Comment un antidépresseur va peut-être se retrouver prescrit contre le vocid-19… alors que les preuves sont minces et contradictoires.

© Christina Victoria Craft | Unsplash

De la dépression au covid-19

C’est la magie du repositionnement des médicaments.

On fait des sauts de géant entre les maladies, avec des promesses de nouvelles thérapies.

Des promesses… qui n’engagent que ceux qui y croient.

Nous avons accumulé pas mal d’exemples d’échec de repositionnement thérapeutique au cours des derniers mois.

J’ose citer l’antipaludéen et l’antirhumatismal le plus controversé au monde qui commence par Plaque et fini par Nil.

Nous avons eu aussi la colchicine pour le traitement des crises aiguës de goutte.

L’ivermectine continue de faire couler de l’encre malgré les nombreuses déceptions scientifiques.

Aujourd’hui, ce n’est plus un antiparasitaire ou un anti-inflammatoire, mais un antidépresseur qui se retrouve propulsé au rang de traitement potentiel contre le Covid.

C’est un inhibiteur de la recapture de la sérotonine (1).

Vous n’avez rien compris ? Ce n’est pas bien grave.

C’est utilisé contre les gros coups de blues, les états dépressifs et les troubles obsessionnels compulsifs.

Le nom connu du grand public est la fluvoxamine.

C’est le générique du floxyfral.

Qui dit générique dit prix dérisoire.

Qui dit prix dérisoire… dit prix dérisoire.

Bref.

Le Lancet, faiseur de rois

La revue connut pour avoir déchu le roi nommé hydroxychloroquine avec des données bancales, peut aussi faire des rois.

La fluvoxamine est un exemple récent (2).

Car une équipe brésilienne à l’origine d’un méga essai clinique (Together Trial) au Brésil vient de faire publier ses travaux dans le prestigieux journal médical.

Together Trial, c’est un essai clinique qui doit rendre chèvre le plus antisystème.

Pourquoi ? Car quelques semaines auparavant, l’essai clinique s’était penché sur l’ivermectine sans pouvoir montrer de bénéfice.

Pour l’antidépresseur génériqué qui ne coûte strictement rien, l’histoire n’est pas la même.

Ou plutôt, pas vraiment la même.

Mais avec de gros points communs.

Quoi qu’il en soit, l’étude parue récemment est la plus importante et la plus sérieuse qui montre un bénéfice d’une double dose de fluvoxamine pendant 10 jours.

En phase précoce chez des individus relativement à risque.

Relativement, car 44 % des participants ont plus de 50 ans.

Les auteurs fanfaronnent.

Et il y a de quoi.

On note une baisse de :

  • 32 % de visites aux urgences
  • 66 % des hospitalisations
  • 91 % de la mortalité

Bingo ?

Hmmm… pas vraiment.

Comme d’habitude, certains se sont un peu rapidement emportés sur cette étude.

Un peu rapidement emporté sur les résultats.

Sur la méthode aussi.

La méthode.

Le nouveau gros mot à la mode en 2021.

Comment un antidépresseur va peut-être se retrouver prescrit contre le vocid-19… alors que les preuves sont minces et contradictoires.

De la dépression au covid-19
C’est la magie du repositionnement des médicaments.

On fait des sauts de géant entre les maladies, avec des promesses de nouvelles thérapies.

Des promesses… qui n’engagent que ceux qui y croient.

Nous avons accumulé pas mal d’exemples d’échec de repositionnement thérapeutique au cours des derniers mois.

J’ose citer l’antipaludéen et l’antirhumatismal La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. La partie commentaire d'un article réservé aux membres peut être accessible à tous, mais les commentaires des internautes non inscrits n'ont pas vocation à être publié. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.