Des Bushmans.

Pour quel régime alimentaire l’homme est-il fait ? La sempiternelle question que de nombreuses personnes se posent, des passionnés de la nutrition, des scientifiques, des journalistes d’investigations, des conférenciers, des médecins, moi-même…

En faisant le tour des régimes alimentaires du monde entier, on se rend compte du sens du mot “diversité”. Il serait bien difficile et prétentieux de répertorier toutes les habitudes alimentaires tellement elles sont nombreuses et se déclinent à l’infini en fonction des zones géographiques, des climats, des traditions, des religions, de l’histoire des populations, etc.

Nos célèbres Inuits qui ont conservé un mode de vie traditionnel continuent de se nourrir exclusivement de produits animaux issus de la pêche. Les Indiens concentrent le plus grand nombre de végétariens au monde. On retrouve des populations consommateurs de produits de la mer, de fruits tropicaux et de tubercules, d’autres qui mangent peu de produits animaux, des produits complets et un peu d’alcool…

L’homme mange absolument de tout. Des insectes aux animaux, des poissons aux fruits de mer, des légumes aux légumineuses, en passant par les noix et les fruits, sans oublier les racines, les tubercules ou les champignons.

De par cette diversité, on identifie habituellement un régime alimentaire, celui de l’omnivorisme. En réalité, ce mot est un fourre-tout pour parler de ces espèces qui varient énormément leur prise alimentaire. Par exemple, la panthère repose exclusivement sur la consommation de proie animale, elle est carnivore. À l’inverse, une vache va exclusivement se reposer sur la consommation de matière végétale, elle est herbivore.

Mais cette classification d’omnivore ne convient pas à tout le monde. Des débats passionnés, entretenus sur Dur à Avaler, et dans le monde entier, tente de remettre en question cette classification. Au centre de l’attention, l’homme serait frugivore. Un mangeur de fruit, comme la plupart des primates non humains d’ailleurs.

Michael Greger renforce l’idée d’un homme frugivore

Que les choses soient claires : le régime alimentaire de l’homme fait débat, principalement ce qui serait idéal pour lui à la lumière des études anatomiques comparées entre toutes les espèces animales aux régimes alimentaires variés.

Michael Greger, auteur à succès du livre “How not to die”, prône le végétalisme pour être en meilleure santé et limiter les risques de toutes les maladies de civilisation. Ce médecin américain est populaire à travers ses vidéos très accessibles qui vulgarisent la science.

Le Dr Greger fait un travail d’information colossal, il génère une quantité d’information importante et accessible à tous, parfois aux dépens de la qualité et du manque de détail. L’exemple du régime alimentaire de l’homme est éclairant.

Dans une vidéo sur les déjections paléolithiques de nos ancêtres, le Dr Greger mentionne la présence et l’importance des fibres dans l’alimentation de nos ancêtres. Ce point est important, et il ne manquera pas de faire le lien entre les fibres et les sources végétales. Il a bien raison.

Pour quel régime alimentaire l'homme est-il fait ? La sempiternelle question que de nombreuses personnes se posent, des passionnés de la nutrition, des scientifiques, des journalistes d'investigations, des conférenciers, des médecins, moi-même...

En faisant le tour des régimes alimentaires du monde entier, on se rend compte du sens du mot "diversité". Il serait bien difficile et prétentieux de répertorier toutes les habitudes alimentaires tellement elles sont nombreuses et . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

36 commentaires
  1. Le problème dans le fait que l’homme soit devenu omnivore, dans son comportement je veux dire là bien sur, car ni l’anatomie ni la physiologie n’a manifestement suivie (et c’est bien là aussi le problème coté santé), est que cela s’est fait au fil du temps au détriment de sa santé mais aussi de celle de la planète entière.
    Regardons juste un moment l’état de la planète actuelle et de toutes les espèces animales, végétales, les océans, les montagnes etc. C’est pas terrible hein avouons le. Au temps de nos lointains ancêtres les grand singes, la dégénérescence de la planète et de ses habitants due justement à une espèce particulière ou même à plusieurs n’avait pas cours. Nos ancêtres les singes étaient frugivores et se nourrissaient “selon leur espèce” comme toute espèce sur la planète. Manifestement le fait d’avoir petit à petit dévié pour une alimentation étrangère à notre espèce n’est pas non plus étranger à la catastrophe absolue que nous vivons sur notre planète, avec le début d’une auto destruction encore en cours dont ne sait pas quand elle s’arrêtera. Car on ne peut pas dire que “l’évolution” d’homo sapiens et prédécesseurs ait été un succès pour l’avenir perenne de la planète terre où nous vivons.

    1. @ Claude : vous pensez sérieusement que l’omnivorisme de l’homme est responsable du désastre écologique d’aujourd’hui ? N’oublions pas que certains tribus et peuples entiers sont des consommateurs de produits animaux et n’impactent absolument pas leurs écosystèmes, et vivent même en harmonie et en équilibre avec toutes les autres espèces. Les Aborigènes d’Australie consomment de tout, des produits animaux, des graines, des fruits, des tubercules et ont un système de gestion durable de leur environnement avec un contrôle des naissances pour éviter d’être trop nombreux et d’épuiser les ressources de leur territoires.

      Le problème n’est pas le régime alimentaire de l’Homme aujourd’hui mais la multiplication des agressions sur l’environnement qui sont très nombreuses et diverses, avec je vous l’accorde la déforestation pour nourrir le bétail qui est dramatique.

      Homo sapiens a toujours mangé des produits animaux, c’est la réalité de l’espèce humaine. Mais aujourd’hui l’impact de notre civilisation ne se limite pas à notre régime alimentaire. Que dire des pollutions plastiques dans les océans et les montagnes ? Les perturbateurs endocriniens ? Les centrales à charbons pour produire de l’électricité ? Les barrages hydroélectriques ? Les voyages en avions qui dégagent quantité de gaz à effet de serre ? L’urbanisation croissante pour construire des aéroports, des centres commerciaux, des usines Amazon, des villes et des autoroutes ?

      La question du nombre d’humains est aussi importante. Nous sommes très nombreux, peut-être trop nombreux pour notre mode de vie actuelle. En tout cas, on peut dire que l’évolution de notre espèce nous amène droit dans le mur, mais est-ce à cause de notre consommation de produits animaux ? Personnellement je ne pense pas.

      Pour l’aspect santé, là aussi voir les peuplades qui appartiennent aux fameuses “blue zones” qui comptent le plus de centenaires au monde et qui mangent de tout, produits animaux et végétaux !

  2. Homo sapiens est devenu “omnivore”,…et c’est bien ça le problème oui, dans son comportement sans que cela lui béneficie au niveau santé bien au contraire. Je paraphrase Coluche, “c’est pas parce que ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison”.
    Et notre état de santé en atteste bien plus que de raison à nous autres humains. Les ancêtres primates qui en sont restés dans leur milieu sauvage ( enfin le très peu qu’on leur laisse encore aujourd’hui) n’ont pas ces milliers de maladies dites de civilisation. Cet omnivorisme avéré est une catastrophe absolue pour la santé humaine et son système immunitaire, qui part aussi beaucoup de l’intestin.
    La survie de l’espèce humaine dans des lieux et climats très inhospitaliers à l’aide de l’omnivorisme est une adaptation oui, au détriment de sa santé par contre.
    Car l’homme est un animal tropical, sa place naturelle avec les conditions alimentaires qui vont avec est sous les climats chauds, tropicaux, equatoriaux.
    Pour les aboriģènes australiens, yuval hariri dans son livre sapiens explique qu’ils ont fait disparaître et éradiquer en quelques milliers d’années (à peine vu la superficie de lAustralie, et leur nombre à l’époque et leurs moyens!) des tas d’espèces animales. Une catastrophe ecologique déjà il y a très longtemps et due entre autre à cet omnivorisme.
    Les “peuplades” tels les hunzas ou les masaïs ne mangent quasiment pas de viande, les masaïs élevent pour le lait.
    Pour les blue zones, c’est simple, c’est très peu de viande, du soleil, pas de vie en ville aliénante et stressante et polluante, mais proche de la nature, et une alimentation très frugale. Beaucoup moins de calories que nous autres (un facteur ,là vraiment très important pour la santé et longévité!).
    L’effet de l’omnivorisme qui est une déviance humaine par rapports à nos ancêtres les singes frugivores a et joue encore bien sur énormément sur nos comportements destructeurs et nos responsabilités face à mère nature que nous avons du coup abandonné.
    Nous sommes partie intégrante de la nature, nous sommes la nature. Et donc chaque transgression des lois de cette mère nature, chaque coup que nous lui portons même le plus petit, est un coup que nous portons à nous même. Tout le monde en connait bien sur la raison principale, majeure, unique et religieuse..
    Concernant la population, oui nous sommes avec notre mode vie destructeur beaucoup trop nombreux.
    Ghandi ” il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l’homme, mais il n’y aura jamais assez pour satisfaire son avidité”
    Carpe diem

    1. Claude, vous y allez un peu fort en parlant de “milliers de maladies de civilisation”. On parle ici du diabète, de l’obésité et de l’hypertension. Or, ces maladies sont des maladies dites de civilisation, qui sont donc liée à notre mode de vie : du sucre raffiné, de la farine blanche, moins de sport, de la télé à gogo, des polluants et tout le reste que vous semblez ignorer.

      L’omnivorie n’est en aucun cas lié à tous ces problèmes. Ce sont les abus caloriques de produits ultra-transformés et d’autres cochonneries qui font le lit des maladies. Le stress aussi bien évidemment.

      Il suffit de voir l’état de santé remarquable de ces fameuses populations qui consomment de tout : dès qu’ils consomment une alimentation traditionnelle ET conservent un mode de vie traditionnel, ils sont en parfaite santé. Les aborigènes ont peut-être éteint des espèces, mais ils vivent en harmonie avec leur ressource. L’extinction de quelques espèces (on parle de quelques-unes, des mammifères géants) n’est absolument pas une catastrophe écologique, et cela n’a strictement rien à voir avec ce que nous vivons aujourd’hui. Allez aussi voir toutes les populations des îles tropicales, les photos d’antan avec des hommes minces, d’apparences très saines, et qui mangent des tubercules, des poissons, des fruits, des fruits de mer et des mammifères terrestres quand ils sont là.

      C’est une réalité qu’il est difficile de nier et penser que l’omnivorie est responsable de tous nos maux, c’est un peu fort de café. Si nous sommes là pour en parler, c’est peut-être parce que nous avons toujours mangé des produits animaux.

  3. Nous sommes là pour en parler…et nous plaindre de tous les maux petits et grands qui affectent de façon chronique des centaines et des centaines de millions de gens de par le monde.
    La plupart des peuples des forêts et jungles ou montagnes vivant en très bonne santé ont des caractéristiques communs, notamment il mangent frugalement, ce qui un élément absolument majeur pour la santé d’un organisme humain. Et la part de végétaux (fruits et verdures, tubercules, légumes racines) est très importante. Ils mangent très peu de viande, poissons, et rien de tout ce qu’il y a dans nos supermarchés. Le terme omnivore est donc à prendre avec de grosses pincettes. Voir, par exemple, les hunzas, okinawa, les crétois, Nouvelle guinée..etc. Il y en avait des myriades bien sur avant la “civilisation”. Et les peuples qui mangeaient beaucoup, trop de viande, je doute vraiment de leur bonne santé et longévité.
    Le passage de l’état des primates et singes à celui des humains, qui ont consommé donc eux de plus en plus d’autres choses que des fruits et végétaux ou noix au fil des dizaines de milliers d’années ou plus encore, ne s’est pas du tout fait au niveau anatomique et physiologique. Il n’ y a pas eu adaptation de toute cette anatomie caractéristique et physiologique, de l’appareil digestif notamment, des vrais omnivores, et encore bien moins des carnivores, herbivore ou granivore d’ailleurs. Que reste t’il donc? Ben, frugivore.
    Donc aujourd’hui si on diffère encore si peu d’un singe frugivore c’est que la meilleure alimentation sur le moyen et long terme coté santé et vitalité , pour laquelle nous sommes le mieux outillé et adapté reste les fruits, verdures, noix, racines, tubercules. Les autres “régimes” permettent au mieux de survivre en milieu hostile, régions froides ou très froides, déserts…etc. Mais ne permettent pas du tout une bonne santé sur le moyen et long terme.
    Les singes et leurs descendants (nous donc!) viennent de milieux tropicaux adaptés à leur vie. Quand une infime partie de l’humanité à migré vers des régions plus inhospitalières coté climat (en Europe ou Asie) la majorité des premiers humains vivaient encore sous les tropiques en Afrique de ce que nous savons. Les hommes des cavernes se sont mis à manger de plus en plus de viande car ils trouvaient moins de fruits, racines, tubercules, noix à l’année et pas du tout en hiver. Mais cela n’a pas été pour leur bien et leur santé globale à moyen et long terme…Pour en arriver à aujourd’hui où c’est catastrophique.
    Et si l’omnivorisme est une cause majeure des problèmes de santé des êtres humains (et aussi de leur comportement) , ce n’est bien sur pas le seul facteur. La sédentarité , manque de sommeil et repos, manque de soleil quand on est pas sous les tropiques (Jeremy, la chaannce!), le stress quasi permanent. Bref tout un mode de vie et un système qui détruit tout, hommes et tout ce qui l’entoure. Il y a la pollution (créée toujours par ces mêmes êtres humains omnivores!) avec l’élevage industriel pour cela, et les abattoirs. 95% des gens entrant dans un abattoir n’en ressortiraient pas indemnes, écœurés, vomiraient et beaucoup je suis sur abandonneraient la viande en voyant ce spectacle d’horreur et de mort. Mais voilà, il ne veulent pas y aller pour ne rien voir justement…
    Et même en donnant à tous ces gens, juste en dehors de abattoir sans qu’ils y soient entré, la carcasse, déjà morte hein là de viande pour qu’ils la mangent sur place directement, ils vomiraient presque tous.

    1. Vous niez le fait que le système digestif et la physiologie digestive de l’homme est unique et justement adapté à la consommation de produits de hautes densités énergétiques comme les tubercules, les fruits et les produits animaux.

      Pour preuve, nous digérons parfaitement la viande, ce que ne peuvent pas faire les singes les plus proches de l’homme réputés frugivores. Nos enzymes, nos hormones, nos mécanismes de digestion ont évolué d’une manière unique, même l’anatomie digestive. Le volume de notre intestin grêle est deux fois plus important que les primates frugivores et folivores, pour un volume du côlon deux fois moins important.

      Les seules preuves que nous avons aujourd’hui ce sont les suivantes :

      – les personnes qui vivent le plus longtemps et en meilleure santé consomment de tout : des produits animaux et végétaux.
      – la consommation excessive de produits industriels/sucrés/transformés n’est pas bonne pour la santé.

      Si le régime que vous décrivez était réellement le meilleur pour la santé, pourquoi n’observons nous pas depuis le temps des centenaires végétaliens ? Survivent-ils seulement jusqu’à cet âge ? Comment le savoir ?

      Les Sardes consomment en moyenne 1/3 de produits animaux. Ce n’est pas une part ridiculement faible, et ils concentrent la plus forte densité de centenaires au monde. Pour le régime d’Okinawa, de nombreux scientifiques s’accordent pour dire que l’alimentation d’avant la guerre, celle qui a donné tous les centenaires que nous observons aujourd’hui, consommaient beaucoup de porc. Avec la guerre, on a retrouvé beaucoup de patates et autres légumes dans les étals, mais ce n’était manifestement pas l’alimentation traditionnelle de l’époque.

  4. Bonjour,

    Je m’immisce dans votre échange.
    Les différentes sources de pollution que vous évoquées sont justes, mais ….
    Que dites-vous des milliers d’hectares utilisés à cultiver, du maïs, du soja, de l’orge, des vignes de par le monde?
    Cela sert-il à nourrir le monde?
    Non, les 2 premiers servent à nourrir des animaux .
    Et les deux suivantes servent essentiellement à fabriquer des boissons (bière et vins)

    Avec quelques chiffres :
    De 7 à 16 kg de céréales ou de produits végétaux sont nécessaires pour produire 1 kg de viande.
    Il faut 5.000m² (1/2 ha) de terre cultivable pour produire 70 kg de bœuf ou 10.000 kg de pommes de terre.
    Il faut 30.000 à 60.000 litres d’eau pour faire 1 kg de viande de bœuf et 800 litres d’eau pour 1 kg de blé.
    Près de 50% de toutes les récoltes alimentaires dans le monde sont mangées par le bétail.
    64% des terres cultivables du monde servent à la production de viande (pâturage et fourrage).
    Les pays industrialisés avec 26% de la population mondiale utilisent 56% des ressources alimentaires.
    Il faut 5 kg de poissons pour produire 1 kg de farine ; il faudra 5 kg de cette farine pour qu’un bœuf ou un porc produise 1 kg de viande. Donc 25 kg de poissons pour 1 kg de viande !

    A cela on pourrait ajouter les quantités d’eau nécessaires pour produire ces aliments. Je vous renvoie au lien https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/eau-faut-il-litres-eau-produire-932/

    Et noter de plus que toutes ces pratiques sont tristement extrêmement énergivores, polluantes et non pérennes; …et on arrive aux limites….

    Donc sommes-nous trop nombreux?
    Oui, sans aucun doute avec notre mode alimentaire actuel (et notre mode de vie…)
    Si toutes ces terres étaient utilisées à faire du maraîchage en permaculture, il y aurait beaucoup de paramètres en rouge à l’heure actuelle qui changeraient…
    Mais qui a envie de changer son mode alimentaire? son mode de culture? son mode de vie?

    L’homme est omnivore, certes, mais pour sa santé il a plus intérêt à manger des végétaux que des animaux; toutes les études s’accordent à le dire.
    Connaissez-vous les travaux sur l’alimentation sensorielle, développée par Dominique GUYAUX? c’est très intéressant, mais l’être humain, sait-il encore utiliser ses sens pour le guider dans ses choix alimentaires?
    Beaucoup de questions…
    Et en réalité, c’est tout un système, tout un modèle de société qui est à changer, car tout est interdépendant…

    Donc vaste sujet, n’est-ce pas?

    Et quoiqu’il en soi, ramené à l’homme, tout omnivore qu’il est, il consomme beaucoup beaucoup trop de viande…
    Il y va de sa survie…et de celle de la planète
    Et je le trouve très partial, quand on l’observe choyant comme son enfant un animal domestique, mais mangeant sans arrière pensée un énorme steak de boeuf. Quelle différence y-a-t-il entre ses animaux?

    Cordialement

  5. L’homme est omnivore dans son comportement et habitudes qu’il a prises depuis des milliers d’années. Mais rien ne semble avoir suivi physiologiquement et anatomiquement pourtant. Cela devrait pourtant être le cas si on était réellement devenus omnivore. La nature ne fait pas les choses par hasard, les êtres vivants sont parfaitement adaptés, à l’origine, à leur environnement et mode de vie, dont l’alimentation.
    Il ne viendrait jamais à l’idée de mère nature de faire apparaître l’homme dans l’arctique ou l’antarctique.
    Il est apparu sous les tropiques, avec toutes les conditions favorables pour sa survie, sinon il ne serait pas apparu. Il avait des mains parfaitement adapté pour cueillir des fruits (et non pas pour chasser et dépecer des proies avec ses pauvres petits doigts) une vision différenciée des couleurs qui permet de sélectionner les fruits murs dans la végétation également…etc etc.
    L’humain s’est éloigné dans l’histoire petit à petit des tropiques (par envie de découverte, conquête, forcé ou autres raisons encore), là ou il y avait des fruits en quantité toute l’année pour se nourrir! Du coup il a du dans ces nouvelles contrés moins hospitalières trouver d’autres ressources alimentaires pour survivre à l’année.
    Mais toute son anatomie et système digestif est lui resté identique à celui celui d’un frugivore (comme celui des bonobos, gorilles, orang outang ou chimpanzés), il n’a quasiment pas évolué. Il faudrait pour vraiment évoluer à ce niveau sans doute plusieurs centaines de milliers d’années supplémentaires, au moins, d’omnivorisme permanent pour que le changement commence à opérer coté physiologique et anatomique.
    En attendant, l’homme devenu omnivore dans les faits, en subit le contrecoup au quotidien, avec toutes les maladies chroniques dont l’alimentation omnivore est responsable, et qui n’est pas adaptée et non spécifique à notre espèce humaines , descendante des singes et primates (qui étaient frugivores ou au moins végétarien)

    1. Pourtant si :

      1) Le système digestif de l’homme est différent de celui des primates. Avec un volume de l’intestin grêle 2 fois plus important et un volume du côlon 2 fois moins important. Justement pour digérer avec plus d’efficacité les produits alimentaires de haute qualité : fruits, tubercules et produits animaux.

      2) L’homme, même dans la savane africaine, mangeait aussi des produits animaux. Il n’a pas attendu qu’il fasse froid pour en manger.

      3) L’homme possède des adaptations physiologiques et physiques spécifiques qui démontrent son caractère omnivore. Il est conçu pour la course d’endurance de longue durée, à quoi cela servirait pour des fruits qui ne bougent pas, dites-moi si mère nature fait tout bien ?

      4) Si mère nature fait tout bien, pourquoi les chimpanzées mangent jusqu’à 500g de viande par semaine alors qu’ils l’a digèrent extrêmement mal ? Seraient-ils devenu fou ?

      5) Pourquoi les chimpanzées qui mangent de la viande ne ressemblent pas au tigre ou autre carnivore ? Peut-être que l’anatomie n’est pas si révélatrice du régime alimentaire. Il suffit de regarder le panda, anatomiquement et physiologiquement un carnivore, mais un mangeur de bambou (et tellement d’autres espèces).

      Voir mes articles précédents qui montrent les nombreuses adaptations physiologiques uniques de l’homme qui le placent plutôt bien dans la catégorie intermédiaire : mangeur de tout.

      Après, je maintiens la même position que vous concernant le régime idéal : surtout des végétaux, des fruits mais aussi des produits animaux. L’essentiel étant que le tout soit le moins transformé possible, avec le moins d’additif, de sucre, etc, etc. Et bien sûr, de ne pas ingérer des quantités astronomiques non plus :)

      1. Biologiquement, morphologiquement, anatomiquement l’humain est constitué comme un primate anthropomorphe ( qui est un végétarien).

        “1) Le système digestif de l’homme est différent de celui des primates. Avec un volume de l’intestin grêle 2 fois plus important et un volume du côlon 2 fois moins important. Justement pour digérer avec plus d’efficacité les produits alimentaires de haute qualité : fruits, tubercules et produits animaux”

        Le système digestif de l’homme est surtout extrêmement différent de celui d’un mangeur de viande, d’un carnivore. Et extrêmement proche de celui d’un singe végétarien et frugivore.
        Et un singe à une alimentation très majoritairement végétale et ou à base de fruits (selon les singes, la saison etc). Les termites fourmis, chenille ou petits vertébrés mangés ne suffit pas à en faire des omnivores pour autant.
        Un animal homme compris, pour survivre mangera en cas de difficultés pour se nourrir des choses qu’il n’a pas l’habitude de manger. Cela ne veut pas dire que c’est bon pour lui pour autant.
        Pour l’homme, je serai curieux de savoir quel pourcentage de produits animaux l’on est sensé devoir manger?
        Cela dit omnivore veut dire aussi donc manger des graines et des céréales? Bien que nous ne soyons pas du tout équipé ( les outils digestifs de la bouche aux cellules) pour que nos cellules en bénéficient comme il faudrait. Les maladies chroniques et de dégénérescence ont là un boulevard pour très longtemps dans ce cas.

      2. Expliquez-moi comment et pourquoi :

        – Les chimpanzées mangent jusqu’à 500g de viande par semaine alors qu’ils ne la digèrent même pas complètement ?

        – Pourquoi l’homme digère-t-il parfaitement bien la viande, crue ou cuite ?

        Pour rappel, la définition de frugivore est une alimentation composée à 50% de fruits en moyenne sur l’année. Certains singes frugivores ne consomment que 50 à 60% de fruits, le reste étant composé de feuille et de produits animaux.

        Jusqu’à preuve du contraire, mais je me répète encore une fois, les blue zones où les personnes vivent le plus longtemps consomment des produits animaux. Raisonnablement certes, mais ils ont en consomment. Trouvez-moi un exemple d’un centenaire frugivore à 100% depuis sa naissance !

  6. La définition de frugivore ne stipule pas de pourcentage, dans aucun dictionnaire consulté.
    Un frugivore est un animal qui mange majoritairement des végétaux fruits, verdures, noix éventuellement aussi, et surtout parce que c’est adapté à son espèce. Et majoritairement veut aussi dire qu’il mange éventuellement et occasionnellement autre chose. Pour des raisons de ressources habituelles manquantes principalement. C’est ce qu’à été obligé de faire l’homme pour survivre quand il a commencé à s’éloigner des régions tropicales. Mais il s’en est porté moins bien ,car la nature n’a pas prévu au départ qu’il soit optimisé pour cela du point de vue structurel.
    jusqu’à 5OOgr grammes par semaine pour un singe veut déjà dire que c’est juste une infime partie de son alimentation donc. Et comme en plus il la digère mal il est normal que ce soit extrêmement limité, et qu’il en mange quand il manque d’autres choses, pour compléter. Des experts de la vie des singes parlent de 5% de produits animaux divers dans leurs alimentation. Ils sont donc bien “frugivores” et nous sommes leurs descendants frugivores. Les chercheurs Claude Marcel Hladik (anthropologue, directeur au CNRS en son temps) et Gerard Viroben qui ont suivi des chimpanzés au Gabon pendant au moins une année en parlent de ces 5% de produits animaux dans leur alimentation.
    https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00561721/document

    L’homme digère mal la viande et les produits animaux, pas étonnant car nous descendons du singe. Et quand je dis “digérer” cela n’a rien à voir avec le simple fait de juste passer la barrière de l’estomac. Il faut bien comprendre qu’une substance qui passe juste l’estomac n’est encore pas du tout absorbé ni assimilé par l’organisme. Les cellules n’en bénéfice pas avant longtemps. Les protides et graisses animales mettent beaucoup de temps à être utilisées par les cellules de l’organisme, car les cellules ne se nourrissent que de glucose in fine. Quand je dis beaucoup de temps ce sont des heures et des heures… Le processus de transformation des produits animaux en glucose est extrêmement coûteux pour l’organisme en temps et en énergie, et produit beaucoup de déchets toxiques que l’organisme doit gérer, évacuer ou stocker. Rien à voir avec les fruits.
    Un organisme “en pleine santé”, qu’on ne rencontre presque plus jamais dans nos temps modernes, est capable d’utiliser l’énergie des fruits en un temps extrêmement court et en produisant un minimum de déchets, en nourrissant les cellules très rapidement en énergie immédiatement disponible.
    Les graisses et produits animaux interfèrent d’ailleurs énormément avec une alimentation en fruits. De par leur pouvoir entre autres isolantes, les graisses empêchent la bonne utilisation du sucre des fruits lors du passage du sang aux cellules. Bref, graisses animales et fruits ne font pas bon ménage, juste à petite dose pour les graisses animales. Le connu dr Douglas Graham explique d’ailleurs cela très bien dans son livre “Le régime 80/10/10”.

    Mais j’ai toujours les mêmes questions sans réponses, déjà pour ce qui est d’être très bien adapté à manger viande et produits animaux pour commencer.

    Pourquoi le système digestif humain est il si différent de celui d’un carnivore? (peut-être parce qu’il n’est pas fait ni optimisé originellement pour manger des produits animaux?) Sans parler de son anatomie, des enzymes produites qui sont très différentes ou absentes chez l’un ou l’autre, de l’acidité de son estomac très différente, de la dentition qui n’a rien à voir, de la présence de griffe chez l’un et pas chez l’autre, de la mobilité de la mâchoire d’un carnivore qui n’est pas du tout celle d’un humain, le sommeil, la vitamine C, de la flore intestinale, de la taille du foie, des glandes mammaires, la tolérance au gras, la longueur des intestins, la queue, la langue rugueuse, les 4 pattes des carnivores, la vision des couleurs etc etc
    En résumé il n’y a qu’une seule question, pourquoi ignoreraient on toutes ces caractéristiques présentes ou absentes et très différentes par rapport à un carnivore qui montrent clairement sans équivoque que nous ne ressemblons pas du tout à un carnivore, et donc pas adapté à manger de la viande sans détériorer notre santé?
    Car toutes ces caractéristiques, présentes ou absentes, nous les partageons bien plus volontiers avec les singes qui sont frugivores. Ce qui est normal car nous sommes leurs descendants après tout, nous ne descendons pas des grands carnivores, ni des oiseaux.
    Les humains devraient se poser la question, pourquoi est on en si mauvaise santé avec tant de maladies chroniques? peut-être que l’on mange beaucoup trop de viande, de céréales, de produits laitiers et d’autres inventions modernes infâmes ultra transformés et artificielles qui ne mérite aucunement le nom de nourriture.

    Pour finir sur les blue zones, j’en ai déjà parlé, ils mangent peu de produits animaux déjà (voir l’étude qui en parle!) et mange peu en général en plus, ce qui est encore plus important à mon sens. La frugalité je pense permet au corps de garder bien plus de ressources énergétique pour les mauvais moments à gérer. Car la digestion est une énorme consommatrice d’énergie vitale. On parle souvent de 50%. Et comme ils sont sans pollution ou presque, et avec du soleil aussi surtout (la vie!) , mer ou montagne dans la nature donc, une vie sociale, et bien ils vivent bien plus longtemps en moyenne que la majorité des autres qui n’ont pas ces conditions.

    1. Salut Claude,

      La définition de frugivore ne stipule pas de pourcentage, dans aucun dictionnaire consulté.

      Pourtant si. Tu le dis toi-même dans ta phrase suivante “mange majoritairement”. Or, c’est au-delà de 50%. Les publications scientifiques qui attestent d’un régime frugivores parlent d’au moins 50% du régime alimentaire sur l’année composé de fruits et assimilés. C’est la même chose pour le régime folivore (au moins 50% de feuilles et assimilés), mais en revanche pour les carnivores, ce n’est que des produits animaux.

      Un frugivore est un animal qui mange majoritairement des végétaux fruits, verdures, noix éventuellement aussi, et surtout parce que c’est adapté à son espèce. Et majoritairement veut aussi dire qu’il mange éventuellement et occasionnellement autre chose. Pour des raisons de ressources habituelles manquantes principalement.

      Certaines espèces de singes frugivores ne consomment que 55% de fruits, tout le reste étant des feuilles et des produits animaux. On les considèrent quand même comme frugivores, c’est pour dire que ce terme est très large. Pour les ressources manquantes, ce n’est pas forcément vrai, bien au contraire. Comme dit précédemment, les chimpanzées vont volontairement chasser d’autres petits singes et des ongulés alors qu’ils ont tout ce qu’il faut dans leur environnement. C’est juste que cela fait partie de leur régime alimentaire ou de leur comportement.

      C’est ce qu’à été obligé de faire l’homme pour survivre quand il a commencé à s’éloigner des régions tropicales. Mais il s’en est porté moins bien ,car la nature n’a pas prévu au départ qu’il soit optimisé pour cela du point de vue structurel.
      jusqu’à 5OOgr grammes par semaine pour un singe veut déjà dire que c’est juste une infime partie de son alimentation donc. Et comme en plus il la digère mal il est normal que ce soit extrêmement limité, et qu’il en mange quand il manque d’autres choses, pour compléter. Des experts de la vie des singes parlent de 5% de produits animaux divers dans leurs alimentation. Ils sont donc bien “frugivores” et nous sommes leurs descendants frugivores. Les chercheurs Claude Marcel Hladik (anthropologue, directeur au CNRS en son temps) et Gerard Viroben qui ont suivi des chimpanzés au Gabon pendant au moins une année en parlent de ces 5% de produits animaux dans leur alimentation.
      https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00561721/document

      Le chimpanzée va volontairement partir à la chasse pour manger d’autres animaux (petits singes et ongulés) alors que rien n’indique qu’il devrait le faire. Si je t’écoute, c’est un non sens. Il est frugivore, n’a pas de griffe, d’acidité dans l’estomac, de longueur comme les carnivores, il n’est pas taillé pour la chasse non plus, mais pourtant, il va délibérément chercher de la viande… qu’il digère mal en plus. Par mal digérer, il ressort des morceaux intacts non digéré dans les fécès.

      L’homme digère mal la viande et les produits animaux, pas étonnant car nous descendons du singe. Et quand je dis “digérer” cela n’a rien à voir avec le simple fait de juste passer la barrière de l’estomac. Il faut bien comprendre qu’une substance qui passe juste l’estomac n’est encore pas du tout absorbé ni assimilé par l’organisme. Les cellules n’en bénéfice pas avant longtemps. Les protides et graisses animales mettent beaucoup de temps à être utilisées par les cellules de l’organisme, car les cellules ne se nourrissent que de glucose in fine. Quand je dis beaucoup de temps ce sont des heures et des heures… Le processus de transformation des produits animaux en glucose est extrêmement coûteux pour l’organisme en temps et en énergie, et produit beaucoup de déchets toxiques que l’organisme doit gérer, évacuer ou stocker. Rien à voir avec les fruits.

      A t’écouter, on pourrait croire que l’organisme n’a besoin que de glucose… Si seulement c’était vrai ! Les muscles se construisent avec de glucides ? Les hormones aussi ? Nous avons des besoins en graisses et protéines, dont certaines ne proviennent QUE du règne animal. Ou alors les niveaux d’assimilation sont étrangement mieux pour les produits animaux. C’est quand même paradoxale pour une espèce qui serait parfaitement adapté aux fruits et aux végétaux non ? Pourquoi avons-nous une telle facilité d’utilisation de nombreux nutriments animaux plutôt que végétaux ? As-tu des explications ?

      Ensuite, il serait intéressant que tu regardes davantages dans les toilettes après un repas. Tu verras que quasi-systématiquement, on retrouve des morceaux de végétaux dans les fécès, jamais de produits animaux, qui sont très bien digéré ET assimilé ! Rend-toi compte, nous avons un système rénale parfaitement adapté à la consommation de produits animaux ! Nous avons de quoi traiter les déchets produits, et en tirer tous les bénéfices. Je ne nie pas les risques bien sûr, d’une consommation excessive et industrielle. C’est justement cela qu’il faut éviter.

      Nous avons même 30% de la population mondiale qui possède une adaptation génétique spécialement pour continuer à digérer le lactose. Te rends-tu compte ? En seulement 10 000 ans d’élevage, l’organisme de certains hommes s’est adapté et à inversé le phénomène de sevrage! C’est fort, et cela montre bien une adaptation en faveur de la consommation de certains produits animaux.

      Mais j’ai toujours les mêmes questions sans réponses, déjà pour ce qui est d’être très bien adapté à manger viande et produits animaux pour commencer.
      Pourquoi le système digestif humain est il si différent de celui d’un carnivore? (peut-être parce qu’il n’est pas fait ni optimisé originellement pour manger des produits animaux?) Sans parler de son anatomie, des enzymes produites qui sont très différentes ou absentes chez l’un ou l’autre, de l’acidité de son estomac très différente, de la dentition qui n’a rien à voir, de la présence de griffe chez l’un et pas chez l’autre, de la mobilité de la mâchoire d’un carnivore qui n’est pas du tout celle d’un humain, le sommeil, la vitamine C, de la flore intestinale, de la taille du foie, des glandes mammaires, la tolérance au gras, la longueur des intestins, la queue, la langue rugueuse, les 4 pattes des carnivores, la vision des couleurs etc etc

      Comme d’habitude, tu ignores volontairement toutes les adaptations génétiques, physiologiques et physique propre à l’homme, et bien différentes des primates. Nous n’avons strictement rien à voir ! Pour faire un énième rappel, l’homme possède des dizaines d’adaptations morphologiques pour la course à l’endurance. Développé par nos ancêtres dans le seul but de chasser des animaux, pas pour courir après des baies… Ignores-tu cela aussi ? Ignores-tu aussi le commentaire de Tom dans un article précédent ? Il avait perdu toute sa masse musculaire en ne mangeant que des fruits… Voilà à quoi tu te risques si tu ne fais que ça. Et encore, tu as de la chance d’avoir des centres commerciaux et de l’agriculture intensive qui produit tout ces fruits qui n’ont rien à voir avec ce que trouvaient nos ancêtres. Mais alors rien à voir. La banane, la pomme ou l’avocat ? Tu penses qu’on trouvait des fruits comme ça, riche, appétant et facilement accessible, avec des champs à perte de vue ?! Un peu de réalisme !

      Au final, on pourra débattre tous les deux sur le sens du mot frugivore et comment classer l’homme, que nous aurions tous les deux raisons. C’est un débat étymologique qui n’a presque pas sa place sur ce site. Revenons aux faits.

      – Les personnes qui sont en meilleur santé ici sur Terre mange des produits animaux, en petite et moyenne quantité, surtout de qualité et brut. Ils mangent aussi des produits laitiers, des céréales complètes, et boivent même un peu d’alcool (pourtant toxique hein !!)

      – Apportent-moi une seule preuve scientifique qui montre que des hommes frugivores ont une longévité plus grande que les autres, moins de cancers ou autres choses. Dans le cas contraire, tu ne fais que des allégations sans fondement scientifiquement ni médical.

  7. Hello Jeremy,

    “Au final, on pourra débattre tous les deux sur le sens du mot frugivore et comment classer l’homme, que nous aurions tous les deux raisons. C’est un débat étymologique qui n’a presque pas sa place sur ce site. Revenons aux faits.”

    Je suis tout à fait d’accord.

    “Le chimpanzé va volontairement partir à la chasse pour manger d’autres animaux (petits singes et ongulés) alors que rien n’indique qu’il devrait le faire. Si je t’écoute, c’est un non sens. Il est frugivore, n’a pas de griffe, d’acidité dans l’estomac, de longueur comme les carnivores, il n’est pas taillé pour la chasse non plus, mais pourtant, il va délibérément chercher de la viande… qu’il digère mal en plus. Par mal digérer, il ressort des morceaux intacts non digéré dans les fèces.”

    La réponse est aussi déjà dans ton texte. Il digère mal les produits animaux car c’est avant tout un fruto-vegétarien.
    Et sil fait cela ce n’est pas par jeu ni délibérément sans raison valable, c’est par manque d’autre ressources selon les saisons, zones, ou d’autres raisons conjoncturelles (l’intervention de l’homme aussi) qui font que sa nourriture principale est moins disponible. Cela ne change ni sa nature ni sa physiologie, ni son anatomie de frugivore. L’homme fait bien pire avec de vrais non sens lui et en permanence.

    “Certaines espèces de singes frugivores ne consomment que 55% de fruits, tout le reste étant des feuilles et des produits animaux. On les considèrent quand même comme frugivores, c’est pour dire que ce terme est très large. Pour les ressources manquantes, ce n’est pas forcément vrai, bien au contraire. Comme dit précédemment, les chimpanzés vont volontairement chasser d’autres petits singes et des ongulés alors qu’ils ont tout ce qu’il faut dans leur environnement. C’est juste que cela fait partie de leur régime alimentaire ou de leur comportement.”

    La branche sur l’arbre dont nous venons en tant qu’humain est celle des grands singes (de la famille des primates). Cela veut dire les orangs-outangs, les bonobos, les chimpanzés et les gorilles….et nous.
    Aucun de ces singes ne consomme beaucoup de produits animaux, ce sont soit beaucoup de fruits, soit beaucoup de feuilles, tiges etc, soit les deux. Pour les autres petits singes ou ongulés, j’ai donné dans mon précédent message le lien sur une étude, sur le terrain sauvage, d’une équipe scientifique qui a étudié et observé les singes pendant longtemps, 5% de produit animaux en moyenne ou au max donc comme alimentation. Cela fait partie de leur régime oui à ce très faible pourcentage. Aucune autre étude connue sérieuse et digne de ce nom ne prouve autre chose à ma connaissance. Ce sont donc de grands fruto-végétarien
    D’ailleurs en dehors des grands singes, même en remontant beaucoup plus loin chez les primates, lémuriens, je ne connais que le tout petit tarsier qui ne serait pas du tout fruto-vegétarien mais carnivore lui. Et il est vraiment tout à la base, aux racines du tronc des primates, soit, en gros, 55 millions d’années au moins en arrière.

    “– Apporte moi une seule preuve scientifique qui montre que des hommes frugivores ont une longévité plus grande que les autres, moins de cancers ou autres choses. Dans le cas contraire, tu ne fais que des allégations sans fondement scientifiquement ni médical.”

    Il y aussi surtout les allégations sans fondement scientifique de l’industrie de la viande qui formate l’esprit des gens et les manipule, pour le bonheur de leur business qui pèse des milliards et milliards à travers le monde. Il faut bien qu’il vende leur viande ven diou! Business is business.
    Le rapport Campbell (aussi appelé dès fois The China Study), la plus grande étude scientifique jamais réalisée à ce jour sur la nutrition est édifiante sur le sujet et le problème des produits animaux et autres:
    https://www.lepalaissavant.fr/bien-manger-8-principes-issus-de-40-ans-detudes-le-rapport-campbell/
    On peut acheter le livre même sur amazon ou ailleurs du rapport Campbell , the China study.
    Les blues zones dont nous avons déjà parlé sont un autre exemple très clair , leur alimentation est vraiment pauvre en produits animaux:
    https://medium.com/the-mission/whats-the-truth-about-the-blue-zones-da1caca06443
    https://www.lepalaissavant.fr/manger-et-vivre-centenaire-the-blue-zones/
    https://blooness.fr/les-zones-bleues/
    Il y a beaucoup d’autres études et preuves qui ont ont très clairement établies la nocivité des produits animaux, à l’origine de nombreuses maladies et pathologies tels l’atherosclérose, diabète, obésité et la plupart des maladies cardiovasculaires, cancer du colon, de l’estomac…etc etc
    Les milliers de maladies et pathologies qui touchent un très grand nombre de la population montre clairement qu’il y a un gros problème au niveau nutrition.
    Je cherche toujours des études qui prouvent que manger beaucoup de produits animaux toute sa vie au détriment des fruits et végétaux prolonge cette vie, et en bonne santé en plus.
    La masse musculaire elle n’a pas grand chose à voir avec les protéines . Des centaines d’athlètes et plus et bodybuildeurs sont là pour le montrer. Cela à voir avec la dose d’entraînement surtout. Des athlètes de très haut niveau sont totalement végétariens ou vegan depuis très longtemps pour leur plus grand bonheur, et leur santé à long terme surtout.
    Et pour ce qui d’ailleurs des protéines , tout est dans les fruits et végétaux, nul besoin de viande.
    Ce fameux et fumeux mythe des protéines à d’ailleurs été démasqué depuis un moment:
    Et pour ce qui est du réalisme, peut-être serait il bon aussi de voir la viande d’aujourd’hui alors et comparer avec celle d’il y a des milliers d’années et beaucoup plus?

  8. “A t’écouter, on pourrait croire que l’organisme n’a besoin que de glucose… Si seulement c’était vrai ! Les muscles se construisent avec de glucides ? Les hormones aussi ? Nous avons des besoins en graisses et protéines, dont certaines ne proviennent QUE du règne animal. Ou alors les niveaux d’assimilation sont étrangement mieux pour les produits animaux. C’est quand même paradoxale pour une espèce qui serait parfaitement adapté aux fruits et aux végétaux non ? Pourquoi avons-nous une telle facilité d’utilisation de nombreux nutriments animaux plutôt que végétaux ? As-tu des explications ?”

    C’est le contraire in fine, nous avons beaucoup plus de facilité avec le végétal et surtout les fruits, et nous avons beaucoup de mal à bien digérer les produits animaux, et surtout ensuite aussi à subir leurs toxicité pour l’organisme. Il y a beaucoup de déchets toxiques et beaucoup trop d’acidité produite (acide urique). d’où toutes ces maladies dues aux produits animaux
    Les produits animaux sont bien plus difficiles à transformer en énergie directement utilisable par nos cellules (temps, énergie, graisse, toxicité) nous n’avons pas du tout de facilité à les manger par rapport aux fruits et végétaux. On peut aussi ajouter l’absence complète de fibres dans les produits animaux.
    Le sucre, sous la forme de glucose (la seule forme assimilable directement par les cellules et transportées par le sang jusqu’au cellule) est de loin le plus grand pourvoyeur d’énergie dont notre organisme a besoin.
    Pourquoi sinon notre organisme se tuerait il à la tâche à transformer et décomposer tout ce qui n’est pas glucose à la base, à justement le transformer en glucose? Cela n’aurait pas trop de sens.
    Les muscles pour se développer ont besoin d’exercices avant tout, et le glucose étant l’énergie dont nous avons besoin pour faire ces exercices.
    Rien que notre cerveau consomme une folle quantité de ce glucose dont nous avons tant besoin. Mais il utilisera lui les corps cétoniques aussi. L’immense avantage des fruits est qu’ils amènent le bon carburant nécessaire très vite là où il faut, sans dépense énergétique inutile et sans toxicité. Il n’y a pas mieux en terme de carburant.
    Le bon sucre d’un fruit bien mur dans un organisme bien sain, ça donne de l’énergie extrêmement rapidement.
    Les graisses animales mettent au minimum 12h à se digérer et jusqu’à 24h plutôt, ou plus encore dès fois, rien à voir avec les fruits donc.
    Nous n’avons pas besoin de produits qui ne viendraient une du règne animal, c’est tout sauf une nécessité. Que ce soit de la graisse ou des protéines, tout est là dans les fruits et les végétaux. Le corps fabrique nos protéines à partir des acides aminés, et non pas à partir de protéines mangés, c’est un mythe.
    Le gorille (très proche de nous) et la vache par exemple , ils ne mangent que des végétaux, et sont bien plus fort et gros que nous grâce à leur protéines qu’ils fabriquent juste à partir du végétal.

  9. “Comme d’habitude, tu ignores volontairement toutes les adaptations génétiques, physiologiques et physique propre à l’homme, et bien différentes des primates. Nous n’avons strictement rien à voir ! Pour faire un énième rappel, l’homme possède des dizaines d’adaptations morphologiques pour la course à l’endurance. Développé par nos ancêtres dans le seul but de chasser des animaux, pas pour courir après des baies… Ignores-tu cela aussi ? Ignores-tu aussi le commentaire de Tom dans un article précédent ? Il avait perdu toute sa masse musculaire en ne mangeant que des fruits… Voilà à quoi tu te risques si tu ne fais que ça. Et encore, tu as de la chance d’avoir des centres commerciaux et de l’agriculture intensive qui produit tout ces fruits qui n’ont rien à voir avec ce que trouvaient nos ancêtres. Mais alors rien à voir. La banane, la pomme ou l’avocat ? Tu penses qu’on trouvait des fruits comme ça, riche, appétant et facilement accessible, avec des champs à perte de vue ?! Un peu de réalisme!”

    Je n’ignore rien, mais je constate par contre qu’elles ne sont pas du tout conséquentes, ni probantes et ne prêtent en rien au fait que l’on devrait être omnivore. Il y a infiniment plus de choses qui disent que nous sommes bien des fruto-végetarien de nature. Et que le fait d’être omnivore est un pas vers la mauvaise santé. Les hôpitaux et tous les gens malades de tout et de rien en sont la preuve flagrante et vivante.
    Pour la course, je connais un peu, je suis coureur depuis 30 ans et même ultra trailer à l’occasion. Le libre Born to run que j’ai lu parle de ces chasseurs coureurs.
    Le problème dans tout cela, c’est que cette soit disant “adaptation” ne va pas dans le bon sens. C’est juste de la dégénérescence.
    Les fruits dans les régions tropicales étaient sans nul doute bien plus facile à trouver et à cueillir que de courir après des bêtes sauvages qui se défendent et ne veulent pas se laisser attraper et manger. Une différence d’énergie donc absolument astronomique entre ces deux sources d’alimentation et la facilité de les trouver et en profiter. Car même de nos jours avec des fusils modernes et des chiens etc on peut revenir bredouille.
    Pour Tom, je ne connais pas son cas personnellement. Mais être frugivore veut dire manger vraiment beaucoup de fruits, et réduire considérablement les graisses et protéines autres.
    Il y a pas mal de gens qui se mettent au frugivorisme, mais mal, et reviennent à autre chose, ils n’ont pas compris qu’il faut optimiser notre organisme petit à petit, car il a des décennies de junk food en lui. Il y a du boulot donc pour optimiser cela.

    « – Les personnes qui sont en meilleur santé ici sur Terre mange des produits animaux, en petite et moyenne quantité, surtout de qualité et brut. Ils mangent aussi des produits laitiers, des céréales complètes, et boivent même un peu d’alcool (pourtant toxique hein !!) »

    Ils ne sont pas du tout en bonne santé justement. (voir les médecins, les hôpitaux pleins et tous les gens qui souffrent chez eux et la vente de médicaments) De toute façon on a pas vu un homme en vraiment bonne santé depuis des millénaires et plus je pense, on ne sait simplement plus ce que sait à cause de notre mode de vie délétère que l’on considère comme normal par habitude.
    C’est comme pour les « normes » bidons de l’OMS et autres organisme de santé. Des chiffres pris à partir de gens pas du tout en santé optimale. Et qui ne sont là que pour faire tourner le business de la médecine allopathique et big pharma. C’est aussi pour cela que de temps en temps ils changent leur normes, qui fait que des millions de personnes qui n’étaient pas « officiellement malade » d’après leurs normes le devienne du jour au lendemain. Il faut bien faire tourner et relancer le business de la machine big pharma.

  10. Cher Claude,

    Je remarque que tu répètes inlassablement la même chose sans poser d’arguments sérieux ni études scientifiques sur la table.

    Par exemple, quand tu parles de toxicité de consommer des produits animaux, tu ne mentionnes que le cas de l’acide urique. Or, dois-je te rappeler que le corps s’occupe parfaitement de l’acide urique ? Que l’acide urique provient du cycle des purines, que l’on retrouve partout. Partout. On retrouve autant de purine dans le boeuf que dans les lentilles ou le soja ! Cet élément est présent partout, et le corps sait parfaitement s’en occuper. Après, les excès, c’est comme tout, ce n’est pas bon du tout. Je ne t’apprends rien.

    Autre petite pirouette de ta part qui me parle beaucoup : c’est le coup du “ils ne font pas comme il faut”. Donc selon toi on peut se tromper avec le frugivorisme ? Il n’ a rien de plus simple ! Manger des fruits ! Mais si des personnes finissent mal avec, tu estimes que c’est une erreur de leur part plutôt que de constater que c’est tout simplement dommageable une telle alimentation pour nous. C’est quand même assez osé.

    Je tiens à te rappeler que nous n’avons pas besoin d’avoir de l’énergie extrêmement rapidement. Tu sembles trouver que les fruits ont cet avantage mais c’est loin d’en être un. Notre corps est parfaitement adapté pour supporter la carence et le manque d’énergie. Il fonctionne même mieux quand il est privé ! Cf toutes les études sur le jeûne intermittent. Le corps utilise parfaitement bien les macronutriments dans son environnement. Nous disposons de 4 voies métaboliques pour créer du glucose à partir d’autres choses. Dis moi, pourquoi Mère Nature nous aurait donné une si formidable capacité de créer du glucose à partir d’autres choses ? Car l’homme est adaptivore.

    Même si la rapport Campbell est pas trop mal, il n’est pas une preuve scientifique sérieuse ni valable dans ce débat. Le rapport s’est fait en quelque sorte démonter par des blogueurs américains pour en dénicher les nombreuses faiblesses statistiques, les erreurs d’interprétations, les associations, etc.

    Mais encore une fois, revenons au fait. As-tu des études, des cas, des témoignages mêmes de personnes frugivores depuis leur naissance et qui seraient encore en vie, sans le moindre cancer ou problème ?

    Explique-moi aussi pourquoi TOUTES les peuplades sauvages et traditionnelles que nous connaissons aujourd’hui, et qui n’ont pas été influencé par l’alimentation industrielle moderne, consomment des produits animaux et des produits végétaux ?

    Et te concernant, est-ce que tu ne consommes que des fruits ? Fait donc l’essai de vivre quelques mois dans une forêt tropicale sauvages, une vraie, et pas un champs complètement crée par l’homme, et dis moi si tu sera capables d’avoir tes calories journalières avec les fruits.

    Même chez moi en Calédonie, les peuplades mélanésiennes historiques ont toujours consommé du poissons, des huitres, des bénitiers, des requins, des chauve-souris, il y a très peu de fruits natifs dont les arbres donnent très peu et de manière saisonnière. Et je te met au défi d’ouvrir une noix de coco sans outils. Vidéo à l’appui, j’attend de voir !

  11. Bonjour ami du grand pacifique,

    Pour ce qui est des études, j’ai mis la référence ultime en terme d’étude sur l’alimentation, vu la durée et les moyens de l’étude de The china study ou rapport Campbell.
    Le rapport Campbell pas une preuve scientifique valable dans ce débat ? Ah bon, et pourquoi cela?
    Non seulement elle est très scientifique cette méga étude, élaborée avec des données sur 20 ans de la Chine rurale et aux USA, mais faite par deux universités (Cornell aux USA et Oxford en Angleterre) et sans aucun lien financier externe, ainsi qu’avec l’académie chinoise de médecine préventive.
    Par contre, je ne vois toujours aucune étude qui montre « scientifiquement » que le régime omnivore ne provoque pas toutes les multiples maladies dont j’ai parlé dans mon post précédent.
    Nous nous voilons complètement la face, les innombrables problèmes de santé et les faits sont bien là mais on regarde ailleurs (pour une question de business, et de manque de responsabilité individuelle), et on dit alors, nous sommes omnivores et c’est le mieux, point barre.

    Une autre étude de l’INRA qui conclue que la viande n’est pas indispensable à l’alimentation humaine, qu’ont peut sans passer sans problème.
    https://www.researchgate.net/publication/302027031_Beneficesrisques_de_la_consommation_de_viandes_impact_sur_l'environnement_la_sante_et_le_bien-etre_animal

    Quand aux maladies et problèmes crées par la consommation de viande, il y en a plein bien sur
    Juste un autre exemple publié au mois de mars dans l’express cette année qui parle d’une étude américaine sur le problème de la viande et de la santé
    https://www.ladepeche.fr/2019/03/27/meme-en-faible-quantite-la-viande-rouge-serait-nefaste-pour-la-sante,8094445.php

    Et l’avis d’un médecin français le docteur JP Curtay expert en nutrition sur le problème de la viande et son coté inflammatoire
    https://www.youtube.com/watch?v=A6PTtgG3Abs

    je pourrais mettre et citer ici des tonnes d’autres études, quel intérêt? La quantité n’y changera rien là. Et je ne suis vraiment pas du tout fan des études de toute façon.

    Mais il y a t-il donc une seule grande étude sérieuse montrant très clairement le bénéfice indéniable et sans aucun doute raisonnable de manger de la viande par rapport au fait de ne pas en manger ? Je cherche et j’attends toujours…
    Ce qui est observable par contre par tout le monde, autour de nous et sans étude là, mais en s’intéressant aussi aux chiffres de par le monde, c’est la quantité astronomique de pathologies et « maladies » chroniques et de dégénérescence (je n’aime pas du tout ce terme de maladie) qui touchent un très grand nombre de la population, même jeune dès fois donc. Cancers de toutes sortes, obésité, diabète, arthrose, maladies cardiovasculaires et coronariennes etc etc, une hécatombe. En France on estime autour de 20 millions le nombre de personnes touchées! Et les 40 millions qui restent sont encore en attente de les avoir ces problèmes.
    Un des grand responsable? Le mode de vie bien sur, avec parmi les causes de la plus haute importance l’alimentation dite omnivore à tout va, qui n’a pas du tout sa place pour une vie en pleine santé, car pas adaptée à l’espèce humaine. Il suffit de regarder autour de nous tous les jours et de constater les dégâts catastrophiques pour la santé de cet omnivorisme de dégénérescence dans la population.

    1. Salut Claude, désolé pour cette réponse tardive mais réponse quand même !

      China Study est un livre, un condensé de nombreuses études sujettes à interprétation et avec des biais, des limites, des faiblesses et une orientation personnelle des auteurs.

      L’étude de “l’INRA” que tu cites n’en est pas une. C’est un power point d’Anthony Fardet qui précise explicitement qu’il n’est pas contre la consommation de produits animaux mais en petite quantité (ce que je dis également quelque part). Je n’oserais pas parler en son nom, mais je pense qu’il est de mon avis concernant le côté omnivore de l’homme. Il faudrait lui demander.

      L’autre étude américaine dont tu parles a été réalisée chez les Adventiste du 7ème jour, avec des liens d’intérêts pro-végétal. Des biais tout aussi énorme et une population minutieusement choisie. Bref, rien de nouveau sous le soleil.

      Concernant les études qui montrent les bénéfices de la consommation de produits animaux… En voici quelques-unes.

      J’imagine que tu connais la diète méditerranéenne ? Consommation raisonnable de produits animaux, du lait de chèvre, de la charcuterie, de l’alcool… et pourtant. De nombreuses méta-analyses montrent les bienfaits de cette diète sur la santé cardiovasculaire, la mortalité, les cancers…

      Risque de cancer diminué avec cette diète : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28954418

      d’autres : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29177567

      Ou encore celle-ci sur le cancer du sein et association inverse : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28260236

      Après, on manque aussi d’études de haute qualité sur cette diète et il faut prendre les résultats avec précaution comme il se doit.

      Comme toujours, pour la fin de ton commentaire, oui de nombreuses maladies touchent de plus en plus de personnes. Mais ces personnes :

      – mangent très mal : des produits industriels ultra-transformé
      – se déplacent peu : restent sédentaire, pas de sport, etc.
      – fument, boivent de l’alcool, etc, etc.
      – environnement pollué, etc, etc.

      Il y a trop de facteurs à prendre en considération qu’il est bien difficile de tirer des conclusions. Et encore une fois, si c’était si bon et naturel de manger des fruits, pourquoi n’avons nous aucune peuplade traditionnelle que ne le fasse ? Pourquoi mangent-ils tous des produits animaux ? Un suicide ?

  12. « Autre petite pirouette de ta part qui me parle beaucoup : c’est le coup du “ils ne font pas comme il faut”. Donc selon toi on peut se tromper avec le frugivorisme ? Il n’ a rien de plus simple ! Manger des fruits ! Mais si des personnes finissent mal avec, tu estimes que c’est une erreur de leur part plutôt que de constater que c’est tout simplement dommageable une telle alimentation pour nous. C’est quand même assez osé. »

    Plus le temps de digestion est long, plus le risque de putréfaction et donc de toxicité pour le corps augmente, surtout avec notre long intestin. Et il n’est donc pas bon qu’une digestion dure non, ce qui est de le cas avec les protéines et la graisse de la viande. C’est bien pour ça qu’il y a des millions de gens dans le monde qui ont des « maladies » coté intestins et colon, comme les cancers des intestins et colon, la maladie de Crohn, recto-coliques etc etc. La viande est très acidifiante pour le corps, c’est pour ça que les vrais carnivores dans la nature ont un intestin court, et ont des excréments très odorants.
    Et il y a le coté énergétique bien sur. Pourquoi un organisme vivant au lieu d’avoir de l’énergie disponible en stock le plus vite et donc le mieux possible pour lui, s’amuserait il à vouloir plutôt des aliments nécessitants plus de temps et d’effortssurtout aussi donc à produire justement de l’énergie disponible? Dans la nature, cela n’a pas de sens et ce serait même très dangereux et fatal pour les êtres vivants, car presque tout le monde est une proie potentielle et doit avoir de l’énergie pour échapper aux prédateurs.
    Par rapport à Tom et son histoire personnelle, que je ne connais pas bien.
    Oui bien sur qu’il y a de bonnes de mauvaises manières de faire et de passer d’une « régime » à un autre. Quand on a mangé pendant des décennies une certaine alimentation, il faut déjà un temps d’adaptation certain pour retrouver le bon équilibre dans une nouvelle alimentation complètement différente. Et la flore bacterienne joue un rôle très important pour ça. C’est comme un drogué, que ce soit avec une drogue dure, ou le sucre, le café. Quand on brutalement prive l’organisme de quelque chose qu’on lui donne régulièrement depuis très longtemps, même de très mauvais, l’organisme réagit et doit retrouver un nouvel équilibre. C’est la loi de l’homéostasie.
    Pourquoi blâmer les fruits et ne pas prendre ses responsabilités et dire qu’on a plutôt un problème effectivement d’assimilation à régler, par ce qu’on mange très mal depuis trop longtemps? Les êtres humains ont la fâcheuse tendance à chercher la cause de leur problèmes à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur, pour se dire “c’est pas de ma faute c’est l’uatre!” et rejeter la faute donc sur quelque chose qui leur est étranger.
    La mauvaise alimentation (ou la drogue dite dure, comme le sucre d’ailleurs là) a forcé l’organisme à s’adapter, mais pas en mieux bien sur là, il s’affaiblit et dégénère avec le temps dans ce cas là. On a un nouvel équilibre qui se crée avec un organisme qui perd petit à petit de sa force vitale et qui réagit de moins en moins parce qu’affaibli par ce qu’on lui donne. C’est pour ça qu’on doit augmenter les doses d’ailleurs pour ressentir les mêmes effets pour les drogues ou sucre, café etc.
    Quand par exemple on devient d’un coup crudivore, ou végétalien, une des plus grandes erreurs de presque tous est alors surtout de manger beaucoup trop de gras pour compenser et être rassasié et arriver au sentiment de satiété recherché. Il faudrait limiter considérablement le gras consommé et augmenter considérablement la quantité de fruits mangés. Ce dont les gens n’ont pas l’habitude bien sur. Le fruit étant un dessert pour tout le onde ou presque
    Le trop de gras empêche en effet le bon sucre des fruits d’être bien assimilé et utilisé efficacement par les cellules. Voir pour cela le remarquable livre sur le sujet de Doug N Graham, « le régime 80/10/10 .
    Voilà pourquoi beaucoup de crudivores échouent dans leur changement d’alimentation et reviennent à leurs vieilles mauvaise habitudes.
    Il n’est nul besoin d’autre choses que des fruits et des légumes,et des noix en quantité raisonnables, pour faire du muscle avec l’entraînement adéquat (c’est ça qui est décisif)

    Comprendre un peu ce qui se passe quand on change assez radicalement d’alimentation vers les fruits là, car il y a un nettoyage grâce aux fruits très bénéfiques
    https://youtu.be/4apPPCGcp2A

    Un témoignage vivant d’un vegan qui fait de la musculation :
    https://www.youtube.com/watch?v=h9iNHSlK–k

    “Je tiens à te rappeler que nous n’avons pas besoin d’avoir de l’énergie extrêmement rapidement. Tu sembles trouver que les fruits ont cet avantage mais c’est loin d’en être un. Notre corps est parfaitement adapté pour supporter la carence et le manque d’énergie. Il fonctionne même mieux quand il est privé ! Cf toutes les études sur le jeûne intermittent. Le corps utilise parfaitement bien les macronutriments dans son environnement. Nous disposons de 4 voies métaboliques pour créer du glucose à partir d’autres choses. Dis moi, pourquoi Mère Nature nous aurait donné une si formidable capacité de créer du glucose à partir d’autres choses ? Car l’homme est adaptivore.”

    Le vivant est remarquable oui, je suis le tout premier à le dire. Je suis un adepte du jeûne, depuis quelques années déjà, pour nettoyer l’organisme, ou plutôt mieux dit, pour mettre l’organisme dans les meilleures conditions pour qu’il fasse lui même son travail de nettoyage, car nous ne faisons rien en fait. Mais on peut grandement lui nuire par contre. Il a des capacités de survivre et de s’adapter tant que l’on a pas dépassé ses limites. La loi de l’homéostasie fait qu’il fera toujours pour le mieux selon ses propres critères de meilleure santé, en dépit de tous les bâtons dans les roues qu”on lui met. Faute du sucre des fruits, économe d’énergie et apportant tout ce qu’il faut, il fera autrement, mais avec des implications importantes que ce soit à court, moyen ou long terme sur la santé, car il va puiser partout dans le corps pour compenser. Un exemple connu est l’osteosporose, mais il y en a d’innombrables.

    1. Mais qu’est-ce qui te fait dire que la digestion est coûteuse et qu’il faut manger des fruits pour éviter d’être mangé ? La digestion est justement là pour faire son travail : digérer nos aliments. En quoi le fait qu’elle soit plus longue ou plus courte joue sur l’état de santé ? As-tu des études ou des documents scientifiques sur la putréfaction ? Nous avons pour rappelle des intestins parfaitement capables (et même adaptés) pour digérer des aliments de haute qualité nutritionnel : des fruits, des tubercules, des produits animaux.

  13. « Mais encore une fois, revenons au fait. As-tu des études, des cas, des témoignages mêmes de personnes frugivores depuis leur naissance et qui seraient encore en vie, sans le moindre cancer ou problème? »
    Tu me demandes souvent de montrer des études , des cas, et j’en met d’ailleurs ici même dans mes commentaires, mais par contre je ne vois pas d’études qui prouvent ce que tu avances par contre? Où sont elles?

    Une petite video , avec liens d’un département d’oncologie, qui montre que les fruits guérissent le cancer (plutôt que de le créer comme la viande). Au NORI (National Oncology Research Institute) ils traitent le cancer avec les fruits.
    https://www.youtube.com/watch?v=cKbLkRvITBo
    https://noriprotocol.com/nori-protocol/

    Comme tu aimes les cas, je te met là des exemples, et de leurs enfants, de vrais frugivores, voire quasi fruitariens en fait, Anne Osborne et qui a élevé ses enfants comme ça, et aussi Michael Arnstein (un coureur que je connais, pas personnellement, et ultra traileur, vraiment très bon d’ailleurs!). Bien sur cela à fait jaser les médecins du coin…qui préfèrent voir arriver des malades à cause de leur alimentation, ils veulent garder leurs clients ven diou. Anne Osborne est elle frugivore/fruitarienne depuis presque 30 ans
    https://www.youtube.com/watch?v=YauvEZpJfug
    https://www.youtube.com/watch?v=znUXSDJC45U
    https://youtu.be/cV-NRtsfiA0
    https://youtu.be/muKl-uDmdEs
    https://youtu.be/mwrZ952NWHw
    https://www.youtube.com/watch?v=jkIYEj9toHA

    Et Michael Arnstein et la musculation pour Tom
    https://www.youtube.com/watch?v=wF0JC4QTeHU

    Allez, toujours Arnstein en joli petit bonus, une pomme ou un steak? ;)
    https://www.youtube.com/watch?v=VLOHkSN-vBg

    Depuis la naissance dans notre monde moderne par contre oui, c’est difficile effectivement de trouver de vraies frugivores, puisqu’on on est presque tous drogués et conditionés à la malbouffe depuis tout petit dans notre société de consommation, les innombrables pathologies et maladies en témoignent en permanence . Car on est malheureusement justement dans un monde d’habitudes omnivores. De toute façon à la naissance déjà on devrait pas donner des fruits non, mais le lait maternel uniquement bien sur, et pendant 3 ans. C’est la nourriture idéale naturelle et la seule qu’on devrait donner à un bébé.
    Tu voudrais dire qu’en mangeant surtout des fruits (mais aussi un peu de légumes et des noix attention, on parle de frugivore) on pourrait avoir des cancers par ce fait même alors ? Et que les fruits (frais, murs, bio) sont potentiellement cancérigènes?
    Ou sont les études qui parlent de cela? Je n’en vois aucune en tout cas.
    Par contre même l’OMS (que je déteste) parle de potentiel cancérogène pour la viande rouge « transformée »
    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-viande-cancerogene-ce-qua-vraiment-dit-oms-60263/
    Cela dit, une viande non transformée du tout, vraiment brute, non arrangée, pas découpée très soigneusement, complètement déguisée avec des épices, sel, de la couleur artificielle, avec additifs (,sans parler des antibiotiques et hormones) presque personne n’aurait envie d’en manger, ça fait fuir. Et sans compter l’odeur! Et si cela ne nous attire absolument pas comme aliment brut, c’est que ce n’est pas vraiment pas fait pour nous.

    « Et te concernant, est-ce que tu ne consommes que des fruits ? Fait donc l’essai de vivre quelques mois dans une forêt tropicale sauvages, une vraie, et pas un champs complètement crée par l’homme, et dis moi si tu sera capables d’avoir tes calories journalières avec les fruits. »

    L’homme est un animal complètement tropical. Il n’a rien à faire dans les zones froides ou mêmes tempérées ou il est établi , mais c’est son choix volontaire ou non.
    Et sous les tropiques tous les fruits poussent et les végétaux aussi.
    Mais l’homme a tellement détruit les forêts et la nature et s’est tellement multiplié à cause de l’agriculture et donc la vie sédentaire, qu’ il a créé pour l’espèce humaine une situation catastrophique oui, de l’autodestruction. Donc au jour d’aujourd’hui on est dans la merde, mais on a planté des fruits oui heureusement. Mangeons en.
    Et il faut oui manger beaucoup de fruits pour arriver à disons 2000 calories. C’est bien normal évidemment si on ne mange que ça ou presque. Et rester toujours frugal, trop de calories et nourriture et c’est nombres d’années en moins à vivre, et en bonne santé.
    Et ce ne sont pas tant les calories qu’il faut avant tout à l’homme, mais surtout des micro nutriments, des vitamines, des minéraux, des oligo élements, ça c’est vital à la vie, pas le nombre de calories.
    Et je pose la question, dans une forêt tropicale sauvage une vraie, comment vas tu tout seul pendant des mois avoir tes calories, en attrapant des sangliers comme Obelix? Ou d Si il y en a.
    Les fruits c’est tout de même une option bien plus facile, bien moins dangereuse et bien plus raisonnable non?

    De mon coté, je mange beaucoup de fruits, mais pas encore assez à mon goût. Il y a en effet le coté relations sociales, repas famille, restaurants de temps en temps qui sont là. On met de longues années à arriver à vraiment ce que l’on aimerait.
    Je dirai que je suis à peut-être 60 % de fruits selon les jours, mais j’aspire à plus en moyenne (80%). Le reste ce sont là des légumes de toutes les couleurs surtout , très peu de viande ou poisson, quasiment pas de céréales et très peu de légumineuses. Mais je sais faire la fête et boire un bon vin sans aucun problème (du raisin!) Ou un bon rhum..
    D’ailleurs dans notre congelo il y a encore un morceau de cerf d’une connaissance chasseur qui nous attend depuis des mois pour qu’on le transforme en…bonne salade du broussard! ;)

    « Explique-moi aussi pourquoi TOUTES les peuplades sauvages et traditionnelles que nous connaissons aujourd’hui, et qui n’ont pas été influencé par l’alimentation industrielle moderne, consomment des produits animaux et des produits végétaux »

    Comme tu le dis toi même, cela fait longtemps qu’on s’est mis à consommer des produits animaux, car il fallait survivre quand il n’y avait pas de fruits. Mais la physiologie et l’anatomie n’ont pas suivis autant qu’il faudrait apparemment. Et ces produits ne sont donc de très loin pas aussi bon pour l’organisme que les fruits. Pour les produits végétaux qu’il mangent, c’est très bien, il y a beaucoup de minéraux et fibres, il en faut pour une santé optimale.

    « Même chez moi en Calédonie, les peuplades mélanésiennes historiques ont toujours consommé du poissons, des huîtres, des bénitiers, des requins, des chauve-souris, il y a très peu de fruits natifs dont les arbres donnent très peu et de manière saisonnière. Et je te met au défi d’ouvrir une noix de coco sans outils. Vidéo à l’appui, j’attends de voir ! »

    La Nouvelle-Calédonie et autres ne sont habités que depuis quelques millénaires au plus. L’homme n’est pas apparu là-bas mais en Afrique. Les conditions, avec les fruits et la bonne nourriture n’étaient pas réunies pour cela à l’époque. La vie adéquate apparaît là ou c’est favorable et possible. Les hommes ont migrés dans ces îles et se sont adaptés pour survivre.
    Et pour ton défi, je veux bien le relever, mais à une condition.
    De ton coté je te met au défi, et sans aucun outil bien sur, d’attraper et de manger au choix un cochon, une vache, un cerf, une poule même, ou d’aller pécher un poisson à main nue, ou d’ouvrir une huître ou un bénitier. Et avec la vidéo qui va avec bien sur ;)
    J’ai tout de même une vague idée de qui aura de loin le plus de difficultés pour se nourrir.
    Et j’ai les autres fruits ou végétaux sinon ;)

    1. Des vidéos ne seront jamais des évidences scientifiques. Pourquoi avons-nous des centaines et des centaines de peuplades traditionnelles qui consomment tous des produits animaux ? Je ne parle pas ici forcément de grande consommation, mais bien d’un régime alimentaire variée, avec des fruits, des légumes, des tubercules et des produits animaux (et encore que les Inuits…).

      Des études menées sur des peuplades traditionnelles, de véritables chasseurs cueilleurs, montrent une longévité comparable à la notre malgré une alimentation en produits animaux (l’espérance de vie est faible à cause de la mortalité infantile très élevée).

      Pour ton cas de la frugivore, c’est intéressant. Je vais me pencher dessus plus en détail. Mais c’est une personne. Une seule personne contre l’absence de tribus dans le monde entier qui ne consomment que des fruits. Pourquoi ? D’ailleurs, cette dame ne donne aucune information sur l’état de santé de son enfant. Il aurait mon âge aujourd’hui. Est-il toujours frugivore ? Comment vas-t-il ? Il y a peu de transparence et d’infos dessus, ce qui n’encourage pas à donner du crédit et de la confiance.

      Pour le défi sur la chasse. Il faut se mettre d’accord. Pour toi, il faut mettre de côté l’intelligence de l’homme ? Probablement sa plus grande force, mais il faut la mettre de côté ? Que fais-tu du corbeau calédonien réputé le plus intelligent du monde qui arrive à manger des larves d’insectes (des vers de bancoule) en sculptant un pic avec du bois. Il utilise son intelligence pour attraper quelque chose qu’il n’est pas capable de saisir sans objet. Est-ce une hérésie ? Non, c’est quelque chose de tout à fait normal. Les espèces animales utilisent leur intelligence pour se nourrir, se déplacer, se reproduire et leur instinct aussi. L’homme s’est pareil.

      D’ailleurs, tu n’imagines à quel point il peut être facile d’attraper un animal sauvage sans le moindre outils. Rien que de faire l’appâtage avec du maïs pendant quelques jours. Tu peux aussi en domestiquer certains pour ensuite les attraper et les piéger, et les manger, et je pourrais t’en sortir d’autres. Certains sont curieux mêmes, certains sont inattentif, certains dorment, j’ai déjà pu attraper un faon à main nu. Tu peux te rapprocher à moins d’un mètre si tu es discret, si c’est la nuit (plus facile), etc, etc. Mais surtout, l’homme est une espèce sociale, elle chasse en groupe. Aucune utilité pour les fruits, si ce n’est de surveiller les dangers. Pour la chasse, nos ancêtres se sont farcis des mammouths avec des pics et des pierres. Comment ? Grâce à la boîte crânienne.

      Je repose ma question à laquelle tu ne réponds pas. Pourquoi n’avons-nous jamais observé, ou eu de rapports, de peuplades naturelles entièrement végane ou frugivores ? Pourquoi diable n’en n’avons nous jamais eu vent ? Ont-elles seulement existé ? On a en revanche toutes les preuves de l’inverse ;)

  14. « Des vidéos ne seront jamais des évidences scientifiques. Pourquoi avons-nous des centaines et des centaines de peuplades traditionnelles qui consomment tous des produits animaux ? Je ne parle pas ici forcément de grande consommation, mais bien d’un régime alimentaire variée, avec des fruits, des légumes, des tubercules et des produits animaux (et encore que les Inuits…). »

    Ce en sont pas juste des  vidéos, ce sont les expériences de la vraie vie, qui est bien plus probant que n’importe quelle expérience dite scientifique. Le science à besoin de la vie pour exister, la vie elle n’a que faire de la science.
    C’est la différence entre la pratique et la théorie.
    Sans compter qu’une quelconque étude scientifique est forcément tronquée, orientée, financée, faite d’erreurs, très limitée dans le temps et le nombre de cas, et surtout incomplète par sa nature même d’être juste une étude au lieu d’être la vie elle même, un truc très « synthétique » donc surtout.
    C’est bien pour ça que les études n’ont pas trop d’intérêts pour moi. On leur fait dire ce qu’on veut comme on veut en fonction du but et des intérêts recherchés, c’est comme les statistiques.

    La longévité de la vie des inuits est bien plus limitée que chez nous autres, qui sommes déjà en mauvaise situation. Comme dit le dr Frederic Saldmann, tout homme qui meurt avant 120 ans, est un mort prématurée.
    Évidemment, vu nos conditions de vie par contre et notre régime omnivore qui joue un rôle primordiale (mais pas uniquement) on est la plupart du temps très loin du compte. Et je parle pas de la bonne santé là, juste de la longévité brute.

    Pourquoi les peuplades dites traditionnelles seraient elles forcément l’exemple à suivre? On pourrait même se poser la question ?
    En tout cas elles étaient déjà en meilleure santé que nous autres peuplades modernes, pour pleins de raisons. Leur alimentation entre autre, extrêmement différente de la nôtre moderne. Mais comme tu surtout tu le souligne…pas de grande consommation de produits animaux! Et des fruits, légumes, tubercules…on est très proche d’un régime frugivore là donc! Et comme ne plus pas de pollution, moins de stress etc, il y a une bien meilleure santé que l’occidental moyen d’aujourd’hui finalement.

    « Des études menées sur des peuplades traditionnelles, de véritables chasseurs cueilleurs, montrent une longévité comparable à la notre malgré une alimentation en produits animaux (l’espérance de vie est faible à cause de la mortalité infantile très élevée). »
    Où sont ces études qui démontrent par a + b qu’ ils mangent beaucoup de produits animaux et ont une longévité importante ? Si il en mangent , mais en fait très peu, on est plus du tout dans le même cas de figure par contre.

    « Pour le défi sur la chasse. Il faut se mettre d’accord. Pour toi, il faut mettre de côté l’intelligence de l’homme ? Probablement sa plus grande force, mais il faut la mettre de côté ? Que fais-tu du corbeau calédonien réputé le plus intelligent du monde qui arrive à manger des larves d’insectes (des vers de bancoule) en sculptant un pic avec du bois. Il utilise son intelligence pour attraper quelque chose qu’il n’est pas capable de saisir sans objet. Est-ce une hérésie ? Non, c’est quelque chose de tout à fait normal. Les espèces animales utilisent leur intelligence pour se nourrir, se déplacer, se reproduire et leur instinct aussi. L’homme s’est pareil.
    D’ailleurs, tu n’imagines à quel point il peut être facile d’attraper un animal sauvage sans le moindre outils. Rien que de faire l’appâtage avec du maïs pendant quelques jours. Tu peux aussi en domestiquer certains pour ensuite les attraper et les piéger, et les manger, et je pourrais t’en sortir d’autres. Certains sont curieux mêmes, certains sont inattentif, certains dorment, j’ai déjà pu attraper un faon à main nu. Tu peux te rapprocher à moins d’un mètre si tu es discret, si c’est la nuit (plus facile), etc, etc. Mais surtout, l’homme est une espèce sociale, elle chasse en groupe. Aucune utilité pour les fruits, si ce n’est de surveiller les dangers. Pour la chasse, nos ancêtres se sont farcis des mammouths avec des pics et des pierres. Comment ? Grâce à la boîte crânienne. « 
    Et le maïs que tu utilises pour appâter, il a poussé naturellement, sans aucun outil à la base etc?
    Tu cites un corbeau, ou un singe qui utilise très occasionnellement un pseudo outil. Sais tu combien il y a d’espèces animales connues? Près de 25 millions je crois . Et à part des exceptions qu’on peut compter sur les doigts des mains, cela veut dire que 99,99 % des animaux au minimum n’utilisent aucun outil. Et c’est leur instinct , leurs sens et leurs gênes ainsi que l’éducation de leurs parents qui les guident pour survivre , avant leur intelligence.
    D’autre part, même en supposant que l’on arrive à attraper une malheureuse toute petite proie malade qui ne court plus, sans aucun outil toujours, tu n’expliques pas comment tu la dépèces, coupe, mange avec nos pauvres petites dents et mains humaines qui n’ont rien à voir avec les « outils » naturels des carnivores ou vrais omnivores….etc?
    Et puis même si on leur donnait des outils, demande cela aux gens d’aujourd’hui. Plus de 95 % de gens au minimum ne pourraient pas tellement c’est contre notre nature et nous révulserait. Sans compter l’odeur, le sang…etc. Si ce n’est pas une preuve que cela n’est pas du tout fait pour nous. Les peuples ont survécu grâce à cela car il n’y avait pas autre chose par période quand ils ont migré loin des tropiques et de l’Afrique originelle. Mais ce n’est en rien l’alimentation qui est faite pour nous physiologiquement parlant et pour notre pleine santé.

    « Je repose ma question à laquelle tu ne réponds pas. Pourquoi n’avons-nous jamais observé, ou eu de rapports, de peuplades naturelles entièrement végane ou frugivores ? Pourquoi diable n’en n’avons nous jamais eu vent ? Ont-elles seulement existé ? On a en revanche toutes les preuves de l’inverse ;) »
    L’explication est pour moi la suivante.
    Déjà il me semble que tu avais convenu que les grands singes étaient avant tout frugivores? Ni omnivores (avec le tellement peu de fourmis ou autre choses qu’ils peuvent occasionnellement inclure) et encore moins carnivore.
    Et tu convenais aussi je crois que nous descendions en tant qu’humains, par les primates d’abord puis les grands singes de cette origine donc?
    Ils sont donc frugivores et nous le sommes aussi puisque ce sont nos ancêtres.
    Là ou cela se gâte c’est que une branche « humaine » à commencer à bouger, à se déplacer de plus en plus loin et à migrer à un moment (beaucoup plus que nos ancêtres les singes en tout cas).
    L’adaptation aux nouvelles conditions moins favorables que les tropiques en Afrique les ont forcé à changer leur alimentation pour survivre. C’est pas parce que c’était mieux ou pareil, c’est que on trouvait pas tout ce qu’il y avait avant.
    A partir de là, en dehors des tropiques ou très proches où fruits et verdures sont là toute l’année, il ne pouvait pas ou plus y avoir de peuplades complètement végétarienne, vegan ou frugivores.
    L’homme est un animal tropical à la base et adapté à cela puisqu’il est apparu là où c’était possible à l’origine. On peut vivre tout nu sous les tropique toute l’année, et manger des fruits et des verdures. En dehors des zones tropicales c’est plus du tout la même histoire.

    1. @ Claude :

      Pour répondre à tes questions.

      1) Non, je n’ai pas dit que tous les grands singes étaient frugivores. Frugivore est la simple définition pour dire que sur une moyenne annuel le régime sera composé de plus de 50% de fruits. Autrement dit, sur certains mois, la consommation de fruits peut être nulle et celle de produits animaux atteindre 60 voire 70% des calories. C’est la même chose pour le régime à base de feuille.

      Je constate que tu préfères tisser des liens entre les singes et les humains, plutôt que les humains entre eux. Un coup tu places nos soit-disant ancêtres (pour rappel, les grands singes ne sont pas nos ancêtres, nous avons le même ancêtre commun, c’est différent) comme modèle alors que ce sont des espèces totalement différentes, et de l’autres, nous avons des dizaines de peuplades humaines traditionnelles qui consomment entre 50 et 70% de calories sous forme de produits animaux (avec une longévité de 80, 85 ans) mais que tu ne souhaitent pas voir (j’ai toutes les études scientifiques et alimentaires sur ces peuplades, mais comme les études ne t’intéressent pas…). Pour ces peuplades là, tu demandes des études, mais dans le paragraphe suivant, tu dis que les études ne valent rien pour toi. Il faudrait savoir Claude et être cohérent.

      Concernant les espèces animales particulières comme le corbeau ou autre. Oui la nature est faite d’exception et de particularité, comme l’homme n’est-ce pas ? N’est-il pas unique ? Oui. Manifestement, il faudrait que tu viennes faire un tour à la chasse chez des peuplades traditionnelles pour te rendre compte comment ça se passe. Ton raisonnement est biaisé en faveur d’une idéologie, niant des faits.

      Par exemple, tu me parlais beaucoup de la fameuse pomme et du lapin devant un enfant, étant la preuve de ce que préfère les hommes. Mais expliques-moi pourquoi les enfants détestent les légumes ? Pourquoi si c’est notre nourriture ultime et naturelle ? Pourquoi certains adorent manger des produits animaux et pas d’autres ?

      D’autres part, tu mélanges des faits culturels et historiques. Par exemple, quand tu dis que 95% de la population ne pourrait plus chasser et tuer des animaux prouvant que ce n’est pas dans notre nature. Tu te trompes, et je pense sincèrement que tu le sais. C’est culturel. Remontes 150 ans plus tôt et tout le monde tuait ses poules, son cochon et ses animaux dans leur cour sans (ou avec même) état d’âme. Ce n’est pas parce que la société fait qu’aujourd’hui ça ne se fait plus que c’est mauvais pour notre biologie. C’est un non sens et nous avons un millier d’exemples sur ce véritable sujet.

      Même ton discours sur l’alimentation en Afrique ne tient pas. Les peuplades africaines traditionnelles reposent en grande partie sur les produits animaux pour survivre. En apport calorique, cela peut représenter entre 26 et 64% en produits animaux. Renseignes-toi pour les peuplades suivantes : Kung!, Efe, Gwi et Hadza, tu seras surpris.

      Au Vénézuala, plutôt connu pour sa forêt tropicale pour rappel, il existe la peuplade des Hiwi dont 75% des apports caloriques sont sous forme de produits animaux. Les Ache au Paraguay c’est 78% de produits animaux. Des anomalies ? Pas de fruits et légumes dans la plus grande forêt tropicale au monde ?

      Pour revenir finalement sur les proies et la chasse. Sais-tu quelle proie les prédateurs (genre lionne, jaguar, des pures carnivores) attrapent ? Des proies malades ! Le rôle écologique des super-prédateur est connu depuis longtemps. Même les espèces animales taillés pour la chasse, pour tuer et attraper des bêtes vivantes ne se frottent (dans la grande majorité des cas) qu’aux juvéniles plus faibles, aux vieux ou aux bêtes déjà blessés. Est-ce étrange ? Non, c’est la vie. Pourtant, les lionnes et autres guépards vont très bien je te rassures…

      Je suis bien d’accord qu’une alimentation en santé doit être équilibré avec des produits végétaux suffisant et de qualité, mais aussi des produits animaux (sauf si intolérance ou par des principes éthiques, ce que je comprends et respecte bien sûr).

      1. Hello Jeremy,

        « Non, je n’ai pas dit que tous les grands singes étaient frugivores. Frugivore est la simple définition pour dire que sur une moyenne annuel le régime sera composé de plus de 50% de fruits. Autrement dit, sur certains mois, la consommation de fruits peut être nulle et celle de produits animaux atteindre 60 voire 70% des calories. C’est la même chose pour le régime à base de feuille. »

        Donc tu dis qu’il y a des grands singes qui ne sont pas frugivores si je comprends bien?
        Que sont-ils alors, et lesquels?
        Frugivores veut dire fruits et végétaux (ce n’est pas fruitarien)
        Soit ils sont considérés comme frugivore, soit carnivores, soit omnivores ou autre encore. Mais là je ne sais pas dans quelle catégorie tu les classes donc?

        « Je constate que tu préfères tisser des liens entre les singes et les humains, plutôt que les humains entre eux. Un coup tu places nos soit-disant ancêtres (pour rappel, les grands singes ne sont pas nos ancêtres, nous avons le même ancêtre commun, c’est différent) comme modèle alors que ce sont des espèces totalement différentes, et de l’autres, nous avons des dizaines de peuplades humaines traditionnelles qui consomment entre 50 et 70% de calories sous forme de produits animaux (avec une longévité de 80, 85 ans) mais que tu ne souhaitent pas voir (j’ai toutes les études scientifiques et alimentaires sur ces peuplades, mais comme les études ne t’intéressent pas…). Pour ces peuplades là, tu demandes des études, mais dans le paragraphe suivant, tu dis que les études ne valent rien pour toi. Il faudrait savoir Claude et être cohérent »

        Les humains entres eux ne sont plus une référence en terme d’habitude dégénérescente, d’exemple et de santé depuis depuis…des lustres et des lustres. C’est même le parfait contre exemple à ne surtout pas suivre pour éviter de dégénérer, et en plus de s’autodétruire et détruire la planète et toutes ses espèces animales et végétales en même temps
        Et l’homme est un animal, un être vivant comme l’est un singe, un renard, un mammifère.
        Si les grands singes ne sont pas nos ancêtres (pourtant à peu près tous les spécialises s’accordent pour le dire, du coté des bonobos, orangs-outangs, gorilles et chimpanzés), qui sont nos ancêtres alors?
        Et comment passes tu des ancêtres communs à l’homme qui ne sont pas les grands singes donc apparemment à l’homme, en zappant les grands singes donc?
        Et qui sont nos plus proches ancêtres alors? Les carnivores? les oiseaux? Les insectes? Les reptiles?
        Je suis curieux là.

        On a pas la même notion de la très bonne santé je crois bien. Les études connues et sérieuses prouvent elle tout à fait que les peuples vivants vraiment vieux et réellement en bonne santé consomment très peu de produits animaux. Et une longévité de 80/85 ans comme tu dis est comme chez nous donc.
        Et on es toujours très loin de ce qu’on pense être la durée de vie humaine supposée, à savoir au moins 120 ans voire plus.
        Et pour ce qui est des” études”, j’en parle donc uniquement parce que les gens ont ,bien malheureusement et à mon grand regret, besoin de ça. C’est pour ça aussi qu’on peut manipuler tout le monde comme on veut.
        Les très rares études valables sont déjà celles faites surtout sur le terrain et sur du long terme, et aussi surtout sans intérêt financier aucun. C’est donc extrêmement rare. Une étude coûte très cher. Et ceux qui les financent donc ont toujours et forcément un intérêt à arriver au résultat que eux veulent, et pas un autre. Ils ne dépensent pas beaucoup d’argent juste pour la science, mais d’abord pour leur business.

        « Par exemple, tu me parlais beaucoup de la fameuse pomme et du lapin devant un enfant, étant la preuve de ce que préfère les hommes. Mais expliques-moi pourquoi les enfants détestent les légumes ? Pourquoi si c’est notre nourriture ultime et naturelle ? Pourquoi certains adorent manger des produits animaux et pas d’autres ? »
        Parce que l’alimentation naturelle et de loin la meilleure de l’être humain est le fruit tout simplement. Par ailleurs les enfants imitent leurs parents et mangent ce que leur donne leur parents, leur copains et mangent ce qu’on leur imposent. Ils pensent ensuite par leur éducation forcée que c‘est ce qu’il faut faire…sauf certains mais plus tard seulement. C’est le formatage et le conditionnement par la société de consommation de générations en générations. Mais cela se fait toujours au détriment de la santé de l’homme et de toute la planète. Autodestruction en cours…

        Quand tu dis que certains mangent des produits animaux et pas d’autres, cela veut dire que des enfants ne sont pas attirés par les produits animaux donc ? Et la viande par contre qu’ils mangent, n’est elle pas donnée et imposée par leur parents ? Parce que ils DOIVENT manger de la viande, c’est indispensable disent leur parents! Les parents en mangent beaucoup et le docteur et les émissions l’ont dit que c’était indispensable (enfin l’industrie de la viande derrière ça surtout qui a formaté les gens à coup de millions, de mensonges, de marketing, de slogans de pubs ,de publications déguisées,de congrès en invitant les médecins etc…)

        Maintenant si on regarde également ton article suivant (Mon chien est une poule, pas un loup,mythe ou réalité)  publié il y a quelques temps déjà, on doit en déduire logiquement que l’homme n’est absolument pas fait pour manger des produits animaux. Et cet article explique bien pourquoi le chien est lui carnivore naturellement , et pas l’homme qui n’a pas du tout les mêmes atouts naturels qu’un chien pour le carnivorisme, qu’ils soient anatomique, biologique et physiologique….
        “La réalité anatomique et physiologique du chien”
        Votre chien ressemble-t-il à une poule ? Une poule qui jappe peut-être ? Non, ne vous trompez pas lorsque vous regarder votre bête à poils : c’est un carnassier, pas un granivore.
        Morphologie et mâchoire
        La morphologie du chien est bâtie pour la course et la lutte contre une proie. Sa musculature très renforcée au niveau des joues, du cou et de la mâchoire lui permette d’attraper et de maintenir une proie au sol, pendant que sa puissante mâchoire déchiquette le corps de l’animal.
        Justement, la mâchoire des chiens ne leur permet que des mouvements de bas en haut, contrairement aux ruminants et aux Hommes qui peuvent réaliser des mouvements latéraux afin de broyer des matières végétales par exemple.
        La musculature générale des chiens, la puissance et la forme particulière de la mâchoire en « U » font d’eux des carnassiers « taillés » pour la chasse, et pour retirer le maximum d’éléments nourriciers sur leur proie.
        Dentition
        Si l’on regarde de plus près dans la bouche de n’importe quel Médor, du labrador au chihuahua, n’importe quel propriétaire se rendra vite compte du caractère « carnivore » de sa dentition.
        Les chiens, contrairement à nous les Hommes et même certains ours, ne possèdent pas de molaire (large et plate) pour broyer les matières végétales. Les canines et les incisives sont longues et pointues, tandis que les prémolaires et les molaires ne sont pas plates mais édentées, et pointues.
        L’anatomie buccale d’un chien ne met absolument pas en évidence une alimentation à base de céréales ou de graines, mais tout le contraire. Toutes les dents d’un chien exhibent, encore une fois, son type de proie traditionnelle (gibiers, oiseaux, poissons, lapins, etc.) et la nature de son régime alimentaire (viande crue, os, abats).
        Physiologie interne
        L’anatomie interne des chiens domestiques est typiquement celle d’un carnivore. Premièrement, les chiens ne sécrètent pas d’amylase dans la salive pour démarrer le processus de dégradation de l’amidon, principalement contenu dans les céréales et le riz.
        Deuxièmement, le trachus gastro-intestinal du chien est court, pour empêcher les proliférations bactériennes dans l’organisme et pour limiter la putréfaction de la viande assimilée. En réalité, les chiens domestiques ne comptent que sur leur pancréas pour gérer tous les apports en amidons de leur alimentation. Il sature donc très vite dès que l’alimentation passe en mode “poule”. »

      2. Pour que aliment soit considéré justement comme un vrai aliment par l’homme et naturellement fait pour l’homme (ou un autre animal d’ailleurs même, avec les critères adéquats propres) il faut impérativement qu’il réunissent déjà au moins ces 3 critères simultanément (il y en a d’autres encore je dirais, mais ceux là sont incontournables):

        – qu’il soit attirant visuellement
        -qu’il soit attirant coté odorat
        -qu’il soit attirant niveau goût

        Or un sanglier qui court dans les bois, une poule qui passe devant nous, un canard qui nage dans la mare, un cerf en forêt, une vache qui broute dans le près voisin etc ne réunissent absolument pas ces critères
        Ce sont juste les lois de la nature pour que les espèces vivent et se perpétuent en santé et harmonie. Les hommes ensuite les transgressent à chaque instant ces lois, mais ils en paient le prix fort pour leur santé, tôt ou tard. Les hôpitaux bondées et les milliers de maladies dégénératives, chroniques, invalidantes , cancers, cardiovasculaires, etc etc en témoignent par paquets de millions.
        Quand un soit disant aliment ne réunit pas ces 3 critères, il n’est pas adapté à notre espèce tout simplement, la preuve en est qu’on ne veut pas le manger.
        Quand on voit un sanglier, une poule ou un canard, nos sens et nos instincts ne nous mettent pas l’eau à la bouche quand on a faim. Je ne connais personne qui voyant le cadavre d’un animal se jetterait dessus pour mordre dedans et boire le sang. D’ailleurs il ne pourrait même pas bien sur, car nos dents, mains etc ne le permettent absolument pas de toute façon. Si on en est là aujourd’hui c’est à cause des outils, armes, épices, cuisson etc. Mais surtout aussi c’est pas pour notre bonne santé. Les humains travestissent, déguisent, mélangent, cuisent, épicent, salent etc. On ne pourraient pas manger de la viande sans cela (sauf pour survivre, et c’est ce qui est arrivé donc quand on a commencé à s’éloigner des tropiques!) Malheureusement, ni l’anatomie, ni la physiologie, ni les enzymes n’ont vraiment suivis. Du coup on subit tout le coté néfaste de cette alimentation non adapté à une bonne santé. Et pas seulement les produits animaux, il y a aussi les céréales, les légumineuses, les produits laitiers.
        Et je ne suis absolument pas d’accord sur le fait que si tu met un humain dans la forêt, tropicale par exemple, sans aucun outil bien sur, il veuille d’abord, puis arrive encore plus dur!) à attraper des bêtes vivantes et sauvages pour en faire son casse croûte. Il n’est pas du tout fait pour cela originellement. Tu l’expliques toi même d’ailleurs dans ton article sur le mythe de la poule…
        Si l’homme en est arrivé à faire cela, déjà ce n’est que bien plus tard, quand quelques outils, et le nombre l’ont forcé parce qu’il à migré dans des régions moins tropicales. Où les fruits ne sont pas là toute l’année. Il s’est adapté pour survivre dans des zones pas faites pour lui naturellement. Et puis le feu a ensuite lui aussi joué un grand rôle.
        Et malheureusement pour nous cela a perduré, et la santé va depuis de mal en pis.
        Tu prends 1000 personnes (ou 10!) , tu leur demande, sans outils aucun, de tuer ne serait ce que la petite poule (je suis très sympa là;) ) qu’il faut d’abord attraper dans la nature bien sur, de la tuer de leurs mains, puis de la manger crue en croquant directement dedans, en arrachant les entrailles etc (toujours sans le moindre outil)…Et bien contrairement à ce que tu affirmes, il n’y en aura presque aucun qui voudra, ni pourra le faire d’ailleurs! Ça les écœurera complètement.
        Pareil si il s’agit juste de regarder à abattoir les animaux se faire trucider, les gens vont être écœurés, malades, vont trouver cela absolument horrible et vont décider même de ne plus manger de viande.
        Et donc la viande serait une nourriture die naturelle pour les humaines que nous sommes?? Cela ne peut pas tenir debout. Un être vivant est attiré par ce qu’il mange, cela lui fait plaisir, il n’en détourne pas la tête en trouvant cela horrible
        Tu demande par contre aux gens d’aller cueillir des fruits pour le déjeuner…
        Ça un enfant de 6 ans peut le faire et donc déjà se nourrir dans la nature. Ce n’est absolument pas le cas avec des animaux qu’il faudrait attraper sans armes ni outils et croquer crus en plus.
        Les plus grands anthropologistes, naturalistes, biologistes ont établis la nature frugivore de l’homme, que ce soit Cuvier, Humboldt, Darwin, Carolus Linnaeus et bien d’autres encore.
        Alan Walker un scientifique et anthropologiste universitaire américain (université Johns Hopkins) a aussi étudié cela de très prés. Il a étudié notamment les dents de nos lointains ancêtres, et constate qu’ils étaient d’ailleurs frugivores donc dans les zones tropicales (avant de dégénérer par la suite en bougeant)
        Voilà un lien qui parle de son étude (en anglais). Létude complète originale publiée par le NYTimes en 1979 est accessible en s’abonnant au NYTimes.
        http://health101.org/art_diet2.htm

        et un ou deux petits goodies (toujours en anglais) sur le mythe du « chasseur cueilleur» notamment
        http://health101.org/art_hunter.htm
        http://health101.org/art_RAF.htm

  15. “Pour ton cas de la frugivore, c’est intéressant. Je vais me pencher dessus plus en détail. Mais c’est une personne. Une seule personne contre l’absence de tribus dans le monde entier qui ne consomment que des fruits. Pourquoi ? D’ailleurs, cette dame ne donne aucune information sur l’état de santé de son enfant. Il aurait mon âge aujourd’hui. Est-il toujours frugivore ? Comment vas-t-il ? Il y a peu de transparence et d’infos dessus, ce qui n’encourage pas à donner du crédit et de la confiance.”

    j’en ai cité au moins un autre, sportif et coureur de vraiment très bon niveau…
    Il y en quelques autres aussi que je connais et que je pourrais citer si tu veux.
    Il y a même “mieux”…mais j’en reparlerai éventuellement plus tard, car c’est vraiment dur à avaler là.
    Pourquoi sinon une étude dite scientifique (cela ne veut pas dire grand chose pour moi) serait elle digne de confiance? Par rapport aux témoignage direct des gens qui vivent cela?
    Une étude n’est pas du tout la vie, c’est un truc de chiffres et de labo, avec les erreurs et les intérêts des uns et des autres à la faire cette étude. Moi je fais infiniment plus confiance à la vraie expérience directe des gens plutôt qu’aux études qui nous mentent la plupart du temps (et qui d’ailleurs auraient du mal à faire autrement). Les études c’est avant tout de la théorie. Et quand les études différent de la vraie vie, ce sont bien les études qu’il faut jeter à la poubelle.
    Et pour le parfait état de santé d’Anne Osborne depuis près de 30 ans et de ses enfants, tu regardes ses vidéos et ce qu’elle explique et dit.

    1. Anne Osborne ne donne aucune information sur la santé de ces enfants (je pensais qu’elle n’en avait qu’un). Je ne donne pas ma confiance comme ça avec une ou deux vidéos Youtube si facilement. J’ai besoin de preuves, scientifiques ou non d’ailleurs, là n’est pas la question. Si tu as tendances à croire tout ce que tu peux voir ou lire sur internet, il faudrait faire un peu plus attention quand même !

  16. @ Claude :

    Les grands singes ne sont pas nos ancêtres. Nous avons des ancêtres communs, ce qui est totalement et très différent. En fait, c’est une notion de base de phylogénétique, mais beaucoup de monde fait cette erreur, toi compris. Voici le début d’un article du Monde où un spécialiste explique cela très simplement : http://tinyurl.com/y2x8crt7.

    Les humains vivants traditionnellement depuis des générations et des générations (les aborigènes, c’est 20 000 à 50 000 ans de chasse principalement). Où est l’impact de l’occident chez ces gens-là ? Il n’y en a pas. C’est tout simplement leur alimentation, celles de leurs ancêtres, etc, etc. La vaste majorité des peuplades traditionnelles vivants dans des forêts primaires consomment une part importante de produits animaux qui comptent pour 25 à 80% des calories totales.

    Pourquoi n’avons-nous pas de peuplades frugivores ? Ou végétalienne ? La réponse est dans la nature ! Celle que tu aimes citer et voir (moi aussi).

    Ton raisonnement au final est incroyablement anthropocentrique. Pour qu’un aliment soit bon pour nous il doit être visuellement attirant, son odeur aussi et son goût. Mais où va-t-on avec des raisonnements pareils ? Sais-tu à quoi penses la vache qui broute de l’herbe ? Tu penses qu’elle se dit que l’herbe est belle, qu’elle sent bon et qu’elle a bon goût ? T’es tu déjà dis qu’elle en mange et puis c’est tout ? Sans se poser de question, ni par goût, ni pas envie mais pas nécessité, par survie ?

    C’est la suite logique du raisonnement : les espèces animales se nourrissent pour survivre. Tu dis que l’homme n’aurait mangé de la viande que par survie et nécessité… mais d’une cela est faux et de deux, c’est comme ça la vie ! On se nourrit pour survivre surtout dans nos conditions de l’époque. C’est justement aujourd’hui où nous avons le choix et sommes influencés par la culture, le marketing, le circuit de la récompense, la publicité que l’on s’éloigne de notre alimentation traditionnelle, originelle (si elle existe…)

    Tu extrapoles tes raisonnements d’homme pour les animaux, l’erreur ici est fatale. Pourquoi les chimpanzés mangeraient-ils de la viande, chassent-ils des ongulés, des petits animaux et d’autre singes alors ? Un travers de l’évolution ? Pourtant, ce sont des frugivores d’après les analyses globales du régime alimentaire, la viande ne devrait pas rentrer dans ce régime… et pourtant !

    Concernant tes derniers liens, je suis réellement surpris de te voir accorder plus de crédits pour des articles sans la moindre source scientifique et qui défendent des idées contraire aux données de la science, que des articles référencés avec de véritables études anthropologiques, sur le régime alimentaire et l’anatomie, etc. L’étude des dents de nos lointains ancêtres n’a que peu d’intérêt. C’est l’homme qui nous intéresse. L’espèce humaine a toujours eu de la viande dans son alimentation, c’est bien ce que montrent les études scientifiques relayées sur ce site (j’espère que tu les as lu…). Voilà la réalité, peut-être un peu dure à avaler.

    Sur le chien, cela n’a rien à voir avec l’homme. Chaque espèce est différente. Lis donc mon ouvrage sur ce sujet et tu découvriras que je défends pas une vision dichotomique sur ce sujet. De nombreuses études existent pour tempérer les raccourcis que l’on pourrait prendre du genre chien = loup, alors que c’est faux. D’ailleurs, même chose que pour l’homme, le chien ne descend pas du loup, mais ils possèdent des ancêtres communs, ce qui est encore une fois bien différent !

  17. Bonjour le grand pacifique,

    “Les grands singes ne sont pas nos ancêtres. Nous avons des ancêtres communs, ce qui est totalement et très différent. En fait, c’est une notion de base de phylogénétique, mais beaucoup de monde fait cette erreur, toi compris. Voici le début d’un article du Monde où un spécialiste explique cela très simplement : http://tinyurl.com/y2x8crt7.”
    Tout cela ne me dit toujours pas qui sont nos ancêtre alors si ce n’est pas les grands singes?

    “C’est la suite logique du raisonnement : les espèces animales se nourrissent pour survivre. Tu dis que l’homme n’aurait mangé de la viande que par survie et nécessité… mais d’une cela est faux et de deux, c’est comme ça la vie ! On se nourrit pour survivre surtout dans nos conditions de l’époque. C’est justement aujourd’hui où nous avons le choix et sommes influencés par la culture, le marketing, le circuit de la récompense, la publicité que l’on s’éloigne de notre alimentation traditionnelle, originelle (si elle existe…)”

    La nourriture pour survivre et la nourriture qui est adaptée physiologiquement , biologiquement et anatomiquement à notre espèce (comme pour toutes les espèces animales de la planète) et donc la meilleure pour notre santé à moyen et long terme sont des choses complètement différentes.
    Et tu négliges toujours là l’état de santé absolument lamentable de la majorité de la population mondiale , dont le régime omnivore délétère est une cause majeure.
    Pourquoi considérer comme inintéressants voire non scientifique les études , travaux et observations de pleins de scientifiques, dont certains très éminents (Cuvier, Laennus, Darwin etc) quand ils ne vont pas dans le sens de l’idéologie et de la religion de l’omnivorisme? Par exemple Alan Walker est lui aussi un scientifique et anthropologue d’une université américaine. Ça le disqualifierait donc?
    Je suis curieux de savoir ce qui il faut être pour être qualifié de sérieux alors?
    Le problème c’est que les faits sont têtus, et les travaux réels…
    Les études, travaux et observations de scientifiques qui disent autre chose seraient donc les seuls valables?

    “Concernant tes derniers liens, je suis réellement surpris de te voir accorder plus de crédits pour des articles sans la moindre source scientifique et qui défendent des idées contraire aux données de la science, que des articles référencés avec de véritables études anthropologiques, sur le régime alimentaire et l’anatomie, etc. L’étude des dents de nos lointains ancêtres n’a que peu d’intérêt. C’est l’homme qui nous intéresse. L’espèce humaine a toujours eu de la viande dans son alimentation, c’est bien ce que montrent les études scientifiques relayées sur ce site (j’espère que tu les as lu…). Voilà la réalité, peut-être un peu dure à avaler.”

    Non, c’est toi qui affirme que les hommes ont toujours mangé de la viande, et surtout, surtout que cela leur donne la santé, et des études qui sont pas plus valables ( (pourquoi le seraient elles et pas les autres?) que l’étude approfondie de la mâchoire et des dents d’un anthropologue d’une université. La mâchoire fait intégralement partie de l’homme, et est révélatrice de ses habitudes alimentaires. Car c’est bien par là que passe tous les aliments non?

    Pour les méfaits, vraiment très connus, des produits animaux sur la santé des hommes, je t’invite à regarder le documentaire en anglais de 2017 sur le sujet (on trouve les sous titres en français sur opensubtitles). On y voit pleins de médecins connus et reconnus (des scientifiques donc!) pour parler de ces méfaits prouvés et éprouvés bien plus qu”il n’en faut , maladies cardiovasculaires, diabète, atherosclérose etc.
    “What the health” https://www.youtube.com/watch?v=8AL4EX53gFY
    Et très intéressant, on y apprend aussi pourquoi les grandes associations contre la cancer, le diabète etc nous cachent la vérité…

    1. Claude,

      Ce n’est pas moi qui affirme que l’homme a toujours mangé de la viande, c’est la science. Si tu avais lu correctement mon article ““L’homme est frugivore ” : une légende de l’univers Naturopathie” (ici : http://tinyurl.com/y6x83h5e) et que je t’invite à relire, tu aurais bien vu que les études scientifiques et les dosages de certains éléments des grands herbivores, carnivores et brouteurs montrent que l’homme se place en parfait omnivore. Quand je dis l’homme, je parle, je parle des premiers hommes.

      Et nous avons des véritables références scientifiques publiées dans de vrai journaux pour l’affirmer :

      Van Der Merwe, N. J., Thackeray, J. F., Lee-Thorp, J. A., & Luyt, J. (2003). The carbon isotope ecology and diet of Australopithecus africanus at Sterkfontein, South Africa. Journal of Human Evolution, 44(5), 581-597.

      Balter, V., Braga, J., Télouk, P., & Thackeray, J. F. (2012). Evidence for dietary change but not landscape use in South African early hominins. Nature, 489(7417), 558.

      Envoies-moi donc la référence scientifique de son étude (Alan Walker) et on pourra débattre car tu ne poses rien sur la table si ce n’est des liens sans références ou des vidéos qui ne prouvent rien. Les articles que tu m’as envoie ne prouvent rien, ce sont des analyses de la micro structure de l’émail alors que les études précédemment cités sont infiniment plus fiable dans la méthode. On parle du dosage de plusieurs éléments (strontium, calcium, barium et leur rapport entre eux).

      Je t’invite avec urgence à prendre connaissance de ces travaux qui ont une valeur bien plus importante que des grands noms qui auraient fait des travaux d’anatomie comparée sur un coin de table. Ce n’est pas parce que tu as un nom connu et reconnu que cela donne du crédit à une théorie. Il faut la développer, la sourcer, la référencer et l’expliquer et la confronter avec la réalité.

      Ce n’est pas le régime omnivore de l’homme qui aujourd’hui le rend malade, c’est la transformation, l’industrialisation, la pollution, les polluants, les conservateurs et les additifs, le sirop de glucose-fructose, les calories vides, les snacks, les bonbons industriels, la pollution au diesel MAIS AUSSI le manque d’activité sportive, les écrans H24, la sédentarité, le manque d’interaction sociale, la pression au travail, le stress.

      Nous avons eu cette conversation des milliers de fois, et pourtant, tu avances toujours la même chose. Tu omets une partie tellement importante du tableau, tu ne regarde que les produits animaux. Tu ne vois même pas toutes ces peuplades qui n’ont jamais été influencé par la civilisation et qui ont toujours consommées de la viande. Pourquoi ? Sont-ils fou ? Non, ils survivent dans des milieux tropicaux, tout simplement.

      Je ne dis pas que la viande est la panacée, je n’ai jamais dit cela. Je dis que l’on peut vivre en parfaite santé avec une consommation raisonnable et de qualité de produits animaux. Ce qui est incroyablement différent que le tout viande ou le tout fruit. Cerise sur le gâteau, les recordman de longévité et les pays avec les espérances de vie les plus longues consomment des produits animaux. C’est dengue quand même toutes ces observations hein !

      Et quand je te demandes pourquoi on a pas encore vu un fruitarien dépasser les 120 ou 125 ans, tu me réponds “ah mais la pollution, tout ça”.

      En fait, tu choisis bien ton discours, c’est comme ça t’arranges ! Moi non, c’est la science et l’observation de la nature, point barre.

  18. Bonjour Jeremy,

    j’ai bien lu l’article dont tu parles au début là. Mais je remarque que toutes les études (faites par des anthropologue,, naturalistes, chercheurs etc, quand elles ne vont pas dans le “bon sens” sont considérées, ou en l’occurrence déconsidérées plutôt, en disant qu’elles ne sont bizarrement jamais assez “scientifiques” (ça ne veut rien dire), faites par des amateurs etc.
    La science n’a absolument rien à voir avec la vérité.
    Elle se trompe tous les jours, ment, fait de multiples approximations, oublie, néglige, se contredit et nous annonce constamment en s’excusant que ce qu’elle avait dit hier…et bien ce n’est plus du tout valable aujourd’hui! Bref, on en peut absolument pas se reposer sur la fameuse science pour affirme des choses.
    D’autant plus que la science est d’abord la science de l’argent avant autre chose.

    . D’autre part je n’ai toujours pas les réponses de la science ,ou autre donc, aux questions suivantes:

    -Pourquoi il y a toutes ces maladies cardiovasculaires, coronariennes, diabètes, artériosclérose etc reconnues par nos chers médecins causées par la viande, si c’est bien notre alimentation normale et naturelle?

    -Pourquoi 99% au moins des gens ne sont pas attirés, ne veulent pas courir après une poule, un cerf, un sanglier, un faisan pour de leurs propres mains lui tordre le coup, planter ses dents dedans et lui arracher avec leurs dents ses entrailles et boire son sang? Ca c’est bien dans le cas extrêmement improbable ou il arriverait tout seul dans arme ni outil à l’attraper.
    Car dans la nature, et depuis la nuit des temps, tous les animaux qui mangent de la viande font cela.

    -Pourquoi ces mêmes personnes (99%!) si ils voient un cadavre d’un cerf sanglier par exemple) éventré, (avec mouche déjà etc)vont se détourner, avoir mal au cœur, et sur tout pas avoir envie de manger cela!

    Et parait il ce serait la nourriture naturel de l’homme donc? Bizarre tout de même de pas être attiré par sa nourriture soit disant naturelle non? Toute animal faisant cela dans la nature, cela n’existe pas heureusement, serait forcément de suite en voie d’extinction.
    Cette théorie ne tient pas la route donc. La survivance et l’adaptation du fait du changement ce climat et de zones géographiques était la raison. Et comme on a complètement “déguisé” la viande (cuisson, épices, découpe, etc) depuis un moment, cela permet par habitude de la manger, sans voir tout ce qui écœure et repousse, sinon il en mangeraient même plus de la viande les gens si il n’y avaient les bouchers, les outils, les abattoirs; les épices, la cuisson.
    Dans la nature, aucune espèce animale ne transforme , ne cuit ou n’épice sa nourriture.

    Je l’ai déjà dit, si un “aliment” naturellement n’attire pas ni visuellement, ni par son odeur naturelle, ni par son goût (à l’état 100% brut bien sur là aussi!) c’est qu’il faut se poser de sérieuses questions sur le fait que ce soit un aliment fait pour notre espèce…

    1. Salut Claude, et merci pour ces nombreux échanges même si j’ai l’impression que tu campes sur tes positions : )

      Mes réponses en gras.

      “j’ai bien lu l’article dont tu parles au début là. Mais je remarque que toutes les études (faites par des anthropologue,, naturalistes, chercheurs etc, quand elles ne vont pas dans le “bon sens” sont considérées, ou en l’occurrence déconsidérées plutôt, en disant qu’elles ne sont bizarrement jamais assez “scientifiques” (ça ne veut rien dire), faites par des amateurs etc.”

      – La question n’est pas de déconsidérer automatiquement des personnalités scientifiques qui ont dit que l’homme était un frugivore sur la base de tableau d’anatomie comparée, mais bien d’analyser les informations données dans ces tableaux. Or, dans les articles de Dur à Avaler que tu as pu lire (avec attention ! :) ) il est clairement démontré que ces tableaux étaient fourrés d’erreurs, avec des comparaisons inopportunes (pour rappel ces tableaux donnent le chien en omnivore !) qui n’ont pas de signification biologique. Il faut relire mes articles sur le sujet. En réalité, tu utilises ici un argument d’autorité. “Un grand scientifique comme Darwin ou machin truc à dit que, donc ça doit être vrai !” Tu vois où est le problème ? Les arguments d’autorités sont de très mauvaise qualité. On aime pas ça, et on ne veut pas lire ça. On veut des faits.

      “La science n’a absolument rien à voir avec la vérité. Elle se trompe tous les jours, ment, fait de multiples approximations, oublie, néglige, se contredit et nous annonce constamment en s’excusant que ce qu’elle avait dit hier…et bien ce n’est plus du tout valable aujourd’hui! Bref, on en peut absolument pas se reposer sur la fameuse science pour affirme des choses.”

      – La science, c’est quelque chose de complexe et qui a beaucoup évolué au cours du temps. La science essaye de se rapprocher de la réalité, elle ne prétend pas la décrire avec précision. Et encore, toutes les études de biologie sur les comportements alimentaires des animaux sont plutôt fidèles et bien faites. C’est de la science Claude. Mais oui, la science oublie parfois, elle néglige aussi et se contredit, c’est normal et sain ! Si la science n’avait pas été là, nous serions encore au temps de l’obscurantisme, de la terre plate, etc. Alors oui, la science est loin d’être parfaite et je suis le premier à la critiquer étant scientifique et chercheur de formation. Je connais bien ses travers mais je peux aussi voir ses avantages et ses côtés positifs. Chose que tu as bien du mal à faire puisque bien souvent elle te contredit !

      “D’autant plus que la science est d’abord la science de l’argent avant autre chose.”

      – Oui mais surtout non. Il faut avoir fait de la recherche et avoir fréquenté le milieu pour savoir. L’as-tu fait ? Moi oui. La majorité des chercheurs n’ont malheureusement pas beaucoup d’argent et n’ont pas de “sponsor”. La plupart des chercheurs sont exploités par le système de publication et ne trouvent que peu ou pas de fond pour faire leurs travaux. C’est un métier bien difficile. Certains après sont grassement rémunérés par des firmes, et ceux là produisent généralement des travaux avec des biais majeurs qu’il convient de prendre en compte. Il faut faire attention.

      “-Pourquoi il y a toutes ces maladies cardiovasculaires, coronariennes, diabètes, artériosclérose etc reconnues par nos chers médecins causées par la viande, si c’est bien notre alimentation normale et naturelle?”

      -Nous avons des études dans pratiquement toutes les populations indigènes du monde qui consomment des produits animaux et qui montrent l’absence systématique de ces maladies dites de civilisation. Tu as ici la réponse la plus simple et la plus évidente à ta question. Ici, tu nies encore le fait que notre monde industriel est multi-factoriels.

      “-Pourquoi 99% au moins des gens ne sont pas attirés, ne veulent pas courir après une poule, un cerf, un sanglier, un faisan pour de leurs propres mains lui tordre le coup, planter ses dents dedans et lui arracher avec leurs dents ses entrailles et boire son sang? Ca c’est bien dans le cas extrêmement improbable ou il arriverait tout seul dans arme ni outil à l’attraper. Car dans la nature, et depuis la nuit des temps, tous les animaux qui mangent de la viande font cela.”

      – Tes 99% viennent de nulle part. C’est une première chose. Notre société occidentale aujourd’hui à bien changé. Tu bases ton raisonnement sur notre culture, et tu oublies bien volontairement la situation de nos parents ou arrières grand parent qui n’hésitaient pas à tuer des poules, des canards, des chèvres ou bien les élever pour avoir des oeufs, du lait, etc. Je te propose de refaire ton “sondage” arbitraire chez des aborigènes ou des tribus africaines et amérindiennes dont l’alimentation repose à moitié sur les produits animaux.

      “-Pourquoi ces mêmes personnes (99%!) si ils voient un cadavre d’un cerf sanglier par exemple) éventré, (avec mouche déjà etc)vont se détourner, avoir mal au cœur, et sur tout pas avoir envie de manger cela!”

      – Pourquoi 100% des personnes qui voient une carotte ou une pomme pourries pleine de vers ne la mangent pas si c’est notre alimentation naturelle ? Tu vois où je veux en venir ? Ton raisonnement tient difficilement la route et est du même niveau que le lapin et de la pomme avec un enfant… En gros, cela ne veut strictement rien dire. Nos lointains ancêtres étaient des charognards avant d’avoir des outils pour chasser. Ils se jetaient donc très probablement sur les cadavres d’autres animaux. Voilà.

      “Et parait il ce serait la nourriture naturel de l’homme donc? Bizarre tout de même de pas être attiré par sa nourriture soit disant naturelle non? Toute animal faisant cela dans la nature, cela n’existe pas heureusement, serait forcément de suite en voie d’extinction. Cette théorie ne tient pas la route donc. La survivance et l’adaptation du fait du changement ce climat et de zones géographiques était la raison. Et comme on a complètement “déguisé” la viande (cuisson, épices, découpe, etc) depuis un moment, cela permet par habitude de la manger, sans voir tout ce qui écœure et repousse, sinon il en mangeraient même plus de la viande les gens si il n’y avaient les bouchers, les outils, les abattoirs; les épices, la cuisson. Dans la nature, aucune espèce animale ne transforme , ne cuit ou n’épice sa nourriture.”

      – C’est faux. Même les premiers hommes qui ont été dans le berceau de l’humanité consommaient des produits animaux. Toutes les études des ratios d’éléments chimiques le montrent. Pourtant, le climat était bon. Après, oui l’homme cuit et rajoute des épices. Et alors ? L’homme est aussi la seule espèce au monde à enterrer ses morts, a avoir des religions, des races, etc, etc. L’homme fait bien des choses que l’on ne retrouve pas dans la nature !

      “Je l’ai déjà dit, si un “aliment” naturellement n’attire pas ni visuellement, ni par son odeur naturelle, ni par son goût (à l’état 100% brut bien sur là aussi!) c’est qu’il faut se poser de sérieuses questions sur le fait que ce soit un aliment fait pour notre espèce…”

      – Là encore, ce raisonnement est purement anthropocentrique et en plus purement culturel. Les goûts changent en fonction des peuples, des tendances, des âges, et du temps. Autrefois, les abats étaient par exemple très appréciés, et je peux te dire que les vieux allaient les récupérer eux-même sur les animaux. Ils étaient éleveur, fermier et boucher. Aucun problème. Aujourd’hui, les goûts et le culinaire à complètement changé. Que dire des japonais qui consomment beaucoup de produits animaux, surtout de la mer, et qui ont une super espérance de vie mais aussi en bonne santé ?

Commentaires désactivés.

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.