Comment Manger Paléo dans la Vraie Vie ?

paleolithique-ancetre-ble-orge-gluten

Paléo, vous avez dit Paléo ?

Diète paléolithique ou préhistorique, on entend de plus en plus parler d’un régime extrêmement bon pour la santé, celui qu’auraient suivis nos lointains ancêtres chasseurs-cueilleurs.

L’idée du régime préhistorique est d’intégrer tous les aliments que nous mangions durant l’ère du paléolithique, avant l’ère laitière et céréalière. Il convient de supprimer un large éventail de produits de notre société moderne (surtout les produits transformés). Et finalement, le régime « chasseur cueilleur » redéfinit les proportions de glucides, lipides et protides des rations quotidiennes.


 !UPDATE! un nouvel article sur l’espérance de vie au paléolithique est désormais disponible ! L’espérance de vie est estimée à 70 ans au maximum pour nos chers ancêtres !


Bon pour la santé ?

Le régime paléolithique se distingue de tous les autres régimes de par la restriction draconienne qu’il nécessite. Le régime préhistorique, c’est avant tout un arrêt complet des céréales modernes (blé, épeautre, avoine, etc.), des produits laitiers, et des produits industriels transformés de manière générale (gâteaux, chips, soda, plats précuits, etc.)

En gros, vous ne pouvez manger que ce qui existait durant le paléolithique, c’est-à-dire entre -2.5 millions d’années et -10.000 ans.

La Science s’est penchée sur la question bien évidemment, et de nombreuses études existent sur les effets d’un régime paléolithique sur l’organisme (1-5). De nombreux médecins ont fait la promotion de ce mode de vie, qui a un réel succès auprès de nombreux patients atteints de maladies corrélées avec notre alimentation (diabètes (1 et 2), obésité, maladie cœliaque, maladies inflammatoires et rhumatismales, etc.)

 Des aliments autorisés, d’autres interdits

Lorsque l’on parle paléo, il est bien plus simple d’énumérer les aliments autorisés tellement la liste des aliments interdits est longue. Cette liste d’aliments interdits est conséquente, et s’allonge tous les jours. L’industrie agroalimentaire invente (ou ré-invente) tous les jours, de nouveaux produits, qui sont tous (ou presque) incompatibles avec le mode de vie paléo.

Voici les grandes catégories d’aliments qui sont interdits dans le régime paléo, au sens (vraiment) strict du terme :

  • Les produits laitiers
  • Les céréales modernes (riz, quinoa, sésame, blé, avoine, épeautre, orge, seigle, maïs, etc.)
  • Les huiles cuites ou extraites à chaud
  • Les produits raffinés (sucre, sel, etc.)
  • Les légumineuses (haricots, soja, pois chiche, flageolets, etc.)
  • Les viandes grasses

En pratique, cela veut dire que vous ne pourrez plus acheter de plats « prêts-à-manger » dans les supermarchés (salades préparées, spaghettis bolognaises pré-cuites). Par contre, vous ne pourrez plus manger de pâtes ou de riz, par exemple. Là, on se rend bien compte de l’extrême rigueur de ce mode de vie.

Pour vous simplifier la vie, vous allez découvrir dans la suite de l’article comment vivre à la paléo dans la vraie vie, ou comment s’adapter en fonction de ce que l’on recherche et des moyens que l’on veut bien allouer à ce mode de vie.

Quels « crans paléo » allez-vous choisir ?

 « L’initié Paléo »

  • Difficulté : facile
  • Restriction : faible
  • Bénéfices pour la santé : très visibles et immédiats
  • Ratio « cuit / cru » : 80 / 20

C’est bien souvent l’une des premières étapes dans le passage à la « paléo attitude ». Typiquement, les plats sont majoritairement cuits, à la poêle, au barbecue, mais la cuisson vapeur devra être privilégiée.

Ces modifications du régime alimentaire sont probablement les plus appliquées et ne constituent pas un « régime paléo » au sens strict, mais bien le départ d’un rééquilibrage alimentaire. Donc, si vous décidez de réaliser un régime paléo « facile », vous allez devoir dire adieu à toutes les barres chocolatées, les snacks industriels, les gâteaux industriels, les plats préparés prêts-à-manger, ainsi que tous les sodas (light ou pas) et les boissons sucrées.

Au final, on supprime de cette manière les aliments industriels les plus transformés, mis en cause dans les épidémies d’obésités et de diabètes (pour ne citer que ces maladies-là).

Sur le plan économique, attendez-vous à voir votre budget alimentaire diminuer et pour cause: les produits industriels les plus transformés sont généralement les plus chers du marché. Je vous invite à comparer le prix de certains fruits et légumes avec ceux de chips industriels par exemple !

« Le Paléo Sérieux »

  • Difficulté : moyenne
  • Restriction : modérée
  • Bénéfices pour la santé : très visibles et immédiats
  • Ratio « cuit / cru » : 60 / 40

Si vous montez d’un cran votre « paléo attitude », d’autres aliments à spectre plus large seront interdits. A ce niveau-là vous ne pourrez plus boire de lait (de n’importe quel animal), vous ne pourrez plus manger de pain blanc (avec la farine blanche, le pain le plus raffiné) et il vous est interdit toutes les pâtes à tartiner, les confitures, et les conserves de légumes ou de fruits.

Vous devrez préférer les pains complets au levain, les pâtes et le riz complet ou semi-complet. Tous les alcools seront à boire avec modération (surtout la bière).

Ce niveau de restriction représente la « base » du régime paléo, au sens large bien sûr. On retire de notre alimentation une autre couche de produits dangereux pour la santé et mal adaptés pour notre organisme. A ce stade, de nombreux rayons de nos supermarchés deviennent infréquentables, les rayons « gâteaux » et bien 80% du rayon « conserves » ne sont plus autorisés. Ce nouveau mode de vie ne complique pas excessivement les relations sociales et les achats de nourriture.

« Le Paléo Convaincu »

  • Difficulté : difficile
  • Restriction : élevée
  • Bénéfices pour la santé : peu ou pas visibles, sur du moyen à long terme
  • Ratio « cuit / cru » : 30 / 70

Le cran « difficile » porte bien son nom, il est difficile. C’est d’ailleurs le stade où la consommation doit être principalement faite d’aliments « bruts » non cuits.

En plus de tous les aliments interdits dans les niveaux précédents, vous devrez retirer de votre alimentation toutes les céréales modernes qui composent la grande majorité des pains, pizzas, etc. (épeautre, avoine, maïs, seigle, etc.). Seul le quinoa, le sésame, le sarrasin et le riz sont autorisé.

Le yaourt rejoint le banc des exclus (avec son cousin le lait), seuls les fromages de bonne qualité sont tolérés. Evitez tous les jus de fruits du commerce, et les sirops qui présentent de trop grandes quantités de sucre raffiné.

Bien au delà d’une très forte restriction alimentaire, et d’une gêne non négligeable dans les interactions sociales, ce stade est bien souvent synonyme de convictions personnelles très fortes pour un style de vie plus simple (mais la pratique le rend plus compliqué), et qui respecte davantage l’écologie de la planète.

« L’homme des Cavernes »

  • Difficulté : extrême
  • Restriction : très élevée
  • Bénéfices pour la santé : inconnus, potentiellement toutes les maladies de « civilisation » pourraient être soignées
  • Ratio « cuit / cru » : 10 / 90

Suivre ce régime, c’est vivre à l’égal de nos ancêtres. Plus de riz, de quinoa, plus aucunes céréales, et plus aucunes légumineuses. Les viandes grasses sont interdites, ainsi que les viandes transformées (charcuterie, bacon, saucisson, etc.). La bière est interdite à cause du blé utilisé pour sa fabrication.

Egalement, les pommes de terre sont interdites, et globalement tous les légumes riches en amidon, mis en cause dans les troubles du fonctionnement de l’insuline. Le seul sucre autorisé sera le miel et celui des fruits.

Tous les produits laitiers sont interdits, lait, fromage, yaourt, etc.

Les graines, les noix, les amandes et les fruits secs (de manière raisonnable) sont autorisés.

Les protéines autorisées viennent principalement des viandes maigres, de la volaille, des poissons, des fruits de mer et des œufs.

Ce régime est très difficile à appliquer au quotidien, il nécessite beaucoup d’organisation et il est souvent prescrit dans le cas de maladies graves (obésité morbide, cancers, etc.) bien souvent couplé avec des phases de jeûne.

 Les aliments changent mais aussi les quantités

Une des particularités du régime paléolithique est la place plus importante des protéines dans l’alimentation (33% contre 11% aujourd’hui), une place moins importante des glucides (45% contre 52% aujourd’hui), et des lipides (22% contre 37%). Ce régime met donc l’accent sur des protéines provenant principalement du règne animal, des viandes maigres (gibier, etc.), des oeufs, des poissons et des fruits de mer.

Si vous respectez correctement les principes de base du régime paléo (sans être l’homme des cavernes décrit plus haut), vous pouvez manger à volonté les aliments autorisés.

Devenez un homme des cavernes…

80 ou 90 % du temps ! Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Le régime paléolithique est restrictif, et ne le cache pas. Qui dit régime restrictif dit régime pénible avec des possibilités de rechutes très graves pour la santé. L’un des conseils les plus judicieux qui traîne sur la toile est de vivre « paléo » 80 à 90% du temps. Cette ceinture de sécurité est un outil très puissant pour conserver, malgré tout, une hygiène alimentaire extrêmement bénéfique.

Rien ne sert de culpabiliser pour chaque cuillère de pâte à tartiner, ou de refuser toutes les invitations au restaurant ou dans un bar avec vos amis. Accordez-vous des repas, des heures, ou des jours de détente « alimentaire » tous les mois pour relâcher la pression. Si le régime « paléo » est bon pour votre santé, votre hygiène de vie (repas entre amis, desserts appétissants, etc, etc.) ne doit pas être prise à la légère.

Quelques  bons conseils avant de commencer un régime « paléo » :

  • Commencez petit à petit. Retirez au fur et à mesure des aliments de votre alimentation en vous assurant d’avoir trouvé un remplaçant de choix ! Sinon vous allez droit au manque, à la frustration et à la rechute. Par exemple, j’ai mis des mois avant de trouver mon palliatif idéal aux fameux « bols de céréales + lait de vache« .

  • Préparez vos repas à l’avance si vous ne pouvez plus manger à la cantine ou à la cafétéria de votre travail.
  • Vous allez drastiquement augmenter votre consommation de produit frais, alors choisissez de préférence des produits biologiques (‘organic’ en anglais)  et de saison (pour les fruits et légumes).
  • Manger paléo c’est bien, mais l’alimentation n’est qu’une facette d’un équilibre globale. Vous devez pratiquer une activité sportive et limiter au maximum votre activité de sédentaire.
  • Si vous êtes convaincu de la toxicité des produits industriels et que vous observez vous-même les bienfaits après l’arrêt de leur consommation, vous serez encore plus efficace dans votre régime.

 Etes-vous tenté par la mode « paléolithique » ? Jusqu’à quel cran irez-vous ?  

Pour aller plus loin

Découvrez le régime préhistorique écrit par Thierry Souccar, le célèbre journaliste scientifique qui met à mal les produits laitiers ! Attention, bouquins très sérieux à découvrir !


Note et Références 

  1. Eaton, S. B., Konner, M. J. & Cordain, L. 2010. Diet-dependent acid load, Paleolithic nutrition, and evolutionary health promotion. The American Journal of Clinical Nutrition, 91, 295-297.
  2. Hockett, B. & Haws, J. 2003. Nutritional ecology and diachronic trends in Paleolithic diet and health. Evolutionary Anthropology: Issues, News, and Reviews, 12, 211-216.
  3. Jönsson, T., Ahrén, B., Pacini, G., Sundler, F., Wierup, N., Steen, S., Sjöberg, T., Ugander, M., Frostegård, J., Göransson, L. & Lindeberg, S. 2006. A Paleolithic diet confers higher insulin sensitivity, lower C-reactive protein and lower blood pressure than a cereal-based diet in domestic pigs. Nutrition & Metabolism, 3, 39.
  4. Jönsson, T., Granfeldt, Y., Ahrén, B., Branell, U.-C., Pålsson, G., Hansson, A., Söderström, M. & Lindeberg, S. 2009. Beneficial effects of a Paleolithic diet on cardiovascular risk factors in type 2 diabetes: a randomized cross-over pilot study. Cardiovascular Diabetology, 8, 35.
  5. Jönsson, T., Granfeldt, Y., Erlanson-Albertsson, C., Ahrén, B. & Lindeberg, S. 2010. A paleolithic diet is more satiating per calorie than a mediterranean-like diet in individuals with ischemic heart disease. Nutrition & Metabolism, 7, 85.

121 Commentaires

  1. nick

    Beaucoup de citations et peu d annonces serieuses…
    Les lentilles existent depuis la préhistoire , revoir les manuels de botanique….elle fournie du Fer, de l’Acide Folique,des flavonoides, des cathechine etc etc…
    Pour les légumineuses en général
    Des études ont associé une consommation régulière de légumineuses à divers bienfaits tels qu’un meilleur contrôle du diabète, une diminution du risque de maladies cardiovasculaires et une diminution du risque de cancer colorectal. Les recommandations alimentaires américaines suggèrent d’ailleurs de consommer des légumineuses au moins quelques fois par semaine.
    Effectivement vous m avez donné une réponse qui ne repose sur aucune base scientifique va

    Reply
  2. nick

    ….Scientifique valables et base sur des « on dit »……Je demandais l’avis d’un spécialiste ou d’un professionnel pas l’avis de quelqu un qui pense détenir la Vérité parce qu il se doit de penser comme tout le monde sans rien vérifier
    merci quand meme je vais demander à un nutritionniste
    cordialement

    Reply
  3. France19

    Les nutritionnistes en sont encore à conseiller des céréales (le gluten, ils n’en connaissent pas les inconvénients sauf pour quelques rares cas d’hyper-allergiques), et 3 ou 4 produits laitiers par jour. Bio ou pas bio, cru ou cuit, pour eux, c’est du pareil au même. Ils ne s’embarrassent pas de détails !
    Donc, si tu les consultes, tu retournes au supermarché sans aucun état d’âme !

    Reply
  4. Madame Web

    Merci pour ces explications très détaillées ! J’en suis encore au début de la transition pour le régime paléo, et finalement je ne trouve pas que cela soit vraiment difficile, on s’y habitue :)

    Reply
  5. BREUNAIN

    70 ans ???
    Homme de Néanderthal : 80 % des personnes meurent avant l’âge de 30 ans, 95 % avant l’âge de 40 ans ;
    Homme de Cro-magnon : 62 % des personnes meurent avant l’âge de 30 ans, 88 % avant l’âge de 40 ans ;
    Homme du Mésolithique : 86 % des personnes meurent avant l’âge de 30 ans, 95 % avant l’âge de 40 ans.
    À titre de comparaison, 70 % des sinanthropes meurent avant l’âge de 15 ans.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9decine_dans_la_Pr%C3%A9histoire_et_la_Protohistoire

    Reply
  6. Christine

    A force d’étudier ce que l’homme mange, ce qu’il doit manger, ou ne pas manger, etc…, je pense que nous arrivons à un stade où nous avons à faire un sérieux tri ! (lol… comme disent les jeunes ! – J’ai 61 ans –
    Sans être nutritionniste, ni diététicienne, ni d’un autre corps de métier de la santé touchant à l’alimentation et au bien-être, je m’intéresse aux différentes sortes de régimes alimentaires connus et franchement il y a de quoi perdre « son latin »…
    La dernière bêtise qui a été écrite par un célèbre médecin  » nutritionniste  » ? m’a fait sourire et me poser la question suivante : Et pourquoi pas après tout ? Et pourtant cela va à l’inverse de tout ce qui est préconisé dans le bon équilibre alimentaire. Mais évidemment pourquoi pas si cet illustre médecin l’a fait essayer à des patients et que ceux ci en aient été satisfaits : cela fait maigrir rapidement. J’aurais bien envie d’essayer, je vous l’avoue, mais quelles en seraient les suites ? Ne vais je pas grossir encore une fois en multipliant par 2 le poids que j’ai perdu ?
    J’ai bien une piste plus sérieuse, je ne sais si c’est la bonne, on verra bien, merci en tout cas pour toutes ces infos sur les méfaits du sucre mais sur sa valeur nutritive également.

    Peut-être que le bon régime alimentaire est celui dans lequel je me trouverai le plus en bonne santé…
    Je vais essayer et si vous êtes intéressé je vous tiens au courant !!!!!

    Reply
  7. Pingback: Alimentation | Pearltrees

  8. Laura

    Je me rends compte avec cette article que depuis toujours je mange comme un « Initié Paléo ». Ce qui est beaucoup plus sain.

    Reply
  9. Pingback: Alimentation | Pearltrees

  10. Pingback: Régime paléo (généralités) | Pearltrees

  11. Lucie

    J’ai quelques questions avant de vous faire part d’une expérience.
    – Qu’en est-il des édulcorants dans le régime paléo ? (pour les gens diabétiques par exemple)
    – Les sons sont-ils autorisés ? avoine et blé principalement
    – Qu’en est-il du lait autre que celui de vache ? chèvre par exemple, mais aussi les substituts type l’ait d’amande
    Je me doute que dans « caverne » ce n’est pas autorisés, mais dans les autres ?

    Je me rends compte que je fais une sorte de régime paléo par goût depuis toute petite! :)
    Ma mère, diabétique de son état avec une stéatose hépatique, mange un peu comme ça maintenant et ça fonctionne plutôt bien (baisse de poids et prise de sang dans la norme de ceux sans diabète).
    Ma mère a essayé le régime équilibré avant ça : 100g de féculents à tous les repas, légumes et fruits à volonté, 100g de pain / jour, yaourt et lait à gogo (dans les 6 produits laitiers par jour en comptant qu’il en faut pour certaine préparation). Résultat : stagnation de poids en période où elle fait du sport (marche) et prise de poids en période inactive.

    Aujourd’hui, elle mange comme ça (sorte de paléo, 55ans d’habitude ça ne disparait pas comme ça, et avec le diabète je ne sais pas si un paléo caverne serait bon pour elle..) :
    – légumes et fruits à volonté en variant très souvent les types.
    – pas de lait nature sauf pour certaine préparation.. que des produits laitiers (yaourts, fromage) et ceux-ci sont limités dans la journée à 3.
    – aucun aliment raffiné, que du complet (riz, pattes, sucre, sel..)
    – le pain est uniquement au levain avec farine intégrale
    – Les céréales (riz, pattes, pomme de terre etc) sont variés dans la semaine et en faible quantité (50g midi et soir + 50g de pain au levain dans la journée)
    – aucun aliment tout prêt (pas de bonbons, biscuits, gâteaux, viandes transformées, plats préparés, sauces, et pas non plus de conserves si elles contiennent des ajouts type sucre)
    – Que de l’eau en boisson, pas d’alcool, ni de sirop ou jus de fruits du commerce
    – Cuisson vapeur le plus possible.

    – 1 fois par semaine, un plaisir de la semaine pour éviter la frustration : produit interdit d’habitude, plat « normal » (bolognaise, pizza par exemple) + produit sucré, mais obligatoirement fait maison et en essayant de limiter la casse par le choix des ingrédients. Exemple : fondant au chocolat à la farine complète + cacao 100% en poudre + sucre complet ou édulcorant).

    Je suis en train d’essayer de remplacer le sucre par du miel ou équivalent. Idem pour le lait qui est parfois nécessaire dans les préparations, je cherche un remplaçant. J’essaye de lui faire un régime mixte paléo – index glycémique bas (ou charge glycémique, je ne connais pas encore bien tout ça, j’apprends)

    Reply
  12. Benoît

    >>>La bière est interdite à cause du blé utilisé pour sa fabrication<<<

    Hum, sauf erreur, la bière est habituellement faite d'orge maltée (ie, germée et torréfiée) et d'un peu de houblon, mais peu ou pas de blé : cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bière.

    Sinon, site intéressant, que je viens seulement de découvrir…

    Reply
  13. CRO-MAGNON

    Bonjour à tous,

    groumph groumph!!!
    Me voici, homme des cavernes, un vrai…ou presque! heureux de l’être, et sans le savoir en plus!

    je me suis mis à « jeûner », un jour que je n’avais plus rien à manger et que j’étais trop fada pour aller faire des courses. Plus de petit déj alors?! Mais un repas complet et soigné à 13heures au lieu du même repas « lourd », le soir…Vers 8 heures, un potage copieux, sans pain…
    j’ai mieux dormi étant plus « léger » et…me suis passé du pt’it déj le lendemain, sans aucune difficulté!
    très bien! Et j’ai appris par hasard, que j’avais jeûné!…16 heures…ah bon!?
    La formule me semblant bonne, j’ai continué…par paresse, j’ai vraiment horreur de faire les courses, ( 60 kms à parcourir!) et j’ai constaté que j’avais maigri un peu. Bizarre!
    De mieux en mieux…me suis donc documenté sur les vertus du jeûne, et j’ai découvert tout le tsoin tsoin qui tourne autour de la chose! Quel cirque!
    Je jeûnais donc sans le savoir, comme monsieur Jourdain faisait de la prose!
    Bien!
    Et puis j’ai encore appris que j’étais pratiquement un homme du passé, un cro-magnon ou autre primitif besogneux…En effet, je me passe complètement de tous les laitages, de pain, de sucres et de tous les produits de notre « chère » et coupable industrie degueu-agro-alimentaire.
    Mes légumes et divers fruits proviennent du jardin, forcément frais et « bio »donc!
    Bien bien!
    Il me reste à tanner mes peaux de bêtes, de me fabriquer un gourdin, de creuser mon antre et de paraître ainsi aux yeux enchantés de mon cher voisinage!
    Plus encore que de vouloir maigrir, ( j’ai perdu 7 kgs en 3 semaines quand même!) je découvre avec plaisir une nouvelle philosophie et manière de vivre qui semble très bien me convenir et ceci sans aucune notion de « sacrifice »

    J’ai assez difficile de comprendre ces blogueurs accrocs à toutes sortes de choses, ne pouvant se passer de ceci ou cela sans rencontrer les plus grandes difficultés! L’industrie agro à encore de beaux jours devant elle.

    Ce que je comprends encore moins, c’est que malgré des gens comme toi, Jeremy, pourfendeurs inlassables de la mal-bouffe et pourtant innombrables, malgré des J.P. Coffe et tant d’autres, les super-marchés continuent à proposer des tonnes et des tonnes de cochonneries!
    Lorsque je me retrouve par hasard dans un de ces maudits lieux de perdition, arrivant à la caisse à la suite des « consommateurs » lambda, je suis atterré en regardant leurs caddies et ce qu’ils contiennent! C’est réellement hallucinant!
    Ces pauvres gens n’ont rien compris, rien appris! Des fraises insipides en janvier, des « tomates »? en décembre, des sucreries, des « céréales » pour le petit déj des enfants, des chocos, du lait, yaourts, biscuits merdiques, jambons pleins de flotte sous plastics et…mais la liste prendrait plusieurs pages hélas!
    Oui, l’industrie à encore de biens beaux jours devant elle!

    Courage Jeremy, courage!
    Moi, je retourne dans ma caverne, j’ai encore toute une paroi à « décorer »…A+

    Reply
  14. Louve23

    Bonjour,

    Qu’en est-il des tomates et des poivrons ? Sont-ils interdits en paléo du fait de la présence de lectine ?
    Le riz fait polémique… ce qui m’intrigue c’est qu’il a une grosse part dans la diététique chinoise assez calée en terme de santé… Donc cela pose question quant au rôle du riz dans une alimentation saine.. oui ou non pour manger du riz ?

    Merci.

    Reply
  15. Mirzoune

    Bonjour et bravo pour ce blog que je découvre aujourd’hui. Je fouille, je fouine (ben voui! quand c’est bien on s’attarde…), je télécharge « tout sur le sucre » et je tombe sur « manger paléo dans la vraie vie ». Comme c’est un peu ce que je fais depuis qu’on m’a diagnostiqué une spondy et que j’ai lu Seignalet, encore une fois, je m’attarde…
    Dans « aliments interdits », je lis: céréales modernes (riz, quinoa, sésame, blé, avoine, épeautre, orge, seigle, maïs, etc.). Or, quinoa et sésame ne sont pas des céréales.
    Plus bas, dans la rubrique « paléo convaincu », vous écrivez: Seul le quinoa, le sésame, le sarrasin et le riz sont autorisés.
    Mon intention n’est pas de vous descendre mais de clarifier le bidule: je pense que si l’on se limite aux recommandations de Seignalet, riz, quinoa et sésame (qui sont sans gluten) sont autorisés. Si l’on pousse plus loin dans le paléo, on supprime tout ce qui résulte de la sédentarisation et de l’agriculture: donc, quinoa, sésame, sarrasin et riz.
    Bonne journée!
    Pour ma part, après avoir débuté et constaté l’efficacité d’une alimentation SGSC sur ma spondy, un peu comme vous, je suis devenue passionnée et j’ai poussé plus loin. Aujourd’hui, au quotidien, je fais en sorte de m’alimenter paléo. Mais à l’extérieur (resto, amis…) je me limite au SGSC. Cela me permet de respecter les évictions de base sans totalement m’isoler et sans emmerder mes amis.

    Bon dimanche!

    Reply
  16. Vincent Patrick

    J’ai un diabète type 2. Cela fait 10 jours que j’ai commencé le paléo. Je tournais ce mois ci autour des 200 mg /dl de glycémie à jeun, Premier jour paléo , 166, deuxième 163, troisième 155, quatrième 150 puis 140. Je ne dis pas que c’est le seul paramètre et je ne sais pas encore si je vais tenir mais pour l’instant l’influence a l’air d’être efficace sur ma glycémie.
    Si ces chiffres se confirment à long terme alors je le pratiquerai toujours.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *