J’ai vu le reportage de France 5 sur les croquettes : une véritable bombe !

Une première

Une grande partie d’entre vous découvrait dimanche dernier l’univers de la croquette ou Pet Food en France, à travers le documentaire de Marion Baillot et Mathieu Sarfati. Ce documentaire, les questions qu’il soulève et ce qu’il montre, est une première en France.

Une première qui arrive bien tardivement, mais mieux vaut tard que jamais. Je dénonce cette situation depuis 2014 sur mon blog et dans mon livre électronique dédié, Ce Poison Nommé Croquette.

Avant la diffusion du reportage, j’ai eu de très nombreux échanges avec Mathieu Sarfati pour lui donner des pistes, lui énoncer les principales problématiques, lui parler du rôle obscur de la Fediaf, des risques des glucides et des mycotoxines dans les croquettes.

Il en ressort un reportage très bien fait. Difficile de faire mieux sur 52 minutes, même si j’ai des choses à rajouter, des points à compléter.

Explosion du trafic du blog à la suite du reportage de France 5 ! Le sujet intéresse !

Le minimum est bien là

Un documentaire en plusieurs actes qui nous montre :

  • l’importance du marché de la croquette en France (mais aussi ailleurs);
  • le package et marketing parfois agressif
  • la production de croquette Royal Canin
  • la réalité des ingrédients utilisés, sous-produits animaux, plumes, poils, laines et céréales
  • l’importance des glucides dans les croquettes, et les risques des mycotoxines
  • les groupes de soutien sur Facebook
  • la législation bien arrangeante de l’Union européenne, avec le lobby de la croquette (Fediaf)
  • l’acharnement des marques a investir les élevages et vendre leurs produits spéciaux

Beaucoup de sujets donc, avec notamment les fameuses analyses dans un laboratoire indépendant sur les mycotoxines dont me parlait Mathieu Sarfati.

Des images surréalistes quand le directeur industriel d’une usine de croquettes Royal Canin mange face caméra ses produits. Un geste probablement inutile, on s’en doute bien, mais plus que jamais la marque sait qu’il faut montrer que les produits sont comestibles et sains. Quitte à montrer l’exemple et se régaler d’une fournée spéciale Rottweiler.

Un passage surréaliste !

Mais quelle jouissance lors de l’interview du lobbyiste européen qui travaille pour la Fediaf, cette méga association qui défend les intérêts des industriels. Une interview que j’attendais depuis longtemps. J’avais énormément insisté sur la nécessité de les rencontrer et d’enquêter sur cette association. On ne peut que jubiler quand les mots manquent au lobbyiste pour défendre l’absence d’étiquetage des glucides sur les croquettes.

Mais le reportage ne pouvait techniquement pas revenir sur tout ou dans le détail. Voilà les points qui mérite selon moi approfondissement et que vous devez connaître.

Les écoles vétos et les vendeurs de croquettes : le grand flirt

C’est un acte pourtant stratégique dans la compréhension du problème, que je dénonce avec force de détail dans mon ouvrage électronique. Quatre écoles vétérinaires forment nos futurs vétérinaires en France.

Une enquête citoyenne et publique réalisée sur les sites internet des écoles, sur les documents administratifs et diverses publications montrent une étrange et dérangeante proximité entre ces écoles et les fabricants de croquettes.

L’une des écoles vétos possède une chaire d’enseignement à la nutrition clinique détenu par l’une des plus grandes marques de croquette dans le monde. Une chaire qui lui permet d’être au coeur de formation des étudiants vétérinaires.

D’autres écoles font intervenir des experts dans leur domaine notoirement liés à l’industrie Pet Food. Des liens d’intérêts qui ne choquent pas dans le milieu, bien au contraire. Ces liens d’intérêts justifient selon eux une compétence ou une expertise plus intéressante, quitte à être moins partiaux.

La formation des vétérinaires fait également intervenir à plusieurs niveaux les fabricants de croquettes, aussi bien lors de soirées sponsorisées, d’échantillons offerts, de congrès nationaux ou internationaux et pendant la formation continue des vétérinaires.

La formation en elle-même des étudiants vétérinaires sur la nutrition est manifestement très succinte. D’après nos informations, la remise en question profonde de la composition des croquettes n’est pas à l’ordre du jour.

Et pour en parler, il faut impérativement rappeler que les vétérinaires travaillent avant tout pour le bien-être des animaux et qu’ils ne souhaitent que leur bonheur avec un bon état de santé. J’ironise, mais je reste persuadé que c’est effectivement le cas !

Des glucides dangereux en excès ?

Lorsque le lobbyiste de la Fediaf est mis devant ses mensonges concernant la présence soi-disant faible des glucides dans les croquettes, il sort sa dernière carte sur la santé des animaux.

« Est-ce que vous avez des preuves que c’est mauvais pour la santé des animaux ? »

Même si le lobbyiste concède que « les animaux n’ont pas besoin de beaucoup de glucides », il contre-attaque proprement, car il sait très bien que les études sur ce sujet sont au mieux inexistante, ou au pire pas très claires.

Mais quand même. L’équipe de France 5 aurait pu sortir cette petite étude publiée en 2016 sur les facteurs de risque du diabète chez le chat 1. Une étude qui pointe plusieurs facteurs de risques dans le diabète, dont l’alimentation sèche.

Un chat de corpulence normale aurait entre 3 et 4 fois plus de risque de devenir diabétique quand il est nourri avec des croquettes.

D’autres études avancent, de manière indirecte, que d’importantes quantités de glucides entraînent une augmentation de la glycémie, des niveaux d’insuline, avec une résistance à cette dernière, et pourrait prédisposer les chats vers l’obésité et le diabète 2 3.

Ces auteurs estiment que les diètes riches en glucides, comme la majorité des croquettes, causent une hyperinsulinémie comparée à celle riche en protéines. Rajoutant que les injections d’insuline ont pu être arrêtées chez certains chats diabétiques en suivant une alimentation riche en protéines. Un point confirmé par d’autres études 4, et que je conseille bien évidemment dans mon ouvrage.

D’autres études ont également montré qu’une alimentation à base de maïs chez des chats (le maïs étant bien souvent l’ingrédient principal des croquettes, avec le blé) entraînait la plus forte augmentation d’insuline, jusqu’à 10h après le repas 5.

En 2006, des chercheurs arrivent à la conclusion qu’une diète pauvre en glucides et en fibres était plus efficace pour arrêter les traitements par insuline qu’une diète plus riche en fibres et en glucides 6.

Il y a donc bien des évidences scientifiques, plus ou moins claires, qui n’épargnent pas les glucides présents dans les croquettes pour chien et chat.

L’étiquetage pose problème, et pas uniquement à cause des glucides

Les journalistes de France 5 démontrent bien que l’industrie Pet Food a un problème avec les glucides. Sur le document de 60 pages de la Fediaf, pas une seule fois le mot glucides.

Mais ce document permet aussi aux fabricants d’être incroyablement flous dans l’étiquetage général et dans le niveau d’information qu’ils donnent aux propriétaires d’animaux de compagnie.

Par exemple, un produit peut être estampillé « riche en saumon » avec pourtant seulement 15% de saumon. Si la croquette ne contient que 4% de boeuf, le fabricant est en droit d’inscrire « au boeuf » sur le paquet.

Une situation d’autocontrôle, orchestré par la Fediaf au niveau européen, qui n’échappe pas aux dérives de certains fabricants peu scrupuleux. Selon une enquête de la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF), de nombreux échantillons ne respectent pas les étiquettes, signe selon l’organisme d’une « insuffisance des autocontrôles ».

Ouvrir les yeux et ne pas paniquer !

Voilà un documentaire qu’on attendait de pied ferme, une première en France pour dénoncer un monde qui ne tourne pas rond, celui du Pet Food.

Mais là, j’imagine que vous êtes maintenant nombreux à culpabiliser, ou bien à vous poser de sérieuses questions sur la qualité de la nourriture que vous donnez à votre animal de compagnie. Pas de panique, votre poilu peut rester encore quelques jours de plus avec des croquettes moyennes ou mauvaises. L’important maintenant, c’est de vous renseigner correctement sur la qualité de vos croquettes actuelles. Ensuite, rapprochez vous de groupes de soutien, ou des nombreux articles de vulgarisation sur les croquettes pour chien et chats, avec des guides, et des explications claires de mon blog pour faire un choix éclairé.

Vous avez également la possibilité de lire mon enquête inédite sur ce sujet, sur les quatre écoles nationales vétérinaires françaises, sur la composition des croquettes, avec mon classement pour mieux s’y retrouver.

Malheureusement, je ne pourrais pas répondre à toutes les nouvelles demandes d’analyses. Je suis déjà en tant normal submergé par les mails, alors après le reportage… N’oubliez pas que plus de 600 références sont analysées et classées dans mon ouvrage !

Alors ne paniquez pas, reprenez votre souffle et commencez à lire les paquets de croquettes ! 

Bravo à l’équipe de France 5 !

C’est ici pour le revoir !

PS : si vous souhaitez découvrir plus en détail mon travail d’information et mon combat au quotidien, alors visitez cette page ! En vous remerciant ! 


Références

1. Öhlund, M., Egenvall, A., Fall, T., Hansson‐Hamlin, H., Röcklinsberg, H., & Holst, B. S. (2016). Environmental Risk Factors for Diabetes Mellitus in Cats. Journal of veterinary internal medicine.

2. Hoenig, M. (2002). Comparative aspects of diabetes mellitus in dogs and cats. Molecular and cellular endocrinology, 197(1), 221-229.

3. Rand, J. S., Fleeman, L. M., Farrow, H. A., Appleton, D. J., & Lederer, R. (2004). Canine and feline diabetes mellitus: nature or nurture?. The Journal of Nutrition, 134(8), 2072S-2080S.

4. Frank, G., Anderson, W., Pazak, H., Hodgkins, E., Ballam, J., & Laflamme, D. (2001). Use of a high-protein diet in the management of feline diabetes mellitus. Veterinary therapeutics: research in applied veterinary medicine, 2(3), 238-246.

5. De-Oliveira, L. D., Carciofi, A. C., Oliveira, M. C. C., Vasconcellos, R. S., Bazolli, R. S., Pereira, G. T., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on diet digestibility and postprandial glucose and insulin responses in cats. Journal of animal science, 86(9), 2237-2246.

6. Bennett, N., Greco, D. S., Peterson, M. E., Kirk, C., Mathes, M., & Fettman, M. J. (2006). Comparison of a low carbohydrate–low fiber diet and a moderate carbohydrate–high fiber diet in the management of feline diabetes mellitus. Journal of Feline Medicine & Surgery, 8(2), 73-84.

22 Commentaires

  1. christine

    Effectivement, super reportage. J’en suis restée effarée. Ma chienne qui a 9 ans est allergique au blé, au bœuf, au lait. Mais aussi à autre chose que nous n’avons pas su déterminer par nous même, elle prend donc de la cortisone quotidiennement depuis environ 2 ans. Les céréales de son alimentation sont peut-être la cause de ses problèmes de peau. Grâce à ce reportage et à vos recherches, je vais essayer de la nourrir sans céréales.
    Merci beaucoup pour votre dévouement et votre engagement.

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Merci Christine !

      Reply
  2. Xavier

    Jamais je n’avais imaginé un tel désastre !?!

    Depuis dimanche soir, 8 octobre 2017 et la vision de ce reportage sur France 5 « je ne penses qu’à cela ». Toutes ces années passées en pensant avoir fait le bon choix alimentaire à nourrir mes compagnons avec 100% de croquettes. J’avais le sentiment d’apporter un bien être … Quelle énorme déception … La culpabilité m’envahie désormais et la recherche d’une solution adaptée est devenu ma priorité.

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Ne soyez pas coupable, je ne pense pas du tout que c’est de votre faute. C’est tout un système qui a permis cela. Maintenant que vous « savez », vous pouvez sereinement chercher de la qualité ! Au plaisir de vous lire.

      Reply
  3. siams54

    Bonjour
    je n ai rien d autre a rajouter si ce n est que j ai parmi mes 5 chats siamois une chate qui a développé un lymphome nasal …; elle est en traitement depuis le mois de mai Examens lourds sous anesthésie générale Curiethérapie, chimio toutes les semaines pendant 5 semaines , nouveau contrôle, et de nouveau chimio d entretien toutes les 3 semaines , cortisone etc etc …;je ne vous parle pas des effets secondaires qu elle supporte plutôt bien ….;aurais je pu éviter toute cette m…de avec une alimentation adaptée à un chat …..merci hills , royal canin de ne penser qu’aux finances alors que nous croyons acheter ce qu il y a d mieux pour nos compagnons!!!!! dans notre malheur nous avons de la chance elle a été dépistée tôt en stade 1 pas de métastase et nous ESPERONS DE TOUT NOTRE COEUR LA GARDER LONGTEMPS AVEC NOUS ….Dès aujourd hui nous introduisons une alimentation de MEILLEURE QUALITE pour nos fidèles amis ….en qui avoir confiance ????

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Malheureusement, je ne pourrais trop vous dire en qui avoir confiance… c’est vous seul qui pourra placer votre confiance en quelqu’un. Toutefois, il existe des marques françaises ou d’autres pays qui font vraiment des efforts impressionnants pour gagner cette confiance, et qui passent haut la main les analyses de la qualité des ingrédients ! Je ne ferais pas de publicité gratuite, mais vous trouverez plus que facilement ces marques là ! Au plaisir de vous lire

      Reply
  4. Mariette Judin

    Notre forum b-a-r-f.com a été littéralement pris d’assaut dans les minutes suivant la diffusion de l’émission.
    Heureuse que beaucoup de personnes commencent à ouvrir les yeux.

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Haha ! Ca ne m’étonne pas ! Après le reportage, les moteurs de recherche ont du exploser avec les mots clés « danger croquette » ! :) J’espère qu’ils auront d’excellents conseils sur ce forum !:)

      Reply
  5. LANCASTER

    SUPER REPORTAGE, j’ai fait la demande à chaque fournisseur PURINA et les autres, et j’attends encore leur réponse.

    Le lobbyste qui est restée la bouche ouverte ne sachant quoi répondre à la journaliste sur les glucides pour l’étiquetage, m’a bien fait rigolé, comme quoi « des menteurs » sur la terre il y en a beaucoup et l’argent salit tout, malheureusement.

    BRAVO très bonne émission, cela va en faire trembler plus d’un.

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      C’est sûr, le reportage montre bien qu’il y a un problème et peu de gens connaissaient l’existence de la Fediaf.

      Reply
  6. Neustrie

    Hello Jeremy,

    Je te suis régulièrement et je t’ai même envoyé un mail au sujet d’une conversation que j’avais avec un vendeur de croquettes Atavik :) et que j’étais passé au Barf pour mes terreurs ;).
    J’ai regardé ce reportage et aussi « Pet Fooled » et là il est dit que le fait de fabriquer les croquettes en les cuisant à très haute température cela crée 2 agents cancérigène: les amines hétérocycliques et les acrilamides. Était tu au courant ? C’est 25.38 mn dans le film.

    @ bientôt et merci pour tout ce que tu fais.

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Salut Neustrie ! Oui je me souviens bien de ce message ! :) Et encore merci pour les échanges super intéressant ! Bon du coup, je te souhaite bonne chance pour l’aventure BARF et oui, c’est vrai que j’ai quelques infos sur ces produits dangereux crées lors de la cuisson. Je n’ai malheureusement pas de chiffres exacts, mais ça mérite de s’y pencher plus sérieusement. Car il y a ça, mais aussi toutes les vitamines de synthèses rajoutées car détruites lors de la cuisson, enfin tu sais tout ça. Donc on pourrait dire que le reportage n’a touché que la partie émergée de l’iceberg ! A bientôt.

      Reply
  7. Marlau

    Bonjour,
    J’ai 2 chiens tous les 2 allergiques à plein de choses notamment aux céréales et un à toutes les viandes, c’est la galère. Il y a plusieurs années que j’ai compris que les croquettes n’étaient vraiment pas bonnes pour leur organisme. Nous sommes responsables d eux. Faisant du camping car, je prépare des bocaux que je stérilise pour les amener, comme pour des confits, j’avoue que ce n’est pas évident, mais au moins ils se portent bien, si j’avais continué avec les croquettes ils seraient morts ou pas loin.
    C’est super que cette émission soit passé à la télé.

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Carrément super pour l’émission en effet ! Un sujet important qui était dans les cartons depuis un moment et je suis ravie de voir que le reportage montre bien la problématique. Il n’est pas impartial non plus, mais à le mérite de montrer clairement les problèmes et les solutions (BARF)…

      Reply
      1. Djésia

        J’aurai presque préféré vous y voir plutôt que d’autres dans le reportage elle ne vous a pas contacté Jérémy la journaliste ? je lui avais pourtant parlé de vous pour la partie croquettes en tout cas, je ne me suis occupé que de la partie barf et de la mettre en relation avec ma véto mais si vous l’acceptez je vous contacterai la prochaine fois que l’on fait appel à nous.
        Amicalement,
        Djésia (BARF-ASSO)

        Reply
        1. Jérémy Anso (Post author)

          C’était prévu avec Mathieu, mais comme je ne réside pas en France, c’était un peu compliqué. Je pense que le reportage aurait un peu perdu en qualité avec un skype un peu moche avec moi. Mais que je sois dans le reportage ou non ne me dérange pas, l’objectif était bien que ce reportage sorte ! Mais avec plaisir si jamais vous pensez à moi, ça me botte ! :)

          Reply
          1. Djésia

            Je préfère de loin vous y voir que tous les spécialistes auto proclamés, alarmistes sans rien y comprendre. d’ailleurs question vous avez poursuivi en thèse après le master ? j’adore la photo de manip dans votre description, ça me fait penser à mes long week end de thésarde ! lol On se parle bientôt ;)

            Reply
            1. Jérémy Anso (Post author)

              Yep ! Je suis en fait docteur en biologie de l’Université de Nouvelle-Calédonie ! :) C’était des manips de thèse sur le terrain chez moi en Calédonie !

              Au plaisir d’en parler et merci pour le gentil commentaire :)

  8. Marie BSK

    Ah oui, une bombe ce reportage. J’étais ravie de voir que ENFIN on parle ouvertement de la fabrication des croquettes et comme Djésia je pense que vous auriez pu y avoir votre place. De même que la SNAC qui pratique les analyses….
    Cela a remué les consciences. Il est grand temps d’arrêter d’empoisonner nos animaux. Enfin je parle pour les autres parce que les miens sont des heureux Barfeurs !
    Bravo Jeremy pour votre engagement.

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Ouaip je suis également surpris, mais à moitié. La SNAC ne veut pas de publicité et ne partage pas ses analyses de mycotoxines. Les journalistes devaient impérativement refaire des analyses pour se les approprier. J’aurais du avoir une interview, mais comme je ne réside pas en France, c’est un peu compliqué et j’avoue n’avoir pas été des plus réactifs aussi ^^

      Reply
  9. Sophie

    Reportage très intéressant qui a ouvert les yeux à beaucoup j’espère. Je me suis posée pas mal de questions il y a y une paire d’année sur le fait qu’il y avait beaucoup trop de céréales, de maïs dans les croquettes de mes Goldens et quand en 2009 le petit dernier est arrivé, j’ai eu la chance de pouvoir lui donner la marque orijen. Dans mon entourage Canin, je prenais un risque de donner des croquettes très proteinees… Je ne regrette pas mon choix, je suis restée aux sans céréales et si j’arrivais à sauter le pas, je les passerai à la viande mais c’est une autre histoire.
    Bravo pour votre travail.

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Merci Sophie ! :)

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *