Confession d’un Buveur de Lait… Cru

lait-cru-taty-pasteurisation-uht

Des articles anti-lait

Voilà comment on pourrait qualifier mes articles publiés sur les produits laitiers. J’ai depuis le départ écrit des articles sur ce blog qui dénoncent la consommation abusive de produits laitiers ainsi que les effets prétendus bénéfiques.

  • 10 minutes pour convaincre des dangers du lait par-ci
  • La vérité sur les dangers des produits laitiers par-là

J’ai créé avec mes articles un climat « anti-lait » qui est justifié par plusieurs raisons :

L’arrêt du lait de vache a été pour moi une bénédiction. Mes maudites sinusites et rhinites chroniques ont définitivement disparu avec leur terrible allié, le lait de vache.

Des ouvrages majeurs sur les dangers des produits laitiers ont été publiés ces dernières années. Les livres de Thierry Souccar ne sont que des exemples qui illustrent ce mouvement « anti-lait »*.

75 % de la population mondiale ne peut plus synthétiser la lactase, la seule enzyme capable de dégrader le lactose, le sucre du lait (présent majoritairement dans ce dernier).

L’industrie laitière réalise un marketing agressif sur les produits laitiers. Les produits laitiers sont jugés indispensables pour les besoins en calcium, pour la santé osseuse tandis que les experts français font tous du copinage avec cette même industrie.

Ou encore, l’Homme est bien la seule espèce du règne animal qui boit encore du lait à l’âge adulte, et en plus, celui d’une autre espèce.

J’ai défendu ces arguments sur ce blog, mais également dans la vie de tous les jours. Aujourd’hui, après deux ans d’abstinence de lait de vache, je bois de nouveau du lait. Je n’en bois pas tous les jours mais surtout, je ne l’achète pas dans les grandes surfaces.

Je bois du lait cru. La différence est énorme.

La transition d’un discours radical à modéré

Vous avez bien lu, je bois maintenant du lait, et je dois dire que j’ai rarement pris autant de plaisir à ingérer un aliment aussi controversé.

Certains me diront que je retourne ma veste. Moi qui suis pourtant un fervent défenseur de la cause paléolithique, qui bénéficie d’une cohorte de publications scientifiques et d’un bien fondé historique et évolutif, je suis pourtant un buveur de lait, pourquoi ?

Deux internautes ont joué un rôle particulièrement important vers cette transition laitière.

Tout d’abord, ce sont les commentaires de Léa, dans mon article censé vous convaincre en 10 minutes du danger des produits laitiers, qui m’ont mis sur la voie…

Le 15 mars, Léa me disait :

« Ne pas faire la différence entre les produits laitiers UHT/pasteurisés complètement dénaturés qu’on trouve en grande surface et ceux au lait cru d’animaux sains de pâturage? »

Ou encore, dans le même commentaire :

« Faire l’impasse sur les bénéfices des produits laitiers de qualité auxquels a recours, par exemple, la médecine indienne dans le cadre de cures? On ne dit pas que le beurre de vaches ayant pâturé de l’herbe fraîche a un équilibre idéal en oméga3 et 6… On zappe la richesse gastronomique de la France réputée de part le monde pour la qualité de ses fromages d’alpage? »

Du lait bon pour la santé ? Vraiment, mais lequel ? Du lait cru ?

Dans un commentaire suivant, je répondis à Léa qu’il faudrait écrire un guide définitif sur tous les produits laitiers, mais que c’était une somme de travail importante…

Léa me répondit :

« Il existe ce guide! Taty l’a écrit […] »

Le nom était lâché, Taty. Cette auteure a écrit un livre qui réhabilite la consommation de lait cru de qualité et conforte les doutes et dangers de la consommation de lait de vache INDUSTRIEL. Le livre s’intitule « Qui a peur du grand méchant lait ? ».

Je mets l’accent sur le mot industriel car ce fut la première fois que je faisais, dans mon esprit, une distinction entre le lait de vache transformé et vendu dans les grandes surfaces et celui cru vendu généralement par le producteur ou les petits distributeurs.

Jamais je n’avais été capable de faire le distingo entre ces deux produits, pourtant de la même couleur, mais tellement différent. Il ne faut pas oublier que j’attaque en permanence le côté « industriel » des gâteaux, des bonbons, des plats préparés en veillant bien à séparer le bon gras de l’ivraie… et pourtant.

J’étais tout simplement en train de tout mélanger avec les produits laitiers.

L’élixir au lait cru, le poison au lait industriel ?

J’ai donc franchi le pas, j’ai acheté le livre de Taty pour me faire une opinion sur ce fameux lait cru soutenu avec tant d’acharnement par certains internautes.

A la suite de la lecture du livre de Taty, il est clair que ma vision sur le lait avait radicalement changé. La première chose qui avait changé en moi était cette soudaine envie de goûter du lait cru, alors qu’étant petit, je n’aurais jamais ô grand jamais voulu goûter de lait cru qui raisonnait en moi comme un produit dégoûtant, sûrement pas prêt à être consommé.

Mais alors, pourquoi le lait industriel serait-il mauvais et pas le lait cru ?

Sans même prendre en compte la qualité du produit, les transformations industrielles suffisent à expliquer la médiocre qualité du lait vendu en grande surface.

« UHT m’a tuer » ! (disait le lait cru)

Le lait industriel, pour être conservé suffisamment longtemps et être exempt de bactérie, est chauffé, upérisé même. On utilise le terme « upériser » pour UHT ou Ultra Haute Température. Le lait est donc chauffé à 135°C pendant quelques secondes. La pasteurisation quant à elle consiste à chauffer le lait à 80°C pendant une quinzaine de secondes.

Tous ces procédés ne servent qu’à une seule entité, le distributeur. Tous ces procédés de stérilisation et de chauffage permettent de conserver le lait plus longtemps et de le déclarer comme « sain » indemne de bactéries ou microbes en tout genre.

Ces transformations industrielles, en somme plutôt classiques, ne sont pas anodines sur la qualité du produit fini. Vous savez très bien que la cuisson, dès lors qu’elle est excessive et à haute température, dénature la composition des nutriments de l’aliment.

Malheureusement, l’upérisation et la pasteurisation dénaturent les vitamines A, B, C et D ainsi que de nombreux enzymes contenus dans le lait cru. Parmi ces enzymes définitivement perdues, certaines servent bien entendu à mieux assimiler le lait, comme le souligne Taty, avec le cas de la lipase pour les matières grasses.

Au-delà de 60°C, même les protéines se dénaturent et changent de transformation spatiale en 3D, ce qui les rend « non identifiables » par l’organisme et donc non assimilables. C’est pour l’ensemble de ces raisons que le lait industriel est souvent enrichi en vitamines et nutriments de synthèses, des molécules qui ne rivalisent pas avec leurs homologues naturels.

L’upérisation et la pasteurisation sont une chose. Mais les industries laitières et agroalimentaires doivent également fournir un produit unique, identique, standard. Pour réaliser ce genre de produit, identique d’une bouteille à l’autre, l’agroalimentaire homogénéise d’énormes quantités de lait.

Ce procédé permet à la fois de contrôler les concentrations des nutriments, mais également d’éviter l’apparition naturelle de la crème du lait. Selon certaines théories, l’homogénéisation du lait peut entraîner la fragmentation de molécules jusqu’à 5 fois leur taille d’origine, ce qui leur permettrait de traverser la barrière intestinale et d’agir par inflammation sur le reste de l’organisme.

Les procédés industriels dénaturent donc fortement les propriétés du lait avant même d’avoir touché du doigt l’origine du lait, les vaches laitières.

« A vache heureuse, meilleur lait »

Dit Taty dans son livre.

Qu’en est-il de la terrible question des vaches laitières, de l’origine du lait ? Cette question est le plus souvent soulevée par les groupes végétaliens qui refusent les produits laitiers (ainsi que les œufs, la viande et le poisson).

Malheureusement, votre brique de lait sortie tout droit de Carrefour ou Ed ne vient probablement pas des vaches du champ d’à côté nourris à l’herbe, dans des conditions de vie quasi-idéales et quasi (je dis bien quasi) respectueuses de leur bien-être.

Je ne pourrais réellement entrer dans les détails, mais l’élevage intensif des vaches laitières moderne est quelque chose de scandaleux, révoltant mais soutenu à chaque brique de lait industriel acheté.

Ces vaches ne sont pas nourries à l’herbe et à l’ensilage en hiver. Non, ces vaches sont nourries avec de la farine de soja et des tourteaux (un sous-produit de l’industrie de la fabrication d’huile). Bien sûr, ces aliments, ainsi que les conditions de maintenance des animaux, dégradent la santé animale et la qualité du lait produit.

La vitamine A est fortement réduite dans ce type de lait et l’équilibre des acides gras est totalement perturbé. On retrouve notamment un très fort déséquilibre du ratio oméga-6 / oméga-3 en faveur des oméga-6, de 20 pour 1, tandis que l’idéal, et ce qui est obtenu naturellement dans le lait, est autour de 4 à 6 pour 1.

La liste est encore longue, mais imaginez que tous les constituants chimiques (pesticides, fongicides, hormones) traversent la chaîne alimentaire (des graines de soja, aux tourteaux ; des tourteaux aux vaches ; des vaches au lait ; et du lait à vous) de tous les ingrédients pour atterrir d’une manière ou d’une autre dans la viande ou dans le lait.

Pour conclure cette partie, et c’est très loin d’être surprenant, mais dès lors que l’on altère les conditions de vie d’un animal exploité (dans les deux sens du terme) et que celui-ci est nourri d’une manière industrielle non recommandable, on obtient un produit de mauvaise qualité.

Reprenez maintenant le début de ce paragraphe, et appliquez-y l’upérisation, l’homogénéisation, etc, avec le lait industriel. Comble de l’horreur.

La liaison avec le Paléolithique

Les lecteurs adeptes de l’alimentation paléolithique, préhistorique ou type chasseur-cueilleur, pourraient bondir de leur chaise en lisant cet article. Les produits laitiers ne sont pas autorisés dans les régimes paléo car trop récents dans notre « histoire alimentaire » (l’une des preuves flagrantes est l’inactivation générale de la synthèse de lactase).

Pourtant, je suis sûr que les adeptes du régime paléo trouveront des points communs avec mon discours à propos des produits laitiers.

Les meilleurs produits restent ceux choisis bio, sans pesticides ; produits de la manière la plus naturelle qui soit, de préférence crus ; pour se nourrir d’un produit hautement nutritif et sain pour l’organisme. Ces principes généraux sont bien souvent défendus par les « paléovores ».

De ce fait, et même si les codes de l’Homme préhistorique interdisent le lait, boire du lait cru de bonne qualité est une option saine, si toutefois, vous y êtes prédisposé.

Emma fut la 2ème internaute (vous savez, celle dont je parle avec Léa) qui a fait pencher la balance vers une acceptation des produits laitiers, au lieu d’un rejet en bloc, sans réflexion.

Dans l’un de ses deux commentaires, Emma nous précisait que l’Homme s’est avantageusement adapté à la consommation de lait cru en inhibant le phénomène de sevrage, en conservant la fameuse lactase même adulte.

Ces hommes et ces femmes existent bel et bien, ils vivent principalement dans les pays nordiques. Ces Hommes sont donc dotés d’une mutation génétique ancestrale qui leur a permis, jadis, d’avoir un meilleur taux de survie et de reproduction. C’est donc tout logiquement que cette mutation s’est répandue comme une traînée de poudre dans ces régions du globe.

Sauf qu’aujourd’hui, les puissants guerriers nordiques aux barbes blanchies de lait cru, ne sont pas épargnés par des factures osseuses, car ils ont bien évidemment troqué leur remède originel contre le liquide blanchâtre de notre industrie moderne.

Une conclusion se dessine donc selon moi. La porte des produits laitiers ne doit pas être fermée (sauf pour les adeptes de régimes ancestraux ou type végétaliens) sans avoir pris la peine d’essayer les laitages crus de qualité.

C’est un fait, les personnes intolérantes au lait industriel ne sont généralement pas intolérantes au lait cru, de bonne qualité.

Les points importants à retenir

Avant de commencer cette expérience, vous devez reconnaître que même cru, le lait n’est pas un aliment pour une consommation quotidienne et excessive. Dès lors que nos aïeux ne connaissaient pas l’insémination artificielle, ils ne bénéficiaient pas de lait cru en permanence, c’est un point important.

Deuxièmement, il est important que vous restiez attentifs aux réactions de votre organisme. Même sous lait cru, il est possible que vous ne le tolériez pas. A ce moment-là, les laitages ne semblent pas être faits pour vous, la porte paléo vous est donc ouverte.

Finalement, boire du lait cru est une bonne chose (si toutes les conditions précédentes sont réunies) mais l’associer avec des céréales UHS pour Ultra Hyper Sucré n’est probablement pas l’idée du siècle. Il conviendrait plutôt de boire un verre de lait nature, et de revoir son petit déjeuner (des fruits, des tomates, des œufs, de la salade…)

Pour les moins inventifs, voici un excellent article de Florian, du blog Naturo-Passion, qui vous donnera des idées pour un meilleur petit-déjeuner.

Pour les autres, si cela peut vous aider, voici mon expérience

Ce que je bois depuis 1 mois

J’ai bu mon premier verre de lait cru il y a presque un mois, et jamais je n’aurais cru que le goût me plairait à ce point. Durant mon adolescence « laitière », même si j’adorais mon bol de lait aux céréales machin-pops, je ne buvais pas de lait nature.

J’ai donc la chance d’avoir une ferme près de chez moi qui vend son lait cru au cas par cas, selon le stock et la demande. J’en consomme environ 2 litres par semaine, à raison d’un verre le matin (parfois avec une cuillère de miel) et parfois un second le soir.

Dès que mes stocks sont dévorés, et bien non, ce n’est pas la crise de panique ! No stress ! (pas comme à l’adolescence, où je pouvais faire une crise de nerf si le lait n’était pas FRAIS au réveil, ou pire VIDE !)

Non, dorénavant, j’attends que la semaine se passe puis je m’arrête à l’occasion chez mon revendeur pour y reprendre deux, parfois trois litres. Il arrive souvent qu’il n’y ait tout simplement pas de lait. Aucun problème, on verra dans une semaine !

Et vous alors, c’est pour quand le lait cru ? Pour aujourd’hui ou pour demain ?

PS : le lait cru caillé est toujours aussi « bon » pour la santé, il suffit simplement de l’agrémenter un peu pour « masquer » le goût !


Notes et références

  1. La plupart de ces informations ont été piochées dans le livre dédié de Taty : Qui a peur du grand méchant lait ? (lien Amazon affilié)
  2. (*) Il est à noter que Thierry Souccar n’est pas un anti-lait, il l’a d’ailleurs expliqué dans une interview dédiée à ce sujet (je tenez à la préciser pour éviter tout malentendu).

165 Commentaires

  1. Emma

    Salut Jérémy,
    Je trouve ca super de remettre continuellement en question ses acquis, sans aprioris. Je ne pensais pas que le commentaire que j’avais posté sur l’évolution aurait cet effet là ^^. Le lait cru, c’est délicieux. Et il est certain que ses propriétés nutritionnelles n’ont rien à voir avec celles du lait industriel ! Personnellement, je ne consomme plus de lait ni aucun produit animal d’ailleurs (comble de l’ironie, une des personnes ayant participé à ton changement d’opinion est végétalienne ^^, preuve de la neutralité de mon commentaire) car, pour qu’on puisse boire du lait, il faut un veau qui lui n’en a pas. Mais il s’agit là de questions éthiques et chacun a ses propres idées.
    Je voulais juste rebondir sur le taux de fractures (et d’ostéoporose) dans les pays de Scandinavie, grands consommateurs de lait. Le lait, comme tout produit animal, acidifie le sang. Le corps libère alors dans le sang du phosphore qui rétabli le pH physiologique. Le phosphore provient de nos os dans lesquels il forme un complexe avec le calcium. Pour libérer du phosphore, il faut donc aussi libérer du calcium, ce qui, à la longue, fragilise les os. Le calcium une fois libéré dans le sang n’est pas réabsorbé par l’organisme mais filtré par les reins et évacué sous forme d’urine. Et par conséquent, il en va de même pour le calcium issu de la digestion du lait… Ceci expliquerait pourquoi les plus grands consommateurs de lait (et donc de calcium) au monde présentent également l’un des taux de fractures et d’ostéoporose les plus importants. Existe-il un lien entre acidité d’un produit animal et sa méthode d’élevage ? Je ne sais pas. Mais pas de panique, je reste persuadée, comme toi je pense, que c’est la qualité d’un produit et la fréquence à laquelle on le consomme qui définissent s’il est bon pour la santé ou non.
    Merci pour cet article.

    Emma

    1. Olivier Ramirez

      Je suis pas convaincu par cette histoire d’acidité du sang et d’ostéoporose. Oui les produits animaliers si on prend l’indice PRAL augmentent l’acidité, mais on a tendance à dire qu’il faut qu’on compense cette acidité mais au niveau de l’estomac on a besoin d’acidité et notamment d’acide chlorhydrique pour éliminer les pathogènes.

      J’ai l’impression que le problème des produits laitiers industriels c’est plutôt le fait qu’ils sont en grande partie dépourvus de ce qui permet l’absorption intestinale du calcium et sa fixation, vitamine D et vitamine K2,que nous sommes généralement en carence nous même, les problèmes intestinaux pouvant aussi nous empêcher de bien utiliser la vitamine D ingérée. Et par rapport à l’argument de claudisa sur la consommation de graisse pour l’absorption du calcium s’oppose aussi un autre mécanisme qui est celui d’une molécule de calcium qui se lie a deux acides gras saturés pour former un savon qui va jouer le rôle d’une fibre au niveau du côlon avant d’être évacuer dans les selles.

      1. zohra

        Bonjour, j’arrive un peu tard dans ce débat mais je voudrais témoigner. Je suis dans une démarche santé depuis une dizaines d’années, et je suis passé aussi bien par la macrobiotique que par le cru végétalien(echec). Depuis 3 ans environs, je me suis contentée de manger normalement en excluant le gluten et les laitages. Je me suis bien senti, mon corps à changé, j’ai pris du muscle pendant environ les deux premières années….puis ça à commencé à se gâter, fatigue, déprime, manque de volonté, gros problèmes de caries …forte envie de manger…des fromages et des yahourts!!! Pour moi qui était convaincue de leur nocivité c’était le comble!! Bref, après analyses on constate un manque de vitamine d, donc également calcium. Je me supplémente et commence à manger des laitages à base de lait cru, en privilégiant les chèvres et brebie. Je vais beaucoup mieux! ET AU BOUT D’UN MOIS MES CARIES ONT DISPARU, CONFIRME PAR LE DENTISTE) J’ai compris avec le recul ce qui à provoqué la crise: Je suis rentrée en france( normandie) après des années passées en Italie! Donc tout les étés quasi 4 mois à prendre la soleil, effectivement la vitamine d est donc synthétisée naturellement, et les laitages ne sont pas indispensables…comme quoi! La sagesse populaire…en Normandie les gens mangent naturellement plus de fromages…

        1. Sylvain

          « ET AU BOUT D’UN MOIS MES CARIES ONT DISPARU, CONFIRME PAR LE DENTISTE) »

          Voyons c’est impossible ;)

          1. zohra

            Pourtant ce que je raconte est vrai, je l’ai vécu…bien à vous

            1. zohra

              Ho! pardon ! Je n’avais pas vu votre article sur le sujet ! Nous commençons donc a être un certain nombre à constater ce type d’impossibilité ;-)

        2. Ishtar

          Bonjour, j’aurais souhaité savoir à quelle fréquence et quelle quantité vous prenez le lait cru, et sous quelle forme.Aussi si ce n’est pas trop indiscret pour quelle raison avez-vous suivi ces divers régimes.Votre exemple m’intéresse vraiment car j’ai plusieurs maladies auto-immune et multi-intolérances alimentaires et médicamenteuses et je fait aussi un régime sans gluten lait lactose oeufs…depuis un moment.Mais les résultats sont en baisse je trouve! J’ai commencé à donner du fromage de vache au lait cru à mes filles qui sont aussi dysimmunitaire et multi-intolérantes.Elles ont l’air de le supporter alors que le lait de supermarché sous toutes ses formes leurs déclenchent de grosses crises d’asthme allergies pollen éternuement sinusite psoriasis et arthrite…alors qu’elles ne sont soient disant qu’intolérante alimentaire!!! Merci d’avance pour votre réponse!

    2. Gérald

      Attention aux mélanges et méprises… Certes, le calcium constitue bien les os, et associé à la vitamin D, en manquer ne vas pas dans le bon sens vis-à-vis de leur solidité; c’est un fait. Néanmoins, il faut aussi avoir à l’esprit que la masse osseuse représente egalement l’unique, indispensable et formidable stock de calcium pour l’organisme – calcium primordial notemment dans les fontions nerveuses et musculaires.
      Ensuite, ma petite contribution se contentera de mettre en garde contre certaines visions « idéalistes » des modes de vie passés, voire ancestraux. Certes, il est évident qu’un régime trop riche en viandes par exemple ou graisses animales est néfaste, puisque nous avons besoin de tout, en quantités raisonnables; les abus ne sont jamais bons, quels qu’ils soient – quelle évidence je pose là… Cela dit, quel que soit notre mode alimentaire occidental (de pays riches) – je vais penser aux apports en sucres, sel, graisses animales, protéines (sans évoquer la quantité vraisemblable de perturbateurs en tous genres que nous ingurgitons par toutes les voies possibles) qui dépassent généralement le bon sens, sans même prendre en compte le cas des modes de vies excessif et de la convenue mal-bouffe – nous n’avons jamais vécu aussi longtemps, et en aussi bonne santé. Beaucoup de raisons derrière, nul besoin de les citer tant les principales sont évidentes. L’importance croissante des maladies liées à l’âge en est une singulière illustration. Les cancers également, pour un certain nombre d’entre eux (on exclut évidements ceux consécutifs à l’incidence des perturbateurs modernes type chimie organique, fibres, rayonnements…). Pour preuve donc, de l’incidence favorable de l’alimentation moderne sur la santé humaine – malgré ses effets pervers.
      Maintenant, le plus important reste la paix et l’équilibre intérieur de chacun, que chacun soit en communion avec son mode de vie – en dépit de la rationalité. Cela ne se discute pas: il sera souvent impossible de convaincre un adepte de végétalisme ou de régimes en tous genres y compris paléolithique, de l’absurdité rationnelle de tels choix, mais finalement, cela a-t-il une grande importance, du moment qu’il est heureux ainsi? D’ailleurs, ne dit-on pas « heureux, les simples d’esprit »?

    3. danielle dubus

      bonjour Emma, Bonjour à tous,
      le problème du lait industriel (UHT) se trouve da

  2. superlightman

    Il est certains que le lait cru est bien meilleur que le lait pasteurisé, maintenant ça n’enlève rien à la plupart des problèmes que pose le lait. En manque d’aspiration en ce moment ? un article juste pour faire parler?

  3. Léa

    Coucou Jérémy,

    Merci pour ces nouvelles fraiches et le partage, c’est super que tu aies fait ta propre expérience !

    Pour moi la force du mouvement paléo c’est de se fier à ses propres instincts, ça n’est pas se tenir à une liste d’aliments ou de règles de vie en se demandant « est-ce que c’est paléo ou pas »?

    Ironiquement, comme Emma, je ne consomme pas non plus de lait cru pour le moment mais je pense ré-essayer bientot :-)

    Bonne route à toi et longue à vie à Taty !

  4. Florian@Naturo-Passion

    Selon les chiffres de l’ANSES (2009), le lait consommé en France, l’est à 97% sous forme UHT.

    Je pense que progressivement, les gens qui le peuvent et qui sont sensibilisés à mettre l’accent sur la qualité de leur nourriture, vont revenir à des aliments plus sains, produits localement.

    Quand j’étais gamin, mes parents agriculteurs vendaient le lait de la ferme directement aux personnes qui venaient en chercher.

    Ca s’est perdu, l’hygiène a pris le pas sur tout. Maintenant, on dénature le lait en lui faisant subir des traitements qui le privent de son intérêt.

    Je ne regretterai jamais le lait UHT qu’on a (presque) banni de la maison, mais le lait cru (rares sont ceux qui l’apprécient puisqu’ils pensent que le « vrai » lait c’est le lait UHT, sans goût et sans odeur) est toujours le bienvenu, encore faut-il en trouver !

    Florian

  5. Sylvain

    Ah ben voilà une évolution ;) J’avais écrit un article sur le sujet y a quelques temps. Le lait cru n’a rien à voir avec son « homologue » pasteurisé, mais il subsiste toujours quelques inconnues, qui à mon sens me fait rejoindre l’avis de T. Souccar.
    Je suis toujours sur le cul que JM Bourre qui s’oppose à T. Souccar n’ait pas pris en marche le train du lait cru (vs lait industriel), il y avait un boulevard scientifique, il suffisait de lire Taty comme tu le cites, ou encore Ron Schmidt pour y trouver des arguments valables.
    Pour ma part, je me limite au fromages au lait cru, si possible bio (la raclette de la coopérative de Yenne est une tuerie gustative, ça fait d’ailleurs depuis le début du printemps que je n’en trouve plus dans mon biocoop, signe d’une production artisanale, raisonnable, et fonction des saisons), en alternant vaches, chèvres et brebis (bah…le roquefort quoi !).

    1. mr azimani

      il y a dans le coran dans la sourate Enahl : les abeilles le verset suivant:« En vérité il y a pour vous, dans vos bêtes de troupeau, un enseignement : Nous vous donnons à boire de ce qui se trouve à l’intérieur de leur corps (et qui) provient de la conjonction entre le contenu de l’intestin et le sang, un lait pur, facile à avaler pour ceux qui le boivent. »ce lait cru il est bon le verset le confirme .d ailleurs ce meme verset je l ai adresse a MR Soucar pour ses positions .un grand specialiste tres connu au Maroc pour ses recherches confirme que le lait uht est sans valeur nutritive .salutations sinceres

      1. dr.dorsaf

        bravo!

        1. hanne

          merci pour ce beau verset

  6. Claudisa

    Encore une fois Jérémy, bravo et merci ! Je vais faire circuler !
    Je viens ajouter ma goutte de lait si je puis dire à ton article anti « Omerta laitière ».
    Pas vraiment paléo, encore moins végé, je suis les précepte de notre amie Taty, je consomme peu ou pas de lait mais bien du beurre et de la crème de lait cru ainsi que des fromages régionaux d’appellation contrôlée bien évidement fait au lait cru comme que la tradition le veut. Si l’on veut des preuves de l’innocuité du lait cru surtout de son effet nutritif voir détoxifiant, voir le site de mon amie Sarah Pope, « chapter » chez Weston Price sur son site très consulté « thehealthyeconomist ». Elle y pratique entre autre une monodiète de lait annuelle : avis aux amateurs ! Par ailleurs, elle y révèle plein d’infos intéressantes autour des « sacred food » que sont les graisses originelles consommées par nos ancêtres dont évidemment le lait et le beurre de lait cru mais aussi l’huile de coco, le saindou, le bacon (de cochon qui courent…)le kéfir, la kombusha et ses fameuses céréales « trempées et fermentées » dont elles dit à raison que les peuples ne les ont jamais utilisées autrement. Beaucoup de vidéo, beaucoup de recettes ! le tout en anglais néanmoins. Bref, un blog bourré d’infos d’une jolie jeune femme en excellente santé et dont les enfants ne sont jamais malades…
    Pour info, sachez les le calcium ne peut être absorbé s’il n’est pas consommé en présence de graisse… c’est la raison pour laquelle celui du lait devient encore plus « encrassant » et acidifiant quand le lait est écrémé, qui plus est, homogénéisé, pasteurisé ou UHT…. Je vous parle même pas du lait en poudre….
    En boire au verre pourquoi pas pour ceux qui le digèrent. Ce que je vois c’est que les enfants qui sont intolérants au lait industriel ne le sont que rarement au lait cru et dans ma pratique de naturopathe, j’ai remis sur pieds et vu disparaître bien des problèmes de type cutané et ORL en faisant remplacer tous les produits d’origine laitière industrielle par des produits au lait cru dont le kéfir de lait cru ou les yaourts de 24 heures de Taty… En quantité raisonnable évidemment.
    tout cela sans parler des bienfaits du ghee (beurre clarifié et délesté des protéines), du petit lait ….
    En conclusion, comme le précise Taty et tous les afficionados de Weston Price, il faut impérativement des graisses animales de haute qualité dans nos régimes alimentaires… Ne nous privons donc pas de ces formidables produits laitiers pourvu qu’ils soient issus d’élevage responsables et de bêtes nourries à l’herbe comme le clame et le revendique Yves Marie Le Bourdonnec, boucher parisien qui ne propose que de la viande issue de bêtes nourries à l’herbe (voir son livre passionnant sur le déclin de l’élevage bovin en France : « l’effet bœuf » et sa page Facebook : i love bidoche… ) Il en va de la qualité de la viande comme de celle du lait et la viande rouge apporte aujourdh’ui, tout comme le lait d’ailleurs un trop grand nombre d’omega 6 (versus les omega 3 majoritaires quand les animaux sont nourris à l’herbe) en raison de l’alimentation céréalière moderne dont elles sont gavées : ne digérant pas l’amidon, elle prennent du poids et développe de l’inflammation… la boucle est bouclée. Merci Taty !
    toutes mes amitiés et mon respect pour tous les végés de ce site que je respecte profondément…. Tant qu’on ne parle pas de Soja (pardon sylvain…)dont je suis convaincue de la toxicité, j’adore tous ces commentaires constructifs….
    Bien à vous tous, Claudisa

    1. Léa

      Super le site de Sarah Pope, je connaissais pas. Merci!

  7. michel perrier

    merci pour ces préciseuse infos
    petite question:
    pour le lait cru peux t-on le chauffé?
    ou le consommé froid ou a température ambiante?
    merci
    longue vie a ce blog et a son blogueur
    Michel

  8. Manon

    Salut Jérémy,
    encore un article très intéressant ! Cependant, tu as omis un détail essentiel : l’avantage du lait cru est qu’il est « vivant » et agit comme un antibactérien, grâce à une flore bactériologique complexe. Certaines de mes amies enceintes ne mangent que des fromages au lait cru pour être sûres de leur innocuité.
    Voir notamment ce blogueur qui cite ses sources : http://amgar.blog.processalimentaire.com/non-classe/listeria-fromage-au-lait-cru-et-femme-enceinte/
    ou ce résumé « grand public » de l’INRA : http://www.inra.fr/Grand-public/Alimentation-et-sante/Toutes-les-actualites/role-des-microbes-dans-l-aspect-des-fromages

    @ Emma :
    Non, le petit veau n’est pas forcément privé de lait pour que la vache nous donne le sien. A partir du moment où une vache a eu son premier veau, il suffit de ne jamais arrêter la lactation pour qu’elle produise toute sa vie. C’est le cas aussi pour les humains, mais cette information est peu connue du grand public, on l’appelle parfois « lactation automatique ».
    Bon, c’est le cas des vaches qui vivent dans les prés avec de gentils paysans, parce que dans les laiteries industrielles, les petits veaux ont droit à … du lait en poudre ! – Et d’ailleurs, pourquoi le lait en poudre coute moins cher à l’agriculteur que le lait de sa vache alors qu’il doit l’acheter à une usine qui l’a lui même transformé après l’avoir acheté à un autre agriculteur ? Ah ah, c’est grâce à la politique agricole commune, la PAC qui distribue différentes aides financières à la production et qui crée ces situations ubuesques… Et puis si Jérémy va vérifier la composition du lait en poudre du petit veau, il y a fort à parier qu’il soit aussi mal traité qu’un chien !

    1. Iris

      Bonjour Manon,

      Je lis votre réponse un peu tardivement, mais je me dois de rectifier un minimum: il ne suffit pas de traire en continuité, car une vache n’allaiterais pas son veau aussi longtemps dans la nature, de fait, la quantité de lait produite baisse énormément au fil de l’année, et au maximum après 2 ans, on ne pourra plus obtenir de lait (sauf recours à des hormones, mais je crois que tout le monde est d’accord ici que nous n’en voudrions pas non plus).
      Et les veaux on parfois droit au lait de leurs mères (soit la fin du tank, soit du lait non autorisé au ramassage, mais non dangereux pour le veau, en particulier le colostrum est toujours donné quand la mère est saine…), parfois on leur donne justement du substitut en poudre, qui offre en particulier l’avantage de pouvoir être concentré et donc de demander moins de temps à l’éleveur pour nourrir les veaux… vu leur emploi du temps, je dois avouer que je les comprends! même si je n’apprécie pas la pratique (loin, très loin de là!)
      Enfin, pour la pasteurisation, il faut reconnaître qu’elle a été crée pour lutter contre certaines zoonoses, et en particulier la tuberculose, qui peut être transmise par le lait… Alors pour l’innocuité du lait cru, cela vient surtout du fait que les contrôles sanitaires sont beaucoup plus élevés et beaucoup plus stricts. Mais dans certaines régions, je conseillerais fortement de bouillir le lait cru, par exemple, quand j’ai fait mon stage au fin-fond de la Grèce, j’ai sagement fait bouillir le lait de chèvre offert par le berger (qui me l’a d’ailleurs aussi demandé), car la brucellose et autre maladies peu sympathiques y sont endémiques et passent souvent de l’animal à l’homme via le lait…

  9. MONIQUE DE PLUM

    Et ce matin un bol de lait cru avec après du thé vert car je bois énormément
    le lait cru un régal il peut être chauffé très peu le goût change un peu
    en vérité je le préfère froid sorti du frigo. il laisse dans la bouche une si grande
    saveur! et comme le dit Jérémy quand j’en aie plus je ne descends pas à la ferme
    immédiatement d’ailleurs aucun produit ne devient urgent dans la vie la modération
    en tout prime ; et comme j’aime tous les produits crus le lait cru froid est excellent
    pour moi et il ne donne pas d’allergie; comme hier je passais devant la ferme j’en aie
    acheté 3 litres je me régale il me rappelle mon enfance où la petite épicerie à côté de la maison recevait les gros bidons de lait et chaque matin j’étais chargé d’aller chercher le
    lait frais, avec deux mini bidons. Alternance je bois aussi du lait de noisette du lait d amande du lait de riz et plus jamais du « plastilait » mon mari oui mais comme il fume trop! pourrait il connaitre la bonne saveur du lait cru niveau papilles obstruées par nicotine etc……….
    un grand bonjour de Plum

  10. Manon

    … et puis (là je ne peux pas citer mes sources!) j’ai longuement discuté avec un agriculteur qui fait du lait cru : il distingue les vaches nourries l’hivers à l’ensilage de celles nourries au foin : l’ensilage est un procédé de fermentation pour conserver le foin qui ressemble à celui de la choucroute, cette fermentation détruit une partie des nutriments. D’après lui, le lait serait de moins bonne qualité. II vend son lait à la ferme et discute avec ses clients, deux d’entre eux ont vu leur taux de cholestérol baisser après leur conversion au lait cru, alors que leurs médecins leurs interdisaient formellement le lait. D’après lui, ces bénéfices ne seraient possibles qu’avec des vaches nourries à l’herbe et au foin.

    Et je corrige mon post de tout à l’heure, les veaux ne vivent pas dans les laiteries, mais dans les élevages. Ce sont deux industries différentes…

    1. Emma

      Salut Manon,

      Effectivement tu as raison, les veaux ne grandissent pas auprès de leur mères laitières mais sont transférés dans des fermes (ou industrie) d’élevage. Pourrais-tu m’expliquer cette méthode de non-arrêt de la lactation ? Ca m’intéresse. Parce que j’ai toujours vu/lu qu’il fallait inséminer les vaches laitières après chaque veau pour qu’elles continuent leur production de lait. Peut-être que c’est juste propre à l’industrie et pas aux fermes d’agriculteurs pratiquant de manière raisonnée. En tout cas je serais curieuse d’en apprendre plus. Toujours est-il que l’éthique animale n’est pas la seule raison pour laquelle je ne bois plus de lait, mais je ne suis jamais contre un peu de culture personnelle :) Merci.

  11. Mel de www.caloriepholie.com

    Elevée et formée par Taty herself!!!

    Alors point important : tout est dans la modération :)
    Oui au produit laitier cru, quelqu’il soit (creme, beurre, lait) : super bon pour les personnes avec intestins irrités et irritables, grâce aux bonnes graisses

    Mais attention : 3 produits laitiers / semaine svp, pas par jour!!! Histoire de se faire plaisir.

    Et encore faille t’il qu’on le tolère bien : pour ma part, je tolère le beurre de lait cru, mais beaucoup moins la crème et le lait cru.

    On est tous différent : le meilleur moyen de bien consommer ces produits, c’est de s’écouter

    Mel

  12. mr azimani

    mon intention n est pas de gacher la fete des buveurs de lait cru confirmé par un verset du CORAN cité ci haut mais j ai relevé ceci :Le lait de chèvre offre l’avantage d’être exempt de tous germes de ce genre. La chèvre ne prend pas la tuberculose et son lait n’est pas contaminé par les bacilles de Koch.( par rapport aux vaches ) et comme la France connait des cas de tuberculoses il y a lieu de s inquieter si on n est pas vacciné.le site est le suivant:http://sente-de-la-chevre-qui-baille.net/biblio_1310.html.salutations

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Je comprends bien ce que tu dis, mais que vient faire le Coran dans cette histoire ? Bref, on ne mélange pas tout sur ce blog, merci !

      1. mr azimani mustapha

        soyez ouvert et tolerant cela vous fait du mal si je cite un verset du coran qui confirme que le lait est bon pour l alimentation humaine .le lait est innocent j en prends un demi litre matin et soir et je me porte tres bien vu mon age car je suis un ancien cadre de la banque tres experimenté et gueri par mon savoir d une hypotyroidie apres avoir avale le levothyrox pendant dix ans . vrai ce qui gache la sante des gens c est la viande du porc et non le lait qui sauve la vie des enfants.ne prenez surtout pas les gens pour des ignorants.Mustapha du Maroc

        1. Jérémy (Auteur de l'article)

          Mustapha, aucune méprise sur mes propos. Je pense qu’il est tout à fait possible d’argumenter et d’apporter son expérience sur un sujet, ici sur la consommation de lait cru, sans y faire intervenir sa religion. C’est tout. Je suis très tolérant, je n’ai aucun à priori sur les religions, c’est les mêmes règles pour tout le monde.

          Merci de ton témoignage en tout cas, c’est réellement intéressant.

        2. Guigou

          Sans manquer de respect aux musulmans (nombre de mes amis le sont), il serait bien de cesser ce quasi-prosélytisme permanent.
          Chacun de nous a ses propres convictions, en accord ou pas avec celle voisin. Je respecte tout le monde en n’imposant pas les miennes et j’attends des autres qu’ils fassent de même.

          Citer tel ou tel livre Saint ne fait malheureusement pas avancer le débat et peut, au pire, déclencher les foudres des moins tolérants, faisant par la même dériver le débat dans un domaine qui n’est absolument pas le sujet ici.

          Enfin, je doute fortement qu’à l’époque de rédaction du Coran, les procédés industriels actuels utilisés pour la conservation et la stérilisation du lait aient été utilisés ou même connus. Quel est donc l’intérêt de citer ces textes ici? Quelle est leur valeur, dans ce contexte, pour les non-adeptes de cette religion?

          PS: Notez que le jour où des passages de la Bible, de la Torah, du Tripitaka ou d’autres seront cités sur un blog qui n’a aucun rapport avec eux, je produirai le même genre de commentaires. Cela n’a rien à voir avec une religion en particulier.

      2. alista

        bonjour et merci pour le partage de votre expérience. Je suis surprise de trouver un débat sur la santé par l’alimentation (santé=la vie ) ainsi troublé par le dilème entre la tradition populaire contre tradition de la science élitiste, les médecins, pharmaciens, ils marchent ensemble avec les médicaments, n’est-ce pas

        Moi personnellement je ne suis pas inspirée par l’un ou l’autre contrairement à mes jeunes années, j’ai appris à me connaître moi même et à tenter des expériences modérées pour comprendre ce qui me va. Le lait c’est une expérience de frustration pour moi, Je trouve le gout délicieux mais pour le digérer c’est autre chose. Cela me dissuade d’aller dans les fermes que j’aime. Alors je mange plutôt des plats à base d’oeufs….

  13. Anou

    Mes parents achetaient du lait pasteurisé, et je n’ai jamais beaucoup aimé ça. En plus, je le digérais mal, ballonnements, je ne me sentais pas bien après. J’ai donc arrêté d’en boire.

    Il y a quelques années, je vivais à côté d’une ferme. J’allais acheter du lait cru pour mon mari qui adorait ça. Par curiosité je l’ai gouté… je l’ai trouvé très bon et je l’ai parfaitement digéré. Une gourmandise ! En revanche, quand les vaches étaient nourris à l’ensilage, je n’aimais pas le gout du lait.

    Je suis d’accord avec ce qui est dit dans l’article, ça confirme mon expérience.

  14. claudisa

    Pour répondre à Manon qui apporte un élément d’information très important sur le sujet concernant l’ensilage. Certaines personnes trouvent effectivement que cet aliment donne un goût particulier et désagréable au lait cru… Pour infos, si le blé fermenté est mal protégé de l’air lors du stockage une odeur pestilentielle s’en dégage et j’ai trouvé un texte sur des riverains qui s’en plaignent et souffrent d’asthme, de difficultés respiratoires voire de nausées et ne peuvent parfois même pas rester dans leur jardin…. L’alimentation des bovins dédiés au lait est un bien sombre processus…Je cherche à savoir comment les paysans d’antan nourrissaient leur bétail, il semblerait que l’herbe seule ne soit pas suffisante en terme de ration protéique.
    Si quelqu’un à des infos, je suis preneuse !
    Pour ceux que cela intéresse, Arte a diffusé hier un reportage passionnant sur la question de l’élevage et des agriculteurs en Europe : édifiant, la PAC et Bruxelles rémunèrent 60 milliards d’euros aux agriculteurs européens, les subventions se faisant en fonction de la taille des exploitations…. plus vous êtes gros, plus vous en touchez : 1.5% des agriculteurs touchent 17 milliards…. les petits éleveurs de lait ne s’en sortent donc absolument pas. C’est un peu désespérant tout cela…. Reportage à revoir sur leur site j’imagine.
    Bien à vous tous, discussion passionnante en tout cas !

  15. Sylvain

    Bonjour Claudisa (pour le soja je n’ai pas d’avis arrêté, c’est tout, j’évite d’en consommer des tonnes).

    Pour répondre à ça « Je cherche à savoir comment les paysans d’antan nourrissaient leur bétail, il semblerait que l’herbe seule ne soit pas suffisante en terme de ration protéique.
    Si quelqu’un à des infos, je suis preneuse !  »

    Il est certain qu’avec la PAC et l’après seconde guerre mondiale, on a perdu en savoir-faire artisanal. Toutefois, un élément de réponse : quand les vaches broutent, je crois qu’il y a bien des lombrics, des vers, voire quelques insectes (comme les poules !). Est-ce suffisant, mmh…je ne sais pas.

  16. Romain

    En tant que représentant du paléo francophone, je ne peux que réagir à cet article !
    Je considère que le lait peut ^^etre consommé de temps en temps si c’est du lait qui vient d’une vache naturelle, car intrinsèquement, le lait n’est pas du poison, c’est l’industrialisation qui l’a rendu si défavorable sur le plan qualitatif !
    Bio ou du producteur, voilà ce qui est bon !
    Romain

  17. Thomas

    Même en tentant de faire son mea culpa en voulant nous faire croire à une si grande différence en le lait pasteurisé et le lait cru. Le retournement de veste est assez spectaculaire et significatif du monde « parallèle » de l’alimentation. On avance les yeux fermés en s’appuyant sur tout et n’importe quoi. Il existera toujours un article/document/gourou pour affirmer ou infirmer ses propos.

    Tu disais que : (et je ne me risque pas pas à chercher les contradictions)

    8.
    Les protéines du lait de vache sont composées à plus de 80% de caséine. La caséine est publiquement reconnue comme facteur tumorale.
    C’est l’une des rares protéines au monde qui, chez l’homme, favorise l’apparition des cancers (prostate, sein, utérus, etc.). Finalement, tous les pesticides et engrais chimique utilisés dans le fourragements des vaches se retrouvent dans le lait que vous buvez.

    Les vaches de gentil fermier ne mange pas que de l’herbe bonne pour sa santé. Bref…

    On tourne en rond !

    1. Olivier Ramirez

      La caséine est publiquement reconnue à tort comme favorisant le cancer chez le rat Sprague-Dawley, dans un régime composé d’une bonne dose de sacharose, les deux éléments n’ayant rien à voir avec le régime de base de ce rat, qui est publiquement reconnu pour sa facilité à se chopper le cancer au moindre changement de régime alimentaire.

    2. oli_rzh@hotmail.com

      Ensuite, évidemment qu’il y a une si grande différence.
      La majorité des gens consomment du lait UHT et bien souvent demi écrémé, tu te retrouves avec un produit presque exempt de vitamine K, D, CLA etc contenant par contre une bonne dose de calcium et on a plus grand pour son absorption intestinale et ensuite sa fixation.

  18. jeanlouis

    Bonjour à tous

    Quelqu’un (Jeremy?) pourrait-il me dire si le lait frais (qu’on trouve donc au rayon frais…) n’ayant pas, selon l’étiquette, « subi de traitement thermique sauf pour la crème » et bio qui plus est, se rapproche du lait cru pour ses qualités nutritives?

    Merci

  19. Pingback: Le Cri du Cagou — Apprendre la Malbouffe pour 18.000 F par mois avec la Province Sud

  20. PierreM

    Je me posais la même question que Jean-Louis.
    En lisant l’article, ça m’a donné envié de bore un verre de lait. Alors j’ai acheté du lait frais en supermarché, le moins pire que je puisse trouver.
    Pasteurisation et stérilisation ne seraient pas de la partie (sauf pour la crème), mais uniquement du micro-filtrage.
    Si quelqu’un a des infos, je suis preneur.

  21. claudisa

    Pour Pierre M
    ouich…. le lait microfiltré… j’ai pensé comme toi que c’était mieux que la pasteurisation et bien sûr que l’uht. Mais… Il semblerait que le passage par les « filtres » micronisés réduisent encore plus dramatiquement les molécules de graisses que ne le fait l’homogénéisation… Pas par la chauffe mais par l’échauffement moléculaire, les molécules de gras sont obligatoirement modifiées pour passer par des filtres à micron, elles sont infiniment plus grosses. Je ne sais pas ce qu’il en est des protéines, pas mieux j’imagine. Pour le gout par contre, c’est pas mal du tout, plus proche du lait cru que touts les autres, mais le lait cru s’est forcément mieux. Ce qui est surprenant c’est la pérénité de ce lait qui tient au moins huit jours impeccablement au frigo. Mystère, je n’ai pas plus d’infos sinon que le lait est quand même manipulé « mécaniquement.
    Bien à vous tous sur ce passionnant débat.
    claudisa

    1. Youkali

      Ce que tu dis, Claudisa, me désole car je trouvais le microfiltré très bien. Je suis une adepte du lait pasteurisé et je ne bois plus de UHT depuis des années. Mon corps est un bon indicateur et je digérai bien le microfiltré. Zut !

  22. Wira

    Bonjour…oui mais Tu oublies une chose Comme le precise le professeur Henri Joyeux Le lait comme dans le regne animale doit être stopper a l’âge adulte…et ça c’est prouve scientifiquement. Les hommes ont continuer a consommer le lait malgre le seuvrage qui doit se faire dans la petite enfance et ce …essentiellement par Caprice

  23. Wira

    par caprice ..pour satisfaire ses plaisirs gustatifs et surtout pour remplir les poches de tous ceux qui se gavent sur le dos du consommateur obeissant et aveugle . Le lait et tous les aliments et produits qui en decoulent pour pousser a sa consommation est enorme et provoquent sans que les gens ne sen rendent compte d’inombrables maladies ….mais cest un choix .celui qui cherche….Trouve:-):-)

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Il conviendrait que tu lises l’ensemble de mes articles sur le sujet pour prétendre de telles vérités.

      Il conviendrait également que tu lises les commentaires des nombreux intervenants qui enrichissent grandement les articles.

      A ce moment là, on pourra discuter. Je pense.

  24. PierreM

    Merci Claudisa pour ta réponse.
    Je vais tâcher de trouver du lait cru. Je ne sais même pas où se trouve la ferme la plus proche de chez moi … Sûrement après plusieurs rideaux de banlieues, mais bon il faut ce qu’il faut :)
    Merci pour les articles, Olivier. Je le mets de côté pour les lire.

  25. claudisa

    De rien, Pierre. Je ne sais pas ou tu vis mais peut être as tu un biocoop, nouveau robinson, bio c bon ou autre enseigne bio autour de chez toi. Tu y trouveras la marque Gaborit pour les laitages et un lait cru de haute qualité issu de vaches jerseyiennes dont la qualité du lait est reconnue mondialement. Il ont aussi un lait frais demi écrémé « thermisé » mais non homogénéisé de très bonne qualité ainsi qu’un beurre cru et qu’une crème « thermisée » à basse température dont le goût est une tuerie…. Les produits Gaborit sont bio et les vaches font vraiment l’objet de toute l’attention de leur éleveur… voir le site http://www.bernardgaborit.net/
    En ville, c’est passablement difficile de trouver des laitages crus, il y en a parfois chez les crémiers sur les marchés et chez certains fromagers haut de gamme.
    Pour info, le beurre cru se conserve assez mal dans le sens ou il devient aigre rapidement et prend facilement les odeurs du frigo. Perso, je le congèle après l’avoir fractionné en tranches de 50 g max…. Tout dépend de l ‘usage que tu en fais mais je n’aime pas son goût quand il est modifié. Si l’on veut cuire avec il faut le clarifier et fabriquer du ghee (méthode indienne) ce qui supprime les protéines et permet à la graisse laissée d’atteindre un point de cuisson élevé sans glycation. Les gastros ne travaillent qu’avec du beurre clarifié… Toutes les recettes sur internet.
    Bonne journée,
    Claudisa

  26. Marihe

    Je connais une Tatie Lauwers mais ne sait pas si c’est la même Tatie.
    La mienne a écrit des livres de cuisine nature, bio et énergétique…
    En fait je pense que c’est la même personne, elle est vraiment géniale et ses livres aussi.

    Je l’ai connue lors d’une formation à ses débuts en 2004 je pense en belgique..

    Ce sont vraiment des livres à avoir chez soi comme le livre sur le lait…
    Je me souviens qu’elle avait une recette sur fromage blanc de lait cru à manger au petit déjeuner qui était très facile à faire et qui était délicieuse… On était calé jusqu’à midi sans problème et en plus avec des aliments sains.

    Marihe

    1. Mel de www.caloriepholie.com

      Salut Marihe

      effectivement, c’est bien taty qui m’a enseigné que le lait cru est un excellent aliment santé, surtout pour les intestins dégradés en version kéfir :)
      Ses bonnes graisses saturées répareraient la paroi intestinale de n’importe quelle personne (sauf grave intolérance :)), et tu peux en faire plein de recettes différentes, dont des Yahourts 24h sublissimes… ca m’a aidé à me réparer à tous les niveaux

      mel de http://www.caloriepholie.com

  27. Helene

    Bravo pour cette remise en question!
    Tu as de la chance d’habiter pres d’une ferme, et d’avoir trouve un fermier complaisant. Par curiosite, lorsqu’il fait ses comptes, est-ce qu’il declare le lait qu’il te vend, ou est-ce qu’il fait ca au noir? Je pose la question parce que la ou j’habite, les fermiers refuseraient absolument de vendre (ou meme donner) du lait cru, ‘for health and safety reasons’. Ca m’est arrive lorsque je sejournais dans une exploitation laitiere en Cornouailles. Fais attention tout de meme a ce que ton fermier n’ait pas de problemes. En Union Europeenne et aux Etats Unis, deja les fromages au lait cru sont mal vus, alors le lait cru… La ou j’habite, jamais les fermiers n’accepteraient jamais de boire ou vendre du lait non traite: j’ai assez travaille avec eux pour le savoir! En revanche, pour la biere, ca picole avec enthousiasme…
    La derniere fois que j’ai bu du lait cru, c’etait en Roumanie il y a plusieurs annees, dans les fermes ou j’ai sejourne. Comme l’eau du puits n’etait pas potable, et que le coca cola avec les repas, ca n’est pas dans mes habitudes, c’etait la meilleure solution. En revanche, je l’ai trouve moins bon que celui qu’on allait acheter a la ferme pres de chez nous dans mon enfance. Peut-etre parce que a l’epoque les vaches etaient traites sous nos yeux…
    Lait cru (notamment fromages) et femmes enceintes: tres interessant. Une de mes collegues est enceinte et aimerait bien gouter des fromages francais, notamment au lait cru: je lui ai dit que je lui en ramenerai de France après qu’elle ait accouche. Elle est indienne, et elle ne boit pratiquement que du lait et de l’eau minerale (pas d’alcool, ce qui est super pour moi: je ne suis plus la seule a m’abstenir d’alcool quand on sort avec les collegues). Je lui demanderai la semaine prochaine si elle buvait du lait cru en Inde.

  28. Helene

    J’ai fait une petite recherche sur internet: en Angleterre, au Pays de Galle, et en Irlande du Nord, les fermiers ont le droit de vendre du lait cru directement aux consommateurs. En revanche, en Ecosse, c’est interdit par la loi.
    http://www.naturalfoodfinder.co.uk/raw-milk-legal
    Je n’ai pas de voiture, et pas de ferme assez pres de chez moi mais c’est possible de se faire livrer, notamment en utilisant le site suivant (pour le Somerset):
    http://www.localfooddirect.co.uk/delivery.asp
    Le seul hic c’est la livraison. Pour arrive a £20, il faut que je commande de la viande ou du poisson: il faudrait que j’amene une glaciere au boulot, pour stocker la nourriture jusqu’a 18 heures (mini) quand je renter chez moi… Mais bon, je vais peut-etre essayer, quand j’aurai assez d’argent :)

  29. Helene

    Bonjour, c’est encore moi. En poursuivant mes recherches sur internet, j’ai decouvert que le lait cru etait tres populaire en Allemagne: il est meme servi dans les hopitaux.
    Il y a eu un scandale recemment avec du lait cru contamine a l’aflatoxine dans le Nordrhein-Westfalen: les vaches avaient ete nourries avec du mais contamine provenant de Serbie… Lien vers un article en anglais sur l’affaire:
    http://www.thelocal.de/national/20130307-48387.html
    Apres les concombres, le lait cru… Decidement c’est difficile de manger bio en Europe!

  30. DanielleW

    Bonjour,
    En stoppant la consommation de gluten et autres amidons, de même que le sucre industriel, moi qui ne consommais pas de laitages, je me suis retrouvée avec une grande appétence pour les yaourts… mais du commerce, pasteurisés, avec sucre, lait en poudre et amidon pour les rendre crémeux.
    En lisant les articles au sujet du lait cru, je me suis nantie d’une yaourtière, ai acheté du lait tout chaud, juste trait, et j’ai cherché la recette des yaourts au lait cru sur le site de Taty.
    Première chose : faire bouillir le lait!!!
    Est-il encore cru après ce traitement?
    Imaginez ma stupéfaction!

    1. Mel de www.caloriepholie.com

      Bonjour Danielle

      non, il n’est plus « cru », certes, mais il conserve beaucoup plus de bons nutriments que celui des yahourts du supermarché, dont des bonnes graisses saturées ect…
      Attention aussi à acheter un « fermenteur » le plus bio possible, ne va pas mélanger un yahourt du commerce avec ce lait :)
      De plus, pas de yahourtiere version taty : yahourt 24h fermente dans un recipient isotherme si possible dans une endroit chaud, 24°c par exemple…
      Une suggestion de ma tutrice préférée (taty :)!, je suis à bonne école) : ajoute de la creme fraiche de lait cru avant la fermentation… le resultat est à tomber, tu vas de suite oublier tes yaourths lambda :)

      Mel de http://www.caloriepholie.com

  31. Olivier Ramirez

    Effectivement si tu cuis du lait cru, il ne l’est plus :D, par contre supprimer absolument toute forme d’amidon pour en rajouter dans son yaourt.
    C’est un peu incohérent.
    Ensuite peut être ne faut il pas mettre toute forme d’amidon dans le même panier.

  32. DanielleW

    Hélas, j’ai acheté la yaourtière avant de lire la recette!!!
    Je ne vais pas la jeter au orties.
    Je m’y suis prise à l’envers.

    J’ai donc essayé avec un litre de lait tout frais, tout chaud, et un yaourt d’excellente qualité, d’une très ancienne entreprise (Spasseff).
    Directement le lait tiède sans le cuire.
    Il y avait un film crémeux en surface et après 15 heures, la saveur était délicieusement acide, comme les yaourts d’autrefois.
    Assez lisses, mais lorsqu’on les touille un peu, ils deviennent très vite liquides.
    Au second essai, j’ai mis un yaourt maison et j’ai eu plutôt du lait caillé!
    Pas mauvais, mais pas terrible non plus.

    Si je veux avoir de la crème non pasteurisée, et non thermisée (le beurre l’est) il faudrait que je m’en occupe moi-même, donc acheter plus de lait, et tout le matériel qui va avec…
    Il me semble que le lait cru de vaches au pré, avec une herbe très riche en ce moment (il y a eu assez de pluie pour qu’elle pousse avec enthousiasme) est déjà bien crémeux.

    Pour ce qui est de l’amidon, il est donc ajouté aux yaourts du commerce (pas les Spasseffs) j’ai lu sur l’emballage : amidon de maïs cireux modifié.
    Rien que l’énoncé, ça fiche le bourdon.
    Certains ont une consistance un peu farineuse, et un goût fade.

    J’imagine qu’en vendant à l’acheteur moyen des aliments de plus en plus dénaturés, sans saveur, on l’incite à consommer plus car les sens ne sont pas satisfaits.
    Par ailleurs, les parfums de synthèse puissants ajoutés dans les produits de nettoyages et dans les cosmétiques, achèvent de neutraliser l’odorat, du coup on peut lui enfiler n’importe quoi, il ne se rendra compte de rien.

    Bon appétit!

  33. Mistoukwak

    Bonjour,

    J’ai lu il y a quelques temps le bouquin de Nicolas Le Berre « le lait une sacré vacherie ».
    J’ai trouvé cet article sur le lait cru très intéressant.

    Cependant, je trouve la question de Wira pertinente face aux arguments énoncés plusieurs fois précédement :
    – faut-il continuer de s’alimenter de lait une fois atteint l’âge adulte ?
    – et surtout du lait d’une autre espèce ?

    Et ce même si on prends note que le lait cru peut nous apporter certains bénéfices.
    D’ailleurs ces bénéfices ne peuvent-ils pas être trouvés ailleurs dans l’alimentation ?

    De plus, même si Thomas a été un peu brusque dans son approche, il soulève la question intéressante à mon sens de « qui croire dans cette jungle d’information de l’alimentation « parrallèle » » ?

    Vos avis ?

    Cordialement,

    1. Olivier Ramirez

      En y réfléchissant, si l’homme est le seul à se nourrir de lait à l’âge adulte au contraire des autres animaux, c’est uniquement parce qu’il en a la possibilité sans être dépendant de l’apport de sa mère.

      L’animal doit trouver rapidement son indépendance alimentaire pour survivre.

  34. Roger R

    Hi,

    Je suis comme vous buvant du lait cru à raison de 2L/semaine.
    Je consomme du fromage cru mais aux antilles, le beurre cru n’existe pas ainsi que la crème au lait cru.
    Il serait bon de mettre toutes les chances de notre côté ainsi que les produits excellents pour la consommation.
    Il faut réhabiliter les bons gras : poissons gras (maquereau, sardine etc), la graisse de canard. Ces gras transporte les vitamines ADEK liposolubles qui aident à fixer le calcium.
    En un mot revenir à l’alimentation des peuple anciens: voir docteur Price Weston qui a étudier l’alimentation des anciens.
    Bye.

  35. Thierry Souccar

    Je me permets un petit commentaire dans cette savante discussion. D’abord, comme Jeremy l’indique, je ne suis pas contre une consommation modérée de laitages lorsqu’on les tolère (pas d’auto-immunité, pas d’intolérance au lactose pour le lait liquide et en poudre). Je veux bien accepter l’idée que le lait cru est plus fréquentable que le lait UHT mais il y aurait bien d’autres critères discriminants que le traitement thermique pour décider de l’intérêt d’un type de lait par rapport à un autre : espèce bovine, mode de collecte du lait (pendant la gestation ou pas), alimentation du troupeau, etc. Le problème, c’est que si l’on peut trouver des raisons de préférer un mode de production/transformation à un autre, on reste démuni devant les deux principaux challenges biologiques posés par la consommation de laitages : le caractère profondément antigénique des protéines laitières et de l’insuline bovine et leur capacité à activer des facteurs de croissance chez l’homme. Ces deux caractéristiques expliquent la plupart des risques liés à la consommation significative de laitages par l’espèce humaine et jusqu’à preuve du contraire, aucun d’eux n’est mis en sommeil ou annihilé par l’usage du lait cru. Maintenant, encore une fois, je ne crois pas qu’il y ait un risque à consommer un peu de lait (cru ou pas) chaque jour si l’on n’a pas d’intolérance.

    1. Nathalie

      Bonjour Monsieur Souccar,
      Je n ai pas encore fini de lire votre livre, mais que pensez vous des graisses laitieres provenant de vaches saines ( beurre cru, creme) ? Les graisses ont elles aussi un caractere antigenique et une capacite a augmenter les facteurs de croissance ?

  36. Jérémy (Auteur de l'article)

    @ Mustapha:

    On est partie du mauvais pied. J’ai bien précisé dans mon premier message que le blog n’avait aucun caractère religieux et que les internautes sont priés de garder leur religion pour eux.

    Que vous soyez chrétiens, juifs ou satanistes peu importe, cela n’intéresse probablement personne et ne participe d’aucune manière à faire avancer le débat sur la consommation de produits laitiers crus.

    Alors premièrement, pourriez-vous s’il vous plait me faire le plaisir d’écrire le plus correctement possible pour éviter d’écorcher les yeux de tous les internautes, et deuxièmement d’arrêter ce débat sur la religion, sur les lignes sacrés d’un livre…

    Ici on parle nutrition, science, expérience personnelle, cuisine, etc.

    Merci Mustapha.

  37. Olivier Ramirez

    Vous avez raison Mustapha, seul vous avez le droit d’exprimer votre avis et votre liberté d’expression, je ne suis qu’un illuminé, aveugle du coeur, manquant de lucidité, peu attentionné et qui ne s’honore pas de ses amis musulmans.

    Mais vous pas de problème, vous pouvez tout vous permettre, menacer de faire des débordements, vous moquer des arguments des autres et vous permettre d’insulter les autres, car au final c’est ce que vous faites. Vous insultez les recherches des gens, leurs lectures, leurs avis, leurs connaissances ou leurs réflexions.

  38. Jérémy (Auteur de l'article)

    @ Mustapha et Olivier:

    Bien malgré moi j’ai décidé de supprimer une bonne partie des commentaires, car ils alourdissent inutilement le débat sur la consommation de produit laitier. J’aimerais que l’on reprenne une base de discussion sans y faire intervenir la religion, mais la science comme le souligne très bien Thierry, que je remercie pour son intervention.

    A l’avenir, je vais systématiquement modérer vos commentaires pour éviter tout débordement stérile qui n’apporte pas grand chose au débat d’origine. D’ailleurs, pour enchaîner concrètement le débat, que pensez-vous Mustapha de votre avis favorable sur l’académie de médecine avec les critiques émises par Thierry Souccar ?

  39. Olivier Ramirez

    Tu peux modérer celui là jérémy mais mustapha est aveugle et comme il l’écrit il ne veut pas débattre avec monsieur souccar car ses allégations sont contraires aux textes coraniques comme il l’écrit plus haut, il n’a pas répondu à des arguments de guigou, ni a un des miens concernant le lait au temps de mahomet en comparaison au produit de mnt, il s’est contenté de répondre à guigou par moquerie en lui balançant une ligne du coran dans un message totalement incompréhensible, c’est pourquoi j’ai souligné son aveuglement, le fait qu’il demande une ouverture d’esprit alors qu’il est lui même fermé à tout ce qui s’oppose à ses croyances, c’est pourquoi le débat est impossible avec lui car il ne cherche qu’à confirmer que le lait est bon et c’est tout, sans aucune vision objective et impossible avec un vrai croyant musulman qui relie tout intimement avec le coran comme étant l’ultime vérité et la réponse à tout.

  40. Olivier Ramirez

    Je vais définitivement vous laissez à votre aveuglement, votre surdité, votre mauvaise foi et vos inepties

  41. Olivier Ramirez

    *laisser

  42. Hertoux Régine

    Bonjour à tous! Le débat science-religion qui a résulté de cet article fort intéressant (je suis ravie d avoir découvert ce site via le changement par la consommation- page facebook) me rappelle un bon ami qui me dit toujours que tous les scientifiques qui lisent le Coran se convertissent à l Islam…nos débats sont assez mouvementés de ce fait car moi je préfère toujours chercher ma voie par moi-même…bref, revenons à nos litrons de lait. Petite-fille de métayers d un coté et de maraîchers de l autre, fille de jardiniers et. ..Helas plus la condition physique pour faire mon jardin moi-même, mais il y a des solutions! (je suis née en 1964 et grandie en campagne) Je voulais dire que ma mère et ses frères et soeurs qui ont été élevés au lait de ferme bouilli (de vaches ) -on gardait la crème obtenue pour faire de délicieux biscuits chez nous en Normandie!- ont entre 80 et 88 ans et « pètent » le feu malgré qd même de petits soucis liés à l âge. Petite j allais le soir chercher le lait à la ferme, la fermière lachait les pis pour prendre la louche! Il y avait aussi le beurre tout jaune et les faisselles…un délice! Peut-être pas aux normes sanitaires actuelles tout ça.. mais on n en est pas morts! Aujourd hui la vente aux particuliers est interdite pour le lait et tout doit être pasteurisé chez nous et les fermes comme ça ont mis la clé sous la grange hélas. Bref, de la modération et de la diversité de produits sains en tout et avant tout sont la clé de la longue vie de mes aïeux, parole! Ola la bavarde! Désolée si c est long! :-)

  43. Rachid

    Je suis moi-même musulman, et suis navré de voir une personne qui se dit musulman comme vous Mustapha vous comporter avec « indélicatesse » envers vos interlocuteurs. C’est même contraire à l’étique du bon musulman que vous êtes censé être. Si vous avez assez d’amour propre et d’amour en notre religion, cessez vos verbiages stériles et donnez seulement votre avis en votre nom, et non au nom de notre religion que vous participez à salir en vous entêtant de la sorte.
    Je suis musulman, et que ça vous plaise ou non, je me range du côté de vos détracteurs qui ne vous ont en aucun moment manqué de respect, contrairement à vous.
    Ceci n’est pas un site où on parle de religion, et comme il vous a été demandé de ne parler qu’au sujet du lait cru, conformez-vous, ou allez ailleurs.
    Je suis vraiment désolé pour le reste des internautes…
    Sinon, je viens juste de découvrir ce site et j’ai l’intention de me mettre au lait cru, quelqu’un peut-il me dire combien de temps se conserve le lait au réfrigérateur?

    1. Olivier Ramirez

      J’ai lu 72 heures au maximum, enfin dans tous les cas il vaut mieux qu’il soit consommé rapidement

  44. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

    @Mustapha:

    Que vous soyez le descendant de je ne sais plus quelle personne ne m’intéresse pas. Vous n’êtes plus le bienvenu sur le blog, vous êtes bien la seule personne contre qui, moi, je pourrais porter plainte et non l’inverse. Les commentaires des internautes ont toujours été bienveillants à votre égard. Mais vous ne faites pas preuve de la même politesse, malheureusement.

    Je serais bien curieux de voir ce qu’un juge dirait de cette affaire à la lumière de vos nombreux commentaires qui manques parfois de respect et dont j’ai bien évidemment gardé les archives si jamais vous êtes tenté d’utiliser la voie judiciaire, ce que vous ne ferez évidemment pas, vous êtes un homme intelligent M. Mustapha n’est-ce pas ?

    Vos commentaires ne seront définitivement plus publié. Et je vous pris d’éviter les 10 mails dans la nuit ! Occupez-vous plutôt à lire « l’art de convaincre » …

    @ Les autres internautes:

    Je suis navré des échanges avec ce cher M. qui n’agrémente en rien le débat. J’ai supprimé quelques commentaires au passage. Mais merci à Olivier pour la réponse sur le lait. En effet, à partir de 4 à 5 jours, le lait caille même au frigo. 3 jours pour consommer le lait cru est une bonne estimation.

  45. Rachid

    Merci Olivier pour votre réponse.
    Je voudrais poser une autre question, voilà j’ai un hélicobacter pylori, est-ce que le lait cru peut m’être bénéfique ou plutôt le contraire? Et est-ce qu’il y a une personne ayant eu cette bactérie et qui a réussi à s’en débarrasser qui peut me faire profiter de son expérience? Merci à vous tous.
    Et bravo pour le site.

    1. Oliver Ramirez

      Je ne sais pas si il peut être bénéfique mais il ne devrait pas posé de problème en petite quantité à mon avis. Si mes souvenirs sont bons hélicobacter pylori se nourrit d’hydrates de carbones, 1L de lait contient 60g de lactose donc en buvant un ou deux verres l’apport ne devrait pas poser de problèmes.

      Cependant un gastro-entérologue vous prescrira sans doute un antibiotique.

      1. Oliver Ramirez

        Je corrige un peu ce que j’ai dit, il semble qu’il se nourrit d’hydrogène et que la principale source d’hydrogène soit la fermentation colonique des hydrates de carbones par les bactéries.
        Donc si tel est le cas le riz est probablement préférable aux fibres des céréales complètes et au gluten, mais je ne suis pas sur que ça change particulièrement les choses.

        http://high-fat-nutrition.blogspot.be/search/label/Helicobacter%20and%20hydrogen
        http://high-fat-nutrition.blogspot.be/search/label/Helicobacter%20and%20glucose
        http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14554258

    2. alista

      normalement dans votre cas il faudrait des probiotiques, mais pas de lait parce que la traçabilité du lait n’est pas réelle, et comme vous dîtes être malade, alors un principe de précaution s’applique jusqu’à disparition du pb et un traitement de fond homéopathique semble justifié pendant quelques années, franchement. Car l’estomac est un organe primordial.
      En parallèle,
      les traitements reçus par les vaches et les autres pb modernes peuvent METTRE à MAL votre système immunitaire et du coup vous aurez d’autres difficultés par la « mal bouffe » puis par la nourriture inappropriéevous pourriez enraciner une persistance du mal. Je connais quelqu’un qui a ce microbe, il ne fait aucun régime et plus je le vois plus il dépérit. Il prend des antibiotiques de temps en temps quand il va voir le médecin et ne fait aucun régime: cela donne une cata d’autant plus qu’il s’est blindé et boit du cola mange des junk foods, etc….. A votre place je me mettrais au régime méditérannéen sans eau du robinet en remplaçant tous les céréales par le riz, surtout si vous êtes de groupe sanguin A ou O en mettant un peu de curry pour ses propriétés antibactérienne ( c’est un composé d’épice avec du curcuma)+probiotiques après le traitement antibio tous les jours. je mangerais en me lavant bien les mains et je mangerais des fruits de saison uniquement et du blé germé dans des bacs bien propresen guise de salade, ( le vinigre de cidre est un nettoyant antibactérien zen) attendre que les plantes airent au moins 5 cm pour les consommer et bien laver les bacs et les mains au vinaigre.

      .http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=H4WoN_HH5po .les vidéos pour germer les blés sont en anglais mais vous en trouverez bien une canadienne en français dans le lot

      Bon courage surtout

  46. Laura de Je mange donc je maigris

    Je suis d’accord avec toi, il y a une ENORME différence entre le lait cru et le lait pasteurisé/UHT/stérilisé. Peu de gens le savent, malheureusement…

    De même, il faut absolument boycotter les fromages au lait thermisé ou pasteurisé pour ne manger que des fromages au lait cru dont les bénéfices nutritionnels sont nombreux et que l’Europe a failli faire interdire (ils sont fous ces politiques !)
    Un article de mon blog fait le tour de la question : http://jemangedoncjemaigris.com/nutrition/mangez-du-fromage-au-lait-cru/

  47. GOURDON

    Bonjour, je transmets ma propre expérience sur le sujet en tant qu’agriculteur producteur de fromages, conseiller spécialiste en vaches laitières et formateur. (tout ça dans le domaine agricole, production, conseil, développement)
    J’affirme que le lait cru (moins de 40 °C) contient la lactase qui nous manque. il suffit d’en boire de temps en temps pour être de nouveaux capable de le digérer.
    Les fromages au lait cru présentent moins de risques que les fromages « bricolés » par la température, car les bactéries lactiques présentes naturellement sont bien plus efficaces du fait de la biodiversité de ces ferments. (acidification du lait qui empêche le développement de bactéries pathogènes)
    Le lait s’il est refroidit très vite après la traite peut se conserver assez longtemps sans problème.(1 semaine) De toutes façons son acidification est vite repérable.
    Un fromage frais bien fabriqué avec du lait de certaines races (monbéliardes, brunes et d’autres plus « rustiques ») est absolument fabuleusement bon sans ajout de quoi que ce soit.
    Cependant le lait cru peut aussi transporter des maladies transmissibles à l’homme (tuberculose, brucellose…) mais sur ce point, la France avait une longueur d’avance dans le suivit des élevages. Pourtant, il semblerait que certaines maladies refont surface et que d’autres nouvelles apparaissent.
    Je ne bois plus de lait, mais il m’arrive de consommer du fromage. Dans l’alimentation actuelle le lait est présent à outrance sans qu’on le sache. vu les conditions de production, il faut absolument l’éviter. (tourteau de soja mais pas plus de 2 ou 3 kg par rapport à 50 kg d’ensilage de maïs, c’est à dire 2 ou 3 litres de bourbon par jour. une vache peut vivre 30 ans, dans un élevage moderne elle vit en moyenne 4 à 5 ans (certaines 8 à 10 ans)
    .

    1. Olivier Ramirez

      Intéressant de voir un producteur de fromage écrire « il m’arrive de consommer du fromage », expérience intéressante également.

      Je sais déjà ce qu’on laisse passer comme salmonelles au niveau des oeufs mais vu que je les mange cuits, ça ne pose que peu de problèmes et c’est un point sur lequel je me pose des questions par rapport au lait cru.

      C’est là que l’élevage au sens large, l’hygiène et tous les procédés de conservations doivent être très importants, si c’est suffisant pour avoir un contrôle sur le produit final.

    2. Thierry Souccar

      L’affirmation selon laquelle le lait (cru ou pas) contiendrait de la lactase est absolument fausse. Il n’y a pas de lactase dans le lait. Et ce n’est pas en se mettant à consommer du lait qu’on deviendrait lactose-tolérant alors qu’on ne l’était pas.

      1. Olivier Ramirez

        Dites moi si je me trompe mais j’imagine qu’à l’instar de la fermentation des céréales et leurs phytates qui donnent une production de phytase, des fruits qui donnent de l’amylase, seule la fermentation du lait amène des bactéries qui sécrètent de la lactase, on aura donc du fromage avant qu’il n’y ait plus de lactose et le conseil de monsieur Gourdon reviendrait à nous dire de manger un type peut être particulier de yaourt dans l’espoir de digérer correctement du lait, ce qui effectivement n’a pas de sens.

  48. Alberto

    Bonjour,

    merci infiniment pour cet article stimulant et challenging, source de réflexions et confrontation. En lisant vos articles, j’aurais encore une question à poser ; où est-ce qu’on en est par rapport aux rélations lait cru/caseine-pathologies autoimmunitaires-pancreas ?

    Je vais lire en profondeur tous les commentaires et les autres articles entre-temps.

    Merci d’avance à tous pour les réponses et très bonne continuation.

  49. roger 76

    je voudrais préciser que si certaines fabrications de yaourts sont faites avec des ajouts d’amidon , c’est parce que les laits ne sont pas assez riches en matière utile , ce sont souvent des laits de vaches holsteins qui produisent fréquemment plus de 50 litres de lait par jour et dont on a enlevé tout ou partie de la matière grasse et qui n’a plus du lait que le nom et la couleur , je sais de quoi je parle , je suis agriculteur producteur de lait et je transforme celui ci en crème , beurre , yaourts , crème desserts et fromage blanc , je précise que cette transformation est faite avec du lait CRU et ENTIER, sauf le yaourt ou le lait subit une pasteurisation légère pour supprimer les bactéries concurrentes de celles du yaourt ,sinon celui ci reste trop liquide et ne se conserverait pas suffisamment ,pour les autres produits nous ne rajoutons aucun additif ,(ferments , amidon ,poudre de lait )comme le fond les industriels et certains producteurs , notre élevage est constitué de la race JERSIAISE ,qui est reconnue pour produire le meilleur lait au monde ,nous leur donnons une alimentation saine et variée , nous élevons tous nos petits veaux avec du lait de nos vaches , nous buvons le lait et consommons les produits que nous produisons , il y a plusieurs années , nous sommes entrés dans la démarche BLEU BLANC COEUR et tout nos animaux consomme cet aliment à base de lin très riche en oméga 3 , ce qui fait que tout nos produits sont naturellement enrichis ,on en retrouve les bienfaits sur la santé de nos animaux par la diminution des problèmes de boiteries et de mammites ,et les bêtes on un poil plus beau et plus lisse , nos vaches sortent tous les jours à l’herbe et l’hiver l’alimentation de base est : foin , betteraves ,maïs , céréales et le complément lin , de quoi faire de la qualité .D’autre part nous avons un laboratoire de transformation avec agrément Européen !

  50. desrues

    J’usqu’a 65 ans j’ai bu du lait cru de ma propre production (vaches nourries a l’ensilage de pulpe de betterave et foin de luzerne + tourteau de soja farine de céréales et condiment minéral ) depuis je bois de l’UHT demi écrémé.J’ai 81 ans, je travaille toujours une quinzaine d’heures par semaine, si on avait comptabilisé mes heures pour le régime de la retraite à 35 H semaine je serai retraité depuis 1980 au pire
    Malgré mon demi litre de lait quotidien je ne suis pas encore mort !!
    De toute façon la viande est dangereuse, le lait aussi, les légumes sont remplis de nitrates et de pesticides.
    Conclusion abstenez vous et mourez de faim en bonne santé

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      @ Jean-pierre: la réalité est dure à avaler, je vous l’accorde !

    2. Fabien

      « J’ai 72 ans, cela fait 55 ans que je fume 1 paquet de cigarettes par jour, et je travaille activement tous les jours. »

      « J’ai 67 ans, je bois 1 litre de vin par jour, et je me lève tous les matins à 5H30 pour aller au bois. »

      « Et puis, il faut bien mourir de quelque chose! »

      « Mon bon monsieur, qu’est-ce que vous voulez qu’on y fasse! »

  51. Rémy

    Bien le Bonjour
    Et content de voir que Jérémie a quelque peu modéré son discours…

    Je voulais apporter quelques points supplémentaires (sans avoir lu les commentaires, désolé si redites) :

    – Je pense que le caractère non industriel du lait est beaucoup plus important que le fait qu’il soit cru. Exemple : dans les magasins bio de ma région, on trouve principalement le lait Gaborit pasteurisé et un lait local cru. Le lait cru local est mauvais au goût, et à la santé. Le lait Gaborit est un nectar. La race des vaches joue sûrement un rôle, mais il y a autre chose : apparemment, les vaches Gaborit ne produiraient que 17 litre par jour, alors que celles de la ferme (un GAEC, pas une méga-usine) d’à côté, 50 litres !

    – La médecine traditionnelle indienne (Ayurveda), qui connaît bien les vaches, préconise de toujours bouillir le lait, et aussi de ne jamais le consommer trop froid : voilà de quoi froisser nos petites analyses vitaminées. C’est justement une sorte de déstructuration qui est recherchée. De fait j’ai remarqué qu’en bouillant quelques secondes le lait (pasteurisé), une certaine « humidité » disparaissait. Dans le même genre d’idée, l’ayurveda recommande de consommer le yaourt sous forme de takra/lassi, afin que par la dilution et l’agitation, ses qualités lourdes et collantes soit transformées. On est pas loin de l’homéopathie… âmes insensibles s’abstenir !

    – Ne pas boire du lait tous les jours parce que nos ancêtres… Ah toujours ces bons vieux raisonnements ancestraux :) C’est pas les paléo qui kiffent Weston Price ? Et nos petits suisses alors, y mangeaient-ils pas du lait tous les jours ? Quant aux indiens on dit souvent que le lait est là bas l’équivalent de notre pain.

    A plus !

    1. Sylvain

      Bonjour !

      « – Je pense que le caractère non industriel du lait est beaucoup plus important que le fait qu’il soit cru. »

      Bien vu !

      « – C’est pas les paléo qui kiffent Weston Price ? Et nos petits suisses alors, y mangeaient-ils pas du lait tous les jours ? »
      Bien vu, et surtout ils bouffaient du pain (de seigle). Un peu acide comme alimentation, et pourtant…?

  52. dara

    de mon coté, ma famille se fournit en lait cru chez deux producteurs, y en a un qui fait en plus de yaourts, du beurre, de la crème et un fromage local et l’autre fait des fromages blanc, faisselle et un autre fromage local, en plus de la vente de lait cru.
    Et sur le lait, et les produits dérivé de certaine grande marque : j’ai une amie qui ne pouvait pas manger des produits dérivé du lait (le lait passait à peu près), et un moment au dessert elle a envie de gouter un des yaourts du marché, ses parents essaient de l’en dissuader en lui expliquant qu’elle va encore avoir mal au ventre…. finalement elle a mangé son yaourt et elle a eu mal nul part, et ils ont ramené une dizaine de yaourts chez eux…
    puis sur la digestion du lait, ma mère qui a habité 2 ans au cambodge, en rentrant ne pouvait plus boire de lait, ses enzymes s’étaient fait la malle…
    et de mon coté je ne peut boire que du lait cru (ou mis à bouillir à la casserole pour la conservation), sinon mon estomac va faire un tour…

  53. Jean Michel H

    Bonjour à tous,
    Je suis un petit producteur de lait cru et j’aimerais bien faire découvrir mon produit mais comment
    faire ???
    Si vous avez des idées ou des suggestions elles sont les bienvenues
    Merci.
    tel :06 99 54 04 82

  54. norbana

    Bonsoir,

    Atteinte d’une sclérose en plaques, et ayant arrêté gluten et lait, j aimerais savoir si le lait cru serait bon pour moi? est ce que sa caséine est différente de celle du lait uht? Merci de m’éclairer un peu.

    1. Olivier Ramirez

      De la caséine, c’est de la caséine à mon avis.

  55. norbana

    Bonsoir,
    Atteinte d’une sclérose en plaques, je ne prend plus ni gluten ni produits laitiers, quelqu’un pourrait me dire si le lait cru est bon pour moi? est ce que sa caséine est différente de la caséine du lait non cru?
    Merci pour votre aide

  56. Guigou

    Un extrait de documentaire qui rentre un peu dans le cadre de la discussion (pour les chanceux habitant en Haute Savoie!)

    http://www.youtube.com/watch?v=UolSIkRmhZ4&feature=player_detailpage#t=2172

  57. hilda

    bonjour,

    je voulais juste préciser que la médecin ayurvédique (et il me semble que Taty se réfère au système des doshas de l’ayurveda) estime que les produits laitiers ne sont pas bons pour toutes les constitutions, mais que par contre ils sont essentiels à l’équilibrage de la constitution Vata : une personne Vata qui ne consommerait pas de produits laitiers ne se sentirait pas bien.
    par ailleurs l’ayurveda fait une place importante au ghî ou beurre clarifié : du beurre sans caséine (celle-ci est retiré en faisant chauffer le beurre dans une casserole).

    je n’ai pas lu la totalité des commentaires, donc désolée si ce que je dis là a déjà été dit ailleurs.

    en tous cas bravo Jérémy pour votre manière d’écouter autour de vous jusqu’à évoluer dans vos conceptions : bel exemple à suivre, et que je suis en lisant ce blog ;-)

    bonne journée à tous.

  58. Pascal

    Bonsoir,
    J’ai découvert ce blog récemment et notamment cet article très intéressant sur le lait cru. Félicitations. De plus les gens qui savent se remettre en question, ça m’inspire confiance ! Le débat qui a suivi était aussi très instructif.
    J’aurais deux questions à vous soumettre :
    1) La biodisponibilité annoncée pour le lait est d’environ 32 %. J’imagine qu’il s’agit de données concernant le lait industriel. Qu’en est-il de la biodisponibilité du lait cru ? Ne serait-elle pas supérieure ?
    2) Quand j’étais gamin, je me souviens que ma mère faisait bouillir le lait (de la ferme voisine) avant de nous le faire boire. En fait, dès que l’ « anti-monte-lait » commençait à gigoter, elle éteignait. Dans ce cas, ce lait est-t-il considéré comme un lait pasteurisé ou conserve-t-il quand-même ses propriétés de lait cru ?
    Merci d’avance de vos réponses,

  59. guitton chrystine

    Bonjour,
    je veux juste témoigner dune personne qui fait du lait cru extra avec les vaches Jersiaises dans le Maine et Loire.Lait non chauffé non pasteurisé de vache et de chèvre aussi; un DELICE
    .Cela me rappelle mon enfance à la campagne.
    Le site : Bernard GABORIT.
    Voilà.
    Merci à toi Jérémy pour ttes ces utiles infos.

    Chrystine

  60. Peluche

    Bonjour,
    Nous attendons avec impatience « 10 minutes pour réhabiliter le lait cru ».
    Est-ce envisageable ???
    Cela serait fort utile pour synthétiser et informer autrui de ce que vous dites, qui est fort intéressant et qui fait un excellent distingo entre lait cru de vaches nourries à l’herbe (je résume à grands traits) et lait thermiquement tué de vaches nourries aux concentrés et au maïs ensilage.
    Que dire en outre des propriétés du lait selon les races de vaches ? La Prim Holstein, dont le lait inonde les supermarchés, produit un litrage de lait énorme certes, mais aux qualités gustatives et nutritives bien faibles au regard des vaches de terroir qu’elle a détrônées.

  61. JANO

    Tu parles de lait cru, ok je ne mange que cru, mais tu parles pas du lait de vache tout de même ? C’est le lait de chèvre cru qui est bon pour la santé par celui de vache !!! ;). Aller, réétudie la question, tu vas y arriver ! lol

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Mais j’attends impatiemment de ton aide Jano ! Éclaires moi de tes connaissances ainsi que les internautes ! ; )

      1. Claudisa

        Je te trouve bien « catégorique » dans ton propos, Jano. Mais je suis preneuse d’infos plus étayées sur la question tant controversée des différents laits de mammifères. si tu pouvais aussi nous parler du lait d’anesse ou de jument et tant qu’à faire des qualité du lait de la chamelle, c’est formidable aussi puisqu’il semblerait que leur composition (en tout cas pour les équins) soit plus intéressante que celle des ruminants.
        Le lait de chèvre est avec le lait de brebis plus riche en acides gras que le lait de vaches, plus riche en phosphore et autres minéraux également…. Ce qui le différencie du lait de vache, c’est la taille des molécules des protéines de la caséine qui sont plus petites. Alors effectivement quand ceux qui ne digèrent pas ces protéines (principalement ceux qui ont une muqueuse poreuse et très dégradée), le lait de chèvre peut mieux passer.
        Maintenant si tu as des explications scientifiques sur l’argument du Professeur Joyeux sur le fait que le lait de petits ruminants serait plus intéressant pour l’homme que celui des plus gros, je serai très heureuse parce que cet argument là (souvent lié aux potentiels soucis que poserait l’hormone de croissance animale chez l’homme en rapport à leur taille respective), c’est aux yeux de pas mal de scientifiques assez simpliste et « tiré » par les cheveux. A te lire sur cette question intéressante dans ce long débat qui intéressera pas mal de personnes ici, Jérémy en premier lieu…. Méfiance quand même avec toutes les croyances/convictions/ rumeurs colportées ici et là.
        Bien à vous tous et à toi Jérémy dont j’ai une fois de plus adoré ton dernier article Vegan/omnivores…..

        1. danielle dubus

          bonjour,
          je viens juste ajouter mon tit grain de sel (bio) LOL !
          quel que soit le lait animal, il ne nous est pas destiné. Les animaux pour vivre et être en bonne santé, ne consomment pas de lait que je sache ! lol !
          donc faisons comme eux, consommons des végétaux et ajoutons-y des fruits…
          si certains consomment du lait par goût et ne peuvent s’en passer, alors oui, suivre les conseils du professeur Joyeux est une bonne chose.
          Aujourd’hui d’ailleurs, nous ne faisons plus la différences entre « c’est bon » (gustativement) et « c’est bon » (nutritivement). C’est la course au « c’est bon » gustatif…
          cordialement
          Danielle

          1. Emilie

            L’homme est le seul animal à faire plein de trucs, donc l’argument « l’homme est le seul à consommer du lait une fois adulte » est ridicule.
            Pareil sur le fait qu’on devrait consommer la même chose que les ruminants : nous ne sommes pas constitués pareils et n’avons donc pas les mêmes besoins !
            Je ne prétends pas que le lait qu’on trouve actuellement en supermarchés soit bon (bien au contraire !), mais un peu de bon sens franchement !!!
            Et puis, vouloir imposer un modèle alimentaire à coups d’arguments pseudo-scientifiques, qu’est-ce que ça me gonfle ! Que vous soyez heureuse de ne plus boire de lait ou de ne plus manger de viande, nous sommes heureux pour vous ; mais inutile de nous faire croire que votre régime est le meilleur du monde et qu’il est le plus adapté à tout le monde !
            Merci :)

            1. Anthony

              Tout à fait d’accord avec toi Emilie. Les anti-gluten, anti-lait, ça commence sérieusement à me gonfler…le ventre. LOL. De toute façon, tout aliment sera critiqué. Un exemple? Le soja! Les scientifiques le critiquent également et ne conseillent pas plus de deux portions par jour. Et vous savez quoi, pour les produits laitiers, c’est pareil! Alors pourquoi nous faire croire que les nutritionnistes sont tous influencés par les lobbies. Pourquoi effectivement nous comparer effectivement aux animaux. Encore un exemple? Le chocolat peut tuer un chien. Et pourtant, on en mange nous. Et j’ai de tas d’exemples de ce genre. Nous sommes tous différents. Tout est question de tolérance, de quantités à respecter, de composition personnelle, de capacité de digestion. Par contre, malgré tout, je ne conseille pas le lait liquide. Il contient trop de lactose et effectivement, là c’est un fait pour tous, notre estomac peine à le digérer. Par contre, pour les yaourts et fromages, je pense que dans notre société, c’est important d’en consommer. (sauf si on est vraiment allergique au lait). Bises

            2. danielle dubus

              chère Emilie,
              je ne dis pas que nous devons manger la même chose que les ruminants ! MDR ! mais juste consommer des légumes et des fruits, donc des végétaux, qui apportent les nutriments nécessaires, entre autre du calcium.
              Personnellement, je ne veux rien imposer du tout. Mon but est d’alerter. Cependant, chacun est libre de son choix. Heureusement. Après cela, libre à chacun de continuer…
              Cordialement

  62. Doumé

    Bonsoir Jérémy,
    Je viens de découvrir le reportage sur la consommation du lait en France, qui vient de passer ce soir sur le journal TV de France 2, où l’on vous décrit comme ne buvant plus de lait depuis 6 ans désormais. C’est dommage pour vous de ne plus boire cet aliment car il est commun et indispensable à tous les mammifères, dont nous sommes les représentants les plus élevés ! Depuis ma naissance, je bois du lait, tout d’abord celui de ma mère, et c’est grâce à celui-ci que je vis encore aujourd’hui, puis du lait cru de vache, j’ai 61 ans, et dans ma tendre enfance, élevé à la campagne, j’avais cette opportunité, et ce, après avoir été dûment sevré à 3 ans, de faire les quelques mètres à pied de ma maison à la ferme voisine, muni de ma petite timbale en argent, j’y allais donc à l’heure de la traite et la fermière me remplissait celle-ci d’un bon lait chaud et mousseux ! Quel régal ! Je peux donc vous affirmer que le lait est un aliment naturel dont la nocivité qu’on lui prête est inacceptable ! Seulement voilà ! De quel lait parle t-on ? Si c’est du lait cru, non pasteurisé, c’est l’aliment par excellence ! Du lait U H T demi-écrémé ou entier, il est encore tout à fait potable (comme l’eau), mais si l’on se fournit d’un lait avec des additifs, comme des vitamines et autres saletés du même genre, vendu 15 à 30 % plus cher par les hypermarchés, il est évident que vous en subirez les conséquences à un moment ou à un autre ! Tant pour votre budget que pour votre santé ! Alors faites donc comme moi, buvez du lait, mais du bon lait ! Depuis 61 ans, c’est ce que je fais, je n’ai aucun problème de santé à déplorer, pas la moindre maladie, pas le moindre virus (de grippe ou autre) et pas besoin de vaccins, pas le moindre petit rhume, tout va bien ! Mon secret ? Je bois 1 litre de lait chaque jour, voire même 2 L ! Et dès le matin c’est un grand bol (1/2 L) puis dans la journée ce sont 2 à 3 verres de 40 cl, nature ou aromatisé d’un sirop naturel ! Et en hiver, du lait chaud avec du miel, préventif contre le froid et l’humidité qui drainent à foison toutes sortes de microbes et autres virus ! Des médicaments ? Point ! Car c’est mon seul et meilleur remède ! Certes je ne bois plus que du lait 1/2 écrémé depuis 10 ans, mais c’est toujours le même lait ! Chacun est libre de ses choix, mais prétendre que le lait de vache n’est pas bon pour l’être humain, c’est aller un peu trop vite en besogne ! Plus de lait au quotidien, c’est la porte ouverte à toutes les contaminations, et il en est de même pour certaines plantes ! Vive l’ail, j’en mange tous les jours, vive le thym, il est dans tous mes plats ! La liste n’est pas exhaustive, à vous donc de la poursuivre ! Soyez aussi convaincu que la mal bouffe est sans doute à l’origine de tous vos maux organiques ! Matières grasses frelatées, mais pas le beurre, Dieu soit loué ! Sucres et sel à gogo sont dans ces plats cuisinés ! Bannissez-les à tout jamais de votre alimentation et faites le ménage dans ce que vous achetez, et ce, avant d’accuser le lait des vaches de tous vos maux. Aspartame, additifs, antioxydants, conservateurs et colorants ! Voici les véritables responsables ! Faites comme moi ! Préparez vous-même votre alimentation et cuisinez vous-même vos petits plats ! Ils n’en seront que meilleurs, et ce, sans la  » sale bouillabaisse » des agroalimentaires qui n’ont qu’un seul but ! S’enrichir à vos dépens ! Mais vous n’avez jamais le temps, n’est-ce pas ? La congélation est votre alliée, et non pas pour des produits surgelés ! Mais pour les petits plats que vous vous êtes concoctés, et ce, en sacrifiant une 1/2 journée, et pourquoi pas une journée entière avec vos amis ou votre famille ? La mal bouffe est entrée dans votre vie ? Il est encore temps de la combattre, et ce, par la convivialité que vous apporte ce genre d’activité ! Préparez-vous donc, tous vos repas quotidiens, avec des produits frais et du lait ! ( dans la pâtisserie il en faut toujours ! )
    Merci donc d’avoir eu la patience de me lire jusqu’au bout et si vous voulez plus d’informations n’hésitez pas à me joindre au 0628345892, je me ferais un plaisir de vous conseiller, ET VIVE LE LAIT !

    1. danielle dubus

      cher Doumé,
      certes le lait est indispensable à tous les mammifères, mais seulement pour les bébés, et seulement celui de sa mère ! Il est indispensable pour donner à l’organisme, les armes de résistance nécessaire au bébé ! lorsqu’il est bien résistant, la mère n’a plus de lait et le bébé est sevré, et ce, quelle que soit la race, animale ou humaine.
      Après le sevrage, les bébés des mammifères animaux ne consomment pas de lait ! et pour cause ! ils ne connaissent pas les industries agro-alimentaires ! ils font partie de sa chaîne par contre ! quelle horreur !
      Pour ne prendre que les vaches, que consomment-elles pour avoir tant de calcium dans leur lait ? et leur petit sevré, que consomme-t-il pour rester en bonne santé ? du lait ?
      que nenni ! des végétaux !
      Nous sommes les seuls mammifères au monde qui continuons à consommer du lait ! Pourquoi les animaux n’en consomment plus ? Pourquoi s’il est si indispensable que cela, ne sont-ils pas malades, pourquoi ne meurent-ils pas rapidement après le sevrage ? !!!

      Pour rejoindre votre propos, je dirai que vous êtes l’exception qui confirme la règle… mais pas que. Visiblement vous avez été privilégié de par votre lieu d’habitation qui vous permettait de vous nourrir sainement. De plus, le fait que vous ayez été allaité jusqu’à trois ans est fondamental ! plus longtemps le bébé est nourri au lait de sa mère, plus son organisme sera fort et résistant, plus il sera capable d’assimiler le lait de vache car son système digestif y est préparé.
      Le grave problème aujourd’hui c’est que les jeunes mamans allaitent peu longtemps voir pas à cause souvent de la vie moderne.
      Et puis, nous ne sommes pas tous égaux en matière d’organisme, de santé… il y a des organismes super résistants et d’autres non.
      pourtant, nous ne sommes pas des veaux, nous ne possédons pas les moyen le digérer sans fatiguer notre organisme. l’effet à long terme sur notre santé est néfaste pour beaucoup d’entre nous. Certaines allergies, l’asthme, l’acné et autres pathologies sont favorisées par la consommation de lait.
      bien cordialement à vous
      Danielle

  63. Frémont Gilbert

    Cela fait 57 ans que je touche plus au lait, pourquoi ?
    Tout d’abord nous ne sommes pas des veaux (avis de mon médecin de l’époque) et surtout nous ne possédons pas les moyen le digérer sans fatiguer notre organisme. Les produits laitiers fermentés n’ont pas ce problème (de préférence bio).
    Le lait est surtout une affaire économique, même si l’effet à long terme sur notre santé est néfaste, Certaines allergies, l’asthme, l’acné et bien d’autres pathologies sont favorisés par la prise de lait.
    Si le lait est vous est indispensable, buvez en peu et, surtout prenez du bio.

    1. danielle dubus

      Houahou ! rarissime ce genre de médecin !
      bravo Gilbert, vous avez très bien résumé le problème du lait !
      tout est dit !
      Je pense que la plupart des gens qui ne veulent pas « entendre » ce qui est dit sur les méfaits du lait, le font parce qu’ils aiment le lait et ne peuvent s’en passer. Sinon, pourquoi continueraient-ils de le consommer face au danger potentiel de sa consommation ?
      Et puis tout cela est légitimé par les médecins qui, depuis toujours affirme que le lait nous est indispensable !
      cordialement et encore bravo pour cette super intervention brève et lumineuse !
      Danielle

  64. Brigitte

    Bonjour Jérémy et à tous les internautes,

    Votre article m’a beaucoup intéressée ainsi que les divers commentaires, mais je ne suis hélas guère avancée sur l’éventuelle toxicité du lait ou pas… Je pense comme certains que c’est à chacun de se faire sa propre idée !

    J’ai consommé très longtemps du lait UHT acheté en grande surface mais il y a un mois je me suis inscrite à « La ruche qui dit oui » et j’ai acheté du lait à un producteur avec lequel je me suis regalée :-)) Je l’ai fait bouillir parce le producteur le conseille et il y a de la crème alors que j’ai pris du 1/2 écrémé. Que du bonheur à côté de l’UHT sans aucune saveur ! Madeleine de Proust parce que j’en ai bu pendant mon enfance et adolescence…
    Amusant, comme une autre femme qui a écrit un commentaire, mon mari n’aime pas … parce qu’il lui trouve trop de GOÛT !!! Un comble !

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Brigitte,

      La toxicité du lait… c’est pas évident de répondre justement. J’ai écrit d’autres articles qui résument ou qui rentrent dans le détail sur les dangers du lait et il y a en a beaucoup. En revanche, je trouve dommage que tu fasses bouillir ton lait cru car c’est bien cela qui va détruire enszymes et vitamines excellente pour ta santé. Ton producteur conseille de le faire bouillir, moi je te conseille l’inverse. Le faire bouillir te permettra de le conserver un poil plus longtemps, mais tu perds des éléments au passage. A toi de voir !

      1. danielle dubus

        bonjour Jérémy,
        dans l’état actuelle mes mes recherches personnelles sur les problèmes du lait, je réagis sur votre propos concernant le lait crut qu’il ne faut pas faire bouillir.

        Je pense qu’au contraire il est indispensable de le faire. Lorsque celui-ci refroidi, il se forme une pellicule au-dessus du lait. Celle-ci contient tout ce qui n’est pas bon pour nous. Empiriquement, nos grands-mères dont la mienne, éliminait cette pellicule disant qu’elle est poison pour nous.
        le problème du lait UHT est justement que le procédé ne permet pas cette élimination des hormones de croissances et autres substances. Le procédé tue tout d’ailleurs et ce n’est plus que de l’eau blanche qui est donnée à boire.
        Bien que le lait, quel qu’il soit, n’est pas destiné à un humain mais spécifiquement à un animal, il reste préférable pour les personnes qui ne peuvent, par goût, se passer de lait, de consommer du lait cru, ce qui est un moindre mal…
        Il est quasi nécessaire pour réaliser des pâtisseries et desserts. Donc, occasionnellement, rien ne s’oppose à sa consommation.

        Pour ma part, je suis totalement anti-lait, sachant tout ce que je sais sur ses effets au long terme. Cependant, occasionnellement, j’utilise du lait bio pour réaliser certaines recettes, j’utilise du fromage blanc également m’étant assurée de la qualité de la production de ces produits. Sinon je m’en passe ! lol !

        et après tout… pour obtenir le précieux calcium pour mon organisme… et bien je consomme comme la vache : DES VÉGÉTAUX ! et j’ajoute des fruits… m’assurant là aussi de la qualité de la production.
        cordialement
        Danielle

  65. Victoira

    Merci Jérémy pour ces informations concernant le lait. Ce serait bien que les gens des îles de la NC aillent sur ton bloc pour s’informer; on a constaté trop de cancer de sein et maladie de la prostate parmi les gens des îles. Ce sont des vrais buveurs de café au lait. En tout cas je te remercie infiniment.

  66. Michel @ Changer Gagner

    Bonjour !

    le problème avec le lait de vache c’est aussi qu’il contiendrait des hormones de croissance qui permettent aux veaux de prendre presque une tonne en quelques mois. Quand on sait que l’un des facteurs favorisant les cancers est l’hormone de croissance…

    Sources : Les produits laitiers, nos ennemis pour la vie…

    1. Marion

      Il faut arrêter de dire n’importe quoi. Les journalistes font des raccourcis parfois dangereux. Prenez le temps d’aller à la rencontre d’éleveurs de vaches laitières. Vous pourrez vous faire votre propre opinion en toute connaissance de cause avec l’ensemble des points de vue, anti, pro lait ET PRODUCTEUR!

  67. Aline Bossi

    Je suis tout à fait d’accord avec votre article et aussi avec la réponse de Thierry Souccar. C’est la même chose avec le problème du gluten. La montée des intolérances est due à l’abus et la consommation excessive de produits alimentaires dénaturés par l’industrie. Rien à voir entre le lait, les laitages, les fromages traditionnels au lait cru et les produits UHT qui sont tout simplement morts et non reconnus par notre système immunitaire. Rien à voir non plus entre le pain « baguette » et autres produits céréaliers industriels et du pain de blé de variété ancienne au levain naturel. On ne peut entretenir la santé et la vie avec des aliments morts et dénaturés. Ceci dit, chaque individu est unique, son terrain, son hérédité, son histoire de santé physiologique et psycho-émotionnelle doivent guider le conseil personnalisé. Et la modération , en quantité et fréquence , des produits et sous-produits animaux, des féculents, des céréales et des légumineuses, des matières grasses et des sucres simples doit rester la règle. C’est l’enseignement de la naturopathie hygiéniste, j’ai envie de rajouter « puriste », qui donne une fois de plus les réponses justes aux questions de diététique et nutrition actuelles.

  68. Anthony

    Bonjour Jérémy,

    Désolé d’être franc, mais cet article de décrédibilise fortement.

    Evidemment qu’un lait bio est meilleur qu’un lait industriel. Evidemment qu’un lait crû est meilleur qu’un lait UHT. (encore faut-il pouvoir s’en fournir, en toute sécurité).

    La question n’est pas là! Tu t’emmêles les pinceaux avec Taty machin.

    Le lait cru contient toujours de la caséine, de la lactose, des hormones de croissance, …

    Je vais te donner un exemple. C’est comme si tu es contre le gluten. Tu critiques dans un article le pain industriel, des grandes surfaces. Et tout d’un coup, parce qu’un internaute te fait une réflexion, tu te mets à vanter le pain blanc artisanal, des fermiers, avec des produits naturels.

    Alors, oui, il y a un pas vers la qualité. Oui, tu conseilles malgré tout de le consommer en petite quantité, occasionnellement.

    Néanmoins, soit ton article manque de nuances. Soit tu es une girouette de l’information.

    Après de longues hésitations, je m’étais enfin résolu à arrêter de consommer des produits laitiers. Le sujet est très délicat et controversé.

    Et quand je lis ton article, ça me sidère.

    Thierry Soucar, Natura Coach, Fitnext, Henri Joyeux nuancent leurs propos. Certains suggèrent par exemple de consommer des fromages bio, d’un plus petit animal telle que la chèvre. Une portion par jour maximum si on ne peut s’en passer. Le lactose est quasi inexistant. Et comme tu le dis, nous n’avons plus de lactase à l’âge adulte, ou peu.

    Mais personne, je dis bien personne, ne suggère de boire le lait liquide! Crû, stérilisé, uht.

    En résumé, son grand méchant lait, taty, elle peut se le garder.

    Parole de Tony.

    1. Anthony

      Zut. Une faute dès le début de l’article.

      Cet article TE décrédibilise.

      1. Anthony

        Du lactose. ( et pas de la lactose)

        C’est le matin. mdr. (excuse bidon)

  69. Pingback: 10 raisons qui expliqueraient les bénéfices du mode alimentaire Paleo | plaisiretnourriture

  70. Rose

    bravo les leçons de morales mais encore faut il avoir une ferme à 2 min de chez soi qui vend du lait cru ….
    je ne suis pas d’accord quand vous dites que le lait frais ne sert que le distributeur, j’habite dans une grande ville et je suis bien contente de trouver du lait frais bio en bouteille ! sans la pasteurisation qui permet de garder le produit 1 semaine, je ne pourrais jamais boire de lait du tout !
    rien à voir avec le lait UHT dans sa texture, son gout et ses qualités nutritionnelles !!
    l’amalgame que vous faites des 2 produits est assez consternant !

    1. danielle dubus

      bonjour rose,
      je suis d’accord avec votre commentaire sur les limites d’approvisionnement lorsqu’on habite en ville. Je reviens sur le lait, qu’il soit UHT ou cru. Le lait de la vache, comme le lait de brebis ou de chèvre, contiennent des hormones de croissance destinées à leur bébé spécifique. Si ces dernières sont peu dommageables pour notre bébé d’humain, elles sont fort néfastes pour la croissance de nos petits. Ce n’est qu’à long terme et sur plusieurs générations que les dégâts se font sentir. Nous sommes les seuls animaux à continuer de consommer du lait après le sevrage.

      Je pose une question :
      « c’est en mangeant quoi que la vache a tant de calcium dans son lait ?
      Boit-elle du lait pour avoir du calcium ? »
      très cordialement
      Danielle

  71. Iris

    Article lu comme ca, au passage… et j’aimerais ajouter que le lait de chèvre est excellent cru (le goût est d’ailleurs plus neutre que celui de vache, et il est naturellement homogénéisé, ca peu sembler paradoxal, mais il conviendrait certainement à ceux qui trouvent le lait cru trop fort/gras ou je ne sais quoi!) et c’est le seul lait non-végétal que ma mère aime encore boire… Par contre, une fois pasteurisé et mis en boîte pour super-marché, il devient presque imbuvable, avec un goût et une odeur de bouc! (le caractère de la chèvre semble ressortir avec la pasteurisation ;-)
    D’ailleurs, les petits ruminants sont beaucoup moins touchés par l’industrialisation, mais il existe tout de même des élevages intensifs, hors-sol, ayant recours aux hormones et/ou à l’insémination artificielle… donc là aussi, il vaut mieux connaître son éleveur, privilégier les circuits courts…
    Enfin, le lait caillé se cuisine très bien! (un peu comme du fromage frais, regardez du coté de la cuisine slave par exemple)

  72. Crystal

    Bonjour,

    J’habite dans les Antilles avec ma fille de 5 ans sur une petite île où l’on ne trouve pas tout ce que l’on veut. Nous buvons un grand bol de lait UHT acheté en supermarché tous les matins et je cuisine aussi bcp avec ce lait. A lire vos messages, ça ne me donne plus envie d’en consommer. J’aimerais savoir par quoi je peu le remplacer, sachant qu’il n’y a pas de producteur de lait sur l’ile. Quel serait donc le lait de substitution que je pourrais utiliser ? Merci d’avance pour vos réponses. Bye

    1. zohra

      Bonjour Crystal,
      tous d’abord je vous conseille vivement d’arrêter le lait UHT qui sans aucun doute est un poison. Sache qu’en vivant dans un pays chaud, normalement les laitages ne sont pas indispensables dans votre alimentation. Pour une bonne assimilation du calcium, il faut veiller à avoir assez de graisses saturées dans ton alimentation: beurre, lait de coco, viandes grasses, poissons gras et pourquoi pas cuisiner avec du saindoux? Le soleil fera le travail pour la vitamine d. Le plein de fruits et légumes pour l’apport en calcium. Quelques aliments fermentés naturellement(renseignez vous, chaque endroit a dans sa tradition un ou plusieurs aliments fermentés), boissons ou légumes, devraient compléter l’apport en micro nutriments et enzymes nécessaires également à une bonne assimilation du calcium. Sinon, parait-il, le lait pasteurisé, serai un moindre mal…une autre solution pourrait être aussi d’utiliser du lait en poudre pour bébé, celui ci étant enrichi en vitamines nécessaires à son assimilation, je vais faire sursauter certains ici, mais dans quelques endroits reculés en afrique, c’est ce que l’on fait avec succès…

  73. Flavio

    De mon expérience personnelle. Depuis 2 ans je ne bois plus de lait de vache. Je l’ai remplacé par du lait de chèvre cru quand c’est possible sinon en briques. Résultats immédiats : plus de douleurs articulaires et de nausées. Cela est confirmé par deux de mes connaissances qui ont eu les mêmes résultats.

  74. L'Alchimiste

    Qu’est-ce que vous pensez des propos du Professeur Joyeux qui dit qu’il faut à tout prix éviter le lait, à cause des facteurs de croissance, pouvant provoquer des cancers?

    1. danielle dubus

      bonjour l’alchimiste…
      pour réponse je vous pose cette question :  » c’est en mangeant quoi que la vache a tant de calcium dans sont lait ? lait destiné à un veau qui doit faire rapidement une centaine de kilos !

      alors faisons comme la vache !!!

  75. giaquinto

    bonsoir,

    je cherche du kefir de lait (grains) sur marseille de préférence.
    qui veut bien m’en procurer je l’en remercie d’avance

  76. Pingback: Alimentation | Pearltrees

  77. Cat

    Le lait, même cru et bio, est un aliment qui a tendance à accumuler les molécules toxiques malheureusement présentes dans l’environnement. Voici l’extrait d’un article de lanutrition.fr : « Les chercheurs ont ensuite relevé chez les participants les concentrations urinaires des produits de dégradation des phtalates et du BPA. Ils s’attendaient à voir les taux baisser dans les familles ayant reçu les aliments frais et bio. Et là, surprise : c’est le contraire qui est arrivé. Les concentrations de ces substances chimiques sont apparues 100 fois plus élevées que dans la population générale. Les enfants présentaient des taux plus élevés que les adultes. Pour comprendre ce qui se passait, les chercheurs ont analysé les produits alimentaires qui leur avaient été donnés à consommer. Les laitages (beurre, crème, lait et fromage) avaient des concentrations supérieures à 440 nanogrammes/gramme. Les épices moulus (cannelle, poivre) affichaient des taux supérieurs à 700 ng/g, le record étant pour le coriandre avec 21400 ng/g. » Source : http://www.lanutrition.fr/les-news/meme-en-mangeant-sain-et-bio-on-sempoisonne-aux-phtalates-et-au-bisphenol.html

  78. Emilie

    Désolée je n’ai pas lu tous les commentaires car ils sont trop nombreux.
    Nous ne consommons nous aussi que du « vrai » lait. Cependant, je le fais toujours bouillir car j’étais persuadée qu’il était mauvais pour la santé de le boire cru justement : pour moi (la faute à la propagande des industriels sûrement…), il fallait absolument le faire bouillir pour être sûr qu’il soit exempt de bactéries, sinon on tomberait à coup sûr malade !
    Du coup, vous dites que c’est le contraire ?!
    Par contre, j’aime bien le boire chaud le soir en hiver : on peut donc quand même le chauffer, à condition de ne pas dépasser 60°C ?
    Merci de votre réponse !

  79. Berge

    Je buvais du lait cru quand j’étais petite et même adulte. On le trouvait en grands surfaces. Malheureusement, ça a été interdit. Le meilleur lait cru que j’ai bu est le golden milk, un lait des îles anglo-normandes. Je vous le conseille ! Il est vendu en Angleterre, en Ecosse.

  80. Adele

    « La liste est encore longue, mais imaginez que tous les constituants chimiques (pesticides, fongicides, hormones) traversent la chaîne alimentaire… »

    PS : Les hormones sont interdites en Europe depuis un bon bout de temps maintenant. Nous écrivez-vous depuis les Etats Unis ?
    PS2 : L’exploitation moyenne en France compte une 50aine de vaches : on n’appelle pas vraiment ça des fermes industrialisées.
    PS3 : Les petites exploitations ne font pas forcément le meilleur lait (cf hygiène, taux de cellules). (Et je ne dis pas qu’elles font du mauvais lait, ne généralisons pas).
    PS4 : Le lait cru c’est super bon, mais pas sûre que tous les Français puisse s’en procurer facilement (Par contre ils en vendent aussi dans les grandes et moyennes surfaces, pas uniquement dans les mag spé). Et celui ci aussi doit être bouilli pour être consommé, du moins c’est recommandé !

    Tout n’est pas blanc ou noir, il faudrait peut être se déradicaliser un peu ;).

  81. Zoziau

    Mais bien avant le lait UHT et la commercialisation du lait pasteurisé, si les gens achetaient leur lait cru, il ne leur serait jamais venu à l’idée de le boire tel quel ! On faisait toujours bouillir le lait, et bien plus fortement et plus longuement qu’il n’est chauffé lors d’une pasteurisation ! Les risques de maladie étaient bien trop grand avec le lait cru – la tuberculose pour commencer. Pendant des siècles, à Paris, on élevait les vaches en sous-sol, dans des conditions épouvantables de saleté et de promiscuité. Ceux qui en avaient les moyens faisaient venir leur lait de la campagne (et le faisait bouillir), mais les autres… faisaient bouillir le leur en croisant les doigts !

    D’ailleurs bien des sites suggèrent encore, dans leur recette de yaourt, d’utiliser du lait cru puis de le faire bouillir pendant un quart d’heure à plus de 80°C. Avant d’être pasteurisé, le lait industriel aussi était du lait cru ! Alors, quelle différence ? Est-il bien sage de boire du lait cru sans le faire chauffer avant ? Plus l’élevage est « naturel », plus les risques de contamination sont grands.

    La différence doit donc tenir à la qualité du lait et au mode de vie des vaches qui le produisent, pas tellement au fait qu’il soit cru au moment de l’achat, ou pasteurisé. Ethiquement parlant, la seule option valable serait du lait de vache type « Boeuf de Charolles », dont le petit est toujours élevé sous la mère, que l’on ne trait qu’une fois que son veau a fini de téter… Pas de souffrance, pas de surcongestion mammaire, pas de mammite ou de lymphangite, une nourriture sans céréales ni ensilage, juste de l’herbe et du foin. Mais à quel prix ?

    1. Sylvain

      Une partie de vos réponses trouvent un bonne contre-argumentation dans ce livre : http://www.amazon.com/Untold-Story-Milk-Revised-Updated/dp/0979209528 (non pas de version française, désolé :( )

  82. marion

    Bonjour,
    qu’en est-il du lait de brebis et de chèvre?
    Même effet que le lait de vache?
    Merci pour tes lumières.

  83. Pingback: Le lait et moi (Confidence pour confidence) | La fille au pull prune

  84. danielle dubus

    bonjour à tous,
    le problème du lait industriel (UHT) se trouve dans le traitement même de celui-ci.
    Nos grands-mères, sans en connaître la raison scientifique, faisaient bouillir le lait cru. En refroidissant, se déposait sur le dessus une pellicule qu’elle enlevaient et jetaient. La mienne m’empêchait de consommer cette sorte de crème me déclarant que c’était poison ! En effet, en bouillant, la pellicule ainsi formée contenait tout ce qui est mauvais pour nous, entre autre ce que j’appelle les « traceurs » qui permettent au veau de grossir vite…
    Le traitement du lait UHT, non seulement ne permet pas d’évacuer ces molécules mais de surcroît tue tout ce qui pourrait rester de « bon » !

    je profite de ce post pour vous mettre un lien décrivant ce qui m’est arrivé à cause du lait et des laitages que je consommais en trop grande quantité.
    http://www.maveritesur.com/danielle-dubus/grace-a-la-naturopathie-j-ai-evite-l-amputation/903

    Cordialement à vous tous
    Danielle

  85. Myriam

    Bonjour,
    Bravo pour cette évolution, cette révolution personnelle.
    J’aimerai juste faire une petite précision sur l’alimentation des vaches.
    La plupart des élevages, y compris les bio (malheureusement) utilisent de l’ensilage de maïs qui n’est pas adapté aux ruminants. Il est complété au tourteau (bien souvent soja ogm).

    C’est pourquoi je considère que même un lait cru issu d’un élevage conventionnel n’est pas de bonne qualité. Si les vaches sont à l’herbe à la belle saison, elles sont aussi complémentées le soir et le matin pour pouvoir produire suffisamment soit une moyenne de 8000l/an

    Seul le lait bio de vaches élevées à l’herbe est de qualité. L’été en prairie, l’hiver au foin / luzerne et un peu de blé ou épeautre, du tourteau produit sur la ferme, sans ensilage

    1. danielle dubus

      merci Myriam pour votre intervention pertinente. Effectivement, rien ne va plus pour le lait.
      Bon, ceci dit, le lait n’étant absolument pas nécessaire et vital (bien au contraire) pour notre organisme contrairement aux fruits et légumes. Ils nous offrent tous les nutriments nécessaires comme le calcium et aussi des protéïnes (lentilles, quinoa, etc.).
      cordialement

  86. Simon Johan

    Un produit qui est parait authentique et beau au premier point de vue à toute les chances d’être bon pour la santé. Il suffirait en quelque sorte d’être plutôt instinctif dans le choix de ses achats. A cultiver!

    1. danielle dubus

      Bonjour Simon,
      ce n’est pas parce qu’un produit semble authentique et beau qu’il est bon. Loin s’en faut !
      Rien que l’exemple des carottes : au marché chez mes petits producteurs elles sont pleines de terre avec des formes tordues.
      chez les industriels elles sont calibrées, ont toutes la même forme : beurrkk ! elles n’ont pas de goût, elles sont pleines de pesticides et d’engrais. Mon instinct me dit de prendre les plus moches ! LOL !

  87. RAPHA

    Bonjour,

    J’ai un soucis de compréhension. Le lait cru doit de toute facon etre chauffé pour éliminer les bactéries. Donc on le pasteurise, non ?
    Y a t-il plusieurs process de pasteurisation,selon toi ?

    Les yaourts sont aussi préalablement chauffés…

    Seul le fromage peut etre consommé cru.

    HELP !!

    PS : Le lait bio peut-il aussi etre homogénéisé ?

  88. David

    Bonjour,

    Je bois du lait cru et je me demandais combien de temps il peut être conservé au frigo sans danger car je ne vois pas l’intérêt de boir du lait cru si c’est pour le faire bouillir et lui faire perdre ses qualités nutritionnelles.

  89. florian

    Bonjour, j’ai lu votre article et c’est tout à fait vrai, le gros problème actuel c’est les industrie, les modes de préparation des aliments et enfin pour moi le climat et les saisons. il est vrai que le lait cru est bien meilleurs pour la santé que le lait industriel pasteurisé uht nourrit avec de la merde ( comme ont dit nous somme ce que nous mangeons et c’est pareil pour le vaches) une vache mal nourrit et qui est en état d’inflammation générale avec des problèmes de digestion et du coup surement une dysbiose intestinale, ne peut pas faire du bon lait et ne peut pas être en bonne santé. d’où les antibiotique constant tout le long de la vie de la vache. un dehors de tout ces facteurs et même si le lait est bien meilleurs pour la santé, je ne pense pas qu’il soit BON, pourquoi? car il y’à toujours ce problème de caséine dans le lait, qui est cause de maladie auto-immune et d’hyper perméabilité intestinale(après sous formes cru peut etre il y’ a une différence et qu’il est mieux digéré en ce qui concerne les maladies auto-immune mais pour la perméabilité intestinale c’est à voir),ensuite il y’à toujours les différents facteur de croissance du lait IGF insulinométriques, EGF épidermiques, et TGF-B transformants qui pose problème tout d’abord parce qu’il y’en à beaucoup et oui c’est produits sont destiné à un veau qui doit prendre 1 kilo par jour pendant sa première année de croissance et qui chez l’homme aide et encourage le développement cellulaire en ce qui concerne les cancers hormono-dépendant et enfin que je l’est vu écrit dans le lait de vache il y’à effectivement des bactéries qui servent à ensemencer l’intestin du petit veau pour le rendre plus fort et améliorer son système digestif, malheureusement chez l’homme ces bactérie vont venir perturber notre micro biote intestinale (pas la même espèce) et donc perturbé notre assimilation et même notre santé puisque de plus en plus d’étude montre qu’une flore intestinale plus ou moins perturbé peuvent causé des problèmes psychique du type autisme, schizophrénie, dépression et d’autre maladie « mentale », des problèmes aussi d’immunité puisque la flore intestinale est notre première barrière contre les éléments pathogène qui viennent de l’extérieur.
    emma: ce que tu dit concernant l’ostéoporose est à voir avec le lait cru où je pense que le problème est bien moindre car le calcium n’à pas était chauffé il est donc encore sous forme organique et est donc bien plus assimilable, si je me souviens bien le lait contient pas mal de phosphore donc peut être qu’il n’y à pas forcement d’une mobilisation des réserves osseuse, le lait est très peu acide sous forme cru donc pas vraiment de soucis et le calcium étant sous formes organique est facilement éliminé par l’organisme contrairement au calcium inorganique qui à tendance à ce déposé partout ( dans les artères, la glande pinéale etc… crée des calcifications enfaîtes) et olivier le problème d’acidité que emma à pointer du doigt n’à rien à voir avec l’estomac, c’est plutot par rapport à l’acidification que le produits va crée dans le corps, ce qu’on appelle le terrain et la souvent un élément acidifiant sera avec des protéines et pas beaucoup de minéraux ( alcalinisant) hors le lait de vache en contient pas mal et peu de protéine donc même sans regardé, perso je sais que ce n’est pas très acidifiant. bon voilà j’espere que vous pourrez lire ce petit message qui me paraissait compléter ce travail et continuer comme ça il faut informer :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *