Les plus grands mensonges sur les produits laitiers (1/2)

Partie 1 / 2

  1. Vous avez des doutes sur les bienfaits du lait de vache ? Ils sont fondés.
  2. Consommer 3 à 4 laitages par jour ne prévient pas l’ostéoporose, c’est tout le contraire !
  3. Vous augmentez vos risques de développer une large gamme de cancers.
  4. Les nourrissons se développent parfaitement sans préparations au lait de vache.
  5. Idem pour les enfants et les adolescents !

produits-laitiers-mensonges-dangers-calcium

Quand les Hautes Autorités Sanitaires parlent

Nous connaissons tous les recommandations des autorités sanitaires qui nous invitent fortement à faire du sport régulièrement (« pour votre santé pratiquez une activité physique régulière »), à manger certains types d’aliments avec des quantités précises (« Manger 5 fruits et légumes par jour »).

Il existe une recommandation qui conseille de consommer entre 3 et 4 laitages (laits, yaourts, fromages, etc.) par jour pour conserver une bonne santé osseuse et bien plus encore…

  • Mais qu’en est-il vraiment ?

Les polémiques font rage sur le sujet et l’on entend le plus souvent les anti-laitages scander :

On ne donne pas à boire le lait d’une espèce X (en l’occurrence les vaches) à une espèce Y (les hommes).

Dans le règne animal – excepté l’humain – les adultes ne consomment pas de lait, pourquoi en consommerions-nous encore à l’âge adulte ? 

Ces questions sont pertinentes et révèlent à quel point les populations civilisées sont embrouillées et complètement perdues faces aux questions des laitages.

D’une part, les recommandations gouvernementales, les médecins, les nutritionnistes et autres professionnels de la santé conseillent de consommer 3 à 4 laitages par jour.

Et d’autre part, les études scientifiques indépendantes dénoncent une surconsommation des laitages avec des effets nocifs sur la santé, et au mieux aucun bénéfice particulier.

Je vous propose de lire les résultats des méta-analyses scientifiques qui traitent des liens entre consommation de laitage et santé des populations.

Les réponses s’organisent sous deux formes

  1. Les résultats des études scientifiques financées (intégralement ou en partie) par l’industrie laitière avec des auteurs justifiant des relations anciennes et régulières avec cette même industrie laitière.
  2. Les résultats des études scientifiques financées par des programmes de recherche indépendants et des auteurs qui ne justifient d’aucune relation avec l’industrie laitière.

Pourquoi est-ce important de séparer ces deux types d’études ? La question du financement est cruciale dans les conclusions des recherches. Un programme financé par l’industrie augmente de 4 à 8 fois les chances d’obtenir une conclusion favorable pour le sponsor du programme. C’est un biais majeur qui peut fortement fausser les résultats (1).

Dans cet article, le Dr Vidailhet et des médecins du comité de nutrition de la société française de pédiatrie défendent la place essentielle des laitages dans l’alimentation actuelle.

Un bébé élevé sans lait est-il condamné ?

Vidailhet et al. (= collaborateurs) déclarent que des enfants en bas-âge et des nourrissons nourris avec des laits végétaux à la place de préparations à base de lait de vache (ou de lait animal) mettent gravement en danger leur santé, et subissent des problèmes de malnutrition.

Cette déclaration se base sur 3 cas de malnutrition de nourrissons américains qui étaient nourris avec des laits végétaux achetés en supermarché dans les rayons  diététiques » (2).

Mais ces produits, non adaptés pour les nourrissons, sont aussi dangereux pour leur santé que le sont les laits animaux vendu classiquement dans les rayons « lait » des supermarchés.

Des études scientifiques ont suivi plus de 25 millions de bébés américains nourris avec des préparations à base de soja à la place de préparations au lait de vache.  Aucun d’entre eux n’a eu de problème de croissance et de malnutrition.

Les nourrissons peuvent donc se développer parfaitement en consommant des préparations à base de soja conçues spécifiquement selon les besoins pédiatriques (3).

« Gervais, le petit pot des os costauds ! »

Les défenseurs des produits laitiers affirment que l’exclusion de produits laitiers chez l’enfant plus âgé et chez l’adolescent est dangereuse pour la santé osseuse car elle augmente le risque de fractures. Ces résultats se basent sur six études scientifiques qui sont toutes sans exception financées par l’industrie laitière (4-9).

De plus, les protocoles expérimentaux présentent des limitations majeures admises par les auteurs. Egalement, plusieurs auteurs ont des liens directs et réguliers avec l’industrie laitière.

Quatre analyses qualitatives indépendantes ont étudié les relations entre la consommation de calcium (lait et laitages) et la santé osseuse chez l’enfant et l’adolescent. Deux méta-analyses (2005 et 2006) ont montré que les taux de fractures et la densité minérale osseuse n’étaient pas corrélés avec une forte prise de calcium alimentaire (10, 11).

De plus, deux études déclarent qu’il est impossible de conclure que les gains osseux attribués à une forte consommation de produits laitiers protègent contre l’ostéoporose à l’âge adulte (12, 13).

Autrement dit, la consommation accrue de produits laitiers – même si elle peut entrainer un léger gain de masse osseuse – ne protège ni contre l’ostéoporose à l’âge adulte, ni contre les factures, et n’augmente pas la densité minérale osseuse.

En conclusion

Il nous est impossible d’affirmer que la consommation de produits laitiers chez l’enfant et l’adolescent est bénéfique à la santé osseuse (densité minérale et fracture) ni que l’arrêt d’en consommer est dangereux pour la santé.

Et vous alors, est-ce que l’on vous a dit quand vous étiez petit de boire du lait pour avoir des os solides ? Vous y croyez toujours ? Rendez-vous dans la partie 2 de cet article pour des informations essentielles ! 

PS: A propos des 5 fruits et légumes par jour, je vous encourage à lire mon article sur le sujet. 

Références

  1. Lesser, L. I., Ebbeling, C. B., Goozner, M., Wypij, D. & Ludwig, D. S. 2007. Relationship between Funding Source and Conclusion among Nutrition-Related Scientific Articles. PLoS Med, 4, e5.
  2. Carvalho NF, Kenney RD, Carrington PH, et al. Severe nutritional deficiencies in toddlers resulting from health food milk alternatives. Pediatrics 2001;107:E46
  3. Setchell K. Assessing Risks and Benefits of Genistein and Soy. Environ Health Perspect. 2006 June; 114(6): A332–A333
  4. Goulding A, Rockell JE, Black RE, et al. Children who avoid drinking cow’s milk are at increased risk for prepubertal bone fractures. J Am Diet Assoc 2004;104:250–3.
  5. Rockell JE, Williams SM, Taylor RW, et al. Two year changes in bone and body composition in young children with a history of prolonged milk avoidance. Osteoporosis Int 2005;16:1016–23.
  6. Du XQ, Greenfield H, Fraser DR, et al. Milk consumption and bone mineral content in Chinese adolescent girls. Bone 2002;30:521–8.
  7. Du X, Zhu K, Trube A, et al. School-milk intervention trial enhances growth and mineral accretion in Chinese girls aged 10–12 years in Beijing. Br J Nutr 2004;92:159–68.
  8. Zhu K, Du X, Cowell CT, et al. Effects of school milk intervention on cortical bone accretion and indicators relevant to bone metabolism in Chinese girls aged 10–12 y in Beijing. Am J Clin Nutr 2005;81:1168–75.
  9. Matkovic V, Landoll JD, Badenhop-Stevens NE, et al. Nutrition influences skeletal development from childhood to adulthood: a study of hip, spine, and forearm in adolescent females. J Nutr 2004;134:S701–5.
  10.  Lanou AJ, Berkow SE, Barnard ND. Calcium, dairy products and bone health in children and young adults: a re-evaluation of the evidence. Pediatrics 2005;115: 736-43.
  11. Winzenberg T, Shaw K, Fryer J, Jones G. Effects of calcium supplementation on bone density in healthy children: meta-analysis of randomised controlled trials. BMJ 2006 doi: 10.1136/bmj.38950.561400.5.
  12. Bachrach LK. Acquisition of optimal bone mass in childhood and adolescence. Trends Endocrinol 2001;12: 22-8.
  13. Wosje KS, Specker BL. Role of calcium in bone health during childhood. Nutr Rev 2000;58: 253-68.

 


20 Commentaires

  1. sauleur

    Il semblerait que le calcium favorise l’élimination des matières grasses que nous consommons et donc que consommer des produits laitiers aide à la perte de poids.
    Personnellement les produits laitiers sont une des bases de mon alimentation avec les fruits et les légumes, et je m’en porte bien.

    Reply
  2. Jérémy Anso

    Salut Sauleur !

    Merci de ton témoignage et de nous partager ta vision des choses sur les produits laitiers.
    Tout d’abord, cet article s’inscrit dans une série. Un 2ème article paraîtra très bientôt avec les grands chapitres suivant: Les laitages et l’ostéoporoses, la perte de poids et l’apparition de certains cancers avec la surconsommation de produits laitiers et l’apparition du lait dans l’alimentation humaine.
    Tu fais partie d’une grande majorité que je reconnais et que je décris même dans les pages de présentation de mon site. A savoir, les personnes qui se portent très bien même en consommant des produits à risques. Les produits laitiers, pris raisonnablement, ne sont pas des poisons mortelles ! Il me semble important de le préciser.
    Pour répondre à ta première phrase sur la perte de poids grâce aux produits laitiers, je t’invite à être patient le temps de la sortie de l’article n°2, qui traitera en détail le sujet du poids VS Produits laitiers. Quoi qu’il en soit, saches qu’aucune études indépendantes et sérieuses n’a réussi à prouver que la consommation de calcium laitiers OU de calcium (sous forme de comprimé) n’aide à la perte de poids. A ce titre, il n’existe que 3 études qui prouvent une perte de poids grâce aux produits laitiers. Toutes ces études sont financées par l’industrie laitière et non JAMAIS pu être reproduites.
    Je t’encourage vivement de lire le prochaine article sur les produits laitiers pour te faire ton avis. Et de relire le billet n°1 sur les laitages, notamment le passage sur l’influence des sponsors dans les conclusions des études.

    Merci pour ton retour, on voit bien que les produits laitiers peuvent être consommés quotidiennement sans grand danger !

    Reply
  3. antoine

    le lait est peut être une source de calcium mais c’est une source de graisse animal très importante aussi.
    Si le calcium présent dans le lait pouvait éliminer les graisses déjà présentent dans le lait, ça serait déjà bien mais c’est loin d’être le cas; donc même dans l’hypothèse ou le calcium peut éliminer les graisses, ce n’est pas en buvant du lait, qu’on éliminera les graisses, peut être du calcium en poudre ^^ « smecta » .

    Reply
    1. diet57

      Le lait c’est 1,5 % (demi-écrémé) à 3.6% (entier) de matières grasses !

      Si le lait devient une source très importante de MG, que dire de la viande (15-20%), du beurre (82%), de l’huile (100%), enfin de presque tous les autres produits?

      Reply
      1. Jérémy (Post author)

        Et donc, il est où le problème ? J’aime bien les matières grasses moi…

        Reply
  4. Jérémy Anso

    @Salaure: rebonjour ! Je t’encourage de lire le nouvel article sur les produits laitiers ! (notamment le passage sur la prise de poids) A bientôt !

    Reply
    1. Henry

      Bonjour, à propos des produits laitiers je ferai une remarque personnelle; depuis que je n’en consomme plus, oublié sinusites, rhumes, grippes et toutes les affections ORL de l’hiver, a bon entendeurs salut!!!

      Reply
  5. Pingback: [BLOCKED BY STBV] Le régime paléo n’est qu’une mode fantaisiste et inutile

  6. Pingback: 10 minutes pour convaincre sur les dangers des produits laitiers | Dur A Avaler | MON CŒUR

  7. Mathieu

    Si j’ai déjà posé la question des yaouts de brebis ou chèvre je ne me souviens pas avoir eu une réponse!Qu’en est-il?

    Reply
  8. Axel Leuwers

    Bonjour Jérémy,

    Tout d’abord, je n’ai jamais été intolérant au lactose, toujours très bien digéré le lait.
    Cela dit, je commence à m’interroger sur ma consommation quotidienne de lait « grande distribution ».

    Vous parlez de dangers sur notre santé de la consommation de lait mais dois-je penser la même chose sur tous les autres produits laitiers ? beurre… crème… yaourts… fromage blanc… et toutes nos variétés de fromages…

    Dans un autre article de votre blog, vous parlez de votre consommation épisodique de lait cru. Je vis à 30 kilomètres à l’Est de Paris et, malheureusement, il n’y a pas de ferme près de chez moi pour me permettre de m’approvisionner en lait cru.

    Les produits laitiers à base de lait de chèvre ou de brebis (je dis « à base de » parce que, dans la plupart des cas, ce sont des produits finis mélangeant lait brebis-vache ou chèvre-vache) sont-ils moins dangereux pour notre santé ? ou le sont-ils tout autant quand ils sont vendus par les enseignes de la grande distribution ?

    Un tout nouvel abonné à votre blog <>
    Axel Leuwers

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Bonjour Axel et bienvenu sur le blog !

      En général, les laits de chèvres ou de brebis sont mieux tolérés que ceux de vaches. Pour certains auteurs, ces laits sont un « moindre mal » comparé au lait de vache. Ceci étant dit, je pense que tout lait qui passe par la chaîne de transformation industrielle (UHT, pasteurisation, etc.) est fortement dégradé et peu importe son origine.

      Cru, c’est une autre histoire. Le lait de chèvre et de brebis seraient plus facilement assimilable par l’organisme !

      Reply
  9. loaec philippe

    le mensonge et la corruption sont partout, du médicament générique à la nutrition en passant par les médias, si nous ne perçevons pas nos existences, nous sommes manipulés de tous les cotés. Cherchez déja qui sont ces gens que l’on entend sans cesse dans tous les médias et qui avisent les populations de tel ou tel fait, qui sont ils ? Après mes recherches personnels, je n’ai trouvé qu’une voie, de qui ils étaient, de qui ils travaillaient, dans quel but.., la censure ne me permet pas trop de le dire surtout ici, internet est le plus gros mensonge du siècle, on peut tout controler sous couvert de certains groupes ou religions ou peuples …, dans le seul but de détourner justement l’information. S’approprier le pouvoir c’est controler tout et meme d’inventer les pîres mensonges que la planete puisse compter.

    Reply
  10. Pingback: Ma recette de Crêpes « maison » au Nutella : sans gluten, sans lait et SANS Nutella | Santé Nutrition

  11. Adam

    Bonjour,

    Ce commentaire n’a pas forcément plus sa place ici qu’ailleurs, mais je voulais vous signaler qu’il serait intéressant que vous fassiez un article sur le soja, substitut du lait de plus en plus répandu mais que beaucoup critiquent depuis quelques années. Là aussi il y a maintenant une telle industrie derrière le soja que les études qui en célèbrent les mérites ne sont pas forcément très crédibles… Disons qu’il y a une telle guerre entre lobbies du soja et ceux du lait (même si les vaches sont partiellement nourries au soja, même en France métropolitaine) que l’on peut se demander si les études critiquant les produits laitiers ne sont pas soutenues ou financées par l’industrie du soja…et inversement bien sûr !

    Salutations !

    Reply
  12. Pingback: Petit précis de végétarisme (1) – La théorie | Élucubrations d'une jeune idiote

  13. Pingback: Un invincible été » Petit précis de végétarisme (1) – Théorie

  14. Pingback: Alimentation | Pearltrees

  15. philippe

    bonjour ,
    Faire un article sur le lait , ok, c’est bien d’informer, mais pour un grand sceptique comme moi il faut remonter la rivière et se dire , dans quel but les marques nous vendent elles du lait « tafiqué », des yaouts,……L’argent surement, mais il y a autre chose, c’est comme poser cette questiion aux gens  » qui de l’oeuf ou de la poule… », non l’enjeu est ailleur, mais il faut savoir observer, douter, de pas croire nos médias, nos pub, qui nous prennent pour des « blairaults « , les grandes surfaces…..un lait pur n’existe plus depuis très longtemps environ 30 ans, l’animal lui se nourrit d’herbe de foins, eaux, compléments , farine, déchets,…….;;et ne voit jamais le jour, il vit enchainé dans des hangard ( ferme des 1000 vaches ) afin de casser les prix pour le consommateur que nous sommes tous pret à payer pour avoir du pas chère, nous sommes tous concer né , mais personne ne dit rien, et bien continuons, les marques s’en donnent à coeur joie de l’eurer les gens, des gens connecté, artificiel, vivant dans un autre monde , celui de leur média préféré « google  » et n’en décrochent pas, aisi connecté, il est encore plus vulnérable à l’information mensongère du cordon ombilic  » le web « , passif il atend du pas chère, vendu par 50 et le 51 ème gratuit, ça il est friand ? Mais que nous cache t’on , ? que nous ment on ? personne ne percute à l’idée que les normes par exemple du lait sont faites par de la bureaucratie gouvernementale et mondiale, qui détient la planète, qui a tous les pouvoir ? ce serait plus une question à méditer sans fin. Mais personne ne percute, et la passivité continu via la pub et le web.
    étant sceptique je doute de tout , rien n’apparait comme une évidence, meme les réalités et les faits , tout est mensonge,
    De surcroit plus le mensonge est grand, moins on le voit.

    Reply
  16. danielle dubus

    Je pose juste une question pour faire réfléchir ceux avec qui je débat de ce sujet et qui sont convaincu que la grande quantité de calcium contenu dans le lait et bon pour nous…

    « C’est en consommant quoi que la vache a eu tant de calcium dans son lait ?
    En buvant du lait ?… » Je vous laisse réfléchir…

    pffff ! ça jette comme une petite tornade… !

    cordialement à vous tous
    Danielle

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *