Paysage de Sardaigne, une des zones bleues (source : Visual hunt).

Pour espérer vivre plus longtemps et en meilleure santé, on peut s’inspirer des centenaires vivants dans des régions particulières, les fameuses Blue zones. Est-ce qu’il suffit de suivre leurs comportements pour gagner de précieuses années de vie ? Est-ce que la génétique joue un rôle ? Ces supercentenaires existent-ils vraiment ?

Zones bleues : le modèle idéal ?

S’inspirer des régions du monde où l’on retrouve le plus de centenaires et de supercentenaires (plus de 110 ans) pour tenter d’avoir une vie aussi longue et heureuse que ces personnes, voici la promesse offerte par ces zones bleues.

Les zones bleues sont mondialement connues. Okinawa au Japon est probablement la plus populaire, avec la Sardaigne en Italie, Loma Linda en Californie et Ikaria en Grèce. Celle du Costa Rica – Nicoya – est bien moins connue, mais appartient au cercle restreint où les centenaires sont anormalement abondants.

Ces zones connues de longue date ont donc tout logiquement attiré l’attention de nombreux scientifiques, médecins, sociologues, anthropologues et curieux en tout genre. Les modes de vies de ces habitants ont été passés au peigne fin pour en tirer les fameuses leçons des zones bleues, en extraire la substantielle moelle, et la partager avec le reste du globe.

La zone bleue de Loma Linda en Californie est connue pour ces nombreux travaux scientifiques. Ce sont les fameux Adventiste du 7ème jour qui ont une hygiène de vie plutôt irréprochable. Ils ne fument pas, ne boivent pas d’alcool, pratiquent une activité sportive régulièrement et mangent peu de viande.

Car si cela fonctionne chez eux, pourquoi pas ailleurs, chez vous ? C’est bien ce que pense la société Blue Zones ® qui décrypte en détail les comportements des centenaires et supercentenaires vivant dans ces zones exceptionnelles. Ils offrent donc des conseils avisés pour tenter de gagner des années à vivre, mais proposent aussi des cours de cuisine, des recettes, des quizz pour déterminer le nombre d’années qu’il vous reste à vivre, mais aussi des tee-shirts, des sauces en tout genre.

Si l’on se fie aux informations relayées par Blue Zones ®, voici la liste de choses à faire pour prétendre devenir un véritable centenaire ou même un supercentenaire :

  • ayez une alimentation principalement végétale
  • faites votre jardin
  • entretenez un solide réseau familial et amical
  • prenez le soleil
  • mangez du soja
  • restez actif
  • soyez altruiste et aider votre prochain
  • mangez avec modération
  • mangez des noix (éviter les gâteaux)
  • mangez comme un roi le matin, et comme un pauvre le soir
  • buvez beaucoup d’eau
  • mangez une diète méditerranéenne
  • faites des siestes
  • faites des jeûnes occasionnellement
  • buvez du lait de chèvre plutôt du lait de vache
  • buvez un verre de vin ou deux par jour

Les lecteurs attentifs de Dur à Avaler, et quelque peu soucieux de leur hygiène de vie, auront vite compris que cette liste regroupe de nombreux conseils ultra-connus et développé dans nos colonnes (mais plus important, analysé dans le détail).

Des conseils qui dans leur ensemble permettent bien d’avoir les meilleures chances de vieillir en santé. Toutefois, rien n’est aussi simple dans le monde de la santé, de la nutrition et de l’anthropologie.

L’exemple des siestes bonnes pour le coeur

D’après le site Blue Zones ®, vous devriez prendre exemple sur les Ikariens, un hot spot de centenaires en Europe, et faire régulièrement la sieste. Selon eux, “les personnes qui font régulièrement la sieste ont jusqu’à 35% moins de chances de mourir d’une maladie cardiaque. Cela peut être dû au fait que la sieste réduit les hormones du stress ou repose le cœur.”

Pour espérer vivre plus longtemps et en meilleure santé, on peut s'inspirer des centenaires vivants dans des régions particulières, les fameuses Blue zones. Est-ce qu'il suffit de suivre leurs comportements pour gagner de précieuses années de vie ? Est-ce que la génétique joue un rôle ? Ces supercentenaires existent-ils vraiment ?

Zones bleues : le modèle idéal ?

S'inspirer des régions du monde où l'on retrouve le plus de centenaires et de supercentenaires (plus de 110 ans) pour . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

2 commentaires
  1. Merci pour cet article qui complète bien mes quelques recherches sur ce sujet :
    https://lebonheurestpossible.org/sujets/bien-etre/longevite/

    Je travaille depuis un mois sur le mythe du Hunza, le “Shangri-La” des rêveurs new-age occidentaux depuis un siècle… J’ai encore 3 récits de voyages à analyser pour couvrir le sujet correctement. Mais la conclusion est claire : on n’y vit pas de 120 à 140 ans comme l’ont affirmé les “docteurs” qui y cherchaient les secrets d’une vitesse éternelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.