L’Homme n’a JAMAIS été Végétarien

paleolithique-herbovires-omnivores-outils-prehistoire-carnivores-viandes

(l’illustration est tirée du superbe site du gouvernement, à voir !)

Omnivore pour les uns, végétariens pour les autres

Ce débat déchaîne les littéralement les passions. L’Homme est-il un mangeur de viande ? De végétaux ? Est-il herbivore, carnivore ou omnivore ? Les questions demeurent, et pourtant les réponses foisonnent sur la toile au grès des théories évolutionnistes, anatomiques et même comportementales.

Sur ce sujet, je me suis moi-même épanché d’un article qui traité une théorie, la fameuse théorie anatomique. Aujourd’hui, on considère qu’il faut regarder 3 facteurs en particuliers pour mieux comprendre et statuer sur le régime alimentaire « idéal » celui qui est « fait pour l’Homme ».

Ces facteurs sont :

Anthropologique. L’Homme mangeait-il de la viande il y a 7, 6, ou 3 millions d’années ? Comment le savoir ? Disposait-il d’outils pour chasser ? Était-il capable de tuer un Mammouth ?

Anatomique. Comment est fait notre corps ? Sommes-nous anatomiquement « armés » pour digérer des plantes, ou de la viande ? Ces questions sont fondamentales, et les réponses sont bien souvent l’argument n°1 des végétariens.

Epidémiologique. Quel régime alimentaire nous rend malade ? La viande est-elle dangereuse pour notre santé ? Les légumineuses et le gluten ne sont-ils pas toxiques ?

Les arguments végétariens

Pour nos amis les végétariens, végétaliens et végans, il n’y a pas de doute. L’Homme cumule des preuves anatomiques, anthropologiques et épidémiologiques qui le définissent comme un Herbivore. Les végétariens les plus modérés peuvent parler d’herbivore à tendance omnivore, nuance.

En fait, j’ai déjà traité les deux derniers facteurs (anatomique et épidémiologique) et la réponse est plus que mitigé. Les arguments anatomiques ne me semblent pas du tout tranchés en faveur d’une « herbivorie » stricte mais tendent plutôt à démontrer une « omnivorie » large.

Au niveau épidémiologique, la science n’est pas en mesure de trancher non plus si les végétariens sont réellement en meilleur santé que les mangeurs de viande. Les études sont souvent biaisées, et orientées par des auteurs végétariens ou financées par l’industrie de la viande.

Bref, c’est le micmac dans notre assiette. Et pour trancher, d’une certaine manière, je vous propose de lire une analyse du premier facteur, l’anthropologie ou l’Histoire de notre espèce, de notre ligné à travers les âges.

Les arguments végétariens en 2 points

Je retrouve régulièrement deux arguments majeurs qui composent le paysage anthropologique de notre ligné :

  1. Pour manger de la viande il faut chasser, pour chasser il faut des outils, et pour avoir des outils dignes de ce nom (des arcs et des lances) il faut attendre l’âge du paléolithique supérieur, il y a 35 000 ans.
  2. Nos premiers ancêtres, les Australopithèques, apparu il y a 7 millions d’années (Ma) jusqu’il y a 2.5 Ma sont considérés comme des végétariens. « L’Homme » a donc été pendant 4.5 Ma un végétarien, un argument qui pèse lourd en faveur du régime végétarien.

Pourtant, ces deux arguments sont largement discutables.

L’outillage préhistorique

Etant chasseur je peux comprendre ce raisonnement ; je m’imagine très mal partir à la chasse sans fusil, sans arc et même sans lance si je veux ramener du gibier pour nourrir une hypothétique tribu. Selon des sites végétariens, la chasse à l’arc et la lance qui est avérée que depuis 35 000 ans, fonctionnerait qu’1 fois sur 20. C’est peu et quelque part, c’est compréhensible.

Mais est-il intéressant de se comparer avec nos alleux ? Non, intéressons-nous plutôt à l’outillage préhistorique et aux techniques de chasse de l’Homme. Le premier outil façonné par l’Homme date de -2.7 Ma, qui était apparemment utilisé pour nettoyer des peaux de bête. Hum… Le biface apparait 1 Ma plus tard mais ce n’est pas le plus important.

Un site très officiel au nom très révélateur, « L’Homme de Tautavel », nous informe de la vie de ces Hommes il y a 450 000 ans. On apprend, illustration à l’appui, que l’Homme de cette époque chassait beaucoup, parfois jusqu’à 100 têtes de cerfs retrouvées dans les grottes occupées jadis.

Comment ça ? Des têtes de cerfs ? Il y a 450 000 ans ? Oui, si vous avez bien suivi l’Homme n’aura inventé que 400 000 ans plus tard l’arc et la lance, les outils « nécessaires » pour obtenir de la viande. Et pourtant, l’Homme de l’époque n’avait pas besoin d’un tel outillage pour chasser. Des pieux, des pics en bois, des fossés en guise de piège, des rabatteurs suffisent aux Hommes pour tuer, dépecer et manger cerfs, mouflons, rennes, cheval, rhinocéros, bisons, bœufs musqués et autres.

La théorie du « manque d’outillage » énoncé par les végétariens en prend un sérieux coup. Ces nouvelles données permettent de remonter très loin dans le temps, jusqu’à 1, 2 même 4 Ma où l’Homme était capable de se nourrir d’une telle manière.

Des ancêtres végétariens

La 2ème partie de cette discussion touche l’histoire de notre lignée, des Australopithèques. Les amateurs du régime paléolithique se targue qu’un régime carné étaient suivi par tous nos ancêtres depuis au moins 2 Ma, si ce n’est plus loin, jusqu’à 7 Ma.

Pourtant, des avis contradictoires émanent de la plume de certains blogs végétariens, des avis qui qualifient nos ancêtres Australopithèques comme végétariens stricts. Les Australopithèques sont en effet connus pour avoir une anatomie buccale très différente de la notre, puisque composée de nombreuses et larges molaires qui indiquent un régime fortement végétal.

Le sérieux site Hominides.com confirme ces affirmations avec « des dents massives, en forme de meule » pour nos chers ancêtres australopithèques. L’observation simpliste de l’anatomie buccale ne peut pas suffire pour assoir un régime particulier, et pour cause.

Toujours sur le même site d’information préhistorique, on apprend que plusieurs indices biochimiques nous permettent de déterminer un régime alimentaire type. Le rapport carbone 13/ carbone 12 et strontium / calcium des dents et des os permet d’estimer la consommation de viandes et de végétaux par les hommes de l’époque.

Même si il est accepté que certaines lignées (notamment les australopithèques de l’Afar) soient, à priori, végétariennes, les autres lignées ne l’étaient pas. La plupart des Australopithèques se nourrissaient de végétaux (graines, tubercules, racines, etc.), à hauteur de 80 %, alors que le reste (20 %) était comblé par des insectes, et des petits animaux (rats, rongeurs, reptiles, oiseaux, etc.)

Conclusions et perspectives

Nous sommes loin d’un coup de hache qui tranche définitivement sur le régime originel et idéal pour l’Homme. Ceci dit, il est clair que nos ancêtres ont jouis d’une diversité pharaonique des régimes alimentaires, aux grés des saisons, des évènements climatiques, des migrations et des aléas quotidiens.

Un Homme préhistorique du paléolithique était peut-être « végétarien » 2 à 3 mois dans l’année, lorsque les ressources étaient abondantes avec peu de gibier. En revanche, il pouvait être un « carnivore » strict pendant les périodes d’abondances du gibier et de chasse intense.

Notre très vieil ancêtre Australopithèque était capable de se nourrir d’animaux même sans outils, et sans les capacités cognitives développées des descendants.

Il est clair qu’aujourd’hui, être végétarien est un choix moderne qui ne trouve pas une explication fondamentale dans l’histoire de notre lignée. Les arguments semblent clair, et nous montrent la présence de viande, autrement de meilleur qualité, dans le régime alimentaire.

Nul question ici de remettre en question les motivations de commencer ou de continuer un régime végétarien : les raisons sont très louables. Cependant, le régime végétarien se défend parfaitement avec des arguments modernes : dégradation de la qualité de la viande, dégradation du bien être des animaux d’élevages, effet de serre, dégradation de l’environnement sans chercher des puces dans l’histoire de notre lignée, et nuire à certains courants (paléo) qui ont aujourd’hui le vent en poupe.

607 Commentaires

  1. elo elo

    http://www.youtube.com/watch?v=9ivPJUypbVs&feature=share
    je trouve qu’il s’est très bien débrouillé ce gars pour l’explication…

    1. Guigou

      Mis à part l’aspect souffrance animal (auquel je suis sensible), cette vidéo est un pur show à l’americaine dans lequel les arguments, lorsque l’on regarde au delà du spectacle, sont balayés d’un revers de la main.

      Pour autant, je ne suis pas anti vegan ou végétarien, bien au contraire. J’ai de moi même réduit fortement mes apports en produits animaux à un minimum et leur prise n’intervient qu’à 2 ou 3 repas dans la semaine.
      J’avais tout simplement le désir de les réduire fortement et d’ajouter des légumes à mon régime alimentaire.
      J’envisage d’ailleurs très sérieusement une cure de quelques semaines de nourriture crue (végétale à 100% donc), on verra bien où ça mène.

      1. Alexandre

        S’il balaye les explications d’un revers de la main, toi , tu ne nous en donne aucune.
        Comment réponds-tu au fait que l’on ai un tube digestif bien plus long que les carnivores? Comment réponds-tu au fait que l’on ai une mâchoire qui peut bouger horizontalement ET verticalement?
        Comment réponds-tu au fait qu’on ne peut manger toutes les parties du corps d’un animal (boyaux, viscères, os, dents, poils, etc.) sans risquer d’avoir un très gros mal de ventre dans le meilleur des cas? Comment expliques-tu que l’on soit les seuls êtres vivants à boire le lait d’une autre espèce que la notre?

        Je suis ouvert à toutes réponses. Prouve moi simplement que l’on est des mangeur de viandes dans notre profonde nature (et pas seulement des mangeur de knacki).

        1. Robin

          Vous semblez oublier que l’être humain n’est pas carnivore, mais omnivore. La nuance réside dans le fait qu’un l’un des deux est fait pour ne manger QUE de la viande, et l’autre pour manger des végétaux ET de la viande…

          1. Patrick Dumont

            En fait il n’existe pas de carnivores stricts.
            Un couple élevant des loups en a fait l’expérience: ne leur donnant à manger que des carcasses, ils ont vu se développer des carences.
            Ce qui se passe, c’est que les carnivores mangent des herbivores et, dans la foulée, ingèrent le contenu de leur panse, riche en végétaux déjà digérés et en vitamines

            1. Robin

              Les loups n’est qu’essentiellement carnivore, en fait. Dans les temps de disette, il peut se nourrir de baies ou de champignons. Ils sont même friands de raisins (et c’est en cela qu’ils ne sont pas, au départ, des carnivores stricts). Le chat, LUI, est un carnivore strict, même s’il peut ingérer quelques graines plus ou moins digérées éventuellement présentes dans le système digestif de ses proies. Il n’ira pas se nourrir de raisins dans la nature. ^^

            2. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

              Cette observation est à priori plutôt fausse.

              En réalité, des études sur les contenus stomacales et sur les crottes ont permis de connaître avec précision la nature des proies ingérés par des carnivores tels que des loups ou des chiens sauvages. Or, ils ont montré qu’en effet, ces animaux-là peuvent ingérer une quantité limitée de végétaux (plutôt par erreur) quand ils dévorent les entrailles, etc. Le pourcentage de végétaux ingérés varient entre 0 et 2%.

              Bien sûr, ils n’ingèrent PAS le contenu des panses et autres, mais dévorent la paroi de ces organes.

              L’alimentation des loups est 100% carnivores. Un régime à base de proie, de gibiers ou autres, devraient combler l’ensemble des besoins de ces animaux. Votre exemple est sujet à caution.

              Je développerais mon commentaire en précisant que le terme strict ou non strict est une invention humaine. Les chiens, les chats, les loups et les félins sont des CARNIVORES, point barre. Les chats sont extrêmement moins tolérant à la présence d’autres aliments que de la viande ou autre, tandis que les chiens présentent des adaptations génétiques et physiologiques leur permettant de supporter de la nourriture « non carnée » mais en petite quantité. Malgré cela, ce sont toujours des carnivores, alors arrêtons avec ce terme « strict ».

          2. Fredo

            omnivore: viande OU vegetaux (le ET n’a vraiment sa place que si la viande est presente). Un seul de ces deux types d’aliments esy necessaire à la survie.

          3. Angie

            Oui omnivore..mais comme on aussi le choix. ..tuer un animal pour me nourir non merci..y a des tas de oyens dêlicieux pour ne pas passer par cette extrême……pour moi désolée ..mais perso je parle pour moi c honteux de tuer un animal pour se nourir c tout
            Chacun sont point de cue…c le mien depuis longtemps.

            1. Alex Downstowns

              Bonjour Angie , mais je ne suis pas d’accord :) ce n’est pas une question d’avis , les plantes sont des êtres vivants et ce que tu peux reprocher a une vache de « tuer » « manger » ? Dans les deux cas c’est la même chose , si une espèce veut survivre ou avoir une plus longue durée de vie , il faut qu’elle se hisse dans la chaîne alimentaire , plus haut et moins chassé. A part pour les herbivores et plantes(qui sont généralement au plus bas de la chaîne) faut avouer qu’il ont très peu de chances… non en fait aucune chance c’est comme ça. Te nourrir n’est pas un crime , c’est juste les temps modernes qui changent la pensée mais tuer un animal pour se nourrir n’est pas un crime ou un tabou , quand tu arrive a tuer un compatriote(même espèce) et le « manger »… là c’est autre chose mais c’est pas le sujet désolé :p mais une tuerie de masse d’animaux ne justifie pas ce que je viens de dire plus haut… « Le lion est sage. Il tue et mange parce qu’il a faim mais l’homme tue juste pour en avoir plus. » Jolie petite phrase qui va clouer le bec a ceux qui ont voulu penser pendant un moment me contre-argumenter avec ça :D

        2. eriko

          vous croyez vraiment ce que vous dites ?  » il n’y a que notre espèce à boire du lait d’une autre  » Mon chat et mon chien adorent le lait de vache, j’ai aussi vus des chats tèter les mamelles d’une chienne ayant eu des petits !

          1. earthling

            Eriko,
            L’homme n’est en effet pas la seule espèce vivante à pouvoir consommer/digérer du lait de vache. Tu as raison sur ce point. Mais il est la seule espèce à élever des vaches dans des proportions gigantesques pour sa consommation régulière. L’impact sur le bien-être animal et l’environnement n’est pas du tout le même.

            1. lolah

              tout a fait d’accords….et les problème sont que les chats qui boivent du lait de vache peuvent en mourir d’intoxication et qu’on me disent pas :  » oh mon chat en boit depuis des années »…parce que quand un animal souffre comme un chat il le fera en silence …..un véto vous le confirmera ainsi que les malheureuses experiences de certains .
              du lait de temps en temps comme on peut donner du chokola ou du sucre exeptionnellemnt a son chien mais sa reste dangereux .
              Ensuite , g beaucoup de chats et je peux vous dire qu’ils vont manger des herbes …pour la purge par exemple…mes chats et pas que raffolent des olives ! mon chien adorait les raisins …donc moi je dis qu’il n’y a aucun animal qui soit 100% carnivore meme si c par le biais de ses proies il en a besoin .

            2. Crevek

              Pas vrai non plus que l’homme est le seul à faire des élevages intensifs pour exploiter un autre animal. La fourmi le fait sur le pucerons. Cela ne légitime pas bien sur de le faire au détriment du bien être animal ou continuer de détruire l’environnement, mais n’inventons pas des arguments qui n’en sont pas.

            3. kalish

              Non mais n’importe quoi. Il est le seul animal à faire de l’élevage, donc forcément, le seul à élever des vaches pour leur lait. C’est aussi le seul à se laver les dents et à mettre des lunettes, on interdit les brosses à dent? Tiens d’ailleurs, c’est pas vrai les insectes font de l’élevage aussi, va voir à quoi ça sert.

        3. Amaranth

          Et si toi tu nous expliquant en quoi avoir un long tube digestif est obligatoirement un signe d’herbivore ? Cet argument est pondu comme ça, à la Candide  » On a un nez juste pour porter des lunettes ». Il est triste que certains se laissent endoctriné par ce pseudo orateur à la noix qui ne donne aucune réelle preuve de ce qu’il avance. Le bon vieux  » show » du mec qui ne sait pas grand chose et qui le cache. J’adore sa phrase disant que l’étude de notre coprs montre qu’il est 100 % herbivore. Et le fait que certaines vitamines essentielles pour nous ne se trouvent que dans la viande il en parle de ça ? B12 ! Rien que ça, les carences sont ennuyeuses…..
          Triste que cette mode du végétalisme, bien que basé sur des motivations sincères et très importantes ( bien être animal) soit devenu une religion avec des fondements sans logique.

          1. JEAN

            Je respecte le choix éthique , philosophique , consistant à ne pas manger de viande , par contre je m’inquiète de ce prosélytisme VEGAN militant et intolérant. J’approuve votre intervention.

            1. Sybilla

              Bonjour…On ne peut que constater, toujours et toujours l’éternel ostracisme envers les végétaliens….pourquoi ? tout simplement parce qu’il est difficile d’admettre que nous tuons des êtres sensibles pour nous nourrir et qu’il est plus facile donc de choisir la critique comme justification envers ceux qui souhaitent se remettre en question et ne pas en arriver à tuer des êtres proches de nous. Il est intéressant de constater que l’histoire nous montre que tout individu qui a essayé d’explorer de nouveaux domaines a vu des multitudes s’élever contre lui !..Les animaux dans le monde sont ceux qui subissent le plus ! c’est le plus grand sous-prolétariat du monde.. Ne dit-on pas que la cause des plus faibles est une seule et même cause ? On peut dire aussi qu’il est vraiment triste de constater que certains se cachent derrière toutes sortes de justifications pour leur goût de la viande, leurs habitudes (et dans ce cas il n’ont pas à juger ceux qui pensent différemment) car c’est leur incapacité à se remettre en question, voire, leur manque d’ouverture qui est alors en cause alors qu’il y a urgence à changer de comportement alimentaire compte tenu de tout ce que l’on voit et tout ce qu’on essaie de nous faire « avaler » (dans tous les sens du terme) déjà !…on accepte bien l’homosexualité et on réfuterait le végétalisme ? cela s’appelle alors du spécisme ! même si ce mot dérange certains ! Physiologiquement et anatomiquement, l’humain a les caractéristiques évidentes qui lui dictent ce qu’il peut ou non manger ! mais l’humain n’en fait qu’à sa tête (peut-être est-ce pour ça que l’on parle de son « gros » cerveau !)…et pour finir, pour ceux que ça peut intéresser, je vais faire une parenthèse sur Jésus. Jésus, faisait partie d’une communauté essénienne qui était végétarienne et l’enseignement de Jésus, dans sa grande sagesse, a consisté à encourager une vie simple et basée sur le principe du végétarisme…Pourquoi ? et qui l’a suivi ? trop peu….(certaines « églises » n’ont absolument pas suivi ces préceptes mais l’humain est faible et il est ce qu’il est n’est-ce pas !) Parmi la communauté essénienne, les métiers avaient rapport à la vie et non à sa destruction et par conséquent (sources d’après des manuscrits retrouvés concernant les Esséniens) il n’y avait pas d’abattage d’animaux…Un jour, nous devrons « payer » la note…cela a même déjà commencé mais qui fait le lien ?

            2. David

              @Sybilia

              Madame, c’est très bien que vous défendiez votre point de vue, en revanche, c’est moins bien de mentir. Vous citez le comportement de Jésus, arguant qu’il était végétarien, mais si l’on s’en tiens à la Bible, sa « biographie » officielle, Jésus a déclaré que toute nourriture était saine pour l’humain. Jésus mangeait également du poisson. Je ne sais pas d’où vous tenez qu’il soit végétarien.
              Pour vous répondre sur un plan plus scientifique, je suis d’accord pour dire que l’on mange trop de viande, c’est évident. Moi même je diminue ma consommation, et en faisant cela, je m’aperçois bien que les repas que je fais avec viande me pèse plus. Seulement il est très difficile de s’en couper (pour moi en tout cas). Ma lente diminution me mènera peut-être au végétarisme, qui sait…

          2. PROUT

            39% des américains ont une carence en B12… Nous en injectons d’ailleurs aux animaux d’elevage tellement nous en manquons de maniere generale. La B12 provident du sol, les herbivores en mangent naturellement lorsqu’ils broutent l’herbe. Nous pouvions aussi en trouver sur les legumes raciness tels que les carottes et autres. Mais notre monde ultra chimique et aseptisé elimine la B12… Il y a une carence en générale… Donc au lieu d’injecter de la B12 et de tuer un animal pour pouvoir moi en avoir, je prefere la prendre directement.

            Il fut un temps il etait normal d’avoir une femme qui a la maison n’ayant aucun droit civique, ou meme d’avoir un esclave. La société evolue donc les faits historiques (qui sont d’ailleurs discutables) ne sont pas une reference non plus. Ce n’est pas parce que nous avons fait quelque chose depuis des milliers d’annees que ca le justifie…. Nous avons la possibilite aujourd’hui d’épargner des vies animals, de proteger notre environnement et meme d’conomiser des ressources qui se font de plsu en plus rares pour une population de plus en plus grande. Je n’ai pas besoin d’autre argument pour me convaincre. J’estime que ceux qui se cachent derriere d’autres arguments sont justes des etres faibles régient par leurs pulsions premieres et qui sont incapables de se dire stop, je suis pas tout seul sur cette planète.

            1. Patrick

              à PROUT: « La B12 provident du sol, les herbivores en mangent naturellement lorsqu’ils broutent l’herbe  »

              non, la B12 provient de la flore bactérienne: de la panse pour les ruminants, du caecum pour les autres herbivores, (à noter que chez les rongeurs, elle est produite en un lieu où elle n’est pas absorbable, ce qui les oblige à manger leurs selles)

            2. Seym

              A Patrick :
              La vitamine B12 est effectivement produite par la flore bactérienne, présente à peu près partout, notamment sur le sol !
              Manger des herbes, racines, fruits et légumes non lavés suffirait donc amplement à combler nos besoins en B12. Après est-ce que c’est envisageable comme pratique dans notre société ? C’est une autre question.

          3. Francisque

            Sans logique? Et tes fondements sur les carences en B12.. Ca t’a cloué le bec très certainement. Ils en injecte dans la viande de ta fameuse B12 seulement présente dans la viande haha. Je suis en overdose de B12 prèsque quotidiennement et ca dès le petit-déjeuner (vitamine soluble dans la flore intestinale heureusement). Et je ne me rappel plus du tout la dernier fois que j’avais de la viande dans mon assiette ;)

        4. Amaranth

          Et pour répondre à ta « question » sur le lait, je te répondrai : « pourquoi on est les seuls animaux a avoir inventer le Papier toilette ? « . C’est du même acabit….Comme si ça prouvait quelque chose de voir qu’on boit le lait d’une autre espèce…Mec si t’as pas envie de manger de viande c’est ton droit le plus aliénable. Mais venez pas péter les noix de ce qui en mangent en tentant de justifier un choix politique par la nature. Par la nature l’homme a même à une époque réussit à expliquer que les noirs étaient inférieurs aux blancs. C’est dire ce qu’on arrive à lui faire dire à la nature !

          1. Floun

            Comparer le fait que l’homme soit la seule espèce à consommer des produits laitiers à l’âge adulte et qui plus est des produits laitiers d’autres espèces au fait que l’homme soit la seule espèce à utiliser du papier toilette est d’une stupidité incommensurable. Seule une infime minorité de l’humanité est capable de digérer les produits laitiers. On voit que l’argumentation scientifique ne vous encombre pas l’esprit.

            1. Archan

              Cette remarque sur l’argumentation scientifique est assez ironique! Considérer qu’1/3 de la population mondiale représente une infime minorité c’est un peu fort.

        5. GhostWolf

          Tu sais, tout les carnivores ne mange pas tout , il reste souvent des restes apres le repas d’un lion, c’est pour ça qu’il existe des espèces spécialisée dans le nettoyage (syle vautour) des charogniards qui mange ce que beaucoup ne peuvent pas manger.
          Les oiseaux recrache des boules indigestes ausssi.

          Et c’est vrai qu’on ne peut pas manger les os, ou certain boyaux, mais cela ne veut pas dire qu’on est pas capable de manger de la viande.

          Toi tu mange pas les feuilles de tes plants de patates? tu mange pas les feuilles de tes pommiers? cela veut pas dire que tu peux pas manger de plante ou de patate.
          La pomme de terre à des plantes naturellement bourrée de poisson, et les feuilles demande d’être digérée plus longtemps

          Apres l’argument de  »l’homme à un intestin plus long, il ne peut pas manger de viande dedans car sinon elle pourrie à l’intérieur » c’est vrai q’un intestin de pur prédateur doit être plus court.
          C’est pour ça qu’on consomme des petites quantité de viande facilement assimilable, et aussi qu’on mange ça avec des fibres de plantes, car elle nous aide, c’est un ensemble, une harmonie, il est difficile de ne manger que de l’un , comme que de l’autre, les inuits arrive à être pur carnassier, mais leur alimentations et riche en différente viande, pareille pour les vegans, elle est tres riches en végétaux, , et les deux comporte des défauts important (la premier plus que l’autre).
          L’equilibre, et au milieux.

          Et désolée ,si c’est curelle, mais c’est la nature, je pense que aujourd’hui notre sur ampathie en vers les animaux et dut à tout nos conte, et films comme bambie, et mangée de la viande ne fait pas de vous un être sans coeur, il existe plein d’humaniste qui mangée de la viande hein

        6. JEAN

          Salut Alexandre , le choix végétarien est très respectable pour des raisons éthiques , philosophiques etc .. , mais bonne chance à toi pour expliquer à nos frères amérindiens d’amazonie ou du Nunavut qu’ils ont un intestin trop long et qu’ils devraient manger juste des graines et des légumes . amicalement

        7. veve

          pareil pour les légumes. Nous ne pouvons pas toujours tout manger sur le légume, sur les céréales, sur les fruits.
          De plus nous n’avons pas, à la différence des herbivores tels que les bovins, un système microbien suffisant pour nous passer complètement de viande (les bovins digèrent les végétaux en très grande partie grâce aux micro-organisme contenus dans le rumen, puis ils digèrent ces micro-organismes). Pour les chevaux ça se passe dans le caecum, qui est beaucoup plus important que le nôtre.

        8. Kai

          On ne peut pas manger de vicères, tripes, rognons, etc ? Tu te fiches pas un petit peu du monde? Il y a 30 ans en arrière, les gens n’étaient pas des chochottes, et consommaient bien plus de choses d’un animal que maintenant! Pâté de tête, tripes marinées, rognons grillés, foies flambés (très bon soit dit en passant), etc etc.
          Arrêtes donc de dire n’importe quoi, et demandes à tes grands-parents et arrière-grand-parents comment ils consommaient leurs animaux de ferme (si tu les as encore de ce monde bien sûr, je sais bien qu’on a pas tous cette chance).
          Bref, au jour d’aujourd’hui, il est clair, qu’on mange ce que l’on veux, dans la qualité et la quantité qu’on veut. Forcément manger des céréales (pas fait pour nous), on altère notre santé, notre corps, et l’Homme est une des rares espèces actuelles, à pouvoir s’adapter à tout type d’environnements, avec tout types de nourritures à disposition.
          Regardes dans les pays où on peut encore trouver des tribus qui vivent « à l’ancienne » dans leur tradition, tu vas trouver des personnes qui prennent à la nature, que ce dont elles ont besoin. Et que prennent-elles? Du gibier et des fruits dans l’hémisphère sud, et des phoques pour les inuits dans l’hémisphère nord pour ne citer qu’eux (ces peuples ne vivaient que des phoques, depuis le scandale des bébés phoques ils ne peuvent plus se permettre de vivre que d’eux, mais à la base, ils mangent que du phoque, et de tout dans l’animal, et ils n’étaient pas malades!)
          Bref.

        9. guillaume

          réponse à la question 1 :
          parce qu’on est omnivore
          réponse à la question 2 :
          parcequ’on est omnivore
          réponse à la question 3 :
          parce qu’on est omnivore
          réponse à la question 4 :
          parce qu’on est omnivore

    2. Eric

      Lisez la Bible dans Genèse 1:29 Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture.

      Au commencement, avant le péché l’humain n’avait pas besoins de viande. Pour avoir la vie éternelle il suffisait d’obéir à l’Éternel. Le reste regarde votre conscience.

      1. Romain

        Waouh, cité un des tous premiers romans de fantasy jamais édité comme preuve irréfutable, ça déchire!

        Moi je vais citer le Seigneur des Anneaux pour prouver le contraire…

      2. Kastaagir

        Deutéronome 14
        « …7Mais vous ne mangerez pas de ceux qui ruminent seulement, ou qui ont la corne fendue et le pied fourchu seulement. Ainsi, vous ne mangerez pas le chameau, le lièvre et le daman, qui ruminent, mais qui n’ont pas la corne fendue: vous les regarderez comme impurs. 8Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue, mais qui ne rumine pas: vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts. 9Voici les animaux dont vous mangerez parmi tous ceux qui sont dans les eaux: vous mangerez de tous ceux qui ont des nageoires et des écailles.… »
        http://saintebible.com/deuteronomy/14-8.htm

        Si la Bible interdit la consommation de viande d’un animal en particulier, ca sous-entend de fait, qu »elle autorise la consommation des autres viandes. CQFD

        1. Catherine

          En fait avant le déluge l’homme est végétalien. Après le déluge, dieu permet la viande … pour satisfaire la part de cruauté qui est en l’homme….

        2. gom

          C’est dans la bible ça ? Je ne savais pas que les chrétiens ne devaient pas manger de porc non plus.

      3. gom

        Ah bah si c’est la bible qui le dit c’est forcément vrai. MDR

        1. jacques TURCHET

          Gom,

          Oui gom c’est dans la bible et dans l’évangile des douze mais là n’est pas la question, j’ai simplement fat ce mail pour remettre les choses en place car la dame qui à cité ceci n’est pas menteuse, elle a pu le lire comme toute autre personne. Quand on affirme quelque chose, il faut toujours le faire avec une certaine humilité et surtout politesse.
          Que ceux qui veulent manger de la viande le fassent selon leur conscience et que ceux qui n’en mangent pas le fassent aussi selon leur conscience, leurs croyance et leur éducation mais les deux doivent rester corrects et polis les uns envers les autres.
          Comme je l’ai déjà dit des centaines de fois on ne devient pas végétarien du jour au lendemain par la lecture d’un livre ou des conseils de proches ayant adopté ce système alimentaire car ça marchera pas , c’est beaucoup compliqué que cela en réalité

          La science alimentaire et nutritionnelle reste une science compliquée et un certaine car aucune personne, je dis bien aucune aussi savant soit-il moi y compris ne détient la vérité indiscutable. Nous nous sommes tellement éloigné des lois naturelles qui nous régissent que nous ne savons plus qui manger bénéfiquement pour notre organisme.

          La nutrition officielle, hospitalière, thérapeutique et post opératoire à fait un bon travail sur les lipides, glucides, protides, vitamines, minéraux, diastases, rations caloriques, biochimie digestive et métabolique et j’en passe mais elle ne tient pas compte de la spécificité des aliments, des mélanges alimentaires incompatibles qui génèrent des fermentation gastriques et intestinales, du tempérament et du groupe sanguin de l’hérédité etc. . Il n’y a pas de régime standard car chacun de nous est différent et ne réagit pas pareil à certains aliments, ce qui convient à l’un ne convient pas obligatoirement à l’autre. Chacun devrait être son propre diététicien, il suffit pour cela d’être attentif à ce que nous ressentons après un repas et de rechercher les aliments qui nous conviennent et ceux que nous digérons mal, ça c’est pas compliqué.
          L’éducation nutritionnelle devrait commencer dur les bancs de l’école primaire mais nous en sommes pas encore là malheureusement.

          La science nutritionnelle reste un science difficile car elle doit être philosophique, scientifique et technique et tenir compte de la valeur biologique des aliments sans oublier l’étude énorme des additifs alimentaires, et des produits phytosanitaires avec leurs effets sur le vivant car c’est une véritable catastrophe humanitaire n’ayons pas peur des mots.
          La guerre ente végétariens et carnivores doit cesser car elle perdure depuis trop longtemps et reste complètement stérile sur le plan scientifique, les deux philosophies doivent se réunir, travailler ensembles dans le calme et reconnaître ce qui va ou ne va pas tout simplement, c’est comme cela que les choses avancent et non pas dans l’agressivité et l’incompréhension comme c’est aujourd’hui, dans la vie il faut savoir rester humble.

          J.TURCHET

    3. go la vie

      l’erreur c ‘est de croire que l’évolution s’est arrêtée il y 450 000 ans. Nous sélectionnons depuis 10 000 ans des être humais capable de manger de la viande. Les conflict les pandémie ont éliminés de notre arbre généalogique tous les individus incapable de se nourrir de ce qu’il entourait.
      la comparaison avec les animaux n’est pas pertinentes car l’homme est un animal a part qui s’est affranchie depuis longtemps d’une partie des pression extérieur et intérieur ( les médicament contre les virus).
      Par soucis de cohérence un vegan ne devrait plus prendre de médicament car les singes n’en prennent pas, l’humain n’ayant pas de fourrure ne devrait pas couvrir l’hiver car les singe ne se et serait donc pas adapté au froid., fini l’art également qui n’existe chez aucun de nos cousin singes.
      Il faut revenir a des faits et du réel. Je crois avoir lu quelque part que l’homme a conquis le monde a partir du miment ou la viande cuite est devenu pour partie de son alimentation et permettant le développement accélérer de son cerveau. (à vérifier)

    4. audrey

      Un régime végétlien est le regime le plus adapté pour l’homme. Maladie cardio vasculaire, diabete, obesité, ulcer, cancer, resistance aux antibiotique se développe par la surconsommation de viande. En effet, le corps humain ne digere pas bien les protéine animal. Depuis des millions d’années, il etait necessaire pour la survie des nomade, aujourd’hui, l’abondance permet d’etre 100 vegetalien sans aucun probleme

  2. elo elo

    en fait c’est niveau santé je trouve que cela répond à tous le fait que nous soyons végétaliens. enfin voili je conseille le visionnage de cette video

    1. Léo

      J’ai apprécié cette vidéo.

  3. Antoine

    @elo elo

    Je trouve les arguments de Yourofsky faiblards. La souffrance animale n’est pas à prendre à la légère et il y aurait beaucoup à dire sur les excès de l’industrie, néammoins,…

    Il n’évoque jamais la souffrance végétale qui est démontrée aujourd’hui. Eh oui les arbres n’aiment pas qu’on leur arrache leurs fruits. Les carottes n’ont pas poussé dans l’espoir d’être déterrées, etc.

    Il n’évoque jamais non plus la souffrance des milliards d’entités non humaines comme les insectes qui sont assassinées chaque seconde sans même qu’on s’en aperçoive… Oh zut j’ai marché sur un ver de terre !

    L’argument de la longueur des intestins humains par rapport à ceux des herbivores ne fonctionne pas non plus. Les intestins des vaches sont bien plus grands, pour leur permettre de synthétiser tous les nutriments nécessaires (protéines, lipides,…) à partir d’une seule source alimentaire.

    L’argument de l’incapacité de l’homme à chasser ne tient pas la route, comme le montre l’article de Jérémy sur l’outillage et autres stratagèmes préhistoriques.

    L’argument de la consommation de viande sur la santé a été abordée par Jérémy dans un précédent article, elle est beaucoup plus complexe que ce qu’en présente Yourofski.

    1. Go vegan

      Ridicule.
      Tu n’as pas été scolarisé bien longtemps car un végétal n’est pas doté d’un système nerveux pouvant lui permettre de sentir la douleur ( niveau 6eme ) tout comme tu ne sembles pas être doté d’un cerveau fonctionnel pouvant te permettre de l’apprendre. La grande majorité des arbres à fruits donnent des fruits de couleurs vives à l’odeur attrayantes pour attirer des animaux ( oiseaux par exemple ) afin qu’ils libèrent les graines de ceux-ci une foi la pulpe mangée. Ces fruits ne sont pas colorés pour faire joli ni pour éloigner les animaux contrairement aux couleurs vives de certains petits animaux qui arborent ces couleurs flashy pour indiquer à des prédateurs tentés de les manger qu’ils sont potentiellement toxiques. Des végétaux sensibles à la douleur qui seraient masochistes en faisant tout pour se faire manger ? Ca n’a aucun sens et il ya eu assez d’études sérieuses pour confirmer que les plantes n’ont pas de système nerveux donc: pas de système nerveux = pas de sensibilité à la douleur contrairement aux animaux que tu manges qui eux en ont et dont tu moques en toute connaissance de cause. Alors ne raconte pas n’importe quoi pour justifier l’injustifiable. Par ailleurs, si tu es si soucieux de la souffrance végétale alors deviens végétarien car il faut 10 unités végétales pour obtenir unité de viande ( 1 plat de viande = 10 repas végétariens). Ce qui veut dire que quand bien même les végétaux souffriraient, tu ferais moins de victimes végétales en étant végé qu’en mangeant des animaux élevés pour te gaver qui eux en mangent 10X plus. Réfléchis un peu à ça et ta bêtise !

      @ Quant à l’auteur de cet article, Mr Jérémy le chasseur, il le dit lui même, tout comme le pro Corrida ne voudra voir que ce qu’il veut voir afin de justifier ce qui l’arrange c’a’d ( son specisme, sont plaisir de traquer pour tuer, sa dépendance pour la viande issue de sa gourmandise plus que du besoin vital ) !
      Pour sa petite histoire de cerfs dans la grotte! Ca ne lui viendrait pas à l’idée que ces hominidés pouvaient ramener dans leur habitats des carcasses d’animaux tués par d’autres prédateurs, ceci non pas pour finir les restes mais tout simplement pour en extraire les peaux ou pour se fabriquer des pointes de lances à partir d’os afin de se protéger de prédateurs et non pour chasser de la bestiole.
      Ayant grandi à la campagne je n’allais pas cueillir des fleurs pour m’en nourrir mais pour décorer mon intérieur tout comme mon chien avait l’habitude de ramener des petits bout de bois pour jouer avec. Si je suis le raisonnement de l’auteur nécrophage de cet article, la présence de fleurs dans mon intérieur et de petits bâtons dans la niche de mon chien indiquent forcément qu’on les mange. Non je ne suis pas un bouffe tout.
      Je ne parle même pas du reste de l’article qui n’est que déformation grossière et désinformation. Il est plus naturel pour l’homme de manger des végétaux que de faire cuir de la viande pour là rendre appétissante et digeste alors que sa prétendue anatomie d’omnivore est supposée l’apprécier crue et là digérer facilement sans cuisson au préalable comme y parviennent très bien les autres omnivores. Tout comme son anatomie d’omnivore supposé devrait lui permettre de déchirer facilement de la viande crue sans l’aide d’outils tranchants pour y parvenir. Les VRAIS bouffeurs de viande y arrivent sans couverts et sans cuisson. Par ailleurs , fabriquer des armes pour tuer des proies est un procédé contre nature car tout les animaux prédateurs tuent leur proies par leurs propres moyens. L’homme n’a pas des mains de chasseur mais de cueilleur pas plus qu’il n’a des dents de prédateurs pour tuer mais pour mastiquer. Par ailleurs, avoir des canines ne signifie pas forcément –> manger de la viande. Des animaux végétariens tels que les hippopotames, le gorille, un cervidé du nom de hydropote ( Chinese Water Deer ) et bien d’autres en possèdent des surdimensionnés alors qu’ils sont soit herbivores soit végés!

      1. Jérémy (Auteur de l'article)

        J’adore les Vegan qui viennent « troller » sur ces articles, les principes au-dessus de la logique, au-dessus de l’Histoire, au-dessus de l’évolution, au-dessus de l’archéologie et bien au-dessus de la simple bêtise. Merci.

        1. Ama

          Même si le commentaire est « légèrement » agressif, Jeremy, pourrais-tu répondre à l’argument de la douleur (si tu en as la possibilité) et je me demandais si il n’y avait pas plus de débat concernant l’alimentation préhistorique, ce que j’ai lu (des deux camps si on peut dire) me semble manquer grandement d’esprit critique.

          Personnellement et pour le moment, avec ce que j’ai farfouillé comme info je considère que l’homme au sens mammifère est constitué comme un herbivore (végé) adaptivore. Il est conçu pour une alimentation végétale, mais peu consommer de la chair animale par opportunisme ou besoin de survie, et l’évolution a développée ou non des pratiques plus ou moins carnivores selon les périodes, les régions et les coutumes.

          Difficile d’avoir un dialogue compréhensif parfois avec ceux qui jugent les vegans extrémistes et ceux qui juges les omnivores tueurs… Ce qui m’épate c’est le rejet que peut provoquer les végétariens chez certains agitant de suite leurs pancartes de dangers et d’agressivités (carences, bébé végé mort, l’homme est omni, etc.) pour éviter de se confronter à la réalité de l’élevage industrielle intensif, simple mécanisme de défense tu me diras mais d’une réactivité impressionnante!

          En tout cas, le courant végétarien permet au moins une chose qui me semble bénéfique pour tous, quelque soit leurs régimes: une meilleure connaissance de la nutrition et surtout des « lobbys » alimentaires.

          1. Dadou

            J’aime votre pondération. Le texte de Go vegan est plutôt agressif, mais il soulève des points intéressants complètement ignorés par l’auteur. Disons aussi que le sujet se traite en un gros bouquin pour exposer tous les faits, donc en un article beaucoup de choses passent à la trappe ou se retrouvent trop concentrées (parfois cela entraîne des amalgames).
            Pensons aussi à une chose, c’est que nos lointains ancêtres n’avaient pas les connaissances en matière de nutrition et de besoins que nous avons aujourd’hui. Ils ont fait comme ils ont pu et avec ce qu’ils avaient, savaient, observaient, pouvaient imiter aussi. Leur espérance de vie était courte pour de nombreuses raisons, peut-être même pour des raisons de mauvaise alimentation due à l’excès de viande…
            Les paléontologues ne peuvent souvent faire que des spéculations et ils ne manquent pas de le préciser.
            Que note-t-on globalement ? Que l’humain peut manger de la viande ou s’en passer pour vivre, mais (sans parler de personnes atteintes de maladies particulières et souvent modernes) il doit manger des végétaux pour bien vivre. La nuance du verbe explique bien des choses.

        2. Isa

          @Jeremy
          Insulter Go-vegan de troll plutôt que de répondre aux points qu’il soulève confirme qu’il vous a retourné comme une crêpe. Vous n’avez aucun argument face au siens parce que les vôtres sont fallacieux pour faciliter votre propagande carniste.
          http://www.hominides.com/html/dossiers/alimentation-prehistoire-nutrition-prehistorique.php
          Rien d’autre à ajouter

          1. xylpho

            Isa,
            Go Vegan n’a retourné personne comme une crêpe.

          2. isadore

            bonjour,
            je voulais juste répondre à ISA pour lui dire merci du fond du cœur d’avoir fait ce commentaire, j’ai énormément apprécié celui de GO VEGAN..

        3. Jill

          Bonjour monsieur je crois tout savoir parce que j’ai un cerveau

          Manger de la viande occasionnellement, du gibier de bonne qualité chassé la veille? je n’ai pas tout lu parce que votre conscience est à peine plus élevée que le niveau zéro de ceux qui mangent des animaux sans se poser la moindre question. D’ailleurs ceux qui ne réfléchissent pas sont bien moins à blâmer que les pseudos intellos sans âme de votre acabit.

          Imaginons que des extra terrestres débarquent sur notre planète peuplée en grande partie de demeurés(es) et décident de nous exploiter, nous maltraiter et nous tuer sous prétexte de notre infériorité et parce que nous avons bon goût sous la langue? Vous en penseriez quoi? vous me direz que l’humain avec son intelligence, son instinct de survie et tout le bataclan se défendrait, résisterait…sauf si les extra terrestres étaient beaucoup plus forts et qu’on ne puisse rien faire.

          Les gens comme vous se croient supérieurs aux animaux parce qu’ils pensent, la belle affaire! Pourquoi ne pas violer une belle fille de temps en temps? certains trouvent cela normal. Après tout certaines femmes le cherchent et c’est bien connu que l’homme a un appétit sexuel difficile à contrôler? Pourquoi ne pas tuer des animaux pour les manger? on peut trouver des arguments à la pelle.
          On peut faire une longue liste sur tous les conditionnements et autres croyances humaines qui sont là pour justifier l’injustifiable. Tuer un être vivant, c’est tuer point barre. Alors que ce soit fait avec délicatesse ou non permet juste à des gens comme vous de se donner bonne conscience.

          Les végétaliens sont des extrémistes? des extrémistes de quoi ? Ne pas manger d’êtres vivants, ou de produits provenant d’animaux qui finissent à l’abattoir c’est de l’extrémiste? vous êtes en plein délire mon pauvre ami.

          Vous voulez manger de la souffrance animale? c’est votre problème. Les gens comme vous croient qu’après eux c’est le déluge. Parfait continuez à y croire et bonne récolte.

          1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

            @ Jill:

            « je n’ai pas tout lu parce que votre conscience est à peine plus élevée que le niveau zéro de ceux qui mangent des animaux sans se poser la moindre question. »

            Erreur fatale ! Sois un poil plus poli et va donc lire l’article en entier avant de critiquer ! Non mais ho ! :p

            1. Fredo

              j’ai lu en entier article et com. C’est Jill qui a raison. Et si tu t’attaques à la forme, contrairement à elle et go vegan, tu ne remets rien en question au niveau du fond contrairement à eLLEux.
              Si tu vis dans la société moderne et que tu lis ceci sur internet, tu dois clairement reconnaître que tu ne vis pas comme tes ancêtres. Tes ancêtres faisaient beaucoup de choses que tu évites, et tu fais plein de choses qu’ils n’ont jamais faites. Les temps ont changé, nous pouvons choisir de vivre de manière non-violente et d’éviter de faire du mal à ceux qui ne présentent pas de menace pour nous.
              Même si nous avions des crocs immenses, cela ne justifierait pas de tuer des animaux pour le plaisir de manger leurs cadavres. Il a été prouvé à maintes reprises que nous pouvons vivre de manière optimale avec une alimentation végétale, donc la forme de nos dents ne nous force pas à tuer. Mais si on se penche plus en avant sur cet argument : premièrement, il y a des animaux avec des canines bien plus imposantes que les nôtres qui ont une alimentation végétale, comme certains primates, les rhinocéros et ainsi de suite. Deuxièmement, nos propres « canines » sont uniquement appelées ainsi à cause de leur position et de leur classification biologique dans notre mâchoire. Elles n’ont aucune espèce de ressemblance avec les vraies canines qu’ont les véritables carnivores tels que les lions. Elles ne nous servent ni à percer la peau d’un animal mort, et encore moins celle d’une créature vivante.
              L’intelligence n’est pas un argument valide pour prendre une vie. Pour faire aussi simple que possible, les chats, les chiens, les hamsters ne sont pas aussi intelligents que nous. Mais la plupart des gens seraient consternés de considérer cela comme une raison valable pour les tuer ou leur faire du mal.
              Et une autre question qui va te titiller l’esprit: pourquoi les humainEs sont les seuls à faire du mauvais cholesterol? Tu parles dans un com plus bas de maladies liées à l' »exces de viande » pour fuir le fait que la viande rend malade, exces ou pas. Personellement je n’ai jamais vu personne tomber malade pour exces de legumes et de cereales…
              De plus tu parles dans ton article d’outillage pour chasser en precisant qu’avant, ils utilisaient entre autre des pieux, des pointes, des pieges qui sont avant tout des… outils! Quand on dit sans outils ça veut dire exclusivement les mains vides! Tu as tellement voulu prouver que l’homme n’était pas vegetarien au depart que tu t’es toi même pris les pieds dans ta propre argumentation et cette imprécision rend nul et non-avenu toute la partie de l’article basée sur la chasse vu que tu pars d’une période où l’homme utilisait déjà des outils…

            2. Olivier Ramirez

              Fredo, tu dois comme tu le dis avoir lu le com au singulier malheureusement et non tous les commentaires, sinon tu ne viendrais pas nous raconter des bullshits comme tu l’as fait.

              La remise en question du fond a déjà été faite à maintes reprises.

              Tu parles de vivre de manière optimale avec une alimentation végétale, qu’est ce qui te permet de dire que le fait d’avoir une alimentation uniquement végétale te donnera la meilleure santé que tu puisses avoir??? La réponse est RIEN, car tu peux ne pas avoir atteint ton potentiel santé maximal sans même t’en rendre compte et il n’y a aucune étude qui peut confirmer ce que tu racontes.

              Tout ce qu’on a c’est un régime alimentaire avec un effet tout au mieux hasardeux sur la santé qui permet de vivre relativement vieux par rapport au régime omnivore classique mais dont les carences éventuelles, qui sont soit avérées ou qui n’ont même pas encore été explorées rendent le régime hasardeux. (On entend souvent parler, à raison, de la vitamine B12, mais on a d’autres vitamines qui peuvent rentrer en considération, le ratio au niveau macros, micros, certains types spécifiques d’acides aminés :carnitine, carnosine, taurine, créatine…etc)

              Pourquoi nous comparer tout le temps à des carnivores? C’est une erreur des vegans et autres, hors ce n’est jamais notre propos, on peut allouer une énorme partie de son alimentation aux végétaux, tout en consommant des produits animaux, il est important que vous compreniez qu’on peut défendre la consommation de viande dans un régime que l’on veut OMNIVORE et que l’on peut à la fois manger de la viande et plus de végétaux qu’un végétarien ou végétalien.

              Tu ne vas titiller l’esprit de personne avec des affirmations aussi ridicules qu’erronées comme « pourquoi les humains sont les seuls à faire du mauvais cholesterol » on peut déjà remettre en question la terminologie utilisée en fin de phrase et en plus de ça d’où est ce que tu sors cette idée? Le lapin a été le premier modèle utilisé dans la recherche sur l’athérosclérose (très mauvais modèle à comparer avec l’homme car le développement de la pathologie n’existe pas chez lui à l’état naturel, sa génétique, sa diète, rien n’est vraiment comparable pour en faire un modèle sur lequel on peut se baser), le singe développe de l’athérosclérose, le porc aussi…etc (la question à se poser c’est plutôt, De quelle manière? Avec quel mode de vie?…)

              Tu n’as jamais vu quelqu’un tomber malade pour excès de céréales?? C’est une question que tu devrais te poser et qui devrait te titiller un rien plus alors, sérieusement, tu sais ce que c’est des céréales? (tu devrais peut être y réfléchir sérieusement à celle-là parce que je me demande si c’est le cas. Pour oser dire un truc pareil, il ne faut pas avoir peur de passer pour un âne.)

              Merde, t’es encore un végétarien créationniste ? qui ne connait rien à l’évolution de l’homme car si c’était le cas tu ne dissocierais pas l’homme de l’utilisation/fabrication de l’objet/outil, tu saurais qu’on a documenté la fabrication d’outils chez les grands singes…etc

          2. ignata

            Jeremy ne parle pas du bien etre animal ici, auquel je suis sur, il est sensibilisé!
            Il parle d’un des arguments mis en avant par les végé (dont je fais parti, enfin pas pour l’argumentaire).
            Je trouve déplorable ces projections de paroles détestables tout ça pour défendre chacun son bifteck (lool) Plus je participe à des forums végé, plus je trouve qu’il y en a des cons et extrémistes qui en dégouterai plus d’un d’etre végé rien que pour leur personnalité désagréable.
            enfin passons, bon argumentaire de Go vegan qui fait parti visiblement des extrémistes et désagréables, c’est tout ce qu’on remarquera de lui à vouloir avoir imposé sa façon de penser avec sa colère

          3. lolo

            Je tiens à te dire que les plantes, sont, elles aussi, des êtres vivants, qui ,selon certains scientifiques, seraient capable de souffrir. Du coup, tu es tout autant meurtrier que ceux que tu blâmes.

          4. Sabine

            C’est impressionnant comme vous dénigrez le statut de vivant aux végétaux ! Quand vous dites « Tuer un être vivant, c’est tuer point barre. » Je ne peux pas être plus d’accord avec vous. Donc quand on mange un végétaux, on le tue ! ça vous déchire pas le cœur quand on arrache un arbre ? Bin pourquoi pas une carotte ?
            Dans la notion d’espèce supérieur, nous avons eu le racisme blancs vs noirs, la limite était dans la même espèce ! Et puis on s’est rendu compte que les noirs aussi sont « humains ». Le stade suivant à été le végétarisme, on ne se sent pas supérieurs aux animaux. C’est super ! On descends la « limite » plus bas dans l’évolution. Mais cette limite n’est pas la même pour tout le monde… certains trouvent ok de manger des insectes (ou juste de les tuer, argh cette araignée me fait peur). Pourquoi, ne sont-ils pas tout autant animal qu’une vache ? Pourquoi ne pourrait-on pas descendre cette « limite » (construction humaine) plus bas ? Les bactéries sont des animaux aussi d’un certain point de vu… Pourquoi le fait qu’un être vivant qui ne peut pas bouger, ne peut pas ressentir, sa vie a moins de valeur ? Je ne vois aucune raison logique à ça mis à part qu’on ne peut pas s’identifier à un végétal. Alors ça serait juste ça le critère pour pouvoir décider du droit de vie ou de mort d’un être vivant ? Parce que si on part du principe qu’on peut tuer tout ce qui n’est pas capable de ressentir, ou bouger, on peut faire tout ce qu’on veut sur les comateux ? Certains le font en faisant des attouchements aux patientes sous anesthésie ou les touché vaginaux sur les comateuses… Je vous laisse juger de la moralité de ces actes…

            Après, je suis flexi donc vous n’avez pas besoin de me convaincre, tout comme Jerome, de l’intérêt du végéta*isme. C’est juste que scientifiquement… C’est pas un argument qui tient pas. La seule réponse que vous pouvez me faire, c’est qu’en tuant un herbivore pour le manger, ça revient un peu à tuer toutes les plantes qu’il a mangé. Mais c’est le même argument que celui de la production de CO² et de l’utilisation des ressources en eau, mais appliqué à la sensibilité du vivant. Mais personnellement, je supporte assez mal le discours « je mange pas de viande parce que je suis sensible » sans faire de preuve de sensibilité également envers les végétaux, moi j’appelle ça du spécisme. Quand on a compris le concept d’éco-système, on comprends la valeur de chaque espèce : animal, végétal, bactéries, virus et autres branches du vivant. Surtout qu’on a tendance à tout mettre dans des cases, alors qu’en regardant les détails, on voit bien que les frontières sont flous. Il y a toujours des espèces « entre deux ».

            Et puis petit fun fact : les herbivores ne sont pas censé manger de champignons ! Les champignons ne sont pas des végétaux ! HAHA !

            En tous cas, c’est marrant de voir comment ce sujet fait chauffer les esprits :P

            1. lone lion

              Coucou, et bien devient vegan frugivore justement. ;] Si tu as de l’empathie pour tous les êtres vivants, que ce soit végétaux ou animaux, tu peux dès à présent devenir frugivore (vegan qui ne mange que des fruits). Tu ne tueras ni végétaux, ni animaux.

              Car comme l’a dit plus haut Go Vegan : le fruit est le système de reproduction de la plante (la paroi de l’ovaire et l’ovule à l’intérieur), qui fait partie des stratégies de la plante pour disséminer ses graines par les excréments des animaux, une fois que ceux-ci les ont consommés, attirés par l’odeur et la couleur des fruits.

              « Le fruit, en botanique, est l’organe végétal contenant une ou plusieurs graines. (…) il succède à la fleur par transformation du pistil. La paroi de l’ovaire forme le péricarpe du fruit et l’ovule donne la graine. […] Le fruit mature favorise ensuite la dissémination des graines. Cette dissémination se fera d’une manière spécifique au type de fruit : par le biais des animaux pour les fruits en général colorés, sucrés (mûres) ou riche en nutriments. »
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Fruit_%28botanique%29

              Et ça tombe bien, car l’Homme est frugivore (non exclusif, ayant été obligé de changer certaines de ses habitudes alimentaires pour survivre dans des régions froides notamment), comme les primates ses cousins.
              « L’humain, ainsi que de nombreux singes, est frugivore, mais pas exclusivement. »
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Frugivore

              (Parce que pour le moment, je m’excuse vraiment, je ne comprends pas bien ton raisonnement final : justifies-tu le fait de tuer des animaux par le fait de tuer aussi des végétaux ? Pourtant le fait que les plantes souffrent ne rend pas les animaux insensibles pour autant…?)

              En fait, cette situation est assez intéressante, puisqu’elle est en faveur du végétalisme et en particulier des vegans/végétaliens frugivores. En partant du principe que les plantes souffrent, il restera quand même toujours les fruits, et les vegans/végétaliens frugivores ne mangent que des fruits.

              (Après, c’est sûr que vegan/végétalien frugivore demande une certaine dose de conviction au début pour franchir le pas, mais au vu de ton message qui avait l’air très sincère, je suis sûr que tu l’as.)

              Pour ce qui est de tous les êtres vivants, je suis d’accord. Je rajouterais même que c’est l’équivalent que de dire : « croyez-vous qu’un enfant handicapé ou autiste, sous prétexte qu’il est plus ou moins conscient qu’un enfant dit normal, justifie le fait qu’il puisse se faire démembrer et manger pour un plaisir égoïste de dix minutes ? »…
              https://www.youtube.com/watch?v=NlN4wH3swgU&feature=youtu.be&t=19m04s

              Je te souhaite un bon mercredi, ;]
              JP

        4. Jill

          « J’adore les Vegan qui viennent « troller » sur ces articles, les principes au-dessus de la logique, au-dessus de l’Histoire, au-dessus de l’évolution, au-dessus de l’archéologie et bien au-dessus de la simple bêtise. Merci.  »

          Eh bien moi j’adore cette réponse d’une nullité sans nom car les arguments de go végan sont excellents. Au-dessus de la logique? quelle logique? l’histoire? vous y êtes allé, vous avez pris une machine à remonter le temps? l’évolution? pas l’humaine parce qu’à ce niveau là……
          l’archéologie? qu’est ce que l’archéologie vient faire là dedans? au-dessus de la simple bêtise? je vois que vous craignez la concurrence mais n’ayez aucune inquiétude à ce niveau là, vous atteignez des sommets.

          Dans cette réponse, rien sur les animaux, pas un mot, pas une trace de compassion, de remise en question. Monsieur est blessé dans son égo et il argumente avec ses neurones.
          Ouvrez votre coeur et votre conscience (sans un choc, ça risque de pas pouvoir se faire)

          1. Olivier Ramirez

            L’archéologie et par extension la paléoanthropologie ont un rôle très important à jouer pour déterminer ce qui dans l’idéal serait bon et nécessaire pour nous et les arguments de Go vegan ne valent rien à ce niveau là.

            Vous discutez des aspects éthiques et écologiques ce qui n’est pas là question principale soulevée par Jérémy dans ses articles et qui tend simplement vers l’objectivité et non vers l’émotionnel avec des arguments fallacieux comme ceux de Go vegan et objectivement l’homme n’a jamais été végétarien mais Jérémy est clair à la fin de son article et c’est de la malhonnêteté intellectuelle de feindre de ne pas le lire comme vous le faites apparemment.

            1. Jill

              « L’archéologie et par extension la paléoanthropologie ont un rôle très important à jouer pour déterminer ce qui dans l’idéal serait bon et nécessaire pour nous et les arguments de Go vegan ne valent rien à ce niveau là. » (serait bon pour nous? c’est qui nous? l’idéal? ça existe sur Terre?)

              « Vous discutez des aspects éthiques et écologiques ce qui n’est pas là question principale soulevée par Jérémy dans ses articles et qui tend simplement vers l’objectivité (l’objectivité? ça aussi ça existe? quand on sait que la réalité est illusoire et que chacun a la sienne propre..)
              et non vers l’émotionnel (se préoccuper du sort des animaux ou de son prochain, c’est de l’émotionnel? ben dans ce cas on peut aussi discuter objectivement du viol, de la torture et du meurtre) avec des arguments fallacieux comme ceux de Go vegan et objectivement l’homme n’a jamais été végétarien (c’est quoi cette phrase à la con? l’homme n’a jamais été végétarien? quand ? et à partir de quand? nous sommes censés nous comporter comme aux temps les plus reculés? dans ce cas n’utilisons pas la technique parce que l’homme n’a jamais utilisé d’ordinateur, de portable et j’en passe…) mais Jérémy est clair à la fin de son article et c’est de la malhonnêteté intellectuelle de feindre de ne pas le lire comme vous le faites apparemment. (la malhonnêteté intellectuelle? qu’est ce que j’en ai à faire de ce jugement. Si tant est que je sois malhonnête intellectuellement, c’est toujours mieux que de participer au massacre animal)

            2. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

              Ah oui, en fait Jill tu es un colérique, un anti-omnivore-carnivore sans le moindre argument sauf celui du bien être animal. Loin de moi l’idée de dire que les élevages intensifs sont tip top pour les ainmaux. Non, tout le monde sait que ces structures mettent à mal le bien être animal. Ici, on discute le rôle fonctionnel de la viande dans notre alimentation et dans notre santé.

              Va donc voir ailleurs si tu veux parler de bien être animal ! (même si ce sujet, et je te l’accorde, est très important dans notre société)

        5. Sherman

          T’a aucunes informations pertinente à donner l’ami!! loll Vraiment pas convainquant!! Savais tuque la protéine animal est trop acid pour notre système… Le seul fait de manger une bouché de viande acidifie notre sang… La seul façon que le corps a trouvé pour nous permettre de survivre à ça s’ai de désacidifier le sang avec du phosphate… Et le seul phosphate disponible s’trouve dans nos os… Déduisez-en s’que vous voulez avec votre science infuse! lol

          1. Robin

            Un peu de sources ne fait jamais de mal à personne, Sherman.

        6. ridicule

          Mais mon dieu, comment peut-on être aussi ignorant?

          Avant d’affirmer de telles absurdités mais renseignez-vous!

          Vous parler de végétarisme,végétalisme,veganisme sans savoir de quoi vous parlez!

          Mon père est médecin, a été endocrinologue pendant plus de 15 ans, et il a guérit des centaines de patients avec l’abandon total des produits animaux, et il sait de quoi il parle

          Darwin, l’un des plus grands naturalistes a prouvé que l’anatomie de l’humain n’est pas celle d’un carnivore et encore moins d’un omnivore, sans compter la grande société américaine de nutrition qui recommande une alimentation sans produits d’origine animale

          Alors Jérémy, votre pitoyable tentaive d’essayer de vous déculpabiliser car vous mangez de la viande n’a pas marché, vous parler de choses dont vous ne connaissez rien, vous vous basez sur des informations bidons,faussées publiées par le lobby de la viande et du lait

          Et sans parler de l’anatomie, du côté éthique (qui devrait peser dans le choix de l’abandon des produits d’origine animale) il y a la question environnementale, la production de viande est l’un des plus grands désastre écologique, sanitaire!!!!

          Mais en même temps qu’attendre d’un paseu chasseur carnivore, oui pseudo car les « vrais » n’ont pas besoin de fusils,de piège,de chiens,de couteau et tout un arsenal pour tuer leur proie!

          Vous êtes le reflet de l’ignorance et du sadisme de toutes ces personnes qui se sentent agressées car elles n’acceptent pas de se remettre en question, je vous recommande l’excellent reportage « earthlings » et après l’avoir visionné, on en rediscutera!

          Comme le dit le dicton « imbécile heureux » tout est dit…

          1. Olivier Ramirez

            Alala c’est triste, visiblement ton pseudo père n’y connait rien, tout comme toi, vous les végétariens etc vous n’arrêtez pas de nous parler des singes etc, mais vous vous permettez d’omettre des faits concernant l’anatomie comparée qui ne vont pas en votre faveur. Est-on tant frugivore que ce que vous croyez, alors que par rapport au chimpanzé (vous l’aimez bien celui là) le volume de notre colon représente le tiers de ce que représente le volume du colon du chimpanzé par rapport au système digestif complet.

            Ensuite vous aurez toujours des réactions débiles sur le fait qu’on aie pas de griffes etc, peu importe le fait qu’il y ait déjà des tonnes de réponses à ces idioties dans les commentaire de cet article et un autre.

          2. Fly

            Avis au VEGAN …. allez passer juste une semaine en Amazonie manger que du vert ….. les Indigènes vont bien se marrer, ils vous ramasseront à la petite cuillère et vous fileront un oeuf de tourtue cru à manger en dernier recours ….. pour vous sauver la vie.

            L’homme n’est pas végétarien de nature…. car il ya bien des besoins qu’il ne trouvera pas dans son écosystème propre sans manger quelque chose d’origine animal, insectes, oeufs, miel, lait etc ….

            1. Olivier Girardot

              Et bien justement. Allez-y aussi et montrez nous ce que vous allez bien pouvoir réussir à chasser à main nu :) Je vous regarderais faire en mangeant mes bananes et autre fruits délicieux. Peut-être attraperez vous un serpent ? Et après, vous en ferez quoi, vous y croquerez à pleine dent ?
              Sinon des insectes ? Be my guest, moi je reste sur les bananes :)

              Imaginons que vous parveniez à attraper un lapin (imaginons qu’il y en ai dans la jungle), vous vous gerberiez dix fois dessus avant de pouvoir croquer dedans.

              Mais peut-être que vous imaginiez cette petite escapade dans la junlge munie d’un fusil, de couteaux et d’une cuisinière ? Du camping quoi, avec la buvette et tout :) N’oubliez pas la moutarde pour le lapin ;)

            2. Crevek

              @Olivier Girardot :
              #1 Pour manger de la viande sans outils soit faut tuer avec ses dents ou ses mains (rupture des cervicales) soit être charognard. Être charognard demande pas de griffes ou de dents si pointu que cela.

              #2 Essayer de faire quoi que ce soit dans la vie sans outils : Faire du feu (va falloir attendre un feu naturel), tisser (à part des pagnes, vous allez être limité), manger certains denrée (casser une noix de coco sans outils bonne chance, vous allez devoir en utiliser un ou en faire un par destinations. En utilisant votre corps vous arriverez tout au mieux à vous assommer ou casser un os), et j’en passe.

              #3 Pourquoi vouloir éliminer les outils ? Il a été démontré que des animaux en utilisaient : les chimpanzés pour chasser les termites, les loutres pour ouvrir les oursins (naturellement ils ne sont pas pourvu pour de telles chasses) pour n’en citer que deux.

              #4 l’absence de griffe n’a jamais été une preuve comme quoi le régime n’est pas carnivore, que dire des cétacés ? Les baleines sont en parti carnivore (le plancton est en parti composé d’animaux) et n’ont ni dent acérées ni griffes ni aucune arme pour tuer. Les dents de dauphin sont ridiculement petites pour un carnivore (et pourtant c’est un grand carnivore et bien machiavélique). Revenons sur terre ferme, le tamanoir, carnivore de son état, n’a ni dent, ni griffes digne de grand prédateur et pourtant il mange des animaux.

              Donc, voilà, votre logique est aberrante, car l’utilisation d’outils est naturel, que les « dispositions naturels » pour « chasser » sont en fonction des besoins et des mutations (la loutre n’en a pas pour son met favori, le tamanoir n’a pas besoin de dent).
              Donc il n’y a pas vraiment de portrait type du carnivore auquel faudrait ressembler pour se nourrir de viande. Sans arsenal offensif monstrueux (baleine) on peut en consommer et ce n’est pas spécifique à l’humain.

      2. Isa

        Bravo Go-Vegan vous leur avez cloué le bec ^^
        Ce Jeremy au service du lobby carniste a préféré vous insulter pour esquiver car il n’a pas d’arguments intelligents à la colle que vous lui avez mise.

        1. Olivier Ramirez

          Il faut répondre à la connerie et l’ignorance par le silence. Ce que j’aurai peut être dû faire…

          Je me demande ensuite si vous lisez bien ce que vous postez comme lien car ça n’aide pas vraiment à soutenir le végétarisme.

        2. Sylvain

          « Ce Jeremy au service du lobby carniste »

          http://sophismes.free.fr/#distract

          Attaque personnelle (ad hominem):
          injure personnelle: la personne est attaquée sans tenir compte de ses arguments
          accusation de parti pris: les intérêts de la personne sont soulignés

          (et va falloir prouver qu’il est au service de…c’est le plus dur à faire, forcément, il est indépendant)

          1. xylpho

            Pour être honnête, en plus d’être ouvert à tout débat objectif je suis formé à l’analyse de l’information et à la rhétorique. Fait amusant vous soulevez deux types d’arguments fallacieux chez certains de nos amis commentateurs, mais la liste est bien plus longue que ça :)
            J’ai relevé pêle-mêle du raisonnement panglossien, de l’appel à l’ignorance, le bien connu « argumentum ad hominem » avec la variante de l’empoissonnement du puits, le « reductio ad hitlerum », la liste est non exhaustive.
            Qu’un vegan veuille défendre sa cause, il n’y a aucun soucis à ça, mais dès lors que le discours contient ce genre de moisissure argumentative, ça devient un peu lassant…

            Mangez des pommes !

            1. nafiss!

              Merci xylpho ! Je n’aurais pas dit mieux !

            2. Sonny

              Et c’est avec des zigotos de cette sorte qu’on passe pour des crétins. On n’a réellement pas besoin de ce genre de comiques… (je parle bien évidemment des végés qui n’ont aucune once de logique)

      3. Loïc

        Pour la question de la douleur, cela me fait bien rire …

        Ce n’est pas parce qu’on ne voit pas quelqu’un souffrir qu’il ne souffre pas (cet éternel problème d’évaluer le degré de douleur chez un patient …).

        Pour la plupart des animaux (la plupart, pas tous, les fourmis par exemple n’ont pas de cerveau à proprement parler mais de ganglions) lorsque celui-ci est blessé, son cerveau est alerté qu’il y a un problème (parce que c’est l’unique but de la douleur : prévenir le cerveau que le corps a un problème : coupure, fracture, brûlure, maux de ventre, … afin que le cerveau prenne une décision pour endiguer le problème). Pourtant une Fourmi (qui ne possède pas de cerveau) et qui perd une patte, celle-ci est quand même alertée qu’il lui manque une patte ! Alors peut être qu’on ne la verra se contorsionner dans tous les sens, mais « sa douleur » lui a quand même permit de savoir qu’il lui manque une patte.

        Pour une plante c’est encore différent. Par définition une plante est immobile. Mais si on lui coupe une feuille, qu’il y a une sécheresse ou qu’un Puceron est en train de lui sucer sa sève, il y a aussi une réaction chimique (et non nerveuse, nous sommes d’accord).
        Les cellules concernées par le problème vont communiquer entre elles à l’aide de différentes molécules et réagir. On ne verra pas là encore la plante se tordre de douleur mais pourtant selon moi elle aura bien « souffert », elle aura reçu un message signalant la perte de sa feuille, une piqûre de Puceron ou encore qu’il fait très chaud.

        Dernier exemple (qui peut s’appliquer à tous les êtres vivants, on ne se limite bien souvent qu’aux animaux et plantes, sans penser aux bactéries et champignons) : les bactéries.
        Si l’on met en contact des bactéries avec une entité les détruisant (antibiotique, bactériophages et j’en passe …) celles-ci vont encore une fois transmettre cette information, cette « douleur » : quelque chose ne va pas, quelque chose qui nous nuit, il faut réagir !

        Je trouve donc tout aussi stupide de dire à quelqu’un qu’il est stupide d’aborder la question de la douleur pour les plantes. Ce n’est pas parce qu’un être vivant ne possède pas de système nerveux qu’il est ignorant de ce qui lui arrive. Quelque soit la forme que prend cette « douleur ».

        Juste pour commenter sur ce point et ne pas me perdre sur une des autres questions qui me titille aussi : nous possédons actuellement (peut être pas il y x Ma, mais aujourd’hui oui) des enzymes nous permettant de digérer beaucoup d’aliments différents, qui selon moi donne sa « force » d’adaptation à l’être humain, plus on varie son régime alimentaire plus on peut s’adapter aux aléas de l’environnement.

        Car si on suit ce discours « l’humain est un cueilleur et non un chasseur », n’oublions pas que l’agriculture est par défaut « pas naturelle », les légumes que nous mangeons aujourd’hui n’ont rien à voir avec ceux d’il y a plusieurs milliers d’années (je ne parle pas des saveurs ou autre, mais bien du légume en lui même).

        PS: il est dommage de voir que certains messages sont agressifs alors qu’il s’agit juste d’exposer des arguments pour que les intéressés se forgent leur propre avis (personnellement je viens ici pour comprendre les motivations des végétariens (et autres), par pour prêcher « la » bonne parole …

        1. seb

          Le tout étant de savoir si l’information est la douleur ou si la douleur est autre chose qui nécessite une conscience ou au moins un début de conscience (plusieurs scientifiques ont montré que la douleur physique ou morale n’existe que si on a dépasser le stade de développement reptilien).

          Par exemple, on peut parfaitement avoir physiquement mal (mort de son enfant) sans pour autant être physiquement agressé.

          A l’inverse, ce n’est pas parce que je me coupe les cheveux ou les ongles que j’ai mal (et le corps va pourtant réagir même si ce n’est pas visible à l’œil nu).

        2. Franckae

          Afin un commentaire constructif, merci Loïc :)

      4. sansavisprecis

        Sans parler de douleur.
        Il est vrai qu’on ne peut pas qualifier la douleur végétale de physique.
        Une carotte ne souffrira pas comme un animal pourrait le faire.
        Mais elles se défendent contre leurs ennemis, leur évolution n’est tous simplement pas assez rapide pour qu’elles se rebellent.

        Avez vous le film « phénomène »?
        Et bien ce dernier, quoique bien loin de la réalité, s’ est plutôt bien inspiré de la défense des plantes.
        Et celle que je préfère

      5. sansavisprecis

        Sans parler de douleur.
        Il est vrai qu’on ne peut pas qualifier la douleur végétale de physique.
        Une carotte ne souffrira pas comme un animal pourrait le faire.
        Mais elles se défendent contre leurs ennemis, leur évolution n’est tout simplement pas assez rapide pour qu’elles se rebellent.

        Avez vous le film « phénomène »?
        Et bien ce dernier, quoique bien loin de la réalité, s’ est plutôt bien inspiré de la défense des plantes.
        Et celle que je préfère envoie des signaux volatiles qui attireront des abeilles dans le cas ou cette plaante est agressée par un parasite (surtout les chenilles).

        Elle n’ont pas de système nerveux, mais luttent nnéanmoins pour leur survie. Et ce comme tout être vivant.
        Malheureusement pour ces plantes, et comme je le disais plus haut, leur évolution est trop lente pour se mesurer à la notre, nous les humains colonisateurs. Tuer des insectes parasites, d’accord. Mais pour se défendre contre l’Homme… il lui manque une chose importante la mobilité.

        De plus je crois me souvenir que l’australopithèque se nourissaient bien de viande dès qu’il en avait la possibilité. Et en tant que grande adepte de la théorie darwiniste, je me pose une grande question… L’espèce humaine aurait elle survecue, si la viande n’avait pas été plus présente dans son régime alimentaire.?
        Car la vie à cette époque ne devait pas être de tout repos (enfin j’imagine, je n’y étais pas =)). Et les efforts à employer pour la survie de l’espèce devaient demander un bon nombre de protéines à ingurgiter rapidement et sans poser de questions. Nous étions encore bien loin de la sédentarisation.

        En effet, il est vrai que dans le contexte actuel des choses, nous pouvons tout à fait nous priver de certains aliments, tout en faisant attention à nepas provoquer de carences, d’anémies.

        La lutte pour notre survie est terminée, c’est tout à fait exacte. Mais c’est un choix, et non une obligation pour rester en bonne santé. Et vous ne pouvez pas nous envouloir pour ne pas vouloir adopter votre régime, car ce régime a été inscrit dans notre programmation . L’évolution de l’Homme s’ est faites avecla viande…

        Sur ce, je fatigue grave… je crois que ça se voit pas mal. Donc bonne nuit, et évitons une guerre « omnivore/végétarien » qui finira par l’extinction de l’espèce pour cause de canibalisme.

      6. Sherman

        Parfaitement d’accord!!

      7. Scientifique Indépendant

        Je pense que M. Vegan, il faut raison gardé, l’homme est un omnivore comme tous les voisins de son arbre généalogique…. C’est un fait…. Je trouve cette article complétement vrai, car oui l’homme de la viande, et c’est naturellement que l’homme s’est tourné vers la viande…. ce n’est pas une propagande de l’industrie agroalimentaire ou la secte du grand mangeur de cadavre (c’est comme ce que nous appelle les végétariens…. ce qui montre une certaine ouverture d’esprit chez eux… ) , il suffit de comparer avec les chimpanzés proche de notre génome a 99%, qui ont une dentition proche de la notre et un systeme digestif proche du notre aussi…. et qui mangent également de la viande…. Ensuite je pense que surement certaines betes sont mal traité avant d’etre tuée, surement aussi que l’on mange trop de viande dans notre alimentation beaucoup trop riche….Mais l’organisme de l’homme a des besoin et vous trouvez logique que les végétaliens soient obligé de prendre des complements alimentaires pour combler leurs carances en vitamines b12 ou autres….Je pense qu’etre végétalien c’est qqpart avoir un trouble de l’alimentation comme peut boulimique…. L’être humain est omnivore comme l’est le cochon ou le chimpanzé qui n’ont ni griffe ou vision nocturne pour chasser ( je fais référence aux arguments a la con de certains végétariens…) Ensuite l’homme n’a pas besoin de griffe ou de courrir vite pour chasser, chaque animal a sa méthode de chasse et son corps s’adapte a sa méthode de nutrition et à sa méthode de chasse…. l’homme a utilisé son intelligence pour chasser…. enfin bref, tout ceci n’est qu’une mode, et je trouve cette article completement cohérent et bien fichu….Dommage que certaines personnes soient si fermées….

        1. oreille

          Un scientifique n’écrirait jamais « dentition »…

      8. Fly

        Le porc à le même système digestif que l’humain ainsi que le chimpanzé, notre ancêtre, pouratnt les 2 on un régime alimentaire opportuniste dit omnivore ….

        Aucun argument n’est valable car ils sont tous orientés.

        Il faut comparer ce qui est comparable comparer l’homme à un lion un loup ou encore un cheval pour justifier de ne pas tuer les animaux pour se nourrir c’est de la pure absurdité et c’est loin d’^tre une approche scientifique.

        1. Olivier Ramirez

          Fly, le chimpanzé n’est pas notre ancêtre et son système digestif est loin d’être identique au notre et c’est sans parler de physiologie (processus enzymatiques etc)

          1. Fly

            Pourtant on greffe à l’humain du foie de porc, et de l’estomac de porc ….l’intestin du porc fait aussi 7 à 8 fois la taille de son abdomen ….il ne descend pas du singe mais à des ancetre commun , o,n est plus proche du singe que du cheval herbivore. mon chat et un felin il mange de l’herbe, du lait du poisson, des souris mais jamais de la viande pourrie, comme moi, je mange de la viande crue, et je n’ai pas la dhiarré, mes scelles sont biens moulées de couleur sombre marron, preuve d’une parfaite digestion et assimilation. puis-je me nourrir seulement de végétaux sans avoir de graves carrences et sans aller acheter quoi que ce soit et sdans avoir à cultiver ? Et oui car si culture il ya ce n’est plus un approvisionnement naturel comme la chasse ne l’est pas.

            1. Olivier Ramirez

              Mon but dans ce commentaire était juste de rectifier le fait que l’homme ne descend pas du chimpanzé et j’ai déjà ajouté dans un autre commentaire qu’il y a des différences anatomiques au niveau des volumes des différentes parties du système digestif, différences assez extrêmes entre les singes et l’homme.

      9. louis brasil

        Je trouve les gars tel que GoVegan bien sectaire. Pour moi ni l’un ni l’autre n’a raison puisque l’alimentation implique obligatoirement la mort d’un organisme. L’Homme ne se nourrit pas de matière non-organique il me semble à part l’H2O qui est une exception. Que l’on mange des organismes végétaux ou animaux la mort sera toujours la. d’ailleurs en dépit de l’absence supposée de systèmes nerveux chez les plantes je pourrait reprocher au végétariens de s’attaquer aux végétaux par lâcheté puisque « il ne souffre pas je peu donc je peut leur ôter la vie personne ne les plaindra »(ça me surprend toujours ceux qui défendent l’environnement pour le détruire par l’agriculture pour s’alimenter) mais je ne le ferait pas puisque moi même je ne vaut pas mieux que ces gens la, comme tout le monde je tue pour manger. Que l’on soit omnivore herbivore carnivore ou autre, nous sommes tous d’une certaine manière des assassins. le végétarien ne vaut guère mieux que l’omnivore ou le carnivore,il se valent tous le seul qui pourrait valoir mieux qu’eux c’est celui qui pourrait se dispenser de tout organismes vivants, mais c’est une utopie il n’existe probablement pas. voila pourquoi j’aimerais que certain végans comme carnistes se calment un peu ce n’est pas parce que vous affirmer quelque chose en gueulant fort que vous avez forcément raison. J’admire au contraire les végé simple comme Ivy et les omnivores simple comme moi ou d’autres qui ont fait leur choit sans être influencé par les lobbys des deux camps mais il y en à certains qui sont vraiment agressif pour rien. Voila pourquoi je ne fait pas confiance ni ne me laisserait embrigader par les lobbys végans et les lobbys carnistes ( mcdo etc…) tous deux montent végétariens contre omnivores.

      10. enzo

        Salut,

        réponse tardive mais je ressens l’envie de répondre au risque de me faire traiter d’abruti fini à mon tour…

        Pour l’histoire des plantes qui ne souffrent pas : renseignez vous sur l’expérience de CLEVE BACKSTER au lieu d’insulter les gens.
        Il existe aussi des plantes qui deviennent toxiques une fois qu’elles ont été mangées pour éviter d’être à nouveau agressées, et les plantes alentour n’ayant pas été agressées sont prévenues par phéromones et deviennent préventivement toxiques à leur tour. J’ai cherché vite fait le nom mais pas retrouvé, cela dit il se fait tard..
        Pourquoi ces plantes se protègent elle si ce n’ai pour ne pas souffrir et risquer la mort ?

        C’est très bien d’avoir des convictions, mais autant ce que dit le « chasseur » dans son article est une théorie, autant l’est votre avis, une théorie.
        Celui qui tente d’imposer ses croyances à tous n’est qu’un assoiffé de pouvoir et/ou de contrôle.
        Chacun ses croyances, chacun sa religion (et la science est une religion comme une autre, puisqu’elle a fait pratiquement autant de dégât que ses soeurs).
        Tout cela est une question de point de vue et d’interprétation.

        L’humilité, le respect et la tolérance me semble de bon ton en toute circonstance.

        Il faut surement beaucoup se limiter dans notre consommation effrénée de viandes et autres produits animalier mais Vouloir interdire c’est vouloir contrôler.
        Parler de façon supérieure et péremptoire comme si on avait La Vérité de son coté, faire de la propagande basée sur de la malhonnêteté intellectuelle du même acabit que « tous les arabes sont des voleurs » et insulter les gens ne fait que nuire à votre combat.
        Je vous répond pas que personnellement mais de façon générale aussi car je repense à beaucoup de post que je vois passer sur les réseaux sociaux.
        Il vaut mieux, me semble t’il, faire découvrir les aspects positifs de votre monde,
        plutôt que pointer ce que vous penser être les horreurs hors de votre monde.

        Clairement le sort des animaux en élevage intensif et semi intensif est horrible et il faut changer cela.. mais de la à interdire aux autres de manger de la viande sous prétexte que cela ME choque.. ba non.
        L’homme juste disait Alain se reconnait au fait qu’il ne cherche pas à imposer sa vision, il ne cherche pas à gouverner.

        Acceptez que nous ne sommes pas supérieurs aux animaux, nous sommes des animaux, aussi beaux et horribles qu’un chat, un orc ou une fourmi qui sont eux de beaux exemple de violence gratuite et d’esclavagisme dans le règne animal.

        Et pour finir par une ptite pirouette en forme de psychologie de comptoir qui risque d’en provoquer quelques uns :
        Pardonnez vous d’avoir autrefois manger de la viande maltraitée chez McDo et consorts, vous serez moins fâchés après vous-mêmes, du coup, moins fâchés contre les autres, et ça ira beaucoup mieux !

      11. GhostWolf

        Je trouve ton commentaire un peu vite fait.

        Ecoute, l’homme à consommer de la viande BIEN avait de chasser, les singes manges des insects qu’il capture avec leur doigts, c’est de la proteines animales.
        Il manger des petites rongeurs qu’il capturée avec des moyens primitifs.
        Et c’est pas parcque l’homme ne fait pas 150 kilos de muscle,et qu’il n’a pas de super dent et de super griffe qu’il est herbivore.

        Regarde un fait simple, manger un steck crue, c’est possible, c’est un peu dure, mais possible!
        Ensuite regarde, tu dit que ne peut pas manger de viande sans être hyper fort! mais compare ta force à celle d’un poisson, d’un rat, d’une larve, à leur yeux tu est un super prédateur, et c’est le cas!

        Quand à l’idée que nous somme obligée cuire notre viande, pas le moins du monde.
        quand au canine des ces animaux elle leur sert surtout de défance.
        Apres tu dit que les hommes auraits utilisée des carcasses d’animaux pour faire des outils en dents et en peaux, mais alors comment en avoir autant ? surtout que les carcasses sont ce qu’elle sont , des tas pourrissent et déjà bien dévorée, et pourquoi l’homme serai pas aller tuée lui même une bête pour lui piquer sa peau?

        L’homme à manger de la viande ,c’est dans notre nature depuis des milliers d’année, y a pas de mal à cela, notre systeme digestife à trouver des solutions, ont dit souvent que nos dents ne le permette pas, mais si, regarde ça fait longtemps qu’on arrive à manger de la viande crue, tu peut même aller en achetée à ta boucherie, c’est un peu galère , c’est sur, mais tu peux tout à fait le faire!
        Apres c’est facile de dire  »on est pas comme un guépard, alors eux ont est pas des carnivores » c’est vrai qu’on est pas fait pour angloutire 10kilos de viande! faut pas rêver, mais une petite quantité occasionnellement, voire de petite quantité sur de long période, ont le fait depuis des années, et ça marche bien!

      12. Boby

        En fait les gorrille mangent de la viande tout comme les chimpanzés et les babouin

      13. Au contraire

        La douleur est une information de manque, de perturbation, de modification. Les champignons de forêts comme décrits par Paul Stamets sont des gigantesques réseaux neuronaux où les informations circulent dans les deux sens lors de stimuli, la douleur étant juste une alerte de défense pour combler ou fuir un état perturbateur. La même perturbation aura chez un humain un effet fort ou nul.. La douleur est une interprétation instinctive d’un signal… Il suffit de connaître la phytosociologie d’une ronce pour savoir qu’elle réagit à ces signaux de détresse/douleur. Les champignons de types mycorhisiens, qui sont plus nos ancêtres que les bactéries, réagissent aussi aux perturbations type détresse ou « douleur ».
        La douleur est un signal, et les végétaux envoient des milliers de signaux aux champignons associatifs quand ils sont en danger ou en manque.
        L’argument d’insensibilité do Go Vegan est donc infondé.

        Pour ce qui concerne la douleur de l’animal, que ce soit dans la bouche du renard, qui en tue 20 pour en emporter une, ou la rupture du nuque instantanée, la douleur est moindre et pas de stress. Ou la fouine qui s’accroche au cou de mes dindons et leur mange le cou progressivement jusqu’à la mort. L’argument de Go vegan est ici infondé.

        En ce qui concerne la consommation de protéine animale, ramassée morte puis piégée, puis chassée, crue puis cuite, l’homme ne serait pas tel qu’il est aujourd’hui en restant frugivore à 90%… Nous sommes le résultat d’un régime omnivore et Go Vegan serait encore dans son arbre sans que ses ancêtres aient consommés de la protéine animale :)

        Les grands carnivores font reposer leur viande au soleil pour la rendre plus digeste (si ils en ont le temps), donc l’argument de la cuisson de la viande par l’homme comme non naturelle ne tient pas non plus.

        Les grands primates utilisent des pêches à fourmis ou termites, les rongeurs ou les petits carnivores se servent d’outils pour casser et découper leurs proies.
        Les grands singes mangent des rongeurs régulièrement et adorent ça.
        Les rapaces jettent souvent à plusieurs reprises leurs prises sur le sol pour les tuer
        Les orques jouent à tuer, les chats aussi, ils causent beaucoup plus de douleur que la mort instantanée que nous seuls humains sommes capables d’offrir aux animaux que nous avons besoin de consommer.

      14. Un passant

        Du coup… puisque le végétal n’a pas de système nerveux, il peut donc être manger sans soucis, car il ne ressent pas la douleur…
        Dans la continuité de cet argument de valeur, j’en déduis que vous pouvez manger sans hésitation un paraplégique ? Point de douleur ni de sensations pour lui.

        Je suis avec grand intérêt ces débats constructifs, et attend avec hâte les prochaines réponses.
        Respectueusement
        Un passant

        1. theopoel

          Un paraplégique a une perte de sensibilité localisée, certes grave, mais localisée…il lui reste des zônes sensibles, Dieu merci…Puis surtout, il possède un cerveau, centre des émotions, car oui, un paraplégique ressent encore des émotions, ne vous en déplaise. Bref, puisque vous vous trouvez irrésistiblement drôle en comparant un paraplégique avec une carotte, pourriez-vous nous indiquer où se situe précisement le cerveau de la carotte…j’en frémis d’impatience ;-)

      15. Dyl

        Ça fait longtemps mais d’autres on déterré avant moi récemment…
        Chère « go vegan » on parle de » fait pour » ou « pas fait pour » mais tu n’as fait que descendre les gens sans concrètement aborder le sujet alors selon les rumeurs disant que la viande à favorisé l’évolution de l’homme je te suggère d’aller te taper de bonnes trippes ou un bon steak.
        J’aurais bien démonté chacun de tes arguments mais je vais faire simple.
        1 . Toi et tes petits copains anti viande, vous parlez de la douleur etc. Ok donc un animal tué d’un coup (d’où l’expression mort sur le coup) après avoir bien vécu donc 0 souffrance tu serais prêt à le manger??? Une biche ou un faisand que tu percuterais avec avec ton véhicule mort sur le coup tu laisserais l’animal mort pour rien pourrir dans le fossé ???
        La douleur la douleur. … on plainds les animaux à cause de la douleur et je suis d’accord avec ça même si j’aime la viande… MAIS ça sous entend qu’un animal qui ne souffre pas on ne le plaindrait pas…. Donc si un membre de ta famille ou de ton entourage meurtre d’un accident de la route sur le coup (ex moto ou autre) tu ne le plaindras pas et ne réagiras pas?
        2 . Je reviens donc au vrai sujet.
        A . J’aime les légumes, légumineuses,racine, fruit etc, j’en mange à 70% je pense. Et quand j’en fais un repas je fais un bon gros caca quelques heures après et toujour en bonne santé . Conclusion : j’ai digéré et c’est donc adapté à mon corps ou je suis adapté pour les digérer,c’est comme vous voulez.
        B . J’aime les animaux et je n’apprécie pas qu’on leur fasse du mal MAIS,j’aime la viande, j’ai essayé de mordre dans un morceau de poulet cru et… miracle mes INCISIVES ont tranché la viande. J’ai essayé de me faire des repas constitué uniquement de viande…j’ai réussi mais psychologiquement j’ai ressenti comme un manque… Et pour avancer la viande, j’ai imité mon chat qui broie les aliments à l’aide de ses dents, puis quelques heures après, toujour en bonne santé, je vais me poser sur le trône et la, miracle ! J’ai fait un bon gros caca comme si j’avais consommé des légumes… Et jusqu’à maintenant je suis toujour en bonne santé. Conclusion je suis fait ou adapté pour la consommation de viande.

        Sachez qu’il est plus facile de trouver une plante indigeste que de ne pas digerer de la viande. Il s’agit là d’expérience personnel et véritable que chacun peut réaliser chez soit lui même et non pas des conneries écrite sur de bouquins par des gourou comme les livres les plus connu au monde… je dicte le chemin de ma vie et ce nest pas un livre qui le fera pour moi. Il est vrai que la consommation de viande en EXCÈS (comme tout d’ailleurs) cause des maladies… mais 1 ou 2 kg de viande en 1 jour causent moins de dégâts de 1 ou 2 kg de carembole ou d’huile de palme ou de sucre de vin de the en 2 jours, et je ne propose pas le tout en même temps et je ne parle même pas des dommages collatéraux pour les produire.

        Je digère tout je suis omnivore.
        Avec un petit marteau il faut taper plus, avec on acide gastrique plus faible que celui d’un lion il me faut des boyaux plus long pour tout digérer et rien ne pourri en moi désolé si votre corps est mal foutu et que c’est le cas pour vous.
        Dernière chose… un piège… un trou…Une équipe coordonné… j’ai déjà attrapé un chapeau ou un lapin à la main… mangez de la viande vous comprendrez ou je veux en venir. Et laissez le choix des gens comme ils l’ont fait au lieu de critiquer.

  4. boris

    Je voudrai juste te féliciter pour la qualité de tes articles.
    Surtout continue !

  5. Thomas

    Top!

    Je ne savais pas que les végémartiens avaient ce genre d’arguments pour défendre leur foi.

    Ca apporte de l’eau à mon moulin.

  6. Jérémy (Auteur de l'article)

    @ Boris:

    Merci beaucoup ! On va essayer ! ; )

    @ Elo elo et Antoine:

    J’ai joué le jeu et j’ai regardé toute la conférence en notant 2, 3 idées par-ci, par-là. En fait, c’est toujours le même problème: aujourd’hui on peut presque dire qu’un excès de viande (de mauvaise qualité en plus) rend malade. Dans cette la phrase, le danger n’est pas la viande mais bien l’excès.

    Là où le discours ne me plait pas c’est qu’il met toutes « les viandes » dans le même panier et tous les consommateurs de viandes également. Les abattoirs, aussi horrible sont-ils, sont le reflet de notre société de consommation. Si nous mangions raisonnablement de la viande, peut-être que les abattoirs n’auraient pas lieu d’être ou seraient autrement plus respectueux de la vie des animaux.

    Gary n’est lui même pas super convaincu de ses arguments scientifiques contre ou pour le régime à base de viandes, de lait, de fromage et d’oeufs. il ne veut même pas rentrer dans une bataille d’études scientifiques car il sait à quel point les preuves ne sont pas flagrantes et peuvent être biaisées dans tous les sens.

    Plus je regarde ces vidéos « végans » et plus je me rends compte que les arguments les plus puissants et les plus choquants: c’est la maltraitance animale. Oui, c’est pour moi l’une des raisons les plus pures et nobles pour devenir un végétaliens. Mais n’y a t-il d’autres moyens pour faire valoir le droit des animaux sans pour autant se débarrasser du miel et d’une viande de gibier de bonne qualité, chassée la vieille ?

    Je pense que je vais rédiger un article sur les moyens d’agir sur la société, de lutter contre les dérives sans pour autant devenir extrémiste, car pour moi, être végétalien est extrémiste.

    1. elo elo

      Merci Jérémy de l’avoir regardé et je partage tes arguments. Au lieu d’être dans un extrême (manger trop de viande ou ne pas en manger du tout), incitez les gens à manger moins de viandes pour l’amélioration de notre santé, par prévention des cancers…, pour ces raisons environnementale à améliorer d’urgence, et le respect de nos animaux dans tout les sens du terme. Et il va de même concernant les laitages comme tu l’as très bien expliqué dans tes articles. Donc je me suis écartée du sujet de ton article. Oup’s ! :s Mais au moins ça permet de trouver des conclusions lol… sauf celles de ton article

    2. ivy

      Pas cool de me, de nous traiter d’extrémistes.
      Je fais partie des végétaliens modérés. Je le fais en priorité à cause de la souffrance animale à l’abattoir (si c’était durant leur vie, je résoudrais le problème en mangeant de la viande locale, mieux traitée par l’éleveur que dans un élevage industriel).
      Mais je le fais aussi parce que je suis questionnée par élever autant d’êtres vivants juste pour bouffer… Je trouve qu’on ne respecte pas la vie en elle-même à faire ça, car c’est traiter le vivant comme un objet de consommation, et ça me lourde. Que ça soit les animaux, et le reste.
      Pour autant, ça me débecte de voir des végés extrémistes qui desservent notre causent en étant agressifs.
      Autre point: je suis végétalienne car le lait, no comment, jeremy tu as déjà tout dit, les produits laitiers sont de plus, fortement allergisants, donc je les stoppe.
      En fait, je suis mes instincts, et je trouve ça illogique de bouffer de la viande puisque quand je la vois crue, ça m’attire pas du tout. Illogique aussi de boire du lait d’un autre animal à l’âge adulte. Les fromages ne m’attirent pas.
      Donc en fait, j’y vais au feeling, et je ne me trouve pas extrémiste.

  7. Antoine

    La viabilité écologique de la consommation de viandes et poissons est un VRAI sujet. Je serais prêt à modifier mon régime néo-paléo (régime Paul Jaminet pour être précis), si i on me démontrait que cela est nécessaire écologiquement.

    1. Sylvain

      Tu liras avec intérêt cet article et surtout la vidéo TedTalk associée http://freetheanimal.com/2013/03/sustainability-sushmainability-grassfed.html

      1. Léa

        WAOUW! merci pour la vidéo Sylvain, c’est vraiment passionnant!

        Ca va bien au-delà du débat végétarien / omnivore / carnivore / crudivore / que sais-je encore -qui est parfois fatigant… en nutrition on est souvent tellement fort dans l’émotionnel; toute personne qui se sent concernée par les problématiques environnementales DOIT regarder cette vidéo…

        Vu l’état catastrophique des sols partout dans le monde actuellement, c’est clair qu’on devrait repenser les choses.

        Le pâturage de troupeaux contre la désertification des terres? D’après Allan Savory, ce serait la seule possibilité… ! On a des solutions bon sang !

        A quand un article sur ce sujet? :-)

  8. JB Rives

    Oui ! Et surtout, c’est sans compter sur nos habitudes nécrophages, qui précéderaient l’invention des outils de chasse.

  9. Kmille

    J’aime beaucoup cet article.
    J’ai longtemps hésité et hésite toujours : végétarienne, végétalienne, aucun de ceux-ci ?
    Pour le moment le régime végétarien me convient très bien dans la vie de tous les jours … Ce qui ne m’empêche pas d’apprécier de la viande ou du poisson de temps en temps : mais comme tu le dis, de meilleure qualité.

    Je ne pense pas qu’être végan ou végétalien soit extrêmiste. Ce sont simplement des valeurs de vie différente de celles que l’on connaît habituellement.

  10. Kmille

    (Un peu malade et fatiguée aujourd’hui, j’en ai oublié la moitié de mon commentaire !)

    Pour ce qui est de l’anatomie comme argument au végétarisme, j’avous que je l’ai assez peu entendus. Ce qui prime surtout est, effectivement, la santé (manger de la viande, au moins, modérément), le traitement des animaux et la pollution. Ce sont des arguments suffisants pour ma part pour me passer de viande.

    1. Thomas

      Et ba voila, fallait manger ton steak ce midi, tu ne serais pas malade.

  11. james

    Vous connaissez le « nut-cracker man » ? Et bien voilà:

    http://www.livescience.com/13979-nutcracker-man-early-human-diet.html

    La lignée « ruminante » s’est éteinte, alors que la lignée omnivore a continué. Il faut aussi regarder la forme de nos intestins en comparaison avec des animaux carnivores et herbivores. Et bien on peut dire que nous sommes entre les deux de ce point-de-vue. Après il y a l’évolution de la taille de notre cerveau au détriment de la taille de notre intestin (évolution typique des mangeurs de viande).

    Maintenant, concernant la durabilité de la production de viande, je vous propose de visionner le TED talk donné par Allan Savory:

    [Voir le commentaire de sylvain plus haut pour le TED talk]

    1. ivy

      ruminant = herbivores, or l’homme avant même s’il mangeait de la viande, était surtout frugivore et granivore, c’est encore un peu différent dans les structures nutritives

  12. Matsch

    Juste a titre d’info et pour aller plus loin :-)
    Le regime vegetarien pas mal… et le regime vegetalien encore plus fort… si pour parlez anglais toutes les videos de ce site vont vous l’expliquer… par articles scientifiques interposes.. . :-)
    http://nutritionfacts.org/

    Un oeuf equivalent de 5 cigarettes!
    http://nutritionfacts.org/video/eggs-vs-cigarettes-in-atherosclerosis/

    http://nutritionfacts.org/video/is-one-egg-a-day-too-much/

    http://nutritionfacts.org/video/heterocyclic-amines-in-eggs-cheese-and-creatine/

    Inflammations dans les intestins dus aux produits animaux:
    http://nutritionfacts.org/video/the-leaky-gut-theory-of-why-animal-products-cause-inflammation/

    bon visionnage! :-)

    Matsch

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Bon, j’ai laissé ton commentaire dans un excès de bonté absolue. Les liens intéresseront peut-être des lecteurs, c’est au moins une source de publication. En tout cas, accuser l’oeuf à cause du cholestérol est un bien triste mythe, renseigne-toi la dessus. Et juste pour réagir en 2 minutes; L’étude qui prouve que manger un oeuf par jour augmenter de 20% les risques de mort comporte des biais très fort. Citons le fait que les participants devaient noter leur consommation d’oeuf d’une année sur l’autre. Comment se rappeler de sa consommation d’oeuf d’il y a 3, 5, 8 ou 11 mois ? Des génies les mecs !

      1. Blop

        De toute façon, le « risque de mort » étant de 1, il est assez difficile de l’augmenter, à moins de disposer de vies de rechange

  13. Sylvain

    Bon, l’excès de viande, et si c’était la carnitine qui posait soucis (plutôt que les graisses) : http://www.cbsnews.com/8301-204_162-57578422/carnitine-chemical-not-fat-may-explain-link-between-red-meat-and-heart-disease/

    1. Antoine

      Paul Jaminet a réagi à cet article sur les dangers de la carnitine de la viande rouge. Pour lui, le danger n’existe pas avec un bon régime alimentaire par ailleurs (qui inclut aussi une limite dans la consommation de viandes).

      http://perfecthealthdiet.com/2013/04/lessons-from-the-latest-red-meat-scare/

      1. Sylvain

        En effet.
        Et avec l’article de Chris Masterjohn, on sait qu’on a à faire de la junk science relayée par des chiens de Pavlov en guise de journalistes.

  14. ANSO MONIQUE

    Très interressant mon fils, je viens de lire ton article en entier et il y a du boulot derrière tout cela ça me passionne énormément continue Monik

  15. mamapasta

    sachant que nos plus proches cousins, les chimpanzés et les bonobos ne sont PAS végétariens, qu’ils chassent avec des armes ( bâtons) et qu’ils mangent même des autres primates( 10% de leurs calories ingérées sont d’origine animale), je ne vois pas pourquoi nos ancêtres auraient été végétariens….Ce n’est qu’après l’invention de l’agriculture que nous avons pu devenir végétarien voir végétaliens en ne passant pas a totalité de nos journée à collecter notre nourriture ( le principal progrès de l’invention de l’agriculture est de maitriser notre approvisionnement tout en laissant du temps libre à une grande partie de la population pour produire autre chose )

    Donc maintenant , nous pouvons grâce à ces progrès et à nos connaissances en diététique, nous nourrir de végétaux en toute sécurité.

  16. Olivier Ramirez

    « Donc main­tenant , nous pou­vons grâce à ces pro­grès et à nos con­nais­sances en diété­tique, nous nour­rir de végé­taux en toute sécu­rité. »

    Je suis d’accord avec le reste mais avec ça pas vraiment, finalement on peut dire qu’on est probablement le seul animal qui du haut de sa supériorité intellectuelle a perdu tout instinct, capacité et transmission entre les génération, à se nourrir pour se maintenir en bonne santé et sans être un vrai danger pour lui même . Et en ça les progrès et les connaissances n’aident en rien, d’ailleurs la phrase pour moi est une affirmation qui n’a aucun fondement.

  17. bémol

    est ce que les hommes préhistoriques pouvaient se nourrir de viande tous les jours de l’année comme l’occidental moyen de nos jours, j’ai un doute. meme étant de bons chasseurs, sans frigo et congélateurs pour que la viande ne pourrisse pas, c’est difficile d’en manger quotidiennement à moins d’etre agriculteur éleveur.

    1. Sabine

      Pas besoin de frigo, les repas se faisaient en groupe. Toute la bête était mangé en une fois. Il pouvait certes y avoir des périodes sans viande, mais soit par abondance végétal soit par manque de gibier, et pour ce dernier, cela implique des périodes de jeune. Mais ça c’est le b.a.ba du chasseur, il y a des jours avec et des jours sans.

  18. Jérémy (Auteur de l'article)

    Bémol, il ne faut pas imaginer les hommes des cavernes comme des citadins qui regardent les dates de péremptions et qui surveille la chaîne du froid… Les hommes des cavernes chassaient probablement tous les jours, et avaient durant les périodes d’abondances de la viande probablement tous les jours. Parfois, il ne devait pas y avoir beaucoup de viande non plus.

    Les agriculteurs éleveurs n’avaient pas plus d’avantages en matière de conservation que les hommes des cavernes, par contre ils avaient tous les désavantages des céréales, et que l’on connait tous.

    1. Romain

      Faut relativiser pour les céréales. On a retrouvé des traces de sorgho datant de 100 000 ans au Mozambique. Les chercheurs pensent qu’il était déjà consommé avec des tubercules, des fruits ou même bouilli…

      Je me méfierai nettement plus du lait que des céréales…

  19. Olivier Ramirez

    Tout à fait d’accord :)

  20. Pingback: La Revue du Net Paleo #32 | Paléo Lifestyle

  21. Julien de PaleoLifestyle

    il était sûr qu’un tel sujet ferait débat
    http://regimepaleo.wordpress.com/2013/04/12/la-revue-du-net-paleo-32/

  22. Florian@Naturo-Passion

    Merci Jérémy pour cet article. J’ai une approche non sectaire du végétarisme que je pratique sereinement et sans aucun rejet des omnivores depuis 5 ans.

    S’il est bien incontestable que notre ancêtre chasseur-cueilleur était omnivore, il n’était en revanche pas un gros consomamteur de viande. Il se nourrissait principalement de fruits, de légumes secs, de graines et de petit gibier à l’occasion. Ce n’est qu’à partir du XXe siècle que la viande s’est invitée à presque tous les repas et qu’aujourd’hui 70% des protéines ingérées sont d’origine animale contre 30% il y a seulement 30 ans (cf. Dr Laurent Chevalier, nutritionniste in Le Point 10/01/2013).

    Ce n’est donc pas tant le fait que l’homme n’ait jamais été végétarien qui compte que le fait que la viande d’aujourd’hui n’est pas de bonne qualité (trop d’omégas 6, donc favorisant les réactions inflammatoires, notamment en raison de l’alimentation du bétail à base de soja et maïs, souvent transgénique, au passage) et qu’elle est consommée de façon immodérée.

    Jusqu’à 30% des cancers dans les pays occidentaux sont dus à de mauvaises habitudes alimentaires. Cette proportion atteint les 70% pour les cancers du tractus gastro-intestinal.

    Pour moi, le seul argument des conditions d’élevage et d’abattage des animaux, tout bonnement indignes et insoutenables suffit à me dire que le végétarisme est une voie à explorer tant pour la santé des terriens que de l’environnement de la planète sur laquelle ils vivent. Il sera illusoire de penser que nous pourrons consommer autant de viande quand nous serons 9 milliards d’être humains en 2050 ! Rien qu’en France, la consommation de viande a quadruplé depuis 1960 et elle va doubler d’ici 2050 ! Et chaque jour, ce sont rien moins que 3 millions d’animaux qui sont abattus en France. Qu’est-ce qui peut justifier que l’on continue cet acharnement alimentaire, complètement absurde et contre la physiologie même de l’organisme humain qui n’est pas fait pour ingérer autant de protéines animales ?

    Marion Kaplan, bio-nutritionniste, répète souvent qu’il faut considérer son corps comme un temple et donc qu’il ne faut pas ingérer n’importe quoi. Jusqu’à peu, beaucoup de personnes ne pensaient pas que l’alimentation avait un lien direct sur leur santé. On voit les résultats aujourd’hui. Notamment aux Etats-Unis où l’état sanitaire de la population est plus que déplorable. Dans un comparatif de 17 pays de niveau de vie comparable, les Etats-Unis accusent le premier taux de mortalité toutes causes confondues : http://sites.nationalacademies.org/DBASSE/CPOP/DBASSE_080393#deaths-from-all-causes : 504,9 décès pour 100.000 habitants contre 349,3 pour le Japon et 397,7 pour la France. Ils sont également le pays où l’incidence des maladies chroniques non contagieuses (incluant le diabète et les maladies cardiovasculaires) est la plus haute. Et pourtant leur système de santé est le plus cher du monde… et tant que les Américains continueront à se nourrir comme ils le font, les ventes de médicaments et de compléments alimentaires se porteront bien. La santé est un marché qui rapporte plus quand les gens sont malades…

    Au sujet de la L-carnitine et son rôle direct dans l’obstruction des artères, j’ai posté un article sur mon blog.

    Florian KAPLAR

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Salut Flo,

      Oui, ton message est rempli de bon sens. Je pense que nous sommes tous d’accord sur ce point: on mange trop de viande et de mauvaise qualité. Rien que sur ce point, sans prendre en compte la dimension éthique ou écologique, une grande majorité de la population mondiale doit changer sont style d’alimentation.

      La limite du raisonnement végétarien, ou végétalien je la trouve dans l’extrapolation pour le bien des animaux et de la planète; Pour répondre à la question:

      « Est-ce que les végétariens peuvent sauver le monde et les Hommes ? » Je vais écrire un article sur le sujet, qui simulera une population de végétariens 4 fois plus nombreuses pour atteindre 30 % de la population mondiale. Quelles seront les conséquences d’une telle proportion de végétarien sur la qualité de notre écosystème et sur le bien être des animaux… Les réponses seront dans l’article, mais je ne pense pas, à priori, que même 2 milliards de végétariens y changeraient quelque chose, simplement parcequ’ils sont végétariens.

      1. Nicolas

        L’éducation, à tous les niveaux, semble être la solution.
        Le respect, ça s’apprend. Comme la dignité et l’éthique.
        Naturellement c’est la loi du plus fort qui règne. C’est du boulot de rendre les gens respectueux (de son prochain, de l’environnement…)

  23. Olivier Ramirez

    Même le rôle des omega 6 n’est pas encore clair et ce serait son association à une alimentation riche en production d’insuline si je peux dire qui serait vraiment problématique, la consommation de viande qui va doubler, ça m’a l’air peu probable, et par rapport à la carnitine la aussi y a plus que des avis divergents.
    http://www.westonaprice.org/blogs/cmasterjohn/2013/04/10/does-carnitine-from-red-meat-contribute-to-heart-disease-through-intestinal-bacterial-metabolism-to-tmao/

  24. jules

    Bonjour,
    je trouve que c’est un peu simpliste de dire que nos ancêtres mangeaient de la viande.
    La vraie question est de savoir à quelle fréquence et dans quelle proportion ? Faisaient-ils également souvent des jeûnes ? (très important, car c’est thérapeutique et dans nos capacités depuis toujours).
    Avez-vous déjà essayé de courir après une biche avec un arc et des flèches ? Pensez-vous revenir chaque jour avec de quoi manger ?
    D’autre part, l’homme n’est pas stupide, que croyez-vous qu’il choisisse entre tendre la main pour cueillir un fruit ou risquer sa vie pour un hypothétique gibier qui accepterait de tomber dans vos bras ?
    Il y a encore beaucoup à étudier……………….

    Cordialement

  25. Jérémy (Auteur de l'article)

    Salut Jules,

    Il est certes un peu simpliste de dire uniquement « avant on mangeait de la viande ! » Déjà, ce n’est pas vrai pour toutes les périodes, toutes les régions et tous les Hommes qui ont foulé la Terre. Tu as donc raison, il faut se poser des questions sur la fréquence et sur les proportions. Et il apparaît évident que nos ancêtres ne mangeaient pas aussi régulièrement de la viande, et qu’elle était de bien meilleure qualité.

    D’ailleurs, tu découvriras sur ce blog que je suis partisans du jeûne intermittent que devait très probablement réaliser nos ancêtres. Donc oui, le jeûne est une action « thérapeutique » qu’il ne faut pas négliger et dont j’apporte beaucoup de réponse sur le blog (voire jeûne intermittent plus haut).

    Pour la cueillette… je suis très retissant. Tu parles comme si les Hommes préhistoriques étaient en face d’une nature riche, abondante où le moindre arbuste est garni de baies COMESTIBLES et où ces mêmes Hommes sont effrayés devant une biche ?

    Non, je ne suis pas d’accord. D’abord, les Hommes devaient être très méfiant face aux plantes et aux baies à cause des possibles intoxications avant de découvrir les comestibles ou pas. D’autre part, la chasse n’est pas si compliqué qu’il n’y parait surtout quand notre survie en dépend. Pour être chasseur, il est même possible d’attraper un cerf à main nu dans la nature seul (bon d’accord, c’est rarissime et dangereux) ou à plusieurs. Et si tu as bien lu l’article, les Hommes tendaient des pièges, avaient des pieux et des pics, des fosses pour capturer le gibier.

    Et puis tu as probablement raison ^pour la chasse. Peut-être que les hommes ne revenaient pas tous les jour avec une biche ou un boeuf musqué, et c’est d’ailleurs cette particularité environnementale et comportementale qui a fait que les hommes ne mangeaient pas à l’excès de la viande probablement ! (Ils auraient d’ailleurs fait s’éteindre les mamouths, alors pas si mauvais que ça les Hommes préhistoriques ? )

  26. Anthony

    Trés bon article Jérémy.

    J’ai également écrit un article sur le sujet sur mon blog, et ma conclusion fut que l’homme, d’origine frugivore, est un omnivore opportuniste comme le montre son évolution de régime alimentaire.

    Après, je suis d’accord avec toi pour dire que tout ceci est intéressant pour les curieux comme nous, mais ça ne doit pas en faire un argument pour telle ou telle consommation de nos jours, et les arguments que tu cites suffisent à vouloir se passer de viande.

    Pour ma part, carnivore de la première heure, mon defis hebdomadaire est de ne pas manger de la viande plus de 3 fois par semaine, et ça se passe plutôt bien.

    Quant aux personnes qui souhaitent des arguments pour limiter leur consommation de viande, notamment sur l’impact environnemental, les arguments pleuvent de nos jours…ils devraient plutôt chercher des réponses à leur absence de volonté :-)

  27. Laurance

    Bonjour.

    Je suis une nouvelle végétarienne. Je fais tout cela pour l’environnement, mais surtout parceque je suis outrée par l’élevage industriel. Entre les gaspillages (d’eau, de plantes comestible), l’usure des terres arables, la pollution de l’air suite aux gaz du bétail (surtout les bovins), je pense que devenir végétarien « aide » un peu à diminuer l’empreinte écologique (même si ce n’est absolument pas suffisante).
    Je travaille à diminuer ma consommation d’essence également et à arrêter d’utiliser des mouchoirs en papiers (un allergique consomment BEAUCOUP de mouchoirs). Je diminue également ma consommation de produits raffinés (sucre blanc, biscuits industriels) et de lait (déjà 90% de moins depuis janvier)

    Bref, devenir végétarien s’inscrit (dans mon cas), dans un logique de diminution de la consommation générale.

    Par rapport à l’article, je n’ai qu’une chose à dire : devenir végétarien est avant tout un CHOIX.

    1. Jill

      Il y a des tas de sites de recettes végétariennes et végétaliennes où tu trouveras des menus équilibrés et hyper variés. Deux choses à écouter : son corps et sa conscience. Les histoires de carence c’est des conneries. Ceux qui mangent des animaux ont des repas peu variés et bien plus carencés.

    2. Éric

      J’ai bien peur que si l’homme devient végétarien/végétale, il y aura beaucoup moins d’animaux domestiques. Ces derniers ont un grand besoin de l’homme comme le mouton qui s’il n’est pas tond peut en mourir. De surcroît, il prend beaucoup moins d’espace pour nourrir les êtres humains avec de la viande qu’avec des aliments végétaux. Imaginé toutes les forêts qui devraient être détruites pour nourrir tout le monde plus le transport. L’équilibre est déjà précaires et sans prédateur la population de ruminants ne ferait qu’exploser. Détruisant les pâturages. Pour avoir un écosystème fiable et sans excès nous devons manger ces animaux.

      1. Floun

        Il vaut mieux lire ça que d’être aveugle, quoique?
        Où avez-vous trouvé que si l’on devient végétarien il faudrait plus de surfaces agricoles pour nourrir l’humanité? Il est communément admis qu’il faut 7 à 10 kg de protéines végétales pour produire 1 kg de viande bovine.
        Si la forêt amazonienne est en voie de déforestation c’est pour produire du soja pour nourrir nos animaux d’élevage.
        Renseignez vous avant d’écrire des inepties.
        Voir le lien http://www.viande.info/elevage-viande-sous-alimentation

        Quant aux autres affirmations c’est du même acabit.

  28. Olivier Ramirez

    Devenir végétarien, c’est une fausse solution. Il faut se tourner vers un mode de production différent à tous les niveaux, il n’y a pas que le problème de l’élevage du bétail, la cultivation en est un gros aussi qui n’épargne pas les végétariens.
    Sans compter qu’un végétarien doit faire attention pour éviter des carences, surtout si en plus il supprime les produits laitiers.

    1. Laurance

      Je sais bien que ce n’est pas LA solution, mais c’est ma façon de protester. Il faudrait diminuer la taille de la population humaine, diminuer l’usage des transports les plus polluants, produire mieux (sans pesticides, herbicides, fongicides, insecticides…)
      Sinon, je ne mange plus de viande depuis 20 jours, et à part la quantité monstrueuse de vaisselle (mon cuiseur vapeur est assez pénible à laver), tout se passe très bien (pas de manque, pas plus de problème que d’habitude …).
      Bref, une petite contrainte de mon point de vue.

      Après pour un monde harmonieux, il faudrait que tous les humains s’y mettent, et c’est pas les industriels pleins de sous qui vont nous aider.
      Il faudrait aussi que les humains fassent moins d’enfants, mais ça aussi, ça relève de la science fiction…

      Concernant les carences, je n’ai peur que de la carence en fer (comment peut-on en consommer 18mg par jour ? ça représente des montagnes de lentilles !).

      1. Romain

        Pour ton problème de fer, tu peux jeter un oeil de ce côté là aussi ;)

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Chia

        La partie valeur nutritionnelle devrait te faire rêver ;)

      2. Guigou

        Même si le problème de la population pose des soucis tout autres (politiques entre autre), je ne suis pas d’accord sur le fait qu’il faille réduite la population pour la nourrir. La terre a les capacités de nourrir des dizaines de milliards d’êtres humains.
        Le problème, c’est qu’elle ne pourra pas le faire selon notre mode de vie actuel.

        Aujourd’hui, on produit des bio-carburants au lieu de produite des plantes comestibles, on utilise trop d’engrais et de pesticides, on veut un rendement toujours plus élevé pour des raisons économiques, on détruit la surproduction toujours pour des raisons économiques (merci la PAC au passage, vive l’Europe!), on veut manger de la viande à chaque repas, etc…
        Mais le pire, c’est que les nouvelles classes moyennes veulent leur part du gâteau, et donc consommer comme nous. Ceci aura un effet désastreux sur la qualité de vie de la population mondiale. Après tout, on a bien maintenu 6 milliards d’individus dans la pauvreté pour le bénéfice d’un petit milliard. Lorsqu’il faudra assouvrir les besoins de 2 milliards d’individus, on fera comment? On ne s’appuiera pas sur 12 milliards, non, on se contentera de réduire encore plus les moyens de subsistance des mêmes 6 milliards.

      3. Célestine

        Diminuer la taille de la population humaine ?
        Cela laisse songeur…

    2. Julien Sarkissian

      Bonjour, Faire attention à quoi ? Les carnistes ne doivent pas surveiller leur alimentation eux ? je ne comprend pas ce à quoi tu fais allusion ? les millions de compléments alimentaires, vitamines etc.. sont adressés aux végétariens spécifiquement ? ou à la population en général ? Les végétariens en consomme t’il plus alors ? Je n’ai pourtant jamais vu la moindre publicités pour ces produits s’adresser à eux en particulier…de quelles carences parle tu ? sont elles plus présentes dans les populations végétariennes ? Je te serrait gré d’éclaircir tes propos.

  29. Olivier Ramirez

    Vitamine B12, acides gras oméga 3 et y en a d’autres

  30. Laurance

    La vitamine B12 se trouve dans les produits laitiers et les œufs (mais j’en mange presque plus, alors je songe à aller voir bientôt un médecin)
    Les oméga-3 se trouvent dans les huiles végétales (colza) et la mâche. Bon, c’est vrai que c’est moins »efficace » que de manger du poisson, mais vu la quantité ridicule que je mangeais… (pané en plus…).
    Pour le calcium, il y en a dans les choux, dans l’eau (au pire, un infusion d’eau « concentrée » ou plutôt calcaire, et ça fait une « prise » de calcium).

    Non, vraiment, pour tout ce qui est « carences », à part pour le fer et la vitamine B12, je ne m’inquiète pas, surtout vu le nombre d’aliments que j’ai découverts.

  31. Olivier Ramirez

    L’huile de colza, encore une fausse solution, la proportion d’ALA transformée en DHA est de l’ordre de 10% max, et encore c’est si l’huile n’est pas déjà oxydée avant l’utilisation et vu l’utilisation excessive de bouteilles transparentes…

    Je sais effectivement que tu peux de la B12 dans tous les produits animaliers, mais bon tu réponds à la question.

    Pour le calcium, je suis pas un défenseur des produits laitiers pour le calcium, encore moins sans vitamine D.

  32. GIRARDOT Marie-Do

    Une précision :je suis « très » végétarienne » ,en ce sens que mes préférences vont aux
    fruits et aux légumes ;eh bien il faut avouer que ces derniers ne me le rendent pas toujours :
    Les fibres ,c’est épatant ,ça draine les toxines etc mais c’est un sacré boulot pour les intes-
    tins ,cela ne m’étonne pas que le cerveau des carnivores se soit développé tandis que les
    intestins raccourcissaient ;n’est-ce pas cette paix des entrailles liée à une énergie disponible
    qui motive ,aussi ,la consommation de protéines carnées ?…
    Décidément il n’y a que la variété et le sens de la mesure qui nous tiennent en santé et
    vigilants plutôt que réactifs et extrémistes ,le cortex est fait pour ça ,ouvert et OMNIvore ,ada ptables quoi .
    Par exemple pourrait-« on » réfléchir davantage à la vindicte contre les chasseurs ,qui au
    moins rapportent de la viande (à peu près) saine , et à la discrétion médiatique concernant l’élevage
    industriel ?Le phénomène du bouc émissaire fonctionne toujours et la bonne conscience ado
    re s’acharner sur l’arbre qui cache la forêt de ses petits arrangements.

    1. Jill

      tu es très végétarienne? eh ben tu fais bien de le signaler parce que franchement c’est pas évident. Tu devrais faire un travail intérieur parce que visiblement tu es en conflit entre tes actes et tes paroles…

      Les chasseurs qui nous ramènent de la viande saine? une végétarienne qui ne soucie pas du sort de l’animal. On aura tout vu

      1. Sabine

        On peut être végétarien pour d’autres raisons que la souffrance animal O_o Personnellement je suis en transition et le fait de tuer un animal et le manger ne me dérange absolument pas. Je le fais pour d’autres raisons…

  33. Philippe

    Bonjour Jeremy

    Avez vous lu « la cuisine paléolthique » de Joseph Delteil ?

  34. El morgui

    « L’Homme est-il vraiment omnivore? À vous d’en juger ;-)  »
    Publié le 5 Juillet 2013

    La grande majorité des gens a été éduquée et enseignée pour croire que nous sommes omnivores. Pourtant, l’anatomie humaine montre que nous n’avons pas été physiologiquement prévus pour manger de la chair d’animaux, ni même de poisson.

    En particulier, il faut remarquer que :
    – L’Homme a exactement les mêmes caractéristiques anatomiques et physiologiques que les herbivores et non celles des omnivores ou des carnivores.
    – Nos canines ont la même taille que les autres dents : c’est le cas des herbivores.
    – De plus, contrairement aux omnivores et carnivores, l’Homme doit cuire la viande et inventer des recettes pour la rendre plus digeste et anonyme – et la vue d’un cadavre dégoûte les gens normaux plutôt que de les faire saliver.
    – Les enfants en bas âge détestent généralement la viande. Il faut les forcer ou les formater (pour devenir grand et fort comme papa…..ou le chef comme maman !).

    Voici les résultats d’une étude scientifique comparative sur 16 points, entre Carnivores / Omnivores / Herbivores et Humains, qui donne à réfléchir (par mutien.com):

    CAPACITÉ DE L’ESTOMAC :
    Carnivore : 60-70% du volume total de l’appareil digestif.
    Omnivore : 60-70% du volume total de l’appareil digestif.
    Herbivore : Moins de 30% du volume total de l’appareil digestif.
    Humain : 21 à 27% du volume total de l’appareil digestif.

    ACIDITE DE L’ESTOMAC :
    Carnivore : pH inférieur ou égal à 1.
    Omnivore : pH inférieur ou égal à 1.
    Herbivore : pH variant entre 4 et 5.
    Humain : pH variant entre 4 et 5.

    SALIVE :
    Carnivore : Acide, Glandes salivaire peu développées, Pas de ptyaline.
    Omnivore : Acide, Glandes salivaire peu développées, Pas de ptyaline.
    Herbivore : Alcaline, Beaucoup de ptyaline, Glandes salivaires développées.
    Humain : Alcaline, Beaucoup de ptyaline, Glandes salivaires développées

    CANINES :
    Carnivore : Très longues, fortes, grosses.
    Omnivore : Très longues, fortes, grosses.
    Herbivore : Taille réduite ou inexistantes.
    Humain : Taille réduite.

    FOIE :
    Carnivore : Désintègre très bien l’acide urique et la vitamine A.
    Omnivore : Désintègre très bien l’acide urique et la vitamine A.
    Herbivore : Désintègre uniquement l’acide urique produit par le corps et mal la vitamine A.
    Humain : Désintègre uniquement l’acide urique produit par le corps et mal la vitamine A.

    PEAU :
    Carnivore : Pas de pores. Refroidissement par halètement.
    Omnivore : Pas de pores. Refroidissement par halètement.
    Herbivore : Beaucoup de pores. Transpiration par la peau.
    Humain : Beaucoup de pores. Transpiration par la peau.

    INTESTIN GRELE :
    Carnivore : 3 à 6 fois la longueur du corps.
    Omnivore : 4 à 6 fois la longueur du corps.
    Herbivore : 10 à 12 fois la longueur du corps.
    Humain : 10 à 11 fois la longueur du corps.

    ONGLES :
    Carnivore : Griffes (fortes, dures).
    Omnivore : Griffes (fortes, dures).
    Herbivore : Ongles mous (ou sabot).
    Humain : Ongles mous.

    MÂCHOIRE :
    Carnivore : Mobile verticalement (pour déchirer, lacérer).
    Omnivore : Mobile verticalement (pour déchirer, lacérer).
    Herbivore : Mobile verticalement et latéralement (pour mastiquer, broyer).
    Humain : Mobile verticalement et latéralement (pour mastiquer, broyer).

    MUSCLES MACHOIRE :
    Carnivore : Muscle temporal.
    Omnivore : Muscle temporal.
    Herbivore : Muscle masséter.
    Humain : Muscle masséter.

    URINE :
    Carnivore : Acide.
    Omnivore : Acide.
    Herbivore : Alcaline.
    Humain : Alcaline.

    VITAMINE C :
    Carnivore : Capable de synthétiser avec son organisme.
    Omnivore : Capable de synthétiser avec son organisme.
    Herbivore : Nécessite un apport quotidien par la nourriture.
    Humain : Nécessite un apport quotidien par la nourriture.

    URASE :
    Carnivore : Présence d’urase (décompose l’acide urique de la viande).
    Carnivore : Présence d’urase (décompose l’acide urique de la viande).
    Herbivore : Pas d’urase.
    Humain : Pas d’urase (décompose mal l’acide urique toxique).

    COLON :
    Carnivore : Court, simple et lisse .
    Omnivore : Court, simple et lisse.
    Herbivore : Long, complexe avec villosités.
    Humain : Long, complexe avec villosités.

    MUSCLES DU VISAGE ET DE LA BOUCHE :
    Carnivore : Réduit pour une grande ouverture de la bouche.
    Omnivore : Réduit pour une grande ouverture de la bouche.
    Herbivore : Bien développé. Petite ouverture de la bouche.
    Humain : Bien développé. Petite ouverture de la bouche.

    REINS :
    Carnivore : Urine très concentrée.
    Omnivore : Urine très concentrée.
    Herbivore : Urine modérément concentrée.
    Humain : Urine modérément concentrée.

    Vous avez bien vu les points communs entre les Herbivores et l’Humain ?

    TOUS les scientifiques ayant étudié le sujet sont d’accord: L’Humain n’est pas un omnivore comme l’école nous l’a appris mais un strict végétarien !

    Nous fonctionnons donc tels des moteurs que l’on alimenterait avec un carburant mal adapté – ce qui entraine inéluctablement : encrassement, perte de puissance et de longévité.

    Voici en aparté une information qui donne à réfléchir : Entre les deux guerres (14/18 et 39/45) les boucheries ont ouvert leurs portes dans les villages. Les archives rapportent que dès ce moment, la clientèle des médecins a doublé en fréquentation.

    « Nous sommes les cousins de la vache, pas ceux du loup » article rédigé par Alexandre Imbert
    Source: http://www.alternativesante.fr/nous-sommes-les-cousins-de-la-vache-pas-ceux-du-loup/ « 

  35. Sylvain

    Le problème c’est que l’être humain est un omnivore à part, il suffit de choisir les critères que l’on veut, et le voici bien plus carnivore :

    http://clairetlipide.files.wordpress.com/2010/11/hommouton2.png (je n’approuve pas tout, c’est juste que ce type d’approche est hyper biaisé, l’avantage de ce tableau est qu’il ne préjuge pas des résultats en créant une colonne omnivore ou carnivore ad hoc, juste des animaux, mais la portée de la conclusion est faible)

    Après, les canines de certains singes sont énormes, sont-ils carnivores pour autant ? Certainement pas (critère non valide pour moi). Frugivore par contre, me semble plus juste. Il y a aussi des singes chasseurs. Mais autant que de poissons volants. L’homme…par contre, n’est pas resté en Afrique au pied des arbres, cela suggère que parmi les primates nous nous soyons distingués.

    Après, que chacun fasse son profil alimentaire, parce que je trouve que nous ne sommes pas constitués pareil. La viande a un effet rassasiant chez moi que je ne retrouve pas ailleurs, et qui me permet de rester en régime basse-calories, et c’est surtout ça qui compte.

    Sinon on peut aussi passer son temps à villipender le comportement alimentaire des autres (en les prenant pour des arriérés ou des beaufs). Mais créer tant de négativité est néfaste.

    1. Jill

      ça t’arrive de te relire :

      « La viande a un effet rassasiant chez moi que je ne retrouve pas ailleurs, et qui me permet de rester en régime basse-calories, et c’est surtout ça qui compte. » (c’est surtout ça qui compte? pincez-moi je rêve. les animaux maltraités et massacrés, c’est secondaire. l’important c’est ton régime basse-calories)

      Sinon on peut aussi passer son temps à villipender le comportement alimentaire des autres (en les prenant pour des arriérés ou des beaufs). Mais créer tant de négativité est néfaste.

      Là on se croirait dans un sketch. Monsieur trouve que vilipender (joli mot) autrui est négatif et néfaste, par contre manger des êtres vivants entassés, maltraités et massacrés, ça c’est pas négatif du tout…..

      Hallucinant

      1. Sylvain

        ;)

  36. Jérémy (Auteur de l'article)

    @ El Morgui:

    La réponse de Sylvain pourra t’apporter de quoi nuancer tes propos. Ces arguments sont le fer-de-lance de tous les blogs végétaliens ou végétariens.

    Est-il si simple de comparer l’Homme avec tous les carnivores, tous les omnivores et tous les herbivores de la planète ?

    C’est réellement intéressant d’observer que la plupart des végétariens ou des végétaliens pensent être agressés à travers mes articles, quand même je prône une alimentation riche en végétaux, avec des fruits, des légumes, des racines, des tubercules, et de la viande occasionnellement mais de bonne qualité.

    A tous les coups, l’argument de l’anatomie refait surface sans vouloir tenir compte de l’évolution sociale de l’espèce humaine, de ces incroyables capacités d’adaptations et des nombreux régimes alimentaires dans les différentes peuplades de la planète.

    D’ailleurs, j’ai pu voir sur ton blog que tu veux trouver un moyen de nourrir tes chats avec une alimentation végétalienne. Je t’ai envoyé un message à ce propos car je trouve l’idée réellement étrange, voir dangereuse. A la limite (même si on est en dehors du sujet sur l’Homme), je peux comprendre une alimentation végétarienne pour un chien car cela pourrait être possible sans entraîner la mort. Mais pour un chat… Là je ne suis plus.

    Je comprends ton combat contre les élevages industriels, les abattoirs qui ne plaisent pas du tout, mais de-là à vouloir ignorer des faits aussi important que l’alimentation pour des convictions et des idées… Attention…

    1. lea

      Je suis pour ceux qui pensent que l’Homme est herbivore (végétarien), néanmoins, l’idée de l’limentation végéta*ienne du chien ou du chat est du grand n’importe quoi, les chats et les chiens sont eux, des carnivores.

  37. Anthony

    Sinon, ce que les gens peuvent faire, c’est lire ‘le rapport Campbell ».

    Un livre récapitulant les concluions de la plus grande étude jamais menée sur les liens entre alimentation et santé par un très grand chercheur américain (ayant participé à la découverte de la dioxine notamment), un chercheur qui plus est carnivore initialement.

    Un livre facile à lire et qui vous permettra d’arrêter de mesure la longueur des intestins…

    Mais il n’y a pas plus sourd que quelqu’un qui ne veut pas entendre.

  38. Olivier Ramirez

    Oh my god, please, kill me.

    J’en peux plus de ces végétariens ou végétaliens crédules qui nous bassinent tout le temps avec le rapport de Campbell. C’est de la merde désolé de le dire et je me répète, 367 variables, 8000 corrélations et 0 causalité.
    C’est l’épidémiologie dans tout ce qu’elle a de plus mauvais, avec en plus un gros biais, ENORME biais de confirmation de la part de Campbell, qui en plus se complait dans l’auto-satisfaction en essayant de montrer qu’il est un grand chercheur, qui se jette des fleurs etc. Ce qui assure un bon argument d’autorité pour tous les gens qui ne voient que par ça.

    Il est parti en se disant, je vais montrer que les produits animaux sont des vecteurs de maladies et il a essayé d’arriver à cette conclusion en contredisant ses données, en tirant des conclusions et des causalités ou il n’y avait rien de significatif, en niant les problèmes liés aux différentes régions, ensoleillement, personnes ayant été contaminées par le schistosomiasis si mes souvenirs de ce que j’ai lu sont bons.

    Mon ordinateur étant en réparation je ne peux t’envoyer toutes les critiques sur le rapport de Campbell, mais dès que je le récupère, ce sera chose faite. Campbell complètement détruit, décrédibilisé, ridiculisé, au fond du trou le nez dans son caca.

    1. Sylvain

      Y en a une à proximité traduite avec les pieds ( :o ) en fr je crois.
      A ma connaissance, en plus de Minger y a Eades/Ned Koch et Masterjohn.
      Après j’ai pas tout suivi, si tu enrichis le fichier, tant mieux.

    2. Anthony

      Ton commentaire est autant extrême que le mien.

      Donc je ne suis ni végé ni vegan ni ce que tu veux.

      Beaucoup de corrélations et pas de causalité et des expériences sur les rats à vérifier sur les humains : c’est bien de répéter ce qu’il dit lui-même dans son livre.

      « Il est parti en se disant, je vais montrer que les produits animaux sont des vecteurs de maladies et il a essayé d’arriver à cette conclusion »

      –> Procès d’intention inutile, tu n’en sais rien.

      « Campbell complètement détruit, décrédibilisé, ridiculisé, au fond du trou le nez dans son caca »

      –> Tu devrais chercher à comprendre d’où te viens ta haine des gens affirmant des choses différentes que toi. C’est pas très sain tout ça.

      Heureusement que des scientifiques sérieux ont critiqués ce rapport et échangés avec le professeur Campbell, avec respect bien sûr, car bien que des corrélations soient établis de manière trop simpliste et que la réalité soit peut-être différente sur différents points, ce monsieur Campbell aura fait avancer les choses sur la question, bien plus que toi et tes commentaires bloggistique.

      En tout cas, le régime alimentaire qu’il préconise est loin d’être un pousse au crime, comme par exemple le régime Ducon.

      Alors mange un steack et calme tes nerfs petit scientifique de ton état.

      PS: Pour la critique de Minger, qui peut elle-même être critiquée, vous avez ceci:
      http://clairetlipide.wordpress.com/traductions/critique-du-rapport-campbell-par-denise-minger/

      Analyser une critique implique de laisser ses émotions de côté. Si le but est de référencer les critiques, et se dire que plus elles sont nombreuses et mieux c’est…

      Le mieux est de les analyser, les comprendre, mais à l’heure qu’il est LA vérité n’existe pas.

      1. Jill

        tu penses qu’il peut calmer ses nerfs en mangeant un steak soit un animal sans doute battu pour avancer et se faire massacrer pour finir dans les assiettes d’abrutis dans ton genre?

        Carnivore de la première heure? tout simplement! comme on dirait cycliste de la première heure.
        Je mange de la souffrance animale et j’en suis tout fière. C’est pas beau ça?

        Bonne récolte à toi aussi

    3. Jill

      Monsieur n’en peut plus des végétariens et des végétaliens! et les criminels, les violeurs, les tortionnaires, non?

      Dans tous les arguments des je pète plus haut que mon cul et j’ai un mental à la place du coeur, pas un mot sur la souffrance animale, sur le fait de tuer froidement des êtres vivants en 2013 dans des sociétés soi disant évoluées.

      Vous n’êtes rien, juste des cerveaux qui fonctionnent bien mais niveau âme, coeur et conscience, zéro de chez zéro.

      Allez donc regarder en face comment sont tués les animaux et après si vous continuez à les manger, venez nous expliquer comment vous faites et argumentez sur votre sadisme ou votre indifférence. Le reste n’a strictement aucun intérêt.

  39. Olivier Ramirez

    Tu dis que je n’en sais rien mais Campbell a voué sa vie à montrer qu’un régime alimentaire à base de plantes=santé et à montrer l’implication des produits animaux dans les mécanismes augmentant la taille des tumeurs etc. Implicitement c’est ce qu’il a fait et explicitement dans ses études sur la caséine.

    « I first inquired whether a collection of variables in the China survey (ranging from univariate correlations to more sophisticated analyses) could consistently and internally support each of these biologically plausible models and, second, I determined whether the findings for each of these models were consistent with the overarching hypothesis that a whole food, plant-based diet promotes health. »

    « “Even small increases in the consumption of animal-based foods was associated with increased disease risk,” Campbell told a symposium at the epidemiology congress, pointing to several statistically significant correlations from the China studies. »

    « The principal hypothesis of this study was that the greater the dietary proportion of a variety of good-quality plant-based foods, the lower the rate of chronic degenerative diseases. »

    Campbell a cherché à confirmé ses biais et il évidemment il a réussi.

    Je n’ai pas de haine des gens affirmant d’autres choses que moi comme tu le dis. Je suis simplement fatigué de lire toujours les mêmes inepties sur le rapport de Campbell.

    Tu penses qu’il a fait avancer les choses, ok son travail n’est pas inutile pour émettre des hypothèses, malheureusement il n’aide pas forcément à soutenir les siennes.

    Mon propre but est de comprendre les choses en restant objectif et sans être campé sur mes positions, tout en étant assez flexible. Et au moins de présenter à certains lecteurs de ce blog un avis différent du tien sur « la plus grande étude jamais menée sur les liens entre alimentation et santé par un très grand chercheur américain ».

    Sa critique peut être critiquée bien entendu mais Campbell s’est lui même fait retourné en essayant.

    Le but n’est pas de référencer les critiques mais bien de voir les nouvelles informations qu’elles apportent pour en faire un tableau plus complet. Et probablement contrairement à toi j’ai lu toutes ces critiques.

    http://rawfoodsos.com/2010/07/16/the-china-study-my-response-to-campbell/
    http://rawfoodsos.com/2010/07/07/the-china-study-fact-or-fallac/
    http://rawfoodsos.com/2010/08/03/the-china-study-a-formal-analysis-and-response/
    http://www.cholesterol-and-health.com/China-Study.html
    http://www.cholesterol-and-health.com/Campbell-Masterjohn.html
    http://www.beyondveg.com/billings-t/comp-anat/comp-anat-8e.shtml
    http://anthonycolpo.com/the-china-study-more-vegan-nonsense/
    http://www.proteinpower.com/drmike/cancer/the-china-study-vs-the-china-study/

  40. Olivier Ramirez

    Il y a celle de Ned Koch comme disait Sylvain et toutes celles de Minger qui a pris poissons, oeufs, viandes, laitages, individuellement pour pousser plus loin et précisément la critique.

  41. Anthony

    Le livre reprend ses recherches sur une bonne partie de sa vie de chercheurs, donc le fait qu’il soit arrivé à la conclusion, même précocement, que la consommation de viande était néfaste, ça personne n’en doute.
    Quant aux phrases que tu annonces, elles ne valident pas le fait qu’il était pro-végé avant d’être chercheur et que il a passé ses recherches à montrer que le végé était meilleur pour la santé.
    Quand il a participer à la découverte de la dioxine, c’était dans un but de promotion pro-végé?
    Il a atteint la conviction qu’être végé était meilleur pour la santé, ce qui lui a sans doute fait manquer d’objectivité sur certaines de ces conclusions.
    Mais après tout on s’en fout un peu.

    Parce que tu enchaînes en nous mettant des liens du style « beyondveg » et « proteinpower ». Ces gens là n’ont eux pas de convictions précocement établies avant de lire un livre ?
    Et oui, parce que eux ne font que lire, d’où le fait que je respecte bien plus le travaille d’un chercheur, et notamment celui de M. Campbell ou bien d’autre encore.

    J’aime par contre l’approche de Minger qui m’a l’air authentique et vrai.

    Du coup, après avoir lu les critiques rapidement, je vais m’y plonger plus ardemment et reviendrai peut-être sur mes conclusions.

    Tu ferai mieux d’en faire autant, parce que quand tu dis que tu as tout lu et tout compris et que tu sors :
    « …personnes ayant été contaminées par le schistosomiasis si mes souvenirs de ce que j’ai lu sont bons. »
    Il vaudrait mieux avoir une approche scientifique plus précise qu’une conviction basée sur de vagues souvenirs.

    Mais puisque ru aimes faire ça dans un sens, faisons le dans un atre.

    Dans les liens que tu site, on retrouve rawfoodsos. Pas besoin de traduire. Ce site est le site de Denise Minger. Voyons ce qu’elle dit :

  42. Anthony

    Désolé, le message s’arrête à « vagues souvenirs ».

    Comme dit plus haut, Denise Minger m’a l’air d’être d’une approche scientifique saine sans trop de préjugés, même si le fait qu’elle soit tombée malade avec un certain régime l’amène à la conviction que ce régime est mauvais pour tout le monde.

  43. Olivier Ramirez

    Il y a viande et viande,

    Je n’ai pas dit qu’il était pro-végé avant d’être chercheur mais pour le reste je persiste, il semble qu’il était déjà végétalien avant son étude en chine.

    Si tu juges toi même les articles que je t’envoies uniquement sur le nom du site c’est pas très sérieux et après tu me reproches de manquer de précision dans mon approche scientifique, ma conviction n’est pas basée sur de vagues souvenirs, seul ce que j’ai écrit était basé sur ces souvenirs. Faudrait voir à ne pas transformer tout. Et ça s’avère être juste, alors bon… En plus j’ai précisé que je n’avais pas mon ordi, même si j’ai retrouvé facilement les articles.

    Schistosomiasis n’est pas un terme que j’emploie tous les jours alors je pense qu’au milieu des centaines de pathologies existantes si j’hésite un peu ce n’est pas dramatique. Sans parler de la longueur et de la complexité des articles, c’est un travail colossal. Tout comme, on peut le reconnaître volontiers, le travail de récolte de données de Campbell, après pour le traitement des données, c’est une autre histoire.

    Je pense qu’à la lecture des articles, tu changeras rapidement d’avis

    1. Jill

      Il y a viande et viande et il y a crétins et crétins.

      La viande provenant d’animaux à peu près traités correctement mais en final tués pour être bouffés et la viande provenant d’animaux entassés et maltraités avant d’être massacrés.

      Les crétins qui ne pensent à rien et ne ressentent rien et les crétins qui carburent du mental en étant coupé de tout le reste de leur corps.

      Les carences en produits laitiers? je me marre…les asiatiques n’en consomment pas et n’ont pas d’ostéoporose contrairement à « nous » qui en consommons des tonnes. Par contre le lobby des produits laitiers et celui de la viande, ça c’est la réalité, espèce de bachibouzouk.

      1. Olivier Ramirez

        Je parlais de Vitamine B12 en parlant de produits laitiers, mais vu que c’est toi le ******* dans l’histoire tu ne peux pas t’en rendre compte. PS : Je n’insulte pas les gens habituellement mais je me mets à ton niveau parce que ça m’énerve profondément en attendant que tu sois viré de ce site.

  44. lionel

    Heu…pour moi ce sera un double cheese avec une grande frites et un jus d’orange svp !

    1. Jill

      va voir ce qui se passe dans les abattoirs et ensuite si tu parviens à manger ton double cheese et à bien le digérer , tu pourras te féliciter d’être au rang de la bête.

  45. Yokan
  46. LGW

    Comme toute personne ayant des convictions sur le sujet qui se respecte, je viens mettre mon p’tit grain de sel (à vrai dire plutôt mon point de vue).

    Déjà, j’ai choisis un mode d’alimentation végétale, et un presque (par insuffisance financière) mode de vie végan. Et je voudrai soulever quelques choses qui me paraissent intéressantes de souligner.
    -A quoi s’apparente le mouvement VG aujourd’hui?
    -Quelle est la réelle nature de l’homme?
    -Quelle est notre véritable supériorité et en quel nom devrions nous en jouir?
    -Que cela implique t-il?

    Il me semble que dans les 3 facteurs que tu énonces, tu oublis peut-être la « cohérence ».
    Par cohérence, je n’entends pas une guerre acharnée entre VG et omni, de la sorte que qu’il n’y a pas lieu d’y avoir de guerre, mais au contraire un équilibre. L’aspect de système évolutif. Ce que je veux dire est assez complexe, je ne le nie pas. Et je ne remet pas en question le fait que l’homme a une aptitude a se nourrir de ce dont il est capable de se nourrir. Ca, c’est prouvé, l’homme, grâce à son intellect, s’adapte et s’intègre à son environnement par son alimentation, c’est ce qu’il fait en grande partie sa force. Justement. Notons aussi, que ce qui diffère l’Homme de l’Animal est sa conscience du futur, d’où la création de l’agriculture (ou le contraire, est-ce la poule qu’a pondu l’oeuf? A t-il vu qu’en semant une graine, il aurait de la nourriture pour demain, et ainsi se concentrer sur d’autre occupations?).
    En effet, sa nécessité de vivre, ses envies, vont au delà du rassasiement primitif.
    Voilà ce qui est a l’origine de l’évolution, c’est un fait.
    Donc, nous pouvons, et nous devons nous baser sur le passé pour comprendre le présent, et concevoir notre futur. Ne réfléchissons pas en tant qu’unité, ne réfléchissons pas en tant que masse, réfléchissons en tant qu’unité faisans partie de masse.
    Alors, quels sont les problèmes actuels? D’où proviennent-il? Comment y mettre termes?
    La mondialisation. La mondialisation n’est pas un mal dans son idée mais dans la façon dont elle a été conçue. C’est le point noir du 21° siècle, on est d’accord?
    Breffons, prenons pour exemple la faim dans le monde (Bouh, argument facile, vu et revu, etc, je sais.). Et ce qu’on sait tous, c’est qu’on utilise des réserves alimentaires telle que l’eau ou les céréales, pour nourrir le bétail victime d’un holocauste (Allez-y dites moi le contraire), alors qu’on aurais pu amplement utilisé ces denrées pour nourrir directement tout le monde. Je m’attarderai pas là dessus, ce sont des données acquises, et d’après ce que j’ai lu, on est tous d’accord pour dire que la surconsommation de viande est néfaste pour les humains, les animaux, la planète et tout ce qui va avec.
    Alors pourquoi manger de la viande? Et pourquoi ne pas en manger?

    L’idée défendue pour la plupart des omnivores est, globalement, de respecter la nature même de l’homme en incluant la viande dans leurs régime au vu d’un propre respect de son identité: Homme, de par sa supériorité: possibilité d’avoir une emprise sur l’être vulnérable, et de ses droits: se nourrir.
    L’idée défendue pour la plupart des végétariens est, selon moi, de respecter la nature d’un être vivant en excluant la viande de leurs régime au vu d’un respect de son identité de base: Animal, sa supériorité: connaissance de l’écosystème, et de ses devoirs: préserver celui-ci.

    Puisqu’aujourd’hui, nous savons qu’un régime végétale, tout comme un régime omnivore, tant qu’ils sont équilibrés et bien construits ont leurs preuves dans le domaine de la santé, (hormis ce fameux vitamine B12, quoique ayant fait des recherches sur le sujets j’ai avant tout pu constater sont apparition dans les algues ou les jus de fruits..), on se doute bien que la réelle question n’est pas là. Même si elle occupe une belle et grande place. En faîte, à la rigueure, les végétariens sont plus souvent en meilleurs santé pour la simple raison qu’il y a derrière une connaissance des besoins alimentaire que l’individu omnivore lambda-macdo-picard n’a pas.

    Alors pourquoi? Pour ma part, et il est possible que je me trompe, comme tout le monde rappelons le, le mouvement Veganisme est comparable au mouvement Humaniste.
    Oui, je le pense. Et je le pense vraiment. Je revendique les droits d’un être vivant, non au détriment des êtres humains, au contraire, mais au détriment de la surproductivité de haine.
    Appelez-moi bobo, appelez moi utopiste, derrière vos arguments de « nature de l’homme », « bien et mal coexistant ». Pour l’instant, tant que des animaux ne verrons jamais la lumière du jours, ou que le dieu Homme se permettra de programmé la mort d’autrui, il y aura des végétariens. Tant qu’il y aura plus de sang que la terre ne peut absorbée, il y aura les troller végans, les bouffeurs de salades et amis des vaches. Ca ne peut pas continuer comme ça. Et même si il y a des omnivores qui mangent une quantité limitée de viande, qui diminue leurs consommation, ce qui est bien, il y aura quand même la majorité d’omnivore qui mangeront jusqu’à 10 produits d’origine animales par jours, et dans ce sens, les végétariens seront là pour amortir de l’autre côté. Heureusement qu’on est là bordel. Quand bien même on nous montreras du doigt, notre espérance de vie est plus longue, notre mode de vie a des conséquence bénéfiques a long terme, on est là. Qu’on le veuille ou non. Le changement est à faire et rapidement.
    Si je n’ai pas le prétention de changer le monde, soit, c’est tout à fait vrai, est-ce que vous, en tant qu’omnivore, vous l’avez? Quels sont pour vous les objectifs de l’évolution humaine? La paix? Très bien, on est en trains d’éradiquer, petit à petit mais ça progresse, le racisme, sexisme et autre discrimination de notre nation. Comment peut-on y prétendre si on prône un mode de vie spécisme?
    Soit, mangeons de la viande, si c’est dans nos cordes. Mais alors tuons là nous même. Un chasseur du dimanche est largement plus respectable qu’un bouffeur de macdo.
    Je ne me sens pas capable de tuer un animal. Alors je n’en mange pas.
    Etes vous, omnivores, capable de tuer un animal, parce que vous voulez le manger? Sans chercher la provocation, honnêtement? Le feriez vous autant de fois que vous en mangez tout les jours/semaines/mois ?

    Alors, si nous avons été capable de dresser une société supérieure par notre intelligence, notre réflexion, notre sensibilité, notre morale, pourquoi stagner en accusant l’instinct? Certes il y a de l’intelligence dans la conception d’outil de chasse, mais il n’y a pas de réflexion, de sensibilité et encore moins de morale à la faire perduré, surtout de cette façon là.

    Il est encore une fois fortement possible que je me trompe, mais dans ce cas, j’aimerai juste qu’on réponde à ma question, en comprenant tout les facteurs, et notamment celui de la cohérence, qui est : Pourquoi manger de la viande?

    J’ai surement survoler le sujet, mais ce n’est pas de l’ignorance, c’est tout simplement que ça me paraît tellement évident qu’il ne m’a pas parut nécessaire de tout noter. Je ne comprends sincèrement pas, mais alors vraiment, j’ai pourtant vécu les 15 premières années de ma vie comme n’importe quel individu, je ne comprends pas que quelqu’un qui sait ce qu’il se passe dans un abattoir, qui sait ce qu’est un animal, qui a conscience de ce que cela représente sur l’avenir de notre planète et par conséquent de notre propre nation, je ne comprends pas quels sont les critères, autres que le goût, qui aujourd’hui, en 2013, qui donne le droit à quelqu’un de consommer un être vivant.

    1. Guigou

      Oui, j’ai tué des animaux pour les manger. Sans les faire souffrir plus que de raison pour mon bon plaisir (la mort est une souffrance, on s’entend, mais je ne suis pas allé foutre des coups de bote à l’animal agonisant pour qu’il y passe plus vite).
      Mais il faut noter que pour manger mon steack, je n’ai pas besoin de tuer une vache chaque jour.
      Je connais des gens qui élèvent des vaches, les font abattre puis préparées par un boucher et ont ensuite 1 an de viande pour 4 personnes.
      Alors oui, ils tuent toujours, mais de façon « raisonnable », ont une viande de qualité et prennent moins de risques avec leur santé que s’ils mangeaient du McDo.

  47. Jill

    Grâce à olivier Ramirez, j’ai réalisé à quel point le titre de l’article ne voulait strictement rien dire.

    On peut décliner ce titre à toutes les sauces et aller chercher des « preuves » dans les ouvrages d’histoire. L’histoire est elle totalement objective? quand on pense que certains nient des faits vécus par des gens encore vivants et que l’humain arrange les faits ou les déforment, vouloir prouver que l’homme n’a jamais été végétarien et le dire de façon aussi péremptoire est ridicule et prétentieux.

    Quand bien même, qu’est qu’on en a à fiche? nous sommes en 2013! l’homme est censé être supérieur et posséder des capacités d’évolution alors continuer à entasser, maltraiter et massacrer les animaux pour les manger ou par plaisir sadique dans les deux premiers cas, c’est un signe de non évolution et de manque totale de conscience. Quand on veut se croire supérieur, on ne s’abaisse pas aux rangs d’êtres que l’on juge inférieurs en les ingurgitant!!!!

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Bon. Tes commentaires Jill seront dorénavant soumis à modération. Si tu n’es pas capable d’échanger des arguments sur ce blog, je te conseille vraiment d’aller voir ailleurs.

      1. Jill

        Cher Jérémy et cher Olivier

        tu aurais fait un excellent collaborateur pendant la guerre et Olivier Ramirez aurait pu être à ton service. A vous deux, vous auriez fait des merveilles.
        Je me fous des arguments en faveur du fait que manger des animaux seraient bons pour l’humain à notre époque. Comme je l’ai déjà dit, mais vous ne lisez que ce qui vous arrange, allez donc voir les abattoirs ou mieux encore tuez les animaux que vous mangez vous-même! et après vous viendrez débattre. Le courage consiste à être en accord avec ses idées et à les mettre en pratique. Tout le reste n’est que de la masturbation intellectuelle ce que vous faites très bien faute sans doute d’être plus épanouis à un autre niveau.

        Vous ne devez pas non plus lire ce que j’écris correctement parce que tout est accordé au féminin et Jill est un prénom féminin. Et là je dois bien constaté que oui à un certain niveau de connerie l’homme est supérieur à la femme.

        Mes messages seront passés en modération. J’aime cette formule qui consiste en fait à rejeter tout ce qui dérange. La lâcheté est aussi une caractéristique humaine bien répandue.

        Be seeing you ……

        1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

          Chère Jill,

          Que de commentaires chaotiques, tu as une telle frustration et un besoin d’extérioriser c’est incroyable.

          D’une part, c’est bien beau de venir critiquer les « mangeurs de viande » qui participent activement à la détention malsaine des animaux d’élevages. Mais fais-tu des actions concrètes pour le bien-être des animaux ? Peut-être que tu es une adhérente de l’association L214 ? Tu manifestes ? TU infiltres des abattoirs ? Tu fais de la sensibilisation autour de toi ? En fait, fais-tu seulement quelque chose de positif et de constructif pour défendre ta cause ? Eclaires moi veux-tu !

          D’autre part, tu critiques sans savoir. Tu me parles de courage, mais que sais-tu de nos vie ? Loin de moi l’idée d’être comme tout le monde, mais j’ai personnellement la chance de pouvoir chasser mon gibier (j’y vais ce week-end d’ailleurs!) et pêcher mon poisson, et planter mes légumes ! Tout le monde n’a pas la possibilité de faire tout cela, mais il existe des filières animales extensives incroyablement respectueuses du bien-être animal (au moins au niveau de l’élevage, car l’abattage est toujours quelque chose de différent et compliqué).

          Après, moi je suis d’accord avec toi et Paul Mc Cartney, si les abattoirs avaient des murs en verre beaucoup de personnes deviendraient végétariennes ou bien se poseraient de sérieuses questions. Mon objectif ici n’est pas de faire changer les gens (comprendre réduire sa consommation de viande et augmenter la qualité) avec le seul argument de la condition de vie des animaux quand même la situation est scandaleuse. Mon objectif est de faire comprendre un système qui fonctionne mal. On produit trop de viande, les animaux en pâtissent, on mange trop de viande, les humains en pâtissent.

          Remettre en cause un système, avant même de le critiquer, c’est proposer des alternatives ! Jamais, je dis bien jamais tu ne fera changer son mode de vie à un pur carnivore en lui assénant à longueur de journée que son poulet a été maltraité ! (ou bien c’est si rare). Je te propose de revoir ta stratégie de communication afin de réellement aider à faire passer ton message. Ce combat est réellement important, personne n’en doute !

          Pour terminer, sachant qu’en moyenne 40% des végétariens le sont devenu pour des raisons de santé et non de bien-être animal, il convient aussi de penser à eux car même si à la base ils ne pensaient au petit poulet broyé dès la naissance et aux cochons gavés, ils auront un impact positif sur eux. Médites là dessus.

          PS: fille, garçon, franchement on s’en fou !

        2. Olivier Ramirez

          Et bien ma chère Jill, j’avais envisagé que ce nom puisse être féminin mais je te propose de te sortir les doigts des yeux pour te relire et me dire où c’est accordé au féminin?

    2. Olivier Ramirez

      Le problème Jill c’est que en voulant arranger l’histoire à ta sauce c’est toi le crétin, tu montres en croyant aux conneries de Go vegan à quel point de travail de recherche est minable et tu restes totalement hors sujet sur cet article.

  48. Fabie66

    A propos des carences, végétarienne depuis 5-6 ans, aucune carence.
    Au départ, je quand même
    Quand j’ai demandé à mon médecin si je ne risquais pas des carences en protéines (ce que tout le monde me dis), celui-ci a répliqué : et la vache (ou le taureau, symbole de la force, du muscle etc) , elle les trouve où ses protéines ?
    ok, je ne suis pas vache (au sens propre, lol), mais jamais de carences depuis 2007-2008, malgré bcp de sport etc…

  49. Olivier Ramirez

    Désolé, mais si votre médecin a vraiment donné cet exemple alors c’est un crétin qui doit connaitre au moins autant de choses en nutrition que cette vache dont il parle.

    J’en ai déjà parlé en répondant à quelqu’un d’autre qui nous comparait à une vache, la vache est capable de digérer la cellulose et l’hémicellulose et d’en faire son principal substrat énergétique, ça implique aussi la synthèse d’acides aminés nécessaires éventuellement au maintien de sa masse musculaire à partir d’azote formé par la digestion de l’urée par certaines bactéries présentent dans le rumen.

    La vache rumine, utilise une fermentation pré-gastrique, etc…. Alors très franchement on est tellement loin de l’homme au niveau de ses fonctions digestives que la comparaison n’a aucun intérêt et montre un profond manque de connaissances. (Je vous rappelle que l’alimentation humaine est une goute d’eau dans le cursus du médecin, l’alimentation animale qui est déjà une goutte d’eau chez le vétérinaire, j’aime autant vous dire que votre médecin a peu de chances d’avoir les armes pour vous donner des conseils à moins qu’il ai fait une spécialisation ou un travail personnel de recherche).

  50. Rincepoele

    j aime à constater la défense farouche du bien être animal des végétariens et autres vegans, mais à aucun moment ils ne cherchent à réfléchir différemment. Certes il faut condamner la façon dont sont élevés certains animaux et tués, mais la grande mode est à la généralisation. Si ces faits sont avérés, tous les élevages ne sont pas systématiquement irrespectueux de la vie animale, et si ils sont éleves pour finir en barquettes, il faut bien qu il meurent. Il faut plutôt penser, à mon humble avis à une façon d assainir ou de contrôler cette production de masse. car le soucis n est pas de manger ou pas de la viande mais plutôt sa place au sein de notre société de consommation, dont l animal fait, pour certains malheureusement et d autres moins. La réalité de ces méthodes est surtout la rentabilité pour toujours plus d argent. la cupidité humaine est plus coupable que l éleveur qui souhaite gagner de l argent (et qui n est d ailleurs pas celui qui empoche le plus d argent). Il ne faut pas non plus, amis végétariens et vegans, condamner cet homme qui par delà les siècles a consommé plus ou moins de viande et qui est responsable de notre simple vie. l homme aime à tout diriger, prétendre dominer la terre, les animaux et surtout réfléchir en réagissant, bien souvent à l affect.
    Dans l hypothèse ou tous les hommes seraient végétarien, comment nourrir ces animaux d élevage et qui sont présents, pour notre plus grand plaisir, dans nos zoo, ou nos maisons ? Le problème me paraît bien plus complexe que le bien ou mal à consommer ou pas de la viande. Beaucoup d emplois sont induits à la production de viande, faudrait il les détruire ? tout a un coût de nos jours et il nous en faut toujours plus voilà où se situe selon moi le véritable problème.

  51. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Je vois que la guerre entre végétaliens et carnivores continue, chacun y va de ses propres convictions mais qui a raison et qui a tord car dans tout cette littérature, il n’y a rien de vraiment affirmatif et indiscutable, la science reste bien incapable de fournir des éléments rationnels en matière d’alimentation humaine car elle se tourne vers la chimie. Il faut savoir que la vie et la santé ne sortira pas de la chimie et cela c’est indiscutable. Essayez donc de vous alimenter qu’avec des produits alimentaires élaborés dans les usines où les laboratoires et vous ne tarderez pas à en voir les effets sur votre santé. Le jour où l’on fabriquera un grain de blé synthétiquement et que ce grain de blé germera pour donner de la vie on pourra en reparler mais pour l’instant c’est de l’utopie tout simplement.
    Durant des années j’ai cherché la vérité, j’ai étudié l’anatomie ,la physiologie et la biochimie digestive en France et à l’étranger avec des maîtres renommés, j’ai fréquenté diverses universités avec des tendances différentes, la diététique hospitalière, la pathologie digestive, j’ai aussi étudié la naturopathie dans une école de renommée mondiale et puis j’ai surtout mis en pratique toutes cette science apprise, j’ai souvent du revoir certaines choses qui ne me paraissaient pas cohérentes. Aujourd’hui encore après plus de quarante années de recherches et de pratique, je me pose encore des questions car beaucoup de choses restent encore dans la brume. La nutrition humaine est très compliquée car nous sommes tous différents par nos origines, nous avons des tempéraments différents, des groupes sanguins différents, une hérédité différente, tous ces paramètres doivent être pris en compte pour établir quelque chose de sensé mais restons prudents.

    La seule chose qui me paraît intéressante, c’est l’étude de l’anatomie et la physiologie comparée, cette nous révèle des choses intéressantes et d’près cette étude, je crois pouvoir dire aujourd’hui que l’humain n’est pas carnivore, la viande n’est pas un bon aliment pour l’humain, sans aucune prétention et aucun parti pris, je prétends même quelle est pathogène mais chacun de nous possède une conscience et reste libre de manger bien ou mal s’il le désire. J’ai toujours dit à mes élèves, je vous donne un enseignement qui vous permet de réfléchir et d’évoluer mais je ne vous impose rien à vous de choisir votre voie.

    J.TURCHET

  52. Rincepoele

    pourtant il me semble que les principaux aliments consommés par l homme restent les fruits et légumes. je ne connais personne ne consommant que de la viande. j estime (sans doute me trompe je) à à peine 25% de la consommation alimentaire journalière la part alloué à la viande. De là à ce qu elle soit nocive je suis bien mal placé pour le prétendre ou pas. Chacun est effectivement libre de consommer ce qui, à ce jour n est point interdit.
    Et faire d un combat l abbatage de bétail en ignorant que la culture agricole use de procédés discutable sur un plan éthique (manipulation génétique et autres croisements à but de rentabilité à la récolte) me paraît se voiler la face. L homme peut manger de tout (légume, fruit, viande …)c est un fait aujourd hui qui est certain et il aime surtout à avoir toujours plus, peu importe la méthode pour l obtenir du moment qu il y gagne à la fin.

  53. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

    @ Jacques Turchet:

    Vos références semblent exceptionnelles M. Turchet. J’admire le fait que vous vous soyez autant intéressé à la nutrition et que vous ayez pu suivre des cours qui ont l’air d’excellente qualité.

    Si je peux me permettre, je ne pense pas que les végétaliens soient (ou devraient être) en guerre contre les carnivores. Appeler les mangeurs de viandes des carnivores est selon moi très exagérés, un peu extrême, quand bien même certaines parties du globe mange énormément de viande. En tout rigueur, les seules personnes que nous pourrions classer comme carnivores seraient les inuits qui dépendent énormément des produits animaux (mais accusent pourtant d’un très bon état de santé. Pour ceux qui ont conservés leur régime alimentaire traditionnel).

    Le débat sur la consommation de viande est vraiment compliqué, et vous le soulignez vous-même avec votre remarque sur la nutrition humaine. Personnellement, je ne pense absolument pas que la viande soit un aliment pathogène pour la santé humaine. Je pense surtout que l’on pense cela de plus en plus à cause de la dégradation des méthodes de fabrications (cf les élevages industriels), la dégradation de la qualité de l’alimentation du bétails (cf. les céréales OGM) et la détériorations du bien-être de ces animaux, ce qui entraîne la mise en place d’antibotiques, d’hormones en tout genre, etc. Je ne parle pas des pesticides qui rentrent dans la chaîne alimentaire à cause de l’alimentation de ces derniers.

    Si je suis votre raisonnement, et que je deviens très pessimiste, bientôt les fruits et les légumes du commerce seront également pathogène pour notre santé, selon vos termes. De la même manière que dans les élevages industriels, les productions de fruits et de légumes bombardées de produits chimiques, des pesticides et d’herbicides seront des poisons pour notre santé. Sans parler des manipulations génétiques croissantes et du brevetage en cours du vivant qui nous conduira à manger des produits synthétiques ou tellement en décalage avec leurs ancêtres…

    C’est bien pour ces raisons là qu’il faut faire une différence entre:

    1. la consommation excessive de viande industrielle de très mauvaise qualité (et qui impact très négativement l’environnement, l’écologie de la planète et le bien-être des animaux d’élevage).

    2. la consommation raisonnable de viande de qualité fermière ou mieux de viande de gibier qui n’impacte que très peu (voire pas du tout) la santé de la planète et qui participe même à un bon état de santé général.

    Mettre la « viande » dans le même panier est donc selon moi réducteur, et faux. Toutes les viandes ne se valent pas et toutes les habitudes alimentaires également. Il vaut mieux réduire sa consommation de viandes, au profit de produits de qualité. Ensuite, je suis tout à fait en accord les principes végétariens qui militent contre cette souffrance.

    Bref, le débat reste ouvert et quant aux arguments « physiologiques » qui placent l’Homme au rang des herbivores, j’ai déjà discuté de cela dans un article et je vous invite à le lire et donner votre avis si le sujet vous intéresse. Personnellement, ces arguments ne me semblent pas très pertinent !

    http://www.dur-a-avaler.com/sommes-nous-de-veritables-omnivores/

  54. Simon

    Ce sujet fait les débats comme la politique peut bien le faire. Soyons honnête, nous avons tout le loisir de bien vouloir manger ce que bon nous sembles. De ceux qui préfèrent les légumes aux pesticides jusqu’à ceux préférant la viande aux hormones. La vraie réponse est pourtant plus simple qu’on le croit. Dans la vie, être excessive n’amène jamais rien de bon. Une alimentation variée est définitivement la clef puisque chaque aliment (type viande, types légume, etc.) a des caractéristiques différentes.

    De nos jours, la nourriture est signe de profit. La qualité n’étant plus un critère. Faites-vous un jardin, élevé 1 bœuf et vous serez la personne la plus en santé de votre entourage.

    Laissez les idéologies à la con de côté. L’homme mange l’animal. L’animal A mange l’animal B, L’animal C mange insecte A ……

    Ce qui est à déplorer, c’est la façon que les animaux sont traités pour se rendre dans notre assiette et la façon que les légumes sont cultivés pour également se rendre de vos assiettes.

    1. Jill

      tu as effectivement le droit de n’avoir aucune conscience et de penser que manger un animal est normal en 2014 de la part d’individus se croyant supérieurs et évolués; tu as le droit également d’être un mouton conditionné par le système qui pense que la chair d’animaux est indispensable pour vivre.

      Tu as le droit également d’élever un boeuf, de le tuer et de le manger après. Tu as le droit également de mettre au même niveau un légume et un animal.

      Bref tu as le droit d’être un être humain dans toute sa splendeur caricaturale de demeuré de l’Univers qui se prend pour Dieu.

      1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

        « Jill le retour ! »

        Cela faisait longtemps que l’on ne t’avait pas vu traîner par ici !

        Et comme d’habitude, avec des commentaires de réactionnaires sans modération mais je te comprends… Quoi qu’il en soit, j’ose espérer que beaucoup de personnes qui fréquentent ce blog savent que la consommation de viande n’est pas indispensable pour se maintenir en vie (sauf pour certaines peuplades n’est-ce pas) et qu’il existe des alternatives végétariennes et végétaliennes reconnues et efficaces.

        Tu es Jill, dans l’espoir de culpabiliser les mangeurs de viande et de les faire devenir… Mais devenir quoi au juste ? Si moi je développe un argumentaire en défaveur des produits industriels, c’est pour faire changer d’habitudes les consommateurs. Mais jamais je n’irais crier sur un client de Nutella pour le faire culpabiliser. Non, je lui parlerais des ingrédients, des alternatives, un discours positif quoi !

        tu devrais fortement t’inspirer de ce genre de méthode si tu souhaites réellement aider les gens et partager ta vision des choses, que je respectes fortement. Malheureusement, tu ne viens ici que pour cracher un venin végétal emprunt de supériorité (que tu critiques allègrement) visant à ne créer que du chaos, des échanges peu courtois et autres.

        Ta stratégie va malheureusement contre ton idée de promouvoir une alimentation non carnée.

        Manger un animal en 2014 est tout à fait NORMAL. Manger un animal exploité, maltraité, mal nourris, bourré d’hormones, exécuté, torturé (et que sais-je encore) n’est pas NORMAL. Nous sommes d’accord.

        Dernière remarque, le commentaire de Simon les légumes touchent principalement les modes de fabrications avec pesticides, monocultures, etc qui sont des ravages pour l’écologie de la planète, la santé des sols, la vie des abeilles (qui est de loin l’une des espèces écosystémiques la plus importante pour notre population), notre santé (hé oui on les mange ces pesticides).

        J’aimerais un jour te voir être tempérée Jill, mais est-ce possible ?

        1. Jill

          Cher Jérémy,

          Quand tu dis que manger un animal en 2014 est NORMAL, c’est ton égo qui parle. Je ne suis agressive qu’avec les gens qui ont un égo aussi surdimensionné que le mien et ici je dois dire qu’ici, je suis servie! on devrait faire un concours. Je ne cherche pas à convaincre les gens qui n’ont pas envie de l’être au plus profond d’eux-mêmes. On ne peut convaincre que celui qui est prêt et qui a juste besoin d’un coup de pouce. Nous ne sommes que des déclencheurs les uns pour les autres, pas des sauveurs ou des enseignants de vérité. Et quelle vérité? il y a des milliers de croyances et de réalité sur cette planète. Un vrai foutoir.

          Quand je serais devenue tempérée, cela signifiera que « j’aurais » réussi à me délester de mon égo. J’y travaille.
          Ce jour là, je cesserais de polémiquer, de secouer les cocotiers, de faire du rentre dedans bref de jouer les Terminator. Je n’ouvrirais ma gueule que lorsque ce sera indispensable et ce dans une neutralité bienveillante ou autre (je ne sais pas trop puisque je suis encore dans l’égo)
          Et puis j’espère que je pourrais agir à distance plutôt qu’en direct parce que plus je côtoie mes chats et mes chiens…tu connais la suite

          Je te souhaite de connaître un jour pendant quelques heures ou quelques minutes, cet état sans égo et sans mental ou tout au moins avec un égo quasi-inexistant et un mental au rang d’ordinateur qu’on branche ou débranche suivant l’utilité. L’enfer est bel et bien sur Terre.

          Ps : va voir le film « la belle verte » sur youtube….. très amusant et pas prise de tête

          Bisous mon frère (là ça me demande un sacré effort!)

          1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

            Tu mélanges beaucoup de notion… Mais surtout je ne comprends pas en quoi ce serait mon Ego qui parlerait à propos de la consommation de viande… Premièrement, personnellement là où je vis nous avons la chance de pouvoir chasser notre propre nourriture (cochon, cerf, dindons, roussettes (grosse chauve souris, mais également poissons, crabes, gros pigeons, etc, etc.) et deuxièmement, la viande produite localement est de bonne qualité où 100% des bovins (par exemple) sont en extensifs et ne voient jamais la couleur d’un hangar. Je reconnais bien que cette situation ne peut pas se retrouver partout en France, et encore.

            Si j’étais dans une situation bien différente où mon achat de viande, de poisson ou d’oeufs (même de lait) favorisait des méthodes de productions ignobles qui bafouent le bien-être animal, la qualité de la nourriture et l’environnement de la planète… alors je remettrais ma consommation en question. Rien ne sert de parler d’Ego, je n’ai pas un Ego surdimensionné pour me dire :

            « Je vais manger mon steack saignant point barre! »

            Non, mais après je reconnais que je ne parle que pour moi et cela n’engage que moi. Je suis bien conscient qu’il existe des alternatives à l’alimentation carnée. L’alimentation végétarienne, et même végétalienne, fonctionne très bien.

            Quoi qu’il en soit, tu assimiles avoir un Ego surdimensionné avec le fait de polémiquer, d’hurler au scandale, de ne pas être tempéré… Mais je ne suis pas d’accord. Encore une fois, on peut parfaitement tenir une position modérée ou tempérée avec un Ego surdimensionné, et encore, vaut mieux pas se lancer dans ce sujet ! On parle viande là !

            PS: je connais bien ce film que j’aime beaucoup d’ailleurs !

  55. Pingback: Vegan | Pearltrees

  56. Jill

    Je disparais de toutes les polémiques et de tous les commentaires …Sale coup pour l’égo…..
    Adieu Trésor…bon séjour sur Terre et rendez-vous dans une autre dimension…

    ps(1) au lieu de chasser ces pauvre bêtes va donc communiquer avec elles, les animaux sont nos maîtres…….
    ps(2) : je prierai pour toi, pas maintenant hein, faut pas déconner, suis pas prête……

    1. Clark

      [1ère partie censuré, et tu sais bien pourquoi !]

      Personnellement, je bois beaucoup de lait, des jus de fruits (souvent des agrumes), je mange des oeufs, en bon malouin de la côte du poisson, de temps à autre de la viande (2 ou 3 repas par mois) : un peu de tout lorsque la qualité gustative convient à mes papilles (‘jamais fait une allergie de ma vie…).
      J’ai toujours pensé que le système digestif était une merveilleuse et étonnante usine de traitement de déchets en tout genre.

      Bien sûr, comme l’ont dit bon nombre de participants, les conditions de vie d’une bête, la qualité de sa propre nourriture, ses soins médicaux & toussa m’importe. Je ne me vois pas non plus bouffer un animal que j’ai élevé avec une attention particulière, et avec le temps un affect plus qu’amical. Mais pour le reste, c’est le jeu ma pov’ Lucette: une bestiole en bouffe une autre, qui en bouffe une autre qui en bouffe encore… et je ne me vois pas donner la leçon au 1er lion rencontré au hasard d’un carrefour ;-)
      (« Je suis le roi du monde », s’est écrié un farfelu en sautant royalement dans la fosse aux tigres du zoo d’Oklahoma City. L’instant d’après, il abdiquait. :-D)

      La mort n’est qu’une question de temps, la pire des « maladies ». Mais je ne serai pas déçu si une brave âme m’aidait à mourir dignement avant de connaitre une fin d’existence pitoyable (c’est très personnel).
      Un autre point qui fait froid dans le dos, c’est cette augmentation insupportable du nombre d’individus sur cette planète (d’ailleurs, justifie-t-elle en partie cet élevage intensif « low-cost » et basse qualité ?). Est-ce que ces recherches d’augmentation du temps de vie ou même d’immortalité sont un bien pour la planète : lorsqu’on circule dans Paris, ‘pas convaincu du tout. Et lorsque je mate les déambulations d’une quantité limitée de promeneurs sur des places lors des 1ère premières prises photo, je trouve tout cet espace vraiment kewl et non-stressant… Alors cette quête d’une meilleure nourriture comme « médicament » et bien sûr une existence plus longue, perso je trouve cela douteux et voué à créer une foultitude de problèmes.
      Tout ceci pour dire qu’il est possible d’attaquer ces problèmes sous une palanquée d’angles de vue très différents, l’importance de chacun diffère…

  57. Pingback: « Il est toujours possible de réveiller quelqu’un qui dort, mais aucun vacarme ne réveillera quelqu’un qui fait mine de dormir »*. | LBDP

  58. el caribou

    Bonjour , l’homme anatomiquement n’est pas conçu pour digérer de la viande et c’est un fait scientifiquement prouvé, d’ailleurs dans cet article on dit bien mais sans l’argumenter que notre corps à exactement les mêmes caractéristique qu’un herbivore et pas celle d’un omnivore (qui est très proche du carnivore en tout aspect anatomiquement),; le suel truc que l’on dit pas c’est que nous nous servons de notre cerveaux différemment de l’animal voire bien moins bien. Après expèrience on voit que l’animal suite à un problème donner réfléchit 400% plus vite que l’homme et s’adapte immédiatement tandis que l’homme lui va faire ce qu’on appelle de la réflexion prend son temps et ne trouve que rarement un solution simple et direct. On nous à bassiner super longtemps comme quoi l’homme était inteelligent de part ça conscience et que l’animal lui ne réfléchit pas il à un instinct, donc dites moi pourquoi il réagit plus vite et qu’il la solution, encore une fois l’humain se surestime et ne s’esdt jamais mis au même niveau que les autres êtres vivant sur terre, il s’est toujours senti supèrieur et fera tout ce qu’il peut pour le préserver (comment en sommes nous arriver là, si nous étions si intelligent car le monde actuel est déplorable et auto destructeur). l’humain est dans une erreur totale au niveau de ses capacité intellectuelles et il faudra très longtemps (voir jamais) pour qu’il s’en rende compte car il n’est pas prêt encore à se remettre en question et accepter ce qu’il est (même si c’est pas le meilleur). nous sommes la seules espèces aussi violentes et toutes notre histoire est basée sur des guerres ( citez moi un animal qui seras pret a chercher son ennemi sur plusieurs milliers de km et qui fait durer le conflit jusqu’à ce l’un le remporte, et aussi citer mpmoi un animal qui fait la différence de couleur dans sa propre espèces et en créé un conflit de différence…) . donc finalement la nature humaine n’est pas d’être bon, sinon le communisme fonctionnerait, mais plutôt de dominer, j’aime à dire que l’humain est un crétin et j’en fait partis malheureusement. J’aime à dire que nous sommes des gros nazes vivant dans une illusion complètement folle de grandeur et pouvoir; la nature à toujours sélectionner et le jour ou vraiment il va falloir qu’elles s’occupe de nous entièrement à mon avis là on est mal barré, Sur ce restez vous même (naturel) et ne pensez pas que vous êtes dans la raison, poser vous les questions en vous mettant en situation d’égalité ou de réalité et ne partez pas toujours vainqueurs au dessus des autres avant même d’être arrivés, c’est ce genre d’attitudes égoïstes qui pourrissent tout et qui font que nous en sommes là. Je le redit actuellement l’homme est un gros con !!!

  59. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

    Salut El caribou !

    L’Homme n’est pas conçu pour digérer de la viande, et ce fait serait scientifiquement prouvé ? Peux-tu nous apporter ces preuves scientifiques ? Je parle bien sûr d’article scientifique qui aurait prouvé que la viande était indigeste pour l’Homme ? Je connais déjà les textes d’anatomie comparée souvent cité lors de ces débats qui ne sont malheureusement pas des preuves scientifiques comme on l’entendu aujourd’hui ! Ceci étant dit j’attends tes références à ce sujet pour faire avancer le débat.

    La suite de ton commentaire est je pense un peu hors sujet car c’est plutôt de l’ordre du débat philosophique, historique et sociétale… Nous ne sommes pas là pour remettre en question le côté belliqueux de l’espèce humaine ni son côté auto-destructeur, nous parlons juste d’alimentation, de physiologie et de rapport avec cette nourriture.

    Ensuite, je ne dirais pas que tous les Hommes cherchent à tuer son prochain non plus. N’exagérons pas. Il y a bien des parties de la population extrêmement belliqueuse mais peut-on faire une généralité pour tous les Hommes ? J’en doute.

  60. Sol

    J’aime bien l’intervention de Zylpho, qui analyse l’information et se place donc au deuxième degré.
    A voir la longueur des commentaires, ce qui est sûr et « scientifique » ou bien juste avéré, c’est que personne n’a réussi à convaincre quiconque. Alors le « JAMAIS » dans le titre de l’article était juste là pour déclencher les polémiques, pourrait-on supposer?
    Or, nous réfléchissons et écrivons avec notre cerveau, dont nous sommes si fiers et pourtant :
    « De nombreuses recherches en neuro-imagerie cérébrale le révèlent : voir et imaginer activent les mêmes zones du cerveau. Au delà de la vision, de récentes études confirment qu’il en serait de même avec l’audition. Si voir, entendre, ou imaginer relèvent des mêmes circuits neuronaux, comment notre esprit fait-il la différence entre le réel et l’imaginaire ? » http://www.inrees.com/articles/imaginaire-nouvelle-realite-scientifique/
    Puisque nous sommes assez nombreux à chercher des alternatives (voir article sur « boycotter les grandes surfaces »), et que sur ce point, nous sommes « en phase », ne serait-il pas temps que nous réfléchissions aussi et surtout sur notre façon d’être et d’être en relation ?
    Je ne cherche pas à prouver, cela ne ferait que renforcer les opinions contraires, mais personnellement, j’ai abandonné la consommation de viande en 2010 et ça m’a fait un bien énorme ; depuis, j’ai aussi écarté les produits laitiers, les céréales (gluten), les légumineuses (acidifiantes) ; je sais que notre sang doit avoir un PH de 7,3 ou 7,4 (c’est « scientifique » ou du moins « biologique ») et en dehors de ça, on est malade et l’acidification du sang est même la cause principale des maladies (je n’ai pas écrit : « exclusive ».
    Par ailleurs, je ne peux pas TUER ! J’ai même du mal à voir des documentaires où l’on nous montre des rites de sacrifices et autres monstruosités. ET c’est ma croyance, que beaucoup contesteront, que si tant de gens pensent que « l’homme est un loup pour l’homme », ou que « l’homme est violent par nature », avec force exemples, bien sûr, c’est seulement ce qu’on nous a mis dans le cerveau pour qu’on aille aussi tuer d’autres humains tant les guerres sont une affaire des élites auxquelles on a soumis les populations.

  61. Théo Poel

    Bonsoir.

    Jérémy: Vous demandez des preuves scientifiques sur la digestibilité (ou pas de la viande)…mais précédemment, dans un autre commentaire, vous affirmez (pensez) que la viande n’est pas pathogène, avez-vous, vous aussi,des preuves scientifiques qui étayent cette pensée…D’un autre coté, doit on sans cesse etre corrélé par de la science? Le simple ‘bon sens’ est il à ce point méprisé, qu’il n’a plus aucune valeur ? Le point de départ, c’est la recherche d’une alimentation la plus appropriée qui soit, constatant dans nos sociétés modernes une relation évidente entre santé et alimentation (meme si ce n’est pas le seul facteur, convenons quand meme, que c’est un facteur important)…Alors, je suis assez accord qu’il existe deux approches: l’observation comportementale, et l’observation anatomique. Le problème de la première, c’est que quand bien meme on pourrait se baser sur des données fiables (je pense que le débat fait rage et qu’on est encore bien loin des savoir exactement ce que mangeaient nos ancètres, et surtout, en quelles quantités ou proportions)…mais admettons: acceptons cette image selon laquelle l’homme faisait des barbecues de mamouths ou des festins de cerfs…est ce pour autant un comportement adéquat? Je veux dire par là que si un observateur venu d’ailleurs observait la société humaine actuelle, il verrait des gens qui se nourrissent de quantités industrielles de saccharose (le nombre de kilo consommé par habitant est consternant) et en déduirait peut etre que cet aliment est indispensable à l’homme, or rien n’est plus faux…D’un point de vue comportemental, l’homme fume, est ce pour autant un comportement adéquat? J’ajoute que l’homme semble etre le seul ‘animal’ qui détruit la valeur nutritive de ses aliments avant de les consommer (l’exemple de la saccharose est à ce sujet édifiant)…donc, voilà pourquoi j’ai perdu un peu confiance dans la faculté de l’homme (malgré ses nombreuse qualités, je ne dénigre pas, je constate) à se nourir de manière adéquate. Sa grande intelligence lui apporte le privilège de se défaire de ses instincts…ne serait ce pas à double tranchant?
    Donc, que reste-t-il, comme référence un petit peu objective, à part l’anatomie comparée qui nous renvoit aux grands singes, aux fruits, noix et feuilles vertes, voire occasionnellement quelques protéines animales ? Bon, d’accord, je n’ai pas été éduqué à ne consommer que des fruits et des légumes, j’avoue meme que l’idée me semble saugrenue, mais enfin, que ce soit au niveau morphologique, dents, longueur d’intestins, ph de l’estomac, meme période de gestation pour les gorilles (à quelques jours), et bien d’autres similitudes, faut quand meme avouer que le bon sens…oui, mais je sais, le bons sens n’a pas bonne presse…seule compte la sciences…et surtout, le profit! ;-)

    1. Olivier Ramirez

      J’ai eu le même discours en parlant de l’instinct mais si il est acceptable sur la consommation de saccharose pour ce qui est des barbecues de mammouths c’est une autre histoire.

      Au niveau instinctif, on peut renvoyer aux 229 tribus de chasseurs- cueilleurs étudiées par Loren Cordain qui nous montrent en moyenne le même schéma de consommation de produits animaux, Est-ce un hasard ? Est-ce une orgie de mammouths ? Je n’en ai pas l’impression.

      Vous parlez de bon sens mais même ce bon sens à notre époque est éducationnel, il dépend de notre parcours, de nos apprentissage là où il devrait justement se mêler à notre instinct.

    2. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Bonjour Théo et merci pour ce commentaire qui apporte pas mal au débat.

      Je suis tout à fait d’accord avec toi pour le côté « preuves scientifiques » qui ne devraient pas supplanter le « bon sens » ou les faits historiques, évolutifs, etc. Je prendrais pour seul exemple l’utilisation des plantes médicinales qui se pratiquent depuis la nuit des temps, sans pour autant nécessiter des preuves scientifiques. C’est bien l’expérience, l’histoire et la transmission des connaissances qui représentent des facteurs clés dans la compréhension de notre environnement, et de l’effet de certaines denrées sur notre organisme.

      Par la suite, je ne suis pas véritablement d’accord sur les deux seules approches (comportementale et anatomique) que tu proposes pour tenter de comprendre le régime « idéal » de l’Homme, si tant est qu’il existe. Ceci dit, je suis tout à fait d’accord pour prendre des gants quand on observe les comportements humains actuels qui se détachent très fortement de ceux que nous réaliserions dans le milieu naturel, sans notre « civilisation ». Les comportements d’ujourd’hui ne peuvent en aucun cas servir de base pour comprendre ce que nous devrions manger, car on voit bien que l’on mange n’importe quoi et que l’on est majoritairement en mauvaise santé. On sait au moins ce qu’il ne faudrait pas manger.

      Mais est-ce que la viande fait partie de ces aliments ? Pouvons-nous dire, d’une manière claire et catégorique, que la viande n’est pas faite pour l’Homme ?

      Honnêtement, je pense qu’il est malhonnête de dire oui. Beaucoup plus que de dire non. Si l’on dit oui, donc que la viande n’est pas faite pour l’Homme, alors on doit renier les 7 derniers millions d’années de notre Histoire où nous avons régulièrement (et parfois très majoritairement) mangé des produits animaux, que ce soit de la viande, des oeufs, ou autres. Nous devrions également renier, ou oublier, des populations très particulières comme les Inuits, qui affichent un excellent état de santé (quand ils suivent leur régime traditionnel) malgré une consommation quasi-exclusive de produit animaux ? Tout porte à croire que nous sommes fait, nous les occidents et les Inuits, de la même anatomie, alors ?

      Les études d’anatomies comparées placent l’Homme sur le même niveau que la vache, le lion, le singe ou le zebre, mais sommes-nous réellement comparable ? Avons-nous subis les mêmes pressions évolutives, et avions-nous à l’époque les mêmes capacités d’adaptations ? Les mêmes plasticités morphologiques, anatomiques ou génétiques pour réagir à des perturbations ? Autrement dit, est-ce que la longueur de mon intestin est un facteur pertinent pour déterminer avec exactitude ce que je dois manger, et ce qui se sera bon ou mauvais pour ma santé ?

      Tout porte à croire que nous avons été en excellente santé pendant des millions d’années malgré une consommation régulière, occasionnelle, systématique, ponctuelle de produits animaux et en particulier d’animaux sauvages dont la qualité n’a rien à voir, et force est de le constater, avec ce que l’industrie nous propose.

      Donc de deux choses l’une, je ne suis pas en train de remettre en cause le mouvement végétarien que je respecte au plus haut point dès que celui-ci pense à cour-circuiter l’élevage intensif dangereux pour le bien-être des animaux mais également pour la santé humaine. Cependant, je ne suis trouve pas raisonnable de vouloir justifier ce comportement, qui je le rappelle est tout à fait honorable, sur la base d’étude d’anatomie comparée qui nous replace dans les mêmes conditions évolutives que la vache, les lions et tous les autres animaux.

      Au-delà de la quantité de protéines animales, je pense qu’il convient de parler de qualité. Ce que je défends sur ce blog c’est exactement cela: privilégier la qualité à la quantité, et si la qualité n’est pas accessible alors pourquoi pas se détacher de cette source alimentaire ? Je pense qu’il est regrettable de devoir se séparer de cette source énergétique, qui peut-être d’excellente qualité et profitable à tout le monde. Je prendrais l’exemple d’un poulailler maison où les oeufs sont récoltés tous les jours, les poules se nourrissent elles-mêmes, vivent et meurent selon la Nature, les générations se succèdent, etc. Au niveau du gibier, on peut chasser ou se procurer des animaux d’élevage élevés et abattus dans des conditions éthiques et de qualité (notamment en extensif, sans traitement et avec de la nourriture de qualité).

      Le débat va donc bien au-delà du simple fait « pouvons-nous oui ou non manger de la viande ? » bien sûr que oui ! Si aujourd’hui quelques végétariens parlent de « viandes en putréfaction » dans nos intestins, c’est bien parce que nos organismes sont en mauvaise santé avant tout, notre environnement est pathogène, dangereux pour notre santé, notre flore intestinale est complètement dégradée, on mange trop de viande, de mauvaise qualité, avec peu de légumes et de fruits frais, quand ils ne sont pas arrosés par des pesticides. La question est évidemment plus complexe.

      Alors où le bon sens Théo Poel ? Dois-je croire à des études d’anatomies comparées en ignorant l’intégralité de l’Histoire de l’Homme ? Ce serait quand même malheureux, mais c’est bien ce que tu proposes.

  62. phoenixwing

    BON…j’ai lu quasiment tous les commentaires eh ben…quand on gratte la couche bien grasse de conaissances que vous etalez dans les deux camps respectifs, on sent bien que chacun essaye de defendre son territoire….c’est manteau blanc contre blanc manteau.

    J’ai moi-meme changé de regime il y a de cela des années et je me rapproche plus du régime vegetalien que carné (ou en tout cas, celui proné par la television et l’état), mais quand on analyse bien vos échanges ;

    -pour les vegetaliens : NON c’est inutile c’est DU GROS POISON ca va vous donner le cancer et la chiasse alsacienne si vous vous approchez d’un poulet a moins de 2.56 metres (1.84 si equipé d’un couteau!)

    -de l’autre coté : Il FO ABSOLUMENT sa dose de viande bien grasse et de produit laitier ! sinon on a pas les acides aminés bla bla les tribus faisaient des orgies de volailles pouet pouet

    Tout en se prenant pour des erudits. mais quand on regarde de plus pres vos sources…aucune est fiable a 100 % !!

    sachez une chose, un vrai debat se trouverait dans votre experience a travers la vie en la matiere, chose qui clorerai la discussion plus vite qu’un poulet qui (reussi) traverse lautoroute
    NON NON au lieu de cela ‘monsieur a fait intel etude qui montre que bla bla bla’ VOUS DEBATTEZ POUR CES MEMES INDIVIDUS et non pour vous-meme ! De par la nature meme du contenu de vos propos, c’est un debat sans fin !
    Vous parlez pas du tout en votre nom bordel !!

    Donc qui a raison ?? Je dirais que l’homme doit effectivement se nourrir de vegetaux et de fruits, tout en ayant une tres petite partie de produits carnés, en tout cas de par mon experience, je vis sur une ile exotique et ici que des produits naturels,
    donc vache lait fruit tout est tres bon et bio !
    mais cela n’empeche qu’il y a egalement beaucoups de gens malade et qui souffrent de maladie lié a un régime qui comprend une bonne partie de viande, lait et le gluten
    Mais ici, quand ils viellissent, ils vivent plus vieux et les maladies apparaissent plus tardivement mais c’est la meme chose qu’en metropole, et puis si l’homme a appris a apprécier ce genre de chose, c’est bien parce qu’il a des capacités cognitives qui le permet de cuire, d’ajouter des aromes,
    trgardez le café, c’est comme la viande est un parfait exemple, mais de la a dire que l’homme a besoin de café, d’excitant que lui seul sait préparer et rajouter qu’il a un systeme digestif fait pour ; c’est se prendre pour un etre supérieur a la nature (j’ai la capacité de, c’est a la nature de s’adapter a mon systeme)
    Or c’est faux, le systeme digestif de l’homme n’a pas changé d’un iota par rapport a ses cousins les plus proches, on est toujours soumis a la loi de la nature.

    laissez la vie vous emporter, le processus de vieillissement vous le dira et vous reviendrez sur ce forum pour en debattre mais une chose demeure essentielle :

    VIVEZ votre propre experience, allez vous renseignez, et au moins dans des bouquins de medecines et nutrition, et pas des blabla a base de « le rapport trucmuche » ou tel ou tel scientifique de renom qui a decouvert que… (quand on sait que la plupart d’entre eux doivent pondre un truc n’importe quoi chaque année pour justifier leur salaire de chercheur, croyez-moi que j’en ai vu des etudes peu utile)

  63. M

    Bonsoir,
    J’ai découvert récemment ton blog dont j’ai lu la majorité des articles. L’article sur la permaculture m’a fait rêver … C’est intéressant de voir l’évolution au fil des années, des articles plus fournis, plus clairs, même le style plus …disons virulent est amusant à constater, surtout dans les réponses aux commentaires ! (par contre des fautes par ci par là qui me picote les yeux) J’aime énormément et je vais poursuivre ma lecture, un grand merci pour toutes tes recherches et ton partage :)
    En ce qui concerne l’épineux sujet que voici, quelques questions :
     » Pour terminer, sachant qu’en moyenne 40% des végétariens le sont devenu pour des raisons de santé et non de bien-être animal »
    Est-ce que tu as une source pour cela ? C’est intéressant comme information.
    Et si tu pouvais approfondir lorsque tu dis : « la consommation raisonnable de viande de qualité fermière ou mieux de viande de gibier qui n’impacte que très peu (voire pas du tout) la santé de la planète et qui participe même à un bon état de santé général »
    Je suis peut-être naïve mais une augmentation du nombre de chasseurs pour l’instant assez marginal ne serait pas nuisible pour l’équilibre au sein des forêts ? De même une plus forte demande de « bonne » viande ne risquerait pas d’engendrer les mêmes vices de l’industrie moderne au nom de l’efficience ?
    Je suis végétalienne mais la consommation d’animaux reste à l’heure actuelle une histoire de ressenti donc pour moi les arguments scientifiques/anthropologiques et tutti quanti ont aucune importance. Est-ce que je me sens coupable de manger de la viande ? A chacun de répondre à cette question, et tout un chacun est libre de manger ce qu’il souhaite même si la viande industrielle est une plaie à bannir absolument, je ne mets pas dans le même panier le gibier. En tout cas encore un article très instructif !

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Marion !

      Merci pour ce commentaire !

      Pour les 40%, j’ai cherché et j’ai retrouvé ma source ! C’est en fait 38%, et cela provient des « Cahier anti-spécistes »

      >> http://www.cahiers-antispecistes.org/IMG/pdf/CA-35-pdf-v1-00.pdf

      Pour répondre à ta question sur la chasse, il y a plusieurs manières de voir le problème. D’abord, il est tout à fait possible de faire de « l’élevage » de gibier mais il ne faut pas non plus que cela dérive à la sauce industrielle, je te l’accorde. C’est un risque à prendre, mais il faut bien essayer ! Ensuite, la pression de chasse ne me semblerait pas impacter négativement les populations de gibiers, mais je ne parle pas en très bon connaisseur. Ceci dit, je sais que les chasseurs en métropole font beaucoup de chasse de contrôle uniquement, et cela ne sert même pas à nourrir des populations, c’est donc un gaspillage énorme. Après on peut imaginer un contrôle des populations, pour éviter les cas d’éradications d’espèces mais là encore j’en doute un peu. surtout en Calédonie où le cerf est une espèce envahissante.

      La chasse est selon une alternative viable pour à la fois insérer de la viande de meilleure qualité, mais aussi apprendre à mieux gérer ses apports et les quantités ingérées. Si chacun devait se trouver son steack, on se poserait deux fois la question avant de manger de la viande !

  64. Shayera

    Hello ! Je suis vegan et, pas de panique, je ne viens pas vous manger ^^

    Par contre, j’aimerais soulever un sujet. Savoir si l’homme a déjà été végétarien ou pas, c’est intéressant sur le plan historique, oui. Mais pour décider ce qu’on doit manger aujourd’hui, quel intérêt ?

    Je me moque complètement de savoir si l’homme a déjà été végétarien ou pas au cours de l’histoire. On sait que les régimes végétaliens, végétariens ou omnivores (avec consommation de viande modérée) sont tous viables pour la santé. En termes de santé, la seule chose importante, c’est de manger varié et équilibré (ce qui ne sera pas fait de la même façon suivant le régime adopté). Donc choisir de manger de la viande ou pas ne devrait pas être basé sur ce qu’on croit être « le régime naturel de l’homme ». En ce qui me concerne, je suis vegan par éthique. Point barre. Augmenter sa part d’alimentation végétale et réduire au maximum sa part d’alimentation carnée ne peuvent être que bénéfique pour l’environnement et la santé, c’est vrai. Mais le choix de devenir vegan à 100%, c’est l’éthique qui le motive (enfin, pour moi).

    Il est vrai que certains sites pro-végé partagent des tableaux d’anatomie comparée tirés par les cheveux qui arrivent à la conclusion que l’homme est herbivore. Mais en conclure que tous les végés sont séduits par ces arguments, non. L’immense majorité des vegans et végétariens que je connais le sont par éthique. Donc, lire ce passage et les commentaires m’a pas mal énervée :

    « Pour nos amis les végétariens, végétaliens et végans, il n’y a pas de doute. L’Homme cumule des preuves anatomiques, anthropologiques et épidémiologiques qui le définissent comme un Herbivore. Les végétariens les plus modérés peuvent parler d’herbivore à tendance omnivore, nuance. »

    Non, non et non. Je ne pense pas que l’homme est herbivore. Et je ne suis pas une « végétarienne modérée », certains d’entre vous me traiteront d’extrêmiste simplement parce que je suis vegan. Je pense que l’homme est un omnivore opportuniste, à tendance plutôt végétarienne s’il veut être en bonne santé. Mais au fond, je me moque de ce que l’homme est censé être « naturellement ». Ce n’est pas parce que l’homme PEUT manger de la viande qu’il DOIT forcément le faire. Même la définition d’omnivore sur Wikipedia est très claire : « L’adjectif omnivore désigne un régime alimentaire comportant aussi bien des aliments d’origine végétale qu’animale. Le terme est utilisé pour qualifier toute espèce à qui la nature de son système digestif permet de pratiquer ce régime, qu’elle le mette en pratique ou non. » –> qu’elle le mette en pratique OU NON. Je suis donc omnivore « par nature » (mon système digestif me le permet) et végétalienne par choix (je refuse que des animaux soit tués pour me nourrir alors que ce n’est pas nécessaire pour ma santé). Ce n’est pas incompatible, il y a suffisemment d’études aujourd’hui qui démontrent que les végétariens/végétaliens ne sont pas plus carencés que les omnivores (certaines études disent même que nous sommes en moyenne moins carencés que les omnivores).

    Bref, tout ça pour dire que j’aimerais vraiment que les végés arrêtent de sortir des pseudo-arguments pour dire que l’homme n’est pas fait pour manger de la viande, et que les non-végés arrêtent de sortir des pseudo-arguments pour dire que l’homme doit obligatoirement manger de la viande sous peine de carences (il faut pas croire tout ce que dit Jean-Michel Cohen). Pour moi, c’est en fait un raisonnement aussi simple que « Si A et si B, alors C » : « S’il faut tuer des animaux pour manger de la viande et s’il n’est pas nécessaire de manger de la viande, alors je ne vois pas pourquoi j’en mangerais ». Je précise que j’ai utilisé le mot « viande » pour alléger les phrases, mais il est évident que je parle de tous les aliments d’origine animale.

    Nos connaissances en éthologie sont de plus en plus grandes et on sait que les animaux non-humains sont des êtres « sentients » (terme anglais qui n’a pas vraiment d’équivalent en français – on peut parler d’êtres sensibles, mais il manque un truc – et je vous invite à faire vos propres recherches sur le sujet de la sentience). Je pense que c’est ça que Jill a voulu dire en disant qu’il n’était pas normal de manger de la viande en 2014. Avec toutes nos connaissances en éthologie et en nutrition, comment peut-on continuer à manger des animaux ? Comment peut-on encore cautionner ce massace qui n’a pour excuse que la paresse et le poids des habitudes/traditions ?

    Voilà, c’était ma réflexion du jour.

  65. Sonny

    Je suis végétarien depuis peu (moins d’un an), dans l’intention de devenir végétalien et contre « toute attente » (parce que tes arguments sont un poil plus logique que ce que j’entends avec l’anatomie comparée et toutes ces bêtises) je trouve que c’est un bon article, qui remet les choses en place, scientifiquement.

    (De toutes manières, nul besoin de ce genre d’arguments (fallacieux, en plus) pour arrêter la viande. Le simple fait qu’on évolue, et que ces arguments modernes soient apparus (+ le fait de trouver incompatible le bien-être et l’éthique animale A NOTRE EPOQUE), me suffisent, et devraient suffire amplement, franchement!)

  66. Théo Poel

    Jérémy:

    Non, je ne propose rien, ni surtout pas de renier l’histoire de l’humain, à travers mon commentaire précédent, je me demande juste si la viande est pathogène ou pas, et si nos similitudes physiologiques frappantes avec nos cousins les grands singes ne seraient pas un paramètre plus objectifs pour déterminer notre alimentation idéale (et là, je te rejoins: si tant est qu’elle existe, cette alimentation idéale, ou en tous cas, si il existe des aliments plus adéquats que d’autres) que nos habitudes comportementales, quand bien meme, et pour toutes sorte de raison x y z de glaciation, d’hiver, ou d’absence de végétation, les protéines animales ont été ( sont) un subsitut précieux, sont elles pour autant adéquates lorsque la végétation-fruit est abondante? Je pourrais par exemple – ne le prends pas mal- trouver asser hypocrite de justifier sa consommation de viande pour des raisons comportementales historiques…moi je préfère justifier la mienne (je mange très peu de viande, mais j’en mange encore, et toujours issue d’une ferme bio près de chez moi) pour la seule et unique raison que je trouve ça bon de gout, mais certainement pas parce que je pense que cela m’est nécessaire nutritionnellement…Et le lait, alors, tu renies 10 000 ans de culture, de tradition fromagère, et le pain, le bon pain plein de gluten, ce sacro saint aliment…mais comment oses-tu?? ;-) Je te taquine, hein, je te rejoins à 100% la-dessus, mais pourquoi deux poids deux mesures…parce que 10000 ans c’est moins que 7 millions d’années ? Mais sur le principe? Si demain on me démontre par a + b que la viande, meme de bonne qualité est pathogène (comme le lait et les gluten), je te le dis tout net, les 7 millions d’années, je m’assieds dessus ;-) (d’ailleurs, je me mens à moi-meme, la viande que je consomme est pathogène, jy reviendrai plus loin). Alors, tu me demandes où il est le bon sens, ben, désolé d’insister, mais je préfère me fier à des considérations physiologiques, à des longueurs d’intestin, à des mécanismes de digestion comparable aux notres qui me sembles plus objectifs que des considérations nébuleuses et sujettes à controverse sur l’histoire de l’alimentation de jadis à nos jours …alors, je ne ne nous compare pas à des vaches, qui sont de herbivores, ni à des oiseaux qui sont des grannivores, encore moins à des lions qui sont de carnivores, ni à des ours qui sont de omnivores…mais à nos cousins les singes les plus proches: chimpanzés, gorilles-bonobos…qui sont majoritairement frugivores bien que consommant aussi à l’occasion quelques protéines animales, surtout le chimpanzé. Alors, le bons sens, justement ce sont aussi…nos sens…et plus particulièrement dans le cas qui nous occupe, celui du gout, voilà bien un paramètre dont on parle peu, finalement, nos papilles, je préfère écouter mes papilles que les historiens) et que disent-elles mes papilles, elle sont ravies quand elle déguste un ananas, ou une carotte, ou une tomate, que la nature (qui est bien faite) nous offre telle quelle…mais qu’en est-il de la viande? De quelle viande parle-t-on ? Je suis (j’étais) un grand amateur de viande…mais mes papilles n’ont jamais salivé devant une bete morte qu’il faut encore découper, ou meme devant un morceau cru…faut encore me la cuire (voilà qui devient déjà un peu plus pathogène (molécules de maillard; huiles brulées) l’assaisonner (avec du sel, totalement inassimilable)…Alors, ma question est la suivante, si la viande cuite est de mon point de vue pathogène (on peut envisager la cuisson vapeur, mais une cote à l’os à la vapeur, c’est aussi glamour qu’un sorbet aux chicons), et que la crue sans asaisonnement est gustativement médiocre (pareil avec un oeuf (miam miam en fricassée (avec du sel, ou mieux un bon morceau des lard ;-)…mais bof bof cru) , quel est donc l’intéret d’en consommer en présence de nouriture végétale abondante ? Je ne peux pas croire qu’un produit insipide au gout soit avantageux….et qu’un aliment naturel non transformé gouteux ne le soit pas, c’est plus que du bon sens, ou de l’instint, c’est de la logique naturelle, sinon, pourquoi nous pourvoir de papilles si ce n’est pour nous indiquer ce qui est adéquat et ce qui ne l’est pas.Attention, je parle bien de produit naturel non transformé: un grand gateaux à la crème fraiche pourrait me faire saliver mais ça reste une aberration nutritionnelle.

    Olivier Ramirez:

    Je ne connais pas Loren Cordain, mais je suis intéressé par ce genre d’étude, toutefois, pourquoi renvoyer ces observations uniquement à l’intinct? Et quelle pourrait etre la part de tradition, rites et coutumes ?
    Sinon, je suis d’accord que le bon sens est éducationnel de nos jours, voire teinté de moral à deux balles…mais si il y a bien un domaine dans lequel je j’essaye de me défaire de toutes considérations, traditions, et autres conditionnement ou meme mensonges institutionnels à but lucratif, c’est bien dans la nutrition…mais ça reste compliqué.

  67. Shayera

    Bonjour Jérémy,

    Tu as supprimé mon commentaire ? Puis-je savoir pourquoi ?

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Ton commentaire était dans les spams, je viens de l’approuver. Ce n’est pas de moi de censurer les commentaires constructifs qui commencent par « bonjour » ne t’en fait pas ! :) !

  68. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

    @ Théo:

    Je ne suis pas convaincu que sur la base de ton ressenti du goût avec tes papilles, en comparant des fruits et des légumes avec un morceau de viande brut, la conclusion soit réellement juste.

    Je pense cela car un fruit, par nature, il est fait pour être mangé. C’est sa vocation même, devenir appétissant pour la faune alentour qui permettra l’assimilation, la germination et la dispersion des graines, des gênes et la survie de l’espèce. Cela ne me dérange donc pas de saliver devant une belle fraise, car elle est là pour ça. Couleur attrayante, odeur délicate et goût délicieux.

    En revanche, un cerf, une vache ou un porc ne sont pas fait pour être mangé, de part leur nature. Le cochon n’est pas venu au monde pour nourrir spécialement le lion d’à côté. Là où je veux en venir, c’est que cela me paraît plutôt normal que l’on ne salive pas devant une biche ou un cochon, mais qu’il faille plutôt « préparer » la viande pour la rendre appétissante. Après il y a effectivement une limite, entre le cru et le cuit, et le trop cuit. La cuisson « cramée » type barbecue génère effectivement des composés cancérigènes, et autres, mais une cuisson douce braisée peut tout à fait permettre de conserver la qualité de la viande. Pour le cru, tu classes un peu trop vite tous les assaisonnements dans le même panier, mais un carpaccio de boeuf, avec de l’huile d’olive et des fines herbes suffit pour être délicieux et terriblement sain. Ne penses-tu pas ?

    Est-ce que l’on doit forcément manger ce que nous aimons au premier regard ou selon ça nature ? Je veux dire que si je suivais à la lettre ton raisonnement, effectivement je n’aurais probablement jamais mangé de viande crue nature, sans assaisonnement, mais je n’aurais également jamais mangé de brocolis, de chou, d’épinard et j’ai tellement d’autres exemples (la papaye parfois peut rebuter aussi).

    Les goûts… c’est compliqué, cela évolue avec l’âge, les expériences, les rencontres, les changements de vie, et àa me semble un peu trop simple d’écarter la viande sous prétexte qu’on ne la mangerais pas crue, et nature (ce qui est probablement vrai, pour nous les occidentaux habitués aux sauces, etc.)

    Après, et pour conclure toujours la même chose de mon côté, je suis bien conscient qu’il faille remettre la viande à sa place, c’est à dire en tant que produit de luxe qui ne devrait pas être présent tous les jours dans nos assiettes, mais occasionnellement, et selon les goûts et les envies de chacun !

    1. Olivier Ramirez

      Yep et le goût à une forte part éducationnelle, c’est déjà une discussion qu’on avait eue avec superlightman.

      Pour les composés liés à la cuisson dans les viande, AGE, amine hétérocycliques etc, Sisson a fait récemment un très bon article sur la place que doit avoir les marinades, les températures et modes de cuisson.

      http://www.marksdailyapple.com/is-gently-cooked-food-better-for-you/#axzz2sU7ZgRIk

  69. Theo Poel

    Salut Jérémy, moi, c’est le contraire, j’ai reçu par notification via mail ta réponse à mon dernier post, mais elle n’est toujours pas publiée?

  70. Theo Poel

    Ah ben pardon, je vois qu’entre temps, elle l’est, toutes mes confuses ;-)

  71. nadrin

    Juste une petite remarque sur certaine grotte avec incluses 100 têtes de cerf.
    Un calcul élémentaire montre que sur 100 000 ans d’habitat plausible , provisoire ou pas , à l’intérieur d’une grotte nous donne ( à raison d’un animal de 100 kg par quinzaine pour 10 personne) 240 000 tonnes , dont les parties osseuses pourraient représenter de 25 000 à 40 000 tonnes.
    Tenant compte de la décomposition et de la spécificité chimique des os , on peut raisonnablement envisager un volume décomposé de 10 à 15 000 m3 sur une période de 100 000 ans à raison d’une carcasse de 100 kg par quinzaine , en moyenne.
    Celà fait tout de même un volume de 50 mètres sur 25 et 10 à 15 mètres d’épaisseur.
    Une grotte serait vite comblée si on n’imagine pas un entreposage ,à l’extérieur et à proximité.
    L’attrait odorant devait être une énorme source de conflit avec les espèces carnassières de l’époque et le problème du stockage des déchets devait être un soucis majeur,afin qu’un régime trop carnivore ne devienne finalement le plus gros risque de concentrer un très grand nombre de prédateurs aux alentours de la grotte.
    Peut-être existait-il de ces endroits où l’on attirait les prédateurs afin de pouvoir sortir de cette grotte sans risque de se faire immédiatement agresser .
    Quels étaient ceux désignés pour extraire les carcasses de la caverne , avec les risques que celà devait comporter?
    Des milliers de questions se posent sur l’organisation de ces petits groupes ,échapper à ce terrible danger qui devait résulter d’une consommation importante de chair animale.
    Ceux qui s’occupaient de l’apprivoisement des loups ou autres carnivores , afin de créer une barrière mieux contrôlée ,les abatteurs qui pour sortir en sécurité devaient synchroniser leurs sorties avec les sacrifiés qui extraient les restes vers les décharges nourricières etc etc …
    La vie devait ressembler à celle d’un camp retranché ,source de toute les prédations animales.
    Manger et gérer la viande et ses déchets devaient poser la question aux consommateurs de l’époque ,du gain , par rapport aux risques courus .
    Manger de la viande et augmenter les risques ou en manger peu ou pas et passer plus facilement entre les mailles de la coalition des carnassiers?
    On peut tout imaginer et son contraire .
    Peut-être qu’une part importante des carcasses servaient à domestiquer les carnivores , remparts ,vis à vis des autres et que les squelettes avaient une fonction décorative , spirituelle , commémorative etc etc …
    Ce qui semble plus probable , c’est que le gêne religieux ou anthropocentrique , devait déjà faire de gros ravages dans l’image erronée que devaient avoir nos ancêtres sur les mouvements cosmiques et le géocentrisme apparent qui ressortait de leurs conclusions .
    Cette tromperie organisée ou pas , par un hypothétique , est à mon sens ce qui est le plus troublant ,pour amener les observateurs des cieux de l’époque , à systématiquement se tromper sur les mouvements célestes ,au point que tous croyaient se trouver au centre de quelque chose et donc regardé de partout autour , par quelque chose .
    Pourtant ,maintenant , on sait que tout ça était faux .
    L’orientation prise par l’humanité s’est trompée dès le départ et l’aliénation génétique qui a du en découler , nous guide et oriente toujours , actuellement .
    C’est vraiment étonnant et si l’on élargit cette image aux infinités d’autres formes de vie intelligentes possibles , dans l’univers , toutes se sont vraisemblablement trompées comme nous , puisque les systèmes de rotations finalement simples , autour d’étoiles accompagnées de systèmes planétaires , seraient perçus de la même manière , depuis la surface de planètes potentiellement habitables.
    Toutes auraient l’impression d’être le centre de quelque chose et donc regardées ,observées et le fruit d’une intention .
    Bien que non croyant , je me pose la question d’une éventuelle intention pour que toute forme de vie « intelligente » soit systématiquement amenée à se fourvoyer sur la vraie réalité de ce que la force gravitationnelle accompli , de manière générale et quasi systématique.
    L’illusion d’être un point central ,alors que ce n’est pas du tout le cas.

  72. Robin

    (peux-tu effacer mon précédent commentaire, stp? La connexion est capricieuse, par ici)

    Merci pour l’article, Jérémy! Je vais pouvoir montrer ça à la personne qui m’a affirmé mordicus que l’homme est végétarien à la base « parce-que le singe, son ancêtre, l’est aussi » et également « parce-que nos ongles tiennent plus des sabots d’un cheval que des griffes d’un lion »… Elle ne pourra pas dire que ses arguments sont affreusement bancals.

  73. nath

    D’un côté comme de l’autre, toutes ces argumentations sont conceptuelles et alors, quand la science est là, alors c’est Dieu la vérité qui parle, nous devons nous inclinez…
    Il est vrai que la plupart des végétariens sont très virulents, voire agressifs ce qui est dommage et ne rend pas service à leur « cause ». D’ailleurs, pourquoi faut-il transformer son régime alimentaire en cause à défendre ? Cela n’est pas très sain à mon sens.
    Qu’est ce qu’on en a à foutre que l’homme du passé était végétarien ou pas ? On est aujourd’hui avec une industrie agro alimentaire aussi puissante que Big Pharma et qui produit les même horreurs que Big Pharma. Le point commun de ses 2 industries c’est un total non respect de la Vie. (avec un grand V).
    Quand j’ai décidé de ne plus manger de viande ni de poisson, j’ai ressenti un grand soulagement et cela me convient parfaitement. Je le vie très simplement. Et à chaque fois on me demande « mais POURQUOI ?? » Mais c’est comme ça, c’est tout. Je peux te donner des explications conceptuelles pour me justifier et que tu puisses me rentrer dans une de tes petites cases et que cela ne dérange pas trop ta conception des choses. Mais c’est comme ça, aujourd’hui (car on est aujourd’hui) il y a des gens qui sont végétariens et d’autres qui sont carnivores. Tout prosélytisme est douteux des deux côtés !

    1. Seb

      Je ne comprends pas pourquoi vous tirez TOUS en permanence à boulets rouges sur l’industrie agro-alimentaires.
      Certes il y a des abus. Mais pour nourrir des milliards d’individus mise à part une produit de type « industriel » (ce mot doit ecorné vos oreilles sensible), comment fais t’on ?
      Je vous écoute.

      Et c’est parce qu’on vit dans une société abondante et affranchie des impératifs de la survie que vous pouvez vous payer le luxe de ne pas manger de viande pour des raisons éthiques ou autres. Avez-vous réfléchit à cela ?

      Vous présentez l’industrie agro alimentaire comme un cancer, un monstre, qui aurait fait disparaitre un paradis perdu.
      Ca me fait rigoler…

      Je peux vous assurer que si on avait proposer à un paysan de 16eme siecle le choix entre un burger ou un poulet de batterie et la famine (qu’il a certainement connu), il aurait choisit sans hésiter la « mal bouffe » que vous dénoncez…

  74. Alexandra

    Merci pour cet article très complet et instructif. Je me pose pas mal de question sur le régime alimentaire idéal de l’homme et je pense plutôt pour une consommation de viande modéré mais un minimum présente quand les conditions d’élevage sont éthiques. Je ne suis pas trop convaincue par mes arguments des végétariens et encore moins par leur agressivité qui refroidit toute initiative à mon avis.

  75. Marie

    Bonjour Jérémy,

    Étant moi même végétalienne, je n’apprécie pas particulièrement de me faire traiter d’extrémiste…
    Cette décision de ne plus consommer de produits animaux ni aucuns dérivés est basée sur des recherches et des expériences personnelles. J’ai grandi à la montagne dans une famille végétarienne et j’ai toujours eu des animaux chez moi, chiens, chats, vaches, chèvres, lapins chevaux… Ma première motivation a devenir végétalienne a été la souffrance animale, car j’estime que mon seul plaisir gustatif ne justifie pas la mort d’une autre créature sensible. On me dit souvent que je fait de anthropomorphisme, je réponds généralement à mon interlocuteur que lui fait de l’anthropocentrisme…Je ne dis pas que les animaux sont comme nous, je dis simplement qu’ils ont la capacité de ressentir de la douleur et que ceci doit être pris en compte. Bref, je ne vois pas en quoi le choix de ne pas faire souffrir un autre être vivant sensible est extrémiste.
    Ensuite, je suis tombée sur ton article car je faisais des recherches sur le sujet de l’alimentation préhistorique, as tu entendu parlé du Docteur Vaughn Bryant ? Il a un point de vue intéressant sur la question. Mais il me semble de toute façon incohérent de prétendre que les hommes préhistoriques aient suivi un régime ou un autre, dans les conditions dans lesquelles ils vivaient, leur seule chance de survie était l’adaptation et j’entends par là de manger tout ce qu’ils pouvaient bien trouver, que ce soit de la viande ou non. Je pense aussi que la chasse devait être obligatoire dans certaines conditions climatiques et lorsqu’un groupe devenait très important. Mais la capacité de s’adapter à notre inadaptation (il faut bien avouer que a part notre cerveau et nos mains, on n’a pas grand chose pour survivre…) ne fait pas forcément de nous des carnivores, ni même des omnivores… Il y a pas mal d’études qui disent que la viande est néfaste au delà d’une portion/jour, et beaucoup d’autres qui disent que le régime végétarien est adapté à tous les âges et qu’il n’a rien de dangereux…
    Il y a aussi beaucoup de documentation qui nous informe des dégâts incroyable de l’élevage sur l’environnement, sur la faim dans le monde, sur la résistance des bactéries aux antibiotiques….
    Bref, je ne vois pas trop pourquoi quelqu’un d’informer -ce que tu es- continu de vouloir manger de la viande, et de défendre ce point de vue, à quel niveau est-ce bénéfique ?

    Beaucoup de personnes avec qui j’ai ce débat (toutes en fait) me disent à un moment ou à un autre qu’elles ne mangent que de la viande de qualité, élevée en plein air… Ça me fait vraiment mal pour eux quand je les croises à la sortie d’un supermarché avec leur barquettes premier prix… Mauvaise conscience ? On m’accuse souvent de mettre les gens mal à l’aise, mais s’ils n’assument pas leur actes, il n’y a qu’à eux même qu’ils peuvent s’en prendre, et à la société qui tend à infantiliser les gens.
    Je trouve donc ton article néfaste -même s’il est bien écrit et bien documenté- dans le sens ou il conforte certaines personnes à continuer dans une voie qui fait beaucoup de mal, que ce soit à nous, aux animaux, à la planète, et aux générations futures. C’est contre constructif, et c’est bien dommage. Tu as l’air de plutôt encourager la consommation d’une viande de qualité, pourquoi alors ne pas écrire un article pour sensibiliser les gens à ces problèmes, et les encourager à mieux consommer, ce serait déjà ça, non ?

  76. nadrin

    L’agressivité relative des végétariens est tout à fait compréhensible, puisque généralement ( pas tous) ils trouvent scandaleuse et inadmissible, la manière dont sont considérés leurs proches cousins et cohabitants,sur notre planète.
    Lorsque vous trouvez que quelque chose est profondément injuste , irrespectueux et que l’exploitation d’une faiblesse , d’une infériorité pas réellement déterminée mais néanmoins affirmée , semble tout à fait normale , pour la grande majorité des gens qui vous entourent ,vous n’avez pas beaucoup de solutions pour faire face aux évènements .
    C’est arrivé si souvent .
    Vous vous ralliez au sentiment général et vous vous dites que finalement il vaut mieux pour votre confort intellectuel , que de laisser cela aux générations futures ,est la meilleure solution pour votre propre équilibre .( comme un peu avant tous les grands bouleversements de la considération d’autrui , dans nos mondes , depuis si longtemps ) .
    Dans le meilleur des cas , si une partie importante et secrète de vous , reste intègre , vous garderez ce sentiment d’être un traitre , un lâche et d’avoir abandonné une cause qui était juste ,mais un peu en avance sur son temps et pour vous excuser vous vous direz que vous n’en aviez ni la force , ni le courage .Vous vous sentirez coupable de non assistance à individu en danger.
    Ou bien vous continuez seul dans votre coin ,accompagné de quelques autres en vous disant que par vos choix , vous ne vous considérez ni comme coupable ,ni comme collaborateur à cette profonde injustice.
    Ou vous continuez avec la conviction que vous pouvez aider par quelque moyen que ce soit , à une prise de conscience , ne serait ce que de quelques individus ,durant le reste de vos jours.
    C’est toujours ça de pris.
    On ne peut parler de prosélytisme de bas étage , lorsqu’un encouragement à se détacher de pratiques irrespectueuses d’autrui est mise en avant.
    Au risque de choquer les créationnistes dans l’âme , qui s’ignorent : était-il si scandaleux ,que ceux qui ont initié les révolutions passées aient tenté de rallier à leur cause ,le plus grand nombre?
    Maintenant , il y aura , comme dans toutes les reconnaissances de nouveaux droits à d’autres , des gens qui ne voudront pas voir l’évidence ,qui refuseront de perdre de l’argent , du confort mental , des plaisirs ordinaires , d’autres avantages presque ancrés génétiquement en eux.
    Ceux qui diront que leurs cousins ,même configurés avec 90 % de matériel commun ,ne sont fait que pour être à leur service. ( comme il est souvent dit dans les seconds tomes des gros bouquins écrits à la lumière de lampes à huile )
    Ils seront prêt à tout pour éviter une remise en cause ,dont ils sont persuadé qu’elle va les amputer d’une part importante de leur insouciance.
    Vouloir vaincre l’injuste est pourtant si enrichissant.et respectable.
    Mais apparemment il y a encore tellement de droits que les hommes ont pris ,sous l’emprise du narcissisme ,né de la contemplation des mouvements stellaires erronés ,jusqu’il y a 500 ans , que je ne vois pas d’issue heureuse rapide à l’éradication de ce que l’on peut considérer comme le plus grand massacre de masse organisé et encouragé .
    Je pense qu’un être vivant , sur quelque planète que ce soit , qui s’extrait de la compétition impitoyable de l’évolution , devrait utiliser ses facultés pour étendre , de la manière la plus large possible les valeurs positives qu’il prétend être le seul à posséder et pas seulement vis à vis de ceux avec lesquels il peut envisager une descendance , après acte sexuel concluant.

    1. nath

      C’est exactement ce que je dis : attaquer, parler à la place des autres, savoirs mieux que tous les autres, donner des leçons, c’est exactement tout ça qui fait chier les gens que vous voulez convaincre.
      C’est pas en disant à l’autre que c’est un débile ignorant qui n’a rien compris à la vie que vous allez le faire changer. Pourquoi vous croirait-il ?

  77. Pingback: Vers une histoire des animaux ? « l'histoire est un combat

  78. Quaky

    1. Compagnon n’est pas homme.

    2. Manger végétarien et non « Etre » végétarien
    (être une personne/qn. etc) non pas l’homme est végétarien, ou pas; mais l’homme végétarien, nuance !

    3. L’homme n’as jamais existé ! Dites « Les humains ».
    (moins singulier, moins réducteur, moins macho)

    4. Cet article est sensationnaliste, irrespectueux et ethiquement suffisant.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Quaky, les commentaires utiles c’est en option ou quoi ?!

      Reviens nous voir disons dans 10 ans, quand t’auras un peu grandi et appris sur le sujet ! Merci !

  79. Syl

    Faut quand même remettre les choses dans leur contexte. Les hommes préhistoriques chassaient pour se nourrir (comme tous les animaux finalement) des animaux sauvages, ça n’a rien à voir avec le système actuel où nous exploitons massivement des milliards d’animaux dans des usines ignobles tout ça pour bouffer des burgers. L’argument éthique justifie à lui seul d’être végétarien.

    1. Karl

      parfaitement d’accord ^_^

      1. Syl

        :)

    2. Robin

      L’argument éthique justifie à lui seul le fait de réduire sa consommation de viande et de privilégier les élevages non industriels, pas le fait de ne plus manger de viande.

      1. Syl

        t’en connais toi des élevages non industriels ? Sur Nice moi j’en connais pas. Je sais seulement que la viande de supermarché provient d’élevages intensifs donc je m’abstiens, je cautionne pas ce business immonde. J’ai pas besoin de manger de viande qui plus est bourrée d’hormones et d’antibio. Je suis végétarienne, je fais 6 heures de sport par semaine, je me supplémente ni en en poudres, ni en protéines végétales (je mange pas de soja, ni de lentilles et cie) et tout va très bien, je suis fitée comme j’ai jamais été et j’ai plutôt la pêche. Donc CQFD pas besoin de manger de la viande pour être en bonne santé. Surtout pas celle qui sort des camps des élevages intensifs.

        1. Robin

          Ce n’est pas parce-que vous n’en trouvez pas dans votre région qu’ils n’existent pas. Je suis omnivore mais ne mange de la viande qu’un minimum tout en cherchant au maximum les produits issus d’élevages non tensifs, je fais beaucoup d’exercice aussi et je suis en excellente forme. Il n’y a pas besoin de ne pas manger de viande pour être en bonne santé. CQFD.

          1. Syl

            C’est la santé de la planète et le respect de la vie qui me préoccupent d’avantage que de savoir qui de toi ou de moi aura le dernier mot… Libre à toi de manger ce qui te plait. Je ne mange pas de viande par conviction éthique. J’ai le droit que je sache? on dirait que tu veux me convaincre qu’il faut manger de la viande. Ma survie n’en dépend pas donc si un jour une envie irrépressible me prend et bien je choisirais de la qualité mais pour le moment ça ne me taraude pas.

            1. Robin

              Vous avez le droit. Je n’ai jamais affirmé le contraire, vous savez? Je ne vous ai même jamais « forcé » à changer de régime alimentaire, je n’ai fait que vous montrer que mes propos valaient tout autant que les vôtres.

          2. Karl

            Le problème est que c’est plus tard dans un futur proche ou moyen que tu va commencer à dépérir et embarquer dans les statistiques des malades… Ton cœur,tes artères,ton mauvais cholestérol,etc… Mais bon! Peace! lol

            1. Robin

              Je peux vous retourner la même chose avec les carences etc. Comme quoi, ce n’est pas le fait de manger ou non de la viande qui fait qu’on est malade, mais le fait d’en manger EN EXCÈS. Lisez donc le site en entier, il y a d’excellents articles la-dessus.

  80. léna

    Bonjour tout le monde !
    Je vois ici beaucoup de discutions ,pas super sympathique … bref , moi etant végétarienne je suis parfaitement d accord avec jeremy sur certains points . Il part du principe que ginalement on a presque toujour mangé de la viande . Et en petites quantités pour survivre . Mais maintenant que nous avons toute cette diversité de fruits , légumes, graines céréales , nous avons toute la diversité qu il nous faut . Je ne pense pas qu en hiver , il y avait beaucoup de légumineuse pour les protéines , donc l homme a du s adapté pour survivre . Mais maintenant nous n en avons plus besoin non ? Meme en hiver on peut trouver des legumes et tout cas … certes pas des pêches ou des melons , mais il y a assé de quantité de nourriture en dehors de la viande pour se nourrir en hiver . Nous pouvons tous trouver ce qu il nous faut dans les légumes , excepté la B12 . Et si les vegetarien mangent équilibré ils n ont à se soucier de carences .car oui on peut manger vege et pas équilibré . Je suis contente que certains omnivore et surtout les chasseurs s aperçoivent que manger trop de viande est néfaste . Manger 1 a 2 portion de viande par semaine ne nous feras pas mourrir !!!! Et oui une végétarienne peut penser sa et ne pas detester les omnis . Oui nous pouvons penser que avant manger de la viande permettait au homme préhistorique de SURvivre main aujourd’hui nous pouvons nous en passer et si tout le monde mangeais 1 a 2 portions de viande par semaines se serait une resolution pour bien des problèmes ( meme si devenir vege c est encore mieux …:P) je trouve sa débile les gens qui sont vegeta*iens se permette de parler irrespectueusement au omni juste parce qu ils sont omni mais malheureusement a force d entendre certaines stupidités , certains en ont mare et il faut bien les comprendre et c est aussi dans certains cas ou les omni nous agresse ( je ne rigole pas mais je ne dis pas que tout les omni sont comme sa …)alors je ne vegetarise personne je viens juste partager avec med savoir ( tout les vegetariens sont pas que vege a cause des animaux ,certains se sont pour la santé je precise ….)
    Alors calmez vous ici un peu et bonne journée

  81. Ouzka

    Et bien, que d’affrontements pour un fait qui relève surtout d’un choix, celui de son alimentation et plus largement de son mode de vie.
    Je crois que l’homme est omnivore, ce fut d’ailleurs sa chance. Omnivore par définition, donc il lui est arrivé au cours des millénaires de s’adapter à ce qu’il trouvait, quoi que ce fut. Point barre. Donc oui, il fut frugivore, herbivore, machintrucovore, peu importe. Il put être tout ça parce qu’il était omnivore.
    En fait, je ne vois pas où est le problème que cultive apparemment les végés à vouloir absolument prouver que nos ancêtres étaient de mignons petits bons hommes innocents et refusant de tuer des presque semblables pour se nourrir. Comme si faire remonter ce fait hypothétique, et que je tiens pour erroné et anachronique, justifiait leur choix alimentaire de maintenant. Alors que comme il est dit par ailleurs, les arguments modernes (mal-être animal et danger sur la santé) suffisent amplement à démontrer que réduire son apport en viande serait bénéfique.
    Je ne sais plus pourquoi ni comment j’en suis venue à me renseigner sur notre (moche) société de consommation alimentaire, mais je me rappelle très bien être tombée sur ce truc d’anatomie comparée entre les humains et les herbivores pour prouver que nous étions nous-mêmes herbivores … Et « tombée », ce fut le mot … J’ai trouvé ça tellement grotesque que j’ai failli en tomber de ma chaise de bureau, j’ai réellement cru à une blague, un mouvement trollesque bien assumé.
    En tout cas, cela m’a incité à approfondir mes connaissances en la matière et je pense que devenir végétalien/végan n’est certainement pas la solution, surtout qu’en passant, pas mal de « convertis » s’imaginent avoir déniché le graal qui leur donneraient de facto supériorité et plus encore, La Vérité, sur les autres, les petits, les médiocres, les abâtardis, les beaufs carnistes, parfois assimilés au premier nazi venu (tention, point godwin atteint, c’est assumé, on m’a reproché d’être « comme une nazie » parce que j’étais mangeuse de viande … Euh, comment dire ? Cela se passe de mots je crois).
    Je suis moi-même omnivore et comme bcp de ceux qui interviennent ici, j’ai réduit drastiquement ma consommation de viande (lait aussi) mais en privilégiant les portions de meilleure qualité et en essayant de diversifier mon alimentation. Je fais même des recettes vegans parce que je suis curieuse de saveurs et de texture et simplement d’aliments que je ne connais pas nécessairement.
    Ce qui m’agace, c’est tout le pataquès pseudo intellectuel qui tend à justifier à tout prix la (forcément) légitimité inattaquable du végétalisme. Comme si c’était là, la seule rédemption possible de l’Humanité.
    Faudrait voir à ne pas perdre de vue que cela reste du domaine de la réflexion individuelle, c’est un choix, cela reste un choix. Chacun fait donc comme il l’entend. Sous nos latitudes nous avons encore cette chance, comme celle d’avoir et de faire ce choix en toute conscience.
    En passant, +1 aux « extrémistes végans » qui sont venus s’agiter ici. Vous décrédibilisez votre message comme personne. Chapeau donc -en fibre végétale, cela va sans dire.

  82. mams

    @Jéremy : Faire un choix requiert conscience, au-delà des a-priori sociétaux et prises émotionnelles, pataquès religieux, héritages familiaux et bénéfices agro-ali-médicaux…
    Pour explorer d’autres points de vues, je conseille la lecture de l’enquête campbell, qui me fait penser à la trépidante exploration des croquettes canines.
    Réjouissez-vous, il est paru en français l’année dernière.
    Par T.Collin Campbell et T.M. Cambell, comprend la china study. Fascinant. Meilleur qu’un roman policier et totalement décapant.

    Bien à vous.

  83. boris

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour ce site que je viens de découvrir, je vais le parcourir en détails.
    Vous essayez de découvrir si l’homme est fait pour manger de la viande ou non en analysant 3 facteurs (Anthropologique, Anatomique et Epidémiologique), d’accord mais est-ce suffisant et surtout est-ce que cela a un sens ?
    Parceque si on se pose cette question c’est surtout a terme pour savoir si soi même on veut manger de la viande ou pas, pour trouver une réponse on est bien daccord ? Je veux dire le tigre qui chasse ne se pose pas la question de savoir si le tigre est fait pour manger de la viande, il agit, point barre, nous on se pose la question parcequ’on ne sais pas.
    Donc si on cherche une réponse je pense que la seule solution c’est de se poser soi même la question,vous pouvez lire toutes les études du monde et toutes les contres études, vous n’y trouverez pas votre réponse.
    J’ai mangé de la viande pendant des années sans me poser de questions et puis j’ai commencé a réfléchir à me renseigner et puis un jour en Afrique un ami m’a proposer de tuer le bouc que nous avions acheté pour faire un barbecue, j’avais le couteau dans la main et le choix. non seulement je n’ai pas pu le faire mais je n’ai même pas pu regarder quand un autre l’a fait, ça m’a tout simplement répugné.
    Donc je me fous royalement de la longueur de mon intestin ou de la forme de ma bouche ou de comment se nourrissait mes ancêtres (chose qu’on ne saura JAMAIS, au passage), je ne suis tout simplement pas capable de prendre un couteau et de trancher la gorge d’une vache parce que cela me fait souffrir, donc suis-je fait pour manger un steak ? La réponse est simple, non.
    Alors je mange toujours de la viande parfois quand j’estime que je n’ai pas le choix (oui on a toujours le choix mais parfois ils sont trop durs a prendre), mais j’agis en contradiction avec ma conscience, et c’est la pour moi le point principal de cette question.
    Je ne suis pas en train de défendre les végétariens ou de faire changer d’avis qui que ce soit, je dis que la question « l’homme est il fait pour manger de la viande? » n’a pour moi aucun sens, chacun vit dans son monde chacun doit trouver sa réponse, essayer de trouver une réponse globale qui statuerai « l’homme est comme ci ou comme ça » est réducteur et de toute façon sans issue.
    Bonne journée a tous !

    1. Seb

      Tu n’as l’a pas fait parce que tu pouvais tranquillement rentrer a l’hotel et allez manger une glace, des chips en buvant une biere, ou un fruit bien frais, que sais-je d’autres…

      Le jour ou tu seras confronté à la « faim » et que tuer un animal pour le manger sera une question de survie, de Ta survie ou celle de tes proches, alors tu n’hésiterais pas.

      Et si tu le fais tu mourras.

  84. Cécile

    Cet article aurait peut-être retenu mon attention et gardé une once de crédibilité s’il n’avait été truffé de fautes d’orthographe.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Ce n’est point grave Cécile. Nous nous passerons de toi pour discuter ! Et le monde n’ira pas plus mal ! ; )

      1. Virtus Post Nummos

        Il n’empêche qu’au même titre que l’appétence d’un produit passe par son packaging, la lisibilité d’un article passe aussi par la qualité de l’écriture :x

  85. Cath

    Tant qu à ca il n y avait pas de ipad ou de téléphones intelligents…donc on ne devrait plus les utiliser :o

  86. Jérôme

    Comme d’habitude quand on parle de nourriture, il y a à boire et à manger, ici surtout dans les commentaires.

    Pour la santé :

    Partons des glucides. Il y a des acides gras essentiels et de protéines essentielles, c’est à dire dont notre corps a besoin et qu’il ne peut pas fabriquer lui même. Il n’y a pas de glucides essentiels.

    Si on commence par là ça devient de suite plus simple car pour que notre corps utilise la graisse en priorité il faudra nécessairement limiter drastiquement notre consommation de glucide (moins de 50gr par jour pour la plupart). Et si on consomme des bonnes graisses (dont les plus importantes sont les graisses saturés) des abats et du bouillon d’os on aura une alimentation optimale. On pourra retrouver cet état naturel ou (comme le dit Nora Gedgaudas – lire Primal Body Primal mind) avant de manger on a faim et après manger on a plus faim. On évitera, entre autres, les problème bien connus de pic de glycémie (à condition de limiter la consommation de protéines). On aura peu ou pas de chance d’attraper un cancer (les cellules cancéreuses se nourrissent de glucides). Notre cerveau sera aux anges.

    Bien sur, dans l’idéal les animaux que l’on mange auront eux aussi mangés de manière optimale. La vache, de l’herbe et du foin, mais pas d’ensilage ou d’enrubanné (on n’en trouve encore). Le cochon, ce qu’il trouve dans les bois et du fourrage (beaucoup plus dur à trouver mais le cochon étant lui même omnivore, s’il mange des céréales et vie en plein air on s’en sortira pas mal).

    Pour ce qui est de l’éthique il n’y a qu’à lire Le Mythe Végétarien de Lierre Keith pour comprendre qu’aucun argument végétarien n’est bien fondé.

    L’agriculture est l’ennemi des animaux. Pour cultiver des céréales il faut d’abord détruire l’habitat naturel ou vivaient des animaux.

    On entends toujours parler de l’élevage industriel, qui est, il est vrai, ce qu’il y a de pire, mais on aurait jamais eu l’idée de donner des graines au vaches si on avait pas eu des surplus de céréales, conséquence de la dite « révolution verte ». Ce qui nous amène à la culture de céréales de manière industriel qui est déjà un désastre pour la nature. On pensera par exemple au lapins moissonnés avec le blé et à la destruction des sols (et notamment les nombreux vers de terre).

    Pour ce qui est de l’anthropologie, les inuits sont en effet un bel indice de ce qu’a pu être la vie de nos ancêtres, car il ne faut pas oublier que les périodes chaudes comme celle que l’on est en train de vivre (et qui semble ce terminée) sont l’exception. Et tout le monde sait que les fruits poussent plutôt quand il fait chaud.

    Ces histoires de vegan qui veulent nourrirent même leur chat sans animaux nous amènent à voir l’absurdité de cette idéologie quand elle base sont comportement sur une donnée pour le moins simpliste, savoir, « si je mange un animal il souffre ». Quand on part de là évidemment on peut en arriver à ce demander ce qu’on doit faire de tout ces animaux carnivores qui en font souffrir d’autres.

    J’ai un point commun avec les végétariens, je me souci du bien être des animaux. Et si on étudie honnêtement la question on en vient à manger surtout de la viande.

    1. Olivier Ramirez

      Les inuits sont un exemple de la vie dans « l’hémisphère nord » car il faut se rendre compte que la glaciation n’a jamais touché la totalité du globe dans les 5 derniers millions d’années, la surface maximale de terres couvertes par la glace est estimée à 32% des terres émergées du globe et une température moyenne inférieure de plus ou moins 6° par rapport à notre période interglaciaire actuelle.

      On doit considérer des contrastes entre divers latitudes et régions même si globalement la végétation couvrait moins de terres. Rien n’est tout blanc ni tout noir d’autant plus que l’homme a du vivre l’intervalle de périodes glaciaires et interglaciaires.

  87. Olivier

    Je n’ai jamais vu ou lu ces arguments… Ceci dit, il est certain que l’être humain est omnivore à tendance frugivore, c’est à dire qu’on peut effectivement composer son repas avec de la viande, mais ce n’est pas une obligation, on peut s’en passer. L’inverse par contre n’est pas vrai, personne ne peut se nourrir que de viande.
    De toutes façons, comparer le passé au présent n’a que peu de sens : à l’époque, plus que les outils, c’était la vie toute entière qui était différente, et la survie passait avant la philosophie (qui n’existait pas par ailleurs, ou alors très peu), tu mangeais ce que tu avais, point.

    De nos jours, manger de la viande n’est en aucun cas une obligation, nous avons très largement le choix, n’oublions pas que près de la moitié des ressources finit dans la poubelle, donc pas d’excuse à ce niveau.
    Et au niveau de la « chasse », là aussi, ça n’a plus rien à voir : de nos jours, nous élevons de façon industrielle des milliards d’animaux dans des conditions épouvantables dans le seul but de s’en nourrir partiellement, le reste finissant à la poubelle ou dans les croquettes, et c’est surtout ça que dénoncent les végétariens et végans et veulent contrer.

    1. karloss

      Parfaitement d’accord avec toi Olivier en tout points…

    2. Olivier Ramirez

      Il est facile de dire que l’inverse n’est pas vrai sans avancer aucun argument pour soutenir l’un ou pour infirmer l’autre alors qu’en soi si aucunes de ces situations n’est idéale, ça ne rend pas moins le fait de se nourrir uniquement de viandes ou de produits animaux viable et possible alors que l’inverse n’est pas forcément vrai sur le long terme.

      L’une des situations pouvant occasionner une carence vraie en vitamine B12 ( c’est si on ne parle que de cette vitamine), là où la consommation d’abats dans l’autre situation pourrait permettre un apport ,certes faible, en vitamines C et B9, mais tout de même présent.

      Tout type d’argument pouvant être tourné à l’avantage de l’un ou l’autre à la manière dont je l’ai fait plus haut, il faut garder l’esprit ouvert et étudier les choses pour se rendre compte que la synérgie jouerait plutôt en notre faveur au niveau purement santé et nutritionnel.

    3. Seb

      Olivier => certaines tribus comme les Nénètses ont de la viande (de rennes précisément) comme base principale de leur alimentation. Ils peuvent agrémenter cela de temps a autres et suivant les circonstances avec des champignons ou des baies. Je dis bien « peuvent », car certains membres de ces tribus ne mangent QUE de la viande.

      C’est la même chose pour les inuits qui ont eu pendant des siècles voir des millénaires une alimentation strictement carnivore. Ils trouvaient les vitamines qu’ils n’avaient pas à disposition (pas de fruits ni de légumes) dans les abats frais et crues qu’ils consommaient sur les animaux chassées. Ce régime purement carnivore était particulièrement bien adapté aux conditions météorologique extrême (grand froid).

      C’est bien la preuve que l’homme fait avec ce qu’il a sur la main et que son seul objectif est de s’adapter à son environnement et au contexte pour survivre. Savoir ce qu’il était « à l’origine » ne signifie rien, en tout cas pour moi, et ne veux strictement rien dire. L’homme est omnivore actuellement, c’est un fait, pas une opinion.

      Tous ces fanatiques sur le végétarisme, ca me fait plutot marrer…
      En fait vous dénoncez une société de surconsommation mais vous en êtes paradoxalement le plus pur produit : vous vivez, tout comme moi, dans une société ou l’abondance est la règle, une société qui s’est affranchie des impératifs de la survie.
      Par conséquent vous vous vous payez le luxe de ne pas manger « de produits carnés » comme vous dites, parce que « c’est horrible de faire mal aux animaux… ». Et vous essayez d’avancer des arguments scientifiques et écologiques pour défendre votre idéologie.

      Pour moi c’est pathétique.

      Dans un monde normal, c’est a dire celui que l’homme a toujours connu de part le passé, un monde ou la survie prime, on ne se poserait même pas la question.

      Le végétarisme, ce n’est que de l’idéologie liée a un contexte (une société pourrie gatée) et une époque précise.

      Rien de plus.

  88. Tom

    Et pourtant:

     » The humandigestive system has been adapted to a diet of fruits and vegetables for morethan 60 million years of development  »

    c’est ici:
    http://fr.scribd.com/doc/17111888/Science-Verifies-That-Humans-Are-Frugivores

    1. Olivier Ramirez

      Le système digestif humain n’existait pas il y a 60 millions d’années, la phrase prend comme postulat que l’homme a gardé un système digestif identique à l’orang-outan (qui soit dit en passant n’est même pas notre plus proche cousin).
      On a aussi dans cet article et les références, des écrits des années 70 et même du 18 ème siècle alors je doute fort que ce soit l’idéal en matière d’informations et qu’il n’y ait pas omission de bien d’autres informations sur le système digestif si similaire entre nous et les primates car hormis les longueurs, rien n’est dit sur le pourcentage des différents organes en terme de volume, rien n’est dit sur les différents processus enzymatiques ou sur la capacité d’absorption des nutriments.

  89. ivy

    regardez cette video de benjamin de naturacoach
    http://www.naturacoach.com/blog-nutrition/force-ancestrale-tout-savoir-sur-le-regime-paleo-et-lalimentation-de-nos-ancetres/
    la plus complete fzite sur le sujet et apres revenez debattre… ou pas! :-)

  90. Milie

    Saviez vous que l’homme peut digérer de l’excrément ?
    En sachant ça je ne pense pas que vous allez vous mettre à le manger.
    Chacun mange ce qu’il veut, après vous tournez autour du pot, vous essayez de faire croire à tel personne qu’il faut manger de la viande et les végétariens veulent vous prouver le contraire.
    Mais au final c’est un débat sur la conscience animale que vous faites, qu’est ce que ça peut vous faire ce qu’il y a dans l’assiette de l’autre ?
    Avec cet article on souhaite juste savoir ce que l’homme mangé avant nous pour simple connaissance générale. Rien de plus.
    Personnellement je pense que la viande une fois par semaine ça suffit, trop ce n’est pas bon. Notre consommation de viande est beaucoup trop élevé et malsaine pour les animaux.
    On veut nous faire croire des choses et ça depuis toujours, libre à tout le monde de croire ce qu’il veut. La société de consommation ou notre conscience ?

  91. nicolas

    Comment peut-on dire « lorsque les ressources étaient abondantes avec peu de gibier » car si les ressources sont abondantes il y a obligatoirement du gibier, ou dans e cas ils pourraient aussi dire que lorsque les ressources sont pauvres il y a beaucoup de gibier ;-)

  92. Decade Later

    Bonsoir !

    Tout d’abord merci pour tous les arguments, liens et sources que vous avez partagé (peu importe dans quelle sens ça allait), tout ceci est très intéressant je trouve !

    Ensuite, j’aimerais soulever une idée que je n’ai pas vraiment vue dans les arguments que j’ai pu lire, enfin j’avoue que je n’ai pas tout lu (il y’en a vraiment beaucoup), donc si je répète quelque chose qui a déjà été dit : désolé !

    Alors voilà : je pense que qu’aucun d’entre vous ne tombera d’accord sur les idées et convictions des autres… mettre en avant ce que l’homme est physiologiquement ou historiquement censé consommer n’a pas l’air de faire avancer les choses. Et dans un sens ce sont quand même des études assez intéressantes, mais au final on ne sait pas trop à qui ou à quoi se fier.

    Maintenant j’ai lu, à plusieurs reprises, que l’homme savait s’adapter à tout type d’alimentation et que ça a été prouvé tout au long de son évolution… Que manger de la viande à excès c’est très mauvais etc… qu’il est aussi suffisamment intelligent et évolué pour pouvoir fabriquer des outils, des armes, des pièges et même pour organiser des usines d’abattage massif d’animaux.

    Tout ceci étant dit et considéré, pourquoi cet homme « adaptivore » si intelligent et sensé ne veut-il pas se nourrir de manière pacifique et non par plaisir égoïste d’un simple goût, ignorant (plus ou moins volontairement) toute la violence et l’horreur qui se cache derrière son assiette de viande ?

    Voilà, je ne parle pas de biologie, de mère nature, de ce que nous sommes censés consommer ou pas, car j’ai l’impression que c’est un débat sans fin et qu’il y’a des choses intéressantes des deux côté… je parle juste d’éthique et de bons sens (concepts tout à fait relatif je suis d’accord), mais qu’est ce qui nous donne le droit de détruire autant (complexe de l’être humain haha ?) pour notre simple plaisir alimentaire alors que nous sommes capables de subvenir autrement à nos besoins ?

    1. Jerome

      Tu ne te mouilles pas trop Decade Later.

      « Maintenant j’ai lu, à plusieurs reprises, que l’homme savait s’adapter à tout type d’alimentation et que ça a été prouvé tout au long de son évolution… »

      L’homme peut s’en sortir plus ou moins bien avec divers types d’alimentation. Et les dégâts d’un mauvais régimes se constatent plus fortement après plusieurs générations. Il y a des régimes plus optimaux pour l’homme. Les glucides stress l’organisme, donc dans une perspective de bonne santé, moins on en mange mieux c’est. Si on commence par là ça réduit les possibilités.

      « Que manger de la viande à excès c’est très mauvais etc… »

      Par définition manger quoi que ce soit en excès est mauvais. De plus « de la viande » c’est très vague, viande industriel ou viande sauvage font par exemple une grande différence.

      « Tout ceci étant dit et considéré, pourquoi cet homme « adaptivore » si intelligent et sensé ne veut-il pas se nourrir de manière pacifique et non par plaisir égoïste d’un simple goût, ignorant (plus ou moins volontairement) toute la violence et l’horreur qui se cache derrière son assiette de viande ? »

      La nature étant bien faite un animal élevé dans de bonne condition sera plus bénéfique pour celui qui le mange. Pourquoi ceux qui prônent une alimentation faible ou exempte de viande ne veulent pas voir toute la violence et l’horreur qui se cache derrière leur assiette de céréales ? La destruction des habitats naturels des animaux notamment.

      L’Homme vit dans un environnement influencé par les psychopathes et a tendance à en reproduire les traits.

  93. Decade Later

    Juste pour préciser, les idées que je reprends dans mon précédent commentaire sont celles que j’ai lu en réplique à cet article…

    « Pourquoi ceux qui prônent une alimentation faible ou exempte de viande ne veulent pas voir toute la violence et l’horreur qui se cache derrière leur assiette de céréales ? La destruction des habitats naturels des animaux notamment. »

    Je n’ai pas envie de jouer au jeu de « à qui la faute ? » mais quand on sait que la majorité des cultures servent justement à nourrir tout ce bétail industriel, quelle type de culture aurait tendance à détruire le plus ?
    Ajouté à ça la déforestation pour construire ou autre, la destruction d’echo-systèmes causée par la pêche intensive etc…Rien ni personne n’est parfait je te l’accorde, et je ne crois pas que le but d’un végéta*ien soit la perfection, mais plutôt la minimisation de la souffrance animale, souffrance que l’on provoque déjà par notre simple présence sur terre.

    « L’Homme vit dans un environnement influencé par les psychopathes et a tendance à en reproduire les traits. »

    C’est un peu facile de se cacher derrière ce genre d’affirmation. Je suis pourtant en partie d’accord avec toi, mais si on arrive à être assez lucides pour faire ce constat, ça veut dire qu’on est capable d’agir et de penser autrement.

    1. Jerome

      Tout n’est jamais tout noir ou tout blanc. Il y a beaucoup de données à prendre en compte.

      Par exemple Lierre Keith explique comment après la seconde guerre mondiale, alors qu’on arrivait plus a produire plus de céréales pour notre population toujours grandissante, Des produits chimiques d’abord utilisés pour la guerre ont été utilisés dans les champs de céréales. C’est à ce moment qu’on a commencé à utiliser les céréales pour l’alimentation animal par ce que c’était moins cher.

      D’un côté on peut dire que c’est plus dévastateur de manger des animaux nourrit aux grains que de manger ces grains directement. Mais on ne prend pas en compte les effets dévastateurs des céréales sur notre propre santé.

      Pour faire court, ce genre d’absurdité ne serait pas arrivé si on n’avait pas d’abord décidé de manger nous même des céréales.

      Si on se mets tous à ne plus manger de viande industrielle, les élevages industrielles disparaîtrons. Jusque là je n’y voit que du positif. Maintenant je fais le choix de manger des animaux élevés localement et avec une alimentation la plus saine possible, qui malheureusement inclus encore des céréales pour certains. Ce n’est pas parfait mais ça va dans la bonne direction, et l’on peut présumer que si il n’y a plus que des producteurs locaux certains élèverons leurs animaux de manière encore plus saine. Dans la solution que tu semble suggérer dans l’idéal on se débarrasse de la production industrielle de viande pour ne plus manger de viande mais on continu à manger des céréales et le résultat c’est que les animaux qu’on a sauvé de la souffrance ont simplement disparus.

      On peut voir ça comme une amélioration, mais on n’a toujours pas résolu le problème des monoculture annuelles qui sont contre nature.

      En ce qui concerne la psychopathie, je ne dis pas que c’est une excuse pour notre comportement. Je dis que si l’on se rend compte que l’on est influencé par les psychopathe en commencent par découvrir les programmes qu’ils nous on mis dans la tête on pourra résoudre tout nos problèmes.

  94. Decade Later

    Ce que tu dis a beaucoup de sens je trouve, effectivement tout n’est pas tout blanc ou tout noir et c’est comme ça que j’essaye de voir les choses, même si ce n’est pas toujours évident.

    En ce qui concerne les céréales, déjà je ne suis pas sûr que les végéta*iens en mangent tant que ça et d’une autre part je ne suis pas non plus certain qu’il soit impossible de s’en procurer sans saloperies à l’intérieur.

    Parce que c’est vrai que, partit de là, on pourrait tout aussi bien dire qu’il ne faut plus consommer de légumes ni de fruits à cause des pesticides, des OGM et autres merdes qu’on nous met dedans ou dessus… Mais du coup on est mal barrés haha !

    L’idée que tu as de manger plus intelligemment de la viande je la respecte et je l’ai eu aussi moi-même à un moment donné de ma vie… si de plus en plus de personnes qui ne souhaitent pas se détacher de la viande commençaient par consommer en réfléchissant, je pense que beaucoup de choses pourraient changer.

    « Dans la solution que tu semble suggérer dans l’idéal on se débarrasse de la production industrielle de viande pour ne plus manger de viande mais on continu à manger des céréales et le résultat c’est que les animaux qu’on a sauvé de la souffrance ont simplement disparus »

    Je ne prétends pas que ce soit LA ni UNE solution, c’est simplement une idée que je m’étais faite en lisant tous les commentaires de cet article, et les questions que je me posais à moi aussi.

    Et quand tu dis « le résultat c’est que les animaux qu’on a sauvé de la souffrance ont simplement disparus », en fait ils n’auront pas disparus, ils n’existeront certainement plus car à la base ils n’étaient pas censés exister puisque qu’ils furent créés pour l’industrie (et rien d’autre).

    « En ce qui concerne la psychopathie, je ne dis pas que c’est une excuse pour notre comportement. Je dis que si l’on se rend compte que l’on est influencé par les psychopathe en commencent par découvrir les programmes qu’ils nous on mis dans la tête on pourra résoudre tout nos problèmes. »

    Je suis totalement d’accord avec toi là dessus.

  95. Lily

    Un débat passionnnant, mais où comme toujours tout est mélangé. Personnellement j’ai du mal à me faire une idée « scientifique » de l’impact de la consommation de viande sur notre santé. Indépendamment de toutes les considérations éthiques, morales, écolo etc etc qui peuvent fonder légitimement une démarche végé. Je parle uniquement en terme de santé. Entre d’un côté les vegan qui expliquent que toute consommation de viande a un impact mauvais sur l’organisme et à l’autre extrême des articles qui expliquent que l’on pourrait quasi exclusivement se nourrir de protéines animales de bonnes qualité avec qq légumes (mais pas trop car leurs ‘antinutriments’ font qu’ils irritent notre corps …). Il doit quand même y avoir un point de vue scientifique objectif, non ?? Ensuite en fonction de cela on fait ses propres choix, en faisant peser dans la balance pour une part qui nous regarde tous les autres arguments.

  96. Simon Lefebure

    Bonjour. Tout d’abord, il est très important de prendre en considération que la théorie de l’Évolution n’a jamais été prouvée: c’est pourquoi elle porte le nom de « théorie ». Seulement, c’est cette théorie que les autorités ont choisie afin d’expliquer nos origines.

    Si la théorie de l’Évolution était vraie, alors le singe n’existerait plus, car il aurait évolué. De même, il existerait une myriade d’êtres mi-évolués entre le stade « singe » et le stade « humain » (exemple: l’Australopithèque) Or, ce n’est pas le cas,

    Pour ce qui attrait au végétarisme… On n’a qu’à observer quelques secondes l’intestin de l’être humain pour réaliser qu’il s’agit d’un être destiné au végétarisme. En effet, notre intestin est très long, comparable à celui des animaux herbivores, à l’inverse de l’intestin des animaux carnivores comme le lion par exemple.

    Résultat: De la putréfaction se produit dans l’intestin humain lorsqu’il y a consommation de chair animale. Éventuellement, des vers s’y créent, tout ceci s’y accumule et fini par donner un tas de problèmes de santé à l’être humain, comme nous pouvons l’observer dans notre société où la majorité des gens ont un problème de santé relié à leur digestion.

    Ensuite, il est important de considérer que les singes Bonobos, qui sont nos plus proches confrères parmi les animaux, ne consomment de la viande que s’ils y sont contraints via un manque de nourriture végétale.

    OUI il est possible de vivre omnivore, bien entendu, mais non pas sans en subir de lourdes conséquences au niveau de notre santé.

    Personnellement je suis ovo-végétarien et c’est le régime que je recommande à tous.

    Les animaux méritent votre Respect et votre Amour.

    Découvrez le végétarisme!

    1. Olivier Ramirez

      T’es vraiment une buse, c’est pas parce qu’on appelle ça une théorie que ce n’est qu’une hypothèse et qu’on a pas derrière, mis en évidence un nombre considérable de preuves pour la soutenir.

      Les pressions de l’environnement exercées sur un animal, le primate en l’occurrence, ont créées des sélections, des adaptations diverses qui peuvent par le fruit du hasard avoir mené à l’être humain et ces conditions sine qua non peuvent ne jamais se reproduire.

      Mais rien que dans notre matériel génétique et de bien d’autres espèces nous avons des preuves de l’évolution.

      1. Simon Lefebure

        Ce n’est pas moi qui le dit: c’est la réalité. La théorie de l’Évolution est une théorie et elle n’a jamais été prouvée à 100%. Elle a seulement été mise de l’avant comme une réalité.

        Si tu veux comprendre les véritables origines de l’être humain, je te recommande cet excellent texte très complet sur le sujet:

        http://www.personocratia.com/panda/modules/JournalPersonocratia/documents_joints/dot04exopolitiquefr.pdf

        1. Olivier Ramirez

          Oulala mais t’es loin de chez loin, t’aimes bien les plantes mais faut arrêter d’en fumer un certain type.

      2. Simon Lefebure

        Tu te contentes de répéter ce que le système veut que tu crois mon ami. La preuve: tu es incapable de rétorquer un argument cohérent à ceci:

        « Si la théorie de l’Évolution était vraie, alors le singe n’existerait plus, car il aurait évolué. De même, il existerait une myriade d’êtres mi-évolués entre le stade « singe » et le stade « humain » (exemple: l’Australopithèque) Or, ce n’est pas le cas. »

        1. Olivier Ramirez

          Ce que le système veut que tu crois et blablabla, t’es une cause perdue mon gars. J’ai même pas à me justifier et rien que le fait de « débattre » avec toi est ridicule. Tu n’es pas capable de comprendre les arguments, la génétique, l’épigénétique, la régulation de l’expression d’un gêne. L’existence de l’ornithorynque c’est surement un coup monté, le fait que les poules possèdent toujours dans leur patrimoine génétique les gênes permettant la poussée des dents…..

          1. Simon Lefebure

            Tu as raison, ça ne sert à rien qu’on discute. Tu es totalement brainwashé.

            Visiblement, tu n’as pas compris qu’il existe une élite mondiale qui contrôle les informations qui sont disponibles via les médias, les sciences et l’éducation.

            Continue de croire que tu as déjà été un singe: tu en es encore un à ce que je vois! Même pas capable de répondre à ça:

            « « Si la théorie de l’Évolution était vraie, alors le singe n’existerait plus, car il aurait évolué. De même, il existerait une myriade d’êtres mi-évolués entre le stade « singe » et le stade « humain » (exemple: l’Australopithèque) Or, ce n’est pas le cas. »

            Pathétique.

            Allez, vas manger ton morceau de cadavre et cause-toi des problèmes de santé.

          2. Simon Lefebure
            1. Olivier Ramirez

              Tu n’as que des références débiles dis donc et en plus t’en es fier, qu’est ce qu’il ne faut pas lire comme aneries.

    2. Robin

      Bel exemple de désinformation, Simon Lefebure. Vos arguments ont été balayés de nombreuses fois (et pour infos nous ne sommes ni herbivores, ni carnivores. Nous sommes OMNIVORES).

      De même, je vous ferai remarquer que s’il y a des vers dans l’intestin, ceux-ci ne se forment pas tout seuls, mais sont apportés par une viande mal cuite, si jamais ils sont présents dans ladite viande.

      Si vous ne croyez pas en la théorie de l’évolution, c’est votre problème, mais il y a de nombreuses preuves qui font que même si ce n’est qu’une « théorie », c’est à ce jour la plus plausible et la plus solide qui soit. Le jour ou Dieu en personne viendra sur Terre déclencher l’Apocalypse, là les gens changeront peut-être de théorie… Mais ce n’est pas le cas.

      un peu de culture générale: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pastafarisme

      Au fait: partant du principe que les bonobos sont nos plus proches cousins… S’ils mangent de la viande en temps de « disette » (comme des loups se nourriraient de baies, etc)… C’est bien qu’ils sont omnivores eux aussi (même s’ils ont une forte tendance végétarienne). Et non pas strictement végétariens ;-)

      1. Loïc

        Bonjour Robin,

        vous qui portez une théorie comme vérité absolue, peut être ferez vous de même avec tous les dires de son auteur : « La classification des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d’une façon évidente que la nourriture normale de l’humain est végétale comme celle des anthropoïdes et des singes, que nos canines sont moins développées que les leurs, et que nous ne sommes pas destinés à entrer en compétition avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores. » Charles Darwin

        Cordialement

        1. Robin

          Histoire de clarifier mes propos: l’évolution des espèces est un fait, la théorie de l’évolution est l’explication des mécanismes de cette évolution.

  97. Simon Lefebure

    Justement, les Bonobos ne mangent de la viande QUE lorsqu’ils n’ont PAS le choix, et ce n’est pas votre cas.

    POURQUOI choisir de faire du mal à des animaux alors que vous pouvez manger des plantes?

    Franchement.

    Tout ça parce que vous êtes accros à manger des cadavres! Wake up les gars!

    1. Jerome

      Simon, Je me suis réveillé quand j’ai compris que l’alimentation la plus saine pour l’homme est riche en « bonnes » graisses, modérée en protéines et très faible en glucide.

      Quand à faire du mal aux animaux, bien je pense que moins l’animal a souffert pendant son existence moins il me ferra de mal quand je le mangerai. N’oublions pas que pour cultiver des céréales il faut d’abord détruire l’espace de vie de nombreux animaux.

    2. Robin

      Simon, les vaches aussi peuvent manger de la viande. Mais elles en meurent. Comprenez-vous la nuance?

      Cf: la crise de la vache folle.

      Et puis, perso je préfère manger un animal mort plutôt qu’un animal encore vivant… Au fait, quand tu manges une salade, tu crois qu’elle est toujours vivante elle aussi? Tu fais la même chose.

      1. Simon Lefebure

        Justement mon ami, ouvres-toi les yeux: à peine rendus à 40-50 ans, la majorité des gens ont des problèmes reliés à leur intestin, ou encore ils développent une forme de cancer.

        Manger de la viande, c’est dire oui à la cruauté envers les animaux et c’est choisir d’offrir un cadavre d’animal à son corps plutôt que de lui donner ce dont il a besoin: des végétaux.

        1. Robin

          Justement, comme vous dites, vous devriez vous aussi ouvrir les yeux. Une corrélation ne fait pas toujours une causalité. Par exemple, le pastafarisme (une parodie de religion) explique que le réchauffement climatique est une conséquence directe du déclin de la population de pirates en s’appuyant sur une corrélation inverse entre la population de pirates et la température moyenne sur Terre.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Cum_hoc_ergo_propter_hoc

          En plus beaucoup des « arguments » présentés sur le site dont vous parlez m’ont bien fait rire. Le plus drôle: « les nourrissons détestent la viande ». Vous savez, les lions aussi ne mangent pas de viande quand ils viennent de naître… ;-)

          Enfin, vous n’êtes qu’un vulgaire troll mais au moins vous faites rire. C’est déjà ça. ^^

      2. désinformation

        le fait de mander de la chair morte s’appelle du nécrophage, tu dois être un vautour

        1. Robin

          Et le fait de manger une carotte, qu’est-ce que c’est? Vous devez être un lapin. ;-)

        2. Robin

          Au fait: on ne parle de nécrophagie que lorsque l’animal n’a pas été tué par l’individu qui le mange ni par un de ses congénères.

          Désinformation, qui porte très bien son pseudo ^^

          1. Loïc

            Bonjour Robin,

            Vous qui vous basez bien souvent sur les informations de wikipédia pour abreuver notre soif de connaissance, peut être avez vous lu l’article nécrophage dans son intégralité, en ce cas vous avez lu :

            « Humains

            L’étude de la dentition et des zones d’activité des hommes préhistoriques du paléolithique permet de considérer que l’espèce humaine, initialement frugivore, a pu occasionnellement consommer de la viande récupérée sur des cadavres d’animaux tués par de grands prédateurs. Les premiers hommes auraient été nécrophages avant d’apprendre à devenir chasseurs puis éleveurs. »

            Cordialement

            1. Robin

              En général, quand il y a marqué « RÉFÉRENCE NÉCESSAIRE », ça veut bien dire ce que ça veut dire… Ce qui est extrêmement différent par rapport à la théorie de l’évolution, d’autant plus que n’importe qui a accès au site et modifier à sa guise (jusqu’à ce que quelqu’un supprime le passage).

  98. Juste moi

    Bonjour a tous

    Je trouve ça hallucinant cette petite ( ou grande ) « guerre » entre les végétariens, vegan, omnivore!

  99. Simon Lefebure

    Je vous encourage tous à consulter ce lien, puisqu’il reprend chaque caractéristiques omnivore vs végétarien vs carnivore vs herbivore pour prouver que nous sommes conçus pour être végétariens.

    http://mutien.com/site_officiel/?p=6333

    Je crois qu’il vous manquait des infos!

    1. Loïc

      Bonjour Simon,

      désolé mais ces infos ont déjà été présentés comme arguments pro végétarien et il semblerait que les sources ne soient pas fiables. Alors ne sois pas surpris si personne ne réagit!!

      Peace!

  100. La Renarde

    Super article !
    Mais quand je vois les commentaires je pâli… décidément certains n’ont pas peur du ridicule et frisent parfois l’obscurantisme.
    Pour le reste bon courage pour faire fasse à cette vague de trolls.

    Au passage je salue le fait de croiser des végétariens et végétaliens ayant un vrai argumentaire, une véritable logique et qui font preuve de politesse et de courtoisie et qui top du top, sont ouverts d’esprit. Je suis souvent sur les sites végétariens pour me forger une idée sur la chose et je dois avouer que c’est pas tous les jours qu’on peut lire ce type de propos… ça fait du bien.

    Après il faut bien se dire que notre régime alimentaire est une composante très importante de notre identité (du moins d’un point de vue socio-anthropologique) et que parler de celui-ci de quelque façon que ça soit peut, chez certains, être vécu comme une attaque.

    J’ai découvert ce blog ce matin, c’est un vrai plaisir.
    Bonne continuation.

    Je finirai avec ces quelques mots :

     » L’antispecisme, comme le veganisme, est une culture urbaine. Ce n’est pas un hasard si l’un comme l’autre sont venus des Etats-Unis et d’Angleterre, sous la double influence d’un zest de puritanisme protestant et de l’urbanisation precoce dont ces deux pays ont été les champions.
    La majorité des populations occidentales, depuis plusieurs generations, n’entretiennent plus avec la campagne qu’un rapport mythique, touristique et nostalgique et ont perdu tout contact réel avec l’origine de leur nourriture (carnée comme végétale). Ils ne savent ni comment ça pousse, ni comment ça vit, ni la forme que ça a, ni comment ça se tue. Alors que la vie rurale et paysanne melait intimement les humains et une partie du monde animal , le développement urbain a façonné des comportements apparemment opposés, mais qui se cotoient de maniere schizophrenique, vis-à-vis de l’animal. D’un coté, la production d’un bestiaire désincarné et idéalisé : l’univers Disney, les ours en peluche, les animaux de compagnie, toutes les formes anthropomorphiques de la cité idéale harmonieuse ; de l’autre, des zombis pour qui la viande c’est le hamburger et la croquette de poisson, sans rapport avec l’animal qui n’est plus que « de compagnie » et ne se mange pas. En fait, ces comportements sont le même produit de l’éloignement progressif du monde animal « 

    1. Loïc

      Bonjour La Renarde,

      Il y a quelques vérités dans tes quelques mots de fin, mais réduire l’antispécisme et le véganisme à une « culture urbaine » ?!! Pour la majorité des végés c’est un choix moral, spirituel, philosophique, sociétal ou bien sanitaire qui est fait et la « mode du végétarisme » n’a rien à voir là dedans. Il faut être convaincu du bien fondé de son raisonnement, la « sensiblerie » ne suffit pas pour franchir le cap et celui qui veut devenir végétarien pour être dans le « coup », ne le restera pas longtemps!

      Cordialement

  101. mamapasta

    l’humain est un primate, le primate le plus proche de l’homme est le chimpanzé, qui est un excellent chasseur et mange d’autres primates, des insectes et d’autres vertébrés…

    les humains étant anatomiquement très proches des chimpanzés du point de vue système digestif on peut raisonnablement penser que leur alimentation naturelle est quasi semblable
    98% des gènes en commun…..Mais la science permet de  » décortiquer » les besoins physiologiques et donc , pour ceux qui le choisisse l’option alimentation végétale est possible maintenant que l’invention de l’agriculture permet d’avoir des légumes des fruits des céréales des légumineuses, des oléagineux……toute l’année…..ce qui n’était absolument pas le cas au paleolithique
    http://www.help-primates.org/fr/chimpanze.html

    « La diversité alimentaire chez les chimpanzés est remarquable. Ils consomment des graines, des noix, des fruits, des fleurs, des feuilles, des tiges, de la sève, de l’écorce, du miel, des insectes (fourmis, termites) et parfois même d’autres animaux (en particulier des petits singes). Très souvent, la consommation de viande est associée à celle de feuilles.

    Les chimpanzés sont capables de chasser. En général, ce sont les mâles qui forment des groupes de chasse. Ils peuvent chasser des cochons sauvages, des antilopes (en général des nouveaux-nés) et surtout d’autres singes. Le comportement de chasse montre de fortes variations suivant les populations de chimpanzés, certaines d’entre elles y recourrant très souvent. Les chimpanzés mangent aussi des plantes connues pour leurs vertus thérapeutiques (digestion notamment).

    ou encore
    http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20081016.OBS6189/les-bonobos-s-adonnent-a-la-chasse.html
    « 

  102. Patrick Dumont

    pour savoir qui, chez les mammifères, a besoin ou non de manger de la viande, il suffit de regarder leur statut vis à vis de la vitamine B12:
    – chez les ruminants, elle est synthétisée par la flore bactérienne de la panse, elle sera absorbée avec le reste de l’alimentation après la régurgitation
    – chez les autres mammifères, elle est synthétisée par la flore bactérienne du colon, non absorbable
    * les rongeurs solutionnent le problème en ingérant leur fécès (les éleveurs de cobayes et de hamsters le savent bien qui évitent de nettoyer la litière trop rigoureusement)
    * les autres s’en tirent en mangeant de la viande

    alors reste à savoir si nos ancêtres étaient végétariens ET coprophages ?

  103. Kajal

    Quand est ce que l’être humain arrêtera d’avoir une vision anthropocentrique?
    D’un côté les arguments des végés sur la « non souffrance scientifiquement prouvé » des plantes (cela car nous avons la visions de la souffrance par le système nerveux) et au même temps, de l’autre côté, les omnis que insiste sur donner des preuves du fait que la consommation de viande est « normal » chez les humains en présentant des arguments paléo-anthropo(centrique) alors qu’il suffit d’essayer à faire lors deux régimes et vérifier avec la science actuel ce qui est mieux pour soi.

    Peut être que, on découvre que Peter Adamo, avec ses études du régime par rapport au groupe sanguin n’est pas loin d’une réponse, ou peut être aussi que il faut accepter qu’on est tous différent et que la seule chose important est de améliorer la qualité de vie de tous les êtres vivants, même si par rapport au régime choisi par notre biologie, on sent le besoin de manger un autre être qui a la même façon de souffrir que la notre.

    Après, si notre conscience nous dit que, ce n’est pas le cas de voir la souffrance d’un autre être qui souffre de la même façon que nous, alors on peut le comprendre et je dirai aussi qu’il est honorable au vu de notre expérience et de la choix variée d’aujourd’hui.

  104. Fly

    Les VEGAN ils sont gravement sectaire et fabulateurs ….. tout leur arguments sont contestables en de très très très nombreux points. la taille de l’intestin me fait bien rire …. il ya qu’a regarder la taille d’intestin d’un poisson herbivore voir s’il fait 7 fois la taille de son abdomen ….. ou d’un insectes herbivore …. pourquoi il veulent autant comparer l’homme à un cheval ou à un ane ??? pourquoi pas le comparer à un chimpanzé c’est quand même plus logique non ils comparent l’homme à un chat à un loup à un tigre à un cheval ….. que des animaux qui sont en tout points différents de nous ….

    Ils sont aussi conditionné que les Raëliens ou les Sionistes, les nationalistes US, ou encore les adeptes de la scientologie ….. ils sont dangereux et mettent la santé des autres en danger.

    les VEGAN sont des propagandistes dangereux, le végétarisme amènent sont lot de problèmes de santé tot ou tard …. si tu te met à brouter dans un champs, il faudra pas moins de 3 ou 4 h pour que tu meure d’une oclusion intestinale. l’estomac humain ne broie pas l’herbe, t’auras vite des bouchons dans les intestins ….si tu t’étouffe pas avant, provocant occlusion, voir ulcères, sans compter les bactéries qui te fileront la chiasse etc . ils racontent n’importe quoi ces gens. l’Homme est omnivore par nature il a évolué est s’adapte aux territoires qu’il rencontre, chasseurs cueilleurs , c’est le mode de vie de nos ancêtres qui eux était connecté à la nature et savaient comment vivre en son sein …. j’aimerai bien voir un VEGAN dire à un Indigène de se nourrir uniquement de feuilles et d’herbe …. l’Indigène lui dirai …. passe une semaine ici en foret en mangeant que des feuilles voir si tu survi.

    La réponse la plus simple que je donne généralement à un végétarien, c’est …..  » ….. et tu capable de manger varié et équilibré uniquement du végétal, sans intervenir de quelque manière que ce soit avant de le manger, pas de lavage, pas de cuisson, pas de pré découpage ou macération et avec du tout local ), la réponse est non …. Demande à un végétarien de manger de l’orge cru ou même des haricots ou des lentilles, de manger une courgette posées à même le sol recouverte de toutes sortes de bactéries que le commun des mortels ne digèrent pas …. ces VEGAN qui lavent leur légumes à l’eau de javel avant de les manger cru looooooool

    Ces VEGAN qui cuisine à la mode » asiat, sauce soja (JUS DE POISSON SECHE) et qui doivent importer ce qu’il boivent le lait de soja looooool qui mange du tofu importé de chine en croyant se substituer à la viande

    Je peux manger de la viande crue et ne pas tomber malade, les carnivores ne mangent pas forcément de scadavres en putréfaction, par contre il y a plus de chance que je tombe malade en mangeant une salade du jardin, surtout si mon compost est issu de mon toilet sec

    VEGAN UN LOBBY RICHE QUI NOUS VEUT PAS QUE DU BIEN

    1. Simon Lefebure

      Eh bien cher ami, vous êtes drôle avec votre tentative de salissage des végétaliens! Je suis végétarien sans produits laitiers depuis 8 ans maintenant, alternant entre végétalisme et ovo-végétarisme. Je suis en pleine forme et mes enfants aussi (9 ans et 11 ans) Je crois que tu parles à travers ton chapeau… et pour ne pas te ridiculiser, tu aurais avantage à te renseigner avant de parler. Le végétarisme gagne sans cesse en popularité, et il est omni-présent dans plusieurs peuples, notamment en Inde où il est très populaire.

      Sois dit en passant, toi aussi tu cuits ta viande et tu la prépares, alors l’argument de « mangez de l’herbe et des aliments seulement non-cuits » est ridicule.

      Je souligne aussi au passage que je ne bois ni lait de soya, ni ne consomme de tofu. Nul besoin de manger du soya pour respecter les animaux ;)

      1. GhostWolf

        Regarder votre consomation avec celle d’un homme de l’époque.
        Tout vos aliments, il vienne d’ou? de ce que produit l’agriculture, imaginée devoir tout trouver dans la nature, sans congélation? comment faire en hiver ? lorque plus rien ne pousse.

        La question n’est pas de savoir si les hommes d’ajourd’hui peuvent vivre uniquement de nourriture végétale, ont le peut si ont prend de bon aliments pour compenser, mais c’est aliments, il faut les produits en masse, pendant les périodes ou il ne pousse pas.
        Les premiers homme ne pouvais pas faire cela, il manger donc de la viande en hiver, voire en d’autre saison, ça veut pas dire que c’est obligatoire de manger de la viande, mais juste que c’est possible de puis longtemps.

        Les végans et végétariens oublie que la plus part de leur plante vienne d’amerique du sud(concombre, tomate, ect) de chine (riz , soja) et de plein de partie du monde.
        Les pauvres premiers homme n’avez pas acces à autant de ressource, la terre arride du kenya, ou alors la France en pleine hiver n’offret que peut de fruit et de légume, qu’elle que tubercule sous la neige et encore…
        Il à bien fallut trouver autre chose, et la viande était la seul solution.
        Apres ont à changer, évoluée, c’est bien de changer de monde de vie, mais ce post n’est pas la pour être contre le végétarime, c’est une information neutre, l’auteur n’encourage pas à manger de la viande,et c’est pas parceque cela devient populaire que c’est une bonne forcement saint, un régime végétarien ne l’est pas toujours, avant de devenir vegan ou végétarien aller voire un spécialiste.

  105. nath

    Encore un qui a un avis bien arrêté sans savoir de quoi il parle …. Tu ne dois pas fréquenter des végétariens dans ta vie. Cette idée que le soja est la principale source de protéine pour les végétariens et donc qu’il en mange 15 fois par jour est totalement fausse car non pratiquée … C’est une idée des non végétariens paralysés par la peur de la carence …

    1. Fly

      Bonjour et pardon mais qu’est-ce qui vous fait croire que je n’ai pas fréquenté de végétariens dans ma vie ?

      Je suis cuisinier donc je sais ou se trouve les protéines, et je n’ai jamais dit que le soja était la principales sources de protéines pour les végétariens. Vous ne m’apprenez rien là madame….

      Je suis venu j’ai contesté une idéologie disant que l’homme est herbivore c’est tout.

      Maintenant soit vous affabulez seule soit essayez plutôt de me convaincre que l’homme est herbivore…. mais par pitiez, ne vous mettez pas à brouter, continuer de manger je vous en prie.

      Cordialement

      Nesaitpas Dequoijparle

  106. Fly

    Ce qui m’exaspère c’est que les hypnotiseurs du mouvement VEGAN qui ont des comportements dignes de l’église Evangélique Bautiste, sectaire dans leur propagande, déformation agressive de la science à des fins commerciales et sectaires, ils mettent en avant des faits scientifiques les faisant passer pour des preuves, avec un fil conducteur complètement farfelu.

    Enfin pas besoin d’inventer tout et n’importe quel précepte pour condamner la souffrance animale.

    Donc si l’homme est par nature comme disent t’il Herbivore et même végétarien plus généralement, dans ce cas l’homme devrait être capable de se nourrir correctement, dans son environnement local, direct là ou il vit.

    EN PUISSANT LA NOURRITURE VÉGÉTARIENNE DIRECTEMENT DANS LA NATURE ET SANS FAIRE D’AGRICULTURE

    Bonne chance les Herbivore, si vous y arrivez, vous serez les seuls de l’espèce à avoir trouvé le moyen d’assumer pleinement le régime alimentaire inné de l’espèce humaine à savoir le végétarisme.

    Même les Indigènes n’y sont pas arrivé …. bonne chance.

    PS : au fait l’intestin du cochon fait entre 7 et 8m …. est il n’est pas végétarien et encore moins herbivore….

    soyez en paix avec vous même

    1. Loïc

      Bonjour Fly,

      Tu dis beaucoup de choses mais souvent n’importe quoi :

      1: les végés ne broutent par l’herbe (le goût n’est pas terrible) et oui le végé n’est pas herbivore comme toi tu n’es pas carnivore (je l’espère!)!

      2 :pourquoi voudrais tu que les végés mangent leurs aliments crus? peut être confonds tu avec le crudivorisme ou penses tu que la cuisson soit réservé aux mangeurs de viande?

      3 : et en plus tu voudrais qu’ils mangent une courgette posée à même le sol recouverte de toutes sortes de bactéries que le commun des mortels ne digèrent pas!! tu es juste méchant ou crois tu être le seul à connaitre quelques rudiments d’hygiène?

      4 : il n’y pas de poisson dans la sauce soja, tu dois confondre avec la sauce nuoc mam!

      5 : nous produisons beaucoup de soja en France et tu trouveras assez facilement du lait de soja français ainsi que du tofu et de la sauce soja. Même pas besoin des chinois!!

      6 : la plupart des gens (dont tu ne fais pas parti apparemment) ont plus de chances d’avoir des problème digestifs après une chipolatas crue qu’ après une laitue romaine crue!!

      7 : et pourquoi voudrais tu que les végés soient contre l’agriculture? en résumé je ne comprends pas ton raisonnement et tes commentaires sont contre productifs.

      Au final la question à se poser n’est pas « avons nous été végétariens? » mais plutôt « devons nous le devenir? »

      Cordialement

      1. Fly

        Je dis souvent n’importe quoi …. merci

        1/ : Les végé ne broutent pas de l’herbe …. merci ça je le sais vous feriez mieux de l’annoncer à GAry Yourfsky cet activist VEGAN qui hypnotise les foules en leur faisant gober que l’homme est un herbivore ce sont ses mots, en comparant l’homme aux carnivores ferroces chasseurs et aux herbivores …. omettant volontairement que herbivores ne signifie rien c’est une classe fourre tout ou se croisent vache insectes poissons j’en passe et des meilleurs et que tout les arguments physiologique qui sont utilisés par les VEGAN ne concernent qu’une infime partie de ce fourre tout, notamment la taille de l’intestin, mais aussi le contenu de la flore intestinale et la métabolisation de la cellulose dont est incapable l’homme, ni avant d’être chasseur cueilleur ni maintenant.

        2/ : Pourquoi je voudrais que les végétariens mange cru …. et bien, ce n’est pas ce que je veux et je ne veux la mort de personne, c’est un raisonnment que j’ai conclu suite à ce que j’ai entendu de l’hypnotiseur VEGAN cité plus haut, si l’homme à toujours été végétarien au bas mot …. lui prétends qu’il était herbivore …. ma foi …. que c’est ça la vraie nature de l’homme, et bien cela veut dire que l’homme est toujours capable de s’alimenter de cette manière, donc comme au commencement, avant quy’il commence à faire des pièges pour chasser, avant qu’il commence à cuisiner chaud. car comme disent les vegan, chasser n’est pas une forme naturelle d’alimentation, tout comme cuire n’est pas une forme naturelle. Puisque comme pour la chasse ou l’homme à besoin de fabriquer de pièges, pour cuisiner il lui faut préparer des silex, et faire du feu etc …

        3/ : Si l’homme est effectivement herbivore ou végétarien de nature, pourquoi aurait t’il besoin de cuire ou de laver des aliments pour les débarrasser de d’éléments pathogène avant de les consommer, les autres espèces végétariennes ou herbivores ne le font pas …. cela montre pas cela montre que ce n’est pas naturel, sinon nous aurions une flore intestinal qui soutiendrai la digestion même en présence d’éléments pathogènes, comme les autres espèces animales.

        4/ : je connais bien la sauce Nuoc man, malheureusement je ne retrouve plus le reportage que j’avais vu sur une fabrique en Chine qui depuis leur jus de poisson séché fabriquait toute sortes de sauce destiné à l’Europe, ils faisaient de la sauce soja à partir du jus de poisson et la colorai avec tout et n’importe quoi, selon l’analyse, il y avait même des traces d’hydrocarbures …. peut-être pour la couleur …. enfin peut – importe ce que je voulais souligner c’est l’incohérence d’un discours et de comportements.
        Si effectivement être VEGAN c’est juste épargner la vie d’animaux tout en épargnant la sienne en améliorant sa santé, je veux dire épargner sa santé, sa commence par manger sain, et pas forcément sans viande, mais forcément sans additifs au moins.

        5/ Merci pour l’information, comme quoi les idées reçus, je n’en bois pas sauf au Pérou ou le lait de vache est infecte. Et comme je suis un grand consommateur de produits laitiers … enfin dieu me préserve je suis en très bonne santé merci et je ne suis pas allergique au lactose, ni mon fils, ni ma femme Péruvienne, à qui on a fait croire toute sa vie la bas qu’elle l’était, il a fallu quelle débarque en France à 22 ans pour se rendre compte qu’on lui avait menti. là bas c’est un mensonge courant je dirai qu’au bas mot 50% de la population croit être allergique au lactose. Comme quoi les idées reçues, même des instances sanitaires.

        6/ : Tout à fait c’est une belle remarque, on ne peut faire des généralités, c’est exactement ce que j’ai dit plus haut, nous ne sommes pas tous égaux face à la nourriture en parlant de l’ayurvéda et du végétarisme en Inde. comme quoi les idées reçues hein !

        7/ : Les végés peuvent cultiver bio au contraire, je leur recommande même de le faire de manière BioDynamique. donc je vous retourne à ma réponse numéro 2. C’est juste un argument contraire à ce qu’affirment les hypnotiseurs VEGAN

        8/ ; Réponse à votre question …. Tout à fait, j’aurai voulu que ce soit un hypnotisé VEGAN qui affirme cela, vous ne m’avez pas l’air PRO VEGAN mais juste un végétarien de bon sens. Et bien entendu je respect cela et je l’encourage.

        Merci de m’avoir posé ces question ,j’ai pu être un peu plus clair avec moi même et conforter ma position. J’espère que ces réponses vous auront apportés satisfaction l’essentiel c’est de ne pas ressentir de frustration si quelqu’un est en désaccord on peut discuter, pas la peine de marginaliser les gens sur un forum comme le font certains.

        Bien entendu ma méthode n’est pas la meilleur, mais l’important c’est d’avoir le résultat escompté non ???

        1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

          Fly,

          S’il te plait, prends le temps d’écrire clairement et de respecter tous les autres internautes qui commentent sur le site !

          Ce n’est pas parce que Gary machin chose dit quelque chose que tous les végétaliens/végétariens pensent la même chose !

          J’aimerais que tu mettes plus d’ordre dans tes idées et que tu partages ton expérience avec précision et calme !

          Merci !

          1. Fly

            Pouvez-vous préciser ce qui n’est pas clair ? je ne comprend pas merci

  107. Fly

    Les adeptes du VEGANISME qui ont une cause juste et louble, se rendront compte sous peu, que ce qu’ils ont défendu pendant tant d’année à fait la richesse des groupes financiers contre qui ils prétendaient combattre comme les adeptes du TOUT BIO :

    http://kokopelli-semences.fr/quoi_de_neuf/bio_pirate

  108. nath

    Fly provoque, c’est pas intéressant comme conversation.
    Revenons a la vraie vie. Demain on va enterrer un petit de 9 ans mort probablement a cause de son allergie au lactose. Pauvre petit bonhomme et pensées chaleureuses a son petit frère et a ses parents …

    1. Fly

      Effectivement je provoque … c’est une manière comme une autre de faire ressortir des arguments peut-être que j’essaye de comprendre …. de me forger une idée …. peut -être que j’essaye de défendre les végétariens eux même de l’emprise d’une sectes …

      Peut-être que l’intolérance au lactose est une conséquence de quelque chose de plus complexe qui nous dépasse pour le moment ?

      d’ailleurs l’intolérance au lactose ne fait pas l’unanimité …. bizarrement il y a des types et des terrains et même des terrains géographiques plus sensibles au lactoses que d’autres … ça vous intéresse ou vous souhaitez restez sur des on m’a soumis ????

    2. Fly

      La vraie vie …. avec des probablement ….ben voyons vous vous trouvez plus inintéressante que d’autres ainsi ?

      Que Dieu le protège lui et sa famille, et que la secte n’instrumentalise pas sa disparition.

      provocateur ?

      A se demander dans quel monde certains vivent :

      Réponse faites commentaires précédent : 5/ Merci pour l’information, comme quoi les idées reçus, je n’en bois pas sauf au Pérou ou le lait de vache est infecte. Et comme je suis un grand consommateur de produits laitiers … enfin dieu me préserve je suis en très bonne santé merci et je ne suis pas allergique au lactose, ni mon fils, ni ma femme Péruvienne, à qui on a fait croire toute sa vie la bas qu’elle l’était, il a fallu quelle débarque en France à 22 ans pour se rendre compte qu’on lui avait menti. là bas c’est un mensonge courant je dirai qu’au bas mot 50% de la population croit être allergique au lactose. Comme quoi les idées reçues, même des instances sanitaires.

      Il faudra peut-être un jour qu’on se demande pourquoi d’un coups d’un seul il ya tant d’allergies et aussi dans certains milieux géographiques de gens qui croient l’être ??

      Je me pose la question

      Et je me demande donc pourquoi les végétarien font tant cas du lactoses et du calcium alors que certaines personnes l’assimilent très bien …. il n’ya pas lieu de faire des généralités, mais de connaitre les cause profonde du mal non ??? personnellement je ne connait pas la cause du mal ni du bien que me font les produits laitiers…. le savez-vous

      Vous avez que certains produits laitiers font parti des aliments sacrées de l’ayurvéda il apporte l’illumination on les appel les aliments satviques …. comme quoi nous ne sommes pas tous égaux face à l’alimentation.

  109. Fly

    Voilà le genre de propagande servie pro les VEGANISTES exagération, formules choc, détournements de fait scientifique, comparaisons inadaptés, mais le paquet d’idiots hypnotisés ont tout gobé, lL’HOMME N’EST PAS CARNIVORE IL EST HERBIVORE !!!

    Mais qui à dit que l’homme était carnivore espèce d’illuminé toxiques ???

    Tout est faux dans sont argumentations car tout est sorti des contextes scientifiques pour le splacer dans des contextex préformatés VEGAN

    Bonne rigolade : https://www.youtube.com/watch?v=9ivPJUypbVs

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Cher Fly,

      Veuillez veiller à écrire des commentaires compréhensibles, sans abuser des majuscules.

      Veuillez écouter tous les avis, et surtout ne pas imposer votre vision des choses, de la science et de toutes autres choses.

      Le coup d »illuminé toxiques », c’est la dernière fois, avant modération.

      Merci.

  110. nath

    Selon Heidegger, comprendre la réalité, c’est en fait questionner.
    Remettre en question des évidences,
    Rendre le connu inconnu.
    Ne pas chercher à comprendre avec ce qu’on sait déjà, mais entrer en rapport avec l’inconnu. Seulement ainsi, des pensées neuves et fraîches peuvent advenir.
    Garder la question vivante.
    Avoir une question qui ne nous laisse pas en paix.
    C’est beaucoup moins confortable que de « savoir ».
    L’inconnu n’est pas échec à condition de se désapproprier le résultat.

  111. Diatrima

    Je suis surprise de trouver un article affirmant haut et fort « l’homme n’a JAMAIS été végétarien » (avec un JAMAIS catégorique!) alors que des études scientifiques récentes prouvent que l’Homme dans sa globalité (et pas seulement préhistorique) est frugivore. (Voir les comparatifs entre carnivore, herbivore, frugivore et l’Homme: de mâchoire, de griffes, de glandes salivaires, d’estomac et d’intestins. Ces comparatifs sont on ne peut plus simples!)
    Le fait d’utiliser l’image préfabriquée à l’école primaire de l’homme préhistorique avec ses lances et son pagne en peau pour démontrer qu’il n’est pas « végétarien » est grossièrement réducteur, de la part d’un auteur qui est capable d’écrire des articles plus crédibles.

    De là à affirmer gratuitement: « Un Homme préhistorique du paléolithique était peut-être «végétarien » 2 à 3 mois dans l’année, lorsque les ressources étaient abondantes avec peu de gibier. En revanche, il pouvait être un « carnivore » strict pendant les périodes d’abondances du gibier et de chasse intense. »
    J’ai envie de demander: « Vous y étiez, au Paléolithique? Qu’est-ce qui vous fait dire cela? Avez-vous de quoi le prouver? » Je cherche dans votre article une base scientifique pour appuyer vos théories… (il n’y en a pas)

    Enfin cette affirmation: « Il est clair qu’aujourd’hui, être végétarien est un choix moderne qui ne trouve pas une explication fondamentale dans l’histoire de notre lignée. »
    Me semble totalement hors de propos, et si on devait entrer dans le débat: non, le végétarisme ce n’est pas qu’une question de choix. A nouveau: étiez-vous au Paléolithique pour le prouver?

    Bon.

    1. Patrick Dumont

      vous dites « des études scientifiques récentes prouvent que l’Homme dans sa globalité (et pas seulement préhistorique) est frugivore  »

      bien au contraire, l’étude de la denture et des mâchoires montre que omo a été omnivore dés l’australopithèques (racines, tubercules , insectes) et qu’au paléolithique la viande représentait une grande partie de son alimentation

    2. Seb

      @Diatrima qui dit « alors que des études scientifiques récentes prouvent que l’Homme dans sa globalité (et pas seulement préhistorique) est frugivore. »

      C’est faux.
      D’autres études affirment l’inverse.

      Mais peu importe, pour savoir comment classer l’être humain a l’heure actuelle, pas besoin d’études scientifique pour cela, une simple observation suffit :

      Actuellement l’écrasante majorité des êtres humains sur la planète sont omnivores.

      Ca c’est un fait, pas une opinion.

    3. dereco

      « l’Homme dans sa globalité est frugivore » est exact surtout pour ses très vieux ancêtres communs avec les singes !
      Pour pouvoir manger des fruits nos yeux se sont mis de face, pour attraper les fruits avec la vision en relief, avec 3 couleurs (au lieu de 2 pour beaucoup d’autres mammifères non frugivores ) pour discerner la couleur rouge des fruits murs, cela il y a plus de 30millions d’années !!
      Nos dents sont aussi adaptées aux racines depuis des millions d’années, et nettement moins pour la viande, que celles des chimpanzés avec de bien plus grandes canines que nous, nettement plus proches des carnivores et qui chassent parfois d’autres singes !!
      Nous ne sommes pas adaptés à manger la viande bien crue !!
      Mais nous pouvons manger crues pas mal de racines ou tubercules.
      La cuisson revient à adapter la viande à nos dents pour manger des tubercules et fruits.

      1. Olivier Ramirez

        Parce que tous les fruits sont rouges, c’est bien connu. Les bananes, les kiwis, les ananas….

    4. GhostWolf

      Et vous, vous dite qu’on est frugivore, de la même façon que l’auteur du poste n’était pas au pélo , vous n’ y était pas, je croit pas que vous etes aller manger de bonne salade de fruit avec notre copain cromagnion

  112. Nico

    Sportifs, enseignants, acteurs, dentistes, techniciens, opérateurs, ambulanciers, facteurs……….. qu’on l’accepte ou non toutes ces professions sont aujourd’hui exercées par des êtres humains ayant une alimentation aussi bien omnivore que végétarienne, et je doute que le travail soit moins bien fait par les uns que par les autres.
    Les centaines de milliers de végétariens qui ont d’ores et déjà vécus sur terre, ont exposé par le déroulement même de leur vie que le végétarisme permettait de minimiser l’atteinte à la vie animale sans porter préjudice à la leur. Certaines espèces vivantes n’ont pas ce choix et ne peuvent simplement pas vivre sans manger de chair animale. Nous avons la chance de pouvoir vivre sans, pour qu’elle raison ne pas en profiter ?

  113. San

    En tout cas, l’être humain est bien le seul à se prendre la tête sur le contenu de l’assiette du voisin.

    Ici, on mange de la viande de temps en temps, le reste du temps je suis aux céréales car… attention, scoop pour les vegans : je ne digère aucun légume.

    En revanche, chiens et chats sont au régime cru. À défaut de respecter la vache dans mon assiette, je respecte la nature des animaux dont j’ai la responsabilité… pas comme ces vegans extrémistes qui vont jusqu’à la croquette vegane…

  114. jacques TURCHET

    Bonjour,

    L’homme doit il manger de la viande ou ne pas en manger, cette question engendre beaucoup de polémiques et chacun y va de ses arguments et bien moi je me base sur l’expérience de 45 ans d’études scientifiques pratiques. J’ai cessé de manger de la viande depuis 45 années quand j’ai commencé mes études scientifiques car je voyais bien que cet aliment n’était pas bien pour notre organisme. Devant cette grande nébuleuse qu’est la science nutritionnelle, j’ai voulu y voir plus clair et j’ai étudié la version officielle et médicale sans vraiment être convaincu de ce j’apprenais mais je suis allé jusqu’au bout. j’ai très vite compris durant mes stages hospitaliers que au vu des résultats sur les malades il y avait quelque chose qui n’allait pas, alors j’ai recommencé les études avec des universités étrangères qui dispensaient un enseignement poussé sur l’anatomie et la physiologie digestive comparée, études très poussées sur les métabolismes et les résidus métaboliques des différents aliments, très vite j’ai compris que certains aliments dont la viande n’étaient pas spécifiques à notre système digestif.
    Puis je me suis lancé dans l’étude des tempéraments avec leurs différentes prédispositions pathologiques, idem pour les groupes sanguins que j’ai découverts avec les travaux et les enseignements de l’université Américaine John Bastyr de Seattle. Puis au fil des années, j’ai étudié la naturopathie et l’hygiène alimentaires avec les pionniers de ces sciences qui m’ont vite séduit. J’ai vécu de nombreuses années en Afrique professionnellement et j’ai pu voir encore autre choses avec les carences protéiques.
    Durant mon séjour en Centrafrique par curiosité, j’ai voulu tenter une expérience sur moi même en ne mangeant que des fruits et des légumes avec des œufs ceci durant deux ans, à mon retour, j’ai fait faire des analyses biologiques poussées pour voir les carences et j’ai eu une grande surprise: il n’y en avait pas qui pouvaient poser de problème. Attention, ceci est une expérience personnelle que mes connaissances scientifiques me permettaient de pouvoir réaliser sans problème mais surtout je ne conseille à personne de tenter cela car il pourrait s’en suivre de graves problèmes .

    Pour revenir à notre sujet sur la viande, l’expérience que j’en ai aujourd’hui me permet d’affirmer sans aucune prétention que la viande n’est pas nécessaire à l’humain qui, par son anatomie et sa physiologie digestive métabolise assez mal cette substance, les résidus acides mal évacués agressent nos organes et nos tissus en engendrant des pathologies dégénératives parfois graves.

    Sachez cependant que je n’impose rien à personne, je donne simplement un enseignement, mais chacun reste libre de continuer ou pas ses habitudes bonnes ou mauvaises, l’hygiène alimentaire et l’hygiène de vie sont des sciences qui s’apprennent, on ne devient pas végétarien du jour au lendemain par un coup de baguette magique. Trop de personnes lisent ou assistent à des conférences relatives et se lancent dans le végétarisme ceci est une grosse et grave erreur, ce sera ma conclusion.

    J.TURCHET

    1. Patrick Dumont

      Attention, Jacques Turchet, votre exemple pourrait ne pas s’adapter aux autres
      – parce que vous êtes un adulte: vos stocks en fer et en vitamine B12 sont constitués
      – parce que vous êtes un homme, vos pertes en fer sont faibles, contrairement aux femmes
      on ne peut donc pas déduire de votre cas personnel que la viande est inutile

      et puis on parlait des hommes préhistoriques: eux n’avaient pas accès aux compléments alimentaires leur permettant de compenser les carences d’un régime non carné: pour obtenir de la B12, ils n’avaient que deux choix: manger de la viande ou manger leurs fécès

      1. Marie

        Je suis née dans une famille végétarienne, je n’ai donc jamais mangé de viande, de même que mes deux petites soeurs. Ma mère nous a mise au monde alors qu’elle était végétarienne et elle est en parfaite santé, tout comme nous. Mes analyses sanguines sont toujours bonnes, particulièrement celle en fer, j’en ai plus que la moyenne des femmes. Pas de pb avec la B12 non plus. Que dis tu de ça ?

    2. GhostWolf

      je suis daccord avec vous, vous n’aviez aucune carrance aussi grâce au oeuf et de plus vous êtes un homme adulte, quand est til pour une femme enceinte ou un enfant en pleine croissance?

      Quand l’idée des résidus acides il reste du travaille à faire.

      Apres tout dépend de la quantitée de viande avalée, je pense que manger un peu de viand de temps à autre ne nous tue, pas, la viande et surtout un complement de nos repas ,et un moyen de subvenir à nos besoin durent l’hiver ou les périodes de mauvaise ceulliette.

      Je croit que le réele probleme, c’est que la viande de nos jour et pourrit, bourrer de saloperie industrielle, et souvent mélangée dans des plats tout préparer, ou alors mélangée à plein de saloperie chimique.
      Un petite portion de viande, une fois tout les deux jours, saine, si possible blanche, avec des légumines et beaucoup de fibre(Tres important pour digérée de la viande) ne doit pas être nocife , (ni obligatoire) je pense que ça fait partie d’un tout, manger de grosse quantité de viande sans les complétée de fibres, ou manger des viandes rouges bourrer d’hormone et d’antibio, bien sur que c’est mauvais.

      Vous devriez continuer de parler de vos expérience, je l’est trouver tres instructive.

  115. Marie

    De plus, je ne prends pas de compléments. Fait intéressant, savez-tu que tout les bovins destinés à l’alimentation humaine dans les circuits industriel sont complémenter en vitamine b12 ?

    1. Patrick Dumont

      tu as forcément, dans ton enfance, été nourrie avec des aliments enrichis en B12 (ce qui revient à un complément) sinon tu ne serais pas là, la B12 est indispensable et on ne la trouve pas dans les végétaux

      sinon, complémenter les bovins en B12 est stupide, car la flore microbienne de leur panse en fabrique ^^
      à moins que les antibiotiques destinés à booster la croissance (autre action stupide) ne tuent cette flore

  116. alan

    Personnellement, en tant que végétarien, je n’ai pas aimé cet article, comme tous ceux sur ce sujet d’ailleurs, et je vais vous dire pourquoi :

    1) Je ne marche pas du tout dans la débilité matérialiste scientifique moderne qui consiste à ne regarder que le corps physique pour déterminer ce que l’homme est et ce qu’il doit faire. L’homme n’est ni un minéral, ni un végétal, ni un animal, car l’énorme différence est la possibilité spirituelle de transcender tous ses instincts et le corps physique, d’annuler sa venue répétitive dans le monde physique par l’Eveil, ce qui montre bien qu’il est en substance, en potentiel, au-delà du corps, contrairement aux autres êtres cités.

    2) Ainsi, dire que l’homme doit agir en fonction de ce qu’il a fait dans le passé, c’est absurde et stupide, car l’homme est évolutif et non statique, même le corps physique s’adaptera à nos activités, la dentition s’adapte à ce qu’on fait, et changera, elle est en train de changer, donc si l’homme a des grosses dents, ça veut dire qu’il a mangé de la viande depuis longtemps, oui, mais les grosses dents étaient juste une adaptation à son comportement ancestral, et ça ne prouve rien en substance, c’est du relatif et non de l’absolu. S’il change, il aura d’autres dents plus fragiles, et alors ? Si en l’an 500000, l’homme prouve qu’en l’an 2500 l’homme avait des petites dents et était végétarien, ça ne prouvera rien du tout non plus, à part qu’il a été végétarien pendant un certain temps, mais ça ne mange pas de pain (c’est le cas de le dire), puisqu’il aura été carnivore pendant des millions d’années avant ça.

    3) C’est notre esprit qui nous détermine, et non la matière. L’homme a aussi toujours fait des guerres, donc il faudrait continuer ?? (c’est la position de l’extrême droite matérialiste athée, et Goebbels affirmait que l’homme était fait pour la guerre éternelle, sans jamais de paix, sinon il disparaitrait ! Et oui, il faut savoir où mène le matérialisme philosophique..). L’homme a toujours été plus costaud que la femme, et partout, l’a tabassée, violée et mariée de force à 13 ans avec des vieux boucs pervers de +40 ans, donc, il faudrait continuer parce qu’il a toujours plus de muscles qu’elle ?? C’est absurde, c’est ce qu’on appelle des « démonstrations circulaires », c’est à dire des sophismes avec un faux « donc » qui n’établit pas du tout de vrai lien de cause à effet. Avoir une supériorité physique doit amener à servir l’autre avec amour, et non à le soumettre et le tuer, voilà la position de l’esprit évolué non matérialiste et non décadent.

    4) Observons le comportement de ce que nous mangeons : les fruits tombent de l’arbre et pourrissent si on ne les mange pas, les légumes s’offrent à nous, comme le soleil, la lune, le vent et l’air, mais l’animal FUIT devant nous, avec grande peur et terreur, c’est un message de la Nature, pas un hasard. ça parle.

    5) Je n’aime pas du tout les leçons modernes des végétariens aux carnivores, c’est le new age qui fait ça, car en extrême-orient, le végétarisme s’inscrit initialement dans une démarche spirituelle intime, totalement privée, et secrète, on ne doit pas en parler afin de ne pas créer de culpabilisation chez l’autre, (ce qui est une violence car la culpabilisation créé des noeuds et mène aux maladies quand c’est assez fort). La spiritualité, la religion, doit au contraire effacer au maximum les culpabilisations, ce qui efface les noeuds énergétiques, pour laisser passer ensuite la Lumière. De plus, on ne sait jamais où est la vérité, un chasseur qui tue en 2 coups de feu, tue rapidement un animal, qui, sinon, aurait agoni des jours entiers à sa vieillesse. Et puis les végétariens utilisent le cuir, prennent la voiture et l’avion, bref, participent à la vie moderne qui, immanquablement, conduit à la mort d’animaux par la pollution, ainsi qu’à la destruction de la planète. Donc, tout le monde est dans le même bain, et personne n’a de leçon à donner à autrui. A part pour dénoncer avec vigueur les atroces exagérations modernes et BARBARES, comme les élevages en batterie des vaches, boeufs, volailles, massacres des bébés chèvres, veaux, canards masculins, pour la production du foie gras, des oeufs, du fromage, etc. Ces horreurs inhumaines peuvent nous mettre en position, effectivement, d’être végétariens, même en dehors de toute démarche spirituelle et en dehors de toute position philosophique théorique.

    1. GhostWolf

      L’anime fuit devant nous? un signe? et tu pense que la sourie ne fuit pas le chat? que la gazelle ne fuit pas le lion? donc les deux sont des véganes?

      Tu est un peu percher….

  117. jacques TURCHET

    Alan,

    J’ai lu votre message avec la plus grande attention et je peux vous comprendre, le spirituel je l’ai étudié moi aussi et j’en ai aussi tiré des conclusions. Nous ne sommes pas des animaux certes mais vous ne pouvez pas nier que nous appartenons au règne animal, vous mangez comme tout le monde, vous avez un corps matériel comme tout le monde, vous attachez une grande importance au spirituel est c’est votre droit le plus absolu mais je pense que pour entretenir un corps spirituel, il ne faut pas négliger votre corps physique, c’est bien là l’erreur que font beaucoup de gens, tout est question d’équilibre, il est écrit que le corps est le reflet de l’âme, une âme saine dans un corps sain. Personnellement j’ai fait les deux expériences et j’ai très vite constaté qu’il ne faut pas tomber dans le piège de l’un ou l’autre.

    Pour conclure , je dirais qu’il faut équilibrer une trilogie:

    Avoir une alimentation naturelle et spécifique à notre système digestif

    Entretenir son corps par une culture physique et organique spécifique et intelligente

    Entretenir le spirituel par la méditation et la prière pour les croyants.

    Si vous pensez le contraire, c’est votre droit, et si vous pensez avoir raison alors je vous invite à continuer de suivre vos pensées.

    J. TURCHET

  118. Heawin

    Mon cher, d’innombrables études comme celle publiée dans le journal JAMA en 2013 dont le nom est (traduit de l’anglais) « les différentes alimentations et la mortalité » montrent que les végétaliens vivent plus longtemps et en bien meilleure santé que les végétariens et omnivores « classiques ». Cette étude a duré 6 ans et a suivi 75 000 personnes.

    On trouve aussi bon nombre de sportifs de haut niveau végétaliens, végétariens ou végan qui jouissent d’une santé parfaite et d’une force/endurance surprenante (Patrik Baboumian, homme végan le plus fort d’Allemagne en 2011), Rich Roll (végan et athlète de haut niveau), Carl Lewis (ancien athlète américain et végan), Brendan Brazier (triathlète canadien végétalien), etc…

    Donc à partir du moment où un régime à prédominance végétale convient parfaitement à l’homme, plus besoin de se poser la question: dans la mesure où la production de viande et de produits laitiers impliquent la souffrance, le stress, la peur et la mort de centaines de milliards d’êtres sentients par année, on devient végan, car l’intérêt à vivre et à ne pas souffrir de ces êtres innocents doit passer avant notre petit plaisir gustatif, cela va sans dire.

    Tous vos arguments de chasse, d’homme préhistorique etc tombent à l’eau, sur ce au-revoir.

    1. GhostWolf

      Je vois pas en quoi ces arguments tombe à l’eau, il dit juste qu’on est capable de manger de tout, lhomme est capable de manger viande et végétaux, il n’a jamais dit que il était impossible de manger que des produits végétales.

      Cependant la complexitée d’un régime vegan réellement saint, je suis pas sur que nos ancêtre manger des complimenst alimenaire, ou encore aller voire un nutrisioniste, apres, cela ne veut pas dire que cela n’est pas bon, mais c’est TRESS loin de notre nature primitve

  119. Baobabb

    Moi j’ai 15 ans, je me suis beaucoup questioné sur mon alimentation ces derniers temps et je suis entrain de devenir végétarien voir végétalien voir vegan. Je pense que l’important c’est de reflechir aux arguments qu’on utilise, que ce soit pour ou contre l’alimentation avec des produits d’origine animale. Et je pense aussi que les confrontations entre ces idées ne devraient pas nous mener a un conflit mais plutôt vers un questionnement personnel. Et je pense qu’on est tous daccord sur le fait que des abbatoirs insensibles tuent des milliers d’animaux sensibles sans aucune éthique de manière industrielle pour nourrir des hommes sans leur montrer la nature de ce qu’ils mangent est quelque chose de mal. Je vous laise reflechir chacun a vos idées et a aller au fond de votre raisonnement. Merci beaucoup ( c’est la premiere fois que j’ecris sur un forum) :)

  120. jacques TURCHET

    Baobabb, bonjour

    J’ai lu ton message et je me suis revu à ton âge me posant les mêmes questions relatives à l’alimentation et la santé, à cette époque les documents sur le sujet n’étaient pas nombreux et l’internet n’existait pas, il fallait les glaner dans des écrits éparpillés un peu partout mais je réussissais à en trouver pas mal et je prenais contact par écrit avec les auteurs qui acceptaient de me documenter et me donner des cours. J’ai pu ainsi obtenir des documents sérieux et j’ai commencé à apprendre l’anatomie et la physiologie très jeune, ce qui me permis de comprendre très vite le processus de la digestion et l’assimilation des aliments, sans ces connaissances de base fondamentales, il est difficile de comprendre les erreurs que l’on peut faire.
    Si tu te sens vraiment attiré par cette voie, je t’invite à bien réfléchir et à commencer tout doucement car on ne devient pas végétarien du jour au lendemain par un coup de baguette magique, c’est plus compliqué que cela. Surtout ne te laisse pas entraîner par certaines pratiques sectaires enseignées par certains organismes qui prêchent un végétarisme aveugle provoquant de graves carences. Si je te mets en garde, c’est que je ne voudrais pas que commettes les mêmes erreurs que moi et de beaucoup d’autres.

    Commence par étudier l’anatomie et la physiologie du corps humain, à ton âge c’est facile et avec un peu de chimie et biochimie, tu auras vite acquis les bases fondamentales de l’alimentation spécifique et naturelles, tu verras c’est passionnant. Documente toi le plus possible et compare certaines méthodes mêmes contradictoires c’est comme cela que l’on avance et puis fais toi aider, si tu as un doute et ne comprends pas quelque chose. Tu est jeune et à ton âge on fait beaucoup d’erreurs alors attention.

  121. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Je vois que la susceptibilité des humains est toujours à fleur de peau, on ne prêtent pas que l’humain descend du chimpanzé et je ne sais pas si les personnes qui contestent la similitude entre le système digestif des grands anthropoïdes et surtout le gorille ont vraiment fait des études sérieuses sur le sujet, je pense que les travaux existants sur le sujet sont sérieux et scientifiques mais bien entendu comme toujours il y a toujours des contradicteurs qui aiment tous contredire par principe et personne n’y peu rien et puis après tout c’est leur droit si cela les amuse pourquoi pas, je ne vais pas revenir sur ce que j’ai écrit car je pense avoir été suffisamment clair sur le sujet. Encore une fois je ne veux surtout rien imposer à personne chacun est libre de ses croyances et de ses convictions, je donne simplement un enseignement et des conseils qui ont fait leurs preuves depuis bien des années mais chacun reste libre de manger ce qu’il veut comme il le désire, je n’y vois aucun problème mais j’invite ces contradicteur à étudier, à se documenter et à expérimenter avant d’apporter des critiques qui bien souvent sont également critiquables car infondées. Il y a suffisamment de travaux scientifiques sérieux qui prouvent que la viande n’est pas indispensable à l’humain sans avoir encore besoin d’en rajouter pour entretenir des polémiques stériles.
    Quant à l’histoire que l’on greffe des organes de porc sur un humain, oui bien sur mais cela n’a rien à voir avec l’alimentation et il s’agit bien d’organes précis mais il y aussi l’inconvénient des phénomènes de rejet, qui peut contester cela.
    Le désaccord entre les végétariens, les végétaliens, les mangeurs de viande et les omnivores dure depuis toujours et cela va perdurer encore longtemps. Bientôt nous allons encore ajouter une nouvelle catégorie: les insectivores et puis il en aura encore d’autres par la suite.

    J.TURCHET ING. Agro, Dr. en biologie nutritionnelle

  122. Sylvain
    1. Sylvain

      Mon premier message n’est pas passé (sinon tu peux supprimer le tout premier et garde celui-là dans ce cas Jérémy)

      Les hommes et les chimpanzés ont beaucoup en commun, certes, et plus qu’avec le gorille dont la diète est plus à tendance végétale que les chimpanzés (qui chassent par eux-mêmes, quel instinct de merde). Néanmoins, des différences, et pas subtiles (ie significatives) existent entre les systèmes digestifs de l’humain et celui du chimpanzé : http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=120504singehommes.jpg Un petit intestin plus long chez l’homme comparativement au colon, cela suggère peut-être un grêle plus à même de digérer des tubercules (et…des céréales plus tard ?), ou une nourriture plus dense ? Just sayin’.

      De toute façon, et ça a déjà commencé, le modèle le plus proche est le modèle porcin, dans les détails (rein, coeur, estomac, valvules de kerkring), que dans le « cerveau » – circuits de la récompense – :


      Sur les organes, proximités avec le porc plutôt qu’avec le chimpanzé : http://www.macroevolution.net/hybrid-hypothesis-section-4.html

      http://www.eurekalert.org/pub_releases/2013-10/uoc-wdh100313.php

      http://www.espace-sciences.org/archives/science/20272.html

      Pigs could become the next best model for human obesity: « A high-fat/high-fructose diet induces in domestic pigs many characteristics of metabolic syndrome, which is useful for investigating the effects of the obesity, » scientists say and SuppVersity readers knew it all along.

      http://www.suppversity.com | Pawar, A. S., Zhu, X.-Y., Eirin, A., Tang, H., Jordan, K. L., Woollard, J. R., Lerman, A. and Lerman, L. O. (2014), Adipose tissue remodeling in a novel domestic porcine model of diet-induced obesity. Obesity. doi: 10.1002/oby.20971

  123. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Avec cette histoire de porc, vous me ramenez au temps de mes études où on croyait avoir trouvé la panacée mais il s’est vite avéré qu’i y avait quelque chose qui ne fonctionnait pas. Le problème est beaucoup plus compliqué car il est de l’ordre génétique mais je ne vais pas entrer dans un cours de génétique dans un simple commentaire qui d’ailleurs serait bien compliqué pour certaines personnes.
    En ce qui concerne le gorille, il faut savoir que la femelle possède la période de gestation que la femme et que la périodicité des menstruations est aussi la même. Dans les études comparatives, il ne faut pas voir que l’anatomie et la physiologie digestive mais aussi la génétique et la cytologie, on y trouve souvent des surprises et on est souvent obligés de se remettre en question, restons humbles dans certaines affirmations, mais l’humilité fait bien défaut de nos jours où l’orgueil et la prétention se croient au dessus de tout, un grand sage à dit un jour: l’humilité c’est comme une balance, plus on s’abaisse d’un côté, plus on s’élève de l’autre et se sera ma conclusion.

    J.TURCHET

    1. Sylvain

      Ben c’est à dire que vos titres et vos jeunes années, c’est attendrissant, mais ça ne remplace pas de vrais arguments (http://fr.wikipedia.org/wiki/Argument_d%27autorit%C3%A9)

      Je persiste à penser, au vu des nouvelles données scientifiques, que le modèle simiesque est proche de l’homme – qui le nie ? – mais est indigent à expliquer certaines données corporelles dont on dispose. Si certains utilisent le modèle porcin pour expliquer certaines défaillances métaboliques, plutôt que le chimpanzé, en dépit de nos génomes plus éloignées (les fameux 98,5 % de proximité avec le chimpanzé, mais quid de l’épigénétique, du diable dans les détails ?). Là on ne s’arrête pas à la théorie génétique, mais on a des applications concrètes sur le comportement de l’homme (gavage), les maladies métaboliques, la formation des maladies cardiovasculaires – plus répandues chez le porc à tout hasard -, de la formation des tumeurs – idem – ou de la formation de graisse – la structure de la peau chez l’homme et des adypocites est très proche du porc, moins du chimpanzé, intéressant pour étudier comment on s’engraisse, non ? –

      Ca ne veut pas dire qu’on s’arrête à ce modèle-là. Mais qu’on ne se ferme pas au seul modèle du chimpanzé, mais que l’on soit pragmatique : si le comportement de gavage est plus proche chez le porc, autant l’étudier, pareil pour certains organes que je cite, plus proche du porc chez l’homme, qui ne sont pas là pour faire jolis et qui ont une fonction similaire – penser au rasoir d’occam -. Pour le modèle simiesque, je vois plutôt l’intelligence, les outils (rudimentaires mais existants chez les singes), la capacité à coopérer en groupe pour chasser/cueillir. Mais même le modèle de la souris était convenable jusqu’à un certain point, nous sommes bien des mammifères. Pour le singe, je le vois plutôt frugivore, et nous plutôt tuberivores, mon modèle-clé c’est le modèle Kitava (beaucoup de patates douces, comme à Okinawa), des tubercules cuits plus denses énergétiquement parlant, qui explique un colon plus court, et un grêle plus long chez le chimpanzé.

      On peut discuter des origines de cette proximité (porcimité :p ? ) avec le modèle porcin, j’ai mon idée là-dessus. Ce qui est certain c’est qu’on ne peut pas la balayer d’un revers de la main (rien ne vous interdit à faire 360° à revenir sur vos « idées de jeunesse », la science a progressé depuis et validé certains présupposés, rejeté d’autres aussi, le tout est de rester OUVERT) toutes ces similarités métaboliques.

      Bon après y a ALAIN aussi qui aime bien rappeler combien de temps il a passé à étudier la question. A la limite peu importe le temps passé, on est là pour débattre et opposer des arguments, pas de la rhétorique creuse.

      Je passe à un autre sujet, parce que j’ai tout dit, bon week-end !

      Sylvain

      (penser à lire le site de macroevolution.net notamment sur la génétique, il fait pas de pipeau, étaie ses arguments, les source, prend des pincettes pour ne pas choquer les gens – empathique il se met à leur place-, et il a aussi de longues années de pratique en génétique, un bon phd comme il se doit : http://www.macroevolution.net/hybrid-hypothesis-section-1.html )

  124. Olivier Ramirez

    Merci pour cette réponse Sylvain. J’avais pensé à répondre mais avec moins de courtoisie du coup je me suis abstenu. Je pense que Monsieur Turchet a ses propres biais qui sont ENORMES. (45 ans de végétarisme notamment)

    Au final malgré vos considérations sur l’humilité monsieur Turchet, votre intelligence et votre beau diplôme, on peut trouver assez paradoxal que vous utilisiez comme n’importe quel zélote vegan, des qualificatifs comme mangeurs de viande ou carnivores : » Le désaccord entre les végétariens, les végétaliens, les mangeurs de viande et les omnivores » à côté même du mot omnivore qui désigne bel et bien ce que vous appelez « mangeurs de viande ».

  125. Jacques TURCHET

    Bonjour,

    Comme vous, je me suis posé beaucoup de questions sur les différentes théories mais qui à raison qui à tord, je ne me pose plus cette question car j’ai plus de quarante cinq années de pratique derrière moi et durant toutes ces années de pratique et e consultations, j’ai pu faire la synthèse de ce qui marche et ce qui ne marche pas. Je vais encore répéter une fois de plus
    que la nutrition ne dépend uniquement d’une théorie ou d’une lecture mais d’un mélange de science, de philosophie, d’anthropologie, de médecine et de pratique.
    En thérapie, chaque cas est particulier, il n’y a pas de régime standard , il faut tenir compte de l’hérédité, du tempérament, du groupe sanguin, du caractère, de l’âge, de l’état général, des pathologies antérieures et actuelles, des activités , de l’environnement. La science comme vous le dites si bien à évolué oui certes, mais pas toujours dans le bon sens hélas car elle devenu affairiste et matérialiste au possible. Croyez vous que j’en suis resté à mes expériences de jeunesse , bien au contraire , je suis toujours dans le bain mais mon expérience m’autorise certaines affirmations confirmées. La science à évoluée oui bien sur mais votre tube digestif est resté le même et il demande les mêmes aliments qu’autrefois pas des aliments bourrés de pesticides, d’additifs X,Y,Z tous de synthèse et d’engrais chimiques.
    Les études de nutritions sont difficiles et déroutantes car elles sont pluridisciplinaires (anatomie, physiologie, biochimie digestive et métabolique, anthropologie, typologie, morphopsychologie
    étude des groupes sanguins, pathologies digestive, valeur nutritionnelle des différents aliments, mode de conservation etc.) Comme vous pourrez le constater se sont des études longues et quelques fois décourageantes, mais le plus difficile c’est de faire la synthèse de tout cela et de la mettre en pratique.
    Je sais que l’on peut trouver mes paroles et mes écrit un peu rudes mais j’ai pour habitude d’être direct et de ne pas perdre mon temps avec des futilités, si mes enseignements plaisent c’est bien et s’il ne plaisent pas et bien on ne les suit pas cela ne me dérange pas chacun est libre de suivre le chemin qu’il choisit.
    J’utilise les qualificatifs que je crois être encore d’actualité car il y a bien longtemps que je ne m’attarde plus avec des susceptibilités et je sais encore faire preuve d’humilité quand il le faut car je sais ce qu’ humilité veut dire, je suis passé par les phases qui se sont chargé de me l’apprendre.
    Aujourd’hui, qui peut prétendre avoie la vérité indiscutable en matière de nutrition, des théories , il y en a des centaines et ce n’est pas fini mais la réalité personne ne la connait car depuis des siècles nous nous sommes éloignés de nos origines, nous avons perdu le sens du naturel pour vivre dans des artifices contre nature qui nous rendu dépendent et fragiles physiquement et moralement, nous devenons des peuples d’assistés. Moi même je n’ai jamais prétendu détenir la vérité loin de moi cette idée encore maintenant il m’arrive d’avoir des doutes sur beaucoup de choses, je me suis souvent remis en question durant toutes ces années et je ne suis toujours pas d’accord avec beaucoup confrères sur certains points mais encore une fois chacun suit sa voie.

    J.TURCHET ING. Agro Dr. en biologie nutritionnelle

  126. Kowka

    Bonjour,
    Je trouve tout ce débat très intéressant niveau sociologique car en fait il n’y a pas vraiment de débat mais une guerre ouverte, qui a tort qui a raison ?
    Personnellement j’écoute mon corps, je ne mange presque plus de viande, sauf si elle vient d’un producteur local, du poisson plus jamais car les conditions d’élevage et de pêche sont intolérables, je refuse catégoriquement la nourriture hallal.
    Je ne suis pas extrême, juste que lorsque je jette un oeil au rayon viande de mon supermarché j’ai la nausée… et depuis que je ne mange presque plus de viande je suis beaucoup plus détendue, moins stressée, moins agressive :D
    J’évite le blé et tous les dérivés qui contiennent du gluten juste parce que mon système digestif le supporte mal.
    Si j’ai envie de viande j’en mange, si j’ai envie de fruits j’en mange c’est pas plus compliqué, si je salive devant un éclair au chocolat je l’achète et je le mange !
    Mes chats et mon chien mangent des croquettes sans céréales, car ce sont des carnivores, le gluten et les céréales c’est pas bon pour les carnivores, suffit de regarder leurs selles !!
    Régulièrement je leur prends de la bonne viande chez un boucher local qui est aussi éleveur…
    Que l’humain soit carnivore, omnivore ou végétarien ça a peu d’importance car ce sont les lobbies qui décident, il suffit de voir les étiquettes : « adapté au régime végétarien » !?
    Pourquoi essayer d’imposer les idées de chacun à l’autre ? il suffit de s’écouter simplement, chacun a sa propre conscience, ses propres principes, essayer d’acheter local qu’il s’agisse de fruits, de légumes ou de viande est un pas vers la lutte contre la détresse animale.
    Bien sûr c’est plus cher mais nous surconsommons, nous mangeons 3 repas par jour, pour ma part 1 seul suffit, il y a aussi ceux qui jettent la moitié de ce qu’ils ont dans leurs frigos toutes les semaines… mais je ne jette pas la pierre à tous ces gens ils sont juste manipulés par les lobbies et ne s’en rendent pas compte.
    Il faut accepter que chacun ait ses travers, je n’aime pas la chasse mais il y a de bons chasseurs qui respectent leurs chiens et leur gibier.
    Je n’aime pas que les vaches soient abattues mais mes animaux doivent manger de la viande…
    Je ne me suis jamais posée la question sur la souffrance des carottes, mais sur celle des crustacés ébouillantés vivants ou des escargots jetés vivants sur un barbecue oui…
    Il faut faire quelques concessions dans la vie au lieu de se regarder toujours le nombril et dire moi j’ai raison, il faut juste agir selon sa propre conscience et ne pas se laisser dicter sa conduite.
    J’accepte que mon meilleur ami mange un steack à chaque déjeûner ou qu’il aime le crabe mayonnaise, ça ne change pas le fait qu’il soit mon meilleur ami même s’il est bien loin de partager mes convictions.
    Qui est-on pour juger les autres ?

    Je ne suis ni végétarienne ni carnivore je ne suis qu’humaine.

  127. Def

    + Carl Linnée (1707-1778): – « D’après son anatomie, l’homme n’a pas été physiologiquement préparé pour manger de la viande. »-« Les fruits sont la nourriture la plus adéquate pour l’homme, d’aprés ce qui a été démontré par l ‘analogie des quadrupédes dans la structure de ses dents et de son appareil digestif. »
    + John Ray (1628-1704): – « L’homme n’a ni les dents acérées ni les griffes pour tuer sa proie. Au contraire, ses mains sont faites pour cueillir des fruits, des baies et des légumes, et ses dents sont appropriées pour les mâcher. » –
    « Nos vergers offrent tous les délices imaginables, tandis que les abattoirs et les boucheries sont pleins de sang coagulé et d’une abominable puanteur. »
    + – George Cuvier (1769-1832): – « L’anatomie comparée nous enseigne qu’en toute chose, l’homme ressemble aux animaux frugivores et en rien aux carnivores. Ce n’est qu’en déguisant la chair morte rendue plus tendre par des préparatifs culinaires, qu’elle est sucesptible d ‘être mastiquée et digérée par l’homme chez qui, de la sorte, la vue des viandes crues et saignantes n’excite pas l’horreur et le dégout.  »
    – « Le corps humain entier, même jusqu’au plus petit détail, est destiné, par nature, à un régime exclusivement végétal.  »
    + Richard Owen (1804-1892): – « Les anthropoides et tous les quadrumanes dérivent leur alimentation des fruits, graines et autres succulentes substances végétales, et la stricte analogie entre la structure de ces animaux et celle de l’humain démontre clairement leur frugivorisme naturel.  »
    + Thomas Henry Huxley (1825-1895): – « L’homme vint avant la hache et le feu, il ne pouvait donc pas être omnivore.  »
    + Charles Darwin (1809-1882): – « La classification des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d’une façon évidente que le nourriture normale de l’humain est végétale comme celle des anthropoides et des singes, que nos canines sont moins développées que les leurs, et que nous ne sommes pas destinés a entrer en compétition avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores.  »

    Ces six bonhommes-là, ce sont les plus grands des plus grands sur le sujet, ce sont les grands naturalistes de l’histoire, autrement dit les experts du monde vivant, il n’y a personne de plus qualifié qu’eux quand il est question d’anatomie, de systèmes digestifs et d’habitudes alimentaires. Et il n’y a pas de « oui mais » qui tienne. Prétendre en connaitre plus qu’eux sur l’anatomie revient à prétendre en savoir plus que Kasparov sur le jeu d’échecs.

    Ce n’est pas une honte d’avoir dit et pensé des bêtises toute sa vie, puisque ces bêtises nous proviennent de nos éducateurs, et il n’est pas trop tard pour changer d’avis, mais rester de mauvaise foi face aux évidences, c’est enfantin et grotesque, pour ne pas dire complètement débile. Cqfd.

    Le savant.

    1. Patrick Dumont

      Cuvier a dit des noirs africains que c’était « la plus dégradée des races humaines, dont les formes s’approchent le plus de la brute, et dont l’intelligence ne s’est élevée nulle part au point d’arriver à un gouvernement régulier »

      c’est dire qu’on n’est pas obligés de prendre ses propos pour parole d’évangile

      vous citez John Ray « L’homme n’a ni les dents acérées ni les griffes pour tuer sa proie. Au contraire, ses mains sont faites pour cueillir des fruits, des baies et des légumes, et ses dents sont appropriées pour les mâcher. »
      mais alors pourquoi diable l’homme s’est-il mis à fabriquer des armes ?

  128. Olivier Ramirez

    Hey « le savant », j’envoie volontiers tous ces plus grands à la merde avec leurs considérations sur l’anatomie comparée.

    1. Sylvain

      L’argument d’autorité, ça faisait longtemps :D

      1. Olivier Ramirez

        Haha oue, ça m’a saoulé :D.

  129. Def

    Pour ceux qui ne l’auraient pas déduit instantanément : en prononçant ce genre d’ânerie « j’envoie volontiers tous ces plus grands à la merde avec leurs considérations sur l’anatomie comparée », ce sont 50 ouvrages d’anatomie comparée irréprochablement détaillés qu’ils balayent comme ça, paf, d’un revers de la main. Et ils sont FIERS d’eux ce faisant… comme des petits enfants tout soulagés d’avoir raison, en ressentant cette fabuleuse jouissance du mépris simiesque… trompés par les hormones de la certitude, encore et toujours. On disait du téléscope de Galilée qu « il renvoie de fausses images à l’oeil humain », l’humain n’a pas changé depuis, on passe tous par la phase adolescente qui consiste à se prendre pour le maître du monde, il faut un jour en sortir, et accepter que ces êtres ont consacré leur vie à étudier et charcuter les êtres vivants -non pas pour écrire une seule phrase sur le végétarisme, mais pour la connaissance véritable- et sont fatalement les plus aptes à reconnaitre tel système optique et tel système digestif.
    Avis aux enfants : étudiez BEAUCOUP avant d’écrire un commentaire, ça vous évitera de vous humilier. Il n’est pas encore trop tard pour changer d’avis, mais évitez d’écrire des âneries, vous n’arriverez qu’à vous enfoncer dans un excès de confiance maladif.

    En toute humilité,
    Le savant savonneur.

    1. Olivier Ramirez

      Je les envoie à la merde parce qu’à cause d’eux des gens comme toi se permettent de venir donner des leçons aux autres en toute « humilité » en s’autoproclamant « le savant ». Il y a bien des arguments dans ces phrases qui ont été démontés à de nombreuses reprises et des pans entiers de découvertes et connaissances que des végétariens se permettront d’ignorer parce qu’ils préfèrent se mettre des oeillères en se racontant des fables créationnistes et en restant dans des croyances dogmatiques, plutôt que de les confronter avec intelligence aux arguments opposants.

    2. Olivier Ramirez

      Il n’y a pas qu’un mais des chainons manquants dans leur raisonnement, la paléoanthropologie est à dater majoritairement après l’époque de ces hommes car la majorité des découvertes leur est postérieure, tout comme la découverte des vitamines, des maladies associées aux carences, les études sur les populations de chasseurs-cueillleurs modernes, la cladistique, la phylogénétique, la génétique des populations,…… etc

      1. Def

        Ecoute, me prendre pour un imbécile est une chose, et je ne te contredirai pas d’ailleurs puisque j’en suis un, mais oublier les évidences suivantes n’auront comme effet que de t’enfoncer à jamais dans l’ignorance des supersticieux :

        1. Patrik Baboumian, je pense que tu reconnais ce nom, mais pour rappel : vegan, il soulève 550kg, je n’ai pas trouvé de record supérieur.
        L’homme le plus fort du monde est donc « végétarien » (même si ce mot n’a aucun sens).
        2. Edward Witten, spécialisé de la théorie des cordes, est considéré à juste titre comme l’homme le plus brillant de notre époque. Un scientifique a dit de lui : « on se considère tous comme très intelligent, mais il l’est tellement plus que nous ! ». Edward est vegan.
        L’homme le plus intelligent du monde est donc végétarien, lui-aussi.
        3. Les moines de Shaolin, qu’on peut considérer comme les êtres les plus résistants du monde, sont végétariens… de naissance…. sans carences….
        4. Parmis les 10 scientifiques les plus intelligents et les plus prolifiques de tous les temps, au moins 5 étaient végétariens : Einstein, Edison, Da Vinci, Tesla, Pythagore.

        5. Il est très probable que tes enseignants t’aient transmis d’innombrables mythes, pourquoi ne l’accepte-tu pas une bonne fois pour toutes ? Moi-même végé depuis 10 ans, vegan depuis 6 ans, zéro carence, probablement plus sportif que toi, et autrefois champion des angines blanches, je n’ai plus rien eu depuis l’arrêt des laitages, plus rien même pas un rhume. Et attention aux hormones, car je suis le plus sceptique des pragmatiques, je hais le mysticisme et déteste m’humilier ; je ne présente que ce dont je suis certain, j’ai du mal à croire en une coïncidence concernant mes propres maladies, excuse-moi du peu, ces angines me détruisaient 2 semaines chaque année.
        Je n’aime pas les théories mystiques, j’insiste, mais sans écouter forcément ce qu’elle dit, analyse Irene Grosjean (reportage gratuit sur youtube), regarde-là gambader à 83 ans, faire des virées avec ses potes et courir dans les escaliers comme une enfant. Elle ne mange rien de cuit depuis des décénies. « Crudivorisme » disent-ils, je hais ce mot, il a une sonorité sectaire, mais c’est l’alimentation la plus intelligente scientifiquement, depuis toujours et à jamais (tout du moins jusqu’à l’invention d’un système digestif quantique ou mécanique ^^).

        6. Crois-tu que le corps humain ait changé depuis la découverte des virus ? juste pour te faire plaisir ? Soyons sérieux et lucides : nous sommes des cro-magnons dans tous les domaines médicaux, nous ne savons rien de rien, même 100 ans après Darwin, nous émettons des hypothèse, nous n’avons pas encore aperçu toutes les parties du corps humain producteurs d’hormones, nous sommes vraiment dans le flou total. Inutile d’argumenter chaque année telle ou telle découverte, nous sommes très loin de comprendre quoi que ce soit à la transformation moléculaire (sauf Edward Witten peut-être), nous déduisons seulement que certaines molécules se font découper par des protéines, sans plus, et nous ne le voyons même pas en direct-live.

        Pourquoi chercher à tout prix de petits arguments inutiles et grotesques ? juste pour te réconforter ? tu es boucher ou éleveur ? Accepte l’évidence : les êtres les plus forts et les plus intelligents du monde ne consomment pas de chair sanguinolante, c’est précisément l’inverse des mythes qu’on t’a transmis, cherche plutôt à vaincre tes certitudes, tu ne pourras en ressortir que grandi. Et c’est sans chercher à t’humilier, avec juste un chouïa de condescendance légitime pour la route ^^.

        Stp laisse les citations des grands, relis-les avec attention, elles contiennent tout ce qu’il faut, notamment l’évidence que nous sommes dégoutés par l’odeur du sang, tandis que le sanglier (réel omnivore) rafole de ça, il considère les vers de terre comme un met succulent, ce qui n’est évidemment pas notre cas.
        Le gout de la cuisson ? transformation chimique -> similaire aux drogues, « l’art culinaire » consiste à transformer certains sucres que notre langue confondra avec des aliments qu’elle reconnait comme très nourrissants, c’est l’endorphine sécrétée qui signalera à notre esprit que le corps est rassasié, mais il s’agit de le tromper dans les deux cas.

        1. Def

          Oh, j’ai oublié :
          je te propose d’attendre 24 heures avant de répondre, on ne peut pas préparer un argumentaire instantanément, même avec 140 points de q.i. Mais cherche plutôt à te convaincre que oui, peut-être que tu t’es trompé, pourquoi pas ?
          Nous sommes tous persuadés d’avoir raison, il en faut bien deux ou trois pour avoir tort, pas vrai ?
          J’insiste : dire des bêtises est naturel, mais il faut faire attention à ne pas en dire trop, car chacune ajoutée ajoute également une dose de honte qui surviendra lors de la prise de conscience. Allez, les erreurs ça fait mal à avouer, mais juste après la honte, on se sent très fiers, « eurékaifiés » ;)

          Top chrono ! Tu as 24 heures pour méditer, qui que tu sois ;)

        2. noobilol

          Petite rectification :p Patrick Babiouman n’est pas du tout l’homme le plus fort du monde. Il était l’homme le plus fort d’ALLEMAGNE en 2011. Une petite nuance, mais je pense que tu voulais juste faire comprendre que c’est possible d’être un homme fort en étant vegan j’imagine. Mais la plupart des strongmans sont omnivores a tendances carnivores :/ malheureusement.

        3. Patrick Dumont

          oui, peut-être que les vegans sont les plus beaux, les plus forts, les plus intelligents mais s’ils n’avaient pas eu des ancêtres qui ont mangé de la viande , ils n’auraient jamais existé.
          car le passage du végétarisme à l’omnivorisme correspondait à une nécessité vitale lors de la raréfaction des végétaux pendant les glaciations.
          le feu a été utile pour rendre les aliments plus digestes, bien plus que pour modifier le goût. et surtout il réduisait de façon importante le risque d’intoxication alimentaire

          quant au dégoût pour les vers de terre, c’est purement culturel. nos ancêtres les australopithèques étaient insectivores, c’est pas pour antant que j’ai envie de boulotter des araignées ou des cafrads

          1. Def

            Oui, le goùt est culturel (question d’habitudes), sauf au sujet des vers de terre ;) Essaie lol. Il faut être sacrément affamé pour trouver ça « gluant mais appétissant » ^^. Limite les araignées ça croque sous la dent, mais pas les vers de terre, j’insiste ^^

            – Le passage à une alimentation plus diversifiée et cuite n’a pas modifié notre système digestif, tel était le sujet initial ;)

            Dire que l’homme n’a jamais été frugivore est d’une stupidité sans égale, ignorer les maîtres en la matière est fabuleusement irrationnel. Et c’est en prenant évidemment en compte que tous les scientifiques renommés de l’histoire se sont trompés, tout le temps, sur beaucoup de sujets.
            Je ne suis pas non plus celui qui prétendra qu’on ne peut pas être en bonne santé en mangeant de la cervelle de baleine ou des testicules de moineaux, puisqu’au fond nos petites cellules et nos petites bactéries feront tout leur possible pour survivre. Par contre et pour reprendre la phrase de Patrick : je suis celui qui prétend qu’avant de passer au régime omnivore, il a bien fallu des herbivores pour leur donner naissance, pas vrai ? ;)
            On peut ainsi remonter beaucoup plus loin, jusqu’à la nature même de l’énergie, car la vie commence avec les interactions entre ces différents niveaux d’énergie, et pas avec les bactéries comme on a tendence à l’imaginer ^^ Dans ce cas il n’est même plus question d’alimentation, nous sommes tous des fonctions mathématiques ^^
            Par contre noobilol, voilà que tu me prends sur le fait ! Effectivement, je n’ai vérifié que sommairement par une recherche google, les termes techniques ne m’intéressent pas (soulevé jeté…hein?), je pensais réellement que Baboumian était le Hulk ultime, honte à moi. Bah, bientôt ils seront tous vegans et continueront d’augmenter les records, il suffit d’attendre un peu ;)
            En revanche, mon argument favori reste celui des intellectuels, y’a rien à faire ^^

  130. Def

    Que répondre à ces enfants ? Ils ne raisonnent pas, ils n’ont rien dans la tête, ils sont bouchés et préfèrent rester ignorants plutôt que d’étudier… c’est plus confortable…
    Je cite :  » Je les envoie à la merde parce qu’à cause d’eux des gens comme toi se permettent de venir donner des leçons » , donc HOP, c’est fini, dans leur tête, il n’y a plus que moi qui compte, les 50 ouvrages scientifiques, qui contiennent des milliers de dessins d’une précision chirurgicale, sont instantanément ignorés, POUF, abracadabra !
    Jusqu’à nous prendre pour des créationnistes…non mais on rêve là, ça dépasse pas les 90 points de q.i… le cerveau humain n’est pas conçu pour réfléchir, démonstration est faite… (plus de précision sur le site TED par le pr Wolpert, que je conseille à tous, même aux imbéciles grincheux).
    Arrêtez de troler le site et ouvrez un de leurs ouvrages, vous comprendrez qu’on ne peut pas lutter avec Einstein sur la nature du temps, et qu’on ne peut pas lutter avec Darwin sur l’anatomie.
    Et OUBLIE-MOI dans l’histoire, moi je n’ai rien à dire et ne donne aucune leçon d’anatomie, ce sont Darwin et Linnée à qui tu t’attaques, pas à moi. Laissez ces citations en avant-plan je vous prie, elles-seules aideront les gens à se faire un avis clair et précis.

  131. Jérôme

    Citation de Def « Ce n’est pas une honte d’avoir dit et pensé des bêtises toute sa vie, puisque ces bêtises nous proviennent de nos éducateurs, et il n’est pas trop tard pour changer d’avis, mais rester de mauvaise foi face aux évidences, c’est enfantin et grotesque, pour ne pas dire complètement débile. »

    Def, Lierre Keith c’est trompé pendant 20 ans. Grâce à ces erreurs nous avons pu lire Le Mythe Végétarien.

    Citation de Def « Le gout de la cuisson ? transformation chimique -> similaire aux drogues, « l’art culinaire » consiste à transformer certains sucres que notre langue confondra avec des aliments qu’elle reconnait comme très nourrissants, c’est l’endorphine sécrétée qui signalera à notre esprit que le corps est rassasié, mais il s’agit de le tromper dans les deux cas. »

    La tu touches un point intéressant, les glucides sont des drogues, essayes le régime cétogène pendant quelques semaines et tu comprendra ce que c’est que d’avoir faim et d’être rassasier. Je me suis laissé dire que certains vegans était passés au régime cétogène sans changer leur « philosophie ». Pour les graisses il y a l’huile de noix de coco, pour les protéines j’te laisse chercher si ça t’intéresse. Moi aujourd’hui j’opterai pour du foie de porc et du saindoux avec un peu de choucroute.

    1. Def

      Cherchez avant de commenter, et vous trouverez. Etes-vous en train d’affirmer que Michael Armstein ressent constemment la faim lorsqu’il court ses centaines de kilomètres ? Soyons raisonnables svp. Pour ma part, si j’avais la possibilité de ne me nourrir que de fruits, je n’hésiterais pas une seconde, et je vous conseillerais de faire de même avant de prétendre quoi que ce soit.
      Je pense que vous n’avez pas la moindre idée de la composition des êtres vivants, càd que selon vos termes, nos corps seraient constitués d’un paquet de protéines, de glucides et de lipides, point….
      Résumé d’une encyclopédie : la cellule est l’unité de base du vivant, chaque cellule possède les mêmes « organes » (mithocondries cytoplasme etc…) et ce sont ces organes qui contiennent les CH (lipides) CHO (glucides), et les CHON (acides aminés). Et ce sont des MILLIONS de ces petits paquets d’âtomes qui sont contenus dans chaque cellule. Pourquoi ne pas pousser le raisonnement ? Tout est fait de cellules, donc : ?
      Selon vos termes, nous devrions manger des protéines pour en avoir nous-même, mais ce n’est pas le cas.
      Autre: votre écrivain est un débile profond, tout simplement, comme tant d’autres qui soutiennent avoir vu la vierge ou les extra-terrestres. Certaines personnes raisonnent plus vite et mieux, écoutez plutôt les scientifiques renommés et prolifiques, car des livres idiots aux noms accrocheurs, il y’en a par millions.
      Au plaisir de vous avoir appris l’éxistence de Michael Armstein ;)

  132. sandra

    Je vis sur un ile dans le pacifique et bien vous savez quoi les peuple autoctone de lile vivai de la chasse de la peche et de la ceuilette et dans les (tribu) clan de bord de mer il pechai il mangeai du poisson donc pour moi le poisson es considerer comme de la viande comme un animal vivant et qui aurai pu soufrir . Personelement je trouve que certain vegetarien sont plus radicaliste que beaucoup d’omnivore l’etre humain peut manger et diggerer la viande cuite ou cru (carapcio de boeuf ect ect) et bien sur le poisson (sachimi ect) donc voila que l’homme ai manger de la viande avant il y a plusieur million d’année ne fait aucun doute il devais s’habiller et s’armer peut etre contre des predateur mais il ne disait certainement pas non a un bout de viande. bon voila je pense que chacun et libre de choisir jadore la viande le poisson j’adore les fruit les legumes LOL jaime tout le monde!

  133. sandra

    Pardon de croire ce que les coutume ancestrale Canaque nous disent ces gens bien pensant que tu a citer on dis ce qu’il on dis

    mais TOI qu’en pense tu ? tu na jammais manger de viande? et si tu en a manger la tu APPRECIER? je te parle de toi pas des ces sientifiques je ne remet pas non plus en cause ce qu’il on dis ou ecris

    Mais ne pense tu pas que sur certaine iles ou il ny a RIEN a manger d’autre que des chauve souris ou des poisson ou meme des oiseau les home on survecu en mangant des igname ou des tarot??? aller me fait pas rire la viande a bien eter incorporer dans un régime alimentaire a un moment ou a un autre? non?

    1. Def

      Moi ? lol
      Moi je suis né d’une famille normale et peu pensante, j’ai vécu quelques années en surpoids dans mon enfance, j’avais de la cellulite aux cuisses dès l’âge de 8 ans, probablement à cause de toutes les sucreries que j’engloutissais chaque jour (léo, chips etc).
      – Pour le goùt des viandes ? Eh bien, celui qui prétend préférer la viande à du flan bien sucré ou à une praline est soit un menteur, soit un enfant qui ne s’est pas rendu compte que son amour pour la viande provient surtout de la croyance que « ça le rend plus fort », cette sensation agréable et trompeuse dont il est très difficile de s’échapper, puisqu’elle nous a accompagné toute notre vie.
      Pour être à 100% honnête : j’ai aimé les saucisses au barbecue et celles dans la sauce tomate de ma grand-mère, mais jamais autant que les pastèques bien sucrées du sud de l’italie en plein été, ni autant que les gateaux à la crème patissière, ni autant que les simples pommes de terre frites au ketchup. En général le gras et les nerfs me dégoutaient, tout simplement, la vue du sang nous dégoute d’ailleurs tous instinctivement, et les poissons ont un goùt infect dont seule la sauce peut déguiser la puanteur, soyons lucides.
      – Demande aux enfants s’ils préfèrent les légumes ou la viande, ils répondront évidemment la viande ; mais demandez-leur s’ils préfèrent les frites ou la viande, ils répondront les frites :)
      Tout du moins les enfants qui n’ont pas été trop trompés par cette croyance de devenir plus fort (car cette croyance a une énorme influence). N’oublions pas que sans sauce, sans sel et sans épices, même la « meilleure » viande du monde reste superbement dégueulasse ! Prends les même ingrédients et remplace la viande par une mixture bizarre de soja, et ton palais en sera tout autant réjoui, crois-moi et fais le test ^^

      – Tu sais les scientifiques cités n’ont pas tous été végétariens, ni même gentils, certains étaient racistes, et Darwin lui-même tolérait l’esclavage dans les colonies.

      – Quant à moi : Ai-je prétendu que la viande n’a jamais fait partie du régime de nos ancêtres ? lol bien sùr que non, malgré mes maigres connaissances de l’histoire, il y’eut une longue période glacière qui a poussé nombreux de nos ancêtres à faire avec ce qu’ils trouvaient, et dès lors cette habitude s’est transformée en coutume. Moi-même prix nobel de la gentillesse, la lucidité me permet d’affirmer que la faim me pousserait à coup sùr à zigouiller un lapin de mes propres mains, et même de le manger cru s’il m’est impossible de faire du feu (ce n’est pas si facile lol). Les cellules possèdent des organes en commun, les cellules de la chair du fruit et de la chair animale ne sont pas fondamentalement différentes, on peut se nourrir de beaucoup de choses, le but final est de nourrir nos propres cellules (et pas nous-même, on a tendence à trop l’oublier) qui sont globalement similaires chez tous les mammifères ; le fait est qu’il est plus difficile voire impossible de digérer le sang, ça fait mal au ventre, ça fait puer de la gueule et ça rend malade, donc : notre èspèce n’est pas omnivore c’est évident.
      En passant : on a retrouvé au 17ème siècle des tribus qui vivaient sans le feu, donc très probablement sans viande du tout, ils auront eu la chance de vivre très longtemps dans un endroit paradisiaque bondé de fruits.
      Au final : nos ancêtres ont évidemment consommé beaucoup de chair animale cuite, mais l’évidence scientifique est que notre système digestif n’a pas bougé depuis que nous sommes sortis de la forêt, et qu’il n’est toujours pas adapté pour digérer correctement cette chair animale, notre langue la reconnait d’ailleurs comme un poison tant qu’elle n’est pas vidée du sang et déguisée par des épices.

      – La question que tu devrais te poser est celle-ci : « Pourquoi continuer à en manger puisque c’est inutile ? » (et malsain, en plus)
      Parce que c’est bon/agréable ? parce que c’est la coutume ? On ressent tous l’obligation d’inventer plein d’âneries pour justifier « nos » valeurs (qui sont pourtant celles de nos éducateurs), maistu sais, il y a plein d’autres choses qui sont agréables, exemples : violer un jeune garçon russe de 9 ans aux yeux bleus est extrêmement jouissif (tout le monde sait ça^^), posséder un esclave et le dominer est génialissime, couper des têtes à l’épée et piller des villages procure un sentiment de fierté infiniment jouissif… les pays musulmans ont pour tradition le mariage des fillettes à des adultes (avec le viol qui va avec évidemment…) et une africaine sur trois se fait exciser en bas âge (on leur coupe/arrache le clitoris) au nom des traditions.
      L’esclavage a perduré depuis l’aube de l’histoire jusqu’à il y a quelques décénies, soit plus de 20 mille ans, lors desquels nos ancêtres idiots se sont inventé plein de stupides justifications irrationnelles, comme on peut en lire beaucoup ici plus haut dans les commentaires.
      L’humain ne raisonne pas, il est incapable de visualiser ses propres erreurs, seules des années de réflexions lui permettent d’adopter un esprit critique/analytique envers lui-même.
      J’apperçois une brèche dans ton esprit, je sens que tu prends en compte les arguments des grands scientifiques, ce qui t’honnore et pourrait te permettre de sortir du piège de l’auto-justification d’ici peu ; mais il te faudra néanmoins un dernier effort : 4 heures de temps libre, 2 de concentration pour apprendre, et 2 pour réfléchir.

      – D’abord, Noobilol ici-dessous a raison : les végétaux sont des êtres vivants, mais la réalité est encore plus profonde : CHAQUE CELLULE EST UN ETRE VIVANT A PART ENTIERE, elle respire, elle mange et « fait caca », elle se reproduit, et ressent évidemment l’agréable et le désagréable. Nos neurones SONT des cellules, et prétendre que la douleur nécessite un grand nombre de cellules qui communiquent est une énorme erreur d’interprétation, car c’est bien CHAQUE cellule qui ressent quelque chose d’à peu près similaire à notre douleur. Le fait qu’elles communiquent entre elles n’invente pas la souffrance comme par magie, car oui, la vie est faite de souffrance.
      Notre univers est ainsi fait : la souffrance gouverne notre monde/notre simulation, c’est elle seule qui nous force à nous lever, à bouger, à réfléchir, à progresser, à évoluer, à lutter… A méditer.

      Mais ce que je te propose, avant de réfléchir à ces questions profondes, c’est de regarder le reportage « Earthlings » gratuit sur youtube, qui n’est pas assez explicatif mais néamoins très bien réalisé et sans mysticisme, et d’aller sur le site L214 pour visionner quelques vidéos (dans la section « vidéo » of course ;) ). Voilà les 2 heures de concentration recommandées, fais cet effort, et tu ne le regretteras pas.

      – Comprends : à chaque respiration, ce sont des dizaines de cellules bactériennes que tu condamnes à « agonier » dans ton corps, mais la vie des mammifères en cage est infiniment plus cruelle et débile. A savoir : tous les mammifères utilisent les mêmes hormones pour les mêmes émotions (peur, angoisse, désespoir, joie, passion, et au moins 100 autres), aucun biologiste intègre ne t’affirmera que l’humain ressent plus d’émotion que les autres mammifères. Soit dit en passant, c’est même sur les poissons que sont effectuées les études des émotions.
      Visionne quelques vidéos sur L214, et tu comprendras alors la différence entre l’agonie brève dans un poumon, et l’agonie pendant des mois et des années dans une cage puante.
      Chasser (même par plaisir idiot) est 100 mille fois moins cruel que d’acheter du salami au magasin ! Emprisonner de jeunes veaux provoque l’émotion de déchirement que toute femelle mammifère ressent en perdant son enfant, et un manque affectif monstrueux au petit.

      Tiens-moi au courant lorsque tu auras visionné les vidéos, je suis prêt à te soutenir moralement si personne dans ton entourage n’en est capable pour le moment. Sache que les êtres intelligents comme Witten ont choisi l’alimentation végétale avant tout pour ne pas se sentir complices de ces atrocités, atrocités dignes des romains et des allemands nazis (qui eux-même avaient tout un tas de justifications stupides, évidemment).

      – Et en aucun cas une secte n’entre dans l’histoire, holà, attention à nos hormones trompeuses !
      Stopper les traditions cruelles est simplement une question de bon sens ! Inutile de devenir « végétarien » pour appartenir à un nouveau groupe ou pour se sentir différent des autres, il faut le faire par bon sens, par intelligence, pour éviter la souffrance tant que possible, gage d’une vie plus sage et heureuse.
      – Toute personne qui réfléchit sur la morale idéale rejette instantanément les traditions immorales, comme l’esclavage et la consommation de chair animale inutile, c’est le grand minimum.

      Et l’écrivain Tolstoï l’a très bien exprimé :  » L’alimentation carnée est un résidu barbare. Le passage à l’alimentation végétarienne est la première manifestation de l’instruction. »

      Intellect powa ^^

      1. Def

        Ah, les déserts et les îles pauvres : serres, lampes, automates -> fruitiers, miam miam les fruits ^^
        Moi utopiste ? Non. La science nous promet des bouleversements à chaque génération, et elle l’a d’ailleur fait, effectivement. Les robots sont à notre porte, il faut dès maintenant enseigner aux enfants à les maîtriser, eux qui pour l’instant disent « pfff, ça sert à rien dans la vraie vie, pfff » et gangnagna. Les serres sont le choix applicables dès aujourd’hui. Les serres souteraines éclairées aux diodes luminescentes sont pour un futur proche. Puis bon, on avisera avec ce que la mécanique quantique nous révelera, on fera peut-être pousser des fruits directement dans notre bouche ^^

      2. Léa

        Pas le courage de suivre les guerres de mot dans les commentaires mais juste envie de réagir à cette affirmation : « N’oublions pas que sans sauce, sans sel et sans épices, même la « meilleure » viande du monde reste superbement dégueulasse ! »

        Faux, faux et faux, mon ami. Tu ne connais pas la cuisson basse température. Ou ton palais n’est juste pas amateur de ce genre de saveurs. Une côte de porc bien grasse cuite au four à 85° pendant 1h, sans ajout de sel, ni de poivre, ou de beurre, d’huile, de poils de chat, ni de quoique ce soit, n’a besoin d’aucun artifice pour révéler des saveurs incomparables et se déguster telle quelle. C’est un pur régal!

        Et ça marche pour les viandes maigres, comme le blanc de poulet. Et pour le rôti de porc aussi. Je trouvais le rôti de porc dégueulasse, trop sec et fadasse avant d’apprendre à le cuire en douceur chez moi. J’ai trouvé ça divinement bon. Il m’a d’ailleurs remercié ensuite et je l’invite régulièrement chez moi.

        Alors si tu trouves la viande dégueulasse de manière générale, hé bé c’est ton problème! Tu pourrais au moins avoir la gentillesse de dire « je trouve que la viande c’est dégueulasse ». Tes goûts personnels ne s’appliquent pas forcément au reste de l’humanité.

        Respect aux boeufs, cochons, poulets, canards, bisons, kangourous et à tous les autres que tu as offensé par ton égocentrisme*

  134. noobilol

    Avant de dire quoi que ce soit, je suis tout à fait contre ce génocide animal, mais y’a quand même un truc qui me fait marrer. Que vous le vouliez ou non, les végétaux sont des êtres vivants, dépourvus de système nerveux certes, et alors ? souvent les végétaliens pronent le spécisme etc, alors comme ca les végétaux ont pas le droit de vivre ? Je suis désolé mais que vous le vouliez ou non encore une fois, il faut  » tuer « pour s’alimenter, la non conscience et la non souffrance ca ne justifie rien du tout, quoi ? juste parce que vous entendez pas crier la plante ? que ca se voit pas  » physiquement  » que vous lui otiez la vie ? donc parler pas de spécisme ( je parle pas pour vous, mais pour les végétaliens en général qui sortent toujours cette argument, notamment Youroski.

    Ca m’enerve les gens qui pensent qu’on est tous égaux, alors que c’est pas le cas ! simple et bonne raison : vous devez choisir entre la vie d’un bébé animal, et d’un enfant, vous pouvez en choisir qu’un, qui choisirez vous ? soyez honnête, car au fond de vous, vous savez que vous estimerez plus de valeur a une petite vie humaine qu’a une petite vie animal. ( bien que je sois végétarien aussi, car je ne supporte pas ce génocide qu’on fait actuellement et la maltraitance, et l’elevage insentif etc.. ) ne me sortez pas l’argument du  » bah c’est la même espece que moi, bien sur que je le sauve !  » car je pourrais la refaire autrement, entre sauver un petit animal, et un insecte…

  135. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Quand je regarde l’avalanche de messages qui sont tombés d’un seul coup, je vois que les passions se déchaînent et que la guerre des étoiles continue de plus belle, je pense que cela ne finira jamais. Chacun y va de ses arguments pour essayer de convaincre le contradicteur adverse mais chacun reste sur sa position sans essayer de débroussailler autour de lui pour y voir clair.

    Il ne s’agit pas de convaincre par tous les moyens pour imposer une doctrine, cette technique est stérile et c’est du temps de perdu car rien ne changera. Le problème de la viande est avant tout une question de conscience et de réflexion, tout comme l’alcool, le café et tout le reste.
    1) La viande est elle indispensable à la santé?
    2) Qu’elle est la composition exacte de la viande et sa valeur nutritionnelle?
    3) Que sont les résidus métaboliques de la viande et leur compositions, comment s’ ont-ils
    éliminés de l’organisme, sont -ils acides ou alcalins, sont – ils agressifs pour nos tissus?
    4) pouvons nous remplacer la viande par d’autres aliments végétaux ou par des sous produits
    animaux, comme, les œufs, les fromages de chèvre, le miel?
    5) Avons nous le droit de vie ou de mort sur les animaux pour en tirer un profit commercial?
    6) Certaines personnes malades ont retrouvé la santé par la suppression de la viande
    Comment et pourquoi?
    Ce sont des questions qu’ils fau étudier bien sérieusement avant d’apporter un jugement ou une critique.
    Je pense qu’il y a suffisamment de littérature et d’enseignements sérieux et scientifiques qui traitent de ces questions sans avoir besoin de faire un cours très volumineux sur ce site.
    Personnellement et avec l’expérience que j’ai, je pense qu’il ne faut surtout jamais rien imposer à personne car ce sera l’échec assuré.
    L’important est de donner un enseignement sérieux tout en restant simple pour être compris par tous car beaucoup n’ont pas les connaissances scientifiques pour comprendre certaines formules compliquées, chacun en prendra que qu’il voudra et décidera de se remettre en question ou pas voilà tout.
    Pour répondre à Noobilol sur les végétaux, qui sont aussi des êtres vivants, je comprends bien cette réaction que j’ai entendu des centaines et des centaines de fois et bien je vais répondre à cette question/
    Si on veut respecter la vie sur toute la ligne, c’est simple, nous ne devrions consommer que des produits dont ont ne tue pas la paternité/
    Quand on consomme des fruits, vous ne détruisez pas l’arbre
    Quand vous consommez des asperges, vous ne tuez pas la plante la souche reste en terre et
    repoussera, identique pour les salades, les cucurbitacées(courges, melons, etc., pastèque, etc.) vous mangez bien la chair mais pas la graine qui elle reste bien vivante. On peut faire la même remarque pour les olives, les amandes, les noisettes, les noix etc. la liste est longue à vous de trouver ce qui vous convient.
    Quand vous prenez le lait de la chèvre, vous ne la tuez pas que je sache, pas plus l’œuf de la poule.
    J’ai vu des tribus en Afrique qui se nourrissaient comme cela et ils s’en portaient très bien mais eux ne vivaient pas dans notre monde artificiel où tout est faussé par des habitudes, des convictions erronées, du matérialisme, du profit, des coutumes familiales, je sais combien il est difficile de vivre sainement dans ce genre de société où l’humain n’est plus considéré comme tel mais comme une simple valeur économique qui doit être exploitable et rentable au maximum jusqu’à l’usure mais ça c’est un autre débat.

    Je vous laisse le choix sur votre nourriture, la bonne ou la moins bonne, vous devez bien sentir ce qui vous convient ou pas en étudiant comment vous vous sentez après votre repas et comment vous dormez après le repas du soir.
    Je voudrais aussi vous dire que il n’y a rien de plus mauvais que les matières grasses chauffées, rien ne devrait être cuit dans les matières grasses y compris l’huile d’olive vierge et biologique, si cette huile est chauffée, elle se sature en hydrogène et devient pathogène, prenez soin e vos de vos artères.

    J.TURCHET

    1. Def

      Oui, c’est moi, je prends momentanément la place de ceux qui ont abandonné ^^
      Celà ne plaira probablement pas au rédacteur initial, prions le st Prion pour qu’il laisse bien en vue « l’argument de l’autorité », les citations des savants experts sur le sujet.
      Va savoir pourquoi, les gens veulent se persuader qu’il leur faut cette dose de viande pour survivre, sans jamais se demander ce que c’est.
      Par contre, lire des milliers de livres pour se faire un avis est certes la solution la plus logique, mais tout à fait impossible :p
      Ne laissons pas le choix dans les cas graves, ne laissons pas le choix d’épouser une fillette arabe de 6 ans ni de posséder des esclaves, pas plus que de posséder des êtres aussi conscients et émotifs que nous-même. L’abandon dont vous faites preuve est certes soulageant, mais trompeur, la sagesse ne tolère pas toutes les atrocités, sinon elle ne sert plus à rien. Loin de là vous exiger de prôner la gentillesse avec ardeur, ne laissez pas les autres se sentir soulagés en leur laissant le choix de la torture. Torture inutile, comme vous le faites d’ailleurs bien remarquer.
      Amitiés ^^

  136. Thomas de Mod'Sapiens

    Bonjour tout le monde,

    Il n’y a pourtant plus aucun doute sur l’alimentation de nos ancêtre du paléolithique, m’inspirant d’énormes travaux sur le type d’alimentation paléo, nous ne pouvons douter que l’homme est effectivement omnivore et depuis longtemps.

    Le temps a fait que l’Homme a perdu ses poils ( manipulation génétique ? intervention divine ), certainement pas dû à la selection naturelle car nos poils étaient très important pour se réchauffer.

    Dès lors, nos ancêtres on du porter des peaux de bêtes pour ne pas mourir de froid ce qui révèle une intelligence et forcément des outils capables de dépecer un animal.

    Et que faisaient-ils de la viande fraiche ? Certainement pas la laisser en plan.

    Nos ancêtre révélaient un haut taux de L-Glycine présentent surtout dans les abats d’animaux ou dans la gélatine alimentaire. Je doute qu’ils en disposaient à l’époque. Au jour d’aujourd’hui nous sommes tous en carence de L-Glycine ( un acide aminé présenté en comme dispensable ), car nous ne consommons plus d’abats d’animaux et pourtant cet acide aminé à de grande vertu.

    Cordialement.

    – Thomas –

    1. Def

      Dire que que l’humain est omnivore signifie que son SYSTEME DIGESTIF est prévu pour digérer le sang !
      – On ne dit pas des vaches nourries à la farine animale qu’elles sont OMNIVORES !
      – On ne dit pas des chats nourris à la nourriture 100% végétale qu’ils sont OMNIVORES (ni herbivores) !
      C’est le SYSTEME DIGESTIF qui détermine notre nourriture idéale, pas le contraire !
      Ok, you’ve got it ? FINALEMENT ?!
      Autre, pour reprendre vos paroles : en me basant sur de nombreux travaux historiques, l’homme a été esclavagiste depuis très longtemps, il a aussi été guerrier, violant, violeur, pédophile,
      J’ai plutôt l’impression que vous ne vous basez que sur de rapides impressions, il vous manque quelques centaines d’heures de réflexion, excusez mon analyse, mais vos paroles ressemblent à celles d’un adolescent prié de rédiger une rapide rédaction pour le lendemain. Sans offense, évidemment.

      1. Mod'Sapiens - Thomas

        Sans offense bien évidemment, disons que je ne vais pas m’étaler dans une rédaction de 4 pages dans un commentaire mais plutôt de passer en revu les quelques « Preuves » que j’ai sous la main.

        Si je devais épiloguer croyez bien que les centaines d’heures seraient au rendez-vous.

        Si c’est effectivement le système digestif qui vous intéresses faites la comparaison entre celui du singe et le notre vous verrez la différence.

        je ne pense pas que balancer des futilités en guise de blague pour contrer ce que je dis ne fais pas partie « d’un débat » si cela était effectivement un débat vous seriez au point GODWIN.

        Si vous vous penchiez un peu plus sur les autres valeurs de mon argumentation ;)

        Et me « rabaisser » d’adolescent en voyant ma photo est quelque peu petit et hors contexte mais ceci dit sans offense également.

        Bien à vous.

        1. Def

          Je ne souhaitais pas perdre quelques dizaines de minutes pour expliquer ce qui est d’une évidence évidente :
          vous INVENTEZ le monde !
          Vous semblez vivre dans un monde magique, l’homme aurait été inventé à part, par des E.T qui eux-même seraient les enfants d’un dieu.
          – Qui a dit que notre lignée n’a pas comporté des mangeurs de viande ? Certainement pas moi, et certainement pas Darwin. Vous nous présentez un petit paragraphe tout à fait inutile qui ne dit rien de plus que ce qui est présenté par l’auteur initial, comme pour vous auto-persuader de vos maigres connaissances.
          Voilà le comportement adolescent dont je parle, car je le connais bien, j’ai moi-même inventé beaucoup de bêtise dans ma jeunesse, persuadé d’avoir raison, comme tout le monde d’ailleurs.
          Premièrement, avez-vous lu ATTENTIVEMENT les citations des experts présentées ici ? Il est évident que non. Vos mots n’en tiennent pas compte du tout. Vous les avez survolées, tout au mieux, voire tout bonnement ignorées, comme le font les supersticieux.
          Je vous conseille de les assimiler mot pour mot dès à présent, pour votre propre bien et pour pouvoir y réfléchir plus en profondeur.
          Je vous propose même de le faire avant de continuer la lecture de ma réponse, car l’agacement vous empêchera de le faire par la suite, je sais à quel point on peut se renfermer sur soi-même en pareils cas.

          1. Vous n’avez pas lu les livres de Darwin c’est une évidence, ou bien vous les avez survolés pour faire plaisir à quelqu’un en en oubliant 98%. Vous parlez de poils comme si la sélection naturelle devait absolument nous renforcer et concorder avec notre environnement, mais Darwin n’a jamais prétendu ça, il a dit que le HASARD allait donner des caractéristiques, et que les plus « forts » dans cet environnement allaient se reproduire plus.
          – Vous parlez de poils comme d’une preuve d’on ne sait quelle évolution intellectuelle… en passant, vous n’avez jamais vu le corps des arabes et des italiens ^^ ou peut-être est-ce de là nos différences d’intellect ? :p (HUMOUR! je suis d’ailleurs issu de ces deux races^^). Non, certaines races ont perdu plus de poils, comme les chats, comme les oiseaux, et c’est surtout le hasard qui l’a voulu. Et au contraire de ce que vous pensez : NON, nos ancêtres n’ont pas commencé à porter des vêtements juste après avoir perdu leurs poils, comme poussés par un manque… ces poils n’auraient pas suffi à nous protéger du froid, les vêtements ont été nécessaires à notre èspèce. Très peu de primates ont réussi à s’éxiler des forêts tropicales, d’ailleurs. C’est ainsi que l’évolution fonctionne.

          2. En ce qui concerne le fonctionnement de l’organisme, vous vous humiliez tout seul en prononcant le mot « vertu », vous semblez vous aussi penser que notre corps est une unité dans laquelle on peut enfoncer des ingrédients magiques… ce sont les mystiques qui s’expriment ainsi, vous perdez en crédibilité instantanément. Il n’y a pas de vertus spéciales dans telles ou telles molécules, vous semblez ne pas savoir que nous sommes un immense paquet de cellules, et que ces cellules se fichent d’avoir votre L-Glycine en excès.
          Oui, vous êtes bien dans un monde magique où l’homme est apparu tout à coup avec à côté de lui une liste : la liste des taux idéaux dans la composition de son sang.

          3. Vous me demandez de comparer le système digestif « du singe » au nôtre ? Pourquoi ne pas faire confiance aux experts ?!?
          Mais en fait… dites-donc… dire « le singe » vous enfonce encore plus dans le mysticisme… vous êtes réellement dans un monde magique où il n’éxiste qu’une forme de singe et dans lequel l’homme est bien à part, lui ô l’élu des cieux :s
          Résumé : il y a plus de 90 èspèces de primates encore vivants, dont CHAQUE èspèce a ses particularités, notamment au niveau de la largeur de l’anus et de la couleur des tripes, mais le fait est que les EXPERTS en la matière affirment que nous nous ressemblons tous à ce niveau, nous tous les primates. Telle est l’évidence, ne me demandez pas de vérifier par moi-même, je n’irai pas découper deux cadavres juste pour vous mettre sous le nez les différentes parties en vous disant « AH, TU VOIS QUE C’EST PAREIL ? », car Da Vinci et Cuvier s’en sont occupé pour nous, il nous faut juste rester humbles et leur faire confiance sur le sujet.
          Acceptez-le une fois pour toutes : OUI, NOUS SOMMES NOUS-AUSSI DES SINGES !
          Comment peut-on encore penser le contraire…

          Aussi, dois-je vous rappeller qu’il n’y a pas eu qu’une seule èspèce d’homme, et que nous étions bien différents des autres ? Vous semblez ignorer les bases, jeune Sapiens.

          Vous avez superbement ignoré toutes les comparaisons qui vous dérangaient, comme les religieux en sont spécialistes.
          Pourquoi ne pas accepter les évidences ? Oui, notre lignée a dù tuer d’autres mammifères pour survivre -celà lui a d’ailleurs raccourci son èspèrance de vie- mais nous pouvons aujourd’hui et depuis longtemps reprendre notre alimentation idéale, celle qui nous garde en bonne santé et qui ne nécessite pas la torture d’autres êtres conscients. Telle est la question que vous devriez vous poser.

          – Nous sommes les oviraptors des fruitiers, nous sommes des voleurs d’oeufs, telle est notre place dans la nature, depuis longtemps et pour encore très longtemps, les fruits contiennent tout ce qu’il nous faut, vitamines comprises.
          Juste pour le plaisir, lisez Plutarque: »sur l’usage des viandes » (sur google), voilà déjà 2000 ans que l’intelligence nous permet de nous extirper de nos coutumes primitives, que les intellectuels n’ont cessé de critiquer à travers l’histoire.
          Nous sommes par nature des singes grincheux, méprisants et craintifs, il suffit d’analyser les enfants en bas âge (eux seulement?). La réflexion intellectuelle nous pousse au contraire à la gentillesse, ce n’est pas un hasard si les grands penseurs ont cessé la consommation de produits carnés. Nous avons l’immense chance de ne pas devoir supprimer nos semblables pour vivre parfaitement, il faut en profiter, car l’innoncence est nécessaire pour réfléchir clairement, les erreurs nous poussent au contraire à inventer plein d’excuses idiotes (et je suis un ex-expert, crois-moi). Aucun coupable n’admet sa culpabilité, il y a toujours cette pensée en avant-plan qui lui donne la certitude de ne pas avoir fait d’erreur. Eh bien parfois il faut s’en rendre compte, et pourquoi pas changer ? Il n’y a pas de honte à changer d’avis en faveur de la vérité historique, qui ressemble grosso-modo à ceci :
          – L’aggressivité et la peur ont permis à nos ancêtres de survivre aux calvaires et ce, jusqu’à l’invention de l’intelligence, de la transmission du savoir ; mais depuis lors, ce sont quelques rares intellectuels qui ont permis l’amélioration de ces savoirs, intellectuels qui pronent tous la gentillesse comme valeur primordiale, et l’aggressivité, autrefois nécessaire, est devenue un obstacle à cette intelligence ; ignorer ses erreurs en ressentant la fierté d’être sans pitié, c’est tout simplement simiesque et contraire à l’intelligence. Voilà le point de vue des penseurs.

          – Pour la photo, je pensais que vous étiez fan d’un acteur beau-gosse voire homosexuel, la jeunesse n’est pas un argument à mon sens. Il est donc dommage d’avoir une aussi belle gueule et de chercher à rester bête, n’est-il pas ? ;)
          Certes les gens vous sourient bien souvent et les filles vous mettent dans un état de confiance absolue, mais doutez de vos capacités intellectuelles, certains mathématiciens nous dépassent de 100 fois vous et moi, et Darwin n’est pas en restes.
          Je ne vous méprise pas, je hais par contre cette forme de pensée rapide et mystique, vous ne vous basez que sur des impressions/émotions, selon vos connaissances initiales, sans chercher à vous demander d’où viennent ces connaissances et si elles sont effectivement rigoureusement exactes.
          Il n’est pas trop tard pour progresser. Evitez de répondre trop rapidement comme poussé par la vengeance, tout ce que vous pourrez inventer ne fera que vous humilier plus encore. Ecoutez plutôt les scientifiques, lisez 3-4 fois leurs citations ^^

          1. Def

            Et les mots « invention de l’intelligence » sont évidemment à mettre entre guillemets.

  137. jacques Turchet

    Bonjour,

    Arrêtez le massacre, les insultes et les vulgarités ne mènent à rien ce sont des propos complètement stériles.
    Essayez de raisonner intelligemment et calmement. Vous avez chacun vos théories et vous voulez avoir raison à tout prix. Croyez vous que parce que l’on est scientifique on détient la vérité et bien personnellement, j’ai souvent du retourner ma veste aussi bien durant mes études que dans ma pratique car on m’avait enseigné des règles qui ne marchaient pas et qui ne me séduisaient pas. Quand on accepte de se remettre en question, on fait déjà un grand pas dans la vie.
    Des ouvrages, j’en ai certainement lus plus que vous n’en lirais pas car je suis quand même un plus âgé que vous, certains sont bons, d’autres acceptables mais certains sont complètement utopiques et sectaires.
    Ce qui compte le plus c’est la pratique et l’expérience acquise au fil des années sur des cas différents, de différentes nationalités. Ayant travaillé durant des années en Afrique, j’ai été confronté aux carence protéiques (marasme et kwashiorkor), il fallait tout improviser car il n’y avait rien sur place, c’est sur ces cas là que nous voyons si notre savoir fonctionne ou pas.
    Combien de personnes qui ont traîné des maladies chroniques durant des années ont été guéries par une bonne hygiène de vie et la suppression de la viande et des hydrates de carbones lourds comme certaines céréales riches en gluten. Croyez vous que le pain complet est meilleur que la viande et bien non, tous deux encrassent l’organisme, l’un avec des résidus métaboliques colloïdaux et l’autre avec des résidus azotés et ammoniacaux. Si l’humain n’es pas carnivore, il n’est pas granivore non plus ne l’oubliez pas.
    Je ne vais pas vous citer tous les cas que j’ai vu car la liste serait un peu encombrante mais je vous invite simplement à raisonner intelligemment sans sectarisme et sans vulgarités, on se croirait dans un débat politique, alors je vous en prie un peu de dignité et de respect SVP.

    J.TURCHET

    1. Def

      Je n’ai pas eu l’impression d’être grossier, tout au plus agacé, vous avez dù confondre…
      – Il n’est pas ici question de scientifiques, je regrette, il est question d’experts en la matière, on parle ici de personnes qui ont charcuté des milliers d’être vivants, et tout comme un sculpteur sait reconnaitre les parties résistantes du bois, ces hommes savent pertinemment reconnaître un système digestif, sans aucune marge d’erreur.
      Je regrette donc de paraître « borné » à dire qu’il y a certains experts impossible à contredire. Je hais le sectarisme, je hais le mysticisme, j’aime la précision, surtout lorsque tous les experts aboutissent à la même conclusion comme sur ce sujet. S’il y a des personnes qui ont plus raison que les autres, eh bien dans le cas de l’anatomie, ce sont eux.
      Je voux demande de laisser ces citations en avant-plan, merci beaucoup ;) (et pas pour dominer quoi que ce soit, juste parce que ceux qui entrent sur ce site le font pour s’auto-convaincre de la légitimité de leur consommation de chair, et puisque ces citations sont parfaitement claires et courtes, je vous demande de les laisser en avant-plan car personne ne lit les 10 derniers commentaires, mais seulement le tout dernier (et encore lol))
      Thanks ^^

  138. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

    @ Def:

    Tu viens de franchir le mur du « Troll ». Tes commentaires sont désormais soumis à modération car tu ne participes absolument pas à élever le débat. Tu es uniquement là pour venir nous faire un copier/coller de tes citations d’anatomie comparé, en utilisant des noms célèbres pour asseoir tes vérités sans écouter l’opinion des autres, ni en les respectant.

    Tu devrais lire cet article avant de continuer plus loin: http://www.dur-a-avaler.com/sommes-nous-de-veritables-omnivores/

    J’ai minutieusement supprimé tous tes commentaires doublons qui parlaient de tes savants. Sur ce blog, ici, on préfère se servir des données scientifiques publiées dans des journaux internationaux quand cela est possible, et sur l’histoire et l’évolution de l’Homme.

    La citation de Darwin contient des erreurs manifeste, même pour ce grand homme:

    « nous ne sommes pas destinés a entrer en compétition avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores »

    Bien sûr que si nous entrons en compétition avec les autres bêtes sauvages. C’est un principe même d’étude des relations trophiques entre espèces, nous nous battons pour l’accès aux ressources et nous devons développer de nouvelles méthodes pour améliorer nos chances de survies. La prédation de l’Homme sur les bêtes sauvages en fait partie.

    L’invention des outils a permis à l’Homme de palier une anatomie non idéal pour chasser ces animaux.

    Autant te le dire Def, je n’apprécie guère tes commentaires aussi agressifs envers les autres internautes, et l’utilisation d’autant de majuscules pour faire passer tes messages… car ton message est loin de passer, sois en sûr.

    Tu es en train de baser ton raisonnement sur des CITATIONS, je te le rappelle. En matière de preuve, on peut rarement faire pire, et je le dénonce régulièrement sur ce blog.

    Comme le dit Jacques Turchet, oui tu es grossiers et tes interventions sont malheureusement stériles.

  139. Def

    Voilà voilà, la censure était obligatoire pour te masquer les arguments les plus censés du monde.
    2 messages censurés, zéro réponse, zéro considération.
    Rien d’étonnant de la part d’un gamin qui a le culot de prendre Darwin pour un imbécile… Je serais mort de honte à ta place !!
    Tu es incapable de lire correctement la moindre phrase, tu fais des comparaisons rapides, tu te braques sur certains mots en en oubliant tous les autres, et tu oses prendre la parole… Mais franchement, l’humiliation ne te gêne pas du tout ?

    Réponds au moins en privé, tu as mon mail, prends quelques minutes pour « affronter » l’un des seuls qui puisse te raisonner (beaucoup de végétariens sont des mystiques, ce n’est pas mon cas).
    Regarde : tu as écrit plusieurs articles enfantins, tu les as tellement lus et relus que celà a gravé tes propres certitudes dans ta mémoire, et c’est bien normal, tu en es tellement convaincu que plus aucun argument n’arrive à t’atteindre, pas même ceux des êtres les plus intelligents de l’histoire. Mais il n’est pas trop tard pour changer d’avis en faveur de ces intellectuels, il te restera même le choix de supprimer toi-même tes articles si tu souhaites ne pas laisser trace de ton enfance, fais au moins l’effort de réfléchir à mes propos, de regarder le reportage Earthlings ATTENTIVEMENT (même si tu n’aimes pas les majuscules), de lire le lien de mon précédant message (censuré) tout aussi attentivement, et de faire confiance au moins une fois à un inconnu qui, malgré ta première impression, ne souhaite que ton bien.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut Def, et salut à tous les lecteurs qui sont abonnés au fil des commentaires de cet article.

      Tu n’es pas censuré, saches-le, tu es simplement soumis à modération avant publication de ton commentaire. Tu dois savoir avant toute chose que c’est la base du fonctionnement de la majorité des blogs: tous les commentaires sont soumis à modération avant d’être publiés, pour éviter les « troll » (comme toi), les insultes, et ultimement, les procès car le webmaster est responsable. Or, moi, sur ce blog, je ne fais pas de modération. Tous les commentaires sont d’office acceptés. On va dire que ça fonctionne plutôt bien, la très grande majorité des commentaires sont très bien, et les râleurs, et bien c’est tout à fait normal d’en avoir, on fait avec.

      Pour être tout à fait honnête, il n’y a que très peu de personnes dont les commentaires sont soumis à modération. Souvent ce sont des internautes qui revendiquent la parole d’une religion dans les articles sur le jeûne, ou bien les commentaires excessifs dans la longueur (je pense notamment à Alain qui se reconnaître) ou bien d’autres qui devraient se reconnaître aussi.

      Pour toi, je dois dire que tu fais fort.

      J’aimerais quand même partager avec les autres internautes que tu as créés plusieurs adresses mails, et que tu as utilisés plusieurs pseudos différents pour tenter de publier EXACTEMENT le même contenu, ton copié/collé de citations d’experts naturalistes. J’ai particulièrement adoré ta dernière adresse mail « franchement.nul@… » sous le nom de Tesla.

      Les internautes doivent également savoir que tu as tenté de copier/coller ton commentaire sur des articles qui n’avaient strictement rien à voir avec le sujet, comme celui sur le four à micro-onde… C’est franchement… pathétique.

      Voici un extrait de ce commentaire soumis à modération:

      « Quant à toi, judge jérémy dead, laisse ce dernier commentaire si tu as un minimum de fierté, accepte le fait de t’être humilié, et je ne nuirai plus à ton délicat repaire (je ne viendrai plus le « troller », bien que mes interventions aient toutes été murement réfléchies, correctes et avec des intentions amicales) »

      Humilié ? Nuire à mon délicat repaire ?

      J’offre une liberté d’expression sans précédent sur ce blog. Je n’ai jamais bloqué ou modéré qui que ce soit sur le sujet du végétarisme, de la consommation de viande… et pourtant il y en a eu des lourds, mais toi, tu en tiens une excellente couche.

      Saches que la « censure » comme tu l’appelles, qui n’en est pas une, n’et absolument pas obligatoire. Tu l’as tout simplement mérité, car tu réagis comme un … enfant. Oui un enfant, qui est même venu sur ma page Facebook sous son vrai nom « Alexandre… » pour parler de cette injustice de censure… Franchement, Alexandre, si c’est ton vrai nom… Qui joue à l’enfant ?

      Tu me traites de gamin, d’avoir écrit des articles « enfantins » et tu souhaiterais que je viennes « t’affronter » en privé par mail ? J’estime déjà que je perds mon temps à te répondre, mais pourquoi diable devrais-je venir m’expliquer par mail alors que je m’explique à travers des dizaines d’articles ? Si mes articles ne te plaisent pas, alors proposes-moi en un pour publication. Nous verrons comment il sera accueilli par les internautes et si tu sauras gérer l’afflux de questions et de remarques.

      Pour ta gouverne, le reportage Earthlings je l’ai vu, il y a bien longtemps. J’ai vu de nombreux reportages sur le sujet, j’ai vu les vidéo de Gary Yourofsky, je suis fan de l’association L214, je suis pour le bien être animal, mais toi… tu mélanges tout. Tu mélanges un article de fond, qui propose une réflexion sur les bases de notre régime alimentaire il y a très longtemps, avec des observations de naturaliste d’aujourd’hui et un combat contre la maltraitance animale.

      Moi, justement, j’essaie de ne pas tout mélanger. Parler physiologie, nutrition et santé est une chose. Parler bien être animal, exploitation et scandale de l’élevage industriel en est une autre. Ce sont des sujets que j’aimerais aborder, mais je pense que justement d’autres associations le font bien mieux que moi, et j’en suis ravi.

      J’aimerais pour le plaisir des autres lecteurs, te citer dans un commentaire soumis à modération. Voilà ce que tu as dit, et cela démontre clairement ton état d’esprit qui souhaite imposer sa vision des choses, lisez donc, c’est remarquable:

      « Notons qu’il a censuré ce message-ci (entre autres), considérant ces propos comme « stériles » ! Je dois utiliser une autre adresse i.p pour outrepasser sa décision de laisser les gens (et lui-même) dans l’ignorance. Donc, toi qui lis ce commentaire, imprime cette page maintenant (en pdf), car il s’empressera certainement de le supprimer à nouveau. »

      Je trouve ça quand même magnifique. Tu as quand même tenter de changer d’adresse IP pour commenter…

      Je me demande bien qui est l’enfant, qui est têtu, et qui souhaite absolument avoir raison en invoquant des personnalités célèbres (un célèbre argument d’autorité qui malheureusement ne passe pas ici) en guise d’argumentation et de preuves irréfutables. Tu es l’enfant Def, Alexandre ou Tesla (quel sera ton prochain pseudo ?^^)

      Tu disais également dans un commentaire modéré ceci:

      « Lire 10 fois ces conclusions précises et complètes ne serait pas de trop. Tout ce qui pourrait être dit contre eux ressemble à des arguments enfantins. »

      Lire 10 fois ton commentaire ? Lire 10 fois ces citations pour se convaincre qu’ils ont raison ? C’est comme cela que tu souhaites faire passer tes messages ? En répétant des bêtises le plus de fois possible ? Plus c’est gros plus ça passe ? Ben voyons.

      Et maintenant, si on ose critiquer les célèbres scientifiques qui ont disséqué la Terre entière à t’entendre, on ne serait que des enfants ?

      Franchement Def ou peu importe, tu es incapables de débattre intelligemment. J’ai laissé passer tes commentaires au début car je suis ouvert à toutes les sensibilités et les points de vue. Mais tu n’apportes strictement rien au débat. Tu veux absolument faire valoir tes idées, et tous les autres qui ne seraient pas d’accord auraient forcément tord.

      Enfantin tu disais ? Tu es totalement immature. C’est dommage.

      Je rappelle quand même aux internautes que tu as tenté (et parfois réussi) à publier plus d’une dizaine de fois exactement le même commentaire sur tes citations, tout en attaquant et rabaissant certains internautes qui viennent débattre avec toi.

      Avant de revenir ici, ouvre toi d’abord, et saches que j’ai un respect immense pour toutes les tendances alimentaires. J’apprécie énormément le végétarisme, je comprends le végétalisme, également les végan. Je soutiens la lutte pour le bien être animal. Mais arrêtons de tout mélanger.

      Alors à bientôt, Def le « savant savonneur banni » (tu as trouvé un très joli terme pour te définir, il ne manque plus que troll)

      PS: j’ai aussi reçu un mail de ce cher Def qui souhaitez flatter mon manque de « maturité ». Merci à toi Def, pour ces grands moments.

  140. Caro70000

    Tous ces commentaires pleins d’agressivité me fatiguent………pffffff………..
    Chacun veut imprimer à l’autre SA VÉRITÉ !
    Cela dit, je comprends que beaucoup de vegan et végés de toutes sortes, finissent pas « péter les plombs ». Comment se satisfaire des commentaires de ceux qui discutaillent du bien fondé de ne pas changer ses habitudes, ou de philosopher sur le régime de nos ancêtres ?

    Je crois qu’il y a assez d’arguments pour très largement limiter sa consommation de viande :
    – la maltraitance animale
    – la pollution qui résulte de l’hyper exploitation des bovins
    – la paupérisation des populations expropriées par les grands exploitants (même si ça ne se passe pas en France, ça existe dans le monde !)
    – les méfaits, sur la santé,de la consommation exagérée de viande

    L’OMS préconise 300 gr de viande par semaine….on en est loin, la France est le 5éme producteur de viande ! On produit et on mange.
    Alors, qu’est ce qu’on en a faire de savoir ce que nos ancêtres mangeaient ?

    Et puis, n’oublions pas que ce sont surtout les pays riches qui mangent de la viande.
    On va nous créer , après la ferme des 1.000 vaches dans le nord, la ferme des 1.000 veaux dans la Creuse, avec en plus abattage halal ! Mais depuis quand y a t’il des veaux au Maghreb ??? C’est un besoin qu’ils n’avaient pas, avant !

    Plus les hommes sont riches, plus ils mangent de la viande….
    Il serai bon de penser maintenant à la richesse intellectuelle : plus les hommes réfléchissent, et moins ils mangent de la viande !

  141. Patrick Dumont

    je suis parfaitement d’accord en ce qui concerne la souffrance animale (personnellement, je boycotte le foie gras, la viande de veau et de lapin et les oeufs de poulets en batterie)
    mais il est parfaitement possible d’essayer d’améliorer la conditions des animaux de boucherie sans pour autant devenir végétarien

    eh non, ce ne sont pas que les pays riches qui consomment de la viande, on trouve cette consommation dans toutes les civilisations (peut-on considérer comme riches les amérindiens qui vivaient du bison ?)

    les maghrébins n’avaient pas de veaux, mais ils avaient des dromadaires, je doute qu’on se mette à en élever en france rien que pour eux, alors il faut bien leur trouver un substitut ^^

  142. caro70000

    Si l’élevage était autre qu’industriel,
    Si l’abattage des animaux se faisait sans souffrance….
    Je me remettrai à manger de la viande.

    C’est déjà bien que vous ayez fait le choix de ne manger ni veau, ni lapin, ni foie gras.
    Vous avez une conscience bien supérieure à celle de ma belle mère qui dit aimer les animaux et donne du foie de veau à son chat ……..

    Hélas, c’est l’argent qui dirige le monde. on nous fait manger n’importe quoi, nourri avec n’importe quoi etc….L’élevage industriel est bien plus profitable que l’élevage traditionnel, l’abattage halal ou casher est bien plus rentable que l’abattage avec musique classique et massage de détente (hé oui, ça existe, juste 7% parait il)

    Quand je dis que ce sont les pays riches qui mangent de la viande, je parle de nos civilisations. Si vos grands parents étaient des gens simples, avec de petits revenus, dites vous bien que la viande, ils ne la mangeaient que le dimanche….et encore.
    Depuis que les chinois ont augmenté leur niveau de vie, ils se sont mis à la viande de bœuf etc…et commencent d’ailleurs à devenir obèses
    Quant aux amérindiens, ils mangeaient du bison, c’est sur, mais ce que j’adore chez les indiens, c’est qu’ils vivaient en harmonie avec la Nature, bien loin de ce que nous faisons.

    Et pour tout vous dire, je suis devenue végétarienne après avoir vu une émission il y a 3 ans « faut il encore manger de la viande »,Après cette Emission, je me suis dit  » j’ai 2 escalopes de dinde dans le frigo, donc 2 jours pour apprendre à devenir végétarienne. »
    Avant déjà, je ne mangeais ni veau, ni agneau, ni lapin, ni foie gras, presque comme vous.

    Aujourd’hui, il m’arrive d’acheter du poulet, je sais qu’il vient de la ferme, qu’il a été élevé correctement, d’ailleurs sont poids et son gout me le confirment Ça je me l’autorise, car je sais que l’animal est respecté, qu’il ne meure pas en gigotant au bout d’une attache avant d’être plumé quasiment vivant par une machine.

    On autorise un univers concentrationnaire pour les animaux, avec mise à mort de masse, de quel droit ? Parce qu’ils ne peuvent pas parler, pas se défendre, comme les juifs envoyés à Auschwitz ? Je me doute que cette comparaison va vous choquer, mais pourtant, il y a une similitude. Mais y aura t’il un Nuremberg pour tous les tortionnaires d’animaux et ceux qui font marcher le système auront ils un jour mauvaise conscience ?

    Pour moi, le maître mot aujourd’hui, c’est consommer avec ma conscience.

  143. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Consommer avec sa conscience, voila une phrase sage et raisonnable. Malheureusement trop souvent la gourmandise, les habitudes, l’entourage et le manque d’informations font que peu de gens se posent les questions alimentaires raisonnables.

    Comme je vois que la guerre entre les végétariens et les non végétariens continue, c’est un peu comme en Ukraine alors je ne désire surtout entrer de nouveau dans la polémique. Je voudrais quand même écrire quelques lignes sur une autre guerre encore plus meurtrière que la consommation de viande car elle est beaucoup sournoise. Quand on consomme de la viande, on sait ce que l’on consomme mais quand on mange des produits végétaux en croyant bien faire et que ces produits sont remplis de molécules résiduelles de synthèse en provenance des différents traitements phytosanitaires de l’agriculture industrielle, on ne sait pas exactement ce que nous consommons car ce n’est pas indiqué mais ces produits sont très mauvais pour la santé, ceci est maintenant prouvé et la science médicale commence un peu à se poser des questions il serait grand temps mais il y a tellement d’intérêts en jeu que je doute d’un retournement de situation. Savez vous que l’agriculture biologique ne représente que 5% de l’ensemble de l’agriculture, c’est un véritable scandale. Savez vous que ces molécules de synthèse ne sont pas reconnues par les organismes vivants quant à leur biodégradabilité cela se passe de commentaire, on en retrouve partout, les cours d’eau en sont remplis, la terre en est saturée, certaines nappes phréatiques en contiennent suivant les régions et les modes d’agriculture. Je pense sincèrement qu’il serait grand temps de prendre conscience de ce qui se passe afin de revenir à des pratiques un peu plus naturelles.

    J.TURCHET

  144. Caro70000

    Tout à fait d’accord avec vous Jacques.
    Je mange bio, autant que possible, je fais (mon mari surtout) mon jardin, les légumes sont succulents, je ne peux pas manger de courgettes, tomates haricots verts et concombres s’ils ne sont pas produits sur ma terre. Idem pour les fruits, pommes, poires, prunes, reines claudes ne sont pas très beaux, car pas traités, mais délicieux.
    Mais comme vous dites, l’agriculture bio est sous représentée, les agriculteurs bio sont bien peu aidés / aux empoisonneurs.
    L’argent pourri tout, et le vent nous ramène des substances qu’on préférerai ne pas voir se déposer sur nos aliments.
    Cela dit, je ne suis pas sure que « quand on mange de la viande, on sait ce qu’on consomme »
    car on ne connait pas ce que l’animal a mangé (retour sur cet affreux épisode de la vache folle), on ne sait pas non plus à quel antibiotique il a été « confit » (voir les élevages de volaille, pour ne citer qu’eux), et bien sur, on se garde bien de nous dire quel a été le mode d’abattage.
    Bref, on nous prend pour des cons. Je ne vous apprends rien….Et il ne faut compter ni sur le ministre de l’agriculture, ni sur l’Europe pour nous sauver.

  145. Pierre Limouzin

    L’homme à toujours eu des mains pour tuer, violer, soumettre et étrangler, et il ne s’en ait pas privé !
    Dois-t-on pour autant continuer ???
    Est-ce que l’effet doit se  »perpétrer » dans le présent sous prétexte qu’il y aurait une cause  »viscérale » dans le passé ?
    Là est la question que vous  »pause » le paradigme végétalisme/véganisme !

    1. Sylvain

      Y a un bouquin très bien de Tovar Cerulli « the mindful carnivore », ex vegan, qui aborde les questions de l’éthique, et qui a finit par remanger de la viande.
      En fait, soit on se considère au dessus des animaux parce qu’on a le choix de la viande, mais dans ce cas, on fait le péché de se croire supérieur à eux…mais dans ce cas-là…

      Soit on se considère sur le même plan qu’eux, et dans ce cas, s’ils se permettent de tuer et d’être même cruel comme les chats…et là, pourquoi nous refuser ça ?

      Cela me fait penser à la permaculture vegan qui veut éviter que les plantes, les arbres le sol ne se nourrisse des restes des animaux morts – surtout les os, riches en minéraux, et des protéines, avec beaucoup d’azotes – : pourquoi extraire artificiellement les animaux de la chaîne alimentaire ?

  146. Jacques TURCHET

    Bonjour

    Je ne pense pas que les mains que possède l’humain lui ont été donné pour tuer, violer, soumettre et étrangler, c’et l’usage qu’il en fait qui le rend responsable de ses actes, je ne vais pas polémiquer sur la créature humaine car je risquerais de choquer quelques susceptibilités, dans cette nouvelle société on ne peut plus rien dire sans que tout soit analysé, mal interprété, souvent déformé pour contester ou contredire, on vit une drôle d’époque.
    Quant au végétarisme, arrêtons les hostilités verbales qui ne font que créer des animosités stériles et tout à fait inutiles. Pour changer, il faut avoir la volonté de le faire, le courage d’étudier sérieusement le sujet, de l’analyser, de comparer différents comportements alimentaires et scientifiques, comparer l’état de santé des personnes en fonction de leur alimentation et de leur comportement et de faire une synthèse de tout cela en interrogeant sa conscience et surtout accepter de se remettre en question et c’est ce dernier point le plus difficile.
    Les hostilités entre les personne qui mangent de la viande et les végétariens et les végétaliens durent depuis je ne sais combien de siècles mais ne change, c’est toujours les mêmes histoires qui reviennent et qui reviendront encore durant longtemps car c’est avant tout chacun de nous qui devons changer pour faire avancer les choses dans le bon sans, le voulons nous vraiment???.

    J.TURCHET

  147. lolah

    Ce qui est important c’est la souffrance animal , que ceux qui veulent en manger en mange et ceux qui n’en veulent pas s’ abstiennent ! Mais par dessu tout ça il 6 a l’horreur en masse que l’on fait a c betes!!
    L’homme est dotè d’une conscience , ce qui le diferencie de certains animaux et c pour cela q’il faut prendre en compte cette souffrance pour nous apporter un plaisir de quelques secondes !!
    Car aujourd’hui en plus d’une abondance ecoeurante de nourriture qui finis a la poubelle il ya meme plus d’apreciation de cette nourriture!
    En plus d’une souffrance animal il ya du gaspillage de celle ci! Et encore pire on nous donne des viandes bourrè de coneries!
    Alors si ne plus manger de la viande permet d’améliorer la condition animal et la notre par la meme …alor ppurquoi sen priver…seul ceux qui qui se sentent perdu dans leur valeur encree contesteront !!

  148. Caro70000

    Je reprends une partie du texte de Sylvain :

    « Soit on se considère sur le même plan qu’eux ( les animaux), et dans ce cas, s’ils se permettent de tuer et d’être même cruel comme les chats…et là, pourquoi nous refuser ça ? »

    L’homme a une conscience, enfin en principe, donc quand il est cruel, il le fait en connaissance de cause. Et c’est de la perversité.
    Or le chat, lui , ne se dit pas « je vais m’amuser à chasser cette souris, jouer avec ses peurs et ses douleurs » ….il ne faut pas penser que le chat est cruel, il ne l’est pas, il n’a pas conscience de la souffrance qu’il inflige.
    L’homme, en revanche , sait très bien que les élevages de masse, dans ces lieux concentrationnaires sont une horreur, l’homme sait que l’abattage est douloureux et très anxiogène s’il n’est pas pratiqué avec un étourdissement préalable.
    A moins d’être le dernier des crétin, l’homme sait tout ça.

    L’homme sait aussi que la santé est dans l’assiette. Il a donc tout intérêt à être un peu plus critique quant au mode d’élevage et d’abattage, sinon il retrouve dans son assiette antibiotiques et toxines à gogo !
    Idem pour les légumes, s’il ne choisi pas une agriculture bio, il mange des pesticides.
    Devinez pourquoi , maintenant, 1 enfant sur 10 naît avec un problème de santé ! Du jamais vu, les décennies précédentes !

    Nos grands hommes politiques, qui pensent si bien, si bien payés, devraient avoir le devoir de protéger la santé des français, et d’obliger un étiquetage permettant au consommateur de connaitre les conditions d’élevage et d’abattage des animaux. On fait bien la différence entre bio et pas bio ! Ras le bol de nous faire baisser les remboursements de la sécu. Pour que la sécu dépense moins, il faut qu’il y ai moins de malades, entre autre.

    Soyons CONSOMMACTEURS, et pas seulement consommateurs manipulés.

    Je regardais l’autre jour au supermarché, un homme rougeaud, à la limite de l’apoplexie, en train de remplir son sac de viande à bas prix, avec ses grosses pattes, alors qu’à 4 euros de plus le kg, il y avait au rayon boucherie à 1 m, de la viande avec indication d’élevage et lieu d’abattage. Je me suis dit « toi mon gars, comme je te vois, tu n’en a plus pour longtemps. Tan pis pour toi, c’est toi qui a creusé ta tombe »…..

    1. Sylvain

      « L’homme a une conscience, enfin en principe »

      Il est donc supérieur ? Ou les animaux sont inférieurs car n’ayant pas de conscience ?

      C’est quand même marcher sur des clous, attention ;)

      (je n’ai pas de réponse, d’autres peuples ont une conscience et une spiritualité, il me semble élevée, et chassent et tuent. Nous notre civilisation, on a taylorisé à l’extrême, c’est un choix).

    2. Éric Barrailler

      Bonjour Caro, loin de moi l’idée d’être meilleur que qui que ce soit. J’exposerai ici ma propre philosophie qui s’est battie avec mes propres réflexions.
      Je considère l’

  149. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Je pense qu’i faut arrêter de se torturer l’esprit avec des futilités qui ne mènent à rien de concret pour en revenir à des problèmes plus techniques et scientifiques. Que les animaux ont une conscience ou pas n’apportent rien dans le sujet qui nous intéresse, qui peut affirmer que les animaux n’ont pas de conscience, personne à ce jour. Les animaux souffrent comme nous et quand je vois certains comportement humains, je me demande bien si nous en avons une car il y a de quoi se poser la question.
    Nous ne sommes pas des animaux certes mais nous appartenons au règne animal et pas végétal. Etudions déjà notre anatomie et notre physiologie digestive et métabolique c’est cela le fond du problème.
    Nous avons peut être fait beaucoup de découvertes dans certains domaines mais dans d’autres nous somme restés très arriérés. La science à fait des découvertes certes mais en négligeant les bases de la vie. Faire un découverte c’est bien mais l’exploiter uniquement dans un but de profit sans se soucier des effets sur la santé et sur la nature est une science sans conscience tout simplement .
    J.TURCHET

  150. Astef

    Bonjour,

    Beaucoup de partie pris tout de même dans ces propos….peut-être pour motiver justement une alimentation dite paléo en poupe….mais c’est oublié…que le paléo décrit indique « beaucoup de viande »….or….il convient de ne pas oublier que nous sommes devenus depuis la fin de la seconde guerre mondiale un peuple bien carnassier….(pénurie de patates et de viandes)…avec un plat national durant qq décennies « Steak-Frites-Salades »..donc une alimentation végétarienne est trop souvent vu comme une amputation du fameux steak frite salades voire même un retour inconscient ou non..au topinambour….n’en déplaise à certain..le topinanbour et le végétarisme sont de retour.

    Le vocable viande pour désigner exclusivement la chair animale est récent dans notre histoire française tout comme le vocable végétarisme.

    D’ailleurs en parlant de vocable, distinguer l’homme en tant qu’herbivore, carnivore ou omnivore est un non sens également puisqu’il semble démontrer que nous sommes plutôt à TENDANCE frugivore ( c’est à dire crudivore orienté végétaux aériens et pas uniquement les fruits d’aujourd’hui) avec des escapades dans le règne animal (mais rarement les mammifères)…

    Nos ancêtres de la préhistoire dit chasseurs…était plutôt des « cueilleurs-charognards » avant de devenir des « chasseurs-charognards-cueilleurs' » durant les ères glaciaires.
    Bref l’étude de l’usure des dents nous a permis en effet de déterminer que l’Homme évolué…mangeait grosso modo 10% de nourriture carné donc bien moins que les 20% de certaines lignées d’australopithèques et bien moins que les 66% du français moyens d’aujourd’hui (y compris les fameuses lignées végétariennes du moment lol )

    Bref le sujet est brulant….et la simple connaissance en effet de la cumulation des toxiques du bas vers le haut de la chaine alimentaire nous amènera à accepter la viande artificielle dont les artisans vantaient déjà les mérites il y a une dizaine d’année…et les usines de Bretagne ont commencé à se faire réentendre juste après communication du passage du mode artisan au mode industriel des process utilisant la protéine de Lupin pour faire tout style de viande ou presque ! Les grand argentiers ne s’y trompent pas et les cycles économiques affutent leurs nouvelles lames lol

    En somme et comme d’habitude… »la plupart des hommes mangent de la viande parce que la plupart des hommes mangent de la viande » !

    Je m’abstiendrai ici de déployer mes propres théories mais mentionne à toute fin utile les faits suivants :
    – périodes glaciaires et migration imposées
    – dernière grande catastrophe estimé à environ 100000ans où nous avons failli disparaître (analyse couche de cendres) et repeuplement estimé à partir de l’Asie et de l’Afrique de lieux pourvu en grottes et en obsidiennes (pourquoi cet outil en particulier !?!)
    -Lieux des moyennes catastrophes avec cranes d’enfant éclatés et dévorés pour qq temps de survie supplémentaire dans la plupart des cas.
    -Charognard et opportunistes avant d’être chasseur (prestige quand tu nous tiens !)
    – Symbiose avec les loups devenus chiens et influence sur nos changements de comportement alimentaire
    -Grotte du Lazaret …étude de l’introduction de la viande et de l’apparition concomitante des premiers cas de cancer du colon…. prouvé validé et admis bien que les promoteurs soient eux-même omnivores.

    Nous manquons d’argent pour orienter les recherches en dehors du champ du supposé Homme Arboricole devenu Homme des Savanes.
    Une femme du CNRS s’est vu refusé d’étudier la main humaine…ayant fait un pied de nez…elle a étudié le pied humain…. et un ouvrage instructif « le Piéton Humain »…nous apprends que l’archétype des mains et pieds des grands singes et du pied humain….est la main humaine…ce qui sous-tend, par respect des Lois de l’Evolution de Darwin que l’Homme n’a jamais été Arboricole….

    Le fait que nous soyons bipède n’est pas un signe ostentatoire d’une évolution suprême lorsqu’on daigne regarder en direction des dinosaures par exemple ;-)

    Les faits semblent aller en direction d’une alimentation composée essentiellement de feuillus verts et de « fruits » agrémenté de fruits de mer, d’algues d’eau douce et autres denrées situées entre eau et terre. D’ailleurs Lucy comme tant d’autres ont la plupart du temps été retrouvé en présence d’eau et non en plein milieu de la pampa ..Certes il y a de nombreuses raisons à cela…mais à force de voir le verre au grès de notre propre vécu et expérience de vie partagé…cela déforme notre vision des choses.

    Prendre du recul….est bien souvent un voeu pieux,
    Bon chemin à tous

    1. Olivier Ramirez

      « Une amputation du fameux steak frite salades voire même un retour inconscient ou non..au topinambour… » Un retour inconscient vers des soi-disants considérations d’une autre époque, c’est intéressant…
      Tu parles d’étude d’usure des dents en nous sortant de ton chapeau des chiffres totalement fantasques, ce que tu dis n’a pas de sens car la consommation de viande de l’australopithèque jusqu’au genre homo et ses évolutions n’a fait qu’augmenter jusqu’à atteindre en termes de proportions de 40 à 80% en fonction du climat et jusqu’à chasser du gros gibier.

  151. HeyVG

    Bonjour à tous,

    Je trouve qu’il manque dans ce débat une donnée importante à mes yeux et qui réside dans le spécisme. Car je suis végétalienne depuis 2 ans environ et cela va (souvent) de pair, je suis antispéciste. Personnellement, cela signifie que ce qui me motive à ne pas manger d’animaux est bien au-delà de la souffrance animale, je crois pour ma part que l’Homme n’a pas à manger d’animaux.

    Pour faire le lien avec l’article qui ne considère pas les aspects moraux mais s’intéresse aux aspects plus concrets, scientifiques, je dois dire que je n’ai pas d’avis tranché et qu’il y aura toujours une nouvelle découverte, une nouvelle théorie pour tout remettre en question (aussi bien pour les végés que pour les « omnivores »). J’aurai tendance à vouloir faire une sorte de compromis, je pense que l’Homme est avant tout fait pour s’adapter et que si les végétaux semblent une source d’alimentation plus naturelle, plus logique (car plus simple par exemple), l’Homme dans son aspect un peu primitif a chassé, tué et mangé des animaux (dans une moindre proportion que celle des végétaux et plus selon l’opportunité). Bon je vous l’accorde, cela tend un peu plus vers la théorie des végés, même si j’accepte totalement le fait que l’Homme a pu ne pas être végétarien.

    Mais je m’oppose clairement à l’idée selon laquelle puisque l’Homme a à ses débuts mangé de la viande, cela serait inscrit en lui, ce serait naturel et par conséquent cela doit se passer ainsi.
    C’est bien sur ce point que je pense m’accorder avec les autres végés (car nous ne sommes pas une secte et avons tous une opinion différente comme certaines personnes ont des affinités politiques mais divergent sur certains points!), tout est question de CHOIX.

    C’est l’Homme d’aujourd’hui qui m’intéresse, son évolution, le contexte dans lequel il vit, et peu importe si l’Homme est fondamentalement végé ou non (je crois d’ailleurs d’une manière générale que l’Homme n’est pas fondamentalement ceci ou cela car il est fait de divergences, de contrariétés…) mais ce qui est important, c’est puisque cet Homme a le choix aujourd’hui, lequel fait-il?

    Et c’est ici que l’aspect moral doit intervenir puisqu’il a su développer son esprit critique, se remettre en question et remettre en question le monde dans lequel il vit. A la manière des humanistes qui ont voulu replacer l’Homme au centre de tout, peut-être faut-il désormais, petit à petit accepter que l’Homme n’est pas supérieur, seulement différent de par sa conscience (ce qui doit l’amener non pas à renforcer une idée de supériorité mais au contraire l’amener à plus d’humilité vis-à-vis par exemple de systèmes complexes comme certaines sociétés animales, qu’il ne déchiffre pas aussi facilement qu’il le voudrait). J’ai en tête une comparaison qui serait celle de l’ethnocentrisme dont ont fait part notamment les sociétés occidentales pendant les colonisations, je vois pour moi l’exemple éloquent que l’Homme a tendance à ne voir à travers que ce qu’il connait et en fait une vérité absolue alors même qu’il n’y a absolument pas qu’un seul point de vue et qu’il existe bel et bien différentes réalités. Là où je veux en venir simplement, c’est que selon moi, l’Homme ne doit pas se représenter le monde en s’octroyant un statut à part, supérieur, mais bien l’appréhender en s’insérant dans cet ensemble pour avoir une vision globale.

    1. Éric Barrailler

      Bonjour HeyVG,
      Je suis en accord avec ta vision sur le principe de l’égocentrisme. Je crois que l’humain devrait faire partie de la nature, de l’écologie. Il ne devrait en aucun cas se sentir supérieur aux animaux. Donc, l’erreur humaine est justement le développement de la morale, de la vertu. Depuis que nous nous sommes extrait du monde naturel, la technique et le jugement; la conscience de soi on dénaturé notre existence. La seul solution est de retourner en symbiose avec la terre donc vivre sabs cette notion de bien et de mal. Toutes les créatures de la terre agissent ainsi et ne détruisent pas la planète. Nous sommes un cancer, un accident viral, qui s’accapare les ressources en détruisant le corps (terre) sur lequel nous nous trouvons.

  152. jacques TURCHET

    Bonjour,

    L’humain n’a pas mangé de la viande à ses débuts sur terre, ce n’est que beaucoup plus tard
    durant un période glacière où les végétaux avaient pratiquement disparus qu’il à chassé pour survivre, je dis bien survivre. Mais malheureusement passé cette période, l’humain à continué ses habitudes sans se poser de questions. Margé toutes les preuves scientifiques concluant que la viande n’est pas indispensable à la nourriture humaine, nous n’arriverons jamais à mettre tout le monde d’accord. C’est un peu comme le tabac, la preuve est faite sur la nocivité du tabac mais il y a toujours des fumeurs qui pourtant savent que le tabac est pathogène. le corps médical lui même continue de fumer alors qu’ils connaissent parfaitement les dangers du tabac.
    On pourrait faire la même remarque pour l’alcool et les drogues toxiques. Une fois que les cellules ont pris l’accoutumance , il est très difficile de se passer du produit qui en est responsable.

    J.TURCHET

    1. Patrick

      Je ne sais pas comment était fait le système digestif des hominidés.
      Mais celui de l’homme actuel n’est absolument pas adapté à l’alimentation végétarienne, incapable qu’il est de digérer la cellulose et d’absorber la vitamine B12 produite par sa flore. (comparez un peu le caecum humain et celui des chevaux ou des rongeurs)

      alors s’il a continué ses habitudes, c’est qu’il ne pouvait faire autrement

    2. Olivier Ramirez

      C’est fabuleux de tels propos, c’est à se demander si vous avez déjà lu quoi que ce soit sur le sujet avec un avis aussi tranché et malhonnête.

  153. Pingback: rennes dans le dur 141635 | austin

  154. dereco

    Comme tous les être vivants, l’homme a mangé tout ce qui lui a permis de survivre, et clairement, il est comme les sangliers, omnivore !
    On peut vivre sans viande, ou avec que de la viande !!
    La sélection naturelle et l’évolution ne laisse que ceux capables de survivre quelque soit la nourriture disponible !!
    Pour le lait de vache et chèvres et le blé, elle a sur bien moins de 10000 ans changé un bon nombre d’entre nous capables de manger ce blé, ce gluten ou ces laitages, lactoses, sans problèmes, contrairement à beaucoup d’autres !!
    Les ours Panda sont devenus purs végétariens !!

    Pareil l’homme va évoluer en s’adaptant à la malbouffe actuelle, sucres et graisses poisons industriels, par sélection et élimination de tous ceux qu’elle rend malades lentement, obèses, diabètes, cardiaques, etc.. !!

    1. Patrick

      « Pareil l’homme va évoluer en s’adaptant à la malbouffe actuelle, sucres et graisses poisons industriels, par sélection et élimination de tous ceux qu’elle rend malades lentement, obèses, diabètes, cardiaques, etc.. !! »

      eh bien non, de nos jours il n’y a plus de sélection naturelle
      les obèses, les diabétiques et les cardiaques sont capables d’avoir des enfants avant de mourir, donc pas de sélection par la malbouffe

      1. Olivier Ramirez

        Dammit, j’allais dire exactement la même chose. :D

      2. dereco

        L’épigénétique, ( c’est à dire que ce que nos grands parents ont mangé ou subis, comme une famine, a un effet sur nous les petits enfants, en modifiant l’expression de nos gènes ( très complexe code caché dans le code génétique, voir le très sérieux projet ENCODE de recherche mondiale ) ) entraine une évolution réelle, bien plus efficace et réelle que la seule sélection ultra violente.
        Un domaine immense touchant toute la vie avec 99% restant à découvrir pour les siècles avenir :
        http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-une-transmission-epigenetique-de-caracteres-complexes-32679.php

        Veuillez laissez les liens scientifiques récents qu’on se fatigue à donner, pour faire prendre conscience des découvertes récentes prouvées scientifiquement que beaucoup ignorent, SVP le modérateur, sinon je ne posterai plus rien !!

        1. Olivier Ramirez

          L’épigénétique, là n’est pas la question. Si on réfléchit à cette sélection naturelle dont vous parlez et à quand et comment elle peut avoir lieu, on se rend compte qu’on a selon votre idée quelques possibilités pour qu’elle ait lieu.

          Soit on imagine que l’héritage génétique problématique mène à l’infertilité et même dans ce cas là on a la fécondation in vitro, mère porteuse…etc qui permettent de contourner le problème, soit la mort avant d’avoir atteint l’âge de procréer.

          Alors certes on des cancers et de l’obésité de plus en plus précocement, mais de là à ce qu’il y ait une sélection conduisant à l’élimination de tous ceux qui sont malades avant qu’ils aient eu le temps de se reproduire…

        2. Olivier Ramirez

          En plus l’épigénétique, c’est bien plus que la définition que vous en faites.

          1. dereco

            Un domaine immense touchant toute la vie avec 99% restant à découvrir pour les siècles avenir :
            http://en.wikipedia.org/wiki/Epigenetics
            Au point que certains ressortent la possibilité d’une hérédité des caractères acquis sournoise et complexe !!!

            Les petits enfants, plus malades, meurent plus si leur grands parents ont subis une famine, etc..
            Si la transmission de caractères est changée un peu, quelques pour-cent, cela cumulé sur des générations, la multiplication répétée du facteur 1+1%+=1,01 sur 2000 ans soit 100 générations donne 1,01^100 soit 1.01puissane 100

            1. dereco

              Je continue coupé par un appui sur une touche intempestif :
              Les petits enfants, plus malades, meurent plus si leur grands parents ont subis une famine, etc..
              Le bisphénol A (et aussi les non A ) change les maladies des petits enfants, cancer, voire plus !!

              Si la transmission de caractères est changée un peu, quelques pour-cent, très longtemps, cela cumulé sur des générations, la multiplication répétée du facteur 1+1%+=1,01 sur 2000 ans soit 100 générations donne 1,01^100 soit 1.01puissanCe 100 donne 2,7 soit 270% !!
              Cette forme d’évolution existe sous une forme bien plus complexe que cet exemple qui juste met en évidence les effets cumulés de très peu de changements invisibles.
              L’évolution de la vie très imbriquée est très complexe, pas seulement tout ou rien et ne croyaient pas l’idée simpliste que le fait de ne pas en mourir avant de se reproduire n’influence pas cette évolution.

            2. Olivier Ramirez

              Ne déformez pas les propos, nous disons qu’il n’y a pas de sélection vu que ça n’empêche pas la reproduction et donc pas qu’il n’y a pas d’influence de l’épigénétique sur l’évolution.

            3. dereco

              Ramirez écrit :
              «  »’il n’y a pas de sélection vu que ça n’empêche pas la reproduction et donc pas qu’il n’y a pas d’influence de l’épigénétique sur l’évolution. » » sans lire et comprendre ce que je lui explique de façon élémentaire, qu’un effet de presque rien cumulé dans le temps sur la transmission des gènes devient très sélectif avec le temps, sans empêcher brutalement la reproduction, il suffit que tel ou telle activation d’un gène soit modifiée pour évoluer.
              Il faut éviter les certitudes démenties par la réalité.

            4. Olivier Ramirez

              J’ai l’impression que celui qui ne comprend pas c’est vous, et vous pourriez me parler sans m’évoquer à la troisième personne comme si vous parliez d’un demeuré, c’est très désagréable et impoli.

  155. hildebrandt

    Je suis catastrophée.d;entendre dire que l.animal est fait pour être manger que l.homme
    ne peut pas vivre sans protéines animal et que son palais passe avant la douleur de nos amis les animaux
    Réaliser que vous vous laisser formater manipuler.par qui ? et dans quel but
    DEPUIS 20 ans mon entourage et moi ne mangeons plus de viande et notre santé.est bien meilleurs
    Pour qui vous prenez vous dieu? vous êtes des bourreaux ;regarder la mort des animaux dans les abattoirs. ils souffres affreusement et cela pour que vous mangiez du cadavre
    L.évolution devrait vous permettre une ouverture d.esprit nous sommes en 2015 si vous vous moquez de la souffrance de l.animal penser à votre santé et plus est de vos enfants qui par ailleurs n.aime pas la viande
    Votre façon de vous alimenter est pitoyable pourtant il suffit de lire de s.informer des commentaires de ce site
    Merci de changer Colette

    1. Patrick

      vous êtes catastrophée parce que vous venez d’apprendre que tout le monde ne pense ni n’agit comme vous ? (et ce sont les autres qui sont formattés ?)

      et pour qui vous prenez-vous vous-même pour vous permettre ces propos méprisants et à la limite insultants ?

      1. dereco

        Il est absurde et presque criminel de faire souffrir les animaux alors que pour presque rien on peut éviter cette souffrance, en les rendant inconscient avant abattage.

        Mais la nature est très dure, lorsque un chat joue avec une souris vivante en la faisant souffrir, un lion ou un loup mangent un animal vivant !!
        Pensez à tous les animaux, à nos ancêtres petits mammifères, mangés vivants en souffrant, pendant des dizaines de millions d’années par les dinosaures carnivores énormes comme tyrannosaures !!
        Mêmes les poissons et insectes souffrent et cherchent à fuir !!
        Des chiens ont mangé leur maître vivant parfois !!

        1. dereco

          Je continue coupé par un appui sur une touche intempestif :
          Les petits enfants, plus malades, meurent plus si leur grands parents ont subis une famine, etc..
          Le bisphénol A (et aussi les non A ) change les maladies des petits enfants, cancer, voire plus !!

          Si la transmission de caractères est changée un peu, quelques pour-cent, très longtemps, cela cumulé sur des générations, la multiplication répétée du facteur 1+1%+=1,01 sur 2000 ans soit 100 générations donne 1,01^100 soit 1.01puissanCe 100 donne 2,7 soit 270% !!
          Cette forme d’évolution existe sous une forme bien plus complexe que cet exemple qui juste met en évidence les effets cumulés de très peu de changements invisibles.
          L’évolution de la vie très imbriquée est très complexe, pas seulement tout ou rien et ne croyaient pas l’idée simpliste que le fait de ne pas en mourir avant de se reproduire n’influence pas cette évolution.

    2. Sylvain

      Cétabominabl. Cétroporibl. Célafindumond.

  156. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Je reste étonné devant cette avalanche de commentaires entre les partisans du régime carné et les végétariens, ce problème à la vie dure car il reste le même depuis des années, il y a cinquante ans, je constatais déjà les mêmes problèmes et rien n’a avancé, chacun veut avoir raison et campe sur ses positions sans se poser les vraies questions scientifiques et biologiques.
    Bien sur que la partie philosophique est importante, bien sur que les animaux éprouvent une souffrance, il y bien longtemps que je me suis posé cette question: Avons nous le droit d’assassiner les animaux qui ne nous demandent rien pour nous repaître de leur dépouille et en tirer un profit financier, en ce qui me concerne ma conscience a répondu à cette question depuis bien longtemps.

    Mais sur le plan scientifique très cartésien, l’argument philosophique ne tient pas et il faut engager la discussion sur un plan qui reste palpable.

    Vous vous chamaillez ok mais rien n’avance et vous ne pouvez rien prouver.

    Je vous conseille une étude sérieuse des différents métabolismes alimentaires, comment se digère la viande, quels sont les résidus métaboliques produits, que deviennent ces résidus, comment sont ils évacués et par quels organes, le sont- ils en totalité si ce n’est pas le cas que devient la partie non évacuée, comment est elle neutralisée et transformée, est- elle agressive sur les organes et les différents tissus, ces résidus engendrent- ils des pathologies spécifiques.
    Vous faites les mêmes études avec les légumes, les céréales, les fruits et l’alimentation crue car la cuisson détruit aussi une partie de l’aliment (végétal ou animal) sans oublier l’études des corps gras utilisés pour la cuisson.
    Quand vous aurez bien compris tous cette biochimie alimentaire et métabolique vous pourrez apporter, si vous le désirez, des arguments indiscutables et nous assisterons peut être à une grande avancée sur une alimentation rationnelle et spécifique dont on pourra inclure la partie philosophique.
    La science alimentaire doit être Scientifique, philosophique et technique, ces trois éléments sont indissociables.

    J.TURCHET

  157. Heawin

    Mais après tout, « L’homme n’a jamais été végétarien », qu’est-ce que ça peut faire? L’important c’est de savoir qu’on peut l’être aujourd’hui sans problèmes.

  158. Pingback: Clair et lipide à nu | Clair et Lipide

    1. PUGIN Jean-Jacques

      « Une nourriture de mort engendre la mort, une nourriture de vie engendre la vie » Jésus-Christ.

      Pline au premier siècle de notre ère et Jérôme, deux historiens sérieux, témoignent que les chrétiens authentiques au premier siècle étaient végétariens. Les bibles furent amputées et falsifiées puis les chrétiens végétariens furent tués par l’Empereur Constantin le Grand au 4ème siècle de notre ère et l’évêque hérétique de Rome.

      Manger des animaux est illégal aux yeux de Dieu. C’est une effusion de sang et Dieu en demandera des comptes pour chaque animal tué ou mangé.

      Les témoignages sérieux sont sur le site chretiensretablis.com à la rubrique « vérités rétablies ». Excellente lecture.

      1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

        Nous n’intégrons pas la dimension « religieuse » dans ce débat. Vous en conviendrais, mais cela ne nous regarde pas de savoir si manger de la viande ou non est puni par la grand créateur. Ici, on tente de parler science, avec une pointe d’humanité (surtout dans le cas du bien être animal). Merci.

  159. catsoga

    bonsoir
    j’ai passé un bon moment à lire tous ces argumentaires mais je reste perplexe : que de passions ! En fait, je ne sais pas si l’on peut trancher définitivement cette question, selon l’angle choisi : sommes-nous, à l’origine, végétariens ou omnivores ? j’avoue que je pencherais pour les arguments en faveur de la thèse végétarienne même si les commentaires de ceux qui s’en réclament sont souvent détestables et je ne vois pas au nom de quelle autorité ils vouent les autres aux gémonies ? Mais d’un autre côté, il est évident que nos ancêtres ont aussi, pendant de longues périodes et dans de vastes espaces, consommé couramment de la viande : en quelle quantité exactement, ça, je ne vois pas comment on pourrait le savoir.
    Mais on est loin d’une pure histoire de culture générale et évidemment les posts ne pouvaient que dériver vers des préoccupations tout à fait contemporaines, vu les dérives de l’agro-alimentaires ; d’un point de vue personnel, j’ai été végétarienne pendant des périodes et omnivores pendant d’autres, et l’introduction à la viande pendant l’enfance s’est faite, comme le remarquaient plusieurs intervenants, de façon tout à fait douloureuse (je recevais des râclées !) mais il faut croire que cela n’a pas suffi à m’en dégoûter à vie puisque j’en mange encore, de façon sporadique.
    Mais franchement, je pense que l’angle de notre petite santé individuelle n’est pas le bon, étant donné la situation alimentaire mondiale et, hélas, celui de la souffrance animale non plus (n’est-ce pas pour cela, je me le demande, que la très bonne émission radio « vivre avec les bêtes » a été sans raison supprimée, parce qu’elle s’en prenait beaucoup trop aux lobbies agro-alimentaires en mettant en avant cette question de l’inhumanité des traitements infligés aux animaux dits de rente ?)
    Car même s’il est prouvé scientifiquement :
    1- que lesdits animaux vivent une torture quotidienne culminant en apothéose dans la mise à mort
    2- que la viande est à l’origine de tout un tas de pathologies,
    qu’est-ce que vous voulez que les industriels en aient à fiche et comment peut-on les contraindre, ainsi que les agriculteurs, à considérer l’animal autrement ?

    En fait, non, je crois que ce n’est pas une question de choix individuel, ce que l’on mange, on vit dans telle ou telle société, on mange ce qu’elle nous fournit et nous convainc de manger et ce que l’on peut se permettre d’acheter et la bonne bouffe, c’est cher.
    Et je me demande même si l’idéal d’un élevage respectueux à grande échelle pour satisfaire ceux d’entre nous qui se sentent un peu-beaucoup ou passionnément omnivores est quelque chose de faisable : par définition, un élevage respectueux de l’animal ne peut se faire à grande échelle (tout comme la chasse d’ailleurs, vu la réduction des espaces sauvages) ;
    il faudrait d’abord qu’un maximum de gens soient d’accord pour s’auto-limiter pour que les campagnes se remplissent de petites exploitations agricoles et je ne vois pas cela arriver.

    Au contraire : maintenant ce sont les pays ex frugaux qui s’y mettent, or je suis désolée de dire à ceux d’entre vous qui sont tenants de l’omnivorisme à tout prix (et j’en fais aussi plus ou moins partie) : oui, il faut entre 5 et 10 fois plus de terres pour « produire » un kg de viande qu’un kilo de céréales ou légumes ; or les terres arables sont en diminution, alors que la population augmente… et si l’on se réfugie dans la question du choix individuel, alors que dire aux milliards de nouveaux humains qui voudront eux aussi exercer leur choix ?

    Je crois qu’en fait, ce qui se profile, c’est la culture de cellules de viande, oui, une première a été réalisée aux Pays-Bas il y a quelques mois : plus d’élevage, de la culture de boeuf bourguignon, directement du producteur au consommateur, plus de mains sales, plus de « boucheries » inutiles, plus d’opposants de la cause animale, la solution ?

    Mais évidemment plus non plus d’animaux dans les campagnes (ou alors des troupeaux sauvages de vaches dans quelques réserves, aussi décoratives que les chevaux de Camargue ?) – c’est tout un pan de l’histoire de l’humanité qui se tournera alors (même les chiens et les chats ont été domestiqués comme adjuvants à l’agriculture-élevage) –
    qu’en pensez-vous ?

  160. Floun

    Au risque de répéter ce que certains ont dit car il est impossible de lire tous les commentaires, voici mon avis.
    Dans la nature les êtres vivants qui sont carnivores ou omnivores doivent chasser, éventuellement en bande, mais sans aucune outil (pieux, biface, arc, lance ….). Sans aucun outil, il doit être capable avec ses membres et ses dents de tuer et déchiqueter la proie.
    D’ailleurs, le rédacteur le reconnaît en écrivant: « La plupart des Australopithèques se nourrissaient de végétaux (graines, tubercules, racines, etc.), à hauteur de 80 %, alors que le reste (20 %) était comblé par des insectes, et des petits animaux (rats, rongeurs, reptiles, oiseaux, etc.). » Cela correspond aux seules proies que l’on est capable de tuer avec nos mains et dents. Donc ce sont bien les outils qui ont permis à l’homme de manger des plus grosses proies.
    Probablement cela a été une question de vie ou de mort à certaines époques. Mais, le fait que les humains d’il y a 3 Ma mangeaient de la viande ne veut pas dire qu’il a une anatomie adaptée pour le faire. Aujourd’hui on mange bien du sucre tout en sachant que ce n’est pas bon pour la santé. Il ne faut pas confondre habitude alimentaire et nécessité alimentaire.

    1. Patrick

      « Mais, le fait que les humains d’il y a 3 Ma mangeaient de la viande ne veut pas dire qu’il a une anatomie adaptée pour le faire »
      le problème est qu’il n’a pas une anatomie davantage adaptée au végétarisme: il ne digère pas la cellulose et ne peut pas absorber la B12 produite par sa flore (car produite dans le colon alors qu’elle est absorbée dans le grêle)

      1. Floun

        D’après la table Ciqual de l’Anses, la plupart des végétaux consommés par les humains comportent moins de 10% de fibres dont la cellulose. Ceci laisse 90% à digérer.
        Quand à la vitamine B12, les oeufs sont une bonne source ce qui est compatible avec le végétarisme.

        1. patrick

          Floun, vous dites « la plupart des végétaux consommés par les humains comportent moins de 10% de fibres dont la cellulose. Ceci laisse 90% à digérer. »
          ce ne serait pas le cas s’ils ne consommaient QUE des végétaux. et ça ne prouve pas que notre système digestif est fait pour le végétarisme

          « Quand à la vitamine B12, les oeufs sont une bonne source ce qui est compatible avec le végétarisme « . ce qui est la preuve que notre système digestif n’est pas pas herbivore, puisque nous ne pouvons pas ne manger QUE des végétaux, obligés d’aller chercher ailleurs notre source de B12

          1. Floun

            Patrick que voulez-vous dire par:  » ce ne serait pas le cas s’ils ne consommaient QUE des végétaux « ?
            Certains australopithèques étaient végétariens, ils trouvaient donc la vitamine B12 dans leur régime. En effet, ils mangeaient des racines et tubercules sans les éplucher simplement en les dépoussiérant. Or dans le sol il y a de la vitamine B12 car il y a des bactéries capables d’en fabriquer. Donc la peau des racines et tubercules a de la vitamine B12 en surface. Aujourd’hui nous mangeons encore des racines et tubercules mais en les épluchant ou en les lavant à grande eau par phobie des microbes.
            Ce n’est pas parce que nous épluchons ou lavons nos racines et tubercules que notre appareil digestif a évolué en conséquence.
            Notre appareil digestif a la longueur de celui des herbivores alors que les carnivores ont un appareil digestif plus court.
            Ensuite, notre foie a une capacité de stockage de 5 années de consommation journalière de vitamine B12, on n’a donc pas besoin d’en consommer tous les jours. Une bonne cure de racines mangées crues avec la peau simplement dépoussiérée et l’homme est paré pour un certain temps.
            Enfin, manger des oeufs et produits laitiers ne signifient pas être carnivores.
            En tout cas on peut vivre sans manger de viandes puisque la vitamine B12 est présente dans d’autres aliments.

            1. Olivier Ramirez

              La phobie des microbes, en voilà un argument douteux et léger. Surtout avec l’utilisation de pesticides, qui donne une raison très valable de nettoyer ses légumes et autres en agriculture conventionnelle.

            2. Olivier Ramirez

              J’entends toujours parler de la longueur de l’intestin, mais les végétariens ne parlent jamais de son volume par rapport aux autres organes et de la différence qui existe par rapport au chimpanzé ou autres primates. – See more at: http://www.dur-a-avaler.com/homme-vegetariens-carnivores-outils-chasses-australopitheques/#comment-31088

            3. Patrick

              Floun:
              « Notre appareil digestif a la longueur de celui des herbivores alors que les carnivores ont un appareil digestif plus court. »
              Ceci n’est pas exact: les herbivores non ruminants sont dotés d’un caecum de très grande taille qui leur sert de bac à fermentation qui, entre autres, digère la cellulose.
              chez les chevaux, c’est là que la B12 produite par la flore est absorbée
              les rongeurs, par contre, sont obligés de manger leurs selles pour assimiler la B12
              chez nous le caecum est réduit à l’état de vestige, alors qu’on n’aille pas me dire que notre système digestif est de type végétarien

              « Ensuite, notre foie a une capacité de stockage de 5 années de consommation journalière de vitamine B12, on n’a donc pas besoin d’en consommer tous les jours. ». alors pourquoi tant de végétariens sont-ils carencés en B12 ? voir ici => http://www.vitamine-b12.net/vegane-vegetarien/

              Pour Olivier ramirez: anatomie comparée des primates: http://vitalitepaleo.com/un-peu-de-vraie-anatomie-comparee/

            4. Patrick

              de Floun « Notre appareil digestif a la longueur de celui des herbivores alors que les carnivores ont un appareil digestif plus court »

              non, ce n’est pas exact. les herbivores non ruminants sont dotés d’un caecum très long qui réalise un bac à fermentation leur permettant de digérer les plantes vertes.
              les humains on un caecum de taille réduite, ils ne peuvent pas digérer les plantes vertes

            5. Olivier Ramirez

              Yep merci Patrick pour le lien mais je l’ai déjà lu au mois de novembre si mes souvenirs sont bons en fait.

  161. Jacques TURCHET

    Castoga, Bonjour,

    J’ai lu votre commentaire et vous avez en grande partie raison, nous vivons dans une société matérialiste à 100% où seul le profit compte, on entend ce la à longueur de journée: Il faut savoir se vendre, il faut être rentable, il faut être productif, il être performant etc. Avec une telle mentalité et une telle conception de la vie, la qualité ne compte plus et l’humain n’est plus considéré comme tel mais comme une simple valeur économique qu’il faut pressurer au maximum avec l’aide de tout l’arsenal de produits dopants et leurs effets secondaires, nous somme exploités de la naissance à la mort, voilà la triste réalité que l’on supporte comme de bons moutons de panurge sans rien dire par obligation la plupart du temps.
    Le problème de l’alimentation est basé sur les mêmes critères, de la production jusqu’à la consommation. Le massacre des animaux, comme vous le dites, les lobbyistes de la viande s’en fichent complètement ce qui les intéresse c’est le profit, plus on tue, plus on gagne. Pour les végétaux c’est le même problème, l’agrochimie fait des ravages sur la flore, la faune et les humains, les nappes phréatiques regorgent de ces poisons mais la fête continue, on en parle, on fait des réunions, des rapports qui finissent au fond d’un tiroir mais rien de concret ne sort car l’agrochimie à les moyens de cacher tout cela. Tout est étudié, arrangé, diffusé subtilement pour berner les utilisateurs et les consommateurs. Malheur à celui qui ose crier la vérité, les scientifiques ne peuvent rien dire par peur de perdre leur poste, j’en parle en connaissance de cause.

    J.TURCHET

  162. Duanyar

    C’est l’article le plus objectif qui traitent du sujet que j’ai vu jusqu’à maintenant.
    J’aurais aimé plus de détails concernant l’anatomie et l’épidémiologie car, tout les végétariens sauront te dire pourquoi notre anatomie n’est pas faite pour manger de la viande. J’aurais bien aimé lire de détails disant le contraire pour pouvoir trancher ^^

  163. Olivier Ramirez

    J’entends toujours parler de la longueur de l’intestin, mais les végétariens ne parlent jamais de son volume par rapport aux autres organes et de la différence qui existe par rapport au chimpanzé ou autres primates.

  164. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Olivier, vous aurez beau bien laver vos légumes et vos fruits, vous n’éviterez pas d’absorber les pesticides, herbicides et autres phytosanitaires car ces produits pénètrent à l’intérieur des cellules végétales et le lavage ne peut pas les atteindre. Ce problème est une prise de conscience générale de la part des populations afin de faire cesser l’usage de ces poisons. Toute molécule de synthèse à des effets négatifs pour les cellules animales et végétales, on a un peu trop tendance à l’oublier, encore faut-il le savoir car ceux qui en vivent se gardent bien de le divulguer sur la place publique.

    J.TURCHET

    1. Olivier Ramirez

      Monsieur Turchet, l’évitement par le lavage n’est pas mon point de vue mais simplement de faire une mise en garde contre le fait de ne pas laver ses légumes pour des raisons ridicules car le taux de pectiques après le lavage est cependant bien moins élevé que si ce n’était pas le cas.

      1. Olivier Ramirez

        *pesticides.

      2. Floun

        Et le bio?

  165. jacques TURCHET

    Olivier, Bonjour,

    Merci de ton commentaire, je te comprends parfaitement mais qu’il y en ai moins ne change pas grand chose car ce sont les doses homéopathiques les plus actives malheureusement pour nous et les animaux. L’idéal serait de ne pas en avoir du tout mais la terre en est saturée ainsi que les nappes phréatiques et l’air que nous respirons mais tu as raison essayons d’en avaler le moins possible c’est déjà une prise de conscience positive, bon courage.
    J.TURCHET

  166. de_passage

    Coucou,

    Cultiver des petits pois réduit l’habitat de nombreux animaux. Un agriculteur devra détruire volontairement talus, abris de rongeurs et lieu de vie de nombreuses autres espèces!

    https://www.youtube.com/watch?v=jqDpy5CkLwI
    [ Mise en ligne le 22 sept. 2011
    Aberration agricole : les petits pois
    Claude et Lydia Bourguignon ]

    Donc, un végétarien, sauf à produire une culture vivrière, serait un tueur qui s’ignore ?

    1. Floun

      Sauf que vous n’avez rien compris au discours de Claude et Lydia Bourguignon. Eux ils proposent de mettre des haies pas de les supprimer. Ils dénoncent un mode d’agriculture mais pas l’agriculture respectueuse de la nature.

  167. hardoin

    Je suis végétarienne depuis plus de 15 ans, et je m’en porte très bien. Les animaux que je n’ai pas mangés d’autant mieux ! Je ne suis pas végé parce que des ancêtres auraient pu l’être, ni parce que c’est bon pour ma santé… Je me contre fiche de tous ces « régimes » et de toutes ces théories pseudo-scientifiques sur la nourriture de nos ancêtres. Je suis ce que je suis, et j’ai compris comment me nourrir en accord avec MA sensibilité. C’est tout… Les animaux, je les aime parce qu’avec moi, et toi, et lui, ils font partie d’un grand tout. Je ne supporte pas l’idée de manger la chair de ces animaux qui ont tant souffert, n’en déplaise à tous ceux qui ont la tête dans le sable, refusant de voir l’horreur des abattoirs, pour pouvoir avaler les muscles et les filets, quand tout le reste de ces corps est jeté ou tranformé pour nos animaux ( ceux que l’on dit « aimer » ). C’est tout simple. Bonne fin de semaine à tous ! Lysanor

    1. patrick

      Hardoin, tout ça est fort bien dit
      Mais, si vous avez des animaux de compagnie, comment les nourrissez vous ?
      parce que je connais des végétariens qui imposent leur régime à leurs chiens et chats, et là c’est ABERRANT !

    2. Floun

      Vous avez raison, mais dans la présente discussion ce sont les omnivores qui cherchent à valider leur régime par nos origines. Or il est absolument certain que si on ne descend pas du singe on descend d’herbivore/frugivore. Je n’ai encore jamais vu une théorie prétendant que l’on soit d’une lignée de carnivore.
      Vous avez raison, nous sommes au 21ème siècle. On sait que la viande n’est pas indispensable, comme voudrait le faire croire les omnivores. Les végétariens peuvent trouver la vitamine B12 dans les oeufs et les produits laitiers. Pour les végétariens, nous sommes au 21 ème siècle, il existe des compléments pour combler cette carence.

  168. Floun

    A Patrick,
    Merci pour vos liens transmis le 10 mai.
    Le premier suggère que nos ancêtres végétariens pouvaient trouver la vitamine B12 dans le sol et donc en surface des racines et tubercules de leur régime : « Dans un environnement biologique riche et préservé, le sol (humus) contient des quantités importantes de bactéries productrices de vitamine B12. La consommation de légumes-racines (carotte, navets, betterave, radis, panais, etc) crus et non nettoyés pourraient être une source de vitamine B12.
    … Dans des temps plus reculés de l’humanité, il se peut que la terre ait joué un rôle important dans les besoins en vitamine B12 mais de nos jours l’agriculture intensive (ou conventionnelle) a largement contribué à la dégradation de la qualité des sols et des produits de la terre de sorte que cette source ne peut plus être sérieusement prise compte. D’autant plus que les règles sanitaires exigent une propreté maximale des produits alimentaires. ».

    Le second met en évidence de nombreuses différences spécifiques entre l’homme et les carnivores (griffes, peau sans pore, incisives courtes, canines longues, molaires pointues, glandes salivaires réduites, langue râpeuse, appareil digestif court). Avec les omnivores les différences sont moins nombreuses (griffes sauf pour les porcins, peau sans pore, canines plus longues). Avec les herbivores la différence spécifique consiste dans l’appareil digestif plus long qui permet l’absorption de la vitamine B12. A ce sujet voir dito.

  169. Carla

    Je viens de lire la totalité des commentaires.
    Je pense que chaque personne a le droit de prendre ses propres décisions.
    Si vous voulez manger de la viande, tant mieux pour vous, et pareil si vous ne voulez pas.
    Je tiens à revenir sur le sujet des ancêtres/de la préhistoire, etc..
    Dites vous bien que UNE pomme des années 1950 équivaut aujourd’hui à 100 pommes !
    Alors comment pourrait-on savoir comment étaient les fruits et légumes des millions d’années auparavant ???
    Je pense également que le discours de Gary Yourofsky n’est pas mal du tout et que si il appui autant sur le sujet des animaux aux abattoirs, c’est surtout pour mieux capter son public, pour les faire cogiter..
    Alors s’il vous plait, n’entrez pas en une 3eme guerre mondiale « OMNIVORES VS VEGANS »..
    C’est vrai que chacun a le droit de défendre ses opinions/convictions mais mettez vous à la place des autres un moment, et essayez de voir son point de vue à lui.. et ensuite mettez vous à la place des animaux et voyez ce qui se passe..
    Pour finir je tiens à dire que la plupart des personnes ici essayent de contrer les arguments de « la partie adverse » seulement pour avoir raison.. mais renseignez-vous d’abord en intégralité sur LES sujets avant d’avancer n’importe quel argument.

  170. medounetjer

    Mon chat, un animal strictement carnivore, a automatiquement la gerbe après avoir manger du végétal.
    Je crois pas que consulter les fossiles soit nécessaire pour découvrir ce que notre estomac est capable de digérer ou non.
    Mieux vaut faire confiance à un médecin ayant vécut 20 ans atteint d’un cancer et ayant étudié quelle pouvait être le régime alimentaire le plus adapté a notre santé (cf. David Servan-Schreiber).
    Homo sapiens, l’omnivore se montre bien plus civilisé et futé que le Neandertal étant un carnivore acharné, malgré tout le respect que je dois à cet ancêtre (cf. Svante Pääbo).

    1. Sylvain

      2 petites bêtises :

      – néanderthal n’était pas que carnivore (même si dans un versant carné plus proéminent que sapiens, mais ça dépend des lieux de fouille)

      – on ne sait rien de l’extinction de néanderthal, hormis quelques pistes à prendre avec des pincettes – on a un peu de son génome, en tout cas chez les européens et surtout asiatiques -, et quelques indices comme la taille du crâne, indiqueraient plutôt qu’il soit plus intelligent – au sens capacités – que sapiens, mais moins social.

  171. jacqueq TURCHET

    Bonjour,
    Si on mettait au tant d’énergie que l’on met pour savoir si l’humain était végétarien ou pas que pour se préoccuper des additifs chimiques que l’on met dans nos aliments et pour les produits phytosanitaires qui s’y trouvent par obligation on ferait un grand pas dans le domaine alimentaire. Avec tous ces poisons nous nous acheminons sans s’en rendre compte vers des plus problèmes de santé de plus en plus graves et surtout irréversibles mais très peu de personnes en prennent conscience et ce n’est pas avec l’arsenal pharmaco chimique que nous résoudrons les problèmes bien au contraire cela ne fait que les aggraver encore un peu plus. Il faudra quand même se mettre dans la tête que les molécules de synthèse ne sont pas des molécules naturelles même si elles ont la même composition atomique ca

  172. Oumar Maïna

    L’Homme est ce qu’il choisi d’être. C’est aussi simple que cela. Si l’omnivore est un être cruel et barbare, c’est parce que son esprit est déréglé. Et si le végétarien est un être sensible et compatissant, c’est parce qu’il est très évolué. Inutile d’aller plus loin pour chercher la vérité.

    1. Sylvain

      <3

  173. Trev

    ce que vous avez pas compris, c’est que les mecs, avant, ils étaient pas 7 milliards, ils pouvaient bouffer des fruits et de la viandes sans que ça fasse chier dégun

  174. François

    L’homme n’a jamais été végétarien – et on s’en fou.

    Ce genre d’idée semble être une extension directe du raisonnement fallacieux de la nature – si c’est naturel, c’est automatiquement bon.

    On fait actuellement plusieurs choses que l’homme n’a jamais fait auparavant – comme écrire un blogue, par exemple, se brosser les dents, utiliser une voiture, etc, etc, et l’homme paléolithique avait plusieurs comportements – cannibalisme, viole – que nous n’avons aucune raison de chercher à reproduire. Ce n’est pas parce que quelque chose semble contraire à ce qui est naturel que cela est forcément mauvais.

    Nous sommes au 21eme siècle, et il y a deux arguments fortement en faveur d’un régime à faible consommation de viande

    1) pour la santé
    2) pour l’environnement

    De plus, il n’y a aucune justification scientifique possible pour une consommation de viande comme les pro-paléo le recommendent. Il n’y a aucune évidence scientifique que la viande réduit le risque de quelques maladies que ce soit, au mieux son effet est neutre, au pire elle favorise le développement des maladies chroniques. Il ny a aucune étude indiquant qu’une forte consommation de viande réduit le risque de maladie ou de mortalité. Bien au contraire. Plusieurs études démontrent que les végétariens ont moins de risques, principalement pour les maladies cardiovasclaires.

    Étant au 21eme siècle et ayant accès à des suppléments alimentaires, il n’y a aucune raison de consommé un produit qui, peut-être il y a des milliers d’années, nous a permis de survivre, mais qui aujourd’hui nous le savons, est dommageable pour notre santé et notre planète. Il y a une différence énorme entre survie et santé optimale.

    Une diète qui inclut un peu de produit animalier ne risque pas de faire une grande différence en bout de ligne (déjà, les bénéfices d’une diète végétarienne semblent surtout se limiter aux maladies cardiovasculaires, particulièrement chez les hommes) et augmenter la longévité de quelques années seulement. Mais encore une fois, aucune justification possible pour une diète basée sur les produits animaliers.

    L’élement qui semble le mieux appuyé concernant l’argument de la santé est le fer hémique dans la viande rouge, qui semble fortement favoriser les maladies cardiovasculaires et le cancer colorecteal.

    Dietary intake of heme iron and risk of cardiovascular disease: a dose-response meta-analysis of prospective cohort studies. PMID: 25439662

    Higher dietary intake of heme iron is associated with an increased risk of cardiovascular disease, whereas no association was found between CVD and non-heme iron intake or total iron intake.

    Dietary iron intake and body iron stores are associated with risk of coronary heart disease in a meta-analysis of prospective cohort studies. PMID: 24401818

    In conclusion, total iron intake and serum iron concentrations were inversely associated with CHD incidence, but heme iron intake was positively related to CHD incidence.

    Heme Iron from Meat and Risk of Colorectal Cancer: A Meta-analysis and a Review of the Mechanisms Involved PMID: 21209396

    Epidemiological data thus show a suggestive association between dietary heme and risk of colon cancer. The analysis of experimental studies in rats with chemically-induced colon cancer showed that dietary hemoglobin and red meat consistently promote aberrant crypt foci, a putative precancer lesion. The mechanism is not known, but heme iron has a catalytic effect on (i) the endogenous formation of carcinogenic N-nitroso compounds and (ii) the formation of cytotoxic and genotoxic aldehydes by lipoperoxidation.

    L’idée que le fer hémique favorise le développement du cancer colorectal n’est même plus vraiment débattu dans la littératire scientifique.

    Ce genre d’études devraient du moins fortement favoriser la prudence dans la consommation de viande rouge chez quiconque est réellement objectif dans sa recherche d’une alimentation saine

    C’est sans parlé des autres problèmes possibles (mais débatables) associée à la consommation des produits animaliers : excès de méthionine, métaux lourds, accumulation de polluants organiques, produits de glycation et de lipoxidation avancé, augmentation de l’IGF-1, exposition à l’acide Neu5Gc (pro-inflammatoire, possiblement cancérigène), gras saturés, acides arachidoniques… comment quiconque étant au courant de toute ces problématiques reliés à la consommation de la viande peut-il scientifiquement justifié une forte consommation de viande?

    C’est sans compter la majorité des méta-analyse qui trouvent que les végétariens ont un risque diminué de maladie cardiovasculaires.

    Finalement, pour l’environnement…

    Dietary greenhouse gas emissions of meat-eaters, fish-eaters, vegetarians and vegans in the UK PMID: 25834298

    In conclusion, dietary GHG emissions in self-selected meat-eaters are approximately twice as high as those in vegans. It is likely that reductions in meat consumption would lead to reductions in dietary GHG emissions.

    Sustainability of plant-based diets: back to the future. PMID: 24898222

    Environmental data are rapidly accumulating on the unsustainability of current worldwide food consumption practices that are high in meat and dairy products. Natural nonrenewable resources are becoming scarce, and environmental degradation is rapidly increasing. At the current trends of food consumption and environmental changes, food security and food sustainability are on a collision course. Changing course (to avoid the collision) will require extreme downward shifts in meat and dairy consumption by large segments of the world’s population.

    Je crois qu’en fonction de ce que nous savons, il est complètement irresponsable d’un point de vue environmental de faire la promotion de diète qui favorise une augmentation de la consommation des produits animaliers.

    Donc, pourquoi est-ce qu’une diète végétarienne, basée sur des aliments entiers, supplémentée en vitamine B12 (et possiblement calcium, DHA, iodine et zinc et créatine) serait-elle une mauvaise idée, à la lumière de toute ce qu’on sait de l’impact de la viande sur notre santé et notre environnement?

    1. Sylvain

      <3 <3 <3

      1. jacques TURCHET

        Bonjour, Sylvain

        Je ne mets pas en cause les producteurs e viande, c’est à dire les agriculteurs, ce sont des trusts de la viande qui amassent des sommes considérables sur le dos des producteurs, il est bien entendu que ces affairistes ne vont aller dans le sens des végétariens comme vous pouvez le penser. Mais j’en ai au tant pour les trusts de l’huile de palme qui nous inondent avec un produit qui n’est pas anodin sur la santé. On peut bien nous raconter ce que l’on voudra, il se trouve que j’ai vécu une bonne dizaine d’années en Afrique professionnellement, je connais bien l’huile de palme et sa fabrication donc les acides gras saturés par hydrogénisation, je connais bien aussi mais là encore les enjeux financiers sont tellement important que la santé passe loin derrière.
        Quand aux lobbys de la chimie sous toutes ses forment qui empoisonnent la planète, le profit est tellement grand que la question santé et pollution est loin très loin mais ces personnes ont une famille et des enfants, ils devraient penser que cette pollution ne pourra pas durer indéfiniment car ils savent parfaitement ce que valent leurs produits mais ils continuent et gare à ceux qui se permettent de les contredire, le profit, toujours le profit de plus en plus, peu importe la santé des populations. La créature humaine n’est plus considérée comme telle mais comme une simple valeur économique exploitée au maximum et quand elles n’est plus rentable on la jette comme une vielle machine usée voilà la réalité. Tout cela nous éloigne de la viande mais c’est un ensemble de réalités qui sont dont la cause primaire est identique.
        Un autre exemple, la pollution des voitures et le problème du diesel bien sur qu’il faut faire quelque chose mais on nous parle que des voitures mais pas de la pollution aéronautique qui bien plus grande encore que celle des véhicules.

        J.TURCHET

  175. Mimi

    Beaucoup d’arguments simplistes… les « TOUS les scientifiques blablabla », rapport ceci, étude cela (forcément dans une étude on ne peut pas évaluer tous les paramètres, donc la part dont le paramètre qu’on veut étudier est responsable est difficile à déterminer).

    On a un point de vue simpliste et bien occidental.
    Le grand problème c’est surtout l’élevage et l’agriculture intensifs, pour avoir les prix les plus bas quitte à détruire la planète, à faire souffrir les animaux et à bouffer de la merde.

    Dans la nature le bétail mange de l’herbe, il n’est donc pas en concurrence avec l’humain, nourrir des bêtes à bases de céréales ou de soja est une aberration. De nombreuses peuplades nomades (au tibet, dans le désert, etc), vivent exclusivement de l’élevage parce que le climat est trop dur pour vivre de l’agriculture (non, convertir le monde entier au vegan ne résoudra pas le problème de la faim dans le monde et ne sauvera pas la planète). Les moines bouddhiste tibétains mangent ainsi de la viande, malgré leur règle qui préconise d’être végétarien, parce qu’il vivent au tibet, avec ce que cela implique en terme de climat.

    Pendant ce temps, dans les pays riche l’agriculture intensive est une autre aberration qui en bout de chaîne tue des abeilles, des insectes, des poissons, par un empoisonnement et une mort lente et douloureuse, les vegans doivent faire attention à manger bio s’ils veulent aller au bout de leurs opinions.

    L’homme sait très bien chasser sans outil, il chasse à courre, s’ils n’est ni très puissant, ni très rapide, ni armé de griffes, en revanche en endurance il dépasse tous les autres animaux, il lui suffit de poursuivre sa proie pour qu’elle tombe d’épuisement. Et sinon, il a son intelligence, il peut poser des pièges et autres, ou faire de l’élevage, ce qui est bien plus confortable et pour l’homme et pour l’animal. Et pour conserver la viande, s’il n’y a pas que le frigo, on peut la saler, la fumer, la sécher, etc….

    La démonstration pseudo scientifique selon laquelle l’homme est un végétarien strict est très jolie, mais dans les faits, cela ne tient pas. L’homme dans la nature n’a pas de médecin pour lui prescrire des comprimés de fer et de vitamine B12. Rien que cela suffit à démontrer que l’homme n’est pas végétarien strict. Et la viande crue, cela se digère très bien, et c’est très bon, le plat s’appelle un steak tartare. Il existe aussi des gens qui sont crudivores et qui mangent de la viande crue. Peut-être que personne ne trouve un cadavre appétissant, mais bizarrement, le chat qui est un carnivore ne trouve pas les cadavres appétissants non plus, il préfère la viande fraiche ou bien conservée, de même les humains la préfèrent non seulement bien conservée, mais bien assaisonnée. Et le coup des enfants qui ne veulent pas manger de viande, à part un ou deux vegans que je connais et qui ont toujours été dégoutés par çà depuis tout petit, faudra m’expliquer, les autres raffolent de saucisses, saucissons, jambon, cordon bleu, mac do….

    Normalement quand on tue un animal, on commence par l’étourdir pour ne pas qu’il souffre. C’est toujours un crève-coeur pour la famille qui l’a élevé, mais il faut bien manger (ben oui, j’ai encore des parents et grands parents du temps ou l’on élevait des lapins et où l’on avait un cochon). Par contre, il faut lutter contre les élevages industriels qui ne proposent qu’une vie de souffrance et d’enfermement. En revanche, dans un élevage bio, l’animal est bien plus heureux que dans la nature, même si la fin est que de toute manière il se fait manger (car à moins de vouloir assassiner toutes les espèces carnivores, en les condamnant à mourir de faim, effectivement, un être est tué pour en nourrir un autre). Un animal dans un bon élevage est sorti en pâturage, à l’abri des prédateurs, rentré le soir ou s’il fait froid, avec du foin en abondance l’hiver au lieu de devoir grappiller quelques rares touffes d’herbes sous la neige, avec le l’eau en permanence à disposition et sans devoir s’exposer aux prédateurs pour aller boire….. Si j’étais une vache, je préfèrerais bien un élevage humain (bio et respectueux) que dans la nature, ou je risquerais mourir rapidement de froid ou de faim ou déchiré par un loup ou par un ours.

    De plus un élevage combiné à une agriculture avec mise en jachère des terres permettrait de mettre en valeur le terrain en jachère, d’éviter d’épuiser les sols et d’être obligé d’avoir recours à des produits chimiques qui en bout de chaîne provoquent biens des souffrances et des morts animales.

    C’est le respect de la terre et du vivant qu’il faut défendre, un autre mode de consommation qu’il faut prôner, mais quand à devenir végan, c’est un choix personnel difficile et il faut bien peser le pour et le contre. Moi par exemple, médicalement, je ne peux pas, j’ai une maladie qui fait que je suis très à risque pour l’anémie. çà m’est déjà arrivée d’être anémiée au point de devoir me relever la nuit pour aller respirer à la fenêtre, parce que je manquais tellement de fer que j’étais essoufflée même en ne faisant rien. Alors ce n’est même plus une question de steak, mais de boudin noir (très bon pour ce que j’ai: rien que du sang du porc!). Végétarienne, j’ai essayé deux fois, à chaque fois cela a duré un mois avant d’avoir de gros problème… les légumineuses ne font pas tout, et la spiruline, j’ai donné aussi, mais quand il s’agit de commencer tout les matins par 10 cachets de spiruline, au bout d’un moment on les vomit ou on n’arrive plus à les avaler. Sinon, les animaux, je les aime, j’ai même adopté un chat de la spa (et je lui donne une alimentation de viande, forcément, je ne suis pas comme ces fous furieux qui veulent imposer leur diète à la terre entière même si c’est contre nature).

    1. Floun

      Où sont vos arguments « non simplistes » Madame « je sais tous » pour qui tous les autres sont des imbéciles?

      1. Patrick

        on ne doit pas lire les textes de la même façon, car je n’y ai pas vu les propos d’une miss « je sais tout » prenant les autres pour des imbéciles

        mais c’est vrai qu’avec les gens comme vous, on aura toujours tort dés l’instant où l’on n’est pas vegan

        1. Floun

          J’admets que je me suis un peu emporté, mais l’introduction des propos de Mimi m’a semblé discréditer tous les arguments précédents:

          « Beaucoup d’arguments simplistes… les “TOUS les scientifiques blablabla”, rapport ceci, étude cela (forcément dans une étude on ne peut pas évaluer tous les paramètres, donc la part dont le paramètre qu’on veut étudier est responsable est difficile à déterminer).
          On a un point de vue simpliste et bien occidental. »

          Est-ce que je me trompe?

    2. François

      Bonjour Mimi.

      Je vous invite fortement à lire mon commentaire ci-haut (deux avant vous).

      J’y explique que le fait que l’homme ne puisse pas être végétarien par nature n’est d’aucune conséquence sur la validité d’une diète à base de plante pour l’homme du 21eme siècle.

      J’y présente également plusieurs évidences sérieuses comme quoi le fer hémique, d’origine animale, est particulièrement nocif pour la santé, favorisant le développement du cancer du colon (bien appuyé par la littérature scientifique) et possiblement les maladies cardiovasculaires et le diabète de type II (un peu moin bien étayé – mais les mécanismes sont décrits et plausibles, et les études épidémiologues supportent partiellement l’idée. Un bétail de culture à l’herbe ne change rien au contenu en fer hémique de la viande rouge.

      C’est votre santé, mais il existe des suppléments de fer non-hémique qui apparaissent, à la lumière des évidences scientifique actuelles, beaucoup plus sécuritaires.

      Finalement, je ne suis pas certain en quoi devenir végétalien (au sens alimentaire seulement) soit un choix personnel particulièrement difficile. C’est plutôt un choix bon pour la santé de l’individu (s’il est bien réalisé et supplémenté) bon pour la planète et bon pour vos finances personnelles (comparer le prix des légumineuses et de la viande pour voir). Il ne s’agit que de se familiariser avec de nouveaux aliments et de nouvelles façons de les apprêter.

      Cordialement.

    3. Floun

      « Dans la nature le bétail mange de l’herbe, il n’est donc pas en concurrence avec l’humain, » je n’ai jamais lu d’argument aussi simpliste. Excepté les prairies naturelles constitué par les alpages, toute autre prairie est en concurrence avec le maraîchage, les céréales, l’arboriculture.
      « (non, convertir le monde entier au vegan ne résoudra pas le problème de la faim dans le monde et ne sauvera pas la planète). » c’est une opinion personnelle sans démonstration scientifique.
      « L’homme sait très bien chasser sans outil, il chasse à courre, s’ils n’est ni très puissant, ni très rapide, ni armé de griffes, en revanche en endurance il dépasse tous les autres animaux, il lui suffit de poursuivre sa proie pour qu’elle tombe d’épuisement. » Sur le site « Slate » il est indiqué que seuls 9 marathoniens entrainés ont pu épuiser une gazelle après une course de 32 km. Vous avez raison, ne devraient manger de la viande que ceux qui sont capables de courir après l’animal jusqu’à l’épuisement.
      « L’homme dans la nature n’a pas de médecin pour lui prescrire des comprimés de fer et de vitamine B12. Rien que cela suffit à démontrer que l’homme n’est pas végétarien strict. » Voir le lien http://www.vegetarismus.ch/heft/f2005-2/B12.htm .
      « Peut-être que personne ne trouve un cadavre appétissant, mais bizarrement, le chat qui est un carnivore ne trouve pas les cadavres appétissants non plus, il préfère la viande fraiche » il ne faut pas prendre le chat pour plus idiot qu’il n’est. Si la viande lui arrive sans effort, pourquoi voulez-vous qu’il chasse les souris pour se nourrir.
      « Et le coup des enfants qui ne veulent pas manger de viande, à part un ou deux vegans que je connais et qui ont toujours été dégoutés par çà depuis tout petit, faudra m’expliquer, les autres raffolent de saucisses, saucissons, jambon, cordon bleu, mac do…. » Argumentation simpliste. J’ai vu un repas de trente enfants en voyage, ils ont mangé les frites et le poulet est resté dans toutes les assiettes pour la poubelle.
      « Si j’étais une vache, je préfèrerais bien un élevage humain (bio et respectueux) que dans la nature » Quelle argumentation scientifique. Le problème est que vous n’êtes pas une vache donc votre opinion est sans valeur.
      « Moi par exemple, médicalement, je ne peux pas, j’ai une maladie qui fait que je suis très à risque pour l’anémie. çà m’est déjà arrivée d’être anémiée au point de devoir me relever la nuit pour aller respirer à la fenêtre, parce que je manquais tellement de fer que j’étais essoufflée même en ne faisant rien. » Voir le lien http://www.vegetarismus.ch/pdf/17f.pdf .
      « Sinon, les animaux, je les aime, j’ai même adopté un chat de la spa » vous aimez votre chat sur le canapé et la vache dans votre assiette. Que vous a fait la vache pour mériter ce sort?

    4. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      L’homme se débrouille effectivement bien à la chasse, sans outils, comme il est démontré dans cet article. Le fait que nous soyons premièrement une espèce sociale joue beaucoup et permet d’établir ds stratégie de piégeage de chasse même la fabrication d’outil. Car utiliser des pierres, ds pieux ou des lances rudimentaires n’est pas considéré comme un outil car sans transformation.

      Mais quand même il serait bon de mesurer nos propos: l’homme n’est pas une machine à tuer, loin de là. Traquer des animaux sur de longues distances n’est probablement pas la meilleure technique pour trouver de la viande.

  176. Floflo

    Biensur que l’on est omnivore mais pas omnivore comme on le pense.
    Notre « viande » idéal sont les insectes et les œufs.
    Pourquoi ?
    Tous simplement facile à attraper et très bon quand c’est cru, pas besoin de cuir…
    Les Vegan et omnivore occidentaux sont tous les deux dans la mauvaise voie.

    L’idéal c’est crudivore, que des fruits et un peu de verdure (la verdure est très peu digeste chez l’homme) et insectivore…
    Ce n’est pas pour rien que 3milliard de la population en consomment…

  177. Reliklaires

    Je ne sais pas s’il a déjà été invoqué ici l’argument du champignon.

    Sachez juste que les herbivores n’en mangent pas.

    Nous, êtres humains, en mangeons car nous sommes : OMNIVORES.

    Si je suis en condition de survie extrême, je mangerais de la viande si je n’ai que ça sous la main. Chose qui est impossible pour une vache par exemple… Ou tout autres herbivores. Normal, je suis un omnivore…

    Le végétarisme est une pratique alimentaire motivée par diverse raison. Et non la classification d’une espèce.

    Une espèce est soit : Herbivore, Carnivore ou Omnivore. Et dans les 3, nous ne pouvons rentrer que dans une seule catégorie, ne vous en déplaise.

    Je suis vegan moi-même mais je suis objectif avant tout. C’est celà qui m’a permis de me rendre compte du traitement des animaux et du fait que je n’en ai pas besoin pour survivre.
    Même un être humain qui ne mange pas de viande est omnivore. Ce n’est pas ses choix ou sa façon de vivre qui détermine son appartenance, mais des caractéristiques bien précises, dont nous avons tous les attributs.

  178. Vianney

    Daccord, l’Homme n’a JAMAIS été VEGETARIEN (selon tes sources), mais rien ne l’a empêché, et ne l’empêche de le DEVENIR.

    Pourquoi refuser l’EVOLUTION, qui est le propre de l’Homme ?

    On s’adapte à de nouvelles habitudes de vie, selon ses propres conceptions ou les influences que l’on ingère, et la Résonnace intérieur nous fais devenir Végetarien/Vegetalien ou nous fais RESTER Omnivore.

    Pas la peine de fustiger les Végé qui s’affranchissent du mode de vie Préhistorique.

    La Liberté et la Tolérance et les Amis.

  179. Nana

    Bonsoir,
    Il y a également 2 points sur lesquels je souhaite intervenir:
    La plupart des fruits tombent de l’arbre, les fruits ne souffrent donc pas si on les consomme, les arbres eux même s’en  » débarrasse » naturellement et il continue à vivre sans ses fruits. De plus le fait de consommer des fruits permet aux graines de pousser pour redonner la vie. Il est donc inconçevable en ce sens de comparer le fait de manger des fruits et des animaux.
    L’aspect religieux peut compter également :
    Le 6 eme des 10 commandements ( pour les juifs et chrétiens) est  » tu ne tueras point » il est nullement préciser QUOI, tu ne tueras point POINT cela ne s’applique donc pas uniquement aux humains ! Sinon ce serait précisé.
    Les boudhistes évidemment de part leur croyance en la réincarnation ne peuvent se permettre de tuer et de manger des animaux ( quoi de plus horrible de penser manger ses proches décédés dans une autre vie).
    Les musulmans prône également un respect des animaux, il est très mal vu dans plusieurs sourates de faire souffrir un animal.
    Je pense que ces points sont importants car ils n’étaient pas mentionnés ici.
    Merci

  180. nana2

    Attention sur l’aspect religieux. Ne pas parler de ce qu’on ne pratique pas. Je ne sais pas pour les autres mais pour ce qui est des bouddhistes, la réincarnation n’existe pas. Les choses sont beaucoup plus fines et intelligentes que ce concept de « réincarnation » inventé par les occidentaux qui traduisent et comprennent mal le fond de l’enseignement.
    Dans la tradition tibétaine, il existe même des pratiques avec de la viande séchée !
    De plus, tous les bouddhistes ne sont pas végétariens. Bref, il y a autant de façon de pratiquer que de pratiquants. Alors pas de conclusions généralistes comme celle-ci s’il vous plait.
    Egalement, j’ai rencontré plusieurs musulmans qui sont devenus végétariens après avoir assisté au sacrifice du mouton lors de l »Aïd au pays. Car là aussi, dans les textes, il y a des contradictions (sacrifice et souffrance animal) que seuls les pratiquants peuvent comprendre.
    Merci

    1. Nana

      Bonjour,
      Il est vrai que tous les boudhistes ne sont pas végétarien, j’ai réussi à convaincre mon meilleur ami qui est bouddhiste de devenir réellement végétarien. Cependant en ce qui concerne le bouddhisme, il y a certaine période où il est interdit de consommer de la viande pendant un deuil par exemple, vous pouvez répondre que l’on est pas tous de la même façon pratiquant c’est vrai, rien ne vous oblige à aller à l’église, ou à la synagogue, ou à la mosquée c’est en  » votre âme et conscience » et les conséquences sont entre vous et votre créateur personne d’autre ne peut vous juger.
      Nos actes dépendent justement de notre morale, comment définir ce qui est bien ou mauvais ? Cela peut être culturel comme les mayas qui mangent des humains ( ce qui n’a pas la même connotation néfaste que l’on y prête aujourd’hui dans notre culture), je pourrai très bien tuer quelqu’un parceque je trouve cela utile et bien .On se rend compte de ces actes que si on arrive à prendre un vrai recul, il en est de même sur le fait de manger des cadavres d’animaux. Dans une autre vie auriez vous admis de trouver  » normal » de voir une cage thoracique sur une table ? Un enfant de 4 ans naturellement va t’il jouer avec un lapin ou le tuer pour le manger ?

  181. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Nana, votre raisonnent est bon et tout à fait logique mais vous savez les mauvaises habitudes ont la vie dure et il faut avoir beaucoup de volonté pour se remettre en question et surtout admettre nos erreurs. Changer de comportement demande de la réflexion, de l’analyse et de la synthèse, c’est un reconditionnement total de nos pensées, de nos habitudes transmises par nos géniteurs et puis il faut tenir compte de l’entourage familial et c’est bien ce dernier point le plus difficile, pour résister à ce dernier il faut une bonne dose de volonté qu’un petit pourcentage de personnes peuvent surmonter. Tout cela serait plus facile s’il n’y avait pas les intérêts des marchands de viande sur le chemin, dés qu’il y a intérêts, rentabilité et profit tout devient mauvais dans tous les sens du terme. Ces affairistes détruisent la planète entière sans se soucier de l’avenir et surtout ils oublient une chose incontournable c’est qu’ils sont de simples mortels et que le jour venu ils n’emporteront rien. La planète entière souffre d’un redoutable virus: l’affairisme, c’est le plus redoutable de tous car il détruit tout absolument tout.
    Chaque jour la planète qui nous fait vivre est méprisée, polluée par la chimie, blessée, asphyxiée par le béton, étouffée par le déboisement, les cours d’eau deviennent de véritables égouts, les océans deviennent les dépotoirs de nos déchets industriels et des pollutions pétrolières , je sais de quoi je parle car j’ai eu l’occasion dans ma carrière d’intervenir en mer et bien ce n’est pas très propre et ce n’est pas fini.

    J.TURCHET

    1. Patrick

      Jacques TURCHET, il s’agirait quand même de ne pas mettre tout sur le dos des producteurs de viande
      par exemple, si je ne m’abuse, l’huile de palme, dont la production est responsable de déforestations massives, ne fait pas partie de la filière viande ;)
      si l’humanité devenait 100% végétarienne, on aurait les mêmes abus dans la production agricole

      bref parler des abus des producteurs pour justifier ses choix alimentaires me semble un peu hors sujet ^^

    2. Nana

      Bonjour Jacques,
      Je suis d’accord on peut être influencé par notre entourage, de même on peut influencer notre entourage :
      Mes parents mangeaient de la viande, quand j’avais 3 ans et que ma mère m’a emmené dans un supermarché, et que j’ai entendu ma mère prononcé le mot cheval en prenant de la viande de cheval, je lui demandé si c’était comme les chevaux que j’avais vu à l’occasion d’une sortie la veille dans un centre équestre. Quand elle ma dit oui j’ai hurlé et pleuré très fort dans le magasin. Depuis lors je n’arrêtais pas de faire fonctionner mon jouet qui faisait des bruits d’animaux à table, en grandissant je mettais des documentaires d’animaux en mangeant ( à cet époque je pouvais pas comprendre que l’on ne puisse pas être comme moi choquée de devoir manger ça). A mes 9 ans mes parents commençaient à voir des animaux dans leurs assiettes et à en cauchemarder la nuit ( surtout ma mère). Depuis ils sont végétariens et comme moi ont les larmes aux yeux en passant rayon boucherie.

  182. buborek

    J’ai lu l’article et une grande partie des commentaires. Je ne me définis pas comme carnivore, ni végétarienne. Finalement, le mot omnivore résume plutôt pas mal ma façon de m’alimenter.
    Je pense comme notre hôte que l’être humain n’a jamais été végétarien, mais plutôt opportuniste.
    Il mange ce qu’il y a à manger, et cela depuis le début.
    Aujourd’hui, dans la partie du monde où l’abondance existe, on a le choix ( pourvu qu’on ait l’argent qui le permette ) de sa nourriture. Sinon, on continue de manger ce qu’on peut pour continuer de vivre.
    Pour celui qui mange ce qu’il produit, et qui regarde la nature autour de lui, il ne peut pas nier que les végétaux souffrent quand l’homme les manipule.
    Cela va du pied de tomate que l’on attache ou que l’on taille, aux arbres fruitiers que l’on taille aussi, aux carottes que l’on « éclaircit ».
    Aujourd’hui, c’est l’été et c’est l’abondance au jardin. Pas besoin de manger autre chose, objectivement, que ce qui est produit. Quand vient l’hiver, il n’y a plus qu’à vivre des réserves, et des animaux.
    Ce que je reproche aux théories véganes, le plus souvent, c’est de ne voir les choses que sous un prisme.
    Quand on vit sous les tropiques, il est relativement facile de ne manger que des fruits tropicaux toute l’année.
    Par contre, quand on vit ailleurs, pourquoi manger des bananes, des ananas, des mangues en hiver comme en été ?
    Pourquoi parler de souffrance animale quand on supporte la souffrance humaine, qui n’est qu’un animal aussi ?
    Les êtres humains, des enfants, qui vivent dans des conditions lamentables pour cueillir ces merveilleux fruits dont certains se gavent http://www.alternatives-economiques.fr/une-banane-au-gout-amer_fr_art_185_20815.html
    Les gens qui travaillent, y compris en bio, dans des serres pour produire des tomates ou autres fruits et légumes.
    Et sinon, le bouddhisme n’est pas une religion végétarienne. Car les Tibétains par exemple ne pourraient pas, au Tibet, simplement survivre. C,est une religion pragmatique.
    Un article qui résume la notion d’altruisme du bouddhisme. http://www.centrebouddhisteparis.org/Bouddhisme/Altruisme_individualisme/vegetarisme_bouddhisme.html
    Je voudrais juste dire dans ce message que chacun voit midi à sa porte et suivant sa propre conscience.
    Personnellement, je suis végan 3 mois dans l’année, végétarienne 6 mois dans l’année, et omnivore le reste de l’année. Mais je consomme à 95% ce qui est produit dans un rayon de 150km. Et je ne consomme pratiquement jamais de fruits, légumes ou animaux produits industriellement ( quand c’est produit loin de chez moi, je ne peux pas être sûre puisque je ne vois pas ni ne peut contrôler ). Et je produis ma nourriture au maximum, d’où ma période strictement végétalienne.
    Pour les animaux, je vois un de mes amis, vétérinaire, dont les bêtes vivent paisiblement sur la colline, sur un grand territoire. Il tue une vache ou un mouton de temps en temps pour sa famille ou ses amis ( dont ma famille ). Une bête qui ne va pas à l’abattoir. qui meurt d’un coup de pistolet pneumatique. Mort immédiate, sans peur, sans stress.
    Franchement, ça ne me dérangerait pas de mourir de cette façon, sans m’en rendre compte.
    Ce qui est dérangeant dans toutes les théories, c’est le fait de retrouver souvent aussi cette notion de « se gaver » de bons fruits, de bonne nourriture.
    Beaucoup devraient essayer d’aller produire ce qu’ils mangent. Ils se gaveraient sans doute moins ensuite.
    Notre monde est malade de ceux qui, se croyant les maîtres du monde, savent, ont des théories, oppriment le reste du monde, le pillent, le pourrissent, le détruisent.

  183. maitreya

    Merci pour votre article, bien écrit. Cela dit, au lieu de s’interroger sur l’histoire, et savoir si l’homme a une tendance omnivore plus que herbivore, ne serait-il pas plus judicieux, aujourd’hui dans l’état actuel de la société, pour vous, de tester l’abattage d’un être vivant (je parie que vous choisirez un poulet) et ensuite de vous en nourrir? (juste pour voir ce que vous ressentez et vous interroger (si vous en avez le courage) sur la vie que vous venez de prendre afin de satisfaire 10 minutes de plaisirs gustatifs)

    GO VEGAN!

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Bonjour Maitreya,

      Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure argumentation, mais je ne pense pas que la majorité de la population mangeuse de viande puisse abattre son propre animal pour le manger. Personnellement, je suis chasseur. Je ne viendrais pas défendre ici cette pratique, mais en effet, je ramène moi même (et le plus souvent) mon stock de viande récupérer en forêt pour une consommation très occasionnelle. Si ça peut vous aider =)

  184. Patrick

    message confus, qui se voudrait insultant et qui n’apporte rien au débat
    étonnant que la modération l’ait laissé passer

  185. did38

    moi ma belle fille a décider de devenir végétarienne, au prétexte « tuer les animaux c’est pas bien »
    je me fou d’elle chaque jour, elle mange des desserts contenant de la gélatine de porc contenu aussi dans les shampoings gel douche etc.
    de plus elle se chausse avec des dc martens et s’assoit sur un canapé cuir.
    sacrés végétariens!!!
    me feront toujours rire…

    1. A. DUMONT

      Tu voudrais quelle soit Vegan tout comme toi?

  186. jacques TURCHET

    Patrick, Bonjour,

    Je n’ai rien contre les producteurs e viande comme je l’ai déjà dit, il font de la viande car il y a la demande. On devient végétarien du jour au lendemain , c’est une décision qui doit être prise avec conviction et réflexion et surtout un minimum de connaissance du corps humain et des métabolismes. One peut pas balayer d’un seul coup un atavisme et des habitudes digestives du jour au lendemain car bonjour les carences, soyons un peu raisonnable. L’abandon de la viande et de ses sous produits doit se faire par paliers afin de rééduquer le système digestif et le mental car tout se joue au niveau du mental, si la personne n’est pas pleinement consciente de ce qu’elle fait ou si elle le fait à contre cœur il ne faut pas insister car les résultats seront catastrophiques.
    J’ai toujours respecté les personnes qui mangent de la viande dans la mesure où ils respectent ceux qui n’en mangent pas, un peu de tolérance sur cette terre ne ferait pas de mal et j’en ai au tant pour ceux qui boivent de l’alcool et ceux qui n’en boivent pas. J’ai toujours un très grands mépris pour les imbéciles qui se moquent ou qui forcent un non consommateur de boisson alcoolisées à boire, chacun doit être libre de diriger sa vie comme il le désire.
    Vous me parlez de l’huile de palme et vous avez raison, ce qui se passe avec cette huile est une imposture financière intolérable pour deux raisons:
    La première c’est le déboisement
    la deuxième c’est que cette huile n’est pas bonne pour la santé car elle est saturée par chauffage. Que ceux qui prétendent le contraire viennent me le dire et je vais les recevoir comme il se doit.
    J’ai vécu durant dix années de ma carrière professionnelle en Afrique Noire, je connais bien la fabrication de l’huile de palme dans toutes ses étapes alors soyons un peu sérieux et arrêtons de raconter n’importe quoi aux personne qui ignorent tout des procédés de fabrication de cette huile pour des raisons économiques comme toujours.
    Tant que notre civilisation sera fondée sur le profit, la rentabilité outrancière basée sur la bourse, le gaspillage de tout y compris la nourriture que l’on détruit par milliers de tonnes chaque année pendant qu’une partie de la population souffre de malnutrition, l’exploitation de l’homme par l’homme et j’en passe, rien ne pourra aller correctement et la misère continuera d’augmenter de plus en plus rapidement, ouvrons un peu les yeux et voyons la réalité en face.
    Vous avez également soulevé une autre réalité: Si nous étions tous végétarien il y aurait aussi les mêmes abus mais bien entendu comme tout est basé sur le profit, comment voulez vous qu’il en soit autrement, d’un côté comme de l’autre c’est identique, l’argent, toujours l’argent et de plus en plus, il y a de plus en plus de riches et de plus en plus de pauvres alors réfléchissons un peu si cette réalité est normale.
    A ceux qui amassent des fortunes sans se poser de question sur leur comportement, je voudrais simplement est sans aucune haine leur dire une chose: Comme tout individu sur cette terre vous êtes de simples mortels de passage et le pèlerinage est court, très court, un jour tout s’arrête et tout est terminé, le business, les comptes bancaires, la cotation en bourse, la concurrence déloyale etc., etc., vous partirez sans rien emporter sauf deux choses : le bien et le mal que vous avez fait.

    J.TURCHET

  187. Aiko

    A quoi bon.
    L’homme s’adapte.
    Vous voulez continuer à alimenter cette industrie aux élevages barbares. Quand on est conscient, avec un minium de moral, comment on fait pour ne pas se remettre en cause, comment on fait pour ne pas être révolté, vouloir changer. Et qu’importe le passé, le débat, nous devons réguler notre apport alimentaire en viande, moins en consommer. La violence engendre la violence, ça ne sert à rien de nier, de fermer les yeux sur ce qu’il se passe à notre époque. La plupart des hommes qui se cherchent des excuses et des arguments de pacotille ne sont que des conformistes, ayez la haine. De plus, ce n’est pas être de bonne santé mentale que d’être adapté à une société malade.
    Alors vos blabla sur être omnivore, carnivore, végétarien, et ? L’homme s’est déjà éloigné de sa propre et véritable nature, et je ne parle pas d’ alimentaire. L’homme ne fait que s’adapter. Il n’est pas comme les autres animaux, eux sont ce qu’ils sont.
    Nous avons toujours été autre chose. Toujours autre chose.
    Alors faites ce que vous voulez, mais ne vous cachez plus derrière des excuses, pour vous donner bonne conscience que vous tuez des milliers d’êtres vivants.
    Et arrêtez avec les végétaux et les insectes.
    Il y a une part réceptif émotionnel ( recriproque ) dans tout cela. Pour ceux qui n’ont pas de sensibilité, il faudra faire à la kantienne.
    Mais je plains ceux qui n’ont pas l’intelligence du coeur pour comprendre d’instinct que continuer à manger de la viande, devient concrètement immoral.

  188. Aiko

    Tout va de causes à effets.
    Nous avons la capacité de choisir, et de choisir d’être. De devenir.
    Il est confortable d’être un mangeur de viandes dans une pareille société.
    En voyant ce qu’il se passe,
    Je m’inclinerai de respect devant les végétariens et végétaliens.
    Il y aura toujours des êtres plus nobles parce qu’ils auront fait de meilleurs choix. C’est comme ça.

    Allez, bisous.

  189. Silikk

    Contrairement à ce que l’on imagine, aux origines, notamment durant le Miocène et le Pliocène, l’homme était quasi-exclusivement végétarien.
    On peut trouver ici, beaucoup plus d’explications sérieuses :

    http://www.hominides.com/html/dossiers/alimentation-prehistoire-nutrition-prehistorique.php

    1. Floun

      Merci pour ce recentrage scientifique du débat.
      En effet 95% pour ne pas dire 99% des commentaires exprimés sont des avis de leur auteur sans fondement scientifique.
      Comme je l’ai exprimé dans un commentaire précédent, il ne fait aucun doute que l’on soit les descendants d’herbivores. En effet, je n’ai jamais lu de propos scientifiques prétendant le contraire. Votre lien en donne la démonstration.

      1. Olivier Ramirez

        T’es peut être le descendant d’un poney et d’une vache mais c’est pas le cas de tout le monde et sans fondement scientifique c’est bien le cas de ton commentaire. Des sources scientifiques ou des avis qui ne peuvent pas être balayés d’un revers de main comme tu le fais il y en a, mais il faut être honnête et arrêter d’être [ATTENTION AUX INSULTES] les recherches que font la majorité des gens qui soutiennent l’article ici et qui ne mangent pas toute les conneries vendues par des sites Végécentristes de merde.

        1. Patrick

          est-il besoin de recourir aux insultes ?
          tout ce qui est excessif est insignifiant

        2. Floun

          Quand les arguments avancés vous contrarient, vous devenez agressif et impoli. Vous remarquerez que je vous vouvoye car je ne peux pas tutoyer (qui est un forme amicale d’expression) quelqu’un qui n’est pas mon ami.
          Voici ce que j’ai écris:
          « Comme je l’ai exprimé dans un commentaire précédent, il ne fait aucun doute que l’on soit les descendants d’herbivores. En effet, je n’ai jamais lu de propos scientifiques prétendant le contraire. »
          Puisque vous prétendez que cette assertion n’est pas scientifique, c’est donc que vous pouvez citer des références d’études scientifiques prétendant le contraire. J’attends cette information avec impatience.
          Ce n’est pas parce que l’on mange quelques insectes que l’on est omnivore. Les herbivores mangent les insectes qui sont sur les végétaux et pourtant restent des herbivores.

          1. Patrick

            Floun, vous écrivez « Ce n’est pas parce que l’on mange quelques insectes que l’on est omnivore. Les herbivores mangent les insectes qui sont sur les végétaux et pourtant restent des herbivores.  »
            là, il y a de la mauvaise foi dans cette réflexion. c’est une chose que de boulotter au passage des insectes posés sur les végétaux , c’en est une autre d’en manger suffisamment pour que ça laisse des stries caractéristiques sur vos dents.

          2. Robin

            Floun sachez que l’absence d’une preuve n’est pas la preuve de l’absence. En gros, c’est comme si vous affirmiez que Dieu existe forcément puisque vous n’avez lu aucune preuve sur son inexistence. Ce qui est absurde puisque, par définition, on ne peut prouver son inexistence (il existe plein de vidéos de zététique traitant de ce sujet, je vous conseille fortement d’en regarder quelques unes).

            De même: c’est vous qui affirmez que l’homme est végétarien, c’est donc à vous de le prouver. Pas aux détracteurs de prouver que ce que vous affirmez est faux.

            Saisissez-vous la nuance?

            1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

              Merci pour la réponse Robin, que je m’apprêtais à faire, et qui résume parfaitement la situation.

              il est tout à fait intéressant de voir ce fameux lien apparaître précisant le régime alimentaire de l’homme au fil du temps, alors que je me suis en partie basé sur ce même lien pour montrer que l’homme n’aurait pas été exclusivement un « végétarien ».

              En toute rigueur, et d’après le lien que Sillik a fournis (et que tout le monde connait ou presque) la première estimation du régime alimentaire de l’Australopithèque serait au moins composé de 15 à 20% d’animaux ou d’insectes. Il y a bien écrit « petit animaux ». Je doute, très sincèrement, que les hommes de l’époque se retrouvaient par erreur à manger un lapin coincé entre deux feuilles comestibles… Peut-être que je me trompe.

              Soyons un peu honnête et sérieux. Cet article est provocateur, volontairement, mais en tout état de cause il est plutôt en accord avec les partielles preuves scientifiques à notre disposition. N’oublions pas que le régime alimentaire devait être extrêmement variable d’une région à l’autre, d’une tribu à l’autre, selon les traditions peut-être, l’expérience et que des périodes « très végétarienne » comme « très carnivore » devaient probablement exister.

              @ Olivier: j’apprécierais un peu plus de retenu dans tes commentaires, tout de même, on doit rester poli sur le blog même si parfois il est aisé de perdre patience.

            2. Floun

              J’ai voulu faire un raisonnement apagogique en disant que si aucun scientifique ne dit que l’assertion est fausse c’est qu’elle est vrai. Je reconnais que c’est limite.
              Je ne dis pas que l’homme préhistorique est végétarien strict mais qu’il descend de végétarien.
              Vous trouverez dans le lien ci-dessous que d’éminents scientifiques (Brunet, Coppens…) sont persuadés que Toumaï est un ancêtre de l’homme et qu’il est herbivore frugivore.
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Sahelanthropus_tchadensis

        3. Floun

          Bonjour à vous qui croyez avoir été créé sans aucune filiation avec les animaux.
          Le paléoanthropologue Pascal Picq dit: « nous ne descendons pas des singes, nous sommes des singes ». Bonne réflexion

      2. Daniel Drèse

        Oui, nous descendons d’herbivores. Comme nous descendons des bactéries et d’autres organismes simples, c’est le principe de l’évolution. La problématique, elle est maintenant, et le FAIT est que nous sommes omnivores, nous digérons la viande, nous ne digérons pas la cellulose des feuilles. Nous évoluons, la preuve est que la population occidentale a acquis une mutation lui permettant de digérer le lait. Voilà, c’est tout. Nous pouvons manger les fruits d’un arbre tout comme la cervelle d’une vache. Sortir les preuves comme quoi un bête homme préhistorique ne bouffait que des racines ne changera rien au fait que l’homme moderne est omnivore. Après vous choisissez le régime végétar(l)ien si ça vous plait, si votre conscience est plus tranquille ou si vous trouvez qu’un burger de tofu est bon, mais laissez ceux qui bouffent de la viande vivre leur vie.

        1. Floun

          Je vous fais remarquer que ce sont les omnivores qui ont attaqué les premiers dans ce forum. Rien que le titre « L’homme n’a jamais été végétarien » en est le révélateur.
          Bien sûr que nous évoluons c’est d’ailleurs un hasard de l’évolution qui a fait ce que nous sommes avec quelques neurones de plus que les animaux et, particulièrement, les grands singes.
          Un autre hasard de l’évolution pourrait faire naître une espèce supérieure aux homos sapiens. Que diriez-vous si cette éventuelle nouvelle espèce supérieure faisait l’élevage des homos sapiens pour les manger et les soumettre à des tests de laboratoires?
          C’est peut-être l’hypothèse de l’apparition d’une nouvelle espèce supérieure qui poussent les homos sapiens à exterminer la faune sauvage pour diminuer cette probabilité.
          Bonne réflexion à vous le mangeur de viande qui ne vous posez aucune question métaphysique.

          1. Robin

            En gros, « c’est pas moi c’est eux ». Mouais… Personnellement je trouve ça presque puéril, surtout que le titre de l’article ne fait qu’énoncer une vérité et n’attaque en rien.

            Savez-vous qu’avec des « si » on refait le monde? Il ne sert à rien d’émettre de pareilles suppositions qui ne font qu’intervenir un appel à l’émotion, donc rien de concret qui fasse avancer les choses, d’autant plus que la métaphysique n’a rien à voir avec la question initiale.

      3. Eric Barrailler

        Ouff ! Il n y a jamais eue d’hominidés herbivores. Omnivores, frugivores peut-etre. L espèces humaine n’à pas un système digestif pour assimiler l’herbe ni la cellulose.

    2. Olivier Ramirez

      Apprends à lire tes sources, t’as la tête et les yeux dans le cul????

    3. Patrick

      il s’agirait peut-être de définir ce qu’est « l’homme ».
      si on se restreint au genre homo, alors:
      – ça exclut le miocène, puisque homo est apparu au pliocène
      – et les premiers homo n’étaient pas végétariens stricts, ils se nourrissaient au minimum d’insectes

  190. jacques TURCHET

    Bonjour,
    Je vois que les débats deviennent de plus animés, on se croirait dans un débat politique en période de campagne électorale et je trouve regrettable de ne pas avancer dans le bon sens car chaque parti croit détenir la vérité et ne veut surtout pas essayer de comprendre et d’analyser calmement les idées des autres cela dure depuis des années et nous en sommes toujours au même point y compris parmi les milieux scientifiques don j’ai fait partie mais il y bien longtemps que j’ai arrêter de me prendre la tête.
    Il faut savoir qu’en cette matière personne, je dis bien personne ne détient la vérité indiscutable, on se base sur des données scientifiques et philosophiques que l’on connait mais tout cela n’est que des suppositions car le domaine est complexe.
    J’ai étudié la nutrition humaine et animale durant une bonne cinquantaine d’années, toutes les méthodes y sont passées, j’ai étudié dans des universités et collèges en France et à l’étranger, j’ai vécu dix années hors de France et j’ai surtout expérimenté ce que j’ai appris sur des malades, des sportifs, des sédentaires et des actifs, sur des enfants mais aussi sur moi même sur moi même. De tout ce travail fastidieux et onéreux j’ai souvent du retourner ma veste et me remettre en question car ce que je croyais dur comme fer être la vérité ne fonctionnait pas. J’ai aussi eu beaucoup de résultats positifs heureusement d’ailleurs mais ce que j’ai retenu c’est qu’il n’y a pas de régime ou de méthode standard car nous somme tous différents.
    1) il faut tenir compte de notre hérédité, de notre tempérament, de notre groupe sanguin, de
    notre état de santé, de celui de nos parents et grands parents si c’est possible bien entendu
    de notre âge et de nos activités, le sédentarisme n’arrange rien.
    2) L’environnement , le lieu où nous vivons, les saisons sont des réalités très importantes.
    Sous les tropiques la nourritures n’est pas la même qu’en Europe, il y a des choses que
    l’on réaliser en Afrique et qui serait impossible sous nos climats sans engendrer de graves
    problèmes de santé. Personnellement j’ai vécu deux ans en Afrique qu’avec des fruits, des l
    légumes, du miel sans avoir développé de carences. Les analyses poussées que j’ai fait
    réaliser n’ont pas fait apparaître de carences. Une telle alimentation reste impossible sous
    nos climats sans avoir de problème et je ne conseil surtout à personne d’essayer.
    3) Avant de se lancer aveuglément dans le végétarisme, il faut étudier et réfléchir car c’est
    une remise en question totale, l’organisme devra s’habituer à cette nouvelle habitude et les
    sécrétions digestives vont subir un chamboulement énorme ce qui va se traduire par des
    problèmes physiologiques très divers et parfois pénibles à supporter. On ne peut pas
    passer au végétarisme sans passer par des périodes transitoires, certains l’on fait mais je
    je suis hostile à cela par mon expérience. Seules certaines personnes à fort caractère y
    arrivent, j’en ai rencontré.
    4) Une chose très importante certainement la plus importante: le facteur psychologique, si
    vous n’êtes pas convaincus et certains de ce que vous faites vous irez vers un échec
    cuisant.
    5) L’alimentation doit aussi tenir compte de la qualité biologique des aliments, les résidus
    phyto sanitaires et certains additifs de l’agroalimentaire sont de véritables poisons qui
    perturbent tous le système physiologique et engendrent des pathologies parfois très
    graves.
    En ce qui concerne la consommation de viande ou pas, je ne désire pas rentrer dans la polémique qui ne mènera à rien mais je dirais simplement de s’alimenter selon sa conscience, étudiez bien les avantages et les inconvénients de l’alimentation végétarienne et carnée, faites en une synthèse et votre conscience vous dira la suite.

    J.TURCHET

  191. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Comme je constate que la guerre entre végétariens et non végétarien et comme la guerre entre les Palestiniens et les Israéliens et qu’il n’y à rien à faire pour en sortir, je voudrais quand même apporter quelques précisions importantes dont personne ne parle jamais car je me demande si les consommateurs lisent le descriptif de la composition des produits qu’ils achètent car c’est très intéressant.
    Les végétariens critiquent les non végétariens et se précipitent sur des substituts de la viande comme les préparations à base de tofu et bien d’autres toutes avec le logo AB mais quand on regarde la composition de ces préparations on y trouve des agents de coagulations comme le sulfate de calcium, chlorure de magnésium , beaucoup trop de sel, du sirop de glucose, du sirop de blé ou de maïs et j’en passe car je ne vais faire l’inventaire de tous ces produits tous issus du logo AB.
    Il faudrait peut être se poser la question: quelles actions ont ces additifs sur la santé. Le sel n’est pas supporté par tout le monde, le chlorure de magnésium c’est identique. Ce que je me permets d’écrire ici, je ne l’ai pas lu dans des livres, c’est mon expérience personnelle, des constats que j’ai pu faire durant des années.
    Il ne faut pas croire que parce que l’on mange bio que l’on peut tout se permettre. Combien de fois j’ai vu des personnes suivant une alimentation biologique stricte, faisant du sport et ne comprenant pas les problèmes qu’ils avaient. Il suffisait simplement de faire le bilan de leur habitudes alimentaires pour comprendre.
    Vouloir supprimer la viande de l’alimentation est bien mais attention de ne pas tomber dans un végétarisme sectaire complètement carencé en se jetant sur des substituts de viande remplis d’additifs X,Y,Z.
    J’ai vu des végétariens purs et durs ne consommant aucun produit venant d’une source animale même pas du miel, dont l’organisme était complètement en crassé par les céréales, le sucre de canne bio, le sel et autres additifs bio également.
    D’autres végétariens du même style qui compensaient la viande par des produits laitiers et du soja chaque jour et ne comprenaient pas qu’ils étaient rongés par les acides comme ceux qui mangent des charcuteries.
    L’alimentation végétarienne est une bonne résolution mais elle peut devenir très mauvaise et pathogène si elle est faite n’importe comment.

    Je m’excuse ne par entrer dans les détails plus complets mais ce commentaire n’est pas un cours de biologie nutritionnelle pas plus qu’un cours de physiologie digestive car ce serait un peu trop volumineux mais il y suffisamment d’ouvrage sur la question pour s’y instruire, merci de votre compréhension.
    J.TURCHET

    1. Floun

      L’alimentation AB industrielle reste industrielle c’est à dire avec des ingrédients indésirables.
      Comme vous le faites il faut lire les étiquettes.

  192. Éric Barrailler

    Bonjour à vous, j’ose ici parler de ma philosophie concernant l’espèce humaine. J’aimerais avoir vos avis sur la question.
    Premièrement, je crois simplement selon toute vraisemblance que l ‘ être humain est bien omnivore. La preuve depuis le début de l’évolution notre espérance de vie à augmentée massivement. Nos récents ancêtres mourrait à 40 ans il n’y a à peine qu’un siècle. Donc, notre régime omnivore est bel et bien effectif. Pour ceux qui parle que la viande aide au développement du cancer je crois plutôt que c’est justement notre vie qui est beaucoup plus longue quI occasionne beaucoup de maladie qui n’existaient que peu par le passé.
    Ensuite, je crois que notre évolution et surtout le développement de la conscience de soi comme être supérieur, pourvu de vertu, créant la société et dirigeant la terre est le problème et est une anomalie dans l’évolution globale de la terre.
    Je considère personnellement la terre comme un être vivant elle-même. Il y a sur cette terre un écosystème. Elle respire, se transforme et tout y est recyclé et récupéré.
    L’homme est devenu, au fur et à mesures de son évolution, une cellule cancéreuse qui au nom de la science, de sa suprématie technique, draine toutes les ressources disponibles au seul fin de sont propre profit. Il invente des religions pour sanctifier son raisonnement destructif envers ses congénères ainsi qu’envers l’univers en entier. Il édifi des philosophies pour ainsi faire du sens à des théories et un mode de fonctionnement contraire aux lois de la nature.
    Depuis quand est-il devenu vertueux de ne pas tuer d’animaux? Depuis que l’humain inventa ce terme.
    Je crois que la vrai vertu, c est d accepter notre part sauvage, de faire partie intégrale de la nature et d’arrêter de se porter défenseurs de ces principes qui n’ ont fait que nous extraire de cet écosystème. Mangeons de la viande! Tuons les bêtes ! Soyons fier de vivre selon la loi naturelle. Retournons à l’essence de l’existence. Personne n’est au dessus des lois de la nature. En acceptant la dominance et la suprématie humaine nous allons detruire la terre. Vegetariens/végétalien, omnivore etc.

  193. Shadezio

    Au fond on s’en branle vu que de toute façon on mange de tout même du plastique ou autres, sérieusement, le seule truc c’est que être végétarien, végétalien, etc….. Entraîne (et la c’est scientifiquement parlant) une dégénérescence cérébrale appeler « être con et faire chier les autres », dont certains comme les fanatiques religieux, fanboy, et autres groupes du genre en sont victimes.

  194. Sybilla

    Encore quelques lignes, si cela ne dérange pas trop et j’en finirais..pour dire que si on compare l’australopithèque ou les « premiers hommes » avec celui d’aujourd’hui dans son ensemble, il suffit de voir l’évolution physique : aujourd’hui la morphologie de l' »homme » a tendance à s’éloigner de cette grossière nature dont il était pourvu : l' »homme » du 21è siècle a une petite bouche, de petites dents, etc, etc…ce qui signifie que son évolution continue et consiste surtout à se spiritualiser et tout indique que soit c’est sa vraie nature qui devient évidente et qui ressort (frugivore-granivore, végéta*ien) soit celle qui doit le devenir …et l’histoire qui consiste à dire que c’est la viande qui a « fait » l' »homme », on peut se poser des questions quand à celui des cannibales (qui ont fini par disparaître sauf peut-être quelques individus considérés comme peu équilibrés), et quand au degré de cruauté dont (ont fait) font preuve certains (les Aztèques, cette belle civilisation, immolait de jeunes victimes au nom d’une tradition culturelle ! et on pourrait citer d’autres exemples mais ce n’est pas le propos ici) notamment ceux qui consomment (encore) de la viande de chiens ou chats ou autres bêtes dans certains endroits… Si l’homme est un bâtisseur, il est aussi un exterminateur…Ne pourrait-on donc envisager l’avenir de l' »homme » autrement ? il n’y a pas eu suffisamment de recul pour témoigner en faveur d »une alimentation végéta*ienne (on ne l’a pas étudié parce qu’on ne l’a pas permis !) alors nous avons tout à gagner aujourd’hui à l’essayer : ça n’a jamais été une aussi propice période pour cela !…qu risque-t-on sinon de déranger un « système » mondial qui veut imposer sa loi !

  195. philippe ,l'ami des chevaux.

    la vrai question est de savoir si, au de la du combat ,argument contre argument, que mènent « les idiots utiles » (ce n’est pas péjoratif ,mais a prendre au sens communiste du terme…..) du végétarisme radical de type Vegan ,cela ne doit pas nous interroger sur la finalité…. l’antispécisme est une idéologie de type marxiste dans sa forme et sa structure,ou l’espèce « animale non humaine » (ils parlent d' »individus » et ne reconnaissent que des « animaux « dont l’homme fait parti….)…..aurait remplacé les anciens opprimés (cerfs,ouvriers, »race »non blanche » ) comme référence de combat idéologique.ses leaders- gourous(Peter Singer, Tom Regan, Steve F. Sapontzis…), ont développés des arguments de propagande ( l’égalité »revelé » entre les hommes et les animaux avec pour ceux qui la nient son point « Godwin » de comparaison de l’extermination des juifs avec la filière alimentaire animale ce qui se transforme en :animaux =juifs et les autres=nazis !…) digne de l’ex union soviétique…..mais aussi un raisonnement qui fait froid dans le dos,comme ce bon Monsieur Singer qui trouve beaucoup moins immoral de sacrifier un nouveau né plutôt qu’un singe adulte car La capacité à ressentir de la douleur ou de la satisfaction étant un prérequis pour avoir une préférence de quelque nature que ce soit! d’ou le fait que « la souffrance animale » soit » l’Alpha et l’Omega » de l’argumentation des antispécistes et autres végans….
    Le point de vue moral adopté par Singer, au sujet des animaux non-humains comme à propos de toutes les autres questions morales, s’appelle l’utilitariste. En un mot, il s’agit ici d’une théorie morale qui a été fondé au 18 ème siècle par Jeremy Bentham Elle a exercé une très profonde influence non seulement en éthique, mais aussi en politique, en droit et en économie et plus généralement sur notre façon même de penser les choix individuels et collectifs.
    les « idiots utiles » font aussi de « l’entrisme »(ils y en a qui refusent ,les plus orthodoxes d’entre eux , car ils considèrent que cela consolide l’exploitation animale en renforçant son cadre législatif….. ) dans toutes les associations de » protection animale « et autres structures du « bien être animal » dans un seul but mais le but ultime est la fin de l’exploitation de l’animal par l’homme.
    leur combat est totalement politique et même si leur cause peut paraitre légitime et populaire a nos yeux prenons du recul et n’oublions pas que cela l’a été aussi pour marxisme léninisme …. le passage de l’idée marxiste dans le réel a échoué et a crée des monstres du noms de Staline ,Pol pot,Mangistu et autres despotes communistes ?au prix de 100 millions de morts (humains…) !
    soyons vigilants……

  196. Sybilla

    Je constate que l’idée de ne pas consommer de viande exacerbe certains au point qu’ils en sont extrêmes eux-mêmes dans leur vision et leurs arguments ! c’est dommage d’être ainsi fermé à d’autres possibles en ne voyant que le mauvais côté de ce qui est avancé ici. Les animaux sont des êtres qui ont leur propre vie à mener, difficile souvent et dont les desseins nous dépassent, mais l’homme dans son manque de réflexion, de spiritualité et son égo(t)isme s’en moque. Il suffit de regarder le monde dans lequel nous vivons pour être suffisamment convaincu que ce que nous avons fait et faisons aux animaux se répercute forcément dans notre monde : l’exploitation des plus faibles par les plus forts ! (le marxisme etc…n’a jamais pris en totalité l’exploitation des plus faibles, puisqu’il faisait abstraction de l’animal, (Etre faisant tout de même partie de la planète au même titre que l’humain) donc le message fut peut-être mal interprété à cause inconsciemment de cela alors que l’argument est de taille) La base est mauvaise, comment pourrait-on donc espérer un changement positif dans ce monde ? Si l’on regarde que voit-on dans l’ensemble : larmes, violences, fusil, guerre, terreur..avec de belles tentatives de çi de là qui nous émerveillent…nous avons donc tous un potentiel d’amour à donner mais nous ne savons toujours où le donner vraiment, il y a comme un manque à combler.. Elargissons notre vision de la vie ! : l’Amour, le vrai, le « fort », celui de l’entraide, de l’empathie, de la compassion, essaie de faire son chemin : il est là, et se propose, différent, mais évident : dans son assiette ! comme une « assiette » peut avoir de pouvoir ! et nous sommes aidés en cela par une morphologie qui nous guide et se rappelle à nous lorsque nous dérogeons. Mais nous sommes lents à comprendre. Nous nous proclamons forts alors que nous sommes faibles à faire des efforts pour notre amélioration…ainsi nous créons notre monde alors ne nous en plaignons pas…

    1. Patrick

      on croit rêver de lire des choses comme ça « Il suffit de regarder le monde dans lequel nous vivons pour être suffisamment convaincu que ce que nous avons fait et faisons aux animaux se répercute forcément dans notre monde : l’exploitation des plus faibles par les plus forts ! »

      redescendez-donc sur terre, vous venez de découvrir ce qu’est la lutte pour la vie

      ce que les loups font aux lapins, c’est quoi, à votre idée, si ce n’est l’exploitation des plus faibles par les plus forts ?
      eh oui, la loi du plus fort, c’est dans la nature de chaque être vivant et vous ne changerez pas cet état de fait

      1. Sybilla

        Je suis sur terre autant que vous pouvez l’être figurez-vous ! pathétique votre commentaire comme celui de beaucoup qui sont mal à l’aise ou dérangés par des propos de paix pourtant et quand on parle de végétalisation de l’alimentation.! c’est tabou !..l’homme n’est pas un prédateur, alors que les loups, les tigres, etc…en sont évidemment et votre comparaison emploie le chemin de la facilité…Pour parler de la loi du plus fort, si on va par là, doit-on imaginer une morale qui délaisse les plus « faibles » ? Ou mieux, doit-on contrôler les naissances de sorte à améliorer la race humaine ? etc, etc…
        Vous raisonnez selon suivant certains schémas de pensée et ainsi, indirectement, vous cautionnez une idée qui se veut directrice…! En terme d’évolution, ce n’est pas la survie du plus fort qui en est le moteur mais le résultat de la sélection naturelle dans laquelle la survie de l’espèce la plus apte à vivre dans un environnement donné est favorisée. Le milieu soumet les espèces à des contraintes, englobées sous le terme de pression de sélection….ce n’est pas tout à fait pareil..l’homme, lui, au nom d’une pseudo loi du plus fort, VEUT tout modeler à sa sauce et soumettre (se prendre pour Dieu quoi) et au final il détruit…et ce qu’on fait à la nature…

        1. Patrick

          Sybilla, bien sûr que si que l’homme est un prédateur!

          « .Pour parler de la loi du plus fort, si on va par là, doit-on imaginer une morale qui délaisse les plus « faibles » ?  »

          mais s’il n’y avait pas de lois protégeant les plus faibles, c’est ce qu’il se passerait.
          dans beaucoup de sociétés primitives, les vieillards étaient abandonnés

          1. Sybilla

            Patrick, je crois que vous n’avez pas certains commentaires (il est vrai qu’il y en a tant à lire…)..Où sont les armes de prédation de l’humain ? des griffes ? des crocs ? etc, etc..L’humain a copié l’animal en fabriquant des outils car il n’est lui-même pas véritablement adapté comme peuvent l’être les animaux dans leur environnement : il appartient « aussi » au monde des « esprits » (états d’âme dans le sens de questionnements, projection dans l’avenir etc, etc…) Notre ancêtre vieux de plusieurs millions d’années était végétarien à plus de 90% (alimentation basée sur les fruits et les feuilles) et nous y sommes parfaitement adaptés : notre morphologie et notre physiologie en sont témoins. L’évolution ne peut progresser qu’en resserrant les liens qui unissent la communauté de la VIE et en accroissant la conscience…Comme disait Swami Beyondananda : « Quand vous vous retrouvez dans un cycle infernal, pour l’amour de Dieu, cessez de la propager ! ».

            1. Robin

              Le requin n’a pas de griffes ni de crocs. Est-ce pour autant qu’on peut affirmer que le requin n’est pas un prédateur ou est un « faux carnivore »? Et inversement, peut-on dire qu’un paresseux est un carnivore à la simple vue de ses longues griffes?

              L’humain, lui, s’est servi de… Son cerveau. Pour justement fabriquer des outils afin d’être plus efficaces.

            2. Patrick

              Sybilla, vous me demandez où sont les armes de prédation des humains, je vous répondrai par une autre question: qu’est-ce qui a donné l’idée aux humains de les fabriquer ?

    2. philippe ,l'ami des chevaux

      j’adore les donneurs de leçon qui font fi des réalités…..non,je n’ai aucun remord a manger un merveilleux filet de bœuf Angus car se suis un esthète de l’art culinaire ! oui,je laisse parler ma « nature »et je dirai même que j’en retire beaucoup de plaisir,comme je peux aussi en éprouver en mangeant,chaque été, les tomates de mon jardin façon « croque -au-sel » ! oui ,je suis un parfait omnivore et je l’assume.
      tout comme j’assume mon statut dans l’échelle alimentaire et ma place d’Homme dans la famille des Mammifères et que cela ne me pose aucun problème d’avoir a abattre un animal de cette même famille pour ma subsistance.
      moi ce qui me pose problème et qui m’interroge ,c’est de savoir comment nous allons faire pour nourrir 10 milliards de terriens si des extrémistes antispécistes de votre acabit devaient mettre en œuvre leur idéologie mortifère.
      Comment ferions nous si,comme vous le voudriez, tous les hommes et les êtres vivant sur terre,n’ayant plus ni prédateurs ni régulation,arriveraient a se nourrir de la seule source alimentaire restante,les végétaux?
      bon,nous le savons,cela n’arrivera jamais,comme personne ne sera jamais, ce que aurai pu donner le socialisme réel a l’échelle planétaire…les essais locaux ont grandement suffit pour ouvrir les yeux aux plus endurants de leurs partisans ! mais a quel prix….
      c’est pour cela, que je n’ai pas envie, que des gens comme vous jouent aux apprentis sorciers avec nos libertés et nos vies !
      il vaut mieux prévenir que guérir…

      notre bien le plus précieux,a vous comme a moi, sur cette terre c’est d’être libre ….vous êtes libre d’avoir vos idées,comme je suis libre d’avoir les miennes mais je suis aussi libre de manger la nourriture qu’il me fait plaisir,comme vous l’êtes aussi d’aller brouter votre herbe si cela vous chante….

      1. Floun

        Celui qui fait fi des réalités c’est vous. L’apprenti sorcier c’est vous.
        Car la réalité c’est qu’il faut 7 à 10 kg de protéines végétales pour faire 1 kg de viande.
        Donc contrairement à ce que vous dites pour nourrir 10 milliards d’individus, il vaudra mieux qu’ils soient végétariens plutôt qu’omnivores. Si tous les habitants de la terre adoptent un régime aussi carné que celui des occidentaux là ce sera la catastrophe. Il faut déjà déboiser l’Amazonie pour faire le soja qui nourrit nos animaux d’élevage.
        C’est un problème de raisonnement scientifique il vaut mieux que les humains mangent des végétaux plutôt que de passer par l’intermédiaire de la viande qui demande à 7 à 10 fois plus de végétaux car la seule ressource de base ce sont les végétaux.
        Mais peut-être que ce genre de raisonnement passe au-dessus de votre tête.
        En plus vous pensez jouer le rôle de prédateur sans lequel les animaux prolifèreraient. Vous pensez peut-être manger des animaux sauvages qui prolifèrent. Renseignez-vous, vous mangez des animaux élevés pour être abattus. Sans mangeur de viande il n’y a plus d’animaux d’élevage donc 7 à 10 fois de végétaux disponibles que la quantité de viande produite.

  197. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

    @ Floun:

    Je dois dire que je suis assez séduit par l’idée du végétalisme planétaire afin de produire suffisamment de nourriture pour tout le monde.

    Maintenant j’ai un gros doute sur la réussite d’une telle idée. On sait que l’on produit déjà assez de nourriture pour tout le monde. Le problème c’est que cette nourriture est très mal répartie entre les pays, les villes, etc.

    Je vous pose donc la question: en quoi êtes-vous sûr que ce surplus de nourriture avec une alimentation strictement végétalienne arrivera dans toutes les bouches ?

    Franchement, je suis à peu près sûr que les inégalités existeront toujours et qu’il y aura malheureusement toujours des continents et des pays qui se feront accaparer toutes les ressources, y compris alimentaire.

    Je le répète, on produit DEJA, théoriquement, assez de nourriture pour tout le monde.

    Alors à la limite je veux bien croire à l’alimentation végétalienne pour son impact inférieur sur le climat. Et là, c’est un problème qui nous concerne tous.

    @Sybilla:

    Vous avez parfaitement raison. Nous avons en théorie un pouvoir immense en choisissant ce que l’on met dans notre assiette. Il est clair selon moi qu’il y a un excès de viande industrielle de mauvaise qualité, qui soutient une industrie douteuse et non respectueuse du bien être animale.

    Je serais pour l’expérimentation immédiate de tous les mangeurs de viande qu’ils aillent eux même le chercher dans la nature, histoire de calmer les ardeurs. Il est donc évident qu’il faut choisir ce qui rentre dans notre assiette et que l’on doit de toute façon se rapprocher d’une assiette très « végétalisée ».

    Cependant, selon moi, et les quelques preuves dans le domaine, l’Homme n’est pas consommateur exclusif de végétaux ou de plantes, et la consommation de viande n’a pas été qu’une « passade » pendant des moments difficiles. Vous n’avez pas spécialement dit cela, mais je préférais le rappeler au vue de certaines allusions sur notre nature profonde.

    Quoi qu’il en soit, vous apportez des messages très apaisant et de paix. C’est réellement appréciable. Même si je doute beaucoup d’une spiritualisation de l’homme et d’un retour vers un hypothétique régime végétalien exclusif qui n’a probablement jamais existé pour l’espèce humaine.

    1. Floun

      S’il vous plaît ne changez pas de débat. Le traitement des inégalités est un autre sujet.
      Mais, semble-t-il, les inégalités ne vous concernent pas puisque vous concluez que seul le changement climatique vous concerne.

      Mais je vous pose la question: en quoi êtes-vous sûr qu’un régime végétarien accentuerait les inégalités, car le régime carné de certains n’empêche pas (voire génère) près d’un milliard d’humains malnutris?

    2. Sybilla

      Il me semble que j’avais posté un autre commentaire, je ne sais plus…bref, ce n’est pas grave.
      Je cite un extrait de votre dernier commentaire me concernant : « …je doute beaucoup d’une spiritualisation de l’homme et d’un retour vers un hypothétique régime végétalien exclusif qui n’a probablement jamais existé pour l’espèce humaine » peut-être avez-vous raison, peut-être pas…Sait-on vraiment « tout » sur nos origines ?…nous n’en savons que ce nous n’en savons pour le moment ; c’est comme un immense puzzle où les morceaux se placent au fur et à mesure que l' »on » est en mesure de les placer…qui dit qu’il se termine ?
      Comme on a coutume de dire : « l’avenir le dira »… mais il suffit tout de même de voir ce qui est en train de se passer (émissions TV, internet etc…). En tout cas votre article « fait » parler c’est dire combien il soulève de discussions :)

  198. Heawin

    En réalité, ce texte de « L’homme n’a jamais été végétarien » est un énorme sophisme ; un alibi du passé. Ce n’est pas parce que l’homme n’a jamais été végétarien qu’il ne doit pas l’être aujourd’hui.

    Les animaux qu’on tue pour notre consommation sont des êtres sentients comme nous, nous leur devons donc respect dans la mesure du possible.

    1. Robin

      Il est évident que vous n’avez pas lu l’article, tout du moins pas en entier. Dommage pour vous…

  199. J'aime la viande, c'est un fait.

    Tout comme tout le monde ne peut pas aimer la viande crue ou le fromage, tout le monde ne peut pas devenir Végan, végétarien, carnivore ou que sais-je encore.

    Certains digèrent mieux les produits laitiers que d’autres.

    Certains digèrent très bien n’importe quelle viande crue (moi par exemple), en passant par le bœuf, les abats, le porc, les volailles, les vers, les poissons, les crabes, les homards. Je digère n’importe quelle viande crue aussi bien que des végétaux, voir même mieux certains végétaux… à titre purement informatif.

    Par contre je digère relativement mal (et ça empire avec le temps) les produits laitiers. Je les considère comme un poison.

    Certains font des INTOLÉRANCES à certains végétaux, légumes, fruits, légumineuses etc. Et oui, tout omnivores à force tendance végétarienne que nous sommes, nous pouvons très bien faire des intolérances à certains végétaux et en même temps digérer une pièce de viande ou de poisson crue et la digérer très bien.

    Et les champignons? Qui ne sont ni des végétaux ni des animaux? On peut les digérer (même cru), efficacement..

    Outre les faits biologiques, il faut aussi prendre en compte les faits environnementaux, la descendance dont nous descendons etc. Car même si nos ancêtres primaires sont les mêmes pour chaque humain vivant à l’heure actuelle, nous pouvons tout aussi bien venir de lignée ayant vécu sédentairement ou non. Dans des climats froids, chauds, humides ou secs. Etc. Par conséquent avoir un métabolisme, une constitution, une adaptabilité etc. différente de notre voisin de palier. Si, si, je vous assure !

    Trop de paramètres entrent en compte pour dire si l’humain est ou non omnivore. Cela dépend de bien des choses. Certes nous n’avons pas les caractéristiques carnivores (nous ne le sommes pas). Nous avons nos propres caractéristiques. Sans entrer dans les détails scientifiques, rien que notre façon d’agir, au lieu de courir et se battre (au risque de se faire griffer ou empoisonné par exemple) et d’utiliser des calories inutilement, nous avons tendance à planifier les choses pour économiser nos forces (comme TOUT être vivant !), nous allons par exemple, préparer un piège avec des cordes ou des morceaux de bois, ou juste un trou? Sans se fatiguer nous pourrions aisément chasser. Chaque prédateur a ses façons de faire. Nous n’échappons pas à la règle. Nous pouvons chasser sans pour autant utiliser d’objet d’aucune sorte, juste en creusant un trou avec nos main et en le camouflant avec des feuilles?

    D’ailleurs avec des méthodes de combat adéquates nous pouvons aisément venir à bout de certains de nos prédateurs naturels. Les connaissances sont aussi à prendre en compte. Et ce, sans aucun objet.

    Un chat élevé dans la nature apprendra (grâce à sa mère) à chasser, si l’apprentissage n’est pas employé (chat séparé trop tôt de sa mère) il aura des chances de faire un bien piètre chasseur (j’ai déjà fait l’expérience avec plusieurs chats, en les analysant au jour le jour). L’homme n’est pas différent de ce côté-là. Avec un apprentissage adéquat il peut devenir un chasseur, sans même employer d’outils.

    Il y a trop de paramètres pour pouvoir trancher sur le mode alimentaire le plus adéquate à l’homme. Notre possibilité d’adaptation est aussi à prendre en comptes.

    Exemple tout bête d’apprentissage, sans entrainement on ne peut pas pêcher en apnée. Avec entrainement (et sans équipement d’aucune sorte) on peut pêcher des oursins, des saint-Jacques etc. Même certains poissons…

    Sans entrainement on meurt dans certaines zones géographiques, allez faire un tour dans la forêt amazonienne vous allez comprendre. Et pourtant on peut s’y adapter.

    Etc., les exemples ne manquent pas.

    L’alimentation c’est pareil. Tout à fait.

    Les végans ne connaissent rien à la Nature. Et sont extrémistes. J’ai fait ce constat. Et je suis fier de le dire.

    Après il est clair que nous mangeons trop de viande. Que la plupart des élevages actuels sont à chier. Autre débat.

    Mais si nous devions nous passer de tout ce qui n’est pas nécessaire à notre survie (viande par exemple…), nous n’aurions nul besoin d’apprendre à parler. D’apprendre à lire et à écrire (à a perpétuer des connaissances et de la culture à travers les âges). Nul besoin de maison. D’ordinateur. De vêtements. Etc.

    Bref le juste milieu. C’est ça qui est important. Manger de la viande pourquoi pas? En manger trop, non !

    Ce sont des débats assez compliqués mais pas besoin de chercher bien loin pour savoir que notre nature n’est pas d’être totalement végans (le miel est très bon pour notre santé par exemple). Ni même végétariens (l’opportunisme m’a maintes fois poussé à manger des êtres issus de la faune, car j’étais livré à moi-même dans la nature et que j’avais la dalle, je n’ai eu ni problèmes gastriques ni problème de conscience, juste un besoin de manger).

    1. J'aime la viande, c'est un fait.

      Il y a aussi le débat du fait les animaux (le bétail par exemple) sont des êtres conscients de leur douleur. C’est vrai. Je ne dis pas le contraire. Mais quelle bêtise que de penser ainsi.

      Qu’est la douleur? Un signal venant du cerveau alertant qu’un problème est survenu pour l’indiquer au corps et à son hôte (nous-mêmes). Exemple tout con, un jour j’étais à la mer, je suis salement amoché le pied (ça pissait). Mais je n’ai aperçu la chose que bien des minutes après la blessure. Au moment où je l’ai vue j’ai eu mal…

      Pour les plantes il existe de tels mécanismes ! Si on arrache une branche à un arbre, des signaux font faire en sorte de régénérer la plaie, ou à défaut de la régénérer de la fermer. C’est la même chose lorsque que nous ne blessons, nous autres animaux (tout humain que nous sommes !)

      Et l’argument de l’animal se nourrit de plantes et d’êtres vivants alors si vous mangez un animal vous tuez les plantes qu’il a ingérées. Foutaises tout ça. D’ailleurs des plantes mangent des animaux (l’exemple le plus simple serait la dionée, la plante à mouches). Cela en fait-il une plante « supérieure » à une autre, méritant un statut « différent »? Non. Elle fait au même titre qu’un plant de carottes ou qu’un sanglier partie de ce système appelé « écosystème ». Chaque espèce a ses spécificités et son utilité dans l’écosystème. Certains sont parasitiques de part le fait qu’ils ont plus tendance à détruire qu’à faire régner l’harmonie (l’humain par exemple). Par leur surpopulation ou leur gloutonnerie.

      Notre corps est bourré de bactéries, si l’équilibre est maintenu tout le monde y gagne son compte (donnant, donnant), mais si l’équilibre est rompu cela peut vite changer la donne. L

  200. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Certains commentaires nous font part de allergie à certains aliments, bien entendu car comme je le répète une fois de plus nous sommes bien différents les uns des autres.
    La science alimentaire doit tenir compte du tempérament, de l’activité, de la morphologie et surtout du groupe sanguin ce dernier est très important. Aucune école ou faculté de sciences n’enseignent ces disciplines et aucune faculté de médecine en France et c’est bien regrettable car on éviterait bien des problèmes.
    L’enseignement officiel ne progresse pas car il reste sur des concepts sectaires et dépassés. L’études des calories, des glucides , lipides, protides, vitamines et minéraux est indispensable certes mais reste très élémentaire, il y à tout le reste et croyez moi c’est fastidieux et souvent rébarbatif; Le jour où j’a

  201. Pingback: À mes amis vegans | WBRC

  202. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Bobby, vous dites que le gorille mange de la viande OK Mais de quelle viande s’agit-il?. Quant à moi, je vous pose une seule question: Avez vous vécu dans les pays où se trouvent les gorilles? car pour affirmer cela, il faut avoir vécu dans ces pays et avoir observé les gorilles, personnellement j’y ai vécu dix ans et je sais ce que mangent les gorilles.

    J.TURCHET

  203. Corentin Haloween.

    Très instructifs. Tout les avis sont bons à prendre (même les mauvais, car ils nous montrent les erreurs potentiels.) Seulement un point m’échappe … les végétariens extrémistes … en situations de survit, vous mangeriez et tueriez? Il faudrait donc éradiquer les carnivores ? (Je vois mal une civilisation herbivores se laissez gentiment attaquer, ou se défendre uniquement toute leurs vies). Car après tout, vivre dans un monde meilleur, oui, fais il faut en profiter après non? (Dans le sens parcourir le monde, pouvoir dormir et profitez de la nature de nuit ect ect.) Plein de choses de la vie qui nous mettent face aux dangers (et oui, ce sont les carnivores extrémistes qui font de toi un herbivores accomplis).
    Bref, on l’avait compris l’homme s’adapte, et le meilleur moyen de s’adapter à un environnement, c’est de pouvoir faire le maximum de choses possibles en son sein. Tuez en fais partie.Sans souffrance je vois mal comment le monde irait bien … A part si on le refait à notre image de l’utopie parfaite ? Nous ne sommes pas des Dieux. Nous sommes tous différents. Nous ne serons jamais pleinement satisfait (sauf de courte durée bien sûr). Et c’est la souffrance du monde qui nous rend sensible à elle.. Et avec un telle potentiel l’humain à deux choix, souffrir en acceptant la vérité, ou se leurrer comme l’on très bien expliquer certains commentaires véga au dessus.
    La souffrance animale est une chose … Mais avec l’évolution de la science, un abrutit (ou pas, qui sait) va pondre un moyen « d’enlever » le système nerveux d’une espèces vivantes X) !! Et là un autre débat incongru commencera. Ainsi de suite.
    La vie n’échappe pas à la mort. Comme conclusion (après tout ce bordel, oui désolé j’ai du mal a être constructif, avec autant de questions.) je dirais qu’il faut simplement profiter sans emmerder son prochain. Et bien sur cela renvoie vers un autre point, doit on « conditionné » les gens pour ne pas qu »il emmerdes leurs prochains? On retombe dans des systèmes qui portent à litiges.
    C’est une route sans fin. Il faut profiter, et faire profiter à qui l’on peut. Si l’on dévie du droit chemin, normalement, quelqu’un qui est heureux d’aider les autres, vous fera revenir dans le bon chemin. Ou quelqu’un qui prend plaisir à détruire les autres, se fera un malin plaisir à vous faire souffrir. Et oui. Il faut de TOUT pour faire un monde. Sinon je TUE tout le monde, je crée un monde idéal, et là croyez moi, le monde sera parfait. A bon entendeur x) Et désolé pour les faut éventuel, c’est un message que je fais passé, pas une dictée.

    1. Rose

      Ramassis de conneries !! Repasses quand tu sera vraiment informé !!

      1. Robin

        C’est bien beau de dire à quelqu’un qu’il a tort… Mais qu’avez-vous pour prouver que vous avez raison?

        Au passage, Rose, est-il vraiment utile d’être aussi insultant? Pour l’instant, vous avez surtout prouvé que vous êtes intolérante aux idées d’autrui.

    2. Rose

      Les « végétariens extrémistes » sont en meilleure santé que toi. C’est plutôt les viandards comme toi qui sont extrémistes car pour ne pas pouvoir se passer d’un bout de viande alors qu’il y a pleins d’autres choses à manger faut vraiment avoir un problème psychologique.

  204. Rose

    Articlefait par un chasseur, lol !! C’est pas du tout crédible !! Allez vous renseignez sur des sites sérieux avant de publier des articles merdiques !!

    1. Sylvain

      Ah merci pour la rigolade, je reprends du popcorn !

    2. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      @ Rose: je devrais normalement supprimer ce commentaire inutile au débat et à la réflexion mais on va le laisser, afin que tous les autres lecteurs puissent voir la hauteur de votre argumentation qui frise le néant absolu. Merci du partage ceci dit ;)

    3. George Abitbol

      Le titre de l’article aurait tout aussi bien pu être « L’Homme n’a JAMAIS été Carnivore »… peut être un poil moins racoleur… et pourtant semble t-il bien plus proche de la réalité ;-)

  205. jacques TURCHET

    Bonjour,

    Je déplore de lire tant vulgarités qui frisent l’indécence, l’intolérance et la vulgarité. Encore une fois ce n’est pas avec de tels comportements que les choses vont avancer et je ne suis pas surpris des guerres, des assassinats et toutes abominations du même genre. Je m’adresse à tous ceux qui critiques une chose sans l’avoir longuement étudiée et expérimentée (végétarien ou non), arrêtez vos comportement bornés, remettez vous un peu en question de temps en temps car vous entrez dans un sectarisme stérile.
    Personnellement je ne veux convaincre personne car cela reste une erreur. Si vous êtes convaincu que la viande est indispensable alors mangé de la viande et n’insultez pas ceux qui n’en mangent pas.

    Si vous êtes convaincu que la viande est néfaste à la santé, alors n’en mangez pas et n’insultez pas ceux qui en mangent.

    Je vous invite encore une fois à étudier, expérimenter et faire une synthèse de tout cela sans aucun parti pris, ayez le courage et la volonté de changer vos habitudes si elle ne vous conviennent pas.

    La plupart de ces commentaires ressemblent à Israël et la Palestine mais personne ne veut essayer de réfléchir et d’analyser mais préfère rester sur ses positions et s’insulter, Bravo.

    Jacques TURCHET

  206. Jacques McBrearty

    De par mes observation de plusieurs grands primates (desquels nous sommes issus) ils ne rechignent pas à manger des charognes. Comme les hominidés (et l’humain moderne par le fait même) est un être grégaire il n’est pas surprenant qu’ils puisse éloigner un autre prédateur plus solitaire qui aurait abattu une proie.
    Le fait de faire vieillir la viande nous vient possiblement de ce régime alimentaire d’ailleurs sinon on digèrerait autrement plus facilement la viande crue.

    Un dernier point où ici je m’adresse directement à l’auteur, je dois admettre un profond malaise devant l’utilisation du terme micmac considérant qu’il s’agit d’un peuple qui, contrairement aux vandales, est toujours bien vivant et a toujours ses habitudes de vies en 2015. Merci de faire attention aux mots péjoratifs employés à l’avenir ^^

    1. Éric Barrailler

      La viande cuite est plus digeste et contient moins de pathogènes et parasites vivant.Il y a des raisons pourquoi l homme a commencé à cuire la viande.
      http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/securite/15465-manger-cru.htm

  207. Croc-Magnon

    l’homme est un omnivore opportuniste et ceci depuis plusieurs millions d’années point barre! alors stop les délires de l’homme herbivore, l’homme carnivore, l’homme viandard, l’homme végétarien, le végétarisme est un concept, une philosophie, un choix de vie, une chose qui relève de l’intellectuel, et aucunement d’ordre physiologique, génétique et physique
    ok c’est votre choix bien que délirant est respectable, mais stop vos délires vos pseudos théorie « scientifique » qui n’ont un seul but de l’imposer au autres !!

  208. francois

    stopmensonges.com/la-solution-vegane-pourquoi-est-il-urgent-de-supprimer-les-produits-animaux-de-son-alimentation/

    Voila un article qui résume tout les arguments du végétalisme :)

  209. Robin

    François, je ne peux que vous suggérer de prendre du recul, votre intervention est hors-sujet mais en plus le lien que vous présentez n’est absolument pas crédible car StopMensonges est connu pour très mal porter son nom (autrement dit, il divulgue énormément de hoax et autres bêtises pour rester poli).

  210. jacques TURCHET

    Bonjour,
    Je suis de plus en plus surpris de voir l’agressivité et la vulgarité de certaines personnes sur la plupart des sites traitant du problème de la viande ou de l’hygiène de vie en général. Sur certains sites c’est vraiment des insultes avec une agressivité inquiétante. Que l’on ne soit pas d’accord avec les sujets traités, on peut le comprendre mais que sans avoir pris la peine d’étudier sérieusement et de l’analyser pour en faire une synthèse, on se permette de vociférer des insultes d’une vulgarité déconcertante ce n’est pas admissible et surtout dégradant pour la personne qui les propage, ceci prouve un manque de civisme et d’éducation général et surtout l’irrespect d’autrui. Avant de donner un avis sur quelque chose avec laquelle je doute sur la réalité, je prends la peine de me documenter, d’étudier sérieusement le sujet et si le doute n’est pas dissipé, je donne un avis poliment mais je n’insulte personne car j’ai reçu une certaine éducation et j’ai fréquenté certains établissements d’enseignement qui m’ont appris ce qu’est le civisme et la véritable langue Française. Je répète de nouveau à ceux qui désire continuer à manger de la viande qu’ils continent c’est leur droit mais qu’ils restent polis et qu’ils n’insultent personne .
    J.T.

  211. JeanPierre ELISEE

    Votre article manque cruellement d’objectivité dans la mesure où vos références sont toutes fausses quant aux époques où l’homme a apparu sur terre. Le régime végétarien est le plus sain sans être exclusif car devant les abominations et les déchets qui se trouvent dans le régime carné, il n’est pas étonnant que ce régime génère la plupart de maladies. Le simple bon sens nous le dicte. Nous sommes mieux nourris par les produits cultivés sur notre territoire que par ceux de l’importation quelque soient les pays. La cupidité des importateurs les aveugle et c’est la loi du profit qui règne. C’est bien dommage!!!

  212. Seb

    Bonjour à toutes et à tous,
    A votre lecture il y a au moins une chose de sûre concernant les habitudes alimentaires des uns et des autres, c’est qu’avec ou sans viande, avec ou sans aliment d’origine animale, avec ou sans graine, avec ou sans couleur……………et bien ni l’un ni l’autre ne calme l’agressivité naturelle de l’être humain. Et comme l’a dit Jean Pierre un peu plus haut : « C’est bien dommage!!! »

  213. Heawin

    Faisons simple : l’homme n’a jamais été végétarien, soit. Je m’en contrefous. Les animaux veulent vivre et ne pas mourir, et vivre végan est tout à fait faisable ; la littérature scientifique l’a largement démontré.

    Selon moi, on devrait donc être tous végans, (ou au moins favoriser le débat public sur le sujet) car les intérêts à vivre des animaux, reconnus comme fondamentaux chez l’humain en termes d’éthique, devraient passer avant notre plaisir de les manger.

    1. Éric Barrailler

      Je ne suis pas d’accord avec vous. Ces bêtes élevées par l homme n existe pas en milieu naturel et fêtait un tord à l écologie des endroits où ils seraient pour cause de manque de prédateur naturels. Nous avons vécu pareil au Québec sur l île d Anticonstie avec le cerf de Virginie. Sans prédateur la population explose et détruit les habitats des autres espèces. Le secret de la nature sans intervention humaine est l équilibre tel le Ying et le yang. Brisez cette équilibre crée plus de tord que de bien. C est pareil pour la nutrition humaine l équilibre est ke secret pour une bonne santé.

  214. Tiruvalluvar

    Eh oui ! L’évolution c’est donc ça devenir végétarien oui c’est dur à avaler ;)

    Léon Tolstoï finit par devenir un végétarien militant, écrivant sur le sujet dans le cadre de son anarchisme chrétien, convaincu que, bien compris, le végétarisme est un des premiers pas nécessaire vers un comportement authentiquement éthique et humain, « la première manifestation de l’instruction » : « La vertu est incompatible avec le bifteck, et dès que l’on veut devenir bon, on abandonne la consommation de viande. » (Lettres et Essais)329

    Deux végétariens réunis : A. Einstein et R. Tagore. « Rien ne pourra être plus bénéfique à la santé humaine ni accroître les chances de survie de la vie sur la Terre, qu’une évolution vers un régime végétarien » – Albert Einstein 211.

  215. Tiruvalluvar

    « Si quelqu’un veut sauver la planète, tout ce qu’il doit faire est simplement de cesser de manger de la viande. C’est la chose la plus importante que vous puissiez faire. C’est stupéfiant, quand on y pense bien. Le végétarisme règle tellement de choses d’un seul coup : l’écologie, la famine, la cruauté » – Paul McCartney289.

  216. jpdu45

    Il est clair que l’homme n’a aucun naturel de chasseur, il suffit de regarder nos enfants jouer avec des lapins.
    Le mot « Omnivore » est un beau maquillage pour cacher un autre qui est « Nécrophaqe » ou « Charognard » qui sont les mots appropriés pour désigner quelqu’un qui mange un cadavre tué par un autre plusieurs semaines plus tôt.

    1. lepic44

      et pourtant suffit de regarder nos cousins chimpanzés qui chassent les collobes sans outils et mangent bcp d’insectes et aussi des fruits

  217. jpdu45

    Cela ne fait pas de nos cousins des nécrophages et pour notre part nous ne vivons pas nus dans les arbres.

  218. jacques TURCHET

    Bonjour,

    La nutrition humaine fait toujours couler beaucoup d’encre et provoque beaucoup de discussions animées mais personne n’est jamais d’accord et je pense que cela restera encore longtemps car il y a trop d’intérêts financiers en jeu. La vraie hygiène alimentaire n’intéresse qu’une minorité de personnes qui passent pour des extras terrestres, des farfelus ou des membres d’une secte quelconque. Il est vrai que les sectes se sont accaparé du sujet mais ce n’est vraiment pas une réussite sauf pour ceux qui les dirigent.

    Aujourd’hui, nous avons pourtant les moyens d’étudier la biologie métabolique et nutritionnelle sérieusement et scientifiquement, de comprendre les métabolismes de chaque catégorie d’aliments et surtout de voir les effets des additifs utilisés par l’agroalimentaire mais on se garde bien de nous dire la vérité car une fois de plus les intérêts financiers passent avant la santé des populations. On préfère laisser se chamailler les omnivores, les carnivores, les végétariens, les insectivores, les crudivores et j’en passe que de donner des bases alimentaires scientifiquement indiscutables. Il n’y a qu’à regarder le contenu de tous ces commentaires pour s’en rendre compte. Certains s’enrichissent pendant que d’autres se chamaillent dans un désaccord sans fondement réel.

    Comme je l’ai déjà expliqué souvent, par notre atavisme nous sommes tous différents, nous n’avons pas les mêmes tempéraments, les mêmes groupes sanguins, les mêmes morphologies, les mêmes caractères, les mêmes conditions de vie, les mêmes origines géographiques et j’en passe. Par ces différences nos métabolismes et nos tolérances alimentaires sont aussi différents, certains vont bien métaboliser un aliment X alors que d’autres vont mal le métaboliser ce qui va engendrer beaucoup de résidus métaboliques incomplets très agressifs pour les tissus et les organes. J’ai toujours dit qu’il n’y a pas de régime standard mais ce n’est pas pour demain que l’on tiendra compte de ces critères.

    Chacun de nous devrait être son propres diététicien, il n’y a que nous qui ressentons si ce que nous mangeons se digère bien ou pas, si ce n’est pas bon notre corps se charge bien de nous le faire comprendre par différents symptômes et pathologies parfois très graves que l’on veut ignores à tout prix à grand coup médicaments, ce n’est pas la solution, soyons attentif aux réaction de notre corps, c’est toute une éducation à refaire.

    J’ai moi aussi mis longtemps à comprendre tous ces problèmes, il m’a fallut passer par de nombreuses études durant des années pour reconnaître mes erreurs, les enseignements que j’avais reçu ne m’y avaient pas préparé malheureusement. Aujourd’hui encore je n’ai pas la prétention de tout connaître car il reste encore beaucoup d’incertitudes et c’est un travail de groupe ce n’est pas simple. Actuellement nous vivons dans un monde de plus en plus stressant, artificiel et contre nature qui perturbe aussi gravement nos métabolismes et notre psychisme ce qui fausse tout.

    J.TURCHET

  219. Marie

    Je suis d’accord avec les commentaires précédents, le sujet est intéressant mais je pense que de toute façon, pour le côté nutrition et santé avec la foule pseudo études scientifiques, informations contradictoires, mensongères, réelles?, il est impossible d’avoir de réelles certitudes, dans un sens ou dans l’autre. Je suis personnellement végétarienne à végétalienne selon les moments, parce que je suis sensible à la souffrance animale et que je refuse de la causer, pour la pollution massive qu’elle engendre, et parce que je suis en bonne santé, assez sportive et d’ailleurs assez musclée, et donc plutôt convaincue que la viande n’est ni nécessaire, ni bonne pour la santé, mais convaincue ne veut pas dire sûre. Donc je n’affirmerai pas les choses comme une vérité évidente. C’est ce que je trouve très dommage, plaider la cause éthique animale, je suis entièrement d’accord, après, affirmer et se baser sur de pseudos articles scientifiques du net et théories diverses, ça n’a pas de sens. Et surtout, et particulièrement pour les vegans extrémistes et agressifs, à quoi ça vous sert d’intervenir sur ce ton? Alors que je suis d’accord avec vous, faut pas vous étonner, qu’on ne vous écoute pas, quand vous parlez aux gens comme ça.. Le seul intérêt d’argumenter ici pour la cause animale, serait d’arriver à convaincre les omnivores d’arrêter de manger de la viande, et il est évident que sur ce ton, ça ne risque pas de les convaincre, alors si c’est juste pour avoir raison et se disputer, ça n’a aucun intérêt ni noblesse.. On a chacun le droit d’être convaincus de nos idées, on a même tous le droit de penser que les autres sont des imbéciles, mais un dialogue n’est possible que si on met ça de côté et qu’on est prêt à échanger avec la pensée adverse.. Sinon, autant s’abstenir d’entrée de jeu de discuter, quel intérêt?

  220. jacques TURCHET

    Bonjour, Marie

    Votre commentaire résume très bien les choses, personne de détient la vérité absolue en matière de nutrition. Je fais partie des personnes qui ont étudier le problèmes sous tous les angles et tous les régimes et systèmes prétendant être mes meilleurs mais qui se contredisent tous y compris ceux de la science officielle qui d’ailleurs n’a pas compris grand chose non plus mais qui continue sa doctrine sans trop se poser de questions. J’ai étudié dans les facultés Françaises et étrangères car je voulais à tout prix trouver la vérité, j’y ai appris beaucoup de choses intéressantes c’est certain mais aujourd’hui, 45 ans plus tard,, je ne connais toujours pas la vérité et personne ne la connais d’ailleurs malgré toutes les études scientifiques.
    Je pense qu’il faire selon ses conviction et sa conscience et ne pas vouloir chercher à convaincre, conseiller certes mais jamais essayer de convaincre.

    J.TURCHET

  221. Emma

    Je n’ai pas lu tous les commentaires, mais beaucoup sont très intéressants, et des deux côtés. le vrai problème aujourd’hui, à mon sens, n’est pas de savoir si on est fait ou non pour manger de la viande : nous ne sommes pas 100% carnivores, c’est clair, ni 100% herbivores : on ne devient pas dingues comme la vache en mangeant de la viande, depuis des milliers d’années l’Homme en mange et se porte pas trop mal. Donc nous sommes sûrement à priori faits pour manger des produits d’ordre végétal et pouvons consommer avec modération ceux d’origine animal, certes parce que notre corps ne le digère pas toujours, ou cela peut provoquer du diabète ou des artères bouchées etc… Mais certains produits de la nature végétale sont inconsommables par l’Homme également. Donc on ne peut pas je pense trancher radicalement la question. En revanche, la question est d’ordre éthique, si l’on mange de la viande, comment la consommer ? Le fait de pouvoir et de le vouloir nous accorde-t-il le « droit » de le faire à outrance comme nous le faisons aujourd’hui ? Et ce, même si la population augmente. l’élevage de masse intensif actuel, a des répercutions sur l’environnement, la faim dans le monde, certains pbs de santé pour l’Homme, des pb de santé également pour les animaux et effectivement une maltraitance proche du saddisme dans certains cas (pour en plus en gâcher une énorme partie…). L’idéal serait de ne traire une vache que lorsque le veau est sevré, si il lui reste du lait, de ne la tuer que si elle est bien vieille, idem pour tous les animaux. Du coup il n’y aurait pas maltraitance, il n’y aurait pas « spécisme » donc respect de la liberté de l’être vivant et respect de sa vie tout simplement, mais cela serait d’avantage une denrée rare, et l’Homme pense business, donc ça n’est pas intéressant pour lui d’agir ainsi. Tuer un animal pour se nourrir n’a rien de cruel, de tout temps, c’est le procédé actuel pour ne pas dire criminel qui lui l’est. La plupart des végétariens et vegan luttent en réalité contre cela, ce qui est noble et important. Seulement aujourd’hui, perdu dans la fourmilière on se dit qu’on ne fera rien changer, mais c’est faux, les droits des animaux existent, on peut avec le temps limiter l’élevage intensif, manger moins de viande (ce qui sera bon pour nous également) et certes faire un sacrifice, m’enfin rien de dramatique non plus. C’est du même acabit que de moins prendre la voiture etc… Sacrifier un peu de confort du quotidien pour un changement à grande échelle, mais les sociétés deviennent très individualistes, nous invitent à l’être, c’est le propre de la société de consommation. On s’abîme de l’intérieur en abîmant la planète et ses ressources, c’est aussi simple que cela. En définitive : manger des animaux : bon ou mauvais : ni l’un ni l’autre (effectivement qu’est-ce qui ne nous dit pas que le végétal souffre ? les hindouiste il me semble, ne mangent aucun végétal vivant, il attendent sa mort) manger un animal fait partie du système terrestre, qu’on soit carnivore, omnivore ou autre, c’est le cycle de la vie, même si on pourrait s’en passer, si on en a mangé c’est pas pour rien (un herbivore pure souche, ne le ferai jamais, donc si NATURELLEMENT on n’était pas fait pour en manger, on n’en aurait jamais mangé). ce qu’on peut faire aujourd’hui c’est le faire occasionnellement dans le respect des espèces et surtout arrêter de penser que notre espèce est supérieure, plus intelligente etc.. ON n’en sait rien !

  222. Spophie

    Je suis assez d’accord avec Emma. Par contre il serait super intéressant de voir du côté de l’histoire et de l’évolution de l’homme.
    J’ai lu pas mal de commentaires de végétariens qui ne sont surement pas inscrits dans des ONG ou ne font surement pas de dons pour sauver quoique ce soir. Qui par conséquents critiquent les méchants mangeurs de viande alors qu’ils ne cuisinent probablement jamais rien réellement. Le gâchis vient d’où? …. De la pauvreté.
    Du manque d’éducation, de correction et de respect. La société vend à prix réduit des produits de mauvaise qualité qui ne respectent pas la psyché de l’animal et non plus celle de l’humain en lui vendant de la viande de très mauvaise qualité à des prix défiant toute concurrence tout ça pour nourrir des familles entières qui iront surement une fois terminer regarder the voice ou la nouvelle star pendant que les enfants iront jouer à call of ou sortir en boite de nuit. ça aussi c’est moche. Tout ça pour faire du pognon en enrichir des gens qui n’en ont strictement rien à faire de l’avenir de l’espèce. Seul le futur de leur empire les intéresse.
    Le problème vient de la vie que l’on nous vend à grande échelle et en abondance. Merci aux boomers qui ont jouis sans restriction d’un mode de vie outrageant en détruisant toute ressource tant qu’ils en ont et surtout en faisant de l’ARGENT. Pour moi les végétaliens et végétariens ont tout autant d’hypocrisie que les carnivores. Les trois voies ne sont pas les meilleures.
    J’ai aussi l’impression que beaucoup de gens ici s’imaginent et se plaçant en tant que « meilleure version de l’être humain ».
    Sachant que l’être humain est en constante évolution, ce n’est pas pour les pauvres 80 années que l’on va passer en moyenne sur cette planète que NOUS sommes habilités à dire quel est le bon chemin ou la voie la plus pure à suivre. C’est ridicule. Il faudrait apprendre à être raisonnable, ça serait déjà un GRAND PAS.
    Si l’homme a vécu jusqu’ici et évolué c’est parce que NOS ancêtres ont mangé de tout. C’est pas non plus sur en ne nous en préoccupant pas que cela va arranger les choses.
    Seulement il serait honnête d’admettre que nous faisons partie d’une espèce qui a de bons comme de très mauvais côtés et que cela n’est pas tout le temps très reluisant même si les actions de certains nous dégoutent, et que nous ne partageons pas leurs us et coutumes nous faisons tout de même partie d’un tout la tolérance c’est ça à la base.
    L’homme est fait pour consommer de tout en petite quantité. L’autre souci est que l’homme surconsomme de trop tout en bien trop grande quantité. Sachant qu’il ne chasse plus et ne souffre plus comme avant du froid et des conditions météorologiques.
    Si un homme prend de la drogue faut-il le sevrer ou zigouiller le dealer… ? Bah non parce que le dealer rapporte de l’argent à l’état à différends degrés de son commerce. On est dans un monde ou nous sommes bloqués par le capitalisme qui d’ailleurs arrive à son frein d’ici une trentaine d’années. Tu veux que les gens mangent moins de viande… parce qu’au final même si c’est toujours véhément comme discours venant d’un vegan ou quoi, alors tourne toi vers tes parents, tes oncles et tantes et demande leur ce qu’ils ont foutu pendant 50 ans… Là t’aura la cause. Si tu as la cause. Comprends le système monétaire dans lequel tu es coincé et comprends qu’une famille pressée par le temps et l’argent et qui n’a pas les armes pour comprendre ce qui se joue et qui est formatée en mode neuneu par cette société, achète des barquettes premiers prix pour toute la carne qu’ils vont consommer parce qu’ils veulent vivre comme ils ont été élevés…dans l’opulence.
    Une fois ça comprit soit plus tolérant et arrête d’attaquer de front un problème qui ne se résoudra pas forcément en agressant les gens mais sûrement avec une approche emprunte d’empathie et de compréhension face aux pressions sociales et économiques.
    Avec un peu de chance certains de vos enfants arriveront à trouver une solution à ce problème un jour. Pour l’heure on ne peut éduquer la génération des 40-60 ans à beaucoup moins manger de viande parce que c’est leur génération.

    Il faudrait apprendre aux enfants à l’école comment marche l’écosystème et comment se nourrir de manière équilibrée. Après cela il faudra attendre environ 4 générations à peu près pour que les préceptes délivrés aujourd’hui leurs semblent réellement naturels.
    Je vois mal Nabila s’y atteler dès demain quoi.
    De plus créer des générations aseptisée n’est absolument pas une bonne idées (maladies dégénérescence) c’est pourquoi il faut réellement de TOUT mais modérément. Un seul trump ça suffirait mais non il y en a partout et beaucoup mais ils sont en sommeil encore. Ah ah Allez Trêve de plaisanterie, c’est l’heure du barbecue !
    Vivez bien, mangez sainement, dormez bien, courrez bien, lisez beaucoup ça sauvera plus que le reste!

  223. POV

    Pour une comparaison un peu plus approfondi entre carnivore/omnivore/herbivore:
    http://www.unjoursansviande.be/anatomiecomparee.html

    N’en déplaise à certain, la morphologie humaine, produit d’une longue évolution, est bien plus comparable à celle d’un frugivore/herbivore qu’a celle d’un carnivore.

    1. Sylvain

      Dans les faits, c’est plus compliqué.

    2. Archan

      Ce site très clairement pro végan utilise des arguments scientifiques de manière incomplète, en ne citant que les théories ou les arguments qui sont en faveur de ce qu’il veut démontrer. Cela n’a rien de rigoureux et encore moins de scientifique.
      Parler de la vision simplement pour dire que l’homme ne voit pas bien la nuit et que du coup c’est pas terrible pour chasser mais oublier de dire que le fait d’avoir les deux yeux sur l’avant de la tête permet d’avoir une vision en relief et est un caractère adapté à la prédation. Ce qui lui permet de se passer de l’odorat pour chasser soit dit en passant.
      La salive humaine est également riche en lysozyme comme beaucoup de carnivores, enzyme non digestive certes mais qui permet de limiter les infections d’origine bactérienne.
      L’absence de griffes ? l’humain n’a pas de sabots aux dernières nouvelles! et les doigts sont quand même vachement pratiques quand il s’agit d’attraper quelque chose ou même de déchirer de la viande.
      Un peu de bon sens que diable!!! Ça rime à quoi ces comparaisons débiles, sous prétexte de démontrer que l’humain est végétarien. Il n’est pas carnivore non plus, c’est pour ça qu’on nous bassine avec les 5 fruits et légumes par jour.

      1. Olivier Girardot

        Finalement vous ne remettez pas grand chose en en question. Les griffes, la vision et une enzyme. Et tout le reste ?
        Et le fait qu’on n’ai pas de sabot, ne change pas grand chose au fait qu’on ai pas de griffes. Ni crocs d’ailleurs, c’est à dire pas grand chose pour chasser. On est pas très rapide non plus. On a une vision en relief c’est vrai, qui en soit ne prouve rien, Ca, plus cet enzyme dont vous parlez, si on les oppose à toute une morphologie qui nous classe parmis les frugivores, ne fait pas vraiment le poid.

        Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas omnivore, puisqu’un frugivore est omnivore. Mais serions nous des prédateurs vraiment ? Difficile à imaginer. Tellement difficile à imaginer que personne n’a jamais su reproduire une scène de chasse représentant un humain chassant à main nue, avant l’invention d’outils. Pourtant on sait très bien reproduire des scènes de chasses bien plus anciennes, celles des dinosaures par exemple. Mais on arrive pas bien à imaginer ce que ce terrible prédateur qu’est l’humain, avant qu’il n’invente les outils, pouvait bien chasser ! Très probablement pas grand chose. Et surtout comment chassait-il ?
        Et aujourd’hui savons nous chasser (sans outils j’entend) ? Ou avons nous perdu notre instint de chasseur ? Pourtant, les chats doméstiques eux, qui mangent du paté toute leur vie, ne le perde pas cet instinct. Ils arrivent très bien à attraper des mulots et des oiseaux, alors qu’ils n’ont jamais appris. En revanche, nous les humains, n’avons jamais perdu notre instinct de cueuiller. On sait saisir un fruit dans un arbre, et on sait l’éplucher. Le chat lui, ne saurait que faire d’une orange.
        Ce dernier exemple n’a rien de scientifique, mais l’humain a tellement envie de se décrire comme un prédateur, qu’il en arrive à occulter la logique.

        Vous même vous parliez de nos mains. Je pense que vous surestimez notre force à déchiqueter un animal et le dépesser à main nu. C’est dans les films de zombis que vous avez-vu ça ? Nos mains sont parfaitement adaptées à ramasser, cueillir, éplucher des fruits et à détérer des racines. Mais planter nos onlges dans la peau d’un animal, puis le déchiqueter ? Sans compter qu’on gerberait 15 fois avant d’avoir le cran de croquer dans un animal mort, cru. Pourtant ça ne fait pas le même effet au chat domestique, non ?

        Brefr, il est tout à fait possible qu’un peu de viande ai toujours fait parti de notre alimentation. Mais un peu seulement. Pas les quantités avec lesquelles on s’empiffre actuellement avec les conséquences que ça a sur l’environement et l’avenir de l’humanité tout entière.

        J’ai déjà écrit un long commentaire à ce sujet, c’est le dernier en date il est facile à trouver (plus bas) si ça vous intéresse.

        1. Archan

          Un frugivore n’est pas un omnivore! Le fait que nous soyons omnivores signifie que nous sommes capables de digérer et d’assimiler toutes les familles d’aliments (sans se rendre malade). Le régime frugivore auquel nous sommes adaptés, tout comme les grands singes, n’aurait pas permis à l’être humain de coloniser des régions où les fruits sont rares et produits que durant quelques mois de l’année (surtout sans outils). Les Inuits ont une alimentation composée essentiellement de viande et de poisson, dans une région assez hostile.
          Je ne prétends pas que l’homme est un prédateur génial. Mais cet article indique que l’homme préhistorique se nourrissait à peu près de la même façon que les ours et les cochons sauvages, c’est à dire en mangeant ce qu’il pouvait trouver: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25510078
          Certaines théories, indiquent aussi que l’homme aurait pu suivre la migration de grands troupeaux d’animaux, se nourrissant ainsi des animaux malades et fatigués ou des restes laissés par les autres prédateurs. L’homme ne court pas vite en effet mais c’est une des espèces les plus endurantes.
          En ce qui concerne les doigts pour déchirer la viande, cela est tout à fait possible. N’importe quelle personne qui a cuisiné de la viande peut le confirmer. Bien sur il n’est pas facile d’arracher ou de déchirer de gros morceaux de viande mais des petits, oui.
          D’autre part, les outils sont apparus depuis tellement longtemps dans notre histoire (avant l’apparition d’Homo sapiens, notre espèce) que l’être humain a pu s’affranchir de certaines contraintes liées à sa physiologie (comme le fait de cuire sa viande qui fait qu’il n’est plus nécessaire d’avoir des crocs et une machoire adaptée, et qui permet de mieux digérer). L’évolution est un processus lent mais qui peut parfois progresser rapidement lorsque les conditions environnementales l’obligent. Voici un lien pour l’illustrer : http://www.hominides.com/html/theories/preuve-evolution-lezard.php

  224. go la vie

    l’erreur c ‘est de croire que l’évolution s’est arrêtée il y 450 000 ans. Nous sélectionnons depuis 10 000 ans des être humais capable de manger de la viande. Les conflict les pandémie ont éliminés de notre arbre généalogique tous les individus incapable de se nourrir de ce qu’il entourait.
    la comparaison avec les animaux n’est pas pertinentes car l’homme est un animal a part qui s’est affranchie depuis longtemps d’une partie des pression extérieur et intérieur ( les médicament contre les virus).
    Par soucis de cohérence un vegan ne devrait plus prendre de médicament car les singes n’en prennent pas, l’humain n’ayant pas de fourrure ne devrait pas couvrir l’hiver car les singe ne se et serait donc pas adapté au froid., fini l’art également qui n’existe chez aucun de nos cousin singes.
    Il faut revenir a des faits et du réel. Je crois avoir lu quelque part que l’homme a conquis le monde a partir du miment ou la viande cuite est devenu pour partie de son alimentation et permettant le développement accélérer de son cerveau. (à vérifier)

  225. Olivier Girardot

    Je pense que tout ce débat se passerait mieux si on admettait tous qu’on en sait rien en fait. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a pas de définition exacte de notre régime alimentaire et que les termes frugivore, carnivore ou omnivore, ne défnissent rien de précis, surtout omnivore !
    Omnivore veut dire que l’on peut manger un peu de tout. Que les omnivores sont capable de digérer des végétaux, des animaux et des insectes et d’en assimiler les nutriments. Mais bon,dans le lot, il y a plein d’insectes, de plantes ou d’animaux que l’humain ne peut pas manger et qui pourrait même le tuer instantanément. Donc omnivore décrit une tendence tellement vague, que ça ne veut absolument rien dire ! Surtout pour l’humain.

    En réalité, presque tous les animaux sont omnivores. Même les carnivores peuvent digérer certaines plantes et absorber les nutriments avec plus ou moins d’éfficacité. Même les animaux qui ont une source d’aliments exclusive comme le koala et leurs feuilles d’eucalyptus, il leur arrive de manger des insectes, sans problème.