Le documentaire Hold-Up est une réaction légitime et attendue des graves problèmes de confiance, de transparence et de communication entre une population en proie aux questions et ses autorités politiques, médicales et scientifiques.

Le phénomène « Hold-up »

J’ai enfin vu Hold-Up.

Le documentaire-choc sur la pandémie de Covid-19 réalisé par Pierre Barnérias et Christophe Cossé, son producteur. Et il fallait être motivé avec presque 3 heures d’écran (je ne remercierais jamais assez la vitesse accélérée) et des dizaines d’invités qui racontent beaucoup, vraiment beaucoup de choses.

Vous ne l’ignorez pas, mais ce documentaire fait le buzz en France avec des chiffres qui parlent de plus de 6 millions de vues d’après des décomptes réalisés sur les différentes plateformes.

De nombreuses idées sont défendues dans ce pamphlet.

Principalement contre les autorités sanitaires nationales et internationales, avec la complicité des gouvernements et des élites milliardaires qui souhaitent asservir les plus pauvres et les moins bien lotis.

On retrouve bien sûr des attaques en règle contre le port du masque, avec une bonne partie dévoyée à l’origine du virus en particulier créé par l’Institut Pasteur.

Tous les invités interrogés sur les traitements s’accordent pour dire qu’on a enterré l’hydroxychloroquine, peu coûteuse, sans danger et extrêmement efficace, pour faire passer en force le remdesivir qui est lui extrêmement cher, inefficace et très dangereux

Le documentaire de Pierre Barnérias aura déclenché une vague sans précédent d’articles de presse, de blogs, de sites spécialisés et de vidéo en tout genre.

Principalement pour dénoncer les multiples fausses informations, les dérives du documentaire, et retracer un peu le portrait de nombreux intervenants dont certains sont connus du grand public (Christian Perronne, Laurent Toubiana, Luc Montagnier, Jean-Dominique Michel, etc.)

Des plateformes sont même allées jusqu’à retirer la diffusion du reportage à cause des propos soutenus (Viméo et YouTube), alimentant bien évidemment un sentiment légitime de censure, et au passage donner un meilleur coup de publicité avec un effet Streisand.

6 millions de vues et déjà deux personnalités du reportage qui se sont désolidarisées du reportage et de son réalisateur après sa sortie.

Monique Pinçon-Charlot, sociologue de combat comme elle se définit, et Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la Santé et médecin, ont fait leurs annonces respectives sur Twitter (1).

Pour le réalisateur Pierre Barnérias, cela démontre parfaitement bien les pressions importantes et les menaces que peuvent exercer les élites et les dirigeants afin de pousser les intervenants à s’éloigner du documentaire.

Pourquoi pas.

Cette hypothèse est aussi valide que celle défendue… par les intervenants eux-mêmes, et qui parlent d’un documentaire complotiste (pour Douste-Blazy) ou d’un « montage-choc au service de l’émotion et de la colère », avec des « réflexions tronquées » et des « captations abusives » des interviews (pour Pinçon-Charlot).

Je vais revenir dans cette analyse sur les raisons du succès de ce documentaire, et les quelques méthodes de manipulations pour mettre l’esprit critique en veilleuse.

Des raisons que l’on retrouve dans la forme et le fond du documentaire, avec quelques analyses de faits et de déclarations, mais aussi et surtout dans la tête et l’esprit des gens.

Vous, votre cousine, nos oncles, les personnes de tous les jours qui se posent des questions sur cette pandémie, ses mensonges, ses manipulations politiques et scientifiques, à la recherche de vérité et de compréhension.

Si vous avez vu ce documentaire et épouser ses idées, vous n’êtes pas un complotiste. Vous cherchez des informations, des réponses simples à des questions complexes et nombreuses sur des sujets qui impactent directement nos vies.

Il est donc tout à fait normal de croire à telles ou telles hypothèses. Vous avez vu, lu et trouvé des éléments qui vous ont permis de vous forger et de conforter cette opinion.

C’est tout à fait normal, et surtout en période de crise sanitaire de cette ampleur où les pressions psychologiques s’intensifient, et où diverses théories foisonnent rapidement sur le web avec d’énormes caisses de résonnance par les réseaux sociaux et autres plateformes de vidéo en ligne.

Mensonges et contradictions : le terreau de la défiance

Le documentaire Hold-Up est une réaction légitime et attendue des graves problèmes de confiance, de transparence et de communication entre une population en proie aux questions et ses autorités politiques, médicales et scientifiques.

Le phénomène « Hold-up »
J’ai enfin vu Hold-Up.

Le documentaire-choc sur la pandémie de Covid-19 réalisé par Pierre Barnérias et Christophe Cossé, son producteur. Et il fallait être motivé avec presque 3 heures d’écran (je ne remercierais jamais assez la vitesse accélérée) et des dizaines d’invités . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.