La controverse sur Didier Raoult et l’efficacité de l’hydroxychloroquine a de nouveau défrayé la chronique. Il aurait signé des aveux de non-efficacité. Alors, rumeur ou réalité ?

Capture d’écran d’une vidéo YouTube de l’IHU de Marseille. (Source : https://tinyl.io/3MlU)

Hydroxychloroquine : marche arrière toute !

C’était la nouvelle la plus improbable du jour, le professeur Didier Raoult qui dirige l’IHU de Marseille, serait revenu sur les bénéfices supposés de l’hydroxychloroquine (HCQ) et de l’azithromycine (AZT) pour traiter les malades de Covid-19.

La rumeur d’un retournement de veste du défenseur le plus combatif de l’association médicamenteuse a pris une ampleur considérable sur les réseaux sociaux à la suite d’une nouvelle publication de l’équipe de Didier Raoult.

Une publication qui selon de nombreuses personnalités sur Twitter ou Facebook attesterait que l’équipe marseillaise consent à revenir sur les promesses de guérison de son protocole thérapeutique contre la Covid-19.

Pourtant, le moins que l’on puisse dire, c’est que la communauté sociale sur Twitter s’est beaucoup emballée sur cette fameuse publication lui faisant dire ce qu’elle ne dit pas.

Retour sur la fabrication d’une rumeur qui a fait pschit quand le directeur de l’IHU marseillais a lui-même remis les pendules à l’heure.

Que faut-il penser de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19 ?

Vous avez le choix de lire plusieurs articles pour vous forger un avis éclairé.

Chloroquine : comprendre le scandale médical et politique

Hydroxychloroquine et Azithromycine : le bal des études contradictoires

Hydroxychloroquine : autopsie d’une désinformation généralisée

Fin de Partie pour la Chloroquine

La lettre de la discorde

Le point de départ de cette rumeur est une lettre à l’éditeur publiée par l’équipe de Didier Raoult à propos de sa première étude clinique qui portait sur l’évolution de la charge virale au sein de trois groupes (le contrôle sans traitement, sous HCQ uniquement et sous HCQ et AZT) (1)

Les lettres à l’éditeur, c’est le moyen utilisé par les scientifiques pour répondre à des études publiées. Ce ne sont pas des études à proprement parler : ce sont des commentaires.

Cette lettre de l’équipe marseillaise est en réalité une réponse à une autre lettre critique sur leur fameuse étude (Gautret et al.) non randomisée et avec peu de patients (moins de 50).

Une étude importante et fortement controversée puisque c’est elle, et toute la communication faite dessus, qui a alimenté un espoir énorme pour les malades et les professionnels de santé d’avoir un traitement efficace et sans danger contre la Covid-19.

Mais on ne va pas réécrire l’histoire, vous savez que cette étude a été fortement critiquée par la communauté scientifique au point de recevoir une dizaine de lettres-commentaire pour pointer les graves faiblesses méthodologiques de l’étude, ainsi que les problèmes éthiques sérieux (notamment d’avoir soumis des enfants à des tests naso-pharyngés sans autorisation et d’avoir publié ce travail dans le journal détenu par l’équipe de Didier Raoult).

La lettre de l’équipe de Didier Raoult contient un passage en particulier qui a été au centre de toutes les attentions. Le fameux passage qui a été interprété – à tort – comme un aveu d’inefficacité de l’association HCQ et AZT.

La controverse sur Didier Raoult et l’efficacité de l’hydroxychloroquine a de nouveau défrayé la chronique. Il aurait signé des aveux de non-efficacité. Alors, rumeur ou réalité ?

Hydroxychloroquine : marche arrière toute !
C’était la nouvelle la plus improbable du jour, le professeur Didier Raoult qui dirige l’IHU de Marseille, serait revenu sur les bénéfices supposés de l’hydroxychloroquine (HCQ) et de l’azithromycine (AZT) pour traiter les malades de Covid-19.

La rumeur d’un retournement de veste du défenseur le plus combatif de l’association . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.