Résumé de l’article:

  • Vivre sans gluten c’est possible
  • Attention aux regards des autres
  • Il faut toujours prévoir vos repas à l’extérieur

sans-gluten-regime-pain-ble

Introduction

Cela fait maintenant 1 mois que l’expérience sans gluten vient de commencer.

Alors ? Ca fait quoi de vivre sans gluten ?

La réponse est longue et compliquée, c’est bien pour cela que j’ai besoin d’un article complet pour m’expliquer.

  • Comment se sont déroulés les repas ?
  • Les invitations au restaurant ?
  • Les soirées entre potes et moins potes ?
  • Comment la famille, les amis et même les inconnus perçoivent ce régime ?
  • Et finalement, est-ce que le régime sans gluten est impossible à réaliser ?
  • Et quels sont les résultats physiologiques déjà observables ?

Les réponses sont dans cet article.

Les 3 premiers jours sans gluten

C’est parti ! 2 mois sans gluten ! Il va falloir beaucoup de motivation pour tenir bon, persévérer et apporter des résultats aux lecteurs du blog.

Personnellement, le régime sans gluten ne m’effrayait pas tant que ça, étant donné que j’évitais déjà bon nombre de produits du commerce remplis de gluten. A savoir le pain, les biscuits industriels et même les pâtes.

Pourtant, dès les premiers jours, un sentiment d’interdiction très fort se met en place dans nos esprits, de manière consciente et inconsciente.

Un morceau de pain sur la table qui n’était même pas désiré avant, l’était aujourd’hui car interdit !

Incroyable mais vrai !

On dit bien que « interdire est la meilleure façon de succomber ».

Quoi qu’il en soit, les premières nuits ont été accompagnées de rêves (des cauchemars presque !) où je mangeais du pain blanc (le pire du pire) en oubliant mon régime. Ce n’est qu’une fois après en avoir plein la bouche et avalé quelques morceaux que je réalise que je fais le régime sans gluten.

Autant vous dire que le réveil fut salvateur !

Quelle ne fut pas ma surprise quand j’apprends que ma compagne, qui suit la même expérience, vient de faire un rêve similaire durant la même nuit !

En bref, l’interdiction perturbe. Au point de compenser la nuit grâce aux rêves. Cependant je vous rassure, cette situation n’a pas duré plus de 3 jours, la suite est plus réelle !

Les invitations, les apéritifs et les soirées

Là, c’est le nerf de la guerre.

Est-ce que ma vie sociale à l’extérieure, avec mes amis, va changer à cause de mon régime ?

La réponse est oui ! Indéniablement.

Au cours de ce premier mois d’expérience, j’ai pu participer à plusieurs soirées privées chez des amis, des barbecues, des sorties en boîte, des repas au restaurant et bien sûr, les repas en famille.

Dans la très grande majorité des cas, tous les évènements étaient prévus, on pouvait donc facilement s’organiser sur les menus, les plats, ou prévenir les hôtes du régime.

Par contre, il y a eu une soirée plutôt frustrante et délicate dans le mois, du moins au début.

L’impossible barbecue

Nous sommes invités (ma compagne et moi) à un barbecue le jour même, quelques heures avant le début des hostilités.

Organisation oblige, des courses s’imposent dans un supermarché pour acheter de quoi boire et manger pour la soirée.

On prend une bouteille de vin, et…rien d’autre. Première erreur !

L’heure du rendez-vous approche, on arrive au barbecue. Après les usages de politesse, j’observe attentivement les boissons et la nourriture à disposition…

C’est la douche froide. Sur la table, des cartons de bières à perte de vue (du malt d’orge), du whisky et du pain. La seule boisson tolérée était notre fameuse bouteille de vin.

Aucun fruit, aucune salade nature, bref, on ne pouvait rien manger et presque rien boire. Il était 18h.

Durant 2 heures j’avais une faim horrible au ventre, tout le monde mangeait les biscuits et les gateaux industriels à disposition, alors que nous ne pouvions même plus boire !

Sauf que la roue tourne, un invité arrive avec une bouteille de Pastis. C’est la révélation, je me jette sur lui et lui demande un verre. La soirée peut enfin commencer !

Quand l’alcool commence à monter, la faim, elle, diminue. Il est 22h, nous n’avons toujours pas mangé mais je ne ressens plus la faim. La soirée continue !

Les grillades commencent à sortir, enfin ! Sauf que les marinades calédoniennes (Nouvelle-Calédonie) sont bien garnies de « soyo » et compagnie avec du gluten. Il fallait donc éviter les grillades déjà marinées.

Comble de l’horreur, toutes les viandes ont baigné dans le gluten. Il ne restait que du poisson pêché par un pote quelques jours avant. Je me suis personnellement occupé de la cuisson des morceaux pour éviter toute contamination avec les marinades « gluténisées ».

Enfin, il y a à boire et à manger !

Le reste de la soirée ? Du caviar.

Les invitations prévues

Le pendant de cette soirée, ce sont toutes les autres où nous avons pu prévoir à manger et à boire. Dans le cas des barbecues et des soirées privées, on amenait systématiquement de quoi faire des délicieux apéritifs crudités avec un lot de sauces onctueuses, et sans gluten évidemment.

Dès lors qu’on connaissait les hôtes, des morceaux de viandes et de poissons étaient spécialement mis à l’écart de toute marinade pour qu’on puisse se régaler des gibiers de nos vallées.

Au restaurant, c’est un autre problème. Il fallait appeler les restaurants pour savoir s’ils avaient des menus sans gluten ou pas. Il faut se rendre à l’évidence que la plupart des restaurants en Nouvelle-Calédonie ne propose aucune alternative pour les intolérants au gluten, et certains ignorent même ce mot.

Si vous voulez éviter le gluten au restaurant, vos armes seront:

  1. de bonnes explications,
  2. une patience à toute épreuve,
  3. un sourire permanent !

Il faut demander la composition de toutes les sauces, sans forcément parler de « gluten ». Il faut insister pour avoir ses plats « nature » et espérer un minimum de contamination dans les cuisines.

Pour l’anecdote, j’avais demandé une salade verte en accompagnement en précisant bien que je ne voulais que de l’huile d’olive comme assaisonnement. Les cuisiniers n’ont apparemment pas reçu le message. Ma salade arrive avec un large filet de vinaigrette dont j’ignore la composition. J’ai dû ramener la salade, pour n’avoir que de l’huile d’olive. Parfois, il faut faire avec, mais c’est le seul « hic » que j’ai à signaler.

La réaction des amis, et de la famille

C’est peut-être le paragraphe le plus important de l’article car à moins de vivre en autarcie totale, il faut se confronter aux regards des autres, mais surtout à leur jugement.

Lorsque la famille est prévenue d’avance du régime, de la durée, du pourquoi de l’expérience, des résultats attendus, et du côté « expérience de vie » de la chose, alors il n’y a aucun problème.

De toutes les réactions, les remarques, les blagues, les jugements et les interrogations que j’ai pu entendre, je retiens simplement que tout le monde s’intéresse au régime sans gluten !

Oui, tout le monde !

C’est un paradoxe incroyable dans cette histoire.

Grossièrement, si vous décidez de faire un régime particulier qui n’engage que VOUS sur certains points, la grande majorité de vos contacts souffleront un vent de questions, de blagues, et de jugements en tout genre.

Le simple fait de faire un régime sans gluten, ou de se priver volontairement d’une série d’aliments génère des débats, de la curiosité, de l’étonnement, voire de l’incompréhension.

  • Pourquoi ?

Pourquoi est-ce que les personnes qui font de tels régimes doivent absolument se justifier, s’expliquer, et parfois accuser des critiques idiotes alors que ces mêmes personnes ne sont pas concernées ?

Je pense que c’est le propre de l’humain. Ceci dit, j’aime les débats polémiques et celui du régime sans gluten peut en faire l’objet. Si au terme d’une conversation, je peux insuffler un vent nouveau dans l’esprit de certaines personnes, c’est tout gagné. Pour tous les autres qui ne comprennent pas, et qui ne veulent pas comprendre. Rien ne sert de discuter.

Quels changements après 1 mois sans gluten ?

En théorie, je ne peux pas répondre. Comme je l’avais dit dans mon premier article sur le régime sans gluten, il faut attendre la période de réintroduction du gluten pour observer les changements ou non.

  • Pourquoi attendre la réintroduction ?

Peut-être que je bénéficie déjà de nombreux bienfaits de l’arrêt du gluten, mais ces changements qui surviennent progressivement passent donc inaperçus au quotidien.

Pourtant, j’ai l’impression d’avoir des facilités de digestion, j’aurais moins de boutons sur la peau (moins de sébum ?) et plus d’énergie au quotidien.

J’utilise le conditionnel car je ne peux absolument pas répondre à cette question à l’heure actuelle.

Par contre, j’attends avec impatience la réintroduction pour observer si j’ai effectivement une intolérance au gluten, et si oui, de quelle intensité.

En attendant, l’expérience sans gluten continue.

Au fil des semaines, on se rend bien compte qu’il n’est pas impossible de vivre sans gluten, et que la plupart des aliments qui possèdent du gluten ne sont pas les plus recommandables pour un régime équilibré.

N’oubliez pas que le régime sans gluten interdit la bière, et ça par contre, ce n’est pas évident de le vivre au quotidien, surtout si vous vivez dans le pays de la bière.

Avez-vous déjà fait un régime sans gluten ? Etait-ce difficile ? Quels bienfaits en avez-vous retiré ?

A bientôt !

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

16 commentaires
  1. A peine quelque jour de debut de mon regime, c’est pas facile de tout, surtout dans un pays de nord afrique de survivre sans les pattes, J’ai du mal a imagine ce regime, mais avec l’aide de ma femme et certain ami, j’ai bien pu m’ensortir,…même j’ai pris du poids tu imagine cela !!.

    1. J’imagine ta situation Laamouri, et c’est pour cela que je te souhaite bon courage et j’espère que tes amis et ta femme seront là pour toi dans les moments difficiles !

      N’hésites pas de nous tenir au courant des bienfaits/bizzareries que tu obtiens avec ce régime ! A très bientôt ! JA.

  2. Je vis très bien mon rsg depuis plusieurs années, car j’ai appris à vivre avec et je me sens protéger de ne pas manger la M…. en paquet …
    A l’extérieur, chez des amis ou à la maison avec mon conjoint qui mange “normalement” y’a pas de soucis :)
    Bien à vous,

  3. Bonjour !
    Je ne mange plus de gluten depuis des années !
    J’ai tenté d’en remanger il y a deux jours !
    J’en ai mangé pas mal !
    Eh bien, depuis hier, fatigue intense, poids, aucune envie de rien, angoisses, tout est une corvée, mal être ! Le plus chiant c’est la sensation de poids, de lourdeur qui se répercute sur l’humeur… :)
    Je n’ai pas mangé ce matin, je bois, je bois et je bois ! De l’eau, hein, et des tisanes !
    Tu ne saurais pas quelle comportement adopter fasse à une réintroduction du gluten ?
    Là je me dis qu’il est préférable de ne pas mangé ! :)
    Chiottes, je suis infecté ! :D
    Merci ! :)

    1. Faut il se reposer fasse à cette fatigue morbide et disfonctionnelle ? :)
      Ou faire malgré la charge de l’organisme ? Je viens de m’allumer une clope ! Je me sens mieux ! Un mieux être ! :) Je n’ai toujours pas mangé ! :) J’vais m’faire une tisane ! :) Bon sang, je suis irritable et tout, j’arrive moins à supporter les choses ! :) Ah la la ! :)
      Merci à nouveau !
      Salut !

  4. Et bien ça y est, nous nous sommes lancés depuis une semaine dans l’expérience sans gluten, juste pour voir.
    Bilan de cette première semaine : Quand on voit toutes les alternatives qu’il existe à la farine de blé, c’est beaucoup plus facile qu’on ne le pensais de bannir le gluten de notre alimentation quotidienne….. du moment que c’est du fait maison !
    Mais à partir du moment où l’on doit manger à l’extérieur ou que nous sommes invités, ça devient une mission hard !
    Ma première erreur, avoir voulu manger une “simple” salade dans une brasserie pour ne pas prendre de risque, et oublier de demander “juste huile svp !”. Je me suis retrouvée avec une assiette de salade baignant comme jamais dans de la sauce industrielle…
    Et merci la p’tite madeleine offerte au café qu’on a du planquer sous les serviettes pour ne pas se donner envie !
    Bref, nous tenons bon et apprenons de nos erreurs, nous allons réussir !

Répondre à Jérémy Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.