sucre-industrie-conflit-graisse-recommandations

Une étude publiée dans le prestigieux Journal of American Medical Association vient de révéler comment l’industrie du sucre a payé des chercheurs pour faire accuser les graisses saturées et le cholestérol dans le risque de maladies cardiovasculaire, minimisant le rôle du sucre [1]. Retour sur 50 ans de manipulation, qui ont conduit à la création de produits « allégés en matière grasse » et sur la diabolisation exagérée des graisses.

Vilaine graisse et gentil su-sucre

Cette histoire, on l’avait tous sur les bouts des lèvres. Le scénario, quant à lui, n’était pas parfaitement connu. Comment l’industrie du sucre a-t-elle réussie à faire accuser le gras et le cholestérol pour laisser le champ libre au sucre ?

L’argent. L’argent bien sûr. Je le dénonce dans ces colonnes depuis des années, aux côtés de nombreux autres lanceurs d’alertes, mais les industriels dépensent des sommes astronomiques pour :

  1. Financer des recherches scientifiques qui minimiserons les risques de leurs produits, et c’est exactement ce qu’’ils ont fait dans les années 60 en versant pas loin de 50.000 $ à trois scientifiques via la Research Sugar Association ;
  2. Orienter les politiques et recommandations de santé publique, et c’est exactement ce qu’a fait l’industrie du sucre en France, étant maintenant en charge de dispenser des cours d’alimentation saine dans les écoles ;
  3. Payer des leaders d’opinions pour favoriser des produits agroalimentaires ou pharmaceutiques, dont les avis seront suivis par le plus grand nombre.

C’est donc en 1967 que la bataille contre le gras à officiellement, ou « scientifiquement », commencée, avec la publication de deux études qui conseillent de se focaliser sur le cholestérol et les matières grasses, plutôt que sur le sucre [2] [3].

Cette publication aura eu des répercutions majeures sur les politiques de santé publique. L’industrie du sucre aura notamment réussie à influencer les programmes nationaux de lutte contre les caries dentaires, en limitant les effets négatifs du sucre.

En 1976, l’autorité officielle de sécurité des aliments (Food and Drug Administration) s’est faite avoir par ces publications dans l’évaluation positive sur l’innocuité de la consommation de sucre.

Bien plus grave, ce sont aujourd’hui des décennies d’attaques contre les graisses, principalement alimenté par l’industrie du sucre, qui ont conduit à la diabolisation excessive des graisses, laissant une place de choix pour les produits riche en sucre, pauvre en graisse, avec des index glycémique élevé et qui ont aujourd’hui une part de  responsabilité important dans cette hécatombe sanitaire.

L’impact des conflits d’intérêts

Les auteurs de l’étude dénoncent bien entendu l’importance et les effets surtout délétères que peuvent avoir les conflits d’intérêts entre des scientifiques, des leaders d’opinions ou des décideurs avec les industriels sur la santé publique.

Ils indiquent ainsi que « les efforts des industriels démontrent l’importance d’avoir des synthèses de la littérature scientifique écrite par des personnes sans conflits d’intérêts, renchérissant l’importance et le besoin de les déclarer lorsqu’ils sont présents ».

Ces déclarations bien sûr ne plaisent pas aux industriels, et à toutes les personnes qui gravitent autour d’eux, et que ce soit pour l’industrie du sucre, du lait, du fromage, de la viande, de la charcuterie ou des produits pharmaceutiques.

Je dénonce régulièrement les nombreuses tentatives de l’industrie laitière, par exemple, pour nous faire croire que le lait pourrait nous faire maigrir, qu’il est la meilleure source de calcium, qu’il est indispensable pour bien grandir, et qu’il nous protège contre les fracture et c’est de loin le plus grand mensonge.

Il existe de nombreux leaders d’opinions qui bénéficient d’une couverture médiatique importante et qui partagent justement avec grand plaisir les dernières bonnes nouvelles de la science.

Systématiquement, ces leaders d’opinions, que ce soit pour valoriser les produits laitiers ou bien les statines pour lutter contre le « mauvais » cholestérol, utilisent des publications financées par l’industrie, ou bien réalisées par des chercheurs payés par elle.

Ai-je besoin de vous rappeler que le Pr Serge Hercberg, responsable de notre programme national nutrition santé (PNNS), proclamant les recommandations pour être en bonne santé justifie de liens avec l’industrie de la charcuterie et du lait.

Le rôle majeur des financeurs

Il est donc important de rappeler à la lumière de cette publication, le rôle majeur des sponsors dans la réalisation d’une étude scientifique. Les sponsors, bien souvent des industriels, qui vont vérifier la qualité de leur produit ou leur innocuité veulent des résultats positifs.

C’est indéniable. Et c’est prouvé.

Récemment Marion Nestle publiait une étude sur ce point et montrait qu’entre mars et octobre 2015, 76 études ont été financées par l’industrie [4]. Sur ces 76 études, 70 ont obtenu des résultats favorables contre seulement 6 avec des résultats défavorables aux sponsors.

En 2007, des chercheurs ont exploré cette notion de conflits d’intérêts en lien avec les sponsors et ils ont démontré que les études réalisées sur les produits financées par les sponsors avaient 8 fois plus de chances d’être positifs [5].

Alors il est important lors de la lecture d’articles scientifiques de prendre en compte le financeur ET les conflits d’intérêts des auteurs de l’étude, mais cela ne doit pas empêcher la lecture critique et intégrale de l’article.

En tout cas, si vous pensiez encore que nous vivions dans un monde de Bisounours, où les industriels pensent avant tout à notre santé, et mettent tout en jeu pour que notre santé s’améliore… Et bien il est temps de redescendre sur Terre [6].


Références

[1] Kearns CE, Schmidt LA, Glantz SA. Sugar Industry and Coronary Heart Disease Research: A Historical Analysis of Internal Industry Documents. JAMA Intern Med. Published online September 12, 2016. doi:10.1001/jamainternmed.2016.5394.

[2] McGandy, R. B., Hegsted, D. M., & Stare, F. J. (1967). Dietary fats, carbohydrates and atherosclerotic vascular disease. New England Journal of Medicine277(4), 186-192.

[3] McGandy  RB, Hegsted  DM, Stare  FJ.  Dietary fats, carbohydrates and atherosclerotic vascular disease. N Engl J Med. 1967;277(5):245-247.

[4] Nestle, M. (2016). Corporate Funding of Food and Nutrition Research: Science or Marketing?. JAMA internal medicine176(1), 13-14.

[5] Lesser, L. I., Ebbeling, C. B., Goozner, M., Wypij, D. & Ludwig, D. S. 2007. Relationship between Funding Source and Conclusion among Nutrition-Related Scientific Articles. PLoS Med, 4, e5

[6] Stuckler, D., & Nestle, M. (2012). Big food, food systems, and global health. PLoS Med, 9(6), e1001242.

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

15 commentaires
  1. Merci Jérémy pour cet excellent article !

    En parlant de Bisounours… un récent reportage, vu à une heure de grande écoute et consacré aux entreprises fabriquant des bonbons, confirme tes propos : on y vantait les mérites de leurs chercheurs en matière d’innovation… de produits sucrés, acides, avec de nouveaux colorants et arômes artificiels… soit disant pour satisfaire la demande des consommateurs… Le chemin est encore long !

  2. En visite, avec un groupe chez haribo je fus la seule à ne pas acheter de bonbons. Beaucoup s’en étonnèrent car ils pensaient faire plaisir à leur petits enfants et ils me trouvèrent pas très gentille avec les miens; pourtant pour moi c’était exactement le contraire mais difficile à faire comprendre…

  3. Toujours excellent mon fils
    bien entendu je n’aie jamais acheté de bonbons que ce soit pour mes enfants ou mes petits enfants (mais lors d’anniv. ou bien à l’école tout simplement ils ne disent pas non !)
    pour le sucre avec ma grand mère et mes parents que du miel des Cévènnes à l’époque
    quand aux vaccins ma mère (je suis malheureusement fille unique ) craignant tout pour moi et me pensant faible a toujours réussi à m’épargner la vaccination, j’ai eu la coqueluche je m’en rappelle même s’il y a plus de soixante ans car c’est très stressant je n’aie pas eu trop de soins
    la voisine du petit patelin de 4 ou 5 maisons m’avait simplement prête des livres dont je me souviens comme si c’était hier; ma mère m’ayant fait l’école dès l’âge de deux ans avec le seul livre que j’avais “le livre de pipe” je savais lire très tôt et à 3 ans ma coqueluche dans mon petit lit bleu avec des canards jaunes ; je m’en suis remise de cette maladie !!!!!!
    ensuite il y eu la polio dans le village d’à côté de 1500 habitants je devais avoir 6 ans environ je n’aie pas pu échapper au”sucre” toute la population a été vacciné le mari d’une institutrice l’avait attrapée dans la Cèze; bien entendu pas de rappel!!!! j’ai suvécu

    autre chose aussi on avait encore déménagé dans une villa neuve je devais avoir 10 ou 11 ans mon père faisait son jardin avait du fumier et puis des tas de choses plus ou moins nettes au bout du jardin il se blesse fortement à la main et on a l’habitude de dire c’est pas grave un bobo de plus ou de moins (mon père : une force de la nature ) mais le matin suivant partant au travail dès 4 heures du mat. voilà t il pas qu’il était tout enflé de partout terrible! on appelle notre médecin de famille TETANOS ma mère était affolée! mon père désirait aller au travail n’ayant jamais manqué un jour pendant près de 50 ans de boulot! il s’en est remis mais notre médeçin l’a “grondé” et lui a dit de faire attention dorénavant
    voilà de petits détails de notre vie
    et comme de bien entendu je suis fière de mon dernier né
    un Bonjour de Calédonie

  4. Bonjour Jérémy,
    Voila , justement , une PUB de ma part concernant un bouquin de William DUFTY de 1975 tout avait rapport avec “le sucre” sugar blues ( cet ami qui vous veut du mal)
    Tout dans ce livre sont a très au niveau. Je crois qu’il est encore possible de l’avoir en se rendant chez “Guy Trédaniel éditeur” Paris V ième …….avec un peu ce chance ….. 8-)

Répondre à jibel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.