Une Astuce Efficace pour manger plus de Légumes et moins de Pâtes

pates-riz-legumes-salade-feculent

Un avertissement bien mérité

Cet article pourrait se nommer :

Une Astuce Efficace pour manger plus de Légumes et moins de Pâtes et de Riz.

Pourquoi le riz et les pâtes ? Sont-ils dangereux pour la santé ?

Loin de moi l’idée de vouloir diaboliser les pâtes et le riz (blanc ou complet d’ailleurs), mais l’alimentation d’une personne lambda est bien souvent trop riche en féculents (comme le riz ou les pâtes, mais également les pommes de terre) et trop pauvre en légumes (et en tubercules, légumineuses).

Une personnes lambda a donc tout à y gagner de mieux équilibrer la part de ces deux grandes catégories d’aliments, car les légumes sont nutritionnellement très riches, avec beaucoup de vitamines, d’antioxydants et de nutriments, tandis que les féculents sont principalement des pourvoyeurs de glucides, qu’ils soient complexes ou non.

Ici, il n’y a nul débat sur l’influence du gluten des pâtes ou de l’index glycémique de la pomme de terre, mais bien le partage d’une astuce utilisable par tous afin de diminuer sa consommation de féculents au profit des légumes, ou des végétaux d’une manière générale.

L’astuce se joue à table

Lors de votre prochain repas, vous n’allez pas vraiment faire comme d’habitude. C’est-à-dire apporter tous les plats sur la table et servir tout le monde au fur et à mesure des appétits, et des fringales.

Dorénavant, vous n’allez apporter sur la table que les plats qui doivent être abusés, mangés encore et encore. Je parle bien sûr des légumes, d’une salade avec des carottes râpées, d’un délice de courgettes à la vapeur ou de tomates à l’huile d’olive.

Les assiettes doivent donc être préparées à l’avance dans la cuisine, avec au moins la part de produits animaux (si vous en mangez, comme un morceau de steak ou mieux de poisson) et celle de féculents comme le riz ou les pâtes.

Les convives se retrouvent donc assez éloignés des féculents, et des produits animaux –qui doivent être mangés avec parcimonie – tandis que les légumes sont en libre accès devant leur nez.

La science est de votre côté

Cette stratégie lors de vos repas bénéficie du soutien de la science ! A table ou non, des scientifiques ont démontré que les aliments (mais surtout les sucreries) à vue et facilement accessible étaient significativement plus mangés que les autres, en dehors de la vue et loin (1).

Deux paramètres sont à prendre compte : la distance, donc l’effort à fournir pour récupérer sa nourriture et la vue, que si elle est absente n’implique pas une question mentale du style « ai-je envie de me resservir ? »

Le fait de laisser les plats avec les aliments qui doivent être limités hors de portée et de vue donne à tous les convives toutes les chances de résister a une deuxième fournées de pommes de terre à la place d’un suprême de brocolis au curry, par exemple.

A vous de jouer

Cette méthode peut et doit être adaptée à toutes les situations et à tous les caractères. J’imagine qu’un mari têtu râlant et pestant pour une deuxième assiette de pâte sera difficile à mater.

Pourquoi ne pas y aller progressivement en apportant sur la table une partie seulement des pâtes dans un plat plus petit, pour à la fois limiter les possibilités de se resservir mais également de limiter la taille des portions prises.

N’oubliez pas qu’à chaque fois que l’on regarde un plat tentant, comme des sucreries ou du riz en sauce, notre cerveau nous harcèle pour en reprendre et nous pose autant de fois la question que l’on regarde le plat. Se débarrasser de cette agression visuelle et mentale est une excellente étape pour mettre en place de meilleures habitudes alimentaires !

J’attends avec impatience vos retours d’expériences sur cette méthode, et vos petites stratégies « faites maison » qui pourraient servir !

 


Notes et références

  1. Wansink, B., J.E. Painter, and Y.-K. Lee, The office candy dish: proximity’s influence on estimated and actual consumption. International Journal of Obesity, 2006. 30(5): p. 871

48 Commentaires

  1. Cecile

    C’est drôle j’applique cette méthode un peu différemment. Je commence le repas par une entrée conséquente : soupe ou crudités. Ensuite un plat type pâtes aux légumes (moitié moitié) et on mange ensuite moins de laitages ou de sucres en fin de repas.
    On mange ainsi plus de glucides. Pas de viande le soir chez nous

  2. Magda

    Je ne mange quasiment jamais des féculents….Je n’aime pas des pâtes et étant adepte du paléo, elles me sont tout simplement interdits. ce qui ne m’empêche pas de faire du sport, comme quoi,des féculents n’apportent RIEN contrairement à ce que prétendent des toubibs.

    500 g de légumes et quelques fruits, tous les jours sans parler de la viande et voilà.

    Je pèse 62 kg pour 175 cm à 64 ans ;-)

Les commentaires sont fermes.