Copyright 2012 - 2018 Dur à Avaler

Dur à Avaler est un blog d'information sur la santé, la nutrition, l'univers du médicament et les conflits d'intérêts. Le blog est entièrement sans publicité pour faciliter la lecture des articles. Les articles sont le résultat d'une recherche scientifique minutieuse pour apporter des conseils et lancer des débats constructifs. Les article sont rédigés par Jérémy Anso, docteur en biologie et des auteurs invités pour des sujets particuliers. Le blog n'a pas vocation à remplacer le lien entre un patient et son professionnel de santé, mais bien de le renforcer par la confiance, la lecture critique des évidences scientifiques et le rendre plus transparent.

Si les utilisateurs d’homéopathie estiment qu’ils coûtent moins cher à la société, les études scientifiques et économiques semblent indiquer tout l’inverse.

L’homéopathie persiste contre vents et marées

Cela fait plus de 200 ans que l’homéopathie a été inventée par Samuel Hahnemann. Le père de l’homéopathie a expérimenté sur lui-même et sur d’autres le fruit de ses recherches, pour finalement édicté les principes fondateurs de cette médecine non conventionnelle avec :

  • le principe des hautes dilutions
  • la dynamisation
  • le principe de similitude

Dans son aspect le plus pur, l’homéopathe – l’expert en homéopathie – doit réaliser un bilan complet de l’ensemble des symptômes d’un malade pour lui apporter les dilutions adaptés à son terrain et sa personnalité. Par définition, elle est très individuelle, et plus la dilution sera importante plus l’effet sera fort.

Remarque : On considère qu’il n’y a plus la moindre molécule active quand les dilutions atteignent au moins 13 CH. En dessous, il est possible de retrouver d’infimes quantités des ingrédients d’origine utilisés pour la préparation homéopathique.

Malgré deux siècles d’existence, l’homéopathie n’a pas encore su convaincre la communauté scientifique traditionnelle d’une efficacité supérieure à celle d’un placebo – ou effets contextuels. Une guerre scientifique se joue depuis entre les défenseurs d’une médecine fondée sur les preuves et les fervents utilisateurs de l’homéopathie.

Effet contextuel ? On préférera le terme “d’effet contextuel” plutôt que celui de placebo qui est mal interprété et ne permet pas de saisir tous les aspects qui touchent à l’efficacité d’un traitement. Par exemple, plus une consultation chez son médecin sera longue et chère plus l’effet thérapeutique sera important chez les patients.

L’homéopathie bénéficie pourtant de centaines et centaines d’études scientifiques qui attestent d’une efficacité supérieure à celle d’un placebo, dans de nombreux domaines médicaux. Mais ces études favorables sont généralement de faible qualité scientifique (pas de randomisation par exemple); elles ne concernent que peu de patients et sont financées par les laboratoires qui revendent des comprimés homéopathiques.

L’indépendance des études est un critère important dans l’évaluation de la qualité d’une étude. Nous avons de nombreuses preuves scientifiques qui démontrent l’influence des financeurs dans l’écriture des travaux scientifiques, avec des conclusions souvent plus favorables aux sponsors de l’étude. L’indépendance de l’expertise publique est aussi fondamentale.

Les expertises internationales qui ont évalué l’efficacité de l’homéopathie rejettent donc une vaste partie des études scientifiques favorables à l’homéopathie sur des questions méthodologiques, ce qui a pour conséquence de nourrir la théorie du complot du côté des défenseurs de cette pratique, en arguant une sélection à dessins des travaux scientifiques dans l’objectif de nuire à l’homéopathie.

Récemment, la Haute Autorité de Santé (HAS) s’est penchée sur l’efficacité de l’homéopathie actuellement remboursée à 30% par la sécurité sociale. Comme toutes les autres autorités sanitaires du monde, la HAS a conclu à l’absence d’efficacité supérieure à celle d’un placebo, en écartant de nombreuses études, et en attisant la colère du milieu homéopathique français, dont son leader international et français, Boiron.

Une décision incompréhensible pour Boiron, qui est notamment le fabricant du célèbre traitement homéopathique contre les états grippaux, l’oscillococcinum (voir notre enquête sur ce traitement). Ce traitement est utilisé par des milliers de Français malgré le fait qu’il n’y ait aucune preuve de son efficacité dans la littérature scientifique. La dilution du foie de canard de Barbarie est telle qu’il n’y a plus la moindre molécule active dans les gélules sucrées. Boiron a promis de faire tout ce qui était en son pouvoir pour faire changer la décision ministérielle d’Agnès Buzyn.

L’homéopathie sera déremboursée malgré une vive opposition

Le rapport du comité de transparence de la HAS plaide donc pour un déremboursement de l’homéopathie. En principe, la solidarité nationale ne devrait être appliquée que pour les médicaments qui ont démontré une efficacité ou un service médical rendu suffisant.

Les politiciens auront finalement coupé la poire en deux : l’homéopathie sera déremboursée progressivement, 15% dans un an, puis 0% dans deux ans, afin de laisser le temps aux laboratoires de s’adapter à la nouvelle mesure.

Les laboratoires qui fabriquent des médicaments homéopathiques, et tous les praticiens qui la défendent sont montés au créneau pour défendre cette pratique répandue et appréciée des Français. Une vaste campagne de communication, de plusieurs millions d’euros, a été orchestrée pour influencer les politiciens en premier lieu, notamment les députés des régions où sont établies des usines pharmaceutiques qui génèrent des emplois et de l’argent.

À ce jour, plus de 40 députés s’opposent désormais au déremboursement de l’homéopathie reprenant fidèlement les arguments des laboratoires pharmaceutiques, dont Boiron, qui a réalisé de lourdes actions de lobbying à l’encontre des députés, les caractérisant comme du “harcèlement” par la porte-parole du parti présidentielle.

Parmi les arguments pour défendre le remboursement et l’usage de l’homéopathie, on retrouve :

  1. la popularité et l’usage fréquent de la pratique par les Français
  2. les nombreux emplois menacés par les leaders mondiaux
  3. les avantages en termes de coût pour la sécurité sociale, car les utilisateurs d’homéopathie auraient moins recourt à certaines classes de médicaments (antidépresseurs, somnifères, psychotropes…)

L’homéopathie soulagerait la sécurité sociale

Le dernier point concentre les critiques et les débats au sein de la communauté scientifique, médicale et dans la société civile. Les utilisateurs de l’homéopathie sont intimement persuadés qu’ils “coûtent” moins cher à la société, car ils consommeraient moins de médicaments controversés – avec des effets indésirables – et seraient en meilleure santé. Un argument que l’on peut entendre fréquemment, mais est-il pour autant validé scientifiquement ?

Une étude franco-française soutient cette hypothèse, c’est la fameuse étude EPI 3, commandité par Xavier Bertrand quand il était ministre de la Santé, afin d’étudier le rôle de l’homéopathie dans la prescription d’autres classes de médicaments. Cette étude, financée par Boiron, montre que les patients qui consultent chez un médecin homéopathe reçoivent moins de médicaments pour différentes affections (problème de sommeil, anxiété, dépression, infections des voies respiratoires) sans aggraver les pronostics par rapport à des consultations classiques.

L’étude EPI 3 est donc affichée sur la place publique comme la preuve que l’homéopathie n’entraîne pas une perte de chance pour les patients – sans aggravation de sa maladie du à un retard de prise en charge – et permet de réduire les lourdes prescriptions de médicaments controversés, tant sur leur efficacité que leur innocuité (lire l’analyse critique de la grande étude EPI 3 sur l’homéopathie).

Pourtant, l’étude EPI 3 n’a jamais été faite pour démontrer la preuve de l’efficacité de l’homéopathie de l’aveu même des auteurs, mais plutôt de l’effet d’une consultation chez un médecin certifié en homéopathie. Des consultations plus longues et plus chères que chez un médecin conventionnel. D’autre part, EPI 3 concentre des biais méthodologiques et une certaine faiblesse statistique qui rendent toutes les interprétations et généralisations difficiles. Finalement, et c’est pourtant le point qui nous intéresse ici, l’étude ne propose aucune analyse économique qui prouverait l’avantage de cette pratique sur les finances publiques.

Les utilisateurs de l’homéopathie coûteraient plus cher

Les analyses économiques internationales indiquent que les utilisateurs de l’homéopathie coûteraient en réalité davantage à la société que les non-utilisateurs. Des résultats contre-intuitifs et qui vont contre les témoignages positifs et les croyances d’une bonne partie des adeptes de cette pratique alternative.

L’étude Allemande qui dérange

L’étude la plus récente a été conduite chez plus de 42 000 Allemands dont la moitié avaient souscrit à une mutuelle privée spécialisée en homéopathie (1). Au terme d’une analyse de près de trois ans, les souscripteurs du contrat en homéopathie ont eu 1,2 fois plus de dépense de santé que les autres (12 400 € contre 10 400 €). Les deux principaux facteurs qui génèrent des différences de coût concernent le coût des soins hospitaliers (+25%) – notamment an ambulatoire – et de la perte de productivité (+14%).

L’étude allemande n’est pas parfaite non plus. Elle est rétrospective par nature, limitant la puissance de son interprétation, et présente un risque important de biais, notamment dans la sélection des participants. Les souscripteurs au contrat de santé homéopathique ont peut-être un statut social et une conscience de leur état de santé plus élevée que les autres, augmentant ainsi les dépenses de santé.

Concernant le coût des médications, là aussi les résultats de l’étude allemande se heurtent aux idées reçues dans ce domaine. Si l’étude EPI 3 laisse penser que les patients pris en charge par des médecins homéopathes consomment moins de médicaments, l’étude allemande montre que les souscripteurs à la mutuelle en soin homéopathique dépensent 36% de plus en médicaments que les autres. Dans le détail de chaque pathologie (dépression, rhinites, migraines, asthme, etc.), il n’y a aucune différence statistique entre les deux groupes. Précision importante, l’étude ne s’est pas penchée sur les problèmes de sommeil.

Plus chère pour le traitement de l’eczéma

Une étude similaire s’est intéressée à l’effet des traitements homéopathiques et son coût pour l’eczéma atopique chez les enfants, une maladie qui peut fortement troubler les familles devant les difficultés pour traiter efficacement cette affection de la peau (2). Si cette étude qui a porté sur près de 140 enfants ne montre aucune différence dans l’évolution de la maladie entre les groupes, elle indique en revanche des dépenses de santé 2,9 fois plus élevée dans le groupe homéopathie, dont la cause principale est le coût des consultations chez le médecin traitant.

Attention : les résultats de ces études économiques sont à prendre avec précaution à cause des limites méthodologiques. Elles restent néanmoins les seules évidences scientifiques qui apportent des éléments de réponses pour nourrir le débat sur le coût de l’homéopathie pour la sécurité sociale. Si les études tendent à montrer un surcoût avec l’homéopathie, les différences s’estompent après plusieurs années, et pourraient être finalement identiques.

Conclusion : qui coûte le plus cher ?

Nous n’avons pas de réponse absolue et certaine à cette question. Les défenseurs de l’homéopathie soutiennent qu’ils sont une charge en moins pour la sécurité sociale en consommant moins de médicaments, parfois inutiles et dangereux, pour une même évolution des différentes affections étudiées. On parle principalement de maladies bénignes qui disparaissent souvent d’elle-même sans médication.

Quoi qu’il en soit, les seules études à notre disposition montrent plutôt que les patients qui s’orientent vers des mutuelles “homéopathiques”, ou des praticiens certifiés en homéopathie ont des dépenses de santé plus élevée que les autres. Les raisons principales de ce surcoût seraient :

  • la perte de productivité plus importante
  • les coûts plus élevés en hospitalisation
  • les frais de consultation plus élevés des médecins homéopathes (et peut-être une fréquence de visite de plus élevée).
La médecine conventionnelle n’est pas irréprochable bien sûr. Bien souvent, la qualité des recommandations cliniques sont désastreuses et les journaux scientifiques sont régulièrement épinglées pour méconduites scientifiques.

Ces données restent balbutiantes et préliminaires dans l’évaluation réelle du coût de l’homéopathie dans les frais de santé, mais ne semblent pas donner un avantage pour l’homéopathie. Ces résultats invitent donc à la prudence quant à l’intérêt même de l’homéopathie pour réaliser des économies en santé publique, et nous rappellent que les mécanismes financiers en jeu sont autrement plus complexes. D’autres études doivent être conduites pour affiner ces découvertes et mieux comprendre les mécanismes en jeu. Cet exercice économique pourrait être réalisé par l’Inspection générale des affaires sociales, et pourrait aussi s’intéresser au monde vétérinaire, dont une partie des agriculteurs et éleveurs reposent sur l’homéopathie.

Et vous, quel est votre avis sur cette question ? Vous pensez que l’homéopathie est un atout dans la gestion financière des dépenses publiques ?

Total
2
Shares

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

66 commentaires
  1. Je trouve que l’on a tort de tout regarder sous l’angle économique, c’est un peu manquer de vue à long terme.
    Même si l’homéopathie était plus chère que les méthodes traditionnelles, elle n’en reste pas moins efficace et surtout plus naturelle que tous les médicaments traditionnels. J’ai eu 2 enfants soignés par homéopathie sur les voies ORL avec des résultats exceptionnels. Ma fille était constamment sous cortisone (avec les effets à long terme que l’on connaît)et grâce à l’homéopathie, elle a été complètement soignée et guérie. Quant à mon fils, l’homéopathie lui a évité la pause de yoyo dans les oreilles (prix d’une intervention ?…) . Même les paysans utilisent l’homéopathie pour leurs vaches parce que c’est moins cher, plus naturel et plus efficace…

    1. Bonjour Laura et merci de ce commentaire. L’analyse économique ne doit selon pas primer sur tout le reste, on est bien d’accord. On doit parler avant-tout des effets réels sur la santé, etc. C’est justement le travail qui a été réalisé par la HAS sur l’homéopathie, concluant à l’absence d’effet supérieur à celui d’un placebo.

      Mais il est aussi intéressant de prendre en considération l’aspect économique puisque, comme cela est rappelé dans l’article, cet argument est souvent utilisé. D’ailleurs vous l’utilisez vous aussi, en mentionnant les économies que vous avez probablement réalisé en évitant l’utilisation d’un “yoyo” pour les oreilles. (petite question : c’est quoi exactement et pour quel problème de santé ?) Mais là aussi, les seules études économiques que nous avons ne montrent pas un effet si positif que cela sur les dépenses de santé.

      La vue à long terme doit nécessairement mélanger les aspects de santé et économique, pour essayer de dessiner les meilleures politiques de santé publique.

      Concernant votre fille, pourquoi était-elle sous cortisone ? Vous pouvez nous détailler un peu son histoire pour mieux comprendre ce qui a pu se passer ?

      Pour l’homéopathie appliquée en médecine vétérinaire, là aussi, les seules évidences scientifiques à notre disposition ne concluent pas à un effet supérieur à celui d’un placebo. Après, en effet, certains paysans tournés vers l’agriculture et l’élevage biologique se détournent des traitements conventionnelles et choisissent l’homéopathie, mais souvent pour s’occuper de problèmes avec des pronostics très favorables. Autrement dit, des pathologies souvent bénignes et qui résolvent sans le moindre traitement.

      1. Bonjour,
        Dans le village où j’ai habité, j’ai vu les mammites des chèvres soignées par homéopathie. Et le berger qui les soignait tenait compte du caractère de la chèvre! Pour ces mammites, les remèdes étaient différents… ce qui relève de l’homéopathie uniciste.
        L’homéopathe m’a évité la cortisone : j’étais asthmatique peu après ma naissance et le seul médicament qu’on me proposait, c’était la cortisone. Ma mère a suivi les conseils d’un homéopathe dont elle avait fait la connaissance et je n’ai pas eu de cortisone. J’ai soigné, seul, mon fils, lorsqu’il a eu une crise d’asthme très grave (il commençait à cyanoser) : j’ai tenu compte des symptômes particuliers, de l’heure (vers minuit) et j’ai trouvé, heureusement, le bon remède : sambuccus. Un quart d’heure après, la crise était passé. Nous n’avons plus d’asthme ni l’un ni l’autre.
        Je ne sais pas si c’est bénin, mais j’ai soigné la coqueluche de ma fille (qui a duré deux ou trois jours seulement), l’otite de mon fils, réduite à quelques heures (il n’en a plus jamais refait), les varicelles (symptômes différents, remèdes différents) ; je me suis soigné, seule, une mastoïdite, une infection urinaire, et ce très rapidement aussi… Je n’ai plus de grippe depuis plus de 20 ans : dès les premiers symptômes, j’agis – et elle ne se développe pas. Ma fille n’a jamais eu d’antibiotiques à 37 ans, mon fils une seule fois, pour une septicémie dentaire. Alors, non elle ne soigne pas que des pathologies bénignes qui se résolvent sans le moindre traitement. Je peux en attester. Cela dit, elle n’est pas simple à utiliser, je le reconnais : il faut étudier attentivement les réactions particulières de la personne que l’on souhaite aider, ainsi, par exemple, pour une maladie, on va voir si la personne a plus soif que d’habitude, on va lui demander si elle est améliorée par le chaud, par le froid… S’il y a une aggravation horaire, cela sera pris en compte… Ce que je déplore, c’est la vulgarisation qu’en font certains magazines et même certains médecins. Cela la dessert parce qu’évidemment, le remède peut ne pas convenir et il ne fonctionnera pas! Quant à l’aide qu’elle apporte à la médecine classique, ce serait à prendre en considération parce que je suis certaine que ça limite la prise de médicaments, eux, souvent plus chers que les “petites granules”… C’est un adjuvant intéressant dans pas mal de maladies, comme le cancer par exemple. Je pense que la chimiothérapie est plus chère que les remèdes homéopathiques, donc si ces derniers limitent le nombre de chimiothérapies, le coût en sera moindre pour la sécurité sociale, non ? Bien sûr, c’est difficile à chiffrer… Mais ce que je crois, c’est que les laboratoires dont certains ont connu quelques scandales, voient d’un très mauvais œil le succès grandissant de l’homéopathie…

      2. Bonjour Claudina et merci pour ce message,

        “Dans le village où j’ai habité, j’ai vu les mammites des chèvres soignées par homéopathie. Et le berger qui les soignait tenait compte du caractère de la chèvre! Pour ces mammites, les remèdes étaient différents… ce qui relève de l’homéopathie uniciste.”

        L’utilisation de l’homéopathie dans le traitement des mammites a été étudié, et nous n’avons pas de résultat positif concernant cette utilisation. Autrement dit, on est bien dans une maladie bénigne qui disparaît le plus souvent d’elle-même, comme pour le rhume, la grippe, les otites, les diarrhées et même la coqueluche (j’y reviendrais plus bas). On peut y croire, il n’y a aucun problème, et j’ai été un utilisateur de l’homéopathie pour diverses conditions, et je n’ai jamais eu le moindre effet positif (alors qu’avec les huiles essentielles, j’ai pu vraiment voir des *miracles*).

        Après n’oublions pas que certains traitements homéopathiques contiennent encore du principe actif avec de faible dilution, donc un effet pourrait être observé. Quoi qu’il en soit, scientifiquement, comment expliquer que nous n’ayons aucune évidence de cette efficacité même dans les études personnalisées avec un traitement adapté pour chaque patient ?

        L’homéopathe m’a évité la cortisone : j’étais asthmatique peu après ma naissance et le seul médicament qu’on me proposait, c’était la cortisone. Ma mère a suivi les conseils d’un homéopathe dont elle avait fait la connaissance et je n’ai pas eu de cortisone. J’ai soigné, seul, mon fils, lorsqu’il a eu une crise d’asthme très grave (il commençait à cyanoser) : j’ai tenu compte des symptômes particuliers, de l’heure (vers minuit) et j’ai trouvé, heureusement, le bon remède : sambuccus. Un quart d’heure après, la crise était passé. Nous n’avons plus d’asthme ni l’un ni l’autre.
        Je ne sais pas si c’est bénin, mais j’ai soigné la coqueluche de ma fille (qui a duré deux ou trois jours seulement), l’otite de mon fils, réduite à quelques heures (il n’en a plus jamais refait), les varicelles (symptômes différents, remèdes différents) ; je me suis soigné, seule, une mastoïdite, une infection urinaire, et ce très rapidement aussi… Je n’ai plus de grippe depuis plus de 20 ans : dès les premiers symptômes, j’agis – et elle ne se développe pas. Ma fille n’a jamais eu d’antibiotiques à 37 ans, mon fils une seule fois, pour une septicémie dentaire. Alors, non elle ne soigne pas que des pathologies bénignes qui se résolvent sans le moindre traitement. Je peux en attester. Cela dit, elle n’est pas simple à utiliser, je le reconnais : il faut étudier attentivement les réactions particulières de la personne que l’on souhaite aider, ainsi, par exemple, pour une maladie, on va voir si la personne a plus soif que d’habitude, on va lui demander si elle est améliorée par le chaud, par le froid… S’il y a une aggravation horaire, cela sera pris en compte… Ce que je déplore, c’est la vulgarisation qu’en font certains magazines et même certains médecins. Cela la dessert parce qu’évidemment, le remède peut ne pas convenir et il ne fonctionnera pas!

        Personne ne remettra jamais en cause le fait que des personnes expérimentent des guérisons avec l’homéopathie, encore une fois pour des maladies toutes bénignes et spontanément résolutives. J’ai pour ma part eu très peu d’antibiotique, et réussi à me soulager de plusieurs problèmes de santé en arrêtant des polluants, certains aliments, en améliorant mon sommeil, etc, etc. Chacun possède une expérience particulière et est son propre cobaye mais scientifiquement, il faut se baser sur quelque chose pour faire des recommandations ou simplement “y croire”. Dans votre long témoignage, on ne retrouve malheureusement pas la preuve de l’efficacité de l’homéopathie. Avez-vous contrôlé tous les facteurs ? Vos enfants font-ils attention à leur hygiène de vie ? Quelle objectivité avez-vous pour en attester ? Rendez-vous bien compte, on réalise des études en double-aveugle pour être sûr de mesurer l’effet d’un médicament car des biais existent partout. Même l’expérimentateur peut influencer les résultats si il sait qui prend quel molécule. Rendez-vous bien compte que nous avons de mesures objectives pour prendre une décision.

        Quant à l’aide qu’elle apporte à la médecine classique, ce serait à prendre en considération parce que je suis certaine que ça limite la prise de médicaments, eux, souvent plus chers que les “petites granules”… C’est un adjuvant intéressant dans pas mal de maladies, comme le cancer par exemple. Je pense que la chimiothérapie est plus chère que les remèdes homéopathiques, donc si ces derniers limitent le nombre de chimiothérapies, le coût en sera moindre pour la sécurité sociale, non ? Bien sûr, c’est difficile à chiffrer… Mais ce que je crois, c’est que les laboratoires dont certains ont connu quelques scandales, voient d’un très mauvais œil le succès grandissant de l’homéopathie…

        Si vous avez bien lu l’article, justement les études montrent l’inverse. Si, peut-être, les utilisateurs d’homéopathie consomment moins de médicaments conventionnels, ils ne coûtent manifestement pas moins chers à la sécurité sociale. Si vous avez des études économiques et scientifiques qui montrent l’inverse, je suis absolument preneur. Dans le cas contraire, la réalité est celle décrite dans l’article.

        Concernant les laboratoires, j’aurais du mal à me mettre à leur place, mais vu l’argent qu’ils se font comparativement aux labos homéo, je pense qu’ils s’en fichent royalement. Ce n’est que mon avis.

  2. Bonjour Jérémy,

    Je suis un ancien professionnel de la santé de près de 83 ans qui était spécialisé dans les solutés pharmaceutiques injectables.

    Regardez la très intéressante vidéo, que vous connaissez probablement, https://vimeo.com/340077102 ou à partir de la 37-38 minutes mon ami le Prof. Marc Henry de l’Université de Strasbourg met en évidence une toute nouvelle hypothèse qui mérite d’être vérifiée mais mais hypothèse qui tient la route, concernant la transmission des informations d’une dilution à l’autre. On ne parle pas ici d’efficacité mais de la présence de quelques chose de mesurable mais inexistant au départ dans de l’eau pure.

    Sur un autre plan je voudrais préciser que tant que la médecine et la science classique recherchent toujours encore une molécule active dans une solution ou une granule qui n’en contient plus. C’est aberrant. Ainsi nous allons toujours et encore vers des affrontements entre les sceptiques bornés qui s’accroche a mort aux tests classiques et la démonstration des autres avec les effets obtenus sur leurs malades des autres. Il faudra enfin que la science reconnaisse officiellement que nous sommes en présence d’une information de type EM et que c’est cette information peut être rendu visible de nos jours. En plus c’est une thérapie INDIVIDUELLE qui prend en compte l’homme dans sa totalité et non pas un seul et unique symptôme.

    En effet j’ai eu l’honneur d’être en contact il y a 40 ans environ avec le physicien allemand le Dr. Wolfang Ludwig, décédé en 2004, et qui avait construit des appareils de mesures ultra-sensibles des ondes OM émises par les produits homéopathiques. Il était capable, d’après les courbes obtenues de dire de quel produit il s’agissait et à quelle dilution.

    Les différents tests sensibles existants ne sont toujours pas reconnus mais permettent bien de mettre en évidence en évidence entre l’eau pure et une solution homéopathique.

    Je m’adresse enfin aux médecins et autres scientifiques purs et durs. Es-ce une approche scientifique de nier l’existence de quelques chose que l’on ne connaît pas, à la quelle on n’a pas été formé, ou l’on n’a pris connaissance d’aucun document ou livre, et en ne l’ayant jamais expérimenté soi-même !! Les médecins homéopathes sont TOUS à ma connaissance des médecins de formation classique au départ ayant usés leurs culottes sur les mêmes bancs des universités que vous. Sont-ils pour autant plus bête que vous ou simplement plus en avance et à la pointe du progrès par rapport à propre savoir sclérosé ??

    A bon entendeur, salut.

    Richard.

    1. Le commentaire de Richard est excellent ; il reflète mes pensées au sujet de l’homéopathie. Je soigne mes animaux avec l’homéopathie depuis de nombreuses années et également moi-même, quand c’est nécessaire.
      Laura

  3. Tout à fait d’accord avec le texte qui précède. C’est vraiment voir les choses à courte vue que de faire jouer l’homéopathie dans la même cour que les médicaments allopathiques. C’est une médecine un peu trop en avance sur son temps, qui fait appel à d’autres notions que la physique matérialiste, la physique quantique par exemple. Au lieu de nier, cherchons plutôt plus loin et écoutons ceux qui cherchent dans cette voie. Je trouve que cet article fait dans le sensationnel plutôt que dans une vraie recherche d’informations pertinentes. Dommage!

    1. Je trouve pour ma part dommage de taxer cet article de “sensationnaliste” alors qu’il ne l’est pas du tout. Un titre ma foi normal et un texte mesuré en lien avec les seuls travaux scientifiques et économiques à notre disposition. Mais je comprends qu’il puisse déranger vos idées reçues sur ce sujet !

  4. Il y a 40 ans nous (les électroniciens) n’utilisions que des composants à petite échelle d’intégration. C’était la “belle époque” avant les microprocesseurs et la microprogrammation. Tout ça pour dire que j’aurai pas de difficulté à déchiffer le schéma de cette machine inventée par Dr. Wolfang Ludwig. Et je suis très très très curieux de le découvrir ! Comme à la même époque la prodigieuse “oreille électronique” de Tomatis…

    Les pages qui mentionnent Dr. Ludwig font aussi référence au canular de Masay Emoto qui prétendait changer la structure cristalline de la glace en écrivant/dessinant sur l’étiquette du flacon… (En fait il suffit de déplacer légèrement le point visé par le microscope puisque les cristaux sont polymorphes.) Mais je suppose que Ludwig était quelqu’un de sérieux.

  5. Re………..

    Je puis simplement vous dire qu’il était physicien et l’un des grands spécialistes de la magnétothérapie. Pour moi c’était un scientifique de haut niveau naturellement critiqué par beaucoup parce qu’il avait des vues de médecine alternative.

    Il exposait et ses successeurs exposent tous les ans depuis 35-36ans à la semaine médicale de Baden-Baden (semaine médicale) ou se réunissent pendant 5-6 jours entre 4 et 5.000 médecins de formation classique dans un palais des congrès énorme ou sur 5 étages sont exposés tous le appareils de médecine alternative, compléments et médicaments et ou on peut écouter des dizaines et des dizaines de conférences sur les thérapies alternatives et ou l’on peut suivre des séminaires de bases à toutes ses thérapies non reconnues officiellement mais organisées et autorisées par l’ordre ds médecins allemands. Tous ces appareils sont autorisés officiellement d’utilisation par les médecins avec la mention “non reconnu officiellement” J’ai assisté pendant une quinzaine d’années à ces manifestations. J’attend avec impatience que la France suit cet exemple.

    https://www.ams-ag.de/fileadmin/assets/Downloads_Multi_language/Französisch/AMS_francais_Magnetotherapie_Ludwig.pdf

    Ses appareils ont été repris par la maison AMS. https://www.ams-ag.de ou anglais https://www.magnetotherapy.de

    Son parcours. https://www.ams-ag.de/ueber-ams/dr-ludwig.html existe en anglais. https://www.magnetotherapy.de/about-ams/dr-ludwig.html

    Cordialement.

    Richard.

  6. bonjour, je travaille dans le domaine de l’élevage bio et suis en relation avec des utilisateurs d’homéo vétérinaire. J’entends bcp de témoignages de paysans convaincus (souvent un cas de guérison “spectaculaire” qui entraîne une conversion quasi religieuse à l’homéo), mais je n’y “crois” absolument pas cependant. Il faut se rendre compte de la déconnexion des praticiens et des utilisateurs de l’homéo vis à vis du reste de la science vétérinaire ou médicale. La science a la capacité de se remettre en cause et d’avancer “sur-elle même”, elle fonctionne en open-source quelque part. L’homéo découle des travaux supposés d’un bonhomme dont on est forcé de croire en le génie, car on n’a aucune connaissance des données brutes, et aucune donnée statistique ne permet d’appuyer même la construction du socle de l’homéopathie, c’est à dire le synthésis. Celui-ci permet par un mystère incroyable d’associer symptômes et remèdes. Par exemple vous pourrez y lire des choses du style “cheveux – douleur en montant les escaliers”, ou “psychisme réponses par des monosyllabes”, ou (pour ceux qui ne comprennent pas, lisez ou renseignez vous sur le Synthésis, qui est la bible que consultent les praticiens de l’homéo pour vous trouver votre remède, c’est édifiant, une bonne partie de rigolade je vous garantis ..). Je suis conscient que ce n’est pas en soi un argument d’inefficacité et que seule l’étude permet de répondre à cette question, mais tout de même, quelle régression intellectuelle … En tout cas merci d’informer de ce qu’est réellement l’homéopathie, car il y a tellement trop de personnes qui l’assimilent à la phytothérapie.

  7. pardon d’insister, mais les 1ers commentaires sont aussi je trouve un beau reflet de la recherche désespérée de justification scientifique de l’homéo (physique quantique mobilisée comme un mantra, tant que personne n’explique ni ne détaille tout se passera bien, ondes “OM” disparues quel dommage avec leur découvreur génial et incompris et probablement persécuté, etc…)… qui recherche des arguments d’apparence scientifique pour masquer je pense l’absence de preuves solides, avec toujours un certain occultisme romantique très caractéristique de l’époque qui a vu naitre l’homéo, et qu’on retrouve aussi dans le domaine de la biodynamie “canal historique”, peut-être en encore plus flippant (ou marrant) d’ailleurs.. Un peu d”‘hygiène mentale” est toujours nécessaire.

    1. M. Rémi,

      Regardez le lien de la vidéo que j’ai laissé dans les commentaires ci-dessus concernant les dernières recherches, en particulier celle de la transmission des informations faites par le professeur Marc Henry de l’Université de Starsbourg et qui est loin d’être un farfelu.

      Richard.

  8. Je constate que j’ai des dizaines de tubes non utilisés et que je consomme autant de médicaments conventionnels. J’ai décidé d’arrêter car je ne suis pas assez rigoureuse pour prendre 3 à 5 fois les granulées dans la journée et j’oublie l’utilité de chaque tube malgré la liste que je me suis faite. Je ne pense pas être la seule. Enfin, un autre point m’écœure maintenant : la quantité de petites boites en plastique jetées après usage.

    1. J’exagère à peine mais c’est pour vous faire comprendre toute la complexité et tout l’art de l’homéopathe, trouver l’origine du mal et donner au corps une information très précise. Celui-ci reçoit ce signal pour qu’il puisse trouver la solution pour s’auto-guérir. L’utilité d’un produit peut ne pas être la même pour chaque maladie. Un jour un produit X peut vous être prescrit pour un corps au pied et 15 jours après ce même médicament peut vous être prescrit pour une rage de dents.

      Ne jetez lamais des granules homéopathiques dans l’eau de l’égout ou un ruisseau. Les informations risquent d’être transmis et de contaminer l’ensemble du réseau en formant un cocktail dont on ne connait pas les risques.

      Il est vrai que les tubes en plastique posent un problème. Le verre comme dans le temps, mais fragile, résoudrait le problème.

      Richard.

    2. Bonjour,
      L’homéopathie ne s’utilise pas comme la maladie classique : pour un problème aigu, 4 jours de traitement maximum. Pour du chronique, une dose, qu’on ne répète pas… On regarde l’évolution, on “corrige” si nécessaire.
      Achetez-vous un livre simple sur l’homéopathie pour savoir à quoi servent vos remèdes. Ne les jetez pas! On peut dépasser largement la date de péremption (une obligation légale). J’ai des tubes qui ont plus de 10 ans. Pour les tubes en plastique, je suis d’accord avec vous… C’est bien dommage de les jeter. Mais je n’ai pas de solution pour ça. Par contre, donnez-les si vous ne les utilisez pas… Si je peux vous aider à connaître leur utilité, ce sera volontiers. Vous pouvez aussi regarder ici : http://www.homeosurf.fr/wp-content/uploads/Mati%C3%A8re-m%C3%A9dicale-de-Kent.pdf – ou, plus simple peut-être : http://homeoint.org/seror/hering_materia_medica/index.html. En tapant le nom du remède aussi, vous devez pouvoir trouver une description de sa pathogénésie, de ce à quoi il correspond. Souvenez-vous qu’un remède homéopathique ne correspond pas à une maladie, mais à une personne (chronique) ou à un ensemble de symptômes (aigu).

  9. Ce déremboursement des granules homéopathique a fait les gros titres dans les médias .
    Je ne comprends pas car ne plus rembourser 30 % rend-t-il ce médicament inaccessible ? Non puisque , déjà, le patient en paye 70 % et qu’ il est réputé si peu cher !

    1. Bonjour, deux remarques si vous permettez : dès qu’ils ne sont plus remboursés, le prix des remèdes augmente ; on l’a vu avec les oligo-éléments : 8 euros maintenant la boîte!
      Et puis certains remèdes sont relativement chers : les teintures-mères : il suffit de voir celles qui ne sont plus remboursées et qui ont été “récupérées” par les magasins diététiques : de 5 euros (pour les TM remboursées) à 4 fois plus pour celles qui ne le sont pas. Idem pour les macérats de bourgeons (gemmothérapie)…
      Je ne me soigne quasiment que par homéopathie et ce depuis de nombreuses années. Grâce à elle, j’ai soigné mes enfants (asthme, varicelles, otite, coqueluche…) le tout sans antibiotiques. Rien que pour ça, je trouve que cette médecine a sa place et qu’elle devrait continuer à être remboursée. Par ailleurs, personne ne parle du fait qu’elle aide la médecine classique : par exemple, elle est efficace pour aider les malades cancéreux à mieux supporter la chimiothérapie ; elle aide très bien à préparer un accouchement, une opération, une extraction dentaire, etc. Je dirai même que dans les cas de maladies virales, elle propose des remèdes là où la médecine classique est quelque peu sans réponse… Pour finir, je dirai que je me suis soignée une infection urinaire avec germe, sans antibiotiques, ce qui a sidéré mon médecin traitant… Cela dit, je la connais bien… C’est son plus gros défaut : vulgarisée, elle risque de ne plus être efficace (cf. les magazines qui conseillent en une ligne tel ou tel remède pour tel ou tel problème… C’est largement insuffisant)…

      1. Juste pour rappel, aucune de ces maladies (asthmes, varicelles, otite ou coqueluche) ne nécessitent d’antibiotiques (pour les otites cela va dépendre bien évidemment de la gravité).

        Avez-vous aussi des évidences scientifiques soutenant l’affirmation selon laquelle l’homéopathie aide les malades cancéreux ? Ou toutes les autres allégations ?

        Pour votre infection urinaire, c’est délicat de statuer en l’état. Il est vrai que le traitement de base en première intention d’une cystite repose sur l’utilisation d’antibiotique, mais avec de la chance, la cystite peut évoluer dans le bon sens (ou pas et entraîner des complications). Mais dans ce cas bien précis, comment savoir ? Si vous aviez une “cystite simple”, le risque de complication en pyélonéphrite est faible.

        Le fait est que dans la logique de la solidarité nationale, on ne rembourse (normalement car c’est loin d’être le cas, et l’homéopathie n’est pas seule) que les traitements ayant démontrés leur efficacité.

    2. Ce sont les mutuelles complémentaires qui paient la différence.
      Si la Sécu ne remboursent pas, les mutuelles non plus.
      Pour un tube de granules d’un euro, la Sécu rembourse 0.30 centimes mais prélève 0.50 centimes de franchise.
      Y aurait pas une arnaque derrière cela ?

      1. Oui, oui….
        Mais le plus cher, en homéopathie, ce ne sont pas les granules ou les globules (en doses), ce sont les teintures-mères et les macérats de bourgeons (gemmothérapie). Les teintures-mères qui ne sont plus remboursées sont beaucoup plus chères : 12 euros environ les 125 ml, un peu plus de 5 euros quand elles sont remboursées… Et oui, ce sont les mutuelles qui permettent de s’y retrouver! J’avais effectivement constaté que la Sacu prélevait un peu trop sur les granules! De toute façon, on fait tout pour nous faire payer davantage… Les impôts directs (les seuls justes) baissent, mais les impôts indirects ne cessent d’augmenter… Cherchez la logique…

  10. Et pour vous une infection pulmonaire (assez grave) nécessiterait-elle des antibiotiques ? Eh bien, j’en ai eu une, soignée, justement par antibiotiques… Mais j’ai rechuté… Très malade! Une homéopathe m’a soignée en deux jours avec juste de l’homéopathie. Je me suis soigné, seule, une mastoïdite, j’ai soigné la rougeole de ma fille et, comme je l’ai déjà dit, grâce à l’homéopathie, sa coqueluche n’a duré que deux ou trois jours (c’est ancien, je ne me souviens plus précisément, mais j’ai été étonnée de la rapidité). Il y a à Grenoble un médecin homéopathe qui a aidé énormément de cancéreux. Un de mes cousins qui aurait dû mourir à 18 ans, a vécu jusqu’à 40 ans et ce n’est pas le cancer qui l’a tué, c’est une pleurésie… Je suis désolée de voir votre scepticisme… Personnellement, soignée dès l’âge de 4 ans, je remercie l’homéopathie et les homéopathes! J’ai vu des petits “miracles” avec l’homéopathie! Par exemple la crise d’asthme très violente qu’a eu mon fils, tout petit. En 1/4 d’h, la crise est passée! Ce n’est pas une médecine facile à exercer et nombre de livres sont mal faits parce qu’ils proposent des traitements standards. L’individualisation demande une étude très attentive et minutieuse du malade pour espérer ne pas se tromper. Et puis certains remèdes se ressemblent ; il est facile de se tromper…

    1. Chère Claudine,
      Retraité, j’ai l’expérience de la pharmacie d’une vie professionnelle entière bien remplie. Vous n’étonnez que les sceptiques, les négationnistes et les détracteurs qui n’ont jamais été traité par un homéopathe sérieux et compétent. Seul ces derniers croient que les “petits mariables” sont uniquement démontrables scientifiquement et chimiquement !! L’information, on ne connais pas.
      Bonne journée et continuons notre combat POUR que l’homéopathie perdure.
      Richard.

    2. Bonsoir Claudine,
      Concernant le cas de l’asthme, je peux vous citer le cas inverse : jeune adolescent, j’ai commencé à souffrir de diverses allergies “communes” (de “printemps”, chats en particuliers). Ma mère, croyant bien faire, m’a emmené chez un homéopathe qui m’a prescrit tout un tas de granules qui n’ont jamais produit le moindre effet sur les gênes induites pourtant importantes. Les yeux “explosés” continuellement, le nez qui coule en permanence, etc, etc. Sympa pour pour un ado quand on commence à s’intéresser aux filles !!! Et j’étais absolument dénué de tout préjugé, n’y connaissant rien à rien, donc ça aurait pu “marcher sur moi”. Il se trouve que ces allergies ont fini par déboucher un beau jour sur un asthme, pathologie éprouvante, qui nous a amenés à consulter en urgence un médecin qui m’a prescrit du salbutamol (quel soulagement, quelle impression de “revivre”) et divers anti-histaminiques qui m’ont grandement soulagé (moins bien que ceux mis au point depuis lors, mais tout de même). Je n’ai jamais cessé pour cela de bénir la médecine “allopathique” (terme aberrant selon moi) et les savoirs, entre autre, chimique sur lesquels elle s’appuie.
      L’asthme est une pathologie bien explorée et je trouve curieux qu’on puisse faire passer une “crise d’asthme très violente” en un quart d’heure avec ces granules. Mais je vous crois, à l’appui de ma propre expérience : il m’est arrivé fréquemment de sentir une gêne respiratoire légère qui s’aggravait lorsque je savais que mon tube de ventoline était presque vide ou que j’avais oublié de le prendre avec moi. Je SAIS que l’angoisse générée par ce fait peut conduire à la crise. Avec les années, j’ai appris à gérer ce stress (tout en m’endormant en position semi-assise) et souvent cela passe tout seul. Notons que je ne souffre pas d’un asthme “grave” et surtout d’origine allergique, mais pas que (je suis hélas fumeur). Ne pensez-vous pas que votre fils a pu, grâce à vos soins aimants, se sentir soulagé d’abord psychologiquement puis physiquement dans l’épisode dont vous nous faites part ? D’autre part, lorsque vous parlez de “crise très violente”, n’y a-t-il pas une part de subjectivité dans ce lointain souvenir d’une mère sinon affolée du moins désemparée face à un enfant souffrant ? Je sais de quoi je parle, je suis père… De plus, vous semblez vous baser sur UN épisode : est-il raisonnable de se former une opinion sur des faits aussi faibles statistiquement ?
      J’ai 52 ans, je vois le médecin très rarement, la plupart des “fièvres”, rhumes, grippes et autres, je les soigne en attendant que la nature fasse son œuvre. Un calcul rénal ? Oui, là j’achète tout de suite la CHIMIE pour faire passer cette extrême douleur en attendant que ça passe, si ça peut. J’ai eu de la chance, les 3 fois que ça m’est arrivé, c’est passé tout seul. Ce que je vous dire par là, c’est que de nombreux individus qui ne “croient” pas aux vertus supposées de l’homéopathie ne sont pas pour autant des accrocs aux médocs ou des ignorants qui s’ignorent et ignorent l’importance du psychisme et de la nature “holistique” d’un grand nombre de phénomènes qui nous touchent… Par ailleurs, politiquement, je suis assez critique de Big Pharma (dont Boiron fait partie).
      De la même manière qu’il est important que tout le monde s’arrête au feu rouge, il est important de poser des règles “simples” qui s’appliquent à tout le monde. Concernant les médicaments, il en existe une aussi simple : tout produit n’ayant pas fait la preuve d’une efficacité supérieure celle d’un placébo n’est pas remboursé par la collectivité. C’est tout. Il ne s’agit pas de vous juger, de remettre en cause ce que vous pensez/croyez sur la base d’une expérience forcément limitée (je veux dire à votre sphère personnelle). Mais je ne suis pas d’accord pour financer par mes cotisations ne serait-ce qu’un centime des produits qui ne répondent pas à ce critère.
      Je vous respecte, à vous de faire de même en n’imposant pas à l’immense majorité des Français une vision de la médecine qui n’a aucune base sérieuse (même s’ils consomment trop de médicaments, nous sommes d’accord, mais c’est un autre problème que ne résoudra pas l’homéopathie).
      Cordiales salutations

      1. Je compatis à votre histoire. Ce que je peux juste vous dire, c’est que si l’homéopathe vous a donné “tout un tas de granules”, ce n’était pas un bon homéopathe. La loi de similitude fait (et c’est la difficulté) que le praticien va chercher LE remède qui vous convient : il soigne un malade, pas une maladie, encore plus quand il s’agit d’allergies. Petite, je me promenais avec Ipeca dans ma poche et je prenais deux granules dès qu’une crise menaçait… Mais je n’avais que ce remède, lequel avait été choisi en fonction de mes symptômes, de la façon dont l’asthme se manifestait. Je suis d’accord avec vous concernant Boiron, qui fait de plus en plus n’importe quoi : des remèdes mélangeant des centésimales hahnemaniennes… ce n’est pas de l’homéopathie… Pour moi, les vertus de l’homéopathie je les ai vérifiées. Je n’y croyais pas spécialement… ça avant marché pour moi, mais j’ai vu des gens chez qui ça ne marchait pas. Par contre, je me suis dit que mes enfants, pas intoxiqués, pourraient peut-être en bénéficier et je me suis équipée, quand j’étais enceinte. Déjà, enceinte, j’ai eu comme beaucoup d’autres femmes qui attendaient un enfant en même temps que moi, une infection urinaire. J’étais la seule à la soigner par homéopathie. Les autres étaient toutes sous antibiotiques… dont leur bébé a “profité”. Quand j’ai constaté l’efficacité sur mes enfants, dès les premiers mois, j’ai été enthousiasmée… Et comme j’ai habité un village où il n’y avait pas de médecin, j’étais bien contente de pouvoir me débrouiller seule pour de nombreuses maladies infantiles. Mais encore une fois les bouquins sont de plus en plus mal faits : il faut pouvoir choisir un remède et pas suivre des traitements standards… C’est ce qui en fait une médecine compliquée… Je pense sincèrement que la mastoïdite que je me suis soignée en deux jours ne serait pas passée toute seule, ni la coqueluche de ma fille. Maintenant j’espère juste que, peut-être, vous re-essaierai (mais trouvez un bon médecin : uniciste). Bonne soirée.

      2. Je me permet de réagir, on retrouve ici l’argument du “mauvaise homéopathe” si cela ne fonctionne pas. C’est tout de même un peu facile Claudine d’accuser systématiquement les praticiens si le traitement n’a pas été efficace ? Il y a peut-être quelque chose d’autres qui clochent ? L’homéopathie semble si simple et si complexe à la fois. Impossible à utiliser en l’état, on pourrait donc dire que toutes les granules homéopathies en pharmacie ne servent à rien ?

        Concernant votre histoire de l’asthme, je trouve l’exemple d’avoir votre boîte Ipeca avec vous extrêmement parlante. Rien que le fait de l’avoir sur vous et de prendre vos granules pourrait suffire à vous calmer suffisamment pour calmer la crise. Je remarque la même chose chez moi, si j’ai ma “trousse à outils” d’huiles essentielles pour traiter toutes sortent de problème, je suis beaucoup plus en paix et je ne m’en sers jamais. Une coincidence ? Je ne sais pas.

        Concernant la coqueluche de votre fille, en réalité si, elle aurait pu passer toute seule bien sûr. C’est l’évolution normale de la majorité des coqueluches. Ma mère a passé la plus terrible nuit de sa vie avec la coqueluche, elle a juste été pouponné comme tout le monde faisait, sans traitement ni quoi que ce soit. Concernant votre mastoïdite, cette inflammation de l’os dans l’oreille pourrait elle aussi disparaître naturellement. Comment savoir puisque vous avez bien pris le “traitement” ?

    3. Claudine,

      Vos récits concernent quasi-exclusivement des guérisons pour des maladies qui se résolvent la plupart du temps spontanément. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est la science médicale. Quand bien même nous avons de graves maladies, les rémissions spontanées peuvent aussi arriver. Si vous lisez mon dernier article sur le cancer du foie, vous y découvrirez que 1 à 2% des cancers du foie (et même des métastases pulmonaires) disparaissent d’elles-mêmes, avec des explications et parfois sans la moindre explication. Ah ce corps humain ! Quelle drôle de bête ! Cette observation médicale se fait très souvent chez les cancéreux, et c’est bien ce qui pourrait expliquer le cas de votre cousin (et de tellement d’autres personnes, voir les mécanismes en jeu dans mon article dédié).

      Vous êtes en réalité l’exemple vivant que le corps humain est exceptionnel pour se remettre de n’importe quelle maladie. Mais statistiquement, est-ce que votre cas est une preuve de quoi que ce soit ? Sur Dur à Avaler, on confronte la réalité aux preuves scientifiques, or, l’homéopathie n’a malheureusement pas d’études rigoureuses qui attestent de son efficacité. Si vous avez des références, je veux bien.

      Concernant la crise d’asthme de votre enfant, est-ce le traitement qui est en jeu ou bien votre présence calmante et apaisante ? Est-ce que 15 min c’est vraiment court pour une crise d’asthme ? Vous n’avez malheureusement pas de vision d’ensemble et restez centrée sur les petits miracles que vous avez vécu, et que nous vivons tous d’ailleurs, mais que vous attribuez vous à l’homéopathie. Un autre attribuera cela à l’orage, à l’horoscope, à la lune, vous vous avez choisi l’homéopathie. Personne ne dit que c’est mal, bien au contraire, c’est votre croyance, mais cela reste aujourd’hui une croyance.

      PS : concernant votre infection pulmonaire. La rechute était-elle dûe à l’infection pulmonaire ? Aviez-vous correctement pris votre traitement ? Est-ce que la “rechute” n’aurait pas fini de la même façon par disparaître sans traitement ? Et finalement, comment le savoir ? Voilà pourquoi nous avons besoin d’études, or nous les avons, et jusqu’à présent elles ne montrent rien…

  11. Merci, Richard, pour votre message. Je peux le dire : l’homéopathie m’a sauvé la vie. J’ai failli mourir à cause de l’asthme (et certains prétendent que c’est bénin…). Elle m’a permis de soigner mes enfants, souvent seule (nous habitions un village sans médecin, un peu loin de tout). L’homéopathe uniciste que j’ai suivi pendant 29 ans a fait de petits miracles! Ce que je déplore, c’est cet acharnement…. En quoi cela gêne les détracteurs qu’on se soigne avec les granules, globules et autres remèdes homéopathiques ? Au oins, on est sûr de ne pas s’intoxiquer et les enfants en bénéficient avec bonheur, puisqu’ils ingèrent moins d’antibiotiques, moins de médicaments, hélas souvent dangereux…

    1. Merci Claudine,
      Nul besoin de compatir à mon histoire. Depuis, je m’en suis remis… Lorsque je parle de “tout un tas de granules”, je renvoie à un souvenir vieux de 38 ans !!! Donc impossible de juger à ce rebours du sérieux ou non de la prescription, laquelle a pu être le fait (ou non) d’un homéopathe extrêmement compétent voire… uniciste.
      Quant à soigner LE malade plutôt que LA maladie, il me semble que la bronchoconstriction qui affecte les asthmatiques peut aussi bien toucher un Afghan des Hauts-Plateaux qu’un Poitevin ou un habitant d’Amsterdam qu’un natif de la Terre de Feu… Il s’agit du MÊME phénomène physiologique auquel TOUS, s’ils se trouvent vraiment en détresse respiratoire, auront à cœur d’échapper en ayant recours à un établissement hospitalier qui leur prodiguera les MÊMES soins partout sur TERRE (oxygénothérapie, etc.). On se retrouve sur l’unicité !!!
      Pour terminer, la médecine est sans doute COMPLEXE, mais compliquée non !!! Ce n’est pas compliqué de faire tourner les machines et l’immense réseau qui nous permettent d’échanger ce soir, c’est complexe. Mais pour cela, il y a des gens formés et qui savent le faire et d’autres beaux parleurs…. beaucoup moins.
      Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas d’interdire aux gens de croire, il s’agit de décider ce que la collectivité paye ou pas. C’est tout. On peut ne pas être d’accord. Mes respects Claudine

      1. La réponse à Pascal vous était destinée. J’espère que vous entendrez mes arguments.
        Bonne soirée.

    2. Claudine,

      Je me permet de vous dire que vous vous trompez : il n’y a pas d’acharnement contre l’homéopathie. Il y a certes un acharnement, mais contre le remboursement de l’homéopathie, ce qui est très différent. Que vous ayez recours à l’homéopathie ne dérange personne.

  12. Bonjour,
    Petite expérience personnelle:
    A l’occasion de l’extraction de deux dents de sagesse, le stomato me prescrit un traitement homéopathique.
    L’extraction en anesthésie locale est une épreuve assez physique, pour moi comme pour mon agresseur. (Chacune de mes deux dents pousse à l’horizontale et cache un kyste.)
    La dose d’anesthésique est telle que je ne peux plus articuler en sortant du cabinet. Je parviens quand même à bredouiller un “Au revoir merci”, probablement de moi seul compris.
    Mais dès le lendemain et les jours suivants, aucune douleur et un gonflement quasi imperceptible.
    Je n’en reviens pas moi-même, tant les précédentes extractions que j’avais eu à subir m’avaient laissé un souvenir douloureux.
    Ces petites granules étaient elles donc vraiment miraculeuses ?
    Malheureusement je ne le saurais jamais, ayant décidé au dernier moment de ne pas les prendre … pour voir.
    Si j’avais effectivement suivi le traitement, j’aurais pu lui attribuer le mérite de m’avoir évité toutes les sequelles pot-opératoires.
    Mais je n’aurais pas su ce qu’il serait advenu en ne prenant rien.
    Tout ça pour dire qu’on peut aligner mille témoignages de “petits miracles” de l’homéopathie, ça ne représente pas une preuve de l’ efficacité du “médicament” homéopathique. On peut aussi trouver mille exemple de guérison spontanée d’un tas de pathologies plus ou moins bénignes.
    Ce n’est pas parce que je me sens mieux après avoir pris un produit, que le produit est à l’origine de mon mieux-être.
    Le travail de la science est de démontrer les relations de cause à effet, et ce n’est pas simple tant les facteurs à l’oeuvre sont nombreux.
    Pour l’homéopathie, à ma connaissance, ce lien de cause à effet n’a jamais pu être formellement démontré.

  13. Soigner le malade et non la maladie, cela veut dire que pour une bronchite, une crise d’asthme, une laryngite, une gastro-entérite, une infection urinaire ou tout autre maladie, on va tenir compte de la personne : voyez celles qui seront améliorées par le froid, d’autres par le chaud, certaines auront plus soif que d’habitude, d’autres moins, certaines verront leur appétit modifié, d’autres non… etc. Face à une maladie, nous ne réagissons pas tous de la même façon, même si la maladie est la même… C’est en cela que le traitement sera individualisé. Ainsi, si enfant ipeca me correspondait, pour un autre enfant (ou un adulte) il aurait peut-être été nécessaire de faire appel à un autre remède. Rien que pour la toux, une cinquantaine de remèdes peuvent être répertoriés… L’homéopathie est même efficace pour des mammites qu’ont les chèvres, pour soigner des vaches, des cochons… etc. Et soigner une crise d’asthme, ce n’est pas seulement “se sentir mieux”. Une otite bien soignée par homéopathie ? L’enfant n’en fera plus (le cas de mon fils, qui n’en a fait qu’une quand il avait 9 ou 10 ans)… La mastoïdite que j’ai soignée n’était pas imaginaire ; je me souviens de la douleur : soignée en deux jours… Pensez-vous qu’elle aurait disparu si je n’avais rien fait ? Le pharmacien que j’étais allée voir a constaté la guérison et m’a demandé la référence du livre que j’utilisais déjà (il y a près de 30 ans) et que j’utilise toujours… Il y a eu pourtant des études comparatives et certains pays préconisent l’homéopathie… Renseignez-vous. Ce qui est ennuyeux dans le déremboursement, c’est que les prix deviennent libres et donc ils augmentent rapidement : des teintures-mères qui ne sont plus remboursées coûtent 4 à 5 fois plus cher que celles qui le sont encore. C’est dommage de de se priver d’une médecine qui peut non seulement soigner une foule de maux mais en plus aider la médecine classique (préparer une opération ou un accouchement par exemple)… Les personnes qui ont des difficultés financières ne pourront plus se soigner de cette façon ; c’est dommage, ça aussi.

    1. Claudine,

      Pour re-rappelle, il n’y pas de travaux scientifiques qui ont démontré l’efficacité de l’homéopathie dans le traitement des mammites. Cette affection, elle aussi, disparaît dans la majorité des cas sans traitement. C’est une réalité médicale.

      Je suis d’accord avec vous que l’homéopathie peut aider des personnes, et pendant les accouchements, et les hôpitaux qui l’utilise continueront de le faire malgré le déremboursement.

      Votre exemple de la seule et unique otite de votre enfant est emblématique de votre, permettez-moi de le dire, entêtement. J’ai pour ma part fait qu’une seule otite dans ma vie, à cause de la piscine. Après, j’avais toujours de l’huile d’amande douce ou faisais plus attention et je n’en ai plus jamais fait. Sans homéopathie. Autrement dit, il est bon de savoir prendre du recul sur ces expériences personnelles pour se rendre compte que parfois, c’est tout à fait normal.

  14. bonjour,
    je m’interroge sur cette idée répandue que l’homéopathie pourrait être utilisée à profit pour son effet placebo, ou en complément de traitements efficaces dans la prise en charge de pathologies lourdes.
    Est-ce que ça ne pourrait pas entrainer au contraire une réaction de perte de confiance des patients dans le traitement conventionnel, et donc diminuer l’efficacité de celui-ci (pas par magie, mais par psychologie) ? perte de confiance à court terme ou à plus long terme (remise en question plus globale de l’efficacité de la médecine conventionnelle).
    De même chez les médecins, comment concilier l’approche homéopathique et l’approche conventionnelle sans décrédibiliser l’une ou l’autre ?

    Ceci me fait penser à cette étude britannique (dont je ne peux pas discuter la qualité, n’est pas Jérémy qui veut) associant forte prescription d’homéopathie et pratiques médicales de mauvaise qualité (prescriptions de traitements à mauvais rapport efficacité/prix.) (lien : https://theierecosmique.com/2018/04/21/association-entre-prescription-dhomeopathie-et-mauvaises-pratiques-de-soins-en-angleterre/).

    Ceci en plus d’entretenir un réflexe de surconsommation médicale “ça peut pas faire de mal, donc let’s go”.
    (même si j’ai déjà entendu de la bouche d’un vétérinaire homéopathe qu’on pouvait euthanasier grâce à l’homéopathie.. ???)

    1. Pour la première partie de votre commentaire, c’est tout à faire possible. Je suis en train de rédiger un article sur ce sujet, mais il semblerait que l’utilisation des médecines alternatives soient lié avec une bonne adhérence aux traitements conventionnels, et donc entraînent une mortalité plus importante. Affaire à suivre.

  15. Pour aller vite, je n’ai pris que mon exemple et celui de mes enfants, que je connais bien. Mais j’ai vu autour de moi nombre de personnes grandement aidées par l’homéopathie. Un ami, par exemple, a été opéré pour une déviation de la cloison nasale, la première fois sans homéopathie et la cloison s’est mal remise. Il est repassé sur le billard, mais après avoir suivi, quelques jours, un traitement préventif en homéopathie : le chirurgien a constaté, surpris, qu’il y avait très peu de saignements alors que cette opération est réputée pour en causer beaucoup et il était aussi très étonné de la rapidité avec laquelle les muscles retrouvaient leur souplesse, reprenaient leur tonus (Arnica avait bien joué son rôle)… Une crise d’asthme violente qui passe en un quart d’heure, oui, c’est extraordinaire. Si je n’étais pas arrivée à intervenir, c’était le SAMU, présence rassurante ou pas… Et je peux vous dire que je n’étais pas rassurée du tout, un peu parce que j’ai moi-même été asthmatique… Maintenant, croire que l’homéopathie ne peut pas faire de mal, c’est une erreur, par exemple si on répète un remède qui ne nous correspond pas. J’ai même vu un lapin soigné alors qu’il avait un écoulement purulent de l’oeil : quelques granules d’Euphrasia dans son eau de boisson et son problème a été réglé…

    1. Le fait est que tous vos exemples et histoires ne sont pas des preuves scientifiques… Sinon comprenez bien que l’on pourrait croire n’importe quoi et n’importe qui (cf les vendeurs de poudre de perlimpinpin)

  16. L’homéopathie a autant un effet placebo que la médecine classique. Ensuite, elle vient aider les malades, par exemple, à mieux supporter la chimiothérapie, laquelle reste souvent nécessaire en cas de cancer. Je crois qu’on oppose trop souvent les deux façons de soigner. Elles peuvent très bien cohabiter : si je n’ai pas besoin d’antibiotiques, si l’homéopathie suffit, autant utiliser les granules ou les doses qui n’ont pas d’effets secondaires mais si une maladie grave se présente ou si l’homéopathie ne vient pas à bout d’une angine par exemple, alors à ce moment-là il sera conseillé de recourir aux antibiotiques…Pour préparer une opération ou une extraction dentaire quelques granules d’Arnica, avant, sur deux jours, aide considérablement : pas de trace du traumatisme, pas de gonflements, etc. La véritable homéopathie (uniciste) évite nettement la surconsommation! Avec quelques globules, mon médecin homéopathe me soignait et pendant parfois plusieurs mois, je n’avais besoin de rien d’autre… En cas de problème aigu, quelques granules (en tout une quarantaine sur quatre jours, parfois moins) suffisent. Il faut bien choisir le remède et n’en prendre qu’un. La surconsommation intervient quand on vous donne plusieurs remèdes à prendre à différentes heures de la journée. Mais on procède alors comme en médecine classique… La vulgarisation a quelque peu tué l’homéopathie dont on a perdu les principes essentiels, et surtout la loi de similitude. Du coup on en parle à tort et à travers, sans connaître. Et c’est bien dommage.

    1. On est bien d’accord : libre à chacun d’utiliser telle ou telle méthode alternative pour l’aider à supporter un traitement conventionnel ou classique, mais attention au retard de prise en charge justement à cause certaines thérapies alternatives. L’utilisation des antibiotiques est bien sûr trop forte aujourd’hui.

      Après, je me demande bien ce que vient faire la loi de similitude en prévention d’un mal qui va arriver. Comment expliquez-vous que cela fonctionne en l’absence du mal justement ? Peut-on “vacciner” avec l’homéopathie ? Franchement, vous y croyez ? Relire le témoignage précédent qui disait qu’il n’avait eu aucune douleur pour une extraction dentaire sans rien du tout. Personnellement, Deux dents de sagesses retirées en anesthésie générale, aucun médicament ni rien, et aucune douleur rien du tout, un véritable bonheur. Voilà de quoi mettre de l’eau dans son vin.

  17. Bonjour,
    L”industrie pharmaceutique autrichienne https://www.remedia.at dispose de 5.500 remèdes homéopathiques différents à des dizaines de dilutions différentes qu’elle distribue dans le monde entier. Nous avons donc des centaines de fous furieux qui courent à travers le monde croyant en l’homéopathie qui ne traitent qu’avec celle-ci et qui ne meurent pas plus que ceux qui se traitent avec la chimie. Curieux pour un placébo !!

    Quand arrêtez vous de chercher une molécule active comme dans un médicament chimique classique qui n’en contient pas ??
    N’avez-vous pas encore compris qu’il s’agit d’une INFORMATION d’un signal électromagnétique qu’il est possible de mettre de nos jours en évidence et qui permet au corps d’entreprendre une espèce d’auto-guérison. Même un médicament chimique a en partie une action EM.

    Le Prof. Marc Henry de l’Université de Starsbourg va prochainement sortir une étude scientifique qui prouve comment se fait la transmission de ce signal EM d’une dilution à la suivante.

    On ne condamne pas ce qui n’est pas explicable aujourd’hui et qui le sera probablement demain !! Le monde à partir d’être plat est bien devenu rond un jour.

    A bon entendeur salut.

    Richard.

    1. Il faudrait que Jérémy Anso lise votre message.
      Entièrement d’accord et très intéressée par l’étude scientifique qui va sortir.
      Utilisant l’homéopathie depuis plus de 50 ans (j’en ai bénéficié toute gamine), je suis plus que convaincue. Mais si une étude scientifique vient en montrer l’efficacité, ce sera encore mieux, notamment pour avoir des arguments à donner aux sceptiques… Merci!

      1. Chère Claudine,

        J’ai lu avec attention les messages de Richard, et j’ai pu voir à deux reprises le reportage sur l’homéopathie. Un beau reportage, mais bien sûr partisan et peu objectif sur le côté “scientifique” de l’homéopathie.

        Je suis moi aussi très intéressé par la publication à venir du chercheur en question, mais je tiens à préciser que cette étude n’est pas une recherche portant sur l’efficacité ou non de l’homéopathie. Concernant l’homéopathie, nous avons déjà une batterie d’études, dont les plus fiables ne montrent pas d’effet supérieur à celui d’un placebo. Mais l’étude sera intéressante à lire et analyser bien sûr.

        Concernant votre précédent message, comment les granules homéopathiques préparent-elles les muscles ? Concernant les témoignages de médecins, je suis désolé de le répéter une énième fois, mais ce n’est pas parce que le témoignage vient d’un médecin que cela en fait une preuve scientifique crédible. La science fonctionne ainsi que cela plaise ou non.

    2. Bonjour,
      J’attends avec impatience cette étude. Jusqu’ici toutes les tentatives de reproduction des expériences sur la mémoire de l’eau ont échoué. Le seul “effet mémoire” constaté ne dépasserait pas quelques picosecondes.
      Pascal.

  18. Je ne vais pas chercher à vous convaincre davantage, mais voyez les témoignages de médecins homéopathes (qui ont bien plus d’expériences et d’exemples que moi).
    La loi de similitude n’est pas utilisée en prévention (encore que cela dépende de ce que l’on cherche à prévenir). Dans le cas d’une opération, on va préparer les tissus et les muscles et Arnica suffit.
    Si vous cherchez un peu, vous trouverez, j’en suis sûre, des témoignages de médecins.

  19. Chère Claudine,

    Je vois que vous en avez assez de convaincre les sceptiques. Votre bon vouloir est complètement stérile et improductif. Ayant passé toute ma vie professionnelle dans ce milieu complètement omnibulé par les preuves scientifiques et malgré avoir essayées vain pendant près de 40 ans à prêcher la cohabitation harmonieuse entre toutes les médecins sérieuses, je constate que c’est l’échec complet en France. Même nos voisins les allemands, autrichiens et autres suisses, très ouverts, butent actuellement sur les mêmes problèmes car l’Europe est passé par là et les laboratoires pharmaceutiques classiques et autres enseignants des facultés de médecines ont beaucoup top de liaison dangereuses et de collusions avec les décideurs. Il y a beaucoup trop de fric en jeu. Un TRES haut pourcentage d’études dites scientifique sont biaisés de nos jours car financées à grands renforts de fric par le lobbying des uns et des autres.

    Tout ceci me fait penser aux religions. Pas mal de sceptiques sont EGALEMENT des croyants ce qui est très respectable. Pourtant chaque religion se dispute la paternité en ayant le meilleur Dieu et le plus vrai !! J’attend toujours encore de ces scientifiques bornés des preuves matérielles et des études scientifiques béton, impartiaux et indépendants de ce que racontent les religions et de leur enseignement. Là encore on est dans la “croyance” et le “subtil” dont le résultat est exactement le même que dans celui de l’homéopathie que l’on accuse de fonctionner ainsi. Et même si c’était un placébo sans aucun effet secondaire qui me guérit, ou est le problème ?? A défaut je me contenterai de la publications et de preuves scientifiques matérielles des différentes “qualités d’amour” existantes qu’une personne peut apporter à autrui. Les contradicteurs vont me taxer de fou affirmant qu’il n’existe aucune commune mesure de relation entre la la croyance, la religion, l’amour et l’homéopathie mais je me sens bien dans cette catégorie-là.

    Par contre l’expérience menée par le Prof. Henry que je cite dans ma précédente réponse ne concerne PAS l’effet thérapeutique de l’homéopathie sur l’homme ou l’animal mais uniquement la transmission de l’information d’une dilution homéopathique à la suivante. Pour vous, mais également pour M. Jérémy Anso toujours très à cheval sur les expériences scientifiques, je renouvelle ici le lien que j’ai déjà donné pour avoir les premières données des expériences du Prof. Henry

    YouTube « HOMÉOPATHIE UNE AUTRE VOIE _VF » https://www.youtube.com/watch?v=aLpXVuMrFaA entre la minute 39 à 48 minutes.

    Je vous souhaite le meilleur dans votre vie avec ou sans homéopathie mais de préférence AVEC !! N’ayez aucun crainte, l’homéopathie nous survivra tous et la médecine quantique et informative prendra bien le relais un jour ou l’autre même si les sceptiques font barrage. Rien n’arrête le progrès, ni en médecine ni ailleurs, souvent au détriment de la qualité de l’humanité il est vrai. Mais comme je ne crache pas dans la soupe j’ajoute qu’il est évident que la médecine d’urgence, cardiaque etc.. classique gardera bien entendu sa place dans la médecine d’aujourd’hui et de demain.

    Richard.

  20. Bonjour Claudine,
    Dommage que je n’ai pas votre adresse mail privée. J’aurai pu vous envoyer le lien de la vidéo du Prof. Marc Henry qui mène à l’expérience qu’il vient de publier sur la transmission de l’information homéopathique de dilution en dilution.
    Richard.

  21. Désolé Pascal mais il semble que les liens ne sont pas amis à être publiés sur le site. Pour l’instant il n’existe qu’en petite vidéo explicative. Mon long message n’a pas été publié.
    Voir la réponse à Claudine.
    Richard.

  22. A Claudine, Pascal et Jérémy,

    Merci à Jérémy Anso de ne pas avoir finalement censuré mon texte comportant le lien vers la vidéo ou pendant quelques minutes de Professeur Marc Henry montre ses expériences sur la transmission des informations dans les dilutions homéopathiques. (voit lien ci-dessus dans le texte à “Chère Claudine”)

    Ceci va permettre à Claudine et Pascal, comme à autres intéressés d’en savoir un peu plus en attendant la parution de l’étude scientifique définitive.

    Richard.

    1. Merci pour tout, Richard. Il me semble bien que quelqu’un a indiqué le lien de la vidéo dont vous parlez sur Facebook. Je ne vais pas beaucoup là-dessus, mais quand même de temps en temps pour des informations qui m’intéressent, notamment sur l’homéopathie. Cela dit un de mes amis a travaillé sur les cristallisations sensibles et la transmission de l’information à l’eau… Je suis un peu au fait de ses recherches mais je ne maîtrise pas assez le sujet pour opposer des arguments solides aux sceptiques. Ce qui me gêne aussi dans tout ça, c’est que le déremboursement va entraîner une augmentation rapide des prix… Voyez par exemple le cas des teintures-mères qui ne sont plus remboursées ou, plus flagrant parce que plus anciens, celui des oligo-éléments : 8 euros la boîte qu’on payait 2 ou 3 francs “dans le temps”… Les macérats de bourgeons (gemmothérapie) vont aussi voir leur prix s’envoler. Et cette médecine, jusque là accessible à beaucoup de gens va devenir trop chère…

      1. Une médecine accessible à tous mais que personne ne respecte à la lettre et utilise comme il faut ? A vous entendre, il n’existe quasiment aucun praticien qui “sache” faire comme il faut, et a plupart du temps rien ne serait efficace à cause de cette “méconnaissance”. Alors de toute façon, où serait le problème si on raisonne ainsi ? Les utilisateurs de l’homéopathie font partie des classes plus aisés, sont plus éduqués et font plus attention que les autres. Même si les prix augmentent (et il faut attendre de voir de combien), je ne pense pas que cela impactent significativement leur intention d’achat.

    2. Cher Richard,

      Tu me connais bien tout de même et tu sais comment fonctionne Dur à Avaler : il n’y a jamais de censure sauf cas rarissime d’injures et de racismes (et parfois d’harcèlement). Les commentaires sont automatiquement mis en attente de modération par WordPress quand ils contiennent un ou deux liens hypertexte, comme le tient. Il faut donc que je valide manuellement ces commentaires, ce qui peut prendre plus de temps et passer pour une “censure” qui n’en est bien sûr absolument pas une.

      Au contraire, je souhaite que tout le monde puisse voir ce reportage pour se faire son propre avis et puisse le critiquer pour en connaître les limites et le parti-pris de l’auteur de ce reportage.

      Encore une fois, si l’étude de Pr Henry promet d’être intéressante, elle n’est en aucune manière la preuve de l’efficacité de l’homéopathie. Seul des essais cliniques randomisés de qualité permettront de le savoir. Tu connais ma rigueur scientifique, mais aussi mon ouverture d’esprit. Je “crois” en beaucoup de chose qui n’ont aucune validité scientifique, j’ai des côté spirituels que je garde bien sûr pour moi et n’en fait pas une vérité universelle. Par exemple, je médite, je suis convaincu que cela est bon pour moi, même si je sais aussi de l’autre côté que les preuves scientifiques qui attestent de son efficacité sont limitées et méthodologiquement faibles. L’un n’engage pas l’autre.

      Ce message est aussi destiné à Claudine. Pour rappel, des témoignages ne font pas des preuves scientifiques. Qu’ils viennent du président de la république, d’un prix nobel de médecine, d’un ami, d’un parent ou d’une utilisatrice convaincue de l’efficacité de l’homéopathie.

      Finalement, je suis absolument POUR la médecine intégrative qui comprend toutes les thérapies alternatives. Si les patients les désirent et estiment qu’elles leurs apportent quelque chose, alors je ne vois pas pourquoi on devrait s’en priver. Mais cela doit rester complémentaire lors de cas grave.

  23. Cher ami Jérémy,

    Je voudrais finir mes propos par une mise au point.

    Je connais bien ton fonctionnement mais je ne ne connaissais pas cette histoire de vérification WordPress et le temps de parution de ma réponse m’a semblé particulièrement long d’ou ma réaction hyperdermique.

    Je voudrais rebondir sur plusieurs éléments.

    Tu as bien fait de préciser que l’expérience du Prof. Marc Henry ne concerne QUE la transmission des informations homéopathiques d’une dilution à une autre et NON sur un effet thérapeutique quelconque. Je confirme cette précision.

    D’autre part et comme tu l’as bien compris, j’ai uniquement fait un parallèle entre TOUTES les croyances, religieuses comprises, mais on pourrait également en citer bien d’autres, et celles dont sont taxés TOUTES les médecines comme l’homéopathie, la médecine informative, quantiques, soins à distance etc…

    Enfin, les scientifiques dont nous sommes et tous les autres médecins et scientifiques bornés ne devraient-ils pas s’ouvrir et se poser une “vraie question scientifique préalable”, celle d’accorder le “doute” et de ne pas condamner d’avance ce que l’on ne connais pas, que l’on a jamais étudié, ni lu aucun document sur le sujet ni essayé sous le seul argument “qu’il n’existe aucune preuves scientifiques” Une telle approche n’est PAS une approche scientifique !! On expérimente “Avant” et on s’exprime “Après”

    Pour finir je rebondis sur la notion des “témoignages” Si une thérapie sérieuse quelle qu’elle soit donne des milliers de témoignages avec des résultats favorables, la science doit-elle considérer toutes ces personnes comme des menteuses ou atteintes de folies ou bien devrait-elle se remettre en question en faisant bénéficier du doute ces thérapies dont la façon de fonctionner est encore inexplicable aujourd’hui mais le sera peut-être demain ?? Pour exemple on peut citer les médecines de l’Ayurveda, chinoise, arabe etc… qui sont toutes des médecines d’expériences et de témoignages qui n’ont jamais reposées auparavant sur de preuves scientifiques véritable pendant des centaines d’années et dont les peuples ont TOUS survécus et survivent encore aujourd’hui.

    Je comptais parmi mes anciens amis 3 Professeurs d’université dont 2 en retraite, un biophysicien également en retraite aujourd’hui, une chercheuse du CRNS décédée, tous connus sur le marché national, voir international et qui tous font toujours encore ou ont faits, entres autres, des recherches scientifiques taxés de borderline et donc mal vus par leur hiérarchie qui vit dans la hantise de les voir découvrir des choses pouvant nuire et remettre en cause la science ou la médecine académique conventionnelle. A titre personnel il y 30 ans de cela j’ai faillit avoir un procès d’une grosse firme parce que j’avais osé publier sur internet (toujours encore visible sur le net pour les fouineurs) des mesures et un texte qui allait à contre-sens des affirmations de cette fameuse firme. Tous mes amis spécialistes dont il est question ci-dessus m’on tous conseillé, même s’ils me donnaient raison à 1000 %, de fermer mon site n’ayant pas les reins assez solides en tant que particulier pour affronter judiciairement ces géants sans y laisser ma chemise. En plus j’ai été interdit d’assister à leurs conférences-ventes à Strasbourg sous le prétexte que si j’ouvrais la bouche lors des questions-réponses après conférence, plus personne n’achèterai leur camelote à 2.300 € pièce. Ces margoulins ont même osé me faire par écrit ce reproche. C’est ainsi que l’on musèle la vérité.

    Ainsi va la vie d’un chercheur honnête, indépendant et intègre actuellement en retraite depuis de longues années. Beaucoup d’éléments que vous lisez tous à droite et à gauche et dits “scientifiques” sont truqués de nos jours. Dans le domaine médico-pharmaco-scientifique cette façon de truquer la vérité est légion. C’est pour cette raison d’intégrité que j’ai donné ma confiance à Jérémy Anso qui est de la même trempe que moi et que je vous conseille à tous de vous abonner à “Dur à Avaler”

    Richard.

  24. Les homéopathes unicistes sont de très bons médecins et respectent parfaitement ce qu’a enseigné Hahnemmann.
    Ensuite, non, ce ne sont pas que les classes aisées qui ont recours à l’homéopathie. J’en suis une preuve (pardon de me remettre sur le devant de la scène). Et je connais nombre de gens qui y ont recours mais n’ont pas des salairers mirobolants.
    Une pharmacienne a dit à ma soeur qu’après le déremboursement, les prix allaient être multipliés par trois. Pour les granules ou les doses, c’est déjà beaucoup, mais pour les teintures-mères (un peu plus de 5 euros les 125 ml actuellement) et les macérats de bourgeons glycérinés (dans ces prix-là aussi), ça va faire une augmentation conséquente. Les gens vont devoir se tourner vers des médicaments remboursés, dont l’innocuité, hélas, n’est pas prouvée… Il suffit de voir comment un mal de gorge, par exemple, soigné par la médecine classique, déclenche derrière des problèmes digestifs. Rappelez-vous le scandale de l’aspirine… qui causait des ulcères d’estomac… L’homéopathie, elle ne peut pas être accusée de ce genre d’inconvénients! Un dernier exemple : j’ai eu il y a longtemps un rhume très violent et, faute de mieux, j’ai accepté le produit conseillé par un pharmacien : Rinutan. Vous connaissez sans doute. J’ai cru mourir : assèchement violent de toutes les voies respiratoires! Je n’arrivais plus à respirer… J’ai été très malade à cause d’un médicament vendu en vente libre!

    1. En même, prendre un médicament controversé et inefficace pour un rhume Claudine… A quoi peut-on s’attendre si ce n’est avoir des ennuis ? Même le paracétamol est toxique pour le foie si on dépasse la dose journalière. Tout est dangereux dans notre bon vieux monde ! Même l’homéopathie peut l’être si elle entraîne des retards de prise en charge qui aggrave le pronostic.

      Un prix multiplié par trois ? Donc 6€ au lieu de 2€ pour des granules ? Ca va franchement. Les teintures mères restent des produits ultra-spécialisés que le public achètent rarement. Je pense que ça va aller. Pour le côté socio-économique, il y a toujours des cas particuliers, je parle dans la majorité des cas, les utilisateurs de l’homéopathie sont souvent plus éduqué et avec des moyens économiques plus élevés.

      1. Le Rinutan est controversé ? On ne me l’a pas dit quand on me l’a donné (pharmacie). Et je n’ai pas dépassé la dose! Je ne risquais pas… Par ailleurs, j’ai dit que ce n’était pas tant le prix des granules qui risquait d’être élevé mais celui des teintures-mères et des macérats de bourgeons… Et encore une fois, non, les utilisateurs de l’homéopathie ne disposent pas forcément de moyens économiques pus élevés. Pour l’éducation, c’est possible ; j’avoue que je n’en sais rien.

      2. Pour Claudine. Pourquoi utiliser des teintures-mères ? Les plus efficaces sont les plus toxiques (Belladone, Anémone Pulsatille, Aconit…). Hahnemann a d’ailleurs débuté la mise en pratique de l’homéopathie en utilisant des TM pendant une demi-douzaine d’année. Mais c’est par l’expérience qu’il a ensuite découvert l’importance de la dynamisation.
        Les macérats de bourgeons n’ont pas de pathogénésies. Leur utilisation ne respecte donc pas la méthode homéopathique.

  25. Si l’on veut faire une étude statistique pour une pathologie telle qu’elle est définie officiellement, il faudra que chaque personne souffrante soit interrogée et auscultée par une personne sachant manier l’homéopathie uniciste, ce qui fera, pour un bras de mille personnes, mille interrogatoires/auscultations qui déboucheront obligatoirement sur des prescriptions différentes pour chaque patient. Le dosage ne pourra ensuite être qu’être adapté à la réaction de chacun (certains sont plus sensibles que d’autres).
    Comment voulez-vous faire un double aveugle si ces conditions – obligatoires pour pratiquer l’homéopathie – doivent être respectées ?

    J’ai moi-même quelques idées sur un mécanisme possible.

    Je suis parti des travaux de Lasne (1986) (1) puis Demangeat (2013) (2)

    Ce que j’en ai retenu, au delà des spéculations statistiques, est que la dynamisation-dilution modifie le temps de relaxation RMN des protons de l’eau. C’est resté une énigme pour moi, jusqu’au jour où je suis tombé, en préparant mes cours, sur un document des Techniques de l’Ingénieur où l’auteur indiquait que ce temps de relaxation pouvait être modifié (généralement augmenté) par l’introduction dans le milieu d’une très faible quantité de composé paramagnétique (dont la somme des spins électroniques n’est pas nulle). Il en est parlé par exemple dans cet publication du JACS (3).

    J’ai ainsi cherché quel pouvait être ce composé paramagnétique. J’ai d’abord pensé à la modification de l’environnement de l’oxygène dissous sous l’effet de la dynamisation (l’oxygène diatomique est paramagnétique). Demangeat a indiqué qu’il s’agissait sans doute d’une impasse. Et de toutes façons, cela ne permettait pas de proposer un mécanisme pour la transmission du signal.

    Puis je me suis intéressé aux découvertes de Furchgott et Ignarro concernant le monoxyde d’azote, la formation de peroxynitrites dans les inflammations.

    En réfléchissant un peu, je me suis rendu compte que NO, dont le temps de demi-vie intracellulaire n’est pas nul (~4s), pourrait bien être le siège d’un phénomène de Résonance Paramagnétique Électronique, puisqu’il est paramagnétique (spin total de 1/2), et qu’il est plongé comme tout un chacun dans un champ magnétique uniforme, le champ magnétique terrestre.

    Ce phénomène, universel, fait apparaître à partir de l’état énergétique initial de la structure, deux états énergétiques antisymétriques (splitting). Lorsque la structure passe d’un état à l’autre, elle absorbe (état fondamental vers état excité) ou émet (sens inverse) une onde électromagnétique dont la fréquence est égale à gamma*H/(2*pi), où gamma est le rapport gyromagnétique de l’électron, soit 9.10^10 s(-1).Tesla(-1) (4).

    Tous calculs faits, on trouve, avec un champ magnétique terrestre de l’ordre de 10^(-5) Tesla, une fréquence voisine de 140 kHz.

    Dans ces conditions, il est possible de supposer que des ondes électromagnétiques de fréquences voisines puissent être émises par les structures cellulaires paramagnétiques, ces fréquences dépendant comme en RMN de l’environnement. La population de ces deux états est stationnaire, mais l’émission est possible en présence de courants faibles. Il est même possible que ces ondes puissent être un moyen supplémentaire de communication entre les cellules.

    Comment rattacher l’homéopathie à cela ?

    L’étude de Chikramane PS, Kalita D, Suresh AK, Kane SG, Bellare JR. (5) indique que les dynamisations homéopathiques, quelles qu’elles soient, même en-deça de 12 CH, contiennent toujours de la matière sous forme de nanostructures : la matière ne disparaît donc pas, contrairement aux idées reçues.

    Mon hypothèse est que la dynamisation arrache certains électrons pour donner une nanostructure paramagnétique stable, comportant plusieurs dipôles magnétiques caractéristiques de la substance et du niveau de succussion. Ces dipôles fixes peuvent résonner avec les ondes que je suppose émises par les cellules, toujours selon ce phénomène de Résonance Paramagnétique Électronique. Ce faisant, l’énergie interne de la cellule serait légèrement modifiée, ce qui entraînerait un rééquilibrage du métabolisme cellulaire.

    C’est une hypothèse que je n’ai pas la possibilité d’approfondir, mais il me semble que toutes les pistes devraient être analysées. Peut-être est-ce totalement inepte.

    Une des conséquences de mon hypothèse serait l’impossibilité pour l’homéopathie de fonctionner en dehors du champ magnétique terrestre.

    (1)http://www.homresearch.org/…/Baumgartner_High_Field_MRT…

    (2) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23622259

    (3) https://pdfs.semanticscholar.org/…/10028e4964c6d6e13198…

    (4) http://ww2.cnam.fr/physique/PHR101/01_L05_PHR101.pdf

    (5) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23083226

    1. Les teintures-mères, c’est de la phytothérapie et j’en utilise parfois : quelques gouttes dans un peu d’eau…. Mais évidemment, pas celle de Belladone ou d’aconit…
      Les bourgeons, ce n’est peut-être pas de l’homéopathie, mais ils vont être déremboursés aussi et ils coûtent bien plus chers que les granules ; avec le déremboursement, leur prix va considérablement augmenter.

  26. Voilà une approche d’une autre façon d’aborder le problème.

    TRES, très intéressant article qui en finalité permet quand même d’affirmer qu’il se passe bien quelques chose en homéopathie et que ce n’est ni un placébo ni une croyance. Personnellement je suis persuadé qu’avec le temps on trouvera bien les effets de transmission des informations,s d’une solution homéopathique ne contenant plus de molécule chimique active y compris l’explication de son effet thérapeutique. J’ai déjà relaté les recherches de feu Wolfgang Ludwig physicien allemand qui avait construit des appareils de mesures permettant de rendre visible des courbes d’ondes EM ou il lui était possible de quo produit il s’agissait et à quelle dilution. Je pense que ces travaux plus ou Mons confidentiels sont totalement tombés dans l’oubli.

    Merci encore.

    Cordialement.

    Richard.

  27. bonjour,
    je comprends trop pourquoi certains s’acharnent à vouloir démontrer à marche forcée une quelconque “mémoire de l’eau”, en fait un concept nécessaire à la défense de la crédibilité de l’homéopathie qui recèle tellement de concepts incompatibles avec les connaissances scientifiques médicales (la similitude, la dynamisation,…) . Qu’apporte ce concept d’un point de vue médical ? Il faut absolument dissocier la recherche scientifique sur les propriétés de l’eau et la croyance en l’homéopathie. Les infos véhiculées sur les recherches de M. Dupuy me paraissent affligeantes de ce point de vue, mêlant sans clarté recherches, interprétation, croyance. Si on entreprend une démarche scientifique sincère, partant d’acquis pour les améliorer pas à pas, (et sans volonté a priori de défendre l’homéopathie à tout prix), il faut aussi comprendre que toute “vérité médicale” est indissociable de son contexte de l’époque. Ce qui en l’an 1800 et quelques pouvait apparaitre comme un progrès médical, doit être sincèrement remis en question, comme la saignée au moyen-âge ou les médecines des humeurs dont on rigole aujourd’hui mais qui faisaient surement la gloire des médecins de l’époque, et comme tous les traitements actuels dont on rigolera peut-être dans un siècle … L’homéopathie soumise à la preuve scientifique n’a rien démontré, et son concept est actuellement tellement déconnecté de l’approche scientifique pragmatique qu’elle ne peut plus être considérée comme une médecine de notre temps. Libre à chacun de faire ce qu’il veut dans sa cuisine, mais en l’état des connaissances, on ne peut pas la mettre au même niveau que les médecines avérées (remboursement, enseignement en faculté…).
    Nous avons besoin également de la méthode scientifique qui malgré ses difficultés nous permet d’objectiver et de mettre en lumière les “vérités” de notre époque, et bien sur de rester ouverts et non-dogmatiques.

    1. Mais les chimistes et physiciens ne considèrent pas la méthode scientifique de la même manière que les médecins. Alors, qui a raison ?
      La méthode scientifique ne débute pas par la formulation d’hypothèses ex nihilo. Elle commence d’abord par l’observation des faits. Ensuite, on peut formuler des hypothèses utilisant les connaissances physicochimiques déjà confortées. Car la véritable norme ne réside pas dans les études statistiques, mais dans l’utilisation des acquis des véritables sciences dures que sont la physique et la chimie.

      1. Bravo Jengi. Que du bon sens. Vous avez raison mais vous ne connaissez hélas pas la médecine classique rigide et bornée ni leurs représentants. On n’observe pas, on critique tout de suite car pas de preuve scientifique au départ !! Que les rigides bornés apportent donc la preuve scientifique de la non efficacité de l’homéopathie par exemple en utilisant les mêmes critères que les homéopathes = l’observation !! Des milliers de cas de guérison à travers le monde, guéris par des méthodes non scientifiques ou conventionnels, sont équivalent à n’importe quelle preuve scientifique. On observe, on réfléchi, on essaye, on se documente sérieusement, on essaye de comprendre auprès des connaisseurs qui savent et on juge et on critique…….. après. Mais ça, un borné rigide est incapable de le comprendre et de le mettre en pratique !!
        Richard.

    2. Laissons tomber toutes ces discussion sans fin et complètement stériles. Chacun des deux parties en question veut avoir raison et aucun n’a tord !! C’est devenu une habitude.

      Que pense la science des milliers de cas de guérison inexplicables à travers le monde sans preuves scientifiques ??

      Tant que la recherche ne fera pas un pas en avant pour se pencher sur la question de l’information et du subtil on tournera en rond et aucun accord n’est possible.

      Richard.

  28. Merci Richard!
    Vous avez entièrement raison!
    Nombre de pays utilisent l’homéopathie.
    Si vraiment elle ne fonctionnait pas, elle serait tombée dans les oubliettes depuis longtemps…
    Ce qui est aussi inquiétant, je l’ai déjà dit, c’est que les tarifs vont augmenter, les remèdes homéopathiques vont voir leur prix multiplié par trois (et quand on voit le prix, par exemple d’une teinture-mère, un peu plus de 5 euros quand elle est remboursée), on imagine que beaucoup de personnes vont se tourner vers la médecine remboursée, remboursée, oui, mais pas sans dangers! Il va falloir apprendre à faire ses propres remèdes!

    1. Il va surtout falloir apprendre à utiliser la dose minimale nécessaire. Un flacon de 10 g de chez Remedia peut durer plusieurs années en utilisant la dose liquide obtenue en dissolvant un granule dans 25 cl d’eau. ça marche aussi très bien. Lisez le 6ème Organon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.