz, légumes et viandes hachées avant, ils n’avaient pas de problème (mort de vieillesse d’ailleurs, je pense)

  8. J’ai dit entre 10 et 20% :)
    Merci pour le lien
    (les anglais seuls peut-être pas, mais anglais+américains+australiens+canadiens+le reste du monde scientifique qui favorise l’anglais, ça commence à faire largement plus que la francophonie oui)

  9. mon chien mange “paléo” depuis un an maintenant , il a 11 ans des soucis cardiaques depuis 4 ans mais à côté de cela il pète la forme ;
    son alimentation est basée sur de la viande crue et des os charnus ainsi que de l’huile d’olive et un peu de vinaigre de cidre pour aide la digestion des os .

    pour un chien ce mode d’alimentation est connue sous le nom de BARF ou raw feeling pour sa forme la plus pointue, on peut également nourrir les chats mais aussi les furets de cette façon

    il existe d’ailleurs un site dédié au barf très bien fait où l’on peut trouver de l’aider pour aider à cette transition et c’est en voyant les résultats sur mon chien que ça m’incite à m’y intéresser pour moi mais j’ai plus de mal à la mettre en pratique notamment au niveau du petit déj car moi le matin j’ai faim lol!

    1. Ca pourrait être intéressant “une famille paléo” ! ^^ Si tu as des questions sur le régime paléo pour les Hommes, je te conseilles de lire les articles dédiés “comment manger paléo dans la vraie vie ?” par exemple.

      bien à toi.

  10. (J’ai remarqué que tu as supprimé ton article outrageusement polémique et tapageur. J’espère qu’ici, on peut débattre de manière plus saine…)

    C’est maladroit de mettre toutes les croquettes dans le même sac (sans mauvais jeu de mots). Il y a une énorme différence entre :
    – des croquettes de supermarché : protéines de mauvaises qualité, céréales en fonction des prix du marché, trop salé, trop gras…
    – et des croquettes premium : évidemment vendu 3 fois plus cher par les mêmes industriels, mais dont le prix se justifie d’une part car la qualité des matières premières est contrôlée et d’autre part pour financer la recherche dans ce domaine (ce qui permet d’améliorer leur qualité, même s’il s’agit toujours de vendre de la croquette).

    Revenons ensuite sur les matières premières que tu critiques.

    Les protéines animales ont pour origine des sous-produits d’animaux, qu’on ne consomme pas pour des raisons culturelles ou pratiques mais qui restent tout à fait comestibles.

    Ensuite, je ne comprends pas pourquoi la supplémentation en vitamines est un problème…

    Quant à la cellulose, qu’on désigne plus couramment par “les fibres”, le fait qu’elle ne soit pas digérée est justement sont intérêt, car c’est ainsi qu’elle facilite le transit (les chiens et les chats qui ont mal aux ventre mangent spontanément de l’herbe…).

    Le chien n’est pas un carnivore strict, il est normal et nécessaire qu’il mange autre chose que de la viande. Et vouloir comparer son régime alimentaire à celui du loup est une erreur tant il s’est différencié de ce dernier au fil de l’évolution.

    Le tartre est un problème pour un chien qui ne mâche pas ses croquettes. Certains industriels ont conçus des croquettes de taille suffisamment grosse pour obliger le chien à les croquer, et avec des fibres (encore elles) qui préviennent la formation du tartre par une action mécanique sur la dent. Mais il faut savoir qu’il y a surtout un facteur race, et que certaines races sont prédisposées (par exemple les Yorkshires) à cause d’une salive trop alcaline.

    Pour ma part, j’ai pu testé différentes marques de croquettes premium. C’est très pratique, ont peut acheter plusieurs mois de nourritures d’avance, et il n’y a pas de temps de préparation. Je préfère consacrer du temps à l’activité de mon chien (promenade, jeux), plutôt qu’à son alimentation. Ma chienne est en parfaite santé, pleine d’énergie, a le poil soyeux, des selles bien moulée, et pas de tartre exepté sur les dent du fond qu’elle n’utilise pas assez pour macher (mais pas plus quand elle ronge un os)… Bref, je ne vois pas de raison de changer.

    Personnellement, je trouve que ça fait très “bobo” de vouloir nourrir sont animal avec un régime qui colle à son alimentation “naturelle” : pourquoi alors ne pas le laisser en liberté dans la nature et chasser lui-même ses proies (et manger des fruits, des bouses, un peu d’herbe…) ?? Non, le vrai avantage que propose l’alimentation maison par rapport aux croquettes, c’est qu’elle est meilleure en goût, et varie un peu d’un jour sur l’autre.

    De la même manière que tous les régimes de type ration ménagères ne se valent pas (certains sont excellent, d’autres dangereux), il en vas de même pour les croquettes, certaines sont délétères, d’autres sont excellentes.

    1. Lucien ! Tiens donc un revenant ! Je me souviens de toi et de tes commentaires fins et délicats, bien conservés au chaud !

      Bref.

      Je te répond très rapidement, l’écriture de ce livre et de toutes ces révélations sur les croquettes, les vétérinaires et les sociétés pet food me prend du temps.

      1. Les croquettes premium, diététiques ou thérapeutiques ne sont pas forcément de meilleures qualité, c’est parfois même pire. Sous-produits animaux, maïs, riz de brasserie, pulpe de betterave, farine de gluten (dont la valeur biologique est la pire de toute). Dans l’article révélateur que tu as pu lire (ou pas si je me rappelle bien ?) j’ai décortiqué 4 ou 5 croquettes vendues uniquement par vétérinaire, qui étaient des abbérations nutritionnelles pour les AC (animaux de compagnie).

      Ce mythe qui a la peau dure va en prendre un gros coup quand je vais publier l’analyse des croquettes les plus prestigieuses. Faut-il encore être patient.

      2. Pourquoi la supplémentation en vitamines pose problème ? Tout simplement parceque les vitamines synthétiques ne sont pas assimilées de la même manière, il faut comprendre moins bien assimilées. Et les vétérinaires auraient la prétention de dire que toutes les vitamines présentent dans une alimentation traditionnelle (dont on ignore aujourd’hui la totalité des composants) sont rajoutées après la cuisson des croquettes ? C’est tellement grotesque qu’il faut bien 4 à 6 de formatage pour le croire, nul n’en doute.

      3. C’est bobo de nourrir son AC avec la nourriture la plus adaptée pour lui, celle qui le rend fort et non malade ? Je pense que la messe est dite, la lobotomie est effectivement un phénomène très répandue. Oh mais oui:

      “Je préfère consacrer du temps à l’activité de mon chien (promenade, jeux), plutôt qu’à son alimentation”

      Bien évidemment, comme les croquettes créées par les sociétés pet food adhèrent parfaitement bien aux recommandations éditées par ces mêmes sociétés pet food, où est le problème ?

      Après, car je suis quand même de bonne foi, il existe des croquettes SANS céréales, avec des quantités de protéines élevées, autant dire un oasis dans ce désert de croquettes aux maïs !

  11. Bonjour,
    Je viens de lire votre article avec attention. Comme vous vous targuez d’être scientifique, de vous appuyer sur des publications scientifiques (cf les commentaires de vos articles) afin de nous donner « les conseils validés par la recherche scientifique et les propagandes de l’agroalimentaire », je vais donc tacher de suivre votre raisonnement avec un esprit factuel, méthodique et scientifique (malgré mon handicap dans ce domaine, vu que je fait partie ce magma de vétérinaires diplômés ou étudiants abrutis et aveuglés par les dogmes qu’on leur enseigne et par les industriels, toujours cf les commentaires de la 2ème partie de votre article et de l’article supprimé). Allons-y dans l’ordre :

    « (les curieux pourront se repaître de cet article). »
    Wikipédia ? Mouai, moyen pour quelqu’un qui se targue de n’utiliser que des sources scientifiques reconnues…

    « Aujourd’hui, les médor ou autres toutous à sa maman »
    Et après vous parlez de combattre les préjugés et les idées reçues…

    « Le marché des croquettes représente 75 % des ventes (2009), tandis que le reste provient de recette maison ou d’autres sociétés. »
    75% des ventes de quoi ? Si c’est une référence au tableau en dessous, ça serait bien de le préciser (et dans ce cas, je n’y vois pas de « recette maison » et les autres sociétés vendent aussi des croquettes)

    « Dans ce paquet de croquette, les céréales occupent une place de choix, puisqu’elles sont présentes à hauteur de 40 %, alors que les protéines et le gras ne représentent que 25 et 14 %, respectivement. »
    Je veux bien vous croire, mais il serait bien de mettre un lien direct où je pourrais vérifier ces valeurs, ou au moins la référence exacte de croquette utilisée pour trouver ses valeurs…

    « Ces chiffres ne représentent en fait pas la proportion des 3 macronutriments (protéines, lipides et glucides), car il faut faire une règle de 3 pour obtenir les bons chiffres… que voici : »
    Une règle de 3 à partir de quoi ? Sachant que le blé, le maïs et la pulpe de betterave contiennent également, en plus des glucides, des protéines et des lipides, j’aimerais vraiment savoir le détail de votre calcul…

    « Selon laNutrition.fr, »
    Pourquoi pas comme source, ça sonne pro « la nutrition.fr » non ?, mais ils ne citent pas la source de leurs infos… De plus c’est plutôt léger comme assertion, vu l’hétérogénéité des formats de chiens et les variations des besoins physiologiques, mais bon on y reviendra dans votre 2ème partie je crois…

    « Nous avons donc une majorité de glucides, sous la forme d’amidon de céréales (dont les fameuses molécules du blé, comme le gluten, les agglutinines, etc.), et de la graisse et des protéines animales déshydratées. Déshydratées ? Ca veut dire quoi ? »
    Et bien, vous mettez bien des choses dans votre amidon. Déjà, c’est quoi les fameuses molécules du blé (car dans les ingrédients cités plus haut, je ne vois que de la farine et du blé) ? Aux dernières nouvelles, le gluten est une protéine, et les agglutinines sont des anticorps, donc je ne vois pas ce qu’elles viennent faire là-dedans…
    Déshydratées vient du verbe déshydrater, qui veut dire, d’après le Larousse, « Enlever l’eau mélangée ou combinée avec un corps ». Je pense que c’est clair, non ? Donc si RC n’en donne pas la définition, c’est peut-être tout simplement parce qu’elle se trouve dans n’importe quel dictionnaire, non ?

    « En fait, les croquettes subissent une cuisson – extrusion qui revient sur tous les blogs et qui consiste en une cuisson haute température (150 à 200°C, parfois 400°C) avec une pression hyperbare (35 fois celle de l’atmosphère). »
    Quels blogs ? Quels sources pour votre définition de la cuisson extrusion ? Voici celle de l’INRA (http://www7.inra.fr/internet/Directions/DIC/presinra/SAQfiches/cuissonextru.htm) : « Entraînée par les vis, la matière est soumise pendant un temps très court (20 à 60 s) à de hautes températures (100 à 200°C), à de fortes pressions (50 à 150 bars), et à un cisaillement très intense. Sous l’action de ces paramètres physiques, la matière subit des modifications physico-chimiques et une homogénéisation. Sa sortie à travers la filière lui donne sa forme finale. La chute brutale de la pression lors de l’extrusion déclenche une vaporisation instantanée de l’eau présente, qui peut entraîner une expansion caractéristique du produit ».

    « D’après un site fortement anti-croquette, la pulpe de betterave est un sous-produit de l’industrie sucrière, de la betterave sucrière. »
    Un site fortement anticroquette (dont le lien ne fonctionne pas) est-il une source sérieuse ? Mais c’est vrai, la pulpe de betterave est bien un sous-produit de l’industrie sucrière.

    « L’article énonce même que les « ruminants sont les seuls capables de digérer la cellulose grâce aux bactéries de la panse). »
    Comme quoi, il y a bien des conneries sur Wikipedia… Toujours selon mon ami Larousse la digestion c’est la ” Fonction chimique des cellules vivantes, des animaux et des plantes, consistant à fragmenter les grosses molécules des aliments en petites molécules solubles dans l’eau, transportables dans le sang ou les sèves et à partir desquelles seront édifiées par assimilation les structures organiques ou accumulées des réserves. ». Donc les ruminants ne digèrent pas la cellulose, ils digèrent les bactéries qui la digèrent et leurs déchets. Or les chiens possèdent, à une moindre échelle bien sûr, des bactéries semblables dans leur colon.
    Nous en arrivons donc au rôle de la cellulose : une partie sert à nourrir les bactéries commensales du colon, qui limitent par leur présence le développement de bactéries pathogènes (et les diarrhées et mortalité associée), l’autre partie, non digérée, structure les fécès et permet d’obtenir une texture de crotte « qui se tienne » (intérêt ? ça ne leur colle pas au postérieur et ça glisse moins quand on marche dessus ;-)). En revanche, je vous l’accorde, d’un point de vue purement nutritionnel, la cellulose n’apporte aucun nutriment à nos amis canidés.

    « Pour nos amis les bêtes, la réponse nous vient d’un chirurgien vétérinaire et président du groupe de chirurgie vétérinaire français, M. Duprez, qui nous confirme l’absence de cellulase, l’enzyme chargée de digérer (au moins en partie) la cellulose. »
    Je n’ai trouvé aucune trace de ce docteur et de son groupe, ni dans le registre de l’Ordre National des Vétérinaire, ni dans l’annuaire Roy des vétérinaires, mais bon passons. En effet, les chiens ne possèdent pas de cellulase puisque aucune espèce domestique, NI L’HOMME (contrairement à ce que semble affirmer M.Duprez) d’ailleurs, n’en possède. Puisque vous semblez apprécier Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cellulase. De plus, son article manque de sources et de valeurs chiffrées je trouve. A partir de quelle quantité considère-t-il qu’il y a excès de glucide ??

    « Toujours selon le site qui accusent les croquettes, »
    Dont le lien aboutit toujours sur un 404 not found.

    « L’unes des conséquences de cette qualité médiocre pourrait être la présence de mycotoxines, attestées par la célèbre association 60 millions de consommateurs. Ces mycotoxines peuvent entraîner des troubles de la reproduction. »
    Auriez-vous SVP une version de cet article de 60MC, qui me semble intéressant, qui ne soit pas tronqué par un découpage manuel peu discret ? (et comme dit dans l’article, d’autres agents peuvent être à l’origine de troubles de la reproduction)

    « On peut également noter la présence possible de métaux lourds, d’insecticides, de pesticides, de dioxines et de végétaux transgéniques dans les croquettes pour chiens. »
    Votre source ? Et techniquement, oui, c’est toujours possible, comme dans les aliments humains (viande crue comprise), dans l’eau, dans l’environnement… Mais il y a des règlements européens qui établissent des limitent maximales pour ces éléments, comme pour les aliments humains (je pourrai vous retrouver les textes si y tenez vraiment). Par contre je ne sais pas si la souris que chasse Mistigri dans le jardin les a lu ;-)

    « Cela semble d’autant plus vrai que de nombreux vétérinaires corrèlent une alimentation à base de croquette avec des risques augmentés de diabète, d’obésité, de torsion de l’estomac, de désordre intestinaux (diarrhée et flatulence), de pancréatites ou d’insuffisance pancréatique »
    Quels vétérinaires ? Combien ? Merci de vous appuyer sur une source précise et scientifique comme vous vous targuez de faire, et si c’est le cas, la citer précisément pour qu’on puisse la consulter.

    « c’est un véto qui le dit » Cf plus haut.

    « En fait, Gérard Lippert qui a publié un livre sur le sujet dénonce une espérance de vie divisée par deux pour certaines races de chiens. Il va même plus loin en affirmant que tout chien, races et sexes confondues, a une espérance de vie réduite de 3 ans avec une alimentation industrielle de type croquette. »
    D’après les informations que j’ai pu trouver, son livre a été publié en 2006 sur la base d’une « étude » qu’il a menée dans sa clientèle en 2003 (il y a donc 10 ans…). Je n’ai pas réussi à trouver cette étude en question, ni son protocole, à ma grande déception. Mais si vous avez lu son livre, peut-être pourrez-vous m’éclairer sur les preuves dont il dispose pour appuyer ces informations. En attendant je préfère, par pure rigueur scientifique, ne pas tenir compte de ces affirmations.

    « L’alimentation industrielle serait également responsable du tarte sur les dents, de la mauvaise haleine, d’un poil terne, de dysfonction urinaire, de dysfonction oculaire, de perte d’énergie e de bien d’autres maux (d’autres exemples ici). »
    Elle est bien gentille Sylvia Kramer, mais quelles sont ses sources pour appuyer ses affirmations ? Par source, j’entends bien entendu publication scientifique avec commité de lecture… Elle conseille en complément un « article » d’un site américain, sachant que la législation américaine est différente de la législation française ou belge, un site d’un éducateur canin québécois, un livre sur l’alimentation « naturelle » du chat, un lien qui ne marche pas, le livre de M. Lippert et un livre paru en 1999, soit il y a 14 ans, donc probablement caduc.

    Je dois admettre que vous maitrisez plutôt bien la rhétorique (malgré les fautes d’orthographes et de grammaire) et la manipulation des foules par des assertions sous couverts de « des vétérinaires ont dit », « des scientifiques ont dit », « de nombreux blogs affirment ». Pour ce qui est de votre esprit scientifique, désolée, mais votre article ne le met pas franchement en valeur… Un vrai article scientifique justifie chaque information par une source PRECISE (afin que le lecteur puisse la consulter s’il le souhaite) et SERIEUSE, c’est-à-dire qui s’appuie elle-même sur des publications scientifiques à comité de lecture ou sur des expériences dont le protocole est scientifiquement validé. Je compte bien lire attentivement la seconde partie de votre article dès que j’en aurais le temps, en espérant qu’elle soit plus rigoureuse scientifiquement…
    Cordialement.

    1. Math,

      Beau travail basé sur des clics et un peu de lecture. Cet article n’est pas une publication scientifique, donc pourquoi devrais-je l’assortir de nombreuses preuves précises, des articles scientifiques ?

      Un message doit être passé, et peu importe les nombreuses (ou pas d’ailleurs) fautes d’orthographes, que seuls les vétérinaires ou étudiants en colère relèvent. Tu essayes tant bien que mal de t’attaquer aux idées ceci dit, il y aurait un espoir dans la profession ?

      Par pur amusement, je vais répondre à cette question:

      “A partir de quelle quantité considère-t-il qu’il y a excès de glucide ??”

      A partir du moment où l’on observe une explosion des maladies de civilisation chez les animaux de compagnie. Du diabète chez un chien ? Bien sûr, une croquette garnie d’amidon de céréale à hauteur de 40, 50 ou 60 %. Sachant que les carnivores domestiques vivent parfaitement sans glucides, et tolèrent une petite quantité (de l’ordre de 15 % dans l’idéal), au-delà, c’est de l’excès. Ce n’est pas expliqué dans la formation ? Cela ne m’étonnerais pas.

    2. Damned, je ris ou plutôt je pleure en lisant les commentaires des apprentis-vétérinaires car ma chatte a failli mourir à cause de leurs bons conseils. Je dis cela en pesant mes mots car elle s’arrachait les poils jusqu’au sang+ vomissements+ diarrhées + stress intense + agressivité etc juste parce que je lui donnais à manger des croquettes vendues par les vétos de la marque Specific (anti pbs rhénaux pour être précise). Comme me disaient les différents véto consultés, ne changez rien à son alimentation, ça ne peut pas être des croquettes élaborées avec l’aide de vétérinaires qui rendraient malades les animaux !!!
      où irions-nous, c’est vrai quoi ?!
      N’empêche que j’ai arrêté de lui donner ces s…peries pour lui donner des croquettes bio (un peu, de la marque Defu pour les personnes qui rencontreraient le même type de pbs) et tout le reste en cru et cuit et surtout bio : viandes, poissons, oeufs, légumes, algues qu’elle adore et même des fruits secs qu’elle vient réclamer comme une friandise de temps en temps ;^) Autant vous dire qu’elle est en pleine forme !!! Par ailleurs, je ne mets pas tous les vétos dans le même sac (à la rivière, hi hi hi) mais il faut bien admettre que rares sont ceux, comme les médecins pour humains d’ailleurs, qui ont une vision holistique de l’individu qui leur est confié !
      à bon entendeur !
      C Brard

  12. j’ai pratiqué le BARF depuis 2000 pour mes chiens, entre autres pour un chien de race qui déjà jeune était méga allergique à tout y compris les croquettes de pro
    superbe réussite
    pour les pinailleurs qui te cherchent la petite bête scientifique, j’ai le souvenir que le véto australien qui a lancé le mouvement BARF avait fait une étude poussée et documentée
    j’ai donné tous mes livres il y a cinq ans, quand je croyais quitter la nutrition, mais tout se retrouve facilement désormais avec les ebooks
    j’avais commencé un livret “je nourris médor comme un loup et ça ne me coûte pas un sou”
    je recherche le brouillon, je dois y avoir des références

    1. Bonjour Taty !

      Merci pour ton témoignage très positif ! Je connais cet australien et je n’avais même pas pensé à chercher de son côté. Et puis, les vétérinaires ne cherchent pas que la petite bête scientifique tu sais, j’ai reçu des pressions assez intéressantes pour mon dernier article “les vétérinaires sont-ils pourris jusqu’à l’os ?” que j’ai du retirer par ailleurs.

      Etrange coïncidence, mais c’est moi qui suit maintenant en train de rédiger un livre sur toutes ces histoires de manipulation !

      En tout cas, si tu as les fameuses références, je les accueillerai avec grand plaisir,

      A bientôt Taty !

      PS: je suis en train de lire ton topo sur le grand méchant lait, et je reconnais avoir eu un avis “trop tranché” sur le lait. Je bois de nouveau du lait… cru depuis 3 ans d’abstinence. Un régal ! Merci à toi ; )

  13. Bonjour,

    Je complète ce que mes collègues ont rappelé plus haut concernant les recommandations nutritionnelles et leur adéquation avec des croquettes

    Vous dites que cet article n’étant pas une publication scientifique, vous pouvez allègrement vous dispenser de citer des sources précises: je vous ferais remarquer que lorsqu’il s’agit d’argumenter en faveur de votre propos selon lequel l’alimentation industrielle est néfaste aux animaux de compagnie, vous citez de nombreuses publications sans véritablement les discuter (peu pertinentes dans ce contexte et dont les conclusions divergent même des vôtres dans certains cas) mélangées avec des liens internet plus ou moins orientés.

    Si votre article n’est pas un article qui vise à la vulgarisation scientifique dans le but d’éclairer le public sur des risques liés à l’alimentation, on peut donc trouver très curieux de votre part ce manque de précision dans votre argumentation.
    Nous nous retrouvons ici devant un paradoxe: vous affirmez avec un aplomb assez incroyable qu’il est absolument indéniable que les croquettes sont inutiles et dangereuses, mais vous ne prenez pas la peine de démontrer comment de façon tangible?
    Pourquoi aborder un sujet comme la nutrition animale qui peut être aussi complexe, qui fait l’objet de tant de travaux comme vous l’avez souligné, sans faire preuve d’un minimum de réserve et sans préciser que votre travail n’est justement pas scientifique eu égard au fait que vous n’êtes pas un professionnel dans ce domaine (ce qui n’a rien de péjoratif)?

    Le raccourci est facile: tout article qui confirme plus ou moins le propos, sérieux ou pas, est mis en exemple, tout article qui l’infirme peut être balayé d’un revers de main, sous prétexte qu’il ne serait en fait qu’une propagande orchestrée par les industriels.

    Si vous voulez être crédible dans votre critique, soyez crédible dans vos arguments.

    Où est l’objectivité? la critique rigoureuse?
    Si votre article n’est pas à visée scientifique ne prétendez pas engager un tel débat qui nécessite d’être exhaustif et d’appuyer sa critique sur des faits précis, si c’est pour rester dans le vague lors de votre argumentation, et vous réfugier derrière cette excuse d’article non-scientifique juste après quand vos contradicteurs répondent. C’est un peu trop facile non?

    Affirmons que les croquettes sont nocives et que les vétérinaires sont corrompus c’est une évidence pour tout le monde et après tout ce n’est pas un article scientifique, pourquoi s’embarrasser avec des détails aussi futiles que l’exactitude des faits?

    Au sein des écoles vétérinaires, outre le souci bien connu d’escroquer nos clients en soignant mal leurs animaux histoire qu’ils reviennent plus souvent, il nous est recommandé de mettre régulièrement à jour nos connaissances, et d’apprendre à n’accepter les démarches qui sont scientifiquement validées par l’expérimentation, et les preuves: autrement dit ne pas se contenter d’appliquer bêtement des recettes, mais considérer les faits et sans cesse se remettre en question pour faire évoluer notre pratique.
    D’où l’intérêt des nombreuses formations et autres séminaires que nous autres bandits de grand chemin, nous suivons régulièrement au cours de notre carrière.

    Du coup, quand quelqu’un publie sur la toile un article, sans prétention scientifique d’après vous, mais qui a néanmoins la prétention affirmée d’établir une vérité irréfutable sur l’un des éléments de notre pratique professionnelle, concernant un domaine dans lequel nous avons des connaissances acquises par des dizaines d’heures de formation, avec lesquelles nous soignons tous les jours (de façon avérée sauf si nos clients nous dissimulent les morts) bon nombre d’animaux, en insultant au passage l’ensemble de notre profession, en nous assimilant plus ou moins à des gens ignares naïfs et vendus à l’industrie, et tout cela à partir de références hautement sujettes à caution tirées de sites web divers mélangées à des articles non-critiqués… il y a là de quoi en énerver plus d’un j’espère que vous le comprenez.

    Qui êtes vous pour essayer de traîner dans la boue des milliers de gens que vous ne connaissez pas sans avoir jamais travaillé avec eux ni avoir la moindre idée de leur façon de travailler? Votre article est-il le résultat d’une investigation en prenant contact avec nos confrères pour leur demander leur ressenti? Avez-vous au moins tenté de le savoir ou vous êtes vous seulement limité au point de vue qui vous arrangeait? À l’idée séduisante que nous ne pouvions être que les pions de l’industrie?

    Là est le problème, vous mettez tout le monde dans le même panier et vous enrobez votre discours d’un parfum de scandale sur fond de douce théorie du complot à la manière d’un journaliste de JT, avec des preuves plus que discutables.

    Une fois un article publié sur la toile, pertinent ou pas, avez-vous la moindre idée du nombre de personnes susceptibles de le lire et de prendre son contenu avec le plus grand sérieux? Imaginez ce que cela donne s’il ne repose pas sur des fondements clairs et démontrés?
    Imaginez ce que cela donne quand des gens prennent ces recommandations à la lettre ou les interprètent de façon déformée?

    Pensez-vous à votre responsabilité?
    Est-ce vous qui allez devoir expliquer aux propriétaires que leur chiot ou leur chaton de 1 an qui a les os déformés aurait dû ne pas être nourri uniquement à la viande? Est-ce vous qui allez préparer les rations ménagères des chiens atopiques dont les propriétaires hésitent à les euthanasier parce qu’ils se grattent tellement qu’ils n’ont plus de poils, et autres insuffisants hépatiques ou rénaux? Non, les incompétents que nous sommes s’en chargeront pendant que vous vous livrerez à l’exercice facile de la critique, derrière votre ordinateur.
    Ceux qui démolissent sont rarement ceux qui reconstruisent derrière.

    Effectivement on pourrait s’interroger sur le rôle de l’alimentation industrielle dans l’émergence de certaines maladies comme l’obésité chez les animaux de compagnie avec tous les troubles qui s’ensuivent, des liens possibles entre la vaccination et le fibrosarcome félin… Mais en affirmant les choses de façon aussi tranchée, et en insultant tout le monde, je crains que peu de gens acceptent de débattre avec vous.

    Ne soyez pas si vindicatif s’il vous plaît et apprenez à respecter le travail des autres.
    Il y a plus de gens ouverts au débat qu’on ne le pense, moi le premier, mais j’ai du mal à discuter face à quelqu’un qui me lance son verre d’eau en plein visage en préambule.

    J’espère que la mise à jour de votre article se voudra plus objective et responsable

    1. Tom,

      Ton commentaire est riche d’enseignement et colporte a lui tout seul tous les arguments négatifs, désuets, hors de propos et complètement influencés par les sociétés pet food.

      Je suis tout d’abord attristé de voir que, et je cite une étudiante vétérinaire, la lobotomie est très efficace dans les écoles vétérinaires mais également après !

      Je ne soutien aucune théorie du complot, j’observe qu’une profession est entièrement manipulée, oui, toi, tes collègues et tous les autres (pour la plupart) êtes des pions, des victimes d’un système qui vous échappes. Vous êtes incapable de remettre en cause les fondements même de votre formation, et je le reconnais. C’est une faiblesse, vous avez trop de fierté et vous osez vous prétendre “défenseur des animaux?”

      Vous êtes des spécialistes en chirurgie, en diagnostic, et que sais-je, mais absolument pas des spécialistes de la nutrition.

      Essayons de comprendre ce que je suis en train dire, ensemble. Ouvre donc un peu tes yeux. Les animaux de compagnie, dès lors qu’ils s’alimentent normalement: c’est à dire à base d’os,de viande crue, de quelques légumes et de fruits par ci par là ne développent aucune maladie. Maintenant, aujourd’hui, moi je vois comme toi qui vois déballer des tonnes de chiens et chats malades de diabètes, d’obésité, de problèmes rénaux, articulaires, digestifs, dentaires. la seule cause commune est la dégradation de la nourriture.

      Mais sois serein, tu n’es pas responsable, c’est pas toi qui a créer ces croquettes et qui force les propriétaires a les achetés, non toi tu fais ton travail et tu répares les pots cassés. Sauf que des maladies, tu en verrais 150 fois moins si tout le monde évitaient les maudites croquettes et boites humides aussi évidemment (sauf les rares marques qui évitent les céréales et les sous-produits animaux).

      Maintenant, Tom, vétérinaire ou je ne sais quoi. ll va falloir regarder la vérité en face: les animaux de compagnie sont en train de crever à cause des saloperie qu’on fout dans leur gamelle ! Et oui, vous faites partie du système qui colportes un message positif envers les croquettes ! Il faut maintenant l’accepter, dignement et sans être dénigrant envers mes articles, qui ont le mérite de dire la vérité (au moins une fois tu pourras l’entendre)

      Après, tu me fais doucement rigoler avec tes formations en permanence pour être au “top du top” ! Sachant que toutes les formations sont financées par l’industrie pet food, elles sont par nature compromises à la base. C’est une évidence marketing, un triste constat du modèle capitaliste.

      J’ai par le passé attaqué nombre de médecins et professionnel de la santé humaine, mais jamais je n’ai vu une réaction aussi violente de la part d’un corps “médical”. Je me rends compte que les réactions sont à la hauteur de la corruption que j’ai pu remarquer et dont j’écris un livre tellement l’absurdité de la situation mérite d’être connue de tous.

      Le circuit est bien rodé, vous en faites parties et vous le défendez sans même savoir, sans même avoir la moindre réflexion évolutive, historique et physiopathologique.

      Honnêtement Tom, ce livre va te faire un choc, à toi et à tous les professionnels du milieu qui ont des oeillères fortement fixées. Il ne plaira pas aux vétérinaires, il ne plairat pas aux étudiants, il ne plaira pas aux directeurs des écoles, il ne plaira pas aux sociétés pet food, mais il plaira à TOUS les propriétaires d’animaux de compagnie, et au final, c’est ça l’objectif de mon travail.

      Alors merci d’être passé, ouvre des bouquins, lis des articles, renseigne-toi, cultive-toi. Sache que ta formation ne t”as rien appris, si ce n’est te servir d’un scalpel et de faire des points de suture… Alors ne vient pas me parler de nutrition !

      Vous êtes des amateurs influencés par les lobbies en nutrition, le cocktail explosif que tous les chiens et chats payent dès qu’ils mangent une croquette. Triste réalité. Les choses vont changer. D’ailleurs, j’ai réussi à faire réagir le directeur de l’école de Toulouse en personne, et maintenant qeu j’ai toute son attention, on risque d’apprécier ensemble la suite des événements.

      Ceci étant dit, merci de ton travail de soins auprès des animaux. En espérant que cela s’arrête là.

      Ciao.

  14. Ah mais Tom attends ! J’en avais oublié ta toute première phrase.

    “Je complète ce que mes collègues ont rappelé plus haut concernant les recommandations nutritionnelles et leur adéquation avec des croquettes”

    Les recommandations nutritionnelles ? De qui émanent-elles ? D’une instance indépendante ? D’une instance publique ?

    Non ! Elles émanant de l’AAHA, AAFCO, WSAVA et AFVAC qui sont TOUTES des associations financées par les plus grandes sociétés pet food de la planète (Mars, Hill’s, Virbac, Colgate-palmolive, Nestlé purina).

    Alors ne vient pas me parler de recommandations nutritionnelles qui rejoignent MIRACULEUSEMENT la composition des croquettes, parce qu’on se demande bien pourquoi. Mais les lecteurs l’auront bien compris ne tant fait pas.

    Bref, le système est bien rodé, bien pourri.

    1. Un grand merci pour votre courage Jérémy. L’adversaire qui se cache derrière la pratique est de taille et reste invisible à la plupart des pratiquants. Je ne saurais que trop renvoyer ceux qui cherchent et se posent de vraies questions d’aller lire du côté d’un vétérinaire qui a eu ce courage (à son époque il était bien seul, depuis d’autres comme lui se lèvent et s’indignent) Mr Charles DANTEN. http://web.archive.org/web/20080917030324/http://www.angryvet.org/francais/03_articles/siecle.htm

  15. quelques questions pour débuter:
    – pourquoi les vétos et le lobby des croquettes? Tu as un chat/chien, tu es un client insatisfait parce qu’un méchant véto a mal soigné ta petite bête avec ses croquettes qu’il t’a recommandé ? on te l’a demandé peut être ?
    – mis à part un sens de la répartie, as-tu une quelconque formation scientifique (maths, physique, chimie, biologie etc…) sur laquelle te reposer (au moins un Bac S ? parce qu’à en croire ce que tu dis au moins au lycée il y a pas de lobby qui manipule la formation pour te lobotomiser le cerveau). Et pour les fautes d’orthographe, excuses du peu on fait tous quelques fautes, mais faut avouer que certaines font plus tiquer… et ça rend moins crédible ce que tu rédiges…
    – sais-tu que sur internet on trouve tout et son contraire? pas besoin d’être allé à Alfort, Lyon, Nantes ou Toulouse pour le savoir je pense.
    – savais-tu que Wikipédia est un site ou chacun peut y écrire un article? c’est son principe même. Pourquoi n’y mets-tu pas tout ton grand savoir sur la croquettes, un poison qui tue à feu doux nos AC.
    – pourquoi interdire les commentaires sur ton autre article ou tu cherches (faut quand même l’avouer) à décrier une profession et ce qu’elle peut conseiller à ses clients? c’est un peu de la censure non ? tu interdits pas au gens d’utiliser leur libre arbitre en lisant l’avis de chacun et pas que le tiens ? ah mais non, déjà nous les véto n’en avons pas de libre abitre excuse j’avais oublié :)

    A ce sujet, je suis allée vérifier deux ou trois choses: les croquettes pour chien diabétiques ne contiennent que 30% et non 60 de glucides assimilables (en tout cas pour une marque prise au hasard pour laquelle on trouve la composition sur le net de leur croquette)… mais peut être ne sais-tu pas ce qu’est un glucide assimilable….
    Presque 80% de la viande crue (selon plusieurs études scientifiques) qu’elle soit pour nous ou pour les chiens, contient des salmonelles. Tu sais ce que c’est une salmonelles ? ou la trouve-t-on? les dangers qu’elle représente? les symptomes des maladies qu’elle provoque ? Ces mêmes études démontrent après plusieurs essais sur plusieurs groupes de chiens que les chiens nourris avec de la viande crue excrètent plus de salmonelles que ceux nourris aux croquettes. Certaines auraient même un risque zoonotique. Par ailleurs, pour l’anecdote, on a même fait des test sur l’efficacité du nettoyage de la gamelle d’un chien dans laquelle il y avait des salmonelles: même le lave vaisselle ne les élimine pas toutes…
    Et juste comme ça, je ne sais pas si tu le sais donc je précise, toute étude scientifique n’est pas toujours bonne à prendre: les résultats sont très souvent interprêtés par le biais de statisques (p-value ça te dis quelque chose ? si c’est non, comment peux-tu vouloir estimer qu’une étude soit réellement bien menée). On peut parfois critiquer les résultats donnés quand on manipule un peu les stat…

    Sais-tu aussi qu’aujourd’hui statistiquement les chiens/chats ont plus de tumeurs/cancers qu’il y a 50 ans simplement parce que leur espérance de vie a augmentée? Aujourd’hui un chat qui a 13 ans, c’est commun. D’autre part, la sélection des races canines/félines aujourd’hui a parfois tendance à favoriser certaines maladies qui deviennent spécifiques de certaines races. Parce que, entre autre, certains cancers/tumeurs sont à prédisposition génétique.Du coup en sélectionnant des animaux potentiellement porteurs, on finit par voir apparaître ces maladies, et comme la moyenne d’âge d’appartition est souvent tardive, que les animaux vivent plus longtemps, ca veut dire plus de cancers/tumeurs. Et puis entre nous, un vieux est quand même plus fragile qu’un adulte dans la pleine fleur de l’âge!. On retrouve ça chez l’homme d’ailleurs, dans notre génération, certains auront 2 cancers. pourquoi ? parce que le premier, on le soignera! :)

    Et puis faut arrêter les amalgames. Certes la dénomination du chien en latin c’est “canis lupus” mais quand même: un chien est un chien, et le loup n’est pas un chien, le chien n’est pas un loup. Il a été domestiqué il y a un bon bout de temps maintenant et a donc évolué différemment du loup. Sinon autant dire qu’entre chien et chat, la différence est maigre ?! Pourtant ils n’ont pas les mêmes besoins. Ca marche aussi pour le chien vs. loup. Les comportementalistes aujourd’hui tendent à penser (et à prouver) qu’on ne peut pas assimiler le chien au loup.

    Et tu sais, on est tout aussi capables que toi de nous faire un avis sur les différentes marques de croquettes, les différents labo etc. On sait voir aussi bien que toi quand on essait de nous acheter ou de nous retourner la tête: on vit pas non plus chez les bisounours! Il y a peut être des imbéciles partout mais aussi des gens bien partout: on ne voit pas que des billets potentiels dans la caisse quand un propriétaire passe la porte d’une clinique véto. Pour info, les conférences organisées par les grandes industries sont ouvertes au public dans les écoles. Il y en a souvent (véto seul, labo etc), elles se déroulent en général dans le plus grand amphi de l’école, vers 19h: viens voir! Tu y vera le nombre de personnes qui y assistent (en général quelques intéressés), de quoi ça parle, ce qu’en disent les étudiants en face et entre eux (allez un scoop: ça nous arrive de critiquer ce qu’ils nous racontent!)… Tu devrais aussi contacter quelques commerciaux qui vont chez les véto et leur demander comment ils se font remballer par certains véto à qui ils essaient de vendre leur came! On sait voir quand on se fout de nous! Si on était aussi lobbotomisé, on vendrait tous la même marque de croquettes, il n’en existerait qu’une seule et il n’y aurait qu’un seul labo! et c’est pas le cas (concurrence + pas tous le même avis)

    Hors sujet véto: Et au passage, je t’invite aussi à venir jeter un coup d’oeil par toi même à l’état des animaux nourris aux croquettes dignes de ce nom-> poil terne et moche ? mon chien est plus doux qu’une peluche! Enormément des gens me demande (même dans des lieux publics) ce que je donne à mon chien pour qu’il soit aussi beau, aussi doux. D’autre part, peu importe ce qu’on peut me raconter sur les croquettes, perso j’ai moi même testé plusieurs marques avant d’en choisir une, j’en connais un certains nombre mais surement pas toutes. N’importe qui peut juger de la qualité des croquettes: il n’y a qu’à voir la couleur de la m**** qui sort du chien pour commencer!

    Pour finir, on a tous un avis, et l’erreur est humaine, ce serait bien que tu sois aussi indulgent avec les gens qui ne partagent pas ton avis qu’avec les autres. Pourquoi ne pas aussi faire un livre sur la corruption des médias et sur le monceau de cochonneries qu’on nous balance tous les jours ?

      1. Visiblement tu n’as pas fait de stage chez un petfooder car tu saurais que certains additifs et secrets de recettes permettent de donner de jolies crottes au parfum attenuées et bien formées et cacher dons le desastre futur…faut arreter de gober comme ça et revoir sa copie:toute personne serieuse qui vit au contact d’animaux d’elevage ou de compagnie sait cela.

  16. @ Etudiante vétérinaire:

    Je te conseille de lire cette article => https://www.dur-a-avaler.com/top-10-arguments-croquettes-dangers-bidons-pet-food-utilises-veterinaires/

    … dans lequel tu trouveras beaucoup de réponses à tes questions.

    Je suis sidéré de voir que les vétérinaires ou les étudiants veulent à tout prix effrayer la population tout entière des risques de contamination avec les salmonelles. C’est une technique vicieuse, et totalement infondée pour rapprocher une fois de plus les chiens des bonnes vieilles croquettes industrielles et les éloigner encore un peu de la vrai nourriture. La nourriture qu’ils mangeaient à l’état sauvage, et peut on largement les assimiler au Loup, bien que cela te déplaise.

    Les risques d’infections aux salmonelles sont quasi-inexistant à moins de manger les fèces de son chien ou d’éviter de se laver les mains. Bref, c’est simplement une question d’hygiène, et pas de santé public.

    Tu n’a absolument AUCUNE preuve que l’espérance des animaux de compagnie a augmentée. Absolument aucune preuve, car personne ne s’intéressait avant a leur espérance de vie, mais maintenant Royal Canin nous dit qu’ils vivent plus longtemps grâce aux croquettes ?

    Non, ils vivent ou plutôt survivent grâce aux progrès de la médecine vétérinaire. Grâce à ton futur travail ! Les chiens et la chats ne vivent pas plus longtemps, et tout porte à croire qu’ils vivent moins longtemps et en moins bonne santé. Il suffit simplement d’aller dans une clinique vétérinaire pour s’en rendre compte: maladie parodontale, obésité, diabète, arthrite, troubles digestifs, diarrhée, vomissements, allergies alimentaires, torsion de l’estomac

    Tiens, renseignes-toi et lis donc cet article sur l’espérance de vie:

    http://rawfed.com/myths/longevity.html

    Tu ne changera pas de fusil d’épaule, tu n’en es pas capables, j’ai l’impression.

    Pourquoi j’attaque les véto et les lobby ? Mais parce que je dénonce les abus de confiance, les magouilles académiques, la manipulation que subisse les vétos, parce que oui, vous n’êtes que des victimes au final. Les victimes d’un système qui vous dépasse complètement et dont vous n’avez d’autres choix que de le soutenir, même si celui est une pure escroquerie.

    Les vétérinaires sont des professionnels pour les opérations chirurgicales, les diagnostics médicaux, les contrôles sanitaires, et j’en passe, mais les vétérinaires n’ont pas les compétences suffisantes et le recul nécessaire pour juger l’alimentation pet food et agir en conséquence. Non, désolé, le libre arbitre, c’est un mythe ! Cela est vrai dans toutes les sociétés, dans tous les milieux, partout.

    Il faut se remettre en question jeune étudiante vétérinaire.

    1. tu remets tu en question toi même ?
      et facile le lien sur le raw food: j’en connais quelque uns pour avoir fait une étude dessus ya pas si longtemps: moi j’avai pesé le pour et le contre, je ne me suis pas contentée de dire “donnez de la viande à vos chiens c’est ce qu’ils mangeaient avant que cet abruti d’homo sapiens vienne l’emmerder! “. (remise en question pour toi là …). tu me balances un site qui marche dans ton sens, le premier venu, tout le monde sait le faire… dommage!

      et si, j’ai la preuve que l’espérance de vie des animaux augmente, il suffit de regarder dans la clientèle de n’importe quelle clinique véto: des chiens de plus de 10 ans c’est devenu hyper commun… pourtant un vieux chien et qualifié de vieux à … 6 ans ?! (pour les races géantes, 8 pour les grandes races etc). on parle de plus en plus de gériatrie pour les animaux et ça n’existait pas il y a un demi siècle. Avant, le chien quand il était malade, c’était un coup de pelle sur la tête et on en prennait un autre pour travailler: pas de sous pour soigner Médor. Ce n’est plus le cas. C’est pas royal canin, hills ou je sais pas qui qui me l’a dit, alors évite les attaques de bas étage sur “ah mais nan, on t’embobine et tu le sais même pas! alors tais toi”. Tu connais la liberté d’expression ? Pour moi c’est bien dommage qu’elle te sois utile, pour toi c’est l’inverse. Je le respecte alors respecte le: évite les attaques de bas niveaux tu dois valoir mieux que ça!

      Encore une petite anecdote: mon premier chien a été diagnostiqué dysplasique à 10 mois (tu sais une malformation des hanches qui provoque de l’arthrose précoce et qui gêne le chien pour se déplacer en vieillissant). Tu as lu Mabrouck de JP Hutin? Il euthanasie son B. allemand pour une dysplasie car le pauvre chien souffre trop, il a pas 10 ans. Le mien? Il a 14 ans, c’est un Tervueren (donc gabarit similaire si tu connais un peu) et non je le porte pas pour le mettre dehors, il ne souffre pas tant que ça d’ailleurs :). et je fais quoi? un peu d’anti douleur lors des crises, et gestion de son alimentation. Il se porte comme un charme, il ne fait pas ses 14 ans. Ah mais c’est vrai, je n’y connais rien en alimentation, de quoi je me vante!?

      tu savais que les salmonelles shiga-toxinogène on fait des ravages et en font encore. une vraie saloperie! encore plus quand on sait qu’elles peuvent se partager des petits gènes avec les E. Coli! tu connais ça ?! on entend parler dans les média assez souvent (contamination fécale…..). Et non je n’utilise pas ces bactéries pour faire flipper les gens, je pourrais aussi leur raconter comment leur enfants chéris peuvent attraper la gale, la teigne et autres maladies zoonotiques! Mais je pense au chien qui peut faire une bonne diarrhée s’il tombe sur la mauvaise bactérie! (à moins que ça ne soit le proprio qui bouffe dans la gamelle du chien). et si tu es si convaincu que les animaux ne refilent pas tant de cochonnerie à leur proprio: je t’invite à aller persuader l’autre corps médical que non, on euthanasie pas son chat quand on est enceinte et Toxoplasmose négative :) et on ne l’abandonne pas non plus!

      Au passage, j’ai lu ton autre article si tu avais fait attention puisque que je t’ai fait remarqué que tu avais doublé la quantité de glucides (assimilable tu sais!) dans l’aliment pour diabétique….

      Excuse moi mais c’est tout de même un peu sordide de lire quelqu’un se targuer de tout connaître en alimentation (humaine ET animale attention tout le monde!) et qui s’en va donner des leçons aux autres à coup d’info et de liens de sites qui ne marchent que dans son sens!

      Jouons à armes égales: quelle est ta formation? la mienne tu la connais je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas me permettre de tirer sur la tienne! Doit bien y avoir un sale type avec son lobby qui te retroune le cerveau pour écrire ce genre de choses!

      Autre commentaire: tu fausses aussi l’avis que peuvent se faire les gens en précisant dans le résumé de ton blog que tes conseils sont ” validés par la recherche scientifique”. Je n’ai pas trouvé d’article de recherche scientifiques te citant. encore dommage!

      dernière précision: en amérique du Nord (Canada et USA pour être claire) il y a un autre commerce que celui de la croquette qui tire bien son épingle du jeu: le commerce de la viande pour chien! Et ouais! il y a des magasins spécialisés ou des rayons dédiés dans les grandes surfaces pour les proprio de ces brave bêtes qui sont persuadés que le Barf et autre régimes c’est bien! alors, il est ou le lobby de la viande crue dans ton article ?!

      Encore une toute petite (pour la fin): aucun arguments avancés en faveur du raw food en général (parce qu’il n’y a pas que le BARF renseignes toi! mais excuses c’est moi qui ne connais rien en alimentation!) ne repose sur des faits scientifiquement prouvés! Par contre on trouve facilement des articles scientifiques (rédigés par des doctorants de toutes les contrées, j’ai dit doctorants pas véto stp) qui montrent le contraire: carences chez les chiots entre autre!

      Ah et les personnes à l’origine du principe de l’alimentation raw food eux quand ils l’ont proposés c’était dans un cadre très précis, avec une certaine démarche derrière. Pas juste “tiens je vais donner de la viande crue et des os à mon chien puisque c’est un loup! Ils m’emmerdent les autres avec leur croquettes et leur lavage de cerveau!”

      Et le scoop de la fin, qui fait partir en vrille ta jolie thèse sur “le paléo, oui! la croquette, non!”, la personne à l’origine du BARF c’est qui ? un VETERINAIRE australien! et merde alors! c’est Royal canin qui a du le lui suggérer dis donc! les enfoirés!

      Mais je n’y connais toujours rien en alim, pourquoi je l’ouvre franchement je me demande!

      1. au fait, je ne suis pas la seule à utiliser l’argument des bactéries (cf Carevox n’est-ce pas! ;) d’ailleurs j’ai retenu mes rires quand j’ai vu qu’un article sur les croquettes était signé par un rédacteur qui se revendique spécialisé en nutrition HUMAINE !)

        et une question pertinente me vient: as-tu un chien/chat ? si oui l’as tu observé en train de ronger un os: oui oui ronger ! je te ferais pas l’affront de t’en donner la définition quand même! parce qu’en général, chien comme loup (ou chat) l’os ils ne l’avalent pas vraiment et en plus en terme de digestion c’est pas vraiment le top! c’est pire que la cellulose! mince alors!

        au passage toi non plus la cellulose tu la digère pas hyper bien! autre exemple: pèle tu toujours ta tomate avant de la manger? non? pourtant la peau tu la digères pas! au vu de ce que tu dis dans ton article, je te déconseille donc de manger des tomates!

        et faudrait que tu t’informes sur les différentes catégories de sous produits animaux! Eux ils sont définies selon des réglements n’émanant pas d’un corps vétérinaire (articles 7,8,9,10 du règlement CE 1069/2009). Seuls les sous produits des catégories 2 et 3 peuvent être valorisés dans l’alimentation animale. Mais je t’en pris va donc t’attaquer aux organisations qui pondent ces articles aussi :)

        1. Je te suggère sincèrement d’arrêter de remettre sous disons une forme un peu modifier t6es arguments.
          Avec tous mon respect, mais cela devient un échange pathétique….et sans le moindre intérêt.
          Comme t’est encore étudiante et un jour il faudra se pencher sur la dissertation je comprend parfaitement que les chances d’obtenir le diplôme serait sérieusement limitées en oubliant de venter les grands mérites des aliments Frankenstein.

          Viggo
          http://www.b-a-r-f.com

      2. Je me permet d’intervenir, bien que je sens que je vais le regretter, car comme tous les sujets qui me tiennent à coeur, ce débat va encore me prendre un temps fou.

        Je suis étudiante en pharmacie, le site barf est blindé d’étudiants en pharma, en médecine, des médecins, des pharmaciens et même des vétos! Comme ça là, tu t’adresse à quelqu’un dont tu connais la formation ;) on est pas tout à fait à armes égale mais disons que les bases de bioch, physio, parasito et bactério sont là ^^

        Je tiens tout de même à préciser que je n’accorde aucun intérêt moi aussi à des sources comme wikipédia et compagnie, et que je suis relativement d’accord avec Tom dans le sens où je ne généralise pas à dire que “tous les vétos sont des vendus, qui ne cherchent qu’à faire du fric” c’est FAUX et archi faux! Mais bon, si ça peut vous rassurer chers vétos, l’industrie pharmaceutique aussi en prend plein sa g***** régulièrement nous sommes montrés du doigt (bon d’accord ils l’ont cherché) mais quand même et je précise également que je n’ai pas encore lu l’article de Jérémy, je me permet d’intervenir dans ce débat, car je suis une fervente défenseuse du barf et de ses bienfaits! et sur des conseils de vétérinaires OUVERTS et réalistes, trop peu nombreux malheureusement… Sur des lectures, puisque tu parles toi même de ces thèses montrant des carences chez des chiots au cru, tu devrais savoir que lorsqu’on s’intéresse à un sujet on lit TOUTES les publications qui existent. des chiffres, on peut leur faire dire ce qu’on veut, c’est la première chose qu’on nous apprend en pharmacie, apprendre à décrypter, vérifier, les conclusions des divers essais thérapeutiques que nous étudions car certaines publications, bien qu’elles soient scientifiques, ne sont pas toujours correctes, les études statistiques ne sont pas significatives par biais d’inclusion ou autre tu l’as dit toi même alors soit cohérente avec toi même et n’avance donc pas l’argument des thèses anti barf qui se baladent.

        L’espérance de vie ahah laisse moi rire, oui elle augmente, selon les chiffres sur lesquels tu te bases. Les Dr Lippert et Sapy, deux vétérinaires, l’ont bien prouvés dans leur étude, l’alimentation industrielle diminue l’espérance de vie… tu vois, comme quoi, selon les groupes de départ, on peut faire dire ce qu’on veut à la science et aux chiffres ;) J’ose espérer que l’étude que nous sommes en train de monter, plus détaillée mais sur le même principe que celle de Lippert, prouvera encore une fois, qu’une alimentation naturelle augmente l’espérance de vie de 3 à 5 ans! Je te conseille le livre du Dr Danten également, un très bon vétérinaire ;)

        Je ne reviendrai même pas sur l’argument des salmonelles ou autres bactéries ou encore les ravages des parasites, car la plupart des vétos n’utilisent même plus cet argument. Nous sommes des milliers à donner de la viande crue, sans jamais avoir eu de salmonellose, de gardia ou autres. un chien ou un chat immunocompétent n’a absolument aucune raison d’être contaminé. Commençons par arrêter de prescrire des antibios à tout va, pour tout et n’importe quoi avant de vouloir aseptiser les aliments (et c’est valable pour les humains ça hein). D’ailleurs, on voit pas mal de salmonellose chez des chiens aux croquettes! Quant à ma famille, je te remercie, même avec des enfants en bas âge, jamais eu de problème avec la viande crue ^^ comme dit clara, ‘faut arrêter de croire qu’on balancent des cadavres dans la gamelle de nos chiens, mes chiens mangent de la viande à conso humaine, quand je cuisine pour moi, je touche la viande à main nue comme tout le monde. Arrêtons de vouloir faire des bébés bulles, et d’aseptiser tout, tout le temps, il y a des règles d’hygiène de base à respecter on est d’accord,mais pas besoin de pousser à l’extrême.

        Effectivement, comme tu l’a dis au canada, et même en Europe hein (Kiezebrink entre autres) il y a un super commerce de viande pour chien! et tu vois, les chiens sont pas morts de salmonelloses, de perforation d’estomac pour autant ;) pour le moment pas encore de lobby de la viande crue mais je fais confiance aux industriels ça viendra! et ça commence déjà avec leur connerie de boudin broyé, où on ne voit pas ce qu’ils mettent dedans, j’ai même trouvé du maïs dans une de ces marques de barf tout prêt (alors qu’on est d’accord, normalement pas de céréales dans ce type d’alimentation).

        Je ne suis pas anti-croquette, contrairement à beaucoup de barfeurs, je pense qu’il vaut mieux une bonne croquette sans céréales dont je ne citerai pas les marques, qu’un BARF mal fait, sans abats ou avec trop d’abats, à base uniquement d’os et manquant de viande etc… Mais je trouve dommage, quand on a les compétences scientifiques, de s’enfermer dans “il y a tout ce qu’il faut dans des croquettes de qualité, ça suffit à ce que mon chien soit en bonne santé, le barf c’est trop dangereux”. Bien heureusement, tous les vétos ne sont pas comme ça, je remercie d’ailleurs mille fois le mien, de m’avoir accompagné, d’avoir sauvé les reins de mon loulou par ce régime, de m’avoir aidé à élaborer un menu adapté, d’avoir lu, avec moi tout un tas de bouquins et publications diverses ! Comme quoi tu vois, bien que les études vétérinaires, ne soient pas top en matière d’alimentation (j’ai vu les cours franchement c’est bien dommage mais en même temps compréhensif 5 à 6 ans d’école pour couvrir un programme absolument monstrueux c’est juste pas possible d’aller à fond dans tous les domaines) ça n’empêche pas d’ouvrir un peu son esprit critique et de ne pas s’arrêter à ce qu’on m’a appris à l’école ^^

        Sur ce, je reste ouverte à toute discussion, mais si on pouvait arrêter les attaques ridicules d’un côté comme de l’autre. Je pense qu’on est tous des adultes civilisés, ce qui nous différencie de l’animal c’est justement notre capacité de PAROLE ;)

        Mais je me sentais obligé d’intervenir un peu, parce que Jérémy comme Viggo, sont seuls face au truc de la blouse blanche car oui je sais c’est tentant, mais ce n’est pas parce que tu es étudiante véto que tes arguments auront plus de poids alors je me suis sentie obligée d’intervenir face à ta phrase “quel est ta formation?” on s’en fou de qui fait quoi, tout le monde peut lire, s’informer, et penser par soi même en ce qui concerne l’alimentation de son animal. (je précise tout de même en ce qui concerne l’alimentation hein, parce qu’un avis véto est toujours nécessaire lorsque vous avez un souci, n’utilisez pas les forum pour reprendre les mêmes traitements que je ne sais qui dans je ne sais quel cas! on voit trop de n’importe quoi en ce qui concerne les médicaments ;) )

        Bonne journée à toutes et à tous!

      3. well, well, well, plus je lis de commentaires de la part des apprentis-vétérinaires et plus je lis cette question adressée à l’auteur de ce site: “quelle est ta formation scientifique ?
        suivie ou non de cette affirmation glorieuse : “parce que moi, c’est bac+5 mon p’tit monsieur !
        En lisant ceci, cela me surprend bcp car d’une part le nombre d’années d’étude réalisées ne sera jamais lié à la détention de la vérité absolue , désolée…et de plus faut-il nécessairement avoir un diplôme, aussi petit soit-il, pour être capable de bon sens ?!

        Comme je l’ai écrit dans un autre commentaire, la grande majorité des vétos tombe dans le même panneau que les médecins conventionnels et ce avec une assurance déconcertante.

        De quoi avez-vous donc peur pour avoir autant besoin de vous réfugier derrière des certitudes toutes faites ? Il est vrai qu’un être vivant, c’est complexe et que chercher à le comprendre dans sa globalité, cela demande plus de temps qu’une consultation classique cependant soigner, aider, n’était-ce pas votre souhait lorsque vous avez choisi cette profession?
        Cette fameuse pensée scientifique reconnue et récompensée, si sûre d’elle et de ses résultats a mis la Terre dans un état lamentable et par ricochet la santé humaine et animale dans le même état. Comment pouvez-vous encore défendre cette industrie agro-chimique construite sur la souffrance animale ( élevages innommables) pour soit-disant offrir une bonne alimentation et donc une bonne santé aux animaux avec lesquels nous vivons.
        Non, il ne s’agit pas de diplôme mais juste de bons sens, on ne fabrique pas du bon avec du mauvais même quand la publicité est réussie…
        Je vous souhaite d’ouvrir votre coeur pour que votre mental puisse évoluer dans la bonne direction.
        Bien cordialement.

Commentaires désactivés.