Bilan final de mon Régime sans Gluten: physio-pathologie, société et psychologie

regime-sans-gluten-bilan-final Il était temps ! Cela fait maintenant plusieurs mois que mon expérience du régime sans gluten est terminée et je n’avais toujours pas relaté ce petit bout de ma vie, pourtant extraordinaire.

Afin de réaliser une synthèse de mon expérience, de mes nouvelles connaissances sur ce sujet et de mes articles publiés jusqu’alors, je vous propose un article qui s’articule autour de 4 points :

  1. Bilan psycho-pathologique
  2. Bilan sociétal
  3. Bilan psychologique ou personnel
  4. Au-delà du régime sans gluten

Autrement dit, vous allez savoir si ma santé s’est améliorée durant ce régime, si j’étais intolérant au gluten ou pas, si c’était facile ou au contraire difficile à vivre et au final, quel est mon sentiment général de cette expérience.

Bilan physio-pathologique

Comme je l’avais annoncé dans mon 1er article introductif sur le régime sans gluten, on teste son intolérance au gluten lors de la phase de réintroduction, après les 4 semaines (au minimum) sans gluten.

Pour ma part, je n’ai noté aucun dérangement majeur et fortement lors de la réintroduction du gluten, après les 6 semaines. Dès la fin du régime, j’ai mangé du pain blanc (en quantité modérée cela dit) mais je n’ai subi aucun trouble plus ou moins violent au niveau de l’appareil digestif.

La conclusion principale de l’article et de cette expérience est que je ne suis pas intolérant au gluten, dans le sens médical du terme.

Par contre, il y a eu des changements significatifs à d’autres niveaux entre le régime sans gluten et le retour à la normale. Premièrement, j’avais selon moi un très joli teint, et une peau plus « propre » durant mon régime sans gluten. J’ai fait cette observation sur les nombreuses photos prises lors de soirées entre amis où je ne peux que constater les effets bénéfiques du régime sans gluten.

Dorénavant, j’ai repris mon teint « normal » si j’ose dire, qui est beaucoup plus pâle, et si j’exagère un peu, presque maladif (certains commentaires d’amis vont également dans ce sens). J’avais déjà entendu parler avant de commencer le régime des modifications possibles et positives du grain de la peau du visage, et d’autres paramètres. Peut-être que d’autres personnes peuvent-elles apporter leur témoignage sur ce point ?

Le second point touche les selles. Attention cher lecteur, cette partie n’est pas faite de roses et de poneys ! Avant de commencer le régime, mes selles étaient plutôt molles avec un côté diarrhéique des plus normaux (enfin pour moi). Une différence majeure pendant le régime sans gluten a été la solidification de mes selles, parfois à l’excès. J’ai eu durant ces 6 semaines sans gluten, 2 constipations assez sévères.

Je suis passé d’un extrême à l’autre à ce niveau-là, et la réintroduction du gluten m’a au moins permis de relâcher une pression de ce côté-là, avec des selles plus fluides. Sur ce dernier point, il faut que je creuse plus profondément ce qui ne va pas dans mon alimentation, ce qui est en excès ou l’inverse. Encore une fois, si des internautes avaient des expériences similaires dans le domaine, je vous encourage à témoigner, sans gêne.

Bilan sociétal

Comment vivre sans gluten dans notre société actuelle ? Est-ce simple ? Difficile ? Impossible ? Bien que je ne vive pas en métropole, la Nouvelle-Calédonie présente toutes les caractéristiques d’un pays moderne occidental. Toutefois, la notion de « régime sans » ou de « régime machin chose » est peu connue dans la restauration, et chez les gens d’une manière générale.

Dans le cadre d’une expérience de régime sans gluten « semi-contrôlé », les repas au restaurant sont des pièges à gluten, qui n’auront pas un énorme impact sur des tolérants mais pourront se révéler dramatiques pour des intolérants diagnostiqués.

Il convient donc de limiter les restaurants pendant le régime sans gluten, surtout les restaurateurs qui ignorent ce qu’est le gluten, et pourquoi certaines personnes l’évitent. La contamination de la nourriture à travers les poêles mal rincées, l’utilisation d’additifs au blé sont autant d’éléments qui peuvent mettre à mal votre régime, et limiter les effets positifs.

En Nouvelle-Calédonie, peu de restaurants connaissent le terme « gluten » et ceux qui le connaissent nous dirigent gentiment vers d’autres restaurants pour ne pas être embêtés. Ici, la demande « sans gluten » est si faible, voire même inexistante que ces observations me semblent normales. Sur le plan purement pratique et festif, l’interdiction de consommer des bières (et du whisky) représente une gêne sociale forte, surtout si vous êtes un amateur de bière.

Les petits verres entre amis ne doivent à présent être composés que de vin rouge, de pastis ou de rhum. Je dois noter un point très positif du régime sans gluten qui pourrait plaire aux personnes très sociables et qui cherchent le débat, et la démonstration. Au cours de nombreuses soirées, mon régime sans gluten était –à chaque fois- un sujet unique de discussion avec de parfaits inconnus. Bien que les discussions tournent relativement autour des mêmes sujets :

  • Pourquoi faire ce régime ?
  • Qu’est-ce que le gluten ?
  • Pourquoi est-ce dangereux ?
  • Es-tu intolérant ?

C’est une occasion unique pour apprendre à défendre votre point de vue, argumenter en faveur du régime sans gluten (sans dénigrer ceux qui en mangent) et peut-être, si vous êtes très fort, convaincre quelqu’un de commencer ce régime.

Attention toutefois, les réactions de votre entourage seront principalement négatives sur votre régime. La très forte restriction qu’il implique, le rôle mystérieux de cette protéine font que l’incompréhension est bien souvent de mise avec un rejet, et un phénomène de caricature sociale que j’avais démontré dans mon précédent article.

Bilan psychologique ou personnel

Honnêtement, le régime me manque. J’ai l’impression d’avoir aujourd’hui repris totalement mon régime d’avant, qui en fait ne me plait plus tant que ça. Je suis nostalgique des bienfaits plutôt extraordinaires (et peut-être imputables à d’autres choses) que ce régime pouvait avoir sur la qualité de ma peau, sur le grain et mon teint. Rien que pour ce point « bonne mine » le régime sans gluten me manque.

Pour moi, et ma compagne, l’expérience a été unique avec des hauts et des bas (notamment dans les soirées totalement improvisées, sans fruits ni légumes, arrrrgh !) Il faut bien comprendre avant de commencer ce régime, qu’il vous engage dans une lutte quasi quotidienne (au moins au début) contre le gluten. Il faudra traquer la moindre trace sur les étiquettes, poser des questions à tous les hôtes afin de savoir ce qu’il y a dans ce plat, pour parfois le refuser ! En bref, il y a du bon à tirer de ce régime et c’est le sujet du point suivant.

Un régime sans gluten, ou avec moins de gluten ?

Si le régime sans gluten vous intéresse, et que vous ne désirez pas tester votre intolérance, vous pouvez alors entamer un régime « presque » sans gluten.

Je m’explique. Au lieu de supprimer, vous pourrez fortement limiter la consommation de certains produits qui contiennent du gluten. Je pense notamment à la bière, au pain blanc et les produits industriels les plus transformés. Sans devenir « gluténophobe » et asocial, vous pourrez obtenir de nombreux bienfaits insoupçonnés en suivant ce type de « semi-régime », mais pourquoi ?

Au-delà du « sans gluten »

Faire un régime sans gluten, c’est éviter le gluten, évidemment mais pas uniquement. Si vous êtes dans l’impossibilité de manger du pain, vous allez forcément compenser avec autre chose mais quoi ?

Probablement des légumes, des fruits, de la salade, du fromage, du riz que sais-je encore ! Quoi qu’il en soit, vous allez remplacer de nombreuses calories vides, riches en sucres, en sel, par des aliments faits de calories pleines, riches en vitamines, en minéraux et antioxydants divers. Le régime sans gluten, au-delà de vous éloigner du gluten, vous éloigne surtout des produits les plus transformés et en théorie (bien que ce ne soit plus une théorie) des aliments les plus dangereux pour votre santé.

En conclusion, j’invite tout un chacun à faire sa propre expérience avec ses règles du jeu. De mémoire, j’ai réalisé un régime sans gluten pendant 6 semaines (sans cheat day, c’est impératif) avec une phase d’observation intense pendant 2 semaines, lors de la réintroduction.

Je prévois personnellement de refaire l’expérience, de manière plus contrôlée avec 2 mois contrôle « avec gluten » où je note une grande série de variables (nez bouché, selle molle ou dure, énergie au réveil, mal d’estomac, crampe d’estomac, flatulence excessive ou pas, etc, etc) afin de faire un point zéro correct et avoir une bonne base de comparaison.

A tous les nouveaux qui tenteront l’expérience, venez ici relater vos expériences ! A bientôt, Jérémy.

31 Commentaires

  1. JB Rives

    Pour ma part depuis quelques mois sans gluten, dès que j’y retouche c’est la sanction : douleurs abdominales, gorge qui gratte… Alors que je n’avais aucun souci avant. Je réagis également au maïs.

    Je me sens mieux au quotidien, et vu les conséquences santé long terme du gluten, au moins je ne suis plus tenté !

  2. Julian

    Merci pour ce retour Jérémy !

    Je me reconnais dans ton témoignage. Je suis le mode d’alimentation Paléo depuis un an maintenant. Sauf dérapages, je ne mange donc quasiment plus de gluten !

    J’ai également partagé mon témoignage des cette aventure sur mon blog.

    Comme toi, j’ai constaté le même effet sur ma peau ainsi que la disparition des petits (ou gros ^^) boutons d’acné sur mon visage.

    Auparavant, je subissais de constants problèmes d’allergies toute l’année. Les crises étaient très courantes et parfois handicapantes, certaines étaient assez fortes pour me provoquer de la fièvre.
    Je ne suis pourtant pas non plus intolérant au gluten, mais je pense que l’arrêt de la consommation de céréales a fortement fait baisser l’inflammation générale de mon organisme en me désensibilisant aux allergènes.

    Julian

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Salut Julian ! Ton commentaire était dans les indésirables, parfois Askimet joue des tours aux internautes !

      Je viens de découvrir ton tout jeune blog avec ton commentaire et j’ai lu ton article qui témoigne des bienfaits du modèle paléo, comme tu dis.

      Tout d’abord félicitation pour la qualité de tes articles (même si tu en as peu), j’ai beaucoup aimé ton style d’écriture avec une très bonne fluidité et des références par-ci par-là.

      S’il y a bien un point où je suis 100% d’accord avec toi, c’est au niveau des allergies. Je suis un très grand allergique, enfin, je l’étais ! Tout comme toi, je pensais que c’était mon destin et les piqûres chez l’allergologue n’y changeaient rien. Pourtant, avec une réduction des produits les plus transformés (lait, pain blanc, moins de pâtes, etc.) j’ai vaincu ces allergies.

      Bref, n’hésite à revenir bientôt apporter ton expérience sur le blog. bonne continuation à toi dans ton aventure paléo !

      Amicalement, Jérémy

  3. Flora Sana

    Je suis tout à fait d’accord avec le fait que bien que n’étant pas intolérant, connaître le gluten et savoir l’éviter permet de diversifier grandement la nourriture! Très facilement on se retrouve à manger des pâtes, des croissants, de biscuits, du pain et des pizzas sans même s’apercevoir que l’on ne fait que manger exactement le même aliment matin midi et soir! Avoir cette connaissance, c’est aussi découvrir le monde qui se cache derrière la farine de blé (tellement répandue que dans les recettes on ne dit plus que « farine ») et profiter de cette diversité.

  4. Romain de paléo-fit

    Ce qu’on me dit souvent, c’est que manger sans gluten, c’est ne plus rien manger et ne pas se faire plaisir en mangeant !

    Pourtant, comme tu le souligne, cela permet en fait de varier son alimentation et de chercher d’autre manières de s’alimenter, du coup, les fruits et légumes deviennent obligatoires, ce qui est un très bon point.
    Les calories absorbées sont alors de vrais calories, qui apportent un réel plus à l’organisme.

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Tu as parfaitement raison, le sans gluten c’est plus de légumes, de fruits et tout un tas de bonnes choses.

  5. James

    Salut J.

    Si ce n’était que le gluten … va voir du côté du blog de William Davis (wheatbellyblog.com). Le blé moderne est une aberration (le gluten et son composant gliadine qui agit comme une drogue au cerveau, l’amylopectine A qui provoque l’accumulation de gras viscéral, l’agglutinine de germe de blé (lectine) qui … tiens, si tu captes bien l’anglais, lis ceci: http://www.wheatbellyblog.com/2012/09/modern-wheat-a-terrorists-delight/). Bref, éliminer le blé, ce n’est pas seulement une question de gluten, c’est virer un poison insidieux de son alimentation. Le blé est un poison. Une fois qu’on le sait, qu’on a bien lu la littérature scientifique, etc, et bien on est sevré, crois-moi!

    Pour tes selles dures, c’est l’effet low-carb. Pour éviter ça tu dois augmenter ta consommation de sel … et oui, le sel qui a bien mauvaise réputation. Quand on ne mange quasiment plus de glucides, ça ne pose pas vraiment de problème en fait.

    For the record, ça fait 3 mois que je suis en régime low carb / high fat, et je me porte super bien! Il faut juste s’assurer de manger varié pour avoir tous les sels minéraux nécessaires, les vitamines, etc. Vivre la chose est très facile et ça clarifie grandement les fonctions cognitives. Et concernant la peau, et oui, comme tu diminue les substances inflammatoires dans ton corps en éliminant blé, sucre et amidon, et bien c’est tout à fait normal.

    A+
    J.

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Merci pour toutes ces infos James, je vais regarder ton lien de très près ce soir et me renseigner sur cette histoire de sel, car il est vrai que je ne sale absolument rien (ouh la vilaine peur de l’excès de sel!)

      A bientôt ; )

  6. Feronia

    Bonjour Jérémy

    Je suis tombée par hasard sur ton post, et je voulais savoir (j’ai peut être été distraite pendant la lecture et j’ai donc peut être loupé un détail) pour qu’elle raison as-tu attaqué un régime sans gluten? avais tu eu des symptômes de la maladie cœliaque? c’était un conseil de ton médecin? ou juste un test de ta propre initiative?

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Salut Feronia,

      J’ai vu que tu avais commenté sur un article précédent. Je te répond avec attention, ton commentaire est précieux !

  7. marie@cours de zumba

    Merci pour ton article, j’avais suivi un régime similaire et cela m’a bien servit même si le remède reste le sport pour moi..A bientôt. Marie

  8. Olivier Ramirez

    Perso j’ai les même problèmes allergies à gogo (diagnostiqué poly-allergique à l’âge de mes 16 ans par un ORL), problèmes respiratoires, problèmes digestifs, j’étais un énorme mangeur de pâtes et de laitages dans mon adolescence et pendant bon nombre d’années, des quantités pharaoniques, à tel point qu’à un moment je n’ai plus été capable de manger du pain blanc et de pâtes sans avoir mal au ventre dans la demi-heure suivant le repas, le pire étant la baguette de pain blanc qui m’est fatale. Ca m’a poussé à faire mes recherches sur l’alimentation à essayer de comprendre où échouaient les médecins traitant, gastro, allegro, ORL, à faire de la lecture compulsive et passionnée qui avait déjà commencée grâce à mon amour pr le sport, mais sans grand esprit critique au départ et en progressant petit à petit.

    Pour le moment je prévois de supprimer le gluten, je l’ai fait pendant 5-6 jours et j’ai senti la différence sur les selles et la fréquence à laquelle j’allais à la selle, j’étais réglé comme une horloge c’était mal de ventre et toilettes tous les jours à la même heure et en passant en mode sans gluten absence totale de besoin de déféquer pendant 5 jours et sentiment de bien être général, j’ai pas fait plus attention que ça niveau peau etc.

  9. stephanie

    Merci pour cet article très intéressant! Je me suis lancée dans cette grande aventure il y a seulement deux mois mais j’ai l’impression que cela fait plusieurs mois, tant j’ai appris durant ces deux mois, tant j’ai fait de découvertes etc…. Ce n’est pas simple au début, les premiers jours j’avais faim, j’avais l’impression de ne quasi rien pouvoir manger et que surtout il faudrait faire une croix sur tous les petits plaisirs: gâteaux etc… Deux mois plus tard, je mange des crêpes sans gluten, sans lait, je fais des gâteaux, crêmes desserts et j’en passe! Moi qui ne cuisinais jamais, j’ai découvert le plaisir de cuisiner ! Cette aventure va au final, au delà de ce qu’elle m’apporte pour ma santé, m’apporter bien plus! J’ai débuté ce régime, un peu par désespoir, comme dernière chance, face à une maladie auto-immune, et j’apprends un peu plus chaque jour, sur ma façon de m’alimenter, et surtout sur ce qui est bon ou non pour mon corps. Courage à tous ceux qui se lancent, ça en vaut vraiment la peine !

  10. Bernie

    D’abord merci , j’ai découvert ton blog il y a 2 mois et ai compris pas mal de choses qui perturbaient mon corps ..Je pensais , au départ , être allergique aux céréales complètes , en lisant ton article , je me suis renseignée sur le gluten..a ma grande frayeur , j’ai compris + de choses que je n’en cherchais..J’explique dans les grandes lignes pour faire court..A 17ans je commence à faire des crises de rhumatisme , tendinite et arthrose…
    Depuis l’âge de 6ans , des plaques d’eczéma de temps à autres , sans raison saisonnière..Bien souvent le médecin de famille rejetait la faute à la lessive..Et moi je me demandais pourquoi le ventre seulement était touché…
    Bref j’ai 36 ans aujourd’hui et il y a 12 jours une amie m’a rendu visite avec un livre sous le bras et m’a raconté ses petits problèmes de santé…
    Je vous laisse deviner le point commun…
    Alors voilà , après 1semaine « test » sans gluten (super difficile quand on adore le pain..) aucun signe de douleurs articulaires ; comme toi Jérémy , une peau parfaite , et pour les selles ce n’est plus la même « normalité » (j’ai remplacé le pain par les galettes de riz soufflés)..
    Je n’ai pris pris de poids et j’en ai même perdu , et pour une fois je les ai perdu là où il faut!Les filles me comprendront ;)
    J’ai tenté hier , l’expérience de refaire des pâtes….mes jolies plaques d’eczéma se sont retrouvées sur mon ventre et un noeud à la gorge m’a gêné une bonne partie de la matinée..
    J’ai bien sûr fait des tests d’allergies à l’hôpital il y a 5ans , pour ma peau , et les seuls résultats positifs étaient le cobalt et le nickel..
    Les références du livre:
    « L’alimentation ou la troisième médecine » F.X de Guilot , doct Jean Seignalet , préface du professeur Henri Joyeux.
    Collection Ecologie Humaine.

  11. Manue

    Comme beaucoup d’entre vous je mangeais également beaucoup de blé (pain et pâtes surtout, occasionnellement pizzas, etc). Je souffrais de colopathie fonctionnelle (avec douleurs +++, diarrhées et glaires au quotidien – bon appétit !! -), de fatigue chronique et d’une peau moche comme tout.
    L’arrêt du gluten a été hallucinant ; ma colopathie est en train de disparaitre (pour les détails croustillants, j’avais oublié ce qu’était une envie « normale » d’aller à la selle, je ne connaissais que la douleur), ma fatigue quotidienne est devenue bien plus légère (arrêt de mes 2 « gros coups de pompe » quotidien) et ma peau redevient belle.
    Ce qui m’a le plus étonnée, c’est la rapidité des changements. Je ne reviendrai pas en arrière, j’ai trop souffert pendant des années. Je ne suis donc pas malade coeliaque mais je souffre d’une forte intolérance au gluten. La grosse différence avec un malade coeliaque, c’est que je peux « mélanger les cuillères en bois » ou me permettre un (tout petit) écart ; j’aurais probablement une bonne diarrhée et mal au bide mais je ne me mettrais pas en danger.

  12. Karima

    Bonjour,

    depuis la découverte de ton blog Jérémy je me suis également mise à l’alimentation sans gluten. Pour continuer dans les mots doux je suis une très grande constipée, différents examens (coloscopie, échographie…) aucun d’entre eux n’ont révélé quoi que se soit les médecins ont finis par me dire que c’était dans la tête. Ce point là j’aimerais bien qu’on me l’explique :-/
    Autant vous dire que j’ai tout essayé, il m’est arrivé une fois de rester 15jours sans aller à la selle malgré les sachets prescrit par le doc. Oufff j’ai échappé de peu à l’hospitalisation. Je ne souhaite pas entrer dans le système médicament où les intestins ne comprennent rien d’autre que la fameuse poudre pour leur permettre de travailler.
    La semaine dernière me voici dans mon 6ème jour sans selle. Ceci m’a amené à faire une millième recherche sur le net à savoir « remède contre la constipation » de page en page voici comment je suis arrivée à ce superbe blog. Blog où j’ai appris beaucoup de chose et qui m’a aussi pas mal ouvert les yeux. Merci à toi Jérémy ;-)
    Lorsque j’ai lu les articles sur le gluten j’ai repassé en mémoire mes repas et comment mon corps les assimilaient. Beaucoup d’entre eux composés de pain blanc, pâtes…
    Comme beaucoup je suis une grande fan de la baguette et des viennoiseries avec lesquelles mon mari me fait plaisir le dimanche matin. Lorsque j’en mange j’ai le ventre aussi gonflé qu’un ballon de baudruche, des sensations affreuses au niveau des intestins et comme une espèce de boule dans la gorge qui me donnait l’impression que le croissant n’était toujours pas descendu. Je n’ai fais aucun test concernant le gluten mais je suis une grande allergique alors je me suis tiens je fonce et je tente le sans gluten.
    Me voici dans mon 3ème jour sans gluten, vous allez sans doute penser que c’est un peu tôt pour tirer des conclusions mais je peux vous assurer que côté selle tout à changé. Je ne suis plus ballonnée, mes selles sont normales et molles (chose que je ne connaissais pas). En revanche et je ne sais pas si cela a un lien mais la fréquence à laquelle je me rends aux wc pour uriner j’avoue ne pas comprendre. Pourtant je n’ai pas changé ma quantité d’eau toujours 1,5 à 2L par jour, ma quantité de café ou thé, ainsi que ma quantité de légumes. Si toutefois tu as une réponse à cela Jérémy je prends. Je me suis dis que mon corps éliminait les toxines un peu comme lorsque l’on jeûne.
    Je me sens beaucoup mieux et compte bien continuer en notant tous les effets et changement sur mon corps.

  13. Vanessa

    Je mange sans gluten depuis presque deux ans et je ne suis pas prête de le réintroduire dans mon alimentation. Je luttais depuis qqes années contre une fatigue chronique, un gros inconfort intestinal installé, le visage bouffi le matin, un haleine de fosse septique et autres désagréments dont je vous épargne les détails. Rien d’invivable, mais l’évidence d’un dysfonctionnement. J’avais même fini par aller chez le médecin ce qui n’est pas trop mon style. J’ai fait des analyses de sang qui ne montraient rien d’anormal. Trouver l’origine du mal à été un peu comme un jeu de piste. Le seul indice que j’avais c’est que mes syndromes étaient aggravés quand je partais travailler en forêt (une à plusieurs semaines sans frigo à ne manger que de la merde et surtout QUE du blé : soupes chinoise, semoule, crakers, pain et pâtes). A l’évidence le mal venait de l’alimentation. Je ne sais plus trop comment j’ai commencer à manger sans gluten mais j’ai très vite compris que le problème venait de là. Si le régime sans gluten m’a paru un peu compliqué à mettre en place au départ (j’ai deux enfants et mon mari est végétarien) j’ai très vite trouvé des alternatives au blé et je pense que finalement mon régime alimentaire est bien plus varié et complet qu’avant. J’ai remplacé ma farine de blé par des farines de chataigne, maïs, arrow-root, manioc, pois chiche, chanvre, coco….j’utilise beaucoup plus de produits frais et locaux : manioc, patate douce, choux canak, chouchoute, citrouille… J’ai en quelques semaine de « régime » retrouvé un temps de sommeil idéal (pour moi 6H contre 8-10 quand j’étais englutenée), un confort intestinal oublié et je n’ai plus peur de me regarder le matin dans la glace. Il est clair que pour moi les avantages du régime sans gluten sont tels qu’ils me font oublier les inconvénients. D’autant que j’ai aussi testé des régimes vraiment beaucoup plus contraignants (voir GAPS http://gaps.me/ ) et qu’à côté de ça manger sans gluten est un jeu d’enfant. Côté social, quand nous allons manger chez des gens que nous ne connaissons pas, je prépare toujours qqe chose sans gluten à servir à l’apéro style muffins aux légumes, flans d’aubergine comme ça je suis sure de pouvoir manger qqe chose. Je ne peux rien manger dans les « cocktails » mais 1- plus rien de ne me fait envie 2- je ne risque pas de froisser la cuisinère.
    Au final je suis ravie car j’ai énormément appris sur moi-même et sur le fantastique édifice biologique et chimique qu’est le corps humain. J’ai aussi compris que la clef de voûte de cette cathédrale se trouvait dans les boyaux! D’où l’intérêt de faire quand même un peu gaffe à ce qu’on fait rentrer dedans… (voir http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=gut-second-brain entre autres mais aussi le livre du Dr. Natasha Campbell-McBride précédemment cité qui est incroyablement documenté sur le sujet)

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Suite à notre conversation… Un grand merci à toi pour ce super complet témoignage Vanessa ! En tant que mère de famille ton témoignage démontre bien qu’il est tout à fait possible d’avoir une vie sociale et professionnelle (avec des contraintes que tu nous as expliqué) en suivant un régime (plus ou moins) strict qui est celui sans gluten.

      Pour rebondir sur les articles dont je t’avais parlé avec la flore intestinale:

      Cotillard, A., S. P. Kennedy, et al. (2013). « Dietary intervention impact on gut microbial gene richness. » Nature 500(7464): 585-588.

      Le Chatelier, E., T. Nielsen, et al. (2013). « Richness of human gut microbiome correlates with metabolic markers. » Nature 500(7464): 541-546.

      Je t’envoi les PDF sur ta boîte mail ! Au plaisir de te lire bientôt !

    2. Bernadette

      Bonjour
      J’ai trouvé votre article très intéressant. Je tente lamentablement d’éliminer le gluten pour voir s’il est la cause de ma sensation de fatigue, de mes ballonnements et flatulences. Pour le moment j’ai supprimé le pain blanc. Je prend de la baguette bio à fermentation lente avec du levain (pour les acides phytiques) et j’essaie de ne prendre du pain que le matin. Depuis quelques jours je suis passée au pain intégral bio. Je pense avoir moins de ballonnements et flatulences mais je suis très constipée. Pour tout dire je pense que la composition de mes selles a changé, plus dures et lourdes (désolée de rentrer dans le détail).
      Mais en vous lisant il semble qu’il soit possible de se passer de gluten. Mais comment faites vous au petit déjeuner ? je ne sais vraiment pas par quoi remplacer mon pain quotidien ?surtout lorsqu’on a peu de temps ? pourriez vous me conseiller des sites de recettes sans gluten ? Merci

      1. garcia

        pour ma part petit dej sans gluten,flocons de sarrasin,lait ou jus vegetal,amandes et raisins secs par exemple…un régal.tres nutritif.

  14. Elise

    J’ai commencé le régime paléo il y a un mois et quand j’ai réintroduit le gluten c’est sans appel crampes abdominales et diarrhées pendant 2 jours ça fait mal le morceau de pain! Mais bon au moins maintenant ça m’a dégouté du pain (jusqu’à quand?).

    En tous cas, l’approche paléo m’a permis de savoir (avant de savoir mon intolérance au gluten) que je pouvais faire de parfait repas viandes legumes fruits et me régaler!

    Heureusement je penses que sinon la nouvelle m’aurait minée! Là au moins je sais que c’est possible sans! Bon ça reste difficile à l’extérieur, mais comme je préparais déjà mes repas du midi je m’en sors plutot bien! Je continue le régime paléo et je vais rééssayer dans un mois de réintroduire la sauce soja! Bizarement c’est ce qui me manque le plus…

    Merci encore pour tes articles!

    1. Sophie

      Pas de gluten dans la sauce « Tamari », Elise, qui se trouve aussi facilement que la sauce Soja « Soyu » et dont le goût est très proche.

      1. Elise

        Merci Sophie, j’ai testé la sauce tamari mais c’est salé je préfère la sucrée :)

  15. Yan

    Salut,

    J’ai lu cet article avec curiosité, pour voir ce qui vous avez gêné, car je suis actuellement en plein dedans. Je précise qu’il y a trois catégories de personnes qui devraient suivre ce régime, les allergiques, les intolérants (les cœliaques) et les hypersensibles dont je fais partie. En effet soudainement et à 39 ans mon corps a dit STOP! Attention, Là je vais rentrer dans les détails pas sympas. En gros je m’en suis rendu compte car mes selles ont changé de couleur, flottaient et au fur et à mesure sont devenues de plus en plus liquides jusqu’à ce que cela devienne que de la graisse… et par dessus cela, une fatigue extrême et permanente… Après avoir évacuer tous les gros soucis pouvant venir du foie, du pancréas et de la vésicule, une analyse de sang normale et une analyse de sang axée sur les traceurs de la maladie cœliaque revenue négative, j’avais exclus le gluten. Mais voyant que l’analyse de la maladie cœliaque était revenu négatif mon gastro entero m’avait dit que je pouvais remanger normalement, que ça avait du être un épisode passager. He ben non… car j’ai repris le gluten après 15J sans ou tout allait mieux et là ca a été la cata. En plus des symptômes cités plus haut j’avais l’estomac en fête aussi!
    Bref j’ai fait découvrir à mon gastro enterologue qu’il y avait un troisième type de personne qui sont les hypersensibles non cœliaques, car lui n’y croyait pas… (d’où ma précision en début de post!) depuis j’ai trouvé que cela avait été mis en exergue scientifiquement il y a 3 ans…
    Bref maintenant je ne mangerai plus de gluten en quantité! Je vais tester avec des traces pour voir.

    Comme vous j’ai constaté que les selles étaient un peu trop solides maintenant! et par contre là où je m’interroge un peu, c’est que j’ai vraiment l’impression de ne pas assez manger… Je me demande si cela ne créé pas des carences quelconques.
    J’ai donc décidé d’aller voir un nutritionniste afin d’être éclairé.

    Merci en tout cas pour cet article, car je m’y suis bien reconnu et cela permet d’éclairer sur le sujet de façon factuelle !

  16. Catherine

    J’ai fait l’essai du « sans gluten » et là miracle, plus de ballonnements, plus de constipation des selles régulières (tous les jours) plus de fermentations qui donnent des colites, une digestion facile, un ventre plat, un teint plus clair, une haleine radicalement changée, et en bonus un confort articulaire incroyable, alors, je ne vois pas pourquoi je devrais recommencer à manger ce qui me fait du mal sous prétexte que le régime sans gluten aux dires de certains est une mode ou du snobisme. Merci pour votre article.

  17. Nathalie

    Bonjour,
    Je suis bien contente d’avoir trouvé ce site.
    Je souffre d’une fatigue chronique et permanente, de douleurs articulaires multiples et inexplicables et de tous les symptômes que beaucoup d’entre vous viennent d’expliquer : gaz, diarrhées, ballonnements, haleine de poney…Tous très glamours et agréables.
    Je viens de démarrer un régime sans gluten depuis 5 jours et abracadabra, mes douleurs articulaires ont disparu ! La diarrhée également, pour la fatigue, non, mais je pense qu’il faudra bien plus de temps car j’ai la sensation d’être totalement carencée du fait de ces diarrhées permanentes. Je vois un gastro lundi, mais à vous lire je comprends que je devrai me battre contre l’incompréhension des médecins, comme je lutte déjà contre l’incrédulité de ma généraliste, et en changer jusqu’à trouver un qui soit réceptif à ces idées dérangeantes !
    Merci pour tous vos témoignages, car on se sent bien seul.

  18. grenier

    Merci pour cette série d’articles très complets. La suppression du gluten est également recommandée en cas de douleurs articulaires. Leur disparition rapide est d’ailleurs l’une des premières conséquences positives que l’on constate lors d’un régime pauvre en gluten.

  19. Marie- ClaudeB

    Bonjour, j ai décidé d enlever le gluten de mon quotidien….il y a 4 jours …..et j ai deja des resultats bénéfiques! !!!!! Depuis des années, j ai les sinus maxillaires qui coulent insidieusement dans ma gorge en me faisant enrouer la voix….et ces dernieres semaines, j avais une gorge hyper serrée. … à me faire peur!!!!!! Un matin, après avoir mangé un bout de pain…. j ai compris qu il y avait un problème avec le gluten……ça grattait le fond de la gorge!!!! 4 jours sans gluten….et c est un confort retrouvé et 98 % de gêne ORL en moins!!!!!! Un pur bonheur!!!! J ai rendez vous chez un spécialiste dans les prochains jours!!!….. va t il me croire?????

  20. Le Calvix

    Avez-vous entendu parler des FODMAPs ? qu’en pensez-vous ?

  21. Marie

    Bonjour, article très intéressant. Souffrant de tendinites chroniques et de douleurs articulaires diverses et variées, ce fait 1 mois et demi que j’ai arrêté le gluten et le lactose. Au bout de 15 jours, miracle, quasiment plus aucune douleur. Un mois de bonheur. Et là au bout d’un mois et demi, le retour fracassant des douleurs. Je suis un peu perdue, j’ai du mal à comprendre. Si vous avez des pistes je suis preneuse ! Merci :-)

  22. hayomi

    bonjour,
    Pour ma part depuis plusieurs mois (9?) j’ai réduit le gluten. c’est à dire essentiellement le pain (avant beaucoup de tartines le matin, j’ai remplacé par des fruits frais et secs… ).. Mais contrairement à Jérémy mes selles plutôt dures sont devenues molles et plus nombreuses. je me sens plus légėre, moins de ventre. Socialement pas trop de contraintes, je mange des gâteaux ou autre si ça se présente sans me prendre la tête. Merci pour cet article et les commentaires..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *