Devenez Végétalien 1 jour sur 2

legumes-vegetariens-omnivores-vegetaliens-produits-laitiers-elevages-intensifs-bien-etre-animal

L’éternel conflit « Végé » versus « Omni »

Faut-il continuer à manger de la viande, du poisson, des œufs ou encore à boire du lait ?

Je n’ai pas la prétention de répondre à cela de manière catégorique, dans un simple et unique article avec une réponse qui conviendra à tout le monde car cela est impossible.

Néanmoins nous pouvons tout de même poser une série de constats, de preuves scientifiques médicales ou épidémiologiques, qui mettent à mal notre surconsommation de produits carnés industriels.

De nos jours, une partie de plus en plus importante de la population est aujourd’hui consciente que la modernisation de l’élevage (et également de l’agriculture) a principalement permis de diminuer le coût des produits, jugés luxueux à une certaine époque.

Il est donc aujourd’hui aisé, du moins dans les pays industrialisés, de se procurer quotidiennement de la viande de porc, de bœuf, de volaille ou encore des œufs et de boire du lait de vache à bas coût.

Cette modernisation a certes permis de rendre ces produits plus accessibles mais cela au prix de la qualité d’un système de production désormais perverti. En effet, nous sommes passés des procédés artisanaux à petite échelle (avec l’exemple typique d’élevage extensif dans un pré, avec peu de têtes de bétail) aux procédés industriels à grande échelle (tels que les élevages intensifs en hangars).

Cette perversion du système est malheureusement attestée par les scandales sanitaires à répétition et par l’atteinte indéniable au bien-être de millions d’animaux d’élevages. Il en résulte une dégradation de la qualité du produit fini (perte d’enzymes digestives, de vitamines, présence de produits phytosanitaires ou d’antibiotiques) et ultimement une dégradation flagrante de notre état de santé, nous qui sommes au bout de la chaîne.

Ne parler que de l’élevage industriel, fortement dommageable pour la santé (et de l’environnement) n’est tout de même pas honnête vis-à-vis des élevages artisanaux, certes minoritaires, mais qui produisent des aliments carnés de qualité, dans le respect du bien-être animal et par conséquent du nôtre.

C’est un point important à souligner : tous les élevages ne peuvent être mis dans le même panier de la dégradation systématique de la condition animale.

D’un autre côté, et c’est l’argument le plus efficace et cohérent des adeptes du régime végétarien et végétalien : aujourd’hui nous avons suffisamment des connaissances biochimiques, physiologiques et un recul suffisant qui démontrent les bienfaits de ces types d’alimentations, dès lors qu’ils sont maîtrisés et rondement menés.

Alors que faire ? Continuer comme avant avec son steak de bœuf tous les jours, ou bien passer aux graines, quinoa et lentilles ?

Pour mieux comprendre les recommandations que je développe dans mon article, vous allez découvrir les risques pour votre santé de consommer trop de produits animaux, et notamment trop de viande.

L’excès de produits animaux, un risque pour la santé

Le bon sens transpire de cette phrase, l’excès par principe n’est jamais vraiment bénéfique en soi pour la santé ou pour autre chose, bien qu’il existe des cas particuliers (les légumes…)

En ce qui concerne la viande, et bien que je sois de l’avis qu’elle a toujours fait partie de notre alimentation, la littérature scientifique apporte régulièrement des preuves, plus ou moins tangibles, sur les bienfaits métaboliques d’un régime végétarien versus omnivore. J’avais écrit en février 2013 un pamphlet sur une petite quinzaine d’articles scientifiques qui se proposaient d’étudier la relation entre l’alimentation et la santé.

Il en ressortait que six études obtenaient des résultats favorables pour les végétariens comparés aux omnivores [ref 1, ref 2, ref 3, ref 4, ref 5, ref 6]. Ainsi, la mortalité toutes causes confondues, les cardiopathies ischémiques, les tumeurs malignes, les accidents cardiovasculaires cérébraux, les cancers gastro-intestinaux, les cancers colorectaux ou les cancers du sein étaient augmenteés chez les omnivores.

Une autre étude encore plus récente, publiée l’année dernière, attestait encore une fois des bénéfices d’un régime végétarien et végétalien comparé au régime omnivore classique [ref 7].

De plus, en août dernier, Florian de Naturo-Passion écrivait un article sur les avantages du fer issu des végétaux comparés à ceux des produits animaux. Ainsi, les femmes qui consommaient le plus de végétaux riches en fer avaient un risque réduit de 40% de souffrir du syndrome prémenstruel. Dans une 2ème temps, le fer végétal, bien que moins bien assimilable, réduirait le stress oxydatif subit par l’organisme, traduisant des risques moins élevés pour la santé (maladie cardiovasculaires, cancers, diabète de type 2) [ref 8, ref 9]

Et les exemples ne manquent pas sur la toile, avec cet article du même auteur, sur l’impact du régime alimentaire sur notre santé, ou de celui de Ludivine portant sur les maladies intestinales.

Toutes ces études et articles sont bien évidemment critiquables, autant sur la qualité de l’acquisition des données (avec les fameux questionnaires sur les prises alimentaires) que sur la présence régulière de conflits d’intérêts. Mais il n’empêche que ces preuves sont bien là.

Devenez végétalien 1 jour sur 2 !

Ma première recommandation en la matière, « 300g de viande rouge maximum par semaine », était avec le recul imbuvable, ou difficilement applicable au quotidien.

En revanche, cet article a pour objectif d’être plus clair et de vous dévoiler une démarche simple pour gérer vos apports d’une manière plutôt aisée. Je l’applique personnellement quasi-quotidiennement avec toutefois des exceptions comme toujours !

vegetariens-omnivores-viandes-vegetaux-vegetaliens

Le graphique ci-dessus vous donne le nombre de portions par grande catégorie d’aliments et par jour que vous devriez consommer en moyenne. En vert, la part des légumes, fruits, tubercules, et légumineuses (etc.) devrait être d’au moins 50% (soit 8,5 portions) ; 3 portions de pâtes, de riz complet, ou de céréales complètes, avec les huiles végétales et les graisses animales ; finalement seulement 2,4 portions de produits animaux.

Ces portions émanent directement d’une moyenne des recommandations de Lanutrition.fr et de l’école de santé publique de Harvard, qui maîtrise quelque peu le sujet.

Or, ces portions vous conduisent indirectement à devenir végétalien un jour sur deux. Pourquoi ?

vegetalien-omnivore-viande-animaux-legumes

Dans le tableau ci-dessus, je vous présente le nombre de portions que vous devriez idéalement consommer par semaine, par jour et finalement un rapport qui vous indiquent le nombre de jour pour atteindre une portion (dernière colonne).

En moyenne, et même en prenant en compte les produits laitiers qui peuvent être squeezés, la consommation de produits animaux pourraient s’espacer tous les deux jours et demi !

Si vous êtes intolérants au lactose, ou bien que les produits laitiers ne font tout simplement pas partie de votre alimentation, cette moyenne passe à trois jours.

C’est-à-dire que vous pourriez tout à fait passer deux jours entiers en tant que végétalien et une journée en tant qu’omnivore.

Au final, c’est tout de même plus simple de penser à sa journée « omni » avec des portions complètes de viandes, de poissons ou de crevettes, que d’imaginer vous servir 0,6 portions de poulet, ce qui n’arrive pratiquement jamais !

Jouez sur les étiquettes

Tout cela reviendrait-il à se mettre une étiquette sur le front ? Végétarien, omnivore, végétalien, sans gluten, etc. Au final, manger reste vital et le fait que nous puissions manger différemment implique qu’il nous faut savoir jouer avec les « à priori » et les préjugés des autres.

Pour ma part, c’est avec un réel plaisir que j’explique et revendique à mes amis ou à des inconnus fraîchement rencontrés qu’aujourd’hui j’ai une barquette végétarienne ou végétalienne !.

Pourquoi aujourd’hui ? En général ce genre de jeu sur les étiquettes permet de s’affirmer dans son choix de vie, de se conforter également dans ce choix et de partager ces convictions avec autrui.

Vos jours « omni » avec le meilleur

Reconsidérer ses repas de cette manière induit, selon moi, une remise en question de la qualité de son alimentation. Etant donné que vous n’allez manger de la viande ou des œufs que tous les deux ou trois jours, alors pourquoi ne pas choisir le meilleur ?

Cela tombe franchement sous le sens ! Envisagez désormais du gibier sauvage, de l’extensif dans une ferme respectueuse, ou encore des œufs bio élevés en plein air…

Si vous réduisez mécaniquement la quantité, vous allez pouvoir naturellement augmenter la qualité des produits que vous consommez.

D’autre part, cela pourrait être une étape vers un végétalisme ou végétarisme strict.

« Un repas sans viande n’est pas complet »

Ce cliché est très vivace dans l’esprit de beaucoup de personnes (un clin d’œil à Ced qui se reconnaîtra), mais il doit pourtant être battu en brèche. Pourquoi ?

Premièrement, le régime végétarien, donc sans viande ni poisson, a fait ses preuves sur l’amélioration de la santé humaine (surtout comparé au régime type occidental). Il n’est donc pas dangereux pour votre santé, bien au contraire, de suivre un tel régime et d’éviter la viande (ou de temps à autre).

Deuxièmement, les associations de protéines de végétales rivalisent avec leurs cousines carnées. Des lentilles avec du riz complet, des pois chiches avec du couscous, sont des exemples de plats traditionnels qui apportent un équilibre en acides aminés (ainsi que les essentiels).

Enfin troisièmement, et pour conclure, nous sommes (nous autres vivant dans les pays occidentaux) rarement en déficit de protéines. C’est rarissime et c’est surtout l’inverse que l’on observe. De ce fait, invoquer la viande au titre d’un apport suffisant en protéines n’est pas l’excuse du siècle, surtout si l’on connait les apports des crucifères, des légumineuses, et d’autres légumes.

Ma conclusion personnelle

Manger des produits animaux est un phénomène, naturel selon moi, de plus en plus contesté et décrié dans notre société de consommation moderne. Comme je l’ai rappelé en début d’article, les conditions d’élevages de nos bêtes, mais également nos connaissances scientifiques et nutritionnelles nous permettent aujourd’hui de remettre rationnellement en question cette consommation de produits animaux.

Avant d’arriver jusqu’au végétalisme strict, que je respecte énormément, cet article doit vous apporter suffisamment d’information pour contrôler et si besoin réduire votre consommation de produits animaux. En parallèle, vous allez ressentir le besoin d’en améliorer la qualité, car ces plats qui deviendront exceptionnels dans le temps, mais devront également l’être sur le plan qualité et gustatif.

Je vous confirme que ces journées, sans produits animaux, avec une barquette de quinoa, de riz complet, de salades, crudités et légumes vapeurs sont royales. Très peu de lourdeur, beaucoup plus de confort intestinal, etc.


Notes et références

Un merci tout spécial à M-line, qui se reconnaîtra, pour les corrections apportées à cet article. Elle y a mit beaucoup de son temps ! Merci à elle ! ; )

42 Commentaires

  1. jean-baptiste

    Bon article , mais 1 jours sur deux ? soit on y va , soit on y va pas ! Il est sur que le changement radical de nourriture pour celle sans produits animaux et sous produits animaux comme le sont les végétaliens risque peut-être de poser QQs problèmes …Il faut le faire doucement

    1. Charlotte

      Personnellement je ne trouve pas difficile de changer ses habitudes alimentaires. Il faut un peu de volonté, c’est tout! Et quand on connait les bienfaits, on se lance d’autant plus vite!

      1. gruber

        ce qui vaut pour toi ne vaut pas pour les autres pour moi la nourriture est une vraie passion et un métier il me serait strictement impossible de décider de me passer d’un aliment que j’aime,
        cela dit je n’achète désormais plus de viande en supermarché et pas a tout les repas.

  2. ANSO MONIQUE

    Toute une après midi pour que internet « marche » est ce mon viel ordi! ou bien le serveur en Calédonie où l’on galère tous! de toute façon quelle que soit la raison j’ai évité cette fois-çi de maltraiter mon viel « ordi » et il fonctionne mais il a eu raison de ma patience du coup j’ai jeuné et n’aie encore rien mangé c’est pas du tout grave mais avec les journées épuisantes et sans repos que j’ai je vous avoue que j’ai un peu faim ce soir je mange et demain le jeûne du mardi je vous avouerai très simplement que je voulais être la première à poser un commentaire ça me fait plaisir et du bien psychologiquement parlant
    depuis le départ de mon fils Jérémy je lui envoie par mail mes repas et ils sont quasi tous végétariens seulement jeudi comme nous recevions nos amis (le jeudi c’est le repas entre amis un jour chez l’un un jour chez l’autre etc…….) toute la matinée pour le déjeuner pour régaler les uns et les autres celeri carottes sur lit d’échalotes et ail avec une sauce béchamel au lait de riz je crois pates pour notre ami sauce roquefort avec poivrons rouges et basilic apéro végétarien et crumble au miel de notre propriété bien sûr un régal, avec pommes et mangues décongelées bref un bonheur ce repas le tout je m’étais fait plaisir tout simplement accompagné d’un champagne rosé bien frais …………… malheureusement disant mon menu à mon mari il m’a tout bêtement fait remarquer qu’il manquait de la ……….. viande moralité il est allé chez notre boucher local les bêtes gambadent dans les près et il a acheté des cordons bleus tout le monde s’est régalé car faites par notre boucher et ultra bonnes bien sûr je vous avoue avec ma sincèrité habituelle que j’en aie mangé le tiers d’une afin de la goûter voilà

    pour repas gastronomiques goût saveur du palais tout chez nous est fait maison et nous mangeons très très peu de viande et de poisson je crois que le soleil et sa chaleur si particulière au bout du monde nous nourrit le ciel si bleu la terre rouge les arbres vert je me sens bien !!!!!!!!! ce jour je viens de faire en vitesse car les petits arrivaient le pain d’épices inutile de vous dire qu’avec notre miel c’est un délice et le petit Téo de 6 ans adore à présent le lait d’amande dont je rafolle malgré son prix que je ne vous dirai point car c’est de la « folie » mais c’est ainsi
    voilà un petit brin de vie quasi végétarien sur notre île si proche du paradis
    la maman de Jérémy en Calédonie

  3. MOUNIR AL AHMAR

    Pour moi devenir vegetarien non seulement c est benefique mais c est tres facile de s y habituer .. il suffit de jeneur 33 heures comme je viens de le faire moi meme toutes les semaines : je prends mon repas du soir vers hut heures et demi du jeudi soir et je jeune jusqu a 7 heures du samedi matin .cela fortivie la volonte me conduisant a maitriser la mienne jusqu a la possession de la capacite de s abstenir de n importe quel plaisir quelque soit sa nature….mais a mon avis le meilleur souhait qu on puisse avoir c est de posseder son propre jardin et de le cultiver soi-meme
    pour avoir des legumes bio sains et propres …

  4. France19

    Devenir végétalien un jour sur deux, voilà qui rejoint une proposition que j’ai trouvé sur la page Facebook de Jean-Marc Jancovici : « Choix alimentaires, santé et environnement : effets de la réduction de la consommation de viande et produits laitiers en Europe »
    Dans l’UE, la réduction de -50% de viandes et laitages conduirait à -40% des émissions globale d’azote, -25-40% des émissions de GES et la rendrait exportatrice de céréales (GK)
    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0959378014000338

    Ce serait une mesure bénéfique pour notre santé et celle de la planète, comme dirait Christian Tal Schaller : http://www.amazon.fr/La-viande-lait-dangereux-d%C3%A9truisent/dp/2851573411

    Un choix bénéfique à tous points de vue, donc !

  5. gautier

    Bonne démarche ,que je pratique de plus en plus naturellement ,même sans idéologie végétarienne ( que je comprend absolument et respecte)
    Il va de soi que consommer moins de viande oblige a diversifier bien plus son alimentation ,donc plus de végétaux .Il faut se creuser un peu la tête et cuisiner ..
    Moins de viande ,c’est a la fois des économies et aussi moins de risques de cancer.
    ( au vu de quoi sont nourris les animaux d’élevage ,ça fait peur )
    Et puis il a été longtemps repris dans les médias que les légumes étaient chers …
    Cher?
    Mais par rapport a quoi ?
    La viande n’est-elle pas plus chère au kilo?
    Plus il y aura des gens qui choisiront ce choix alimentaire ,plus les médias TV ,relayés par les lobbys de la viande et soutenus par des diététiciens a leur solde seront présents pour nous décrier et nous dire qu’il faut manger de viande .sous peine de carences, comme pour les produits laitiers … Les temps changent et les gens s’informent en dehors de la télé; enfin pour ceux qui s’y intéressent .

  6. Alice

    Végétarienne (quasi-végétalienne) depuis 1 mois, je me suis nourrie de blogs pleins de bon sens comme celui-ci depuis quelques semaines, et je rêve de savoir m’exprimer et parler de ce mode d’alimentation avec autant d’aisance et de précision que tu le fais… :) Tout à fait convaincue !

  7. regine

    Décidément, j’ai toujours beaucoup de plaisir à lire tes articles! Même si je ne commente pas d’habitude, là je vais donner une solution qui a bien fonctionné pour moi qui ai un petit budget alimentation : l’été dernier, à cause de troubles de santé dits chroniques (arthrose paralysante, dépression etc…) et devant l’incapacité des médecins allopathes à me soulager, j’ai décidé de tenter une approche holistique de soins. Au fil de mes recherches je suis tombée sur ton site et d’autres qui m’ont convaincue que « mon aliment soit ma médecine… » dixit Hippocrate. Je suis passée à la méthode Seignalet (arret gluten, laitages de vache, produits industriels et raffinés, et passage cuisson vapeur ou cru) et et j’ai retiré la viande car en Normandie peu de bio ou alors à prix d’or. Je mange donc beaucoup de légumes divers dont 50% crus, de fruits, de légumes secs, des noix, du riz, sarrasin, quinoa, huiles olive et colza, crème et yaourts végétaux, aromates et épices variees ainsi que des oeufs, un peu de petits poissons (sardine, maquereau…) et de fromages de chèvre ou de brebis. Avec 10 mois de recul, je peux dire que mes bilans sanguins et mes problèmes de santé se sont énormément améliorés, et je n’ai aucune carence en fer ou en calcium par ex. Bien sur, il faut bien se renseigner avant de se débuter et ne pas avoir peur de bousculer ses habitudes et son entourage mais dans mon cas, ce fût vraiment très bénéfique. Et en plus si on est curieux des traditions culinaires autour du monde, on découvre plein de recettes délicieuses et légères alors on redécouvre le plaisir de manger autrement! Ajouté à l’homéopathie et l’acuponcture, ce type d’alimentation m’a sauvé la mise alors si mon témoignage peut donner envie à d’autres personnes de se lancer avant d’être malades ou pour se soigner, je leur dirai : essayez pendant 3 mois et voyez ce que ça donne pour vous. (Olala désolée pour la tartine – sans gluten of course ;) )

  8. anais

    Jamais je n’y arriverai. j’ai déjà un mal fou à contrôler mes pulsions alimentaires ( merci les hormones ) et pourtant c’est pas la volonté qui manque… plus je lis ces articles plus je déprime devant mon assiette remplie de cochonneries lol

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Mais si Anaïs ! Il ne faut pas perdre espoir ! C’est quoi tes « cochonneries » ? N’y-t’il pas quelque chose de moins « junk food » qui te plaise ? Un légume n’importe quoi ?

  9. Romain de PaléoFit

    Salut Jérémy,
    Bien que je sois un partisant de l’omni, je cherche aussi à diminuer ma consommation de viandes (pour l’aspect respect des animaux surtout), mais la ou je ne te suis pas, c’est quand tu dis que l’apport en protéines n’est pas l’excuse du sicèle comparé aux crucifères, légumineuses.
    Explication :
    Légumineuses : trop de glucides pour un citoyen lambda et difficultés digestives
    Crucifères : QTE de protéines ridicules comparées à l’équivalent poids de la viande

    Comment explique-tu ces recommandations ?

    Romain de PaléoFit

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Romain,

      Bonne remarque ! Cette phrase est à prendre avec les paramètres « quantité de protéines », et je suis d’accord avec toi pour dire que ces apports sont plus faibles avec les légumineuses, et encore plus faible avec les crucifères, mais également avec le paramètre « besoin physiologique » qui est selon moi surestimé (preuve en est nous sommes plutôt en excès d’apports en protéines) et donc qui ne justifie pas l’usage systématique et quotidien de viandes pour combler ces besoins.

      J’espère que je suis clair, mais autrement dit, je comprends qu’on puisse croire que les végétaux (sens large du terme) ne nous apportent pas suffisamment si on l’on pense que nos besoins sont élevés. Tout cela est à modérer avec un apport raisonnable de produits animaux et de bonne qualité.

      On est ok ou quoi ?

      1. Ottman

        Salut Jeremy,

        je m’incruste dans la discute :) avec quelques interrogations…?
        Apparemment le besoins en protéines pour un individu (adultes) 1.2g/ kg de poids de corps.
        Pour un senior on monte un peu plus à 1.4 ou 1.5g/kg pdc. (cause de sarcopénie, fonte musculaire qui s’opère a partir de 40ans et s’accélère vers 60ans)
        Et les sportifs dans tout sa!! jusqu’a 2g/kg pdc. Donc pour une personne de 80kg elle doit assimilé 160g de protéine! en sachant que 100g de viande blanche à un apport en protéines approximativement de 20g donc on est loin des 160g!!!
        Donc sommes nous rarement en déficit de protéines??
        Peut on réellement combler nos besoins en protéines (pour un sportif) en alimentation type, légumineux, fruits, crucifères… en sachant que comme le dit romain de paleo fit, qu’ils sont moins riches en protéines que la viande.
        Sinon la solution reste un complément de protéines en poudre avec un indice protéique élevé.
        J’attend vos réponse

        1. jibel

          @Ottman ,
          Bonjour, une des seules choses dont ont ne tient pas compte , est que chaque individus de par sa morphologie est différent . Ce qui sera valable pour une personne de 80 kg ne le sera pas pour une personne pesant 50 ou 100 kg c’est logique , alors chaque individus , en théorie , devrait savoir , a quelques chose prêt se dont il a besoin… Dernier point au sujet des « protéines » animales a bannir ? en principe ? c’est selon…. Que fais tu du « seitan » du « tofu » du « fu » du « miso » du « teka » etc qui sont de bonnes protéines végétales sans avoir les inconvénients des protéines animales (plus difficiles a assimilées ) …..Sans tomber dans l’excès d’avoir sa petite balance pour peser chaque aliment , de devoir culpabiliser a chaque bouchée avalée …. 8-)
          Se nourrir devrait être une joie…Je vais d’ailleurs essayer ce jeune dans quelques jours …Ça me ferais le plus grand bien aussi bien physiquement qu’intellectuellement ….au plaisir @+

      2. Ottman

        Coïncidence!! hier soir je regarde la télé et il y a une émission qui parle des pouvoirs du corps humain, très intéressant.
        Ma grosse interrogation, comment un sportif de haut niveau peut-il se fournir en protéines sans passer par une alimentation de viandes?!!
        Et bien j’ai eu la réponse hier soir avec cet incroyable athlète qui se nomme « Rich Roll » qui est végétalien et qui pratique l’Ultraman (10km de nage, 418km en vélo et 84km de course à pieds!)
        Et avec tout sa, le Monsieur n’est pas carencé en protéines, il faut dire qu’il mange jusqu’à 1kg de choux frisé par jours (mixé bien sur, c’est plus facile!) avec d’autres fruit et légumes assez variés.
        Et sur le site « Vegactu » que je viens de découvrir il cite plusieurs sportif de haut niveau avec la même alimentation comme « Rob Bigwood » champion de bras de fer et « Patrick Baboumian » champion d’Allemagne de force, ancien culturiste, il affirme que depuis son changement d’alimentation sa masse musculaire ainsi que sa force n’aurait même pas diminué, mais plutôt augmenté! Et plusieurs sportifs sont cités…

        Bon maintenant faut faire passer le message au Dr Brigitte DANCHIN, médecin nutritionniste, qui affirmée lors de l’émission que seul « 1 SPORTIF » au monde en l’occurrence Rich Roll pouvait avoir une alimentation végétalienne et accomplir de grandes choses dans le milieu du sport!

  10. Alexis

    Salut Jérémy,

    Je lis ton blog depuis plusieurs mois et je me décide à participer à la conversation. De mon côté, j’essaie de suivre une alimentation à peu près paléo. Plutôt dans l’esprit paléo que pur & dur. A la lecture de tes précédents articles, j’avais cru comprendre que tu suivais également ce type de régime.

    Et là dans cet article, tu indiques pratiquer le végétalisme 1 jour sur 2. Est ce une « règle » (ou une aide plutôt) qui s’inscrit dans l’alimentation paléo ou au contraire, tu estimes que le régime n’est pas le plus adapté ?

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Alexis,

      Je n’ai jamais vraiment suivi le régime paléolithique, même si mon alimentation quotidienne s’en rapproche beaucoup. Je consomme toujours occasionnellement des céréales, mais aussi régulièrement des légumineuses qui sont je le rappelles interdites dans l’alimentation paléo.

      Pour cet article c’est plutôt une aide qu’une règle ! Par exemple, en ce moment je suis en mission à Paris et je mange dans la cantine de mon établissement tous les midis. J’ai donc tous les midis la possibilité de manger du poisson que je ne m’achèterais pas d’habitude. Alors tous les soirs je fais des repas végétalien. Tu vois, chacun devrait s’adapter en fonction de ces opportunités et de ces possibilités. Et surtout en fonction de ces convictions et de ces goûts.

      Le régime paléo est selon très bien adapté, si on respecte au moins le choix des aliments les plus naturels possibles et si on privilégie quand même les végétaux.

  11. Ernest Badertscher

    Végétarien c’est très bien, cela devrait être la norme. Meilleur santé, chute des coûts de la médecine.
    Par contre végétalien, c’est une « secte » qui n’a rien à voie avec la nourriture. Pas d’habits de laine, pas de cuir pas de lait, pas d’œufs etc et gros risques de carences (acide folique et vit. B12, sauf si vous pouvez ingurgiter de la spiruline).
    Pour les végétariens, c’est facile d’équilibrer sa nourriture avec des produits laitiers, des céréales, des légumes et des œufs.

    1. jibel

      Je ne peux laisser passer ça sans argumenter sur le sujet . Etant moi-même depuis une quarantaine d’années « macrobiotique » nous avions eus a l’époque , aussi été traités de « secte »
      et plus grave encore Oshawa a été poursuivi en justice par l’ordre des médecins & de la pharmacopée pour usage illégal de la médecine , j’en passe et des meilleures .
      Donc dire que le végétalisme , même si a titre personnel , je n’en suis pas un fan inconditionnel
      il y a trop de différences par rapport avec mon obédience . Dire que c’est une secte , c’est très mal connaitre cette forme de nourriture mon cher Ernest , il te faudrait te renseigner un peu plus avant d’asséner ce genre de , comment dire , ********** chacun y mettra ce qu’il voudra a la place des astérisques . C’est le genre de propos tenu par les cartésiens qui « disent-que-si-ça-n’est-pas-prouvé-scientifiquement-ça-ne-vaut-pas-tripettes » Ah ! St Matthieu quand tu nous tiens ! ! 8-) 8-)

    2. Mélissa

      Attention, il ne faut pas confondre végétaliens et végan! (on mettra la faute sur les médias)
      Le premier terme correspond à un régime alimentaire. Les vétégaliens ne mangent aucun produit animal. Les second, les vegan, en plus, refusent de faire souffrir les animaux dans leur vie quotidienne, donc en effet, plus de lainages, plus de sorties au zoo, etc. De là à dire que c’est une secte…
      Que penser des messages publicitaires qui nous inondent à longueur de journée, pour nous vendre des produits qui nous rendent malades sur le long terme (30% des cancers, par exemple, suite à une mauvaise alimentation)? http://www6.inra.fr/nacre/Prevention-primaire/Vous-informer-sur/Cancers-attribuables-aux-facteurs-nutritionnels-cancers-evitables
      Et que penser des multinationales qui se mettent au neuromarketing pour nous rendre accro? http://toussurlamemeplanete.overblog.com/le-neuromarketing
      Ne sommes nous pas, en quelques sortes, sous l’emprise des gourous de la malbouffe?!
      Concernant l’alimentation, donc les végétaliens, la seule carence, dans un régime équilibré, est la vitamine B12, qui peut être apportée par des compléments.

    3. Desty Nova

      Végétarien c’est très bien, cela devrait être la norme. Meilleur santé, chute des coûts de la médecine. Par contre végétalien, c’est une « secte » qui n’a rien à voie avec la nourriture. Pas d’habits de laine, pas de cuir pas de lait, pas d’œufs etc et gros risques de carences (acide folique et vit. B12, sauf si vous pouvez ingurgiter de la spiruline). Pour les végétariens, c’est facile d’équilibrer sa nourriture avec des produits laitiers, des céréales, des légumes et des œufs. – See more at: http://www.dur-a-avaler.com/devenez-vegetaliens-vegetariens-omnivores-legumes-viandes-produits-laitiers/?replytocom=13651#respond

      Merci de la part de la « secte » dont vous n’avez manifestement jamais considéré les arguments éthiques, et merci de faire l’apologie des produits laitiers malgré tout ce qu’on sait dessus maintenant, je ne vois pas ce que vient faire le lait d’une autre espèce dans une alimentation « équilibrée ». Par ailleurs la spiruline contient des analogues de B12 et non de la B12, ce qui la rend à peu près inutile. Informez-vous avant de portez des jugements aussi délirants sur ce qui vous dépasse.

    4. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      @ Ernest:

      Les internautes ont déjà vivement réagi sur votre commentaire, qui est plutôt mal placé. Je dois dire que j’étais au départ très sceptique sur les alimentations végétariennes et végétaliennes mais en réalité elles ne sont pas étranges que cela, bien au contraire. C’est bien en refusant de manger de la viande, de boire du lait pendant certaines journées que je me suis rendu compte que je me faisais des journées « végétaliennes » et cela sans problème.

      Les termes sont confondants à cause des médias comme le souligne Mélissa mais également à cause des termes français et anglais. Un végétalien se dit « vegan » en anglais et pourtant en français un « végan » est une personne qui ne porte pas de produits animaux, etc, comme l’a dit Mélissa. C’est super ambigu en tout cas.

      En tout cas, rien à voir avec une secte, ça c’est sûr !

  12. nativi

    Bonjour,

    il y a un truc que je ne comprends pas dans le tableau.
    Quand on regarde le total des portions, il faudrait manger 2,6 portions de produits animaux par jour. Ça fait 5 portions de produits animaux tous les 2 jours.
    Ce n’est pas du tout comme 1 portion tous les 2,5 jours !

    J’ai toujours eu du mal avec la notion de portion. Ça vient peut-être de là.
    C’est quoi une portion de produit laitier (1 yaourt ?), 1 portion de viande ou d’œuf (3,5 œufs par semaine ? j’en mange à peine 1) ?

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Nativi,

      En fait le tableau n’est peut-être pas super clair mais en moyenne tu dois attendre 2 jours et demi avant de manger 2,6 portions de produits animaux. On pourrait donc imaginer le jour 1 avec un produit laitier, un morceau de viande et une demie portion de charcuterie. Tu obtiens donc tes 2,6 portions de produits animaux dans la journée et tu peux passer le jour suivant sans aucun produit.

      Pour les produits empaquetés, oui une portion correspond genre à un yaourt. Pour les viandes et tout ça, tu peux en général te fier à la paume de ta main (c’est 240 ml pour un verre et je pense 150 g pour de la viande etc.)

      1. nativi

        Je ne comprends toujours pas : si tu divises 18 portions/semaine par 7 jours, tu obtiens 2,6 portions/jours. Si tu manges 2,6 portions de produits animaux tous les 2,5 jours, tu mangeras 7,3 portions par semaine…

        Ton idée d’être végétarien 1 jour sur 2 colle peut-être plus avec la réalité : quand on mange de la viande, on en mange peut-être plus que 2,6 portion par jour.
        Par exemple : 2 yaourt+1 portion de fromage + 1 viande (midi) + 1 poisson (soir) = 5 portions.
        Dans ce cas, en effet il faut faire « carème » = végé le lendemain.

  13. Fabien Blot

    Bonjour Jérémy,
    Jamais je ne pensais un jour pouvoir me dire que je devrais manger moins de viande voire même limiter cela à des moments occasionnels. Je t’avoue que ce n’est pas facile quand on a pris l’habitude d’en manger chaque jour.
    Avant j’achetais souvent du jambon industriel en me disant que toute façon la viande, c’est sain pour la santé. Depuis que je lis ton blog, j’ai commencé à lire la composition de ce fameux jambon. Et là, c’est bizarre mais je n’ai plus du tout envie d’en manger :-)
    Fabien

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Fabien,

      C’est vraiment un très bon départ cette histoire de jambon ! J’aimerais que mon colloc ait cette prise de conscience (je lui ai d’ailleurs parlé de ton commentaire !) Si en tout cet article a pu te faire réagir sur ta consommation de viande, c’est qu’il a réussi son objectif. Je pense que le maître mot, c’est réduire les quantités et augmenter la qualité !

      1. Fabien Blot

        Le vice est poussé avec les marques de distributeurs. Les GMS ont réussi à nous faire croire que leurs produits sont de « qualité » équivalente aux grandes marques. Suffit simplement de lire la composition du Nutella vs Pâte à tartiner MDD. De tête, il me semble qu’il y a 10% de noisettes chez le premier et 5% chez les mdd. Ca fait cher le kilo de noisettes.

        Depuis quelques temps, même si on achète jamais de Nutella, je nous prépare de la purée de noisettes (noisettes mixées au thermomix), avec du miel, du cacao 100%, un peu de lait de noisettes (de l’eau avec le reste de noisettes restées au fond du mixer) et parfois de l’huile de noix de coco. C’est excellent !

        On m’a déjà fait la remarque que c’était sûrement bon pour la santé mais que cela revenait beaucoup plus cher que le Nutella. Certes mais si je rajoute 60% de sucre, ca devient beaucoup moins cher ;-)

  14. Émilie

    Bonjour,
    merci Jeremy, un article intéressant comme toujours. J’ essaie depuis quelques temps de diminuer ma consommation de viande par rapport effectivement à la qualité mais aussi parce que nous n’avons pas besoin d’en consommer chaque jour, mais j’ avoue que si je n’en mange pas, j’ai la sensation de ne pas être rassasié. Si je prépare un repas composé uniquement de végétaux, il me faut en manger beaucoup et environ 2, 3 heures après, la faim revient à grands pas. Donc pas évident pour moi.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Emilie,

      Je te comprends à 1000 % ! Je pense que si tu souhaite vraiment que la transition fonctionne il faut que tu sois convaincu que l’alternative sans viande est bonne pour toi, rassasiante et que tu auras tout ce qu’il faut pour ton organisme. N’oublie pas que les végétaux sont certes importants mais n’hésite pas à cuisiner également du riz complet, des lentilles (bien trempées et cuites à feu doux), des pois chiches, et de garnir tes assiettes avec des huiles végétales (ou animales) de qualité.

      Pour le faire en ce moment tous les soirs, je peux te dire que je suis vraiment calé ! J’espère en tout cas que tu vas persévérer dans cette démarche ! Et n’hésite pas à revenir si tu souhaites des conseils, il y a beaucoup d’internautes ici avec une expérience incroyable dans l’alimentation !

    2. jibel

      @Emilie,
      Parfaitement d’accord avec Jeremy , par contre il y a une chose indispensables a faire lors de vos repas …. La mastication, est très importante , pour le plus grand bien de votre estomac
      qui vous remerciera … a l’occasion , bon courage 8-)

  15. kiwiforme

    Bonjour, cela faisait plusieurs mois que je n’étais pas venue faire une petite visite sur ton blog, et je suis heureuse de voir que tu es devenu plus modéré dans tes propos et cela me plait bien…
    ( peut être un peu moins pro viande et homme des cavernes  » :wink:  » )…En tout cas je ne sais pas si on te le dit assez, mais je trouve que tu fais un super travail …Merci

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Kiwiforme et merci !

      Plus modéré ? Je ne sais pas trop. Je ne peux pas contester les bienfaits d’une alimentation paléolithique, avec une part de produits animaux de qualité, mais d’un autre côté l’industrie de la viande est tellement surdimensionnée, délétère et irrespectueuse de la condition animale qu’elle mérite de se prendre un coup de frein, et pas qu’un peu. Je suis sensible aux arguments des manifestants contre la maltraitance animale, aux combats des associations comme L214, et il fallait à travers cet article que je deviennes cohérents entre mes idées, mes valeurs et ce que je défends sur le blog.

      Pour ma défense, cet article trainait depuis des mois sur mon PC et pourtant c’est bien celui qui me tenait le plus à coeur de terminer. C’est maintenant chose faite et je suis ravi que cela te plaise.. : )

      Par ailleurs, super ton blog, et je t’avoue que je vais bientôt faire ton gâteau au chocolat sans cuisson !

      Merci encore, à bientôt ! J.

  16. jibel

    @Jérémy Anso,
    Bonjour, j’ai regardé attentivement le graphique je m’aperçois que l’équilibre de cette assiette que vous suggéré n’est pas en accord . La principale source d’une assiette (dans laquelle ne figurera aucun produits et sous produit animaux) est , selon moi 50% de céréales soit riz complet + une autre céréale au choix , légumes aux choix a 20% protéines végétales tempeh, tofu, seitan etc .10% Soupe et algues 10% Chacune . Et les salades, alors? 10% Mais ça c’est pour faire joli dans l’assiette une décoration en quelques sorte ! Quand je rentre a la maison je ne mange pas la tapisserie 8-)
    Les fruits , Ah ! parlons en des fruits ! Est-ce indispensables ? Non ! Surtout les fruits exotiques , papaye, ananas ,goyave etc, etc…Est-ce qu’il y a une culture de tout ces bons fruits en Europe , particulièrement en France ou Belgique , bien sur que non ! Qui plus est coûte la peau des fesses en transports , en stockages . Utilisons les fruits de son environnement , en plus de préférence cuit .
    J’ai remarqué , aussi , que les références citées :

    « Ces portions émanent directement d’une moyenne des recommandations de Lanutrition.fr et de l’école de santé publique de Harvard, qui maîtrise quelque peu le sujet.  »

    Faite par des pseudos scientifiques , qui bien sur , non pas expérimentés sur eux mêmes les résultats de ces somptueuses recherches , me font un peu rire ! Ce qui a été testé par ces organismes doit être pris absolument a la lettre ( panurgisme en clair )
    Pour terminer , j’ai découvert , suite a des problèmes de santé , il y a 40 ans le végétarisme , formidable m’étais-je , ça c’est pour moi…J’ai vite bifurqué vers la macrobiotique , la j’ai trouvé quelque chose plus en accord avec moi-même…En l’espace de trois jours , j’ai viré de mes meubles de cuisine le sel raffiné , les huiles Lesieur et autres cochonneries raffinées , Viré aussi le sucre sous toute ces formes, le café , le thé pour les remplacer par des succédanés
    Je me suis dis tentons , essayons et ça m’a permis 40ans après de pouvoir faire des écarts de temps en temps , avec un grand plaisir . Voila l’avantage de la macrobiotique .
    Maintenant qu’est-ce qui pousse les gens a devenir végétarien ? Souvent par sentimentalisme
    faut pas tuer les animaux , bon , c’est louables …La maladie ? encore faut-il savoir pourquoi on est malade ? La mode ? être végétarien c’est « chic » toutes sorte de raison plus ou moins valables… Cherchons les vrais raisons de se changement après ça sera plus facile ….
    Pour clore mon propos , votre blog est une très bonne chose de toutes façons , une ouverture aux questionnements des gens , une approche intéressante d’une prise de conscience qu’il y a autre chose pour se nourrir……. après , ils feront ce qu’ils leur sembleras le meilleur 8-)
    petit screen d’une assiette selon mes préférences , amuser vous bien, parce qu’il faut , aussi s’amuser quand on cuisine …… Bien a a vous …. J.B.
    https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/t1.0-9/10339741_10201321649317970_8663289970092968381_n.jpg

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      @ JB:

      Ouais mais en fait pendant cette journée végétalienne toi tu fais la promotion de ton mode de vie alimentaire, le régime macrobiotique. Franchement, je n’ai rien contre le régime macrobiotique en fait. Il promeut des valeurs que je défends mais je trouve certains points un peu extrêmes et j’ai même trouvé une certaine mauvaise foi dans ton argumentaire. A ne pas prendre mal, je m’explique.

      Tu dis par exemple de ne pas manger de fruits exotiques sur la base d’un bilan carbone énorme (et je suis d’accord pour la France et l’Europe), je suis d’accord qu’il faut essayer de manger des fruits de saisons et locaux. Sauf que d’après les préceptes de l’alimentation macrobiotique, les fruits exotiques ne sont tout simplement pas tolérés. Donc même pour des personnes, comme moi, qui vivent en région pacifique et tropicale et où l’on peut trouver des fruits exotiques délicieux et ultra sains. Je ne nommerais pas la banane, les letchis, les mangues, les fruits de la passion, les mûres, les pommes locales, les jamelons et tellement d’autres. Ces fruits sont de saisons et excellents pour la santé (j’ai oublié la fameuse papaye) et ne doivent pas être écartés de l’alimentation de ces régions, crus ou cuits d’ailleurs.

      Tu me diras si tu as donc joué sur le bilan carbone et le côté fruit de saison pour les français, car dans d’autres régions de la planète, le régime macrobiotique me semble restrictif.

      Après on pourrait discuter de la place des principaux aliments. Je reste convaincu qu’une assiette, végétalienne ou non, doit être composée à 50% de végétaux (légumes, crucifères, tubercules à IG bas) et ensuite complétée par les céréales, des légumineuses, des algues ou autres.

      L’avantage que tu cites pour le régime macrobiotique se retrouve en réalité dans tous les autres type d’alimentation. Les écarts sont bien évidemment toléré et permettent de relâcher une certaine pression. Et encore, j’estime que l’équilibre n’est pas atteint si l’on a besoin de relâcher la pression par des compulsions malsaines. Je veux dire qu’on peut faire des efforts pour trouver des alternatives « sucrés » ou plaisir différentes, plus saines, moins transformés, comme du nutella maison ou des crêpes sans gluten ni lait.

      Il n’y pas d’alimentation idéale ou parfaite. Le régime macrobio a du bon, mais je bloque sur certains interdits comme le miel, le thé ou le café. Tu me confirmes que le régime macrobio interdit les tomates, les aubergines ou la salade ?

      1. jibel

        @ Jeremy,
        Don acte , je ne savais pas ou tu habitais , j’aurais du regarder de plus près la photo 8-)
        rassure toi , je ne fais aucune Pub pour ma façon de voir les choses de la nourriture ….. En plus je peux concevoir que ta façon de te nourrir est parfaitement compatible avec l’endroit ou tu vis
        le climat , la chaleur , tout ce qu’il faut pour que , justement , cette façon la est la plus évidente …Même si je pense que trop de « négatif » peut nuire a la finalité , ça c’est encore a voir 8-)
        La je dois avouer que je t’envie 8-) L’adaptation a notre macrobiotique ne dit pas de manger QUE du riz complet , chaque contrée bénéficie de sa céréales , en Amérique du sud , c’est le mais en Europe de l’est c’est le sarrasin en Europe ça serait plutôt le blé etc, etc en Afrique serait le manioc peut-être …….Ceci n’est pas restrictif
        ce que je voulais dire ,et je viens d’en apporter la preuve , il faut s’adapter au milieu ou l’on vit…. Ne pas manger a l’européenne quand on se trouve a Tahiti 8-)
        je ne faisait que rapporter mon expérience de 40 ans
        cordialement J.B.

  17. kiwi-forme.net

    Cool… merci pour ta réponse…

  18. LARTISTAFRED

    Ca fait à peu près 7-8 mois que je suis à peu près ce qui est marqué dans cet article (viande rouge une fois par semaine maxi, sinon poisson mais pas tous les jours).
    En gros je mange du poisson 2 fois par semaine en plus de la viande une fois par semaine.
    Sinon des oeufs sur le plat une fois par semaine.
    Donc j’ai trois jours de régime végétalien.
    Tous ça est le fruit d’une lente évolution qui a sérieusement commencé pour moi il y a un peu plus d’un an et demi.
    Je pense que le fait de bannir toute alimentation transformée de ma table m’a grandement aidé aussi puisque j’ai perdu 15 kgs, et que je ne me suis jamais senti en aussi bonne forme.
    Deux fruits par jour, des légumes le midi et le soir et féculents une fois par jour maxi (un ou deux jours par semaine sans)
    Tout ça est venu petit à petit mais je ne me vois pas revenir en arrière, c’est trop agréable de se sentir revivre et bien plus libre par rapport à la nourriture :-).

    1. LARTISTAFRED

      Petite rectification : j’ai trois jours de régime végétaRien par semaine.
      En effet, je consomme toujours un seul produit laitier par jour (avant que je ne m’informe, c’étaient les fameux trois quotidiens soit disant indispensable)

  19. Marc

    Bonjour et merci de cet article,

    Je mange de la viande une fois par semaine. Les autres jours, je mange parfois des œufs, du poisson, du yaourt ou du fromage.

    Mon opinion est qu’il est difficile de se passer totalement de produits animaux, ces produits contenant beaucoup de nutriments essentiels.

    Dans une démarche de respect de l’environnement et de la vie animale, les résultats seraient meilleurs dans le cas suivant :
    -10 personnes diminuent de moitié leur consommation de viande et de poisson, toute leur vie durant.

    que dans le cas suivant :
    -1 personne arrête totalement de manger de la viande et du poisson, toute sa vie durant.

    D’un point de vue pratique il est plus facile de suivre un régime de diminution qu’un régime d’abstinence totale.

    Il me semble plus facile de convaincre un total de 10 personnes de diminuer de moitié leur consommation de viande, que d’en convaincre une seule d’arrêter à vie de manger de la viande. Je suis partisan de solutions pragmatiques comme celle par exemple d’être végétalien un jour sur deux.

  20. Pingback: Revoir le régime alimentaire, comme on est pleins… | djefbernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *